France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

4 octobre 1954, Chaleix, Dordogne:

Référence pour ce cas: 4-oct-54-Chaleix. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Une des affaires les plus "pathétiques" de la vague de l'automne de 1954 en France est celle de Chaleix, en Dordogne, survenue le 4 octobre 1954.

De très nombreux journaux de l'époque l'avaient rapportée, dans les mêmes termes, essentiellement les 7 et 8 octobre 1954.

On disait que M. Garreau, cultivateur de Chaleix, avait affirmé sur l'honneur avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété.

Il avait déclaré selon la presse que deux hommes parfaitement normaux vêtus de combinaisons kaki en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé dans une langue inconnue, où selon certaines versions, il avait distingué les questions "Paris? Nord?"

Mr. Garreau, stupéfait, n'avait pas répondu. Les deux hommes auraient caressé son chien, étaient remontés dans leur appareil qui s'était envolé "sans bruit à une allure vertigineuse."

A l'endroit indiqué par Mr. Garreau, "on" avait constaté que l'herbe avait été foulée.

On pourrait penser que tout le monde allait penser qu'il s'agissait de toute évidence d'un hélicoptère, probablement de l'OTAN puisque les deux hommes, normaux, étaient en kaki et parlaient une langue étrangère à Mr. Garreau. Mais l'affaire a vite fait son apparition dans la littérature ufologique, sans aucune réflextion de cette sorte.

A l'étranger, l'affaire sera mentionnée par les ufologues Harold Wilkins en 1954, Gray Barker en 1955, et Ted Bloecher en 1956.

En France en 1956, c'est Jimmy Guieu qui l'évoquera dans son livre "Black-Out sur les Soucoupes Volantes". Il semblait disposer d'une autre source, qu'il ne précisait pas, puisqu'il donnait une "forme de cloche avec un fond plat" à l'engin. Les "deux hommes parfaitement normaux habillés de combinaisons kaki" qui en sont descendus l'auraient approché en souriant, lui ont serré la main en parlant dans une langue que Garreau n'a pas pu comprendre. Muet d'étonnement, Garreau les avait observés "tandis que l'un d'eux caressait affectueusement son chien!"

Préoccupé seulement de la crédibilité de l'affaire, Guieu ajoutait qu'à l'emplacement, "il a été trouvé" que l'on avait marché sur l'herbe, et commentait que "les sceptiques diraient que ceci est une piètre indication" mais que "l'on ne peut vraiment pas contraindre" le témoin "à fournir des preuves matérielles qui ne lui ont pas été laissées!"

En 1963, l'auteur Michel Carrouges sauve l'honneur, en plaçant l'affaire parmi les récits douteux sur des occupants allégués de soucoupes. Il note que l'heure n'a pas été précisée, que l'engin qu'il a vu se poser était "en forme de poire", qu'en sont sortis deux hommes parfaitement normaux habillés en combinaisons kaki, qui lui parlent une langue incompréhensible et repartent. L'engin s'envole à une allure vertigineuse.

Michel Carrouges fait alors remarquer que si Mr. Garreau ignorait l'anglais, on peut fortement supposer qu'il s'agit de simples américains en hélicoptère, mais que malheureusement rien n'est détaillé dans le témoignage de Mr. Garreau dont il n'y a que des résumés, et qu'il "convient donc d'attendre avant de s'inquiéter de ce témoignage seul de son espèce."

En 1972, à la revue ufologique Lumières Dans La Nuit, on estime que ce cas doit être enquêté ou réenquêté.

Mais Jacques Vallée répétera l'histoire sans aucune tentative d'explication dans les nombreuses versions de son catalogue, en 1966, 1969, 1972, 1974, 1976, ne précisant ses sources, la presse, que dans la version de 1974, il parle d'un objet "de la taille d'une charrette" , de deux "hommes de taille normale" qui en sortent "par une porte coulissante", portant des tenues kaki et semblaient "de type européen".

En 1979, les deux ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker indiquent avoir questionné Mr. Garreau, qui s'est souvenu que c'était le soir, à la tombée de la nuit, mais que son souvenir est vague dans son esprit, qu'il a peu de détails à leur fournir, car il a très mal distingué l'engin, sous forme d'une forme grise au crépuscule.

Concernant les occupants, il indique qu'ils étaient de taille normale, "comme vous et moi... Non, ils n'avaient pas de casques, ils étaient habillés de couleur kaki... oui des gens normaux... ils ne m'ont pas serré la main, ils m'ont même pas causé. Le départ ... je ne me souviens plus."

Les deux auteurs en déduisent qu'il a peut-être observé des militaires et leur hélicoptère, "ou tout autre appareil" puisque Mr. Garreau ne l'a vu ni arriver ni partir. Ils n'ont cependant même pas penser à interroger Mr. Garreau sur le "silence" de l'engin évoqué dans la presse de l'époque.

Juste après en 1979 encore, Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon publient dans leur livre bien connu sur les rencontres rapprochées en France, le cas selon Vallée, mais titrent "Un hélicoptère de l'O.T.A.N. confondu avec un OVNI" et précisent que le "cas aurait été expliqué depuis comme étant l'atterrissage d'un hélicoptère des forces de l'O.T.A.N"; sans toutefois indiquer d'u?i ils sortent cette explication.

Moulte copies du résumé de Vallée paraîtront néanmoins ensuite, le cas restant le plus souvent sans explication données, y compris sur le Web, où l'on trouve chet le Britannique Peter Rogerson devenu "sceptique", qui avait recopié le résumé de Vallée dans les années 1970, un laconique "Probablement un hélicoptère", tandis que presque tout le monde fait silence sur les explications de Carrouges, Barthel et Brucker, Figuet et Ruchon.

A noter tout de même que dans les années 1990,l'ufologue Loren Gross exhunme dde l'oubli une version provenant d'un télétype de l'AFP reçu aux Etats-Unis, comprenant des détails intéressants confirmant encore, puisqu'il le faut, l'hélicoptère:

"Un fermier de Dordogne a encore vu des 'Martiens' hier. Selon lui, ils étaient deux hommes normaux, de type européen, habillés de combinaisons kaki. Ils sont descendus d'un objet qui avait atterri à proximité, ont approché le fermier et lui ont serré la main, lui demandant: 'Paris-nord?' Intimidé par la stupéfaction, le fermier n'a pas pu répondre. Les deux étrangers ont caressé son chien et ont embarqué dans leur engin. Ils ont allumé un certain genre d'éclairage électrique et l'appareil a volé loin rapidement et sans bruit, sans fumée ou étincelle, à une vitesse vertigineuse. En raison du brouillard et de la semi-obscurité, le témoin n'a pas pu observer exactement, et a donné de l'objet la description suivante: Il avait le coffre d'un grand chariot, et la forme 'd'une soupière ovale' effilée à l'avant."

Rapports:

[Ref. lpc1:] JOURNAL "LE POPULAIRE DU CENTRE":

Scan

En Haute-Marne, un cantonnier interpelle un "MARTIEN"... qui monte à bord de sa machine et s'enfuit

En Dordogne, un cultivateur a vu une "soupière volante" et ses deux occupants

Chaumont, 7 octobre (A.P.P) -- M. André Narcy, 48 ans, cantonnier à Mertrud (Haute-Marne), se rendait hier matin à son travail, à motocyclette, lorsque à proximité de Voillecomte à 7 h. 15 il remarqua dans un champ au lieudit "La Vieille-Tuilerie" un objet de couleur orange. En se rapprochant, il constata qu'il se trouvait en présence d'un engin pour lui inconnu. Le cantonnier arrêta sa machine et à pied arriva à une cinquantaine de mètres de l'objet. c'est alors qu'il aperçut à proximité un petit être ayant environ 1 m. 20 de hauteur et vêtu d'une houppelande couverte de poils. Narcy eut très peur et se coucha sur le sol puis il appela l'individu. Celui-ci, après s'être retourné vers lui, s'engouffra dans sa machine qui s'envola immédiatement à la verticale pour se perdre dans les nuages.

D'après M. Narcy l'engin était de forme sphérique d'un diamètre de dix mètres environ. Sous la sphère se trouvait une sorte de fuseau et le hublot par lequel l'être entra dans l'engin se trouvait juste entre le fuseau et le corps de l'appareil. Au départ de ce dernier une sorte de flamme sortit du fuseau tandis qu'un grand remous vaporeux se produisit sous l'engin.

M. Narcy se rendit aussitôt à son travail où il conta son aventure à ses camarades. Avec deux d'entre eux, MM. Riel et Henry, il retourna sur les lieux où il constata que la rosée n'existait plus sur une certaine surface. L'herbe avait une teinte légèrement laiteuse et se trouvait écrasée sur un carré d'environ trois mètres de côté. En outre 12 traces parallèles ressemblant à des empreintes de pieds ronds se trouvaient réparties sur une certaine distance laissant à penser que l'appareil s'était posé par une série de petits soubresauts.

Un cultivateur de Chaleix (Dordogne), M. Garreau a affirmé hier sur l'honneur avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété. M. Garreau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux revêtus de combinaisons kaki, en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé une langue inconnue. M. Garreau, stupéfait, n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans l'appareil qui s'envola sans bruit à une allure vertigineuse.

A l'endroit indiqué par M. Garreau on a constaté que l'herbe avait été foulée.

En Corrèze

Au Verdier (commune d'Eyburie) plusieurs personnes ont aperçu, le soir du 1er octobre, vers 22 heures, une boule de feu dans le ciel. Pendant quelques secondes elle a illuminé le paysage d'une lueur rougeâtre et paraissant suivre le cours de la Vézère elle a disparu dans la direction d'Uzerche.

***

Samedi 2 octobre, en plein jour cette fois-ci, vers 13 h. 30 dans le bourg d'Espartignac, une fillette de 8 ans, qui sortait de chez elle pour se rendre à l'école, a été effrayée par un phénomène étrange. Elle appela aussitôt sa mère qui put constater le fait suivant: un objet de forme cylindrique, extrêmement brillant et qui paraissait tourner sur lui-même à très vive allure montait à la verticale dans le ciel où il devait disparaître.

Une sphère lumineuse à l'Ile de Ré

Un maçon habitant l'Ile de Ré, M. Simonnetti, a déclaré avoir vu une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre environ, qui oscillait à une cinquantaine de mètres du sol.

La sphère, a-t-il dit, est devenue

(Suite en page 2)

[Ref. vmr1:] JOURNAL "VAR-MATIN REPUBLIQUE":

Après les cigares et les soucoupes...

La soupière volante fait son apparition

Limoges, 7 octobre. -- Un cultivateur de Chalaix (Dordogne), M. Gareaux, a affirmé sur l'honneur, avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété. M. Gareau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux revêtus de combinaisons kaki, en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé une langue inconnu. M. Gareau stupéfait, n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans leur appareil qui s'est envolé sans bruit à une allure vertigineuse. A l'endroit indiqué par M. Gareau, on a constaté que l'herbe avait été foulée.

Une sphère rouge

Un maçon, habitant l'Ile de Ré, M. Simonetti, a déclaré avoir vu une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre environ, qui scintillait à une cinquantaine de mètres du sol.

La sphère, a-t-il dit, est devenu rouge, a viré au bleu et s'est élevée très rapidement à la verticale.

Deux habitants de l'Ile de Ré ont déclaré avoir été témoins du même phénomène. Deux parisiens en vacances dans la commune de Mouchamp, M. et Mme Laroche, ont affirmé avoir vu, à la tombée de la nuit, une sphère incandescente.

Aveuglé par un faisceau lumineux

Mme Thérèse Fourneret, 23 ans, habitant Poncey-sur-Lignon (Côte d'or) a vu lundi soir, un engin se poser dans un pré non loin de son domicile. Elle a déclaré, qu'effrayée, elle s'était réfugiée chez des voisins. La gendarmerie a relevé des traces très nettes sur le sol à l'endroit indiqué. Des mottes de gazon avaient été arrachées et projetées dans un rayon de 4 mètres.

M. Landrin, préposé aux Eaux à Duclair (Seine Inférieure) qui se promenait en compagnie de sa femme, a été aveuglé par un faisceau lumineux. Lorsqu'il rouvrit les yeux, déclare-t-il, il vit une boule qui disparut quelques minutes plus tard.

Enfin, des soucoupes, cigares, couronnes et tous autres objets volants ont été vu à St Etienne, dans plusieurs villages d'Eure et Loir, à Heyrieux (Isère), Dieulanvallon (Cotes du Nord), Ajot (Calvados) et à Biarritz.

[Ref. ads1:] JOURNAL "L'ARDENNAIS":

La Chronique des Soucoupes

Si l'on devait tirer des conclusions des apparitions de soucoupes qui se sont multipliées depuis quelques temps, une au moins apparaitrait avec évidence: c'est que les "Uranides" semblent ignorer la fabrication en série!

De toutes les nacelles utilisées par eux et qui se sont posées sur Terre à la vue de divers témoins, pas une ne ressemble aux autres. Les unes sont montées sur béquilles, d'autres

(Voir la suite en 5e page)

La chronique des 'soucoupes volantes'

(Suite de la première page)

n'ont pas de train d'atterrissage. Leur forme varie, passant de la marmite au cigare, en passant par la traditionnelle soucoupe, et leur diametre n'est jamais le même, allant de 1 m 50 à 12 et 15 mètres.

Quant aux occupants de ces nacelles, ils sont d'aspect souvent très différent: couverts de poils disent certains, minuscules, très grands, semblables à des humaans. De quoi se perdre!

Voici une nouvelle liste d'apparitions qui montrera une fois de plus à nos lecteurs la diversité des engins interstellaires et la multiplicité des visages de leurs passagers.

PERIGUEUX. -- Un cultivateur de Chaleix (Dordogne), M. Garreau, a affirmé sur l'honneur, avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété. M. Garreau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux, revêtus de combinaisons kaki, en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé une langue inconnue. M. Garreau, stupéfait, n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans leur appareil qui s'est envolé sans bruit à une allure vertigineuse. A l'endroit indiqué par M. Garreau, on a constaté que l'herbe avait été foulée.

LA ROCHELLE. -- Un maçon habitant l'île de Ré, M. Simmonetti, a déclaré avoir vu une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre environ qui oscillait à une cinquantaine de mètres du sol.

La sphère, a-t-il dit, est devenue rouge, a viré au bleu et s'est élevée très rapidement â la verticale. Deux autres habitants de l'île de Ré ont déclaré avoir été témoins du même phénomène.

Deux parisiens en vacances dans la commune de Mouchamps, M. et Mme Laroche, ont affirme avoir vu, à la tombée de la nuit, une sphère incandescente.

DIJON. -- Mme Thérèse Fourneret, 23 ans, habitant Poncey-sur-Lignon (Côte d'Or), a vu, lundi soir, un engin se poser dans un pré non loin de son domicile. Elle a déclaré qu'effrayée, elle s'était bien gardée d'observer plus longtemps ce phénomène et s'était réfugiée chez des voisins. La gendarmerie a révélé des traces très nettes sur le sol à l'endroit indiqué. Des mottes de gazon avaient été arrachées et projetées dans un rayon de quatre mètres.

ROUEN. -- M. Landrin, préposé aux eaux à Duclair (Seine-Inférieure), qui se promenait en compagnie de sa femme, a été aveuglé par un faisceau lumineux. Lorsqu'il rouvrit les yeux, déclara-t-il, il vit une boule qui disparut quelques minutes plus tard.

CHAUMONT. -- M. André Narcy, 48 ans, cantonnier à Mertrud (Haute-Marne) se rendait mercredi matin â son travail à motocyclette lorsqu'à proximité de Voillecomte, à 7 h. 15, il remarqua dans un champ au lieu dit "la Vieille Tuile", un objet de couleur orange. En se rapprochant, il constata qu'il se trouvait en présence d'un engin pour lui inconnu.

Le cantonnier arrêta sa machine, et à pied arriva à une centaine de mètres de l'objet. C'est alors qu'il aperçut à proximité un petit être ayant environ 1 m 20 de hauteur et vêtu d'une houppelande couverte de poils.

M. Narcy eut très peur et se coucha sur Je sol. puis il appela l'individu. Celui-ci, après s'être tourné vers lui, s'engouffra dans sa machine qui s'envola immédiatement à la verticale pour se perdre dans les nuages.

D'après M. Narcy, l'engin était de forme sphérique, d'un diamètre de dix mètres environ. Sous la sphère se trouvait une sorte de fuseau et le hublot par lequel l'être rentra dans l'engin se trouvait juste entre le fuseau et le corps de l'appareil. Au départ de ce dernier, une sorte de flamme sortit du fuseau tandis qu'un grand remous vaporeux se produisait sous l'engin.

M. Narcy se rendit aussitôt il son travail où il conta son aventure à ses camarades. Avec deux d'entre eux, MM. Riel et Henry, il retourna sur les lieux où il constata que la rosée n'existait plus sur une certaine surface.

L'herbe avait une teinte légèrement laiteuse et se trouvait écrasée sur un carré d'environ trois mètres de côté. En outre douze traces parallèles ressemblant à des empreintes de pieds ronds se trouvaient réparties sur une certaine distance, laissant à penser que l'appareil s'était posé par une suite de soubresauts.

Enfin les soucoupes, cigares, disques, couronnes, boules, lueurs, traînées lumineuses de couleurs diverses et tous autres objets volants ont été vus à Saint-Etienne, dans plusieurs villages d'Eure-et-Loir, à Heyrieux (Isère), Dieulanvollon (Côte du Nord), Ajort (Calvados) et à Biarritz.

[Ref. lqh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE":

PLUIE DE SOUCOUPES VOLANTES EN FRANCE

Les témoignages sur les soucoupes volantes semblent devenir de plus en plus précis. Diverses personnes dans une même région signalent le même phénomène et l'on peut dire que l'on assiste depuis quelques jours à une véritable pluie de soucoupes volantes, de cigares ou de disques sur la France entière. Un cultivateur de Chaleix (Dordogne) M. Garreau a affirmé sur l'honneur avoir vu une soupière volante se poser dans sa propriété. M. Garreau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux revêtus d'une combinaison kaki, en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé une langue inconnue. M. Garreau stupéfait n'a pas répondu, les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans leur appareil qui s'est envolé sans bruit à une allure vertigineuse. Une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre a été aperçue à l'Ile de Ré par un maçon, M. Simonetin. La sphère, a-t-il dit, est devenue rouge après avoir plané à 50 mètres du sol, elle a viré au bleu et s'est élevée très rapidement à la verticale. L'engin a été également observé par deux parisiens en vacances. Mme Thérèse Fourmeret, 23 ans, habitant Poncey-sur-L'Ignon (Côte d'Or) a vu lundi soir un engin se poser dans un pré non loin de son domicile. Elle a déclaré qu'effrayée, elle s'était bien gardée d'observer plus longtemps ce phénomène et s'était réfugiée chez des voisins. La gendarmerie a relevé des traces très nettes sur le sol à l'endroit indiqué. Des mottes de gazon avaient été arrachées et projetées dans un rayon de quatre mètres.

A Duclair (Seine-Inférieure) M. Laudrin, préposé aux eaux qui se promenait avec sa femme, fut aveuglé par un faisceau lumineux, lorsqu'il rouvrit les yeux, il vit une boule qui disparut quelques minutes plus tard.

Un cantonnier de Mertrud (Haute-Marne), M. André Narcy, assure s'être approché à moins de cent mètres d'une soucoupe volante posée dans un champ près de Voillecomte. Il aperçut à proximité de l'engin un petit être, haut d'environ 1,20 mètres qui était vêtu d'une sorte de houppelande couverte de poils. M. Narcy interpella l'étrange personnage qui ne lui répondit pas et s'engouffra dans sa machine qui s'envola à la verticale. D'après M. Narcy, l'engin était de forme sphérique, d'un diamètre de dix mètres environ. Sous la sphère se trouvait une sorte de fuseau et le hublot par lequel l'être rentra dans l'engin se trouvait juste entre le fuseau et le corps de l'appareil. Au départ de ce dernier, une sorte de flamme sortit du fuseau tandis qu'un grand remous vaporeux se produisit sous l'engin. Sur les lieux il constata que la rosée n'existait plus sur une certaine surface. L'herbe avait une teinte légèrement laiteuse et se trouvait écrasée sur un carré d'environ trois mètres de côté. En outre douze traces parallèles ressemblant à des empreintes de pieds ronds se trouvaient réparties sur une certaine distance, laissant à penser que l'appareil s'était posé par une suite de petit soubresauts...

[Ref. fas1:] JOURNAL "FEUILLE D'AVIS:"

Des traces d'atterrissage ont été relevées en France

LA ROCHELLE, 8. - Un maçon habitant l'île de Ré, M. Simonnetti, a déclaré avoir vu une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre environ qui oscillait à une cinquantaine de mètres du sol.

La sphère, a-t-il dit, est devenue rouge, a viré au bleu et s'est élevée très rapidement à la verticale.

Deux autres habitants de l'île de Ré ont déclaré avoir été les témoins du même phénomène.

Deux Parisiens en vacances dans la commune de Mouchamps, M. et Mme Laroche, ont affirmé avoir vu, à la tombée de la nuit, une sphère incandescente.

Mme Thérèse Fourmeret, 23 ans, habitant Poncey-sur-l'Ignon (Côte-d'or), a vu un engin se poser dans un pré non loin de son domicile. Elle a déclaré qu'effrayée elle s'était bien gardée d'observer plus longtemps ce phénomène et s'était réfugiée chez des voisins. La gendarmerie a relevé des traces très nettes sur le sol à l'endroit indiqué. Des mottes de gazon avaient été arrachées et projetées dans un rayon de quatre mètres.

A Duclair, près de Rouen, M. Landrin, préposé aux eaux, qui se promenait en compagnie de sa femme, a été aveuglé par un faisceau lumineux. Lorsqu'il rouvrit les yeux, déclara-t-il, il vit une boule qui disparut quelques minutes plus tard.

Enfin des soucoupes, cigares, disques, couronnes, boules, lueurs, traînées lumineuses de couleurs diverses et tous autres objets volants on été vu à Saint-Etienne, dans plusieurs villages d'Eure-et-Loire, à Dieulanvollon (Côtes-du-Nord), à Heyrieux (Isère), à Ajort (Calvados) et à Biarritz.

Un cultivateur de Chaleix (Dordogne), M. Garreau, a affirmé sur l'honneur, avoir vu une «soupière volante» se poser dans sa propriété, M. Garreau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux, revêtus de combinaisons kaki, en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé une langue inconnue. M. Garreau stupéfait n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans leur appareil qui s'est envolé sans bruit à une allure vertigineuse.

A l'endroit indiqué par M. Garreau, on a constaté que l'herbe avait été foulée.

[Ref. ss1:] JOURNAL "SAMEDI-SOIR":

Scan

[...]

Faut-il continuer?
Faut-il citer l'être fourré, portant autour de la taille un large corset de couleur orange, aperçu près d'une soucoupe par M. Narcy, en bordure de la route de Wassy (Haute-Marne), le 5 octobre à 7 h. 15 du matin?

Ou encore, l'homme de 96 centimètres, portant une large ceinture de cuir, des chaussures et un slip, qui s'est élevé dans les airs grâce à deux boîtes en forme de poires, placées sous chaque bras. Cet être a été aperçu par M. Lacambre, ouvrier forestier à Saint-Pardoux (Lot), le lundi 4 octobre, à 8 h. 10, et le témoin a même déterminé par les empreintes que le petit bonhomme chaussait du 21...

Que penser de l'affirmation de M. Garreau, qui jure "sur l'honneur" avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété, et deux hommes parfaitement normaux en descendre, qui lui ont serré la main et caressé son chien avant de partir aussi vite qu'ils étaient venus...

Et ce manoeuvre de Lavoux (Vienne), M. Roger Barrault qui, samedi 9 octobre, à 19 heures, fut paralysé par un rayon lumineux émanant d'une "scaphandrier" haut de 1 m. 50, chaussé de bottes, aux yeux brillants, et portant une forte moustache...

Et le cigare posé dans une clairière, à Diges dans l'Yonne, auprès duquel Mme Veuve Gaffroy [sic, Geoffroy] a vu un homme, de dos, en combinaison et coiffé d'un bonnet kaki...

Et M. Jean Labonne, de Bergerac, qui, le 2 octobre, à 22 heures, aperçut un champignon métallique dans son jardin. "Qui va là?" cria-t-il en distinguant une ombre. "Que me voulez-vous?" Mais l'ombre grimpa dans le champignon qui s'éleva dans les airs avec une prodigieuse rapidité.

Il n'est pas jusqu'à l'Angleterre qui commençait à s'inquiéter et presque à s'indigner que pas la moindre soucoupe, pas le moindre "cigare" ou cigarillo, ne fit l'honneur de se montrer au peuple qui a gagné la bataille de Trafalgar. Cette lacune vient d'être largement comblée par les révélations sensationnelles d'une ornithologue, M. Cedric Allingham, qui prétend avoir rencontré, le 18 février, au nord de l'Ecosse, non pas un martien, mais un Vénusien avec lequel il a eu un long et difficile entretien!

Ce Vénusien mesurait à peu près 1 m 73, il avait des cheveux bruns coupés court, et sa peau semblait tannée. Il était enveloppé complètement dans une sorte de combinaison qui avait l'apparence d'une cotte de maille. De son nez sortaient deux petits tubes que joignaient un fil métallique... M. Allingham put toucher la soucoupe dont le métal était légèrement tiède, et il prit finalement congé du Vénusien non sans lui avoir offert son stylo, que l'homme mit soigneusement dans une poche de sa combinaison et après avoir pris à la sauvette une photographie de l'étrange personnage. Cette image plutôt floue n'est, il faut l'avouer, qu'assez peu révélatrice. On y voit la silhouette d'une homme vu de dos, marchant légèrement courbé, et que, sans un peu d'imagination, on pourrait facilement confondre avec la silhouette de n'importe quel terrien.

Enfin, aux dernières nouvelles, c'est une véritable avalanche de Martiens qui vient de s'abattre sur notre sol.

A Pournoy la Chétive, en Moselle, trois enfants faisaient du patin à roulette, lorsqu'un engin rond, de 2 m. 50 de diamètre, atterrit près d'eux. Un homme en sortit, tenant à la main une lampe allumée qui aveugla les enfants.

Il était vêtu d'une soutane noir "comme celle de M. le curé", et après avoir dit quelques mots incompréhensibles il s'est envolé dans sa soucoupe.

A l'île d'Oléron, pour la première fois, ce sont deux Martiennes qui posent le pied sur terre. C'est M. Martin, un instituteur colonial en congé, qui nous en apporte la description. Elles portaient des bottillons et des gants de cuir, ainsi que des casques brillants. Elles étaient fort jolies et consentirent gentiment à donner un autographe à l'instituteur.

Il faudrait un volume entier pour rapporter tous les cas dans le détail. Mais tous ces braves gens jurent leurs grands dieux qu'ils n'inventent rien. Leur entourage fait chorus. Lui, inventer une telle histoire? Un père de famille connu pour son honorabilité... Un garçon qui n'a jamais bu une goutte d'alcool dans son existence? Allons donc!

Alors? Faut-il en conclure qu'ils ont réellement aperçu des êtres étranges, poilus, casqués, bottés, parlant un langage incompréhensible? Fait-il ajouter foi à cette histoire de mystérieux rayon vert qui paralysent des êtres humains? Leurs récits sont-ils au contraire, inventés de toute pièces? Reposent-ils sur une base sérieuse enjolivée par la suite?

Rien, absolument rien dans l'état actuel des renseignements recueillis et qui ont été portés à la connaissance du public ne permet de conclure dans le sens de l'authenticité. Les enquêtes ont été conduites comme s'il s'agissait de "vérifier" les dires des témoins et non dans l'esprit d'éliminer toutes les hypothèses aboutissant à des explications plausibles et relativement simples. Ces hypothèses sont nombreuses, elles vont de la farce à l'hallucination en passant pas l'illusion d'optique. Pour les éliminer, il faudrait une information policière extrêmement poussée, doublée, dans tous les cas, d'une enquête psychologique approfondie.

Subsisteraient alors seulement les faits, logiquement inexplicables, qui constitueraient le véritable dossier des Martiens. L'on s'apercevrait alors que ce dossier est extrêmement mince, sinon inexistant, et que dans cette affaire, il y a beaucoup, beaucoup trop de littérature.

[Ref. hws1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur indique qu'en novembre 1954, des entités d'une soucoupe ont tapoté un petit chien appartenant à Charles Garreau, de Chalais.

[Ref. gbr1] GRAY BARKER:

Deux soucoupiens habillés de kaki sont sorti de leur machine et ont choyé le chien de M. Garreau à Chaleis [sic], mais ailleurs d'autres pilotes de soucoupes volantes n'ont pas semblé être des amateurs de chiens.

[Ref. tbr1] TED BLOECHER:

CIVILIAN SAUCER INTELLIGENCE OF NEW YORK
Conférence Publique, 28 jan. 1956
Steinway Hall, 113 7.57 St., N.Y.C.

"ATTERRISSAGES DE SOUCOUPES ET PETITS HOMMES"

Orateur: Ted Bloecher
Directeur de Recherches du C.S.I.

[Autres cas]

Le 2 ou le 3 oct., une "soupière volante" a atterri sur la ferme de M: Garreau à Chaleix. Deux occupants parfaitement humains sont sortis, ont parlé dans une langue inconnue et ont tapoté son chien, ont réintégré leur machine et décollé. 43/

[Autres cas]

[Ref. jgu1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu indique qu'un fermier de Chaleix, Dordogne, a affirmé que le 4 octobre 1954, il a vu objet en forme de cloche avec un fond plat atterrir sur sa propriété, et que deux hommes parfaitement normaux habillés de combinaisons kaki sont descendus, l'ont approché en souriant, lui ont serré la main en parlant dans une langue que Garreau n'a pas pu comprendre. Muet d'étonnement, Garreau les a observés "tandis que l'un d'eux caressait affectueusement son chien!" Les deux Ouraniens sont aussitôt remonté dans leur engin qui s'est envolé sans bruit à une vitesse vertigineuse.

Guieu ajoute qu'à l'emplacement il a été trouvé que l'on avait marché sur l'herbe, et commente que les sceptiques diraient que ceci est une piètre indication mais que "l'on ne peut vraiment pas contraindre" le témoin "à fournir des preuves matérielles qui ne lui ont pas été laissées!"

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

L'auteur indique que parmi les récits douteux sur des occupants allégués de soucoupes, il y a le cas de Mr. Garreau, cultivateur à Chaleix, qui le 4 octobre 1954 est seul dans sa propriété à une heure non précisée, et voit un engin "en forme de poire" se poser, dont sortent deux hommes parfaitement normaux habillés en combinaisons kaki, qui lui parlent une langue incompréhensible et repartent. L'engin s'envole à une allure vertigineuse.

L'auteur fait remarquer que si Mr. Garreau ignore l'anglais on peut fortement supposer qu'il s'agit de simples américains en hélicoptère, mais que malheureusement rien n'est détaillé dans le témoignage de Mr. Garreau dont nous n'avons que des résumés, et qu'il convient donc d'attendre avant de s'inquiéter de ce témoignage seul de son espèce.

[Ref. jve8:] JACQUES VALLEE:

Date Lieu Pays Témoignage par Description des "Pilotes" Total
4 oct. 1954 Chaleix France Garreau 2 hommes normaux en salopettes kaki, parlent une langue inconnue, poignée de main 2

[Ref. jve6:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée dit qu'après clarification et amélioration de son fichier OVNI, il y a seulement deux types de rapports de créatures qui restent à considérer, ceux où les entités sont des hommes comme dans le cas de Chaleix, et ceux où ce sont de "petits hommes avec des tenues de plongée", et que leur vraie signification en liaison avec des d'incidents d'UFO reste à discuter.

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

232 -000.93060 45.50760 04 10 1954 CHALAIS-DORDOGNE F 0211 I

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

Scan

190) 4 Octobre 1954. Chaleix (France):

M. Garreau, cultivateur, vit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale en sortirent par une porte coulissante. Ils portaient des tenues kaki et semblaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin, et dirent quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version, ils prononcèrent des mots incompréhensibles). Ils caressèrent le chien du témoin et partirent à une vitesse étonnante. (P 37).

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 4 octobre 1954, à Chaleix, Dordogne, France, M. Garreau, que les habitants du pays considèrent comme digne de confiance, a aperçu un objet rond qui volait, qui était de la taille d'un petit camion, et avait un peu la forme d'un chaudron. L'objet a atterri dans son champ, une porte à glissière s'est ouverte et deux hommes "normaux" vêtus de combinaisons de travail brunes, en sont sortis. Ils paraissaient être européens et ont serré la main de Garreau puis lui ont demandé: "Paris? Au nord?". Le fermier était si estomaqué qu'il ne pouvait pas répondre, les deux hommes ont caressé son chien et se sont envolés.

[Ref. jve3:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 4 octobre 1954, un fermier, Mr. Garreau, a vu un objet de la taille d'une carriole atterrir dans un champ à Chaleix en Dordogne. Deux individus de type humain et de taille normale, portant des combinaisons, ont émergé de l'appareil et ont parlé au témoin dans une langue qu'il n'a pas comprise.

[Ref. gcn1:] GORDON CREIGHTON:

Chaleix, France (4 octobre 1954)

Un fermier, M. Garreau, a observé l'atterrissage d'un objet aussi grand qu'une voiture, dont ont émergé deux hommes de stature normale, de type européen et de portant des combinaisons kaki. Ils lui ont serré la main et ont dit quelque chose, différemment interprété comme "Paris?" "Nord?" ou quelque chose d'incompréhensible. Ils ont tapoté son chien avant de réintégrer leur machine et de décoller à une vitesse étonnante.

Jacques Vallée: Cas N° 190 de A century of Landings, dans Lumières Dans la Nuit, N° 102 (Octobre 1969) et Passport to Magonia.

[Ref. ldl1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "LUMIERES DANS LA NUIT":

Le magazine notait "19. 04-10-54 Chaleix" comme étant l'un des cas de la vague de 1954 qui devrait être enquêté ou enquêté à nouveau.

[Ref. gcn3:] GORDON CREIGHTON:

39. Chaleix, France (4 octobre 1954)

Un agriculteur, M. Garreau, a observé l'atterrissage d'un objet gros comme une voiture, à partir duquel ont émergé deux hommes de taille normale, de type européen et portant des tenues kaki. Ils lui ont serré la main et dit quelque chose, diversement interprété comme "Paris? Nord?" ou quelque chose d'incompréhensible. Ils ont donné une tape à son chien avant de rentrer dans leur machine et de décoller à une vitesse incroyable.

[Ref. jdr1:] J.C. DUFOUR - LDLN:

Scan

43. Chaleix, France - 4 octobre 1954.

Un fermier, M. Garreau, observa l'atterrissage d'un objet aussi gros qu'une voiture d'où émergèrent deux hommes de stature normale, de type européen, et portant des survêtements kaki. Ils lui serrèrent la main et lui dire [sic] quelque chose du genre: "Paris? Nord?", ou une phrase similaire, à peu près incompréhensible. Ils caressèrent le chien avant de rentrer dans la machine qui reprit l'air à grande vitesse.

(N. D. T.: Ce cas aurait été expliqué depuis comme étant l'atterrissage d'un hélicoptère des forces américaines de l'OTAN).

Réf. : J. Vallée : Cas no 190 "Un siècle d'atterrissages" dans LDLN no 102 (octobre 1969) et "Passport to Magonia".

[Ref. jve4:] JACQUES VALLEE:

Scan

4 octobre 1954. Chaleix (France):

M. Garreau, cultivateur, vit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale en sortirent par une porte coulissante. Ils portaient des tenues kaki et semblaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin, et dirent quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version, ils prononcèrent des mots incompréhensibles). Ils caressèrent le chien du témoin et partirent à une vitesse étonnante. (Franc-Tireur, l'Aurore, Libération, 7 octobre; France-Soir, Paris-Presse, 8 octobre 1954).

[Ref. jpa1:] GEPA "PHENOMENES SPATIAUX":

No DATE LIEU DIV. TERRITORIALE. PAYS OU NATION TEMOINS TYPES SOURCES
46 04.10.54 Chaleix Dordogne Fr Garreau 1.V1 6,991 11,1651 (190)

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

Scan

366 4 octobre 1954

CHALEIX (FRANCE) Un agriculteur, M. Garreau, a vu un objet en forme de cloche de la taille d'une voiture atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé par une porte coulissante. Ils portaient une combinaison kaki et étaient de type européen. Ils ont serré la main du témoin et lui ont dit quelque chose comme: "Paris? Nord?". Ils ont donné une tape dans le dos au chien de M. Garreau. L'engin a décollé à une vitesse incroyable.

(Ml90; Franc-Tireur, L'Aurore, Liberation, 7 oct 54; France-Soir, Paris-Presse, 8 oct 1954; Magonia, 146: Carrouges S, 130; Pereira V, 195) CARROUGES? PERERIRA, ET CERTAINS RAPPORTS DE JOURNAUX DISENT QUE LES OCCUPANTS DISAIENT DES MOTS INDISTINCTS.

[Ref. jve7:] JACQUES VALLEE - MAGAZINE "HISTORIA":

4 octobre 1954, Chaleix (Dordogne).

M. Garreau, cultivateur, vit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale en sortirent par une porte coulissante. Ils portaient des tenues kaki et semblaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin, et dirent quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version ils prononcèrent des mots incompréhensibles). Ils caressèrent le chien du témoin et partirent à une vitesse étonnante.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent que plusieurs grands journaux ont publié l'histoire suivante concernant un incident en Dordogne le 4 octobre 1954:

"A Chaleix, un cultivateur, vit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes, de taille normale, en sortirent par une porte coulissante. Ils portaient des tenues kaki et semblaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin et dirent quelque chose comme "Paris?, Nord?" (selon une autre version ils prononcèrent des mots incompréhensibles). Ils caressèrent le chien du témoin et partirent à une vitesse étonnante."

Ils notent que cette histoire pour le moins singulière laisse apparaître la présence d'un "engin" et de ses occupants, et que l'engin est décrit parfois comme une charrette, est signalé par Jimmy Guieu dans son livre "Black-out sur les soucoupes volantes" comme affectant une forme de cloche, et dans un autre catalogue, il est décrit comme un appareil circulaire, et qu'il est donc délicat, sans avoir un témoignage précis, de définir la forme de ce qu'a vu ce paysan.

Ils indiquent avoir questionné Mr. Garreau qui s'est souvenu que c'était le soir, à la tombée de la nuit, mais que son souvenir est vague dans son esprit, qu'il a peu de détails à leur fournir, car il l'a très mal distingué, sous forme d'une forme grise au crépuscule.

Concernant les occupants, il indique qu'ils étaient de taille normale, "comme vous et moi... Non, ils n'avaient pas de casques, ils étaient habillés de couleur kaki... oui des gens normaux... ils ne m'ont pas serré la main, ils m'ont même pas causé. Le départ ... je ne me souviens plus."

Les deux auteurs en déduisent qu'il a peut-être observé des militaires et leur hélicoptère, ou tout autre appareil puisque Mr Garreau ne l'a vu ni arriver ni partir.

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN LOUIS RUCHON:

Un hélicoptère de l'O.T.A.N. confondu avec un OVNI

04 10 1954 heure non précisée Chaleix.

TEMOIN. M. Garreau, fermier.

OBSERVATIONS.

a) Un objet de la taille d'une charrette atterrit dans un champ.

b) Deux hommes de taille normale, de type européen, portant des tenues kaki.

DEROULEMENT. Le témoin voit un objet de la taille d'u charrette atterrir dans un champ. Deux êtres en sortent, serrent 1 main du témoin et disent quelque chose comme: PARIS? NORD?

Selon une autre version, ils prononcèrent des mots incompréensibles.

Ils caressent le chien du témoin et partent à une vitesse étonnante.

EN REALITE. Ce cas aurait été expliqué depuis comme étant l'atterrissage d'un hélicoptère des forces de l'O.T.A.N.

SOURCES. Catalogue Vallée, cas n° 190. - L.D.L.N., n° 126, 11, 24. - Franc tireur. - L'Aurore, Libération du 7/10/1954. - France-Soir, Paris-Presse du 8/10/1954.

[Ref. via1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "VIMANA 21":

VENDREDI 8 OCTOBRE [date de la source]: UNE "SOUPIERE " DANS LA DORDOGNE -

Limoges - Un cultivateur de Chaleix, en Dordogne, M. Garreau a affirmé sur l'honneur avoir vu une "soupière volante" se poser dans sa propriété. M. Garreau a déclaré que deux hommes parfaitement normaux, revêtus de combinaison kaki en sont descendus, lui ont serré la main et lui ont parlé dans une langue inconnue. M. Garreau stupéfait, n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et sont remontés dans leur appareil qui s'est envolé sans bruit à une allure vertigineuse. A l'endroit indiqué par M. Garreau on a constaté que l'herbe avait été foulée.

La source est indiquée être le journal Le Bien Public.

[Ref. mft1:] FRANCAT, MICHEL FIGUET:

04.10.1954

Chaleix

confusion avec un hélicoptère de l'O.T.A.N., "OVNI" p. 664 et LDLN n° 126.

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

4 octobre. Chaleix, France, (pas d'heure connue)

Extrait du Radiotélétype français:

"Un fermier de Dordogne a encore vu des 'Martiens' hier. Selon lui, ils étaient deux hommes normaux, de type européen, habillés de combinaisons kaki. Ils sont descendus d'un objet qui avait atterri à proximité, ont approché le fermier et lui ont serré la main, lui demandant: 'Paris-nord?' Intimidé par la stupéfaction, le fermier n'a pas pu répondre. Les deux étrangers ont caressé son chien et ont embarqué dans leur engin. Ils ont allumé un certain genre d'éclairage électrique et l'appareil a volé loin rapidement et sans bruit, sans fumée ou étincelle, à une vitesse vertigineuse. En raison du brouillard et de la semi-obscurité, le témoin n'a pas pu observer exactement, et a donné de l'objet la description suivante: Il avait le coffre d'un grand chariot, et la forme 'd'une soupière ovale' effilée à l'avant." 43.

[Ref. bhd1:] ROBERT E. BARTHOLOMEW ET GEORGE S. HOWARD:

Les auteurs indiquent que le 4 octobre 1954, à Chaleix, Dordogne, en France, un objet en forme de chaudron et à peu près de la taille d'un petit camion a atterri dans le champ d'un Mr. Garreau, puis deux hommes normaux d'apparence européenne portant des combinaisons brunes en sont sortis et lui ont serré la main. Ils ont demandé, "Paris? Le nord?", et le fermier a été tellement choqué qu'il n'a pas répondu. Les êtres ont alors caressé son chien avant de s'envoler au loin.

Les auteurs indiquent que leur source est Jacques Vallee, Passport to Magonia, 1969, à la page 226.

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique dans son catalogue qu'en 1954, le 4 octobre, en France à Chaleix, "M. Garreau, cultivateur, vit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale en sortirent par une porte coulissante. Ils portaient des tenues kaki et semblaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin et dirent quelque chose comme "Paris? Nord?" (selon une autre version ils prononcèrent des mots incompréhensibles). Ils caressèrent le chien du témoin et partirent à une vitesse étonnante."

Elle indique la source de ceci comme "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 267."

Elle indique qu'une autre version est: "Pendant qu’il est seul dans sa propriété, à une heure non précisée, il voit se poser un engin 'en forme de poire'. Il en sort deux hommes parfaitement normaux, habillés de combinaisons kaki: ils lui parlent une langue incompréhensible et repartent. L’engin s’envole à une vitesse vertigineuse."

Elle indique que la source de cette version est "Michel Carrouges: 'Les apparitions de Martiens' éd. Fayard, 1963, p.99."

Elle indique encore une autre version : "une 'Soupière volante' grosse comme un tombereau, se pose dans les champs du témoin. Deux hommes de type européen vêtus de combinaisons kaki. Après avoir serré la main du témoin l’un d’eux a demandé 'Paris ? Nord ?' Stupéfait le témoin voit ensuite l’engin disparaître à une vitesse vertigineuse."

Elle en indique la source comme "GESAG, bulletin n° 106, mars 2001, page 5".

Enfin, une autre version est que: "EN REALITE: Il s'agirait d'une méprise: atterrissage d'un hélicoptère de l'OTAN."

Cette dernière version étant sourcée "M. FIGUET/ J.L. RUCHON: 'Ovni, Premier dossier complet...' éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 664, 665."

[Ref. ars1:] ALBERT ROSALES:

104.
Lieu. Chaleix France
Date: 4 octobre 1954
Heure: inconnue

Mr. Garreau, un fermier, a vu une soucoupe volante atterrir sur sa propriété. Une porte coulissante s'est ouverte et deux hommes normaux portant des vêtements kaki sont descendus et ont serré la main de Garreau; ils lui parlaient dans un langage inconnu, et ont caressé son chien. Puis ils sont revenus à leur machine, qui a volé au loin à une vitesse vertigineuse.

Humcat 1954-68
Source: Humcat citant des sources de la presse quotidienne
Type: B

[Ref. lhh2:] LARRY HATCH:

04/10/1954 CHALEIX, 24, FR: Hélicoptère de l'OTAN posé avec hommes en tenues kaki.

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

Ce jour-là

4 octobre

[...]

1954 - M. Garreau, un fermier de Chaleix, France a vu un objet de la taille d'un chariot atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé par une porte coulissante. Ils portaient des combinaisons kaki et étaient de type européen. Ils ont serré la main du témoin et dit quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version ils ont parlé avec des mots indistincts.) Ils ont donné un tapotement au chien de Mr. Garreau et ont décollé à une vitesse étonnante. (Sources: Liberation, 7 octobre 1954; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 217).

[...]

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Lundi 4 octobre 1954

[...]

A Chaleix (France), M. Garreau (cultivateur) voit un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. 2 hommes de taille normale en sortent par une porte coulissante. Ils portent des tenues kaki et semblent de type européen. Ils serrent la main du témoin, et disent quelque chose comme : Paris ? Nord ?. Ils caressent le chien du témoin et partent à une vitesse étonnante.

[...]

Jérôme Beau indique comme source: "Franc-Tireur, l'Aurore, Libération, 7 octobre, France-Soir, Paris-Presse, 8 octobre 1954".

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 4 octobre 1954 à Chaleix, France, il y a eu "une rencontre rapprochée avec un engin non identifié et ses occupants. Explication: fait par l'homme."

Le site ajoute: "Un comme hélicoptère orange [sic], environ 20 pieds de large, a été observé par un témoin masculin à une ferme brièvement. Deux humanoïdes de 5.5 pieds de haut, chacun portant un costume kaki, ont été vus."

Et: "M Garreau, un fermier, a vu atterrir une soucoupe volante sur sa propriété. Une porte coulissante s'est ouverte et 2 hommes normaux portant des combinaisons kaki sont descendus et ont serré la main de Garreau; ils lui ont parlé dans une langue inconnue, et ont choyé son chien. Ensuite ils sont revenus à leur machine, qui a volé loin à une vitesse vertigineuse."

Les sources sont indiquées comme: "Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; FSR, FSR (anciennement Flying Saucer Review), FSR, Londres, 1966; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Pereira, Jader U., Les Extra-Terrestres, Phenomenes Spatiaux, Paris, 1974; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Vallee, Jacques, Passport to Magonia, Henry Regnery, Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Carrouges, Michel, Les Apparitions de Martiens, Fayard, Paris, 1963; Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Coupures de Journaux; Civilian Saucer Intelligence-New York; Hatch, Larry, internet data; Rosales, Albert, Humanoid Sighting Reports Database."

[Ref. uda2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 4 octobre 1954 à Chaleix, France, "un objet de la taille d'un chariot a atterri. Deux hommes de taille normale ont émergé."

Le site ajoute: "Mr. Garreau, un fermier de Chaleix, France a vu un objet de la taille d'un chariot atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé par une porte coulissante. Ils portaient des combinaisons kaki et étaient de type européen. Ils ont serré la main avec le témoin et dit quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version ils ont dit des mots indistincts.) Ils ont donné un tapotement sur le dos du chien de Mr. Garreau et ont décollé à une vitesse étonnante."

Et: "un fermier, M. Garreau, a vu un objet de la taille d'un chariot atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé par une porte coulissante. Ils portaient des combinaisons kaki et étaient de type européen. Ils ont serré la main avec le témoin et dit quelque chose comme: "Paris? Nord?" (selon une autre version ils ont dit des mots indistincts.) Ils ont donné un tapotement sur le dos du chien de Mr. Garreau et ont décollé à une vitesse étonnante."

Et: "On a observé un objet. Des effets physiologiques ont été notés. Un disque de couleur changeante avec dôme, d'environ 20 pieds de large, a été observé par trois témoins masculins dans une forêt pendant dix minutes. Aucun bruit n'a été entendu. Quatre nains ont été vus."

Les sources sont indiquées comme: "Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Hatch, Larry, *U* computer database, L'Auteur, Redwood City, 2002".

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON:

Octobre 4 1954.

CHALEIX (DORDOGNE : FRANCE)

Un fermier Mr. Garreau a vu un objet en forme de cloche, de la taille d'une voiture, atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé à travers une porte coulissante. C'étaient des hommes qui semblaient européens portant une salopette kaki. Ils ont serré la main de Garreau et même quelque chose d'indistinct [sic], que Garreau a pensé sonnait comme "Paris Nord?" Ils ont donné a son chien une tape dans le dos, puis sont rentrés dans l'engin, qui a décollé à une vitesse incroyable.

Vallee cas 190, citant Franc-Tireur + L’Aurore + Liberation tous 7 octobre 1954 + France Soir + Paris Presse 8 octobre 1954 + Vallee 1969 p.146.
Heiden citant Carrouges 1967, p.130 + Pereira 1966, p.195.
LDLN 126, p.24 suggère que ceci a pu avpot été un hélicoptère et pilote.

[Ref. lpt1:] LYNN PICKNETT:

L'auteur dit que "dans son magistral Passport to Magonia", Jacques Vallée cite le cas de Monsieur Garreau de Chaleix, Dordogne, qui, le 4 octobre 1954, a vu un objet "en forme de chaudron", de la taille d'un "petit camion" atterrir dans son champ, duquel est sorti deux hommes "normaux" d'allure européenne, en salopette marron, qui ont serré la main du témoin surpris et brusquement demandé "Paris? Nord?". Garreau était tellement choqué qu'il n'a pas pu répondre. Les hommes ont caressé son chien, ont grimpé dans leur engin et se sont envolés.

L'auteur se demande la raison de ces événements et la raison de la question si inutile, pourquoi les "hommes" n'ont pas attendu que Garreau puisse répondre, et pourquoi ils voleraient dans un engin tellement supérieur sans même avoir les instruments de navigation à bord pour trouver leur chemin.

L'auteur conclut que tout l'événement doit avoir été "mis en scène" juste "pour provoquer la consternation" ou pour alerter sur l'existence "de l'étrange" et "d'autres mondes."

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*4 Oct. 1954 - Mr. Garreau, un agriculteur à Chaleix, France, a vu un objet de la taille d'une charrette atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale ont émergé par une porte coulissante. Ils portaient des combinaisons kaki et étaient de type européen. Ils serrèrent la main du témoin et dirent quelque chose comme: "Paris? Nord?" (Selon une autre version, ils disaient des paroles indistinctes.) Ils ont donné une tape dans le dos du chien de M. Garreau et ont décollé à une vitesse incroyable. (Sources: Liberation, 7 octobre 1954; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 217, cas n°190).

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Chaleix France

Date: 4 octobre 1954

Heure: inconnue

M. Garreau, qui était considéré comme digne de confiance par les résidents locaux, a vu un objet volant rond, de la taille d'un petit camion, de forme un peu comme un chaudron. Il a atterri dans son champ, et une porte s'ouvrit. Deux hommes "normaux" en combinaisons brunes en sont sortis. Ils ressemblaient à des Européens et ont serré la main de Garreau. Puis ils ont demandé, "Paris? Nord?" Le pauvre fermier était tellement surpris qu'il n'a pas répondu. Les deux hommes ont caressé son chien et se sont envolés.

Source: Humcat citant source de journal

Hélicoptère de l'OTAN posé avec hommes en tenues kaki.

[Ref. jgz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une fausse rencontre rapprochée du troisième type à Chaleix, Dordogne, le 4 octobre 1954, à une heure exacte inconnue:

M. Garreau, cultivateur, a vu un engin de la taille d'une charrette, ou en forme de cloche à la base arrondie selon une autre source, se poser dans son champ. Deux hommes de taille normale en sont sortis par une porte coulissante. Ils portaient des combinaisons kaki et semblaient de type européen. Ils se sont approchés du témoin, lui ont serré la main et on dit quelque chose comme "Paris? Nord?". Selon une autre version, ils ont prononcé des mots dans une langue qu'il ne pouvait pas comprendre. L'un deux a caressé le chien de M. Garreau, puis ils ont réintégré l'engin qui s'est envolé à une allure vertigineuse.

Les sources sont données comme Jimmy Guieu, "Black-Out sur les Soucoupes Volantes", page 165; Michel Carrouges, "Les apparitions de Martiens", page 99.

Julien Gonzalez indique qu'en réalité, ce cas aurait été expliqué depuis comme étant l'atterrissage d'un hélicoptère des forces de l' O.T.A.N., d'après Lumières dans la Nuit, n° 126, page 24.

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données enregistre ce cas 17 fois!

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541003 03.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France CE II
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III
19541004 04.10.1954 Chaleix France RR III

[Ref. prn3:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

4 octobre 1954. Soir.

CHALEIX (DORDOGNE : FRANCE)

Un fermier Mr Garreau a vu un objet en forme de bol, de la taille d'une charrette, atterrir dans son champ. Deux hommes de taille normale en sont sortis par une porte coulissante. Ils étaient d'apparence Européenne portant des tenues intégrales kaki. Ils ont serré la main de Garreau et dit quelque chose d'indistinct, dont Garreau pensait que cela sonnait comme "Paris Nord?" Ils ont donné une tape sur le dos de son chien, pis sont rentrés dans l'engin, qui a décollé à une vitesse étonnante.

Vallée cas 190 citant Franc-Tireur + L'Aurore + Liberation all 7 octobre 1954. + France Soir + Paris Presse 8 octobre 1954. + Vallee 1969 p146 : : Heiden citant Carrouges 1967 p130 + Pereira 1966 p195

Evaluation - Probablement [!] un hélicoptère

Explications:

Un hélicoptère militaire de l'OTAN.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Chaleix, Dordogne, objet, atterrissage, décollage, langage, mots, paroles, hommes, militaires, occupants

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 27 mars 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 16 mars 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [mcs1], [goe1], [djn1], [jbu1], [uda1], [uda2].
1.1 Patrick Gross 22 juin 2010 Addition [jve5].
1.2 Patrick Gross 6 juillet 2010 Addition [jve5].
1.3 Patrick Gross 13 août 2013 Addition [prn2].
1.4 Patrick Gross 29 septembre 2014 Additions [jve8], [jve7], [gcn3], [jpa1], [lhh2], [nip1], [tai1].
1.5 Patrick Gross 17 octobre 2016 Addition [fas1].
1.6 Patrick Gross 8 décembre 2016 Additions [gbr1], [tbr1], [lgs1], [ubk1].
1.7 Patrick Gross 24 décembre 2016 Additions [lpc1].
1.8 Patrick Gross 20 février 2017 Addition [jgz1].
1.9 Patrick Gross 8 novembre 2019 Additions [ldl1], [jdr1], [prn1], [mft1], [ads1], [via1], [prn3].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 novembre 2019.