France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

7 octobre 1954, Saint-Jean-d'Assé, Sarthe:

Référence pour ce cas: 7-oct-54-StJean. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. bs1:] JOURNAL "THE BALTIMORE SUN":

Scan

Un 'Cigare Volant' signalé vu

Le Mans, France, 9 oct. (Reuters) - Alexandre Tremblais, un laitier, rapporte aujourd'hui un "cigare volant" capable d'arrêter les voitures et d'éteindre les lumières.

Tremblais a dit qu'il conduisait son camion de lait le long d'une route quand soudainement le moteur s'est arrêté et les phares se sont éteints. Il est sorti et a vu un "cigare" rouge et bleu brillant d'environ trois pieds de long filer au-dessus de son véhicule.

Quelques minutes plus tard, son moteur a démarré et les lumières ont de nouveau fonctionné.

Pendant ce temps, une "soucoupe volante" qui se serait écrasée près d'Abbeville s'est révélée être un ballon météorologique utilisé par la Royal Air Force britannique. Il avait éclaté en touchant le sol.

D'autres rapports d'objets étranges vus dans le ciel dans toute la France comprenaient un "champignon lumineux volant", un disque orange fumant brillant et une machine grise faisant un sifflement fort.

[Ref. ll1:] JOURNAL "LE LORRAIN":

Scan

LES "SOUCOUPES VOLANTES"

posent de nombreuses énigmes

MAINTENANT, LES VOITURES S'ARRETENT

PARIS. -- Les "soucoupes volantes" continuent.

De partout, on en signale. Et maintenant, voilà qu'elles se mêlent d'arrêter les moteurs.

Un ramasseur de lait du Mans, M. Alexandre Tremblais, qui circulait à bord de son camion sur la petite route près de Saint-Jean-d'Assé (Sarthe), constata soudain que le moteur de son véhicule s'arrêtait et que les phares s'éteignaient.

M. Tremblais descendit de son camion pour voir passer à toute allure au-dessus de lui un cigare lumineux rouge et bleu, d'un mètre de long, qui disparut à l'horizon. Quelques minutes plus tard, le moteur repartait normalement et les phares fonctionnaient à nouveau.

A Nancy, un sceptique endurant, M. Georges Bou, 30 ans, chauffeur à Sarrebruk [sic, Sarrebourg], roulait sur la nationale 3 entre Morsbach et Forbach lorsqu'il vit une ombre large et épaisse barrer la route. Il stoppa, descendit de sa cabine, croyant à un accident. Mais il se rendit compte quil était bel et bien arrêt par une soucoupe. Celle-ci avait neuf mètres de diamètre et quatre mètres de hauteur environ. Elle était éclairée par plusieurs faisceaux lumineux dirigés vers le sol.

Le chauffeur s'approcha de l'étrange appareil. Soudain, celui-ci décolla à la verticale, marqua un temps d'arrêt à dix mètres, puis s'éloigna très rapidement.

Le capitaine de gendarmerie Bohler s'est rendu sur les lieux aujourd'hui avec M. Bou. Mais il n'a pu relever aucune emprunte.

A l'Ile de Ré, M. Simonnetti a déclaré avoir vu une sphère lumineuse de 12 mètres de diamètre environ, qui oscilla à une cinquantaine de mètres du sol.

La sphère, a-t-il dit, est devenue rouge, a viré au bleu et s'est élevée très rapidement à la verticale.

Deux autres habitants et deux Parisiens en vacances ont confirmé.

A Duclair (Seine-Inf.), M. Landrin, préposé aux eaux, qui se promenait en compagnie de sa femme, a été aveuglé par un faisceau lumineux. Lorsqu'il rouvrit les yeux, Déclara-t-il, il vit une boule qui disparut quelques minutes plus tard.

- Près de Reims, un mécanicien des usines Panhard, M. Joseph Roy, 30 ans, a vu près de l'Isles-sur-Suippe un cigare posé au sol, ressemblant d'après sa description à celui de Marignane. Des témoins alentours ont confirmé.

- A la Montagne-de-Béruges (Vienne), un cultivateur, M. Edouard Thébault, a observé dans son champ un énorme engin lumineux.

Quelques minutes plus tard, l'engin s'éteignit et un énorme phare balaya la route, puis quand le témoin revint accompagné de son père qu'il avait été quérir, tout avait disparu.

- Plusieurs pêcheurs et toute la famille d'un marchand de poissons ont vu dans le ciel, à Plozevet (Finistère), une vive lueur entourée d'une fumée dense. Cette lueur, d'abord immobile, se dirigea vers eux à une altitude d'environ dix mètres. Elle avait l'apparence d'une sphère orange.

- Un engin siffleur, de couleur grise, s'est immobilisé un instant à 100 mètres environ de Chassevreuil (Indre). L'appareil est reparti à vive allure, laissant derrière lui comme un brouillard.

Dans la même commune, un jeune homme a vu un engin lumineux de couleur rouge-orange qui se déplaçait en direction nord-sud.

- Une coupole demi-sphérique de couleur aluminium, éclairée à l'intérieur, qui se trouvait à environ trois mètres de la route et à un mètre du sol, a été vue à Jettingen (Haut-Rhin) par M. René Ott, employé à la S.N.C.F. Effrayé, M. Ott s'enfuit. Il eut cependant, dit-il, le temps de remarquer qu'une port s'ouvrait dans l'appareil. Celui-ci évolua au-dessus de lui sur une distance de 800 mètres avant de disparaître. Les gendarmes n'ont relevé aucune trace.

- Un engin silencieux, qui se déplaçait en tournant comme une toupie, a été vu à Calais, au-dessus du théâtre municipal, par un gardien de la paix, un coiffeur, un chauffeur de taxi et un boucher. Il s'est éloigné en direction de la mer.

- Une soucoupe volante s'élevant sans bruit à la verticale à été vue à Vigneux (Seine-et-Oise) par M. Marais, hier à 21 heures. Elle était lumineuse et comportait des hublots.

LA SOUCOUPE ECLATEE DE SAINT-VALERY-sur-SOMME N'ETAIT QU'UN BALLON-SONDE DE LA R.A.F.

ABBEVILLE. -- Encore une fausse soucoupe! L'engin mystérieux qui éclata dans le ciel picard et dont les débris s'éparpillèrent dans une pâture, à Boismont, près de Saint-Valéry-sur-Somme, n'était qu'un ballon-sonde.

Les habitants de la région, dans la crainte du fameux rayon vert "paralysant", n'osèrent s'approcher des débris. Seul, M. Raymond Boucher, employé de sucrerie, eut le courage de venir contempler la soucoupe. Il s'agissait plus simplement d'un ballon utilisé par les services météorologique de la Royal Air Force qui, en touchant le sol, avait éclaté bruyamment.

VIENNE. -- Des milliers de personnes ont vu hier une formation de soucoupes volantes au-dessus de Ried, volant d'est en ouest.

L'OPINION D'UN SAVANT

Interrogé au sujet des voitures qui s'arrêtent, a dit:

- Soucoupes ou pas soucoupes, il faut retenir comme vraies les informations qui parviennent en ce moment. En ce qui concerne l'arrêt brusque de moteurs au passage d'engins, il faut admettre la présence et l'action de rayons inconnus. Cela ne veut pas dire que ces rayons aient une origine extra-terrestre. Vous vous souvenez de ce fameux rayon Z, dont on parlait tant bien avant la dernière guerre? Pendant les hostilités, les belligérants ont encore perfectionné le procédé. J'ai vu personnellement, il y a une quinzaine d'année, des expériences en laboratoires où des rayons électriques enflammaient à des distances de quelques mètres du papier u d'autres matières combustibles.

[Ref. af1] PROJET BLUE BOOK DE L'USAF / AFP:

Le programme Blue Book de l'Armée de l'Air des USA était responsable de l'étude des rapports d'observation d'OVNIS, et rassemblait ainsi des informations des médias sur le sujet. Le texte ci-dessous est leur traduction en anglais d'une brève de l'Agence France Presse (AFP) du 9 octobre 1954.

Scan

Mans, Cherbourg, Finistère, Indre & Mulhouse, France, 8 octobre 1954

Paris, 9 oct.(AFP) -- Vendredi, plusieurs engins mystérieux ont une fois de plus été vus dans le ciel de la France.

1. Près du Mans, un collecteur de lait a déclaré que son camion s'est arrêté pour une raison inconnue et que, quand il est sorti, il a vu un cigare volant lumineux rouge et bleu, d'environ un mètre de long, passer au-dessus de lui. Quand l'engin eut disparu, le moteur du camion s'est remis à fonctionner.

2. A Cherbourg, plusieurs personnes ont vu une "sphère lumineuse" à une altitude plutôt élevée. Après avoir plané au-dessus de la ville, ceci a disparu vers le sud.

3. Dans le Finistère, beaucoup de gens ont été alarmées par une sphère lumineuse manoeuvrant à seulement environ un douzaine de mètres de la terre, qui a semblé se déplacer vers eux.

4. Un résidant de l'Indre a observé un objet de couleur grise immobile à environ 100 mètres d'altitude. Cet engin est ensuite parti à une très vive allure, laissant derrière lui une sorte de de brouillard. Un autre résidant de ce département a déclaré qu'il a vu un objet rouge-orange pâle lumineux se déplacer le long d'un axe nord-sud.

5. Enfin, un cantonnier de la région de Mulhouse dit qu'il a vu une coupole hémisphérique et intérieurement lumineuse dans un champ. Avant de tourner les talons il a eu le temps de remarquer qu'une porte s'ouvrait sur l'engin. L'objet a manoeuvré au-dessus de lui avant de disparaître.

[Ref. re1] AGENCE REUTERS:

LE MANS, FRANCE, 9 oct. 91954 (Reuters) -- Un "cigare volant" qui peut arrêter des voitures et éteindre leurs lumières a été rapporté par le laitier Alexandre Tremblais [sic] aujourd'hui.

Tremblais a indiqué qu'il conduisait son camion laitier le long d'une route quand soudainement le moteur s'est arrêté et les phares se sont éteint. Il est sorti et a vu un "cigare" rouge et bleu brillant d'environ trois pieds de long filer au-dessus de son véhicule.

Quelques minutes plus tard son moteur a démarré et ses lumières ont de nouveau fonctionné.

Pendant ce temps, une soucoupe volant rapportée pour s'être écrasée près d'Abbeville s'est avérée être un ballon météorologique employé par l'armée de l'air royale britannique. Il avait éclaté en touchant le sol.

D'autres rapports d'objets étranges vus dans les cieux partout en France comprennent "un champignon volant lumineux," un disque orange lumineux et fumant et une machine grise faisant un fort bruit de sifflement.

[Ref. af1:] AGENCE FRANCE PRESSE:

Près de St. Etienne, France, 10 octobre 1954

Lyon, 15 octobre 1954 (AFP) -- Est-ce que les soucoupes volantes peuvent être responsable de panne d'allumage d'automobiles sur les routes de France?

Cette question est suggérée par la déclaration d'un conducteur de camion imprimée dans le journal "Le Progrès de Lyon", dont un résumé est donné ici.

Une aventure étrange est arrivée dans la nuit de dimanche à M. Baptiste Jourdy, un homme "solide et calme" d'environ 30 ans, qui conduit un camion de ramassage de lait chaque nuit à Saint-Etienne. A environ 4 heures du matin, sous un ciel couvert par les nuages, M. Jourdy conduisait à travers un plateau inhabité, quand son moteur a soudainement calé et ses phares se sont éteints. Le jeune homme a arrêté son véhicule, et est sorti pour examiner la batterie pour trouver la cause de la panne de l'allumage. Toute d'un coup, il a vu au-dessus de lui une énorme "chose" multicolore, se déplaçant dans le ciel perpendiculairement à la route. Le témoin n'a pas pu être certain au sujet de la forme de la lumière, qui a reculé à grande vitesse sous le plafond de nuage. Le passage de l'objet a duré quelques secondes, probablement une minute. Quand le jeune homme est revenu de sa stupéfaction, il a noté que, sans qu'il n'ait touché quoi que ce soit, ses phares s'étaient rallumés. Le moteur s'est mis en marche au premier essai. Les câbles de batterie étaient intacts.

[Ref. gb1] GRAY BARKER:

Un laitier du Mans a déclaré qu'un cigare volant s'est intéressé à son auto. Quand le moteur s'est arrêté et les phares se sont éteints, il est sorti pour voir ce qui n'allait pas et a vu un engin en forme de cigare rouge et bleue de trois pieds filer au-dessus de sa voiture. Quelques minutes après que l'OVNI ait disparu, les lumières se sont rallumées et son moteur a fonctionné parfaitement.

[Ref. jg1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu indique que le 8 octobre 1954, à 06:20, A.T., propriétaire d'un café du Mans et entrepreneur de ramassage du lait pour une importante société achevait sa tournée de ramassage.

Il se trouvait au volant de son camion sur une route près de Saint-Jean d'Assé, abordant une légère côte, le véhicule avançant lentement. Les phares se sont brusquement éteints et le moteur s'est arrêté. A.T. a été très étonné et a tiré sur son démarreur mais le camion est resté immobile. Perplexe, A.T. a pris une torche électrique, qui fonctionnait, contrairement aux phares, et est sorti puis a soulevé le capot.

Jimmy Guieu rapporte des propos du témoin:

"Je ne remarquai rien d'anormal au moteur. Mais comme je me redressais, je vis passer à vive allure dans le ciel, à faible hauteur, une lueur bleue ressemblant aux étincelles dégagées par un chalumeau."

Jimmy Guieu poursuit en indiquant que le phénomène a disparu aussi vite qu'il était venu. A.T. est remonté dans son camion et a essayé de repartir. Le moteur a répondu aussitôt et les phares se sont rallumés. Le camion a roulé normalement.

Jimmy Guieu rapporte enfin que le patron de la laiterie pour laquelle le témoin travaillait a déclaré que celui-ci est un homme de confiance "qui n'a pas pour habitude de multiplier les incidents par dix ni de déformer ce qu'il voit."

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel rapporte que le 7 octobre 1954, vers 06:20 du matin, M. Alexandre Tremblay circulait en camion sur une petite route à l'Est de la route nationale 138. Travaillant pour une importante société chocolatière, [Poulain?] il ramassait ainsi chaque matin le lait provenant des paturages de la région.

Près de Saint-Jean-d'Assé, il montait un côte légère avec son moteur tournant assez vite, quand soudainement les phares s'éteigne et le moteur cale.

M. Tremblay a été surpris, a freiné, débrayé et actionné le démarreur, mais en vain, le moteur ne voulait plus redémarrer. Pensant à une panne de l'allumage, provenant éventuellement d'un court-circuit, M. Tremblay descend de camion, tenant sa torche électrique à la main. La torche électrique éclairait, n'était pas affecté de panne d'électricité, contrairement au phare du véhicule, qui étaient en route mais ne fonctionnaient pas.

Au moment ou il ouvre le capot du moteur, M. Tremblay fait l'observation suivante, dont Aimé Michel nous donne le récit ainsi:

"Je vis au-dessus de la route dans le ciel une intense lueur bleue qui semblait dirigée vers moi. Cela dura quelques secondes, puis elle disparut. Ne sachant que penser de cet incident, j'actionnai de nouveau le démarreur, et le moteur se remit en marche tandis que les phares se rallumaient."

M. Tremblay est ensuite remonté dans son camion, sans avoir touché son moteur, et repris normalement sa tournée de collecte du lait.

[Ref. mc1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges note le cas dans son chapître sur les effets physiques causés par les soucoupes volantes.

Il indique que le 7 octobre dans la Sarthe, M. Tremblay, en auto, a été survolé d'une lueur bleue, que le moteur a calé, qu'il y a eu extinction des phares.

Il renvoie comme source à Michel, page 239.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

262 -000.14121 18.15000 07 10 1954 06 20 105 ST JEAN D ASSE F 301133 C** 239

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

207

7 Octobre 1954, 06:20. Saint-Jean-d'Assé (France)

Sur la N. 138, un cammionneur, M. Tremblay, vit une lueur bleue intense qui se dirigeait vers lui. L'objet produisant cette lumière avait la forme d'un cigare rouge et bleu. Le moteur et les phares du camion cessèrent de fonctionner. (41;M 143) (France-Soir, 10 Oct. 1954).

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 7 octobre 1954, un conducteur de camion a vu une lumière d'un bleu intense se diriger vers lui près de Saint-Jean-d'Asse dans la Sarthe sur la route du Mans à Alençon. L'objet avait la forme d'un cigare, rouge et bleu. Le moteur du camion a calé et les phares se sont éteints.

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs donnent la date du 5 octobre 1954 par association avec une autre affaire, indiquant qu'à une trentaine de kilomètres du Mans, au nord-ouest, sur la R.N. 138, à hauteur de Saint-Jean-d'Asse, un camionneur a vu son moteur caler et ses phares s'éteindre.

Quand il s'apprêtait à ouvrir son capot pour rechercher la cause de cette panne, il a vu une lueur bleue au-dessus de la route, qui se dirigeait vers lui, et qui a disparu au bout de quelques secondes. Le moteur est reparti au premier coup de démarreur.

[Ref. jp1] JACQUES POTTIER:

L'auteur indique que dans la journée du 7 octobre 1954, des disques lumineux atterissant ou non, avaient été signalé notemment près de Saint-Jean D'Assé sur la nationale 138.

L'auteur dit que les 28 lieux d'observations [l'auteur en indique 9] formaient tous des points alignés "le long d'une droite avec une précision au millimètre près." Il ajoute plus loin que ces observations se rangaient sur "des lignes droites, lesquelles en se croisant, dessinaient de curieuses figures géométriques en étoile", et que les "alignements semblaient débuter vers une heure du matin, couvrant nos régions d'un réseau serré d'investigations d'origine inconnue."

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent qu'ils examinent un cas qui a retenu leur attention, du 7 octobre à 6 h 20, à St-Jean-d'Assé dans la Sarthe, dont ils donnent le résumé, sans sources, ainsi:

"Sur la N. 138, un camionneur, M. Tremblay, vit une lueur bleue intense qui se dirigeait vers lui. L'objet produisant cette lumière avait la forme d'un cigare rouge et bleu. Le moteur et les phares du camion cessèrent de fonctionner."

Ils indiquent que les faits ont été classiquement transformés par les "rapporteurs" car le témoin leur a affirmé n'avoir jamais vu un objet, mais un phénomène lumineux. Ils indiquent que les détails que le témoin leur a fourni ne peuvent en aucun cas donner une notion sur l'altitude, la distance, la vitesse etc. Selon les auteurs, Mr. Tremblay a été le premier surpris qu'on lui parlât d'un arrêt de moteur, car selon les auteurs, il est affirmatif, jamais une entrave quelconque au fonctionnement de son camion n'était survenue pendant son observation.

Plus loin dans leur livre, les auteurs notent que la date est incertaine, et que France-Soir du 9 et 10 octobre rend compte du cas avec la mention "hier."

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Saint-Jean d'Assé dans la Sarthe le 7 octobre 1954 à 6:25 du matin, Alexandre Tremblay, propriétaire de café au Mans, circulait en camion, sur une petite route à l'est de la nationale 138 Le Mans-Alençon.

Près de Saint-Jean-d'Asse, alors qu'il monte une légère côte et que son moteur tourne assez vite, celui-ci cale soudain et les phares l'éteignent.

Surpris, l'homme freine, débraye et actionne le démarreur en vain. Il prend sa torche électrique en pensant à une panne d'allumage et descend. Il soulève le capot de son véhicule. A ce moment il voit une lueur bleue qui semble dirigée sur lui (selon Guieu et Michel, disent les auteurs) ou un cigare rouge et bleu (selon Vallée, article de presse).

Ce phénomène lumineux ne dure que quelques secondes. Remontant dans son camion sans avoir touché à son moteur, il actionne le démarreur. Le moteur se remet en marche et les phares se rallument.

Ils indiquent que les sources sont le cas 207 du catalogue Vallée; Aimé Michel dans "A Propos des S.V." page 178; Jimmy Guieu dans "Black-Out sur les S.V." et France Soir du 10/10/1954.

[Ref. lg2:] LOREN GROSS:

7 octobre. St-Jean-D'Asse, France. (6:20 du matin.)

Encore un autre Français sur les routes ce matin qui a eu une surprise. Il semble qu'un M. Alexander Tremblay, conduisant un camion sur la Rte N138 près de St Jean-D'Asse, a eu du mal à la faire monter une légère côte. C'était toujours l'obscurité (6:20 heures du matin.) et M. Trembley avait mis ses phares. Sans aucun raison évidente le moteur du camion a stoppé et les phares se sont éteints. M. Tremblay est sorti pour vérifier sous le capot mais son attention a été soudainement attirée sur une lumière de couleur bleu puissante filant dans sa direction, et pendant qu'elle s'approchait, M. Tremblay a pu voir que la lumière était émise par un cigare volant, de teinte bleu et rouge. 67.

  • 67. France-Soir. 10 octobre 54.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'ufologue Jean Sider donne un rapport identique à celui d'Aimé Michel.

Mais également, il examine l'affirmation des deux ufologues Jacques Barthel et Gérard Brucker. Ceux-ci, nous apprend Jean Sider, écrivent: "Jamais une entrave quelconque au fonctionnement n'est survenue pendant son observation, il est affirmatif."

Jean Sider rappelle au contraire que dans l'article du quotidien local Le Maine Libre, il est clairement indiqué que son camion a bien eu les ennuis décrits: une reconstitution photographique montrant M. Tremblay penché sur le capot ouvert du moteur le démontre, ainsi que l'article. Jean Sider rappelle que c'est bien à cause de la panne que M. Tremblay a été en situation de voir quelque chose dans le ciel, qu'il n'aurait probablement pas vu sans cet arrêt, et qu'il n'aurait probablement donc rien eu à raconter.

Jean Sider ajoute que quelques jours après l'observation, Daniel Léger qui résidait au Mans non loin et allait devenir un collaborateur du réseau d'enquêteur Lumières Dans La Nuit a pu parler avec M. Tremblay, et que ce dernier lui a redit et confirmé tous les éléments indiqués par les reporters du journal Le Maine Libéré.

Jean Sider conclut: "M. Tremblay n'a jamais été joint par B & B (Barthel et Brucker) et son témoignage a été déformé!"

De plus, une allusion à ce cas est donnée par Jean Sider, qui l'a trouvée dans le journal "Le Quotidien de Haute-Loire" du 24 octobre 1954:

"La même aventure est arrivée il y a quelques jours, un matin, à un transporteur de lait de Jonzieux." L'article se rapportant par ailleurs au cas du 19 octobre 1954 près de Saint-Didier-en-Velay en Haute-Loire

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique que le 7 octobre 1954 en France à St Jean d'Assé, "A 06 h 20 sur la N. 138, le camionneur Tremblay vit une lueur bleue intense qui se dirigeait vers lui. L'objet produisant cette lumière avait la forme d'un cigare rouge et bleu. Le moteur et les phares du camion cessèrent de fonctionner."

Elle indique que les sources sont "France-Soir, 10 oct 1954" et "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 271".

Elle ajoute qu'une autre version est: "Il sortit du véhicule avec la lampe torche, qui elle, fonctionnait et soulevait le capot pour examiner le moteur, ce n'est qu'alors qu'il vit passer à faible hauteur une lueur bleue, ressemblant à des étincelles dégagées par un chalumeau."

Elle indique que la source en est "Jimmy GUIEU: 'Black-out sur les S.V.' - FLEUVE NOIR- p. 193".

[Ref. lg1:] LOREN GROSS:

7 octobre. Près de St-Jean-d'Asse, France. (vers 6:20 du matin)

Le moteur s'éteint, mais assez étrangement, la torche a fonctionné.

Michel a écrit:

"Vers 06:20 du matin M. Alexandre Tremblay était au volant de son camion sur une route secondaire, non loin de la route N-138, la route principale entre Le Mans et Alençon. Près de St-Jean-d'Asse, alors qu'il montait une petite colline, son moteur est mort subitement et ses phares se sont éteints. Il a freiné automatiquement, mis l'embrayage au point mort, et a appuyé sur le démarreur. Rien ne s'est passé. Lampe de poche à la main, M. Tremblay est sorti pour enquêter; curieusement, la lampe de poche fonctionnait. "Comme M. Tremblay soulevait le capot de sa voiture, il a vu dans le ciel au-dessus de la route 'une lumière bleue intense qui semblait se diriger vers moi. Après quelques secondes, la lumière s'est éteinte. Un peu déconcerté, j'ai essayé le démarreur de nouveau, le moteur a commencé à tourner, et les phares se sont rallumés?'"?. ( xx.)

(xx.) Michel, Aime. Flying Saucers and the Straight-Line Mystery. p.143.

[Ref. dj1:] DONALD JOHNSON:

Ce Jour-là

7 octobre

[...]

1954 - St.-Jean-d'Asse, France. M. Alexandre Tremblay, un propriétaire de café, conduisait sur la route N138 à 6:20 heure du matin quand il a vu une lumière intense et bleue venant vers lui. L'objet la produisant était un cigare long d'un-mètre, de couleurs rouge et bleu. Le moteur et les phares de son véhicule sont morts. (Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 220; Michel Figuet and Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, pp. 129-130).

[...]

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jeudi 7 octobre 1954

[...]

06:20 A Saint-Jean-d'Asse (France), sur la N138, M. Tremblay (camionneur) voit une lueur bleue intense se dirigeant vers lui. L'objet [qui] produit cette lumière a la forme d'un cigare rouge et bleu. Le moteur et les phares du camion cessent de fonctionner.

[...]

Jérôme Beau indique que sa source est "France-Soir, 10 octobre 1954".

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans la Sarthe à St Jean d'Assé le 7 octobre 1954, à 06:25 heures, "Le témoin circule, avec son camion, sur une petite route à l'est de la nationale 138 Le Mans-Alençon. Près de Saint-Jean-d'Asse, alors qu'il monte une légère côte et que son moteur tourne assez vite, celui-ci cale soudain et les phares l'éteignent. Surpris, l'homme freine, débraye et actionne le démarreur en vain. Il prend sa torche électrique en pensant à une panne d'allumage et descend. Il soulève le capot de son véhicule. A ce moment il voit une lueur bleue qui semble dirigée sur lui (Guieu et Michel) ou un cigare rouge et bleu (Vallée, article de presse). Ce phénomène lumineux ne dure que quelques secondes. Remontant dans son camion sans avoir touché à son moteur, il actionne le démarreur. Le moteur se remet en marche et les phares se rallument."

Luc Chastan indique que la source est "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*7 oct. 1954 - Saint-Jean-d'Asse, France. M. Alexandre Tremblay, propriétaire d'un café, conduisait sur la route N138 à 06:20 quand il a vu une intense lumière bleue venir vers lui. L'objet la produisant était un cigare long d'un mètre, rouge et bleu. Le moteur et les phares de son véhicule sont morts. (Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 220, cas n° 207; Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, pp. 129-130).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette abse de donnéEs a enregistré ce cas 19 fois au lieu d'une!

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541004 04.10.1954 Le Mans France NL
19541005 05.10.1954 Le Mans France CE II
19541005 05.10.1954 Le Mans France NL
19541007 07.10.1954 Le Mans France CE II
19541007 07.10.1954 Le Mans France CE II
19541007 07.10.1954 Le Mans France
19541007 07.10.1954 Le Mans France
19541007 07.10.1954 Le Mans France
19541007 07.10.1954 Le Mans France CE II
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France CE II
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France CE II
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France CE II
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France CE II
19541007 07.10.1954 St. Jean Asse France CE II
19541007 07.10.1954 St Jean Asse France CE II
19541008 08.10.1954 Le Mans France
19541007 07.10.1954 St Jean France CE II
19541007 07.10.1954 Saint-Jean-di-Assé France

Notes:

Saint-Jean-d'Assé se trouve sur la Route Nationale 138 entre Le Mans et Alençon.

Jimmy Guieu date le cas au 8 octobre, les autres sources le placent au 7.

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Saint-Jean-d'Assé, Sarthe, Tremblay, route, lueur, bleue, objet, cigare, rouge, effets

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 17 janvier 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 6 mai 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [dj1], [jb1], [lc1].
1.1 Patrick Gross 28 février 2010 Addition [jp1].
1.2 Patrick Gross 25 juin 2010 Additions [af1], [jv5].
1.3 Patrick Gross 7 octobre 2014 Additions [lg1], [ni1].
1.4 Patrick Gross 9 décembre 2016 Additions [gb1], [lg2], [ub1].
1.5 Patrick Gross 23 janvier 2017 Addition [ll1].
1.6 Patrick Gross 28 avril 2018 Addition [bs1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 avril 2018.