France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

28 septembre 1954, Saint-Amand-Montrond, Cher:

Référence pour ce cas: 28-sep-54-Saint-Amand-Montrond. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un article du journal régional Le Berry Républicain du 29 septembre 1954 rapportait les affirmations de Mr. Mercier, de Bouzais qui avait vu une "soucoupe volante" qui aurait atterri à cinquante mètres de lui, et d'où seraient sortis trois hommes.

Le journal cite Mr. Mercier comme disant:

"- J'avais été cueillir du raison dans ma vigne qui est située au Grand-Tertre. Je m'étais aperçu qu'on mên avais dérobé et j'étais resté pour essayer de surprendre les voleurs."

"Vers 22 h. 30, alors que je m'apprêtais à partir, j'ai vu tomber une masse de feu à une cinquantaine de mètres de moi. Puis trois hommes sont descendus à terre. J'étais comme paralysé et je ne pus faire un geste. La masse de feu m'est apparue beaucoup plus rapidement qu'un éclair. Quand j'ai rouvert les yeux il n'y avait plus rien et je me suis sauvé, fou de frayeur. Il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre."

Le journal dit avoir proposé à Mr. Mercier de les conduire sur les lieux, mais il s'y est refusé catégoriquement, disant qu'il avait encore trop peur.

Le journal se demandait s'il avait été victime d'une hallucination, mais trouve difficile de le dire et note que juste après son aventure il s'était immédiatement rendu au Café du Commerce la raconter, et qu'il était alors très pâle.

En 1958, se basant sur cette même source, Aimé Michel altère quelque peu l'histoire, réécrivant la citation, mettant "hommes" entre guillemets, retirant la mention que Mr. Mercier à refusé de se rendre sur les lieux. Il insistera surtout sur ce qu'il pense être un "alignement" de ce cas avec quatre autres du lendemain.

Dans le catalogue de Jacques Vallée, les trois "hommes" deviennent trois "personnages".

Puis l'ufologe Fernand Lagarde croira que puisque c'était de nuit, les "trois hommes", qu'il interprète comme des occupants d'un OVNI, devaient être dotés de vision nocturne - il ne semble pas se rendre compte que l'engin dit lumineux aurait éclairé le secteur.

Des résumés anglo-saxons oublient ensuite de donner une source et oublient les trois hommes.

Dans le bulletin d'ufologie Info OVNIN° 0 d'avril 1975, apparaît la seule enquête sur l'affaire:

"M. DUBOIS, délégué L.D.L.N. pour le Cher, se livra à une contre enquête sur ce cas. Il recueillit les éléments suivants: A Bouzais, il n'existe aucun lieu-dit nommé "Le Grand-Tertre": Aucun M. Mercier n'habita jamais sur la commune, et personne n'entendit jamais parler d'une telle histoire. Même si cette affaire est authentique (il peut exister d'autres Bouzais en France), on ne comprend guère comment un endroit où elle ne peut manifestement pas avoir eu lieu, serait pourtant aligné comme si elle s'y était réellement passée."

Comme INFO-OVNI avait un tirage très limité, on se s'étonnera pas que l'affaire continuera à être publié dans les décennies suivantes sans tenir copte du tout de ces éléments...

Mieux: juste trois ans plus tard, les ufologues et journalistes Charles Garreau et Raymond Lavier donnent la date comme le 25 septembre 1954 a lieu du 28, l'heure comme 22:30, et font des "hommes" de Mr. Mercier des "petits hommes", et donnent une citation du témoin différente de clele de la presse, mais sans indiquer - habitude de journalistes? - d'où ils la tiennent:

"Soudain, j'ai ressenti une sorte de vibration. Au même moment, j'ai vu une masse de feu s'abattre à une cinquantaine de mètres de moi. La lumière s'est atténuée. J'ai vu qu'il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre. Trois petits êtres en sont descendus. Je me sentais paralysé et je ne pouvais faire un geste. Tout s'est éteint. J'ai retrouvé mes sens. Je me suis sauvé, fou de frayeur."

Dans leur catalogue de 1979, Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon indiquent qu'ils ont pu situer le lieu l'observation avec précision. On le situait sur Bouzais, où il n'existe pas de lieu-dit "le Grand Tertre". Après recherches, il trouvent ce lieu-dit sur la commune de Saint-Amand-Montrond. Ils indiquent de plus qu'une "contre-enquête est actuellement en cours sur cette affaire." Dans ses catalogues ultérieurs, Figuet placera l'affaire dans la catégorie "douteux".

C'est en 1987 que Michel Bourron, délégué régional LDLN, expose sa contre-enquête de 1974 sur cette affaire: Il n'a trouvé aucun Mr. Mercier à Bouzais en 1954, il y a eu là un Mercier mais de 1960 à 1962. Le lieu-dit "Le Grand-Tertre n'est pas à Bouzais mais à Dervant, alors qu'il y a un "Petit Tertre" à Saint-Amand-Montrond. Mais il n'y a eu aucun "Mercier" ni à Dervant, ni à Saint-Amand-Montrond ni à Colombiers.

Il n'y avait pas de "Café du commerce" à Bouzais, mais il y en avait un à Saint-Amand-Montrond distant de 2 km du "Grand Tertre" de Drevant. Mais ce café fermait à 22:30, et ni le propriétaire ni aucun client qu'il avait interrogé en 1974 n'avait le moindre souvenir de l'affaire. Il en conclut que c'était probablement une invention d'un journaliste en mal de copie.

Mais les extrapolations continueront. On dira que le cas doit être valable parce qu'aligné, ou parce que formant un triangle isocèle avec les lieux d'autres cas, ou parce que des versigaes antiques ont été trouvés sous le "Grand-Tertre"; on dira que comme les "bombardiers invisibles" de l'US Air Force (qui n'ont jamais été "invisibles"), ces ocuppants d'OVNIS "passent sans coup férir du stade «visible» à celui de «l'invisible» et inversement." On ajoutera à la pâleur de Mr. Mercier qu'il était "tremblant", et paraîtront moultes résumés sans sources ou avec sources de xème main, sans aucune référence aux éléments douteurs trouvés précédamment.

Rapports:

[Ref. lbr1:] JOURNAL "LE BERRY REPUBLICAIN":

Scan

Une "soucoupe" a-t-elle atterri au Grand-Tertre?

On a raconté beaucoup d'histoires au sujet des soucoupes volantes, si bien que l'on ne sait trop qu'en penser... Bornons-nous donc à rapporter les affirmations de M. Mercier de Bouzais "qui en a vu une".

M. Mercier, en effet, aurait été témoin de l'atterrissage à cinquante mètres de lui, d'une soucoupe volante d'où seraient sortis trois hommes.

Laissons-lui la parole:

- J'avais été cueillir du raison dans ma vigne qui est située au Grand-Tertre. Je m'étais aperçu qu'on mên avais dérobé et j'étais resté pour essayer de surprendre les voleurs.

"Vers 22 h. 30, alors que je m'apprêtais à partir, j'ai vu tomber une masse de feu à une cinquantaine de mètres de moi. Puis trois hommes sont descendus à terre. J'étais comme paralysé et je ne pus faire un geste. La masse de feu m'est apparue beaucoup plus rapidement qu'un éclair. Quand j'ai rouvert les yeux il n'y avait plus rien et je me suis sauvé, fou de frayeur. Il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre.

Comme nous proposons à M. Mercier de nous conduire sur les lieux de cette apparition, il s'y refuse catégoriquement disant qu'il avait encore trop peur.

M. Mercier a-t-il été victime d'une hallucination? Il est difficile de le dire. Toujours est-il qu'il se rendit immédiatement au Café du Commerce pour relater son aventure, et qu'il était très pâle...

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique que le 29 septembre 1954, à Bouzais, dans le Cher, il y a eu une observation "rigoureusement sue l'alignement" de cas du 29 septembre 1954.

Il dit que le récit du témoin, M. Mercier, un vigneron de Bouzais, dans "Le Berry Républicain du 29 septembre" qui est à rapprocher de l'affaire de Valensole du 18 juillet 1965, était:

"J'étais allé dans l'après-midi cueillir du raisin dans ma vigne du Grand-Tertre. Découvrant que des voleurs avaient pillé mes raisins, je restai, la nuit venue, dans l'espoir de les surprendre."

"Vers 22 h 30, alors que je m'apprêtais à partir, je vis une sorte de masse lumineuse tomber littéralement du ciel à une cinquantaine de mètres de moi. A peine avais-je constaté que j'étais paralysé, ne pouvant faire un mouvement, que quelque chose s'agita près de l'objet lumineux. C'étaient trois «hommes». J'ai eu le sentiment de perdre conscience, et quand je recouvrai mes sens, il n'y avait plus rien. Je m'enfuis alors, fou de peur."

Aimé Michel dit qu'en bon vigneron, M. Mercier a couru tout droit jusqu'au café le plus proche se réconforter un peu, et on l'y vit entrer tout pâle et tremblant, on lui posa des questions, et c'est ainsi que l'affaire se sut aussitôt.

Il commente:

Fut-il halluciné? Des "Martiens" avaient-ils pillé sa vigne? Réponde qui voudra. A mon avis, la question n'est pas là. La question est la suivante: que signifie l'alignement de cette incroyable histoire sur quatre autres histoires non moins incroyables?

[Ref. mcs1:] "MICHEL CARROUGES":

Michel Carrouges indique que l'observation Mercier a été faite à 50 mètres.

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

156 -002.47590 46.76400 28 09 1954 22 30 1 BOUZAIS - CHER F 031133 C** 157

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 28 septembre 1954, à Bouzais au "Grand Tertre", une "masse de lumière" est tombée soudainement du ciel devant le témoin, qui s'est trouvé incapable de bouger. Trois formes se déplaçaient autour de la lumière.

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

162 28 Septembre 1954, 22h30, Bouzais (France):

Au "Grand Tertre", M. Mercier avait remarqué cet après-midi que quelqu'un avait volé des raisins dans sa vigne. Il décida de rester tard pour attraper les voleurs. Il fut étonné de voir une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 mètres de lui, et se trouva "paralysé", tandis que 3 personnages sortaient de cette lumière et s'affairaient. Il s'évanouit et lorsqu'il revint à lui tout avait disparu. (P 22, M 97).

[Ref. fle1:] FERNAND LAGARDE:

- M. MERCIER, à Bouzais, voulant surprendre des pilleurs de vigne, resta la nuit à guetter. Vers 22 h. 30, une sorte de masse lumineuse apparut et tomba littéralement à 50 cm de lui. Quelque chose s'agita autour de l'objet. C'était trois hommes...

Ainsi continue M. MICHEL, relatant les faits tels que la presse les décrivait en 1954.

Force nous est de constater que c'est principalement au moment où la luminosité est faible que nos "cosmonautes" font leurs apparitions. Il y a là un fait troublant qui frappe 1es moins avertis des lecteurs.

Qu'ils se cachent de nous, c'est bien possible, si non certain. Mais sûrement aussi que leur vision peut s'accomoder de l'obscurité, si non à quoi rimeraient ces promenades spécialement nocturnes?

Cette hypothèse, nous l'avancerons, car e1le n'a rien de contraire aux faits et leur donne même une explication.

[Ref. obr1:] OTTO BINDER:

28 septembre 1954, Bouzais, France. Le témoin a été d'abord paralysé puis a perdu connaissance, en remarquant un OVNI voisin.

[Ref. gft1:] G. FAWCETT:

28 septembre 1954, Bouzais (France).

Un témoin anonyme fut d'abord paralysé puis devint inconscient après avoir observé un Ovni de près.

Note: le magazine indiquait que ceci était la traduction de "Dangerous Flying Saucers", article par G. Fawcett, dans le magazine d'ufologie Flying Saucers Review (FSR), N° 78, septembre 1972, mais ce magazine ne contenait pas cet article.

[Ref. ldl1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "LUMIERES DANS LA NUIT":

28 septembre 1954, Bouzais (France).

Un témoin anonyme fut d'abord paralysé puis devint inconscient après avoir observé un Ovni de près.

[Ref. ous1:] :

04) 2910911954 Bouzais Vigne du Grand-Tertre (Cher) (22 h. 30)

Témoin Mercier, agriculteur.

Dans l'après-midi, le témoin ayant constaté qu'on lui volait des raisins, revint la nuit en embuscade. Sa garde ayant été vaine, il s'apprêtait à rejoindre son domicile lorsqu'il vit une masse lumineuse "tomber du ciel" à 50 m. de lui. A peine eut-il constaté la chose qu'il se sentit complètement "paralysé", incapable du moindre mouvement. Il vit trois "hommes" s'agiter autour de l'objet puis il perdit connaissance. Quand il revint à lui, tout avait disparu. "Fou de peur", il s'enfuit chez lui où il arriva pâle et tremblant.

M.2 p. 158.

NOTE: Vallée rapporte cette observation au N° 162 de son catalogue, mais il ne fait aucune allusion à un quelconque phénomène de paralysie.

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON:

336 28 septembre 1954 2230 BOUZAIS (FRANCE)

A "Le Grand Tetre" [sic], M. Mercier remarqua que quelqu'un avait volé des raisins dans son vignoble. Il décida de rester tard et d'attraper les "voleurs". Il a été surpris en voyant une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 m et s'est retrouvé paralysé alors que trois personnages émergeaient de la lumière et se déplaçaient. Il a perdu connaissance. Quand il revint à lui, tout avait disparu.

(M162; Berry Republicain, 29 septembre 1954; Michel II, 97)

[Ref. ioi1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "INFO-OVNI":

- QUELQUES BEAUX OS DANS LE BOUDIN!

A titre d'illustration, nous allons maintenant rapporter quelques cas qui parfaitement orthoténiés, se révèlèrent après contre-enquête n'être que des canulars ou inventions pures et simples.

29/9/1954 - Bouzais (Cher) Lieu-dit: "Le Grand-Tertre"

Vers 22 h 30, M. MERCIER, s'étant rendu compte qu'on lui volait des raisins, alla monter la garde dans sa vigne. Il vit tomber du ciel une masse lumineuse qui se posa à 50 m de lui. Complétement paralysé, il eut le tenps de voir en sortir, avant de s'évanouir, trois silhouettes "humaines".

"M.O.C." - P. 157

M. DUBOIS, délégué L.D.L.N. pour le Cher, se livra à une contre enquête sur ce cas. Il recueillit les éléments suivants: A Bouzais, il n'existe aucun lieu-dit nommé "Le Grand-Tertre": Aucun M. Mercier n'habita jamais sur la commune, et personne n'entendit jamais parler d'une telle histoire. Même si cette affaire est authentique (il peut exister d'autres Bouzais en France), on ne comprend guère comment un endroit où elle ne peut manifestement pas avoir eu lieu, serait pourtant aligné comme si elle s'y était réellement passée.

[Ref. gal1] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs indiquent qu'à Bouzais dans le Cher, le 25 septembre 1954, à 22:30 selon des coupures de presse et leurs dossiers personnels, un vigneron de ce village, M. Mercier, s'était rendu dans sa vigne. La vendange était proche, les raisins étaient arrivés à maturité, mais les jours précédents, il avait constaté que des maraudeurs avaient sévi dans sa vigne. Il avait donc décidé de se mettre à l'affût pour les surprendre en flagrant délit et leur faire payer cher les raisins volés. Il surveillait attentivement le chemin qui monte doucement à travers les coteaux. Tout était tranquille, "on aurait entendu voler une chauve-souris".

Les auteurs rapportent le récit de M. Mercier:

"Soudain, j'ai ressenti une sorte de vibration. Au même moment, j'ai vu une masse de feu s'abattre à une cinquantaine de mètres de moi. La lumière s'est atténuée. J'ai vu qu'il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre. Trois petits êtres en sont descendus. Je me sentais paralysé et je ne pouvais faire un geste. Tout s'est éteint. J'ai retrouvé mes sens. Je me suis sauvé, fou de frayeur."

Les auteurs indiquent que M. Mercier a été si terrorisé qu'il n'a pas voulu retourner sur les lieux le lendemain. Et, les soirs suivants, il a abandonné sa vigne aux maraudeurs, extraterrestres ou non.

[Ref. pdl1:] PIERRE DELVAL:

Dans son chapitre sur les cas de paralysie ou de somnolences des témoins d'OVNI lors de leur expérience, Pierre Delval indique 12 cas relevant de la vague française de 1954, dont celui à Bouzais, à la Vigne du Grand Tertre dans le département du Cher le 29 septembre 1954 à 22:30.

Un agriculteur, M. Mercier, avait constaté, dans l'après-midi, qu'on lui volait des raisins. La nuit, il se tient en embuscade.

Estimant que sa garde avait été vaine, il s'est apprêté à regagner son domicile, mais il a alors vu une masse lumineuse "tomber du ciel" à cinquante mètres de lui.

Tout de suite, il s'est senti complètement "paralysé", incapable du moindre mouvement.

Il a vu trois "hommes" s'agiter autour de l'objet et puis il a perdu connaissance.

Quand il a reprit connaissance, tout avait disparu. Il a été "fou de peur" et s'est s'enfuit chez lui où il est arrivé pâle et tremblant.

[Ref. nsw1:] RICHARD C. NIEMTZOW ET JOHN SCHLUESSER:

Mr. Mercier de Bouzais, France, s'est retrouvé paralysé le 28 septembre 1954, quand une masse lumineuse a atterri à 50 m et trois personnages en ont émergé.

[Ref. lsd1:] LEONARD STRINGFIELD:

L'ufologue Américain indique que le 28 septembre 1954, en France, à Bouzais, au "Grand Tertre", Mr. Mercier s'est aperçu qu'on lui volait des grappes de raisin dans sa vigne.

Il a décidé de surprendre le voleur, et stupéfait, il a vu une masse lumineuse tomber du ciel à environ cinquante mètres de là.

Aussitôt paralysé, il a encore vu trois silhouettes émerger de la lumière, puis il a perdu connaissance.

L'auteur indique que cet exemple de cas de rencontre du troisième type provient du catalogue de Jacques Vallée qui l'a extrait du livre d'Aimé Michel.

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

28091954 22 h 30 Saint-Amand-Montrond 18200 C6. Lieu-dit "Le Grand Tertre".

TEMOIN. M. Mercier, vigneron.

OBSERVATIONS.

- Une masse lumineuse.
- Trois êtres.

DEROULEMENT. M. Mercier pense que des voleurs font main basse sur ses raisins. Faisant le guet, de nuit, dans son vignoble, il aperçoit une masse lumineuse tombant du ciel à une cinquantaine de mètres de l'endroit où il se trouve. Il est paralysé. Des formes s'agitent près de la chose lumineuse. Il aperçoit alors trois êtres et a l'impression de perdre connaissance. Lorsqu'il retrouve son état normal, tout avait disparu.

EFFET. Paralysie du témoin.

A NOTER. Bien qu'assez imprécis, ce cas figure dans de nombreux documents (voir sources). Nous avons pu néanmoins situer le lieu de cette observation avec précision. Jusqu'à présent, on fixait l'emplacement de ce cas sur la commune de Bouzais, or, dans cette commune, il n'existe pas de lieu-dit "le Grand Tertre"; après recherches, 11 s'avère que ce lieu-dit existe bien mais sur la commune de Saint-Amand-Montrond. On remarquera également que M. C. Garreau donne dans son livre Face aux E.T. la date du 25 septembre mais il semble qu'il s'agisse bien en fait du 28 septembre 1954. Une contre-enquête est actuellement en cours sur cette affaire.

SOURCES. Catalogue Vallée, cas n° 162. - A. Michel: A propos des S. V., p. 125. - Ouranos: article sur la paralysie par le groupe G.A.B.R.1.E.L.

[Ref. srm1:] SUE REES ET DEREK MANSELL:

19.

28. 9.54 - Bouzais Cher France

Mr. Mercier - 1 masse lumineuse

Paralysé - 3 humanoides vus.

[Ref. jgs1:] JEAN-FRANCOIS GILLES:

L'ufologue français Jean-François Gilles avait établi un catalogue informatisé d'atterrissages sur le sol français entre le 26 septembre et le 18 octobre 1954 afin d'étudier si leur répartition géographique était le fait du hasard ou non.

ATTERRISSAGES SUR LE TERRITOIRE FRANCAIS CONTINENTAL
DU 26 SEPTEMBRE 1954 AU 18 OCTOBRE 1954

ICOD Désignation (57) Date JV4 jve1 COMMENTS
007 0550 ST-AMAND-MONTROND RF18 540928 CE3

ICOD est un code interne au listing. (57) est la colonne 57 du catalogue informatique UFOCAT initié par le comité Condon, RF désigne la France et le chiffre est le département. JV4 est le numéro du cas dans le listing de "Chroniques ..." de Jacques Vallée. jve1 est le numéro du cas dans le listing Magonia de Jacques Vallée. CE3 se réfère à la classification Hynek.

V F G
ICOD Longitude Latitude Longitude Latitude Longitude Latitude
0550 -2.507 46.725 -2.500 46.724

V,F,G sont des codes pour les personnes ayant déterminé les coordonnées: V = Jacques Vallée, ufologue, F = Jean Charles Fumoux, officier de l'Armée de l'Air, G = Jean François Gille, ufologue.

[Ref. mft2:] MICHEL FIGUET:

28.09.1954 Bouzais pas d'enquête, pas de contre-enquête. Presse seulement citée dans "Chronique des apparitions extra-terrestres" de Jacques Vallée. Le Grand Te rtre se trouve sur la commune de Saint-Amand Montrond.

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
84 CE3 28 09 1954 22.30 St -Amand-Montrond "Bouzais" 18200 C6 D (pas de C.E.) [= douteux, pas de contre-enquête.]

[Ref. mbn1:] MICHEL BOURRON - LDLN:

Dans le magazine d'ufologie LDLN en 1987, Michel Bourron, délégué régional de LDLN, expose sa contre-enquête de 1974 sur cette affaire. Il n'y trouvé aucun Mr. Mercier à Bouzais en 1954, il y eu e là un Mercier mais de 1960 à 1962.

Le lieu-dit "Le Grand-Tertre n'est pas à Bouzais mais à Dervant, alors qu'il y a un "Petit Tertre" à Saint-Amand-Montrond.

Mais il n'y a eu aucun "Mercier" ni à Dervant, ni à Saint-Amand-Montrond ni à Colombiers.

Il n'y avait pas de "Café du commerce" à Bouzais, mais il y en avait un à Saint-Amand-Montrond distant de 2 km du "Grand Tertre" de Drevant, mais ce café fermait à 22:30, et ni le propriétaire ni aucun client interrogés par Michel Bourron en 1974 n'avait le moindre souvenir de l'affaire. Il en conclut que c'était probablement une invention d'un journaliste en mal de copie.

[Ref. mft3:] MICHEL FIGUET:

J'avais localisé le cas de St-Amond Montrond en 1976 en téléphonant à la gendarmerie qui m'avait précisé que le "Grand Tertre" se trouvait sur leur commune et non sur celle de Bouzais (citée par J. Vallée). Sur place vous auriez dû localiser M. Mercier, les gendarmes de l'époque ainsi que le patron du bar si ceux-ci demeurent toujours en ce lieu.

C'est une stupidité que d'affirmer que cette RR3 est authentique du fait de la découverte de vestiges de civilisations anciennes sur le "Grand Tertre" (le contraire eut été étonnant) à vocation vinicole. Des vestiges romains ont été découverts à Fréjus qui fut le site d'une RR3 "bidon" raconté au bar proche par les soldats Zopina et de Devi. Fréjus est aussi à vocation vinicole.

UNE "SOUCOUPE" A-T-ELLE ATTERRI AU GRAND TERTRE?

Monsieur Mercier a déclaré :

- J'avais été cueillir du raisin dans ma vigne qui est située au Grand Tertre. Je m'étais aperçu qu'on m'en avait dérobé et j'étais resté pour essayer de surprendre les voleurs. Vers 22 h 30 alors que je m'apprêtais à partir, j'ai vu tomber une masse de feu à une cinquantaine de mètres de moi. Puis trois hommes sont descendus à terre. J'étais comme paralysé et je n'ai pu faire un geste. La masse de feu m'est apparue beaucoup plus rapidement qu 'un éclair. Quand j'ai retrouvé mes sens, il n'y avait plus rien et je me suis sauvé, fou de frayeur. Il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre".

Comme nous proposions à Monsieur Mercier de nous conduire sur les lieux de cette observation, il s'y refusa catégoriquement disant qu'il avait encore peur.

Monsieur Mercier a-t-il été victime d'une hallucination?

Il est difficile de le dire; toujours est-il qu'il se rendit immédiatement au café du commerce pour relater son aventure, et qu'il était très pâle...

Vous conviendrez que ce témoignage sur le zinc n'a pas sa place dans une étude sérieuse (isocélie, etc ... ) d'autant plus qu'il n'y a pas eu d'enquête et que les journalistes ne signalent pas s'être rendus dans les vignes où un engin de dix mètres de diamètre aurait dû normalement laisser des traces.

J. Vallée n'est pas à une énigme près puisqu'il a eu la facheuse habitude de ne positionner que très vaguement les sites de "RR" rapportés dans sa "Chronique des apparitions extra-terrestres". Il n'a pu faire autrement car il n'a compulsé que les articles de presse entachés d'erreurs fournis par certains pionner.

Relisez bien la préface qu'Aimé, MICHEL m'a accordée: "Le lecteur va maintenant prendre connaissance de la rumeur des OVNIS. Cette rumeur est rapportée ici telle qu'elle sort de la bouche des témoins, à l'état brut peut-on dire, reccueillie textuellement par ces spécialistes de la rumeur que sont les journalistes".

Je vous signale pour terminer que j'ai bien évolué dans mes méthodes d'investigation sur le terrain et que je n'enquête plus comme un journaliste.

En ce moment, se trouve sous mes yeux un impressionnant dossier de 300 pages concernant un seul cas.

Utilisez donc tous les cas Non Identifiés du listing FRANCAT Tous ceux qui répondent aux critères de sélection pour une nouvelle étude si cela vous chante, mais attention de ne pas vous empêtrer dans une monstrueuse toile d'araignée comme d'autres avant vous.

Sachez que pour l'orthoténie que vous paraissez admettre encore, Aimé MICHEL a parfaitement reconnu ses erreurs.

(1) St-Amand Montrond p. 93 de "OVNI: le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France". La contre-enquête n'a pas encore été réalisée par un enquêteur qui devait s'en occuper mais j'ai pu me procurer l'article du Berry Républicain.

[Ref. fcn1:] FRANCOIS COUTEN:

Depuis peu, la presse spécialisée voire même la presse «grand public» consacrent des articles plus ou moins intéressants aux avions et navires dits «furtifs» qui sont en service ou en expérimentation dans le monde, tels le Sea Shadow de l'U.S. Navy, invisible au radar jusqu'à 150 mètres et qui ressemble au bombardier furtif F-117 A de l'U.S. Air force.

Alors rien d'étonnant si après les avions et navires furtifs l'U.S. Army a mis au point des structures furtives à assemblage rapide pour réduire la signature radar des postes vitaux.

Or, des spécialistes tant civils que militaires savent pertinemment que la furtivité est partie intégrante du phénomène OVNI.

Plus encore, il est prouvé que non seulement des objets volants non identifiés mais encore, dans bien des cas, leurs occupants, passent sans coup férir du stade «visible» à celui de «l'invisible» et inversement.

Voici trois cas de ce genre survenus en France et choisis du simple fait que je connais les noms et coordonnées exactes des témoins oculaires et ceux des enquêteurs les ayant interrogés avec soin.

- Le premier cas eut pour témoin monsieur Georges Mercier, demeurant à Bouzais (département du Cher), qui le 25 décembre 1954 à 22 h 30 se trouvait dans sa vigne, à l'affût pour surprendre les maraudeurs qui depuis quelques jours sévissaient dans le secteur.

Soudain, selon son expression, il vit apparaître «une masse de feu» d'où descendirent trois petits êtres. D'un seul coup, «tout s'éteignit».

Le témoin qui s'était senti paralysé retrouva alors ses sens et s'enfuit.

[Ref. jsc1:] JOHN SCHUESSLER:

1954/09/28 FRANCE, BOUZAIS

Source: Official UFO, Feb. 76

Un propriétaire de vigne a vu une masse lumineuse à 50 mètres de distance. Il a été paralysé. Trois êtres sont sorti. Il a perdu connaissance. Quand il est est revenu à lui, l'objet et les êtres étaient partis. Il était fou de terreur.

EFFETS:
Paralysie
Inconscience
Peur extrême

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 28 septembre, en France, à Bouzais, "Au 'Grand Tertre' M. Mercier avait remarqué cet après-midi que quelqu'un avait volé des raisins dans sa vigne. Il décida de rester tard pour attraper les voleurs. Il fut étonné vers 22 h 30 de voir une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 m de lui, se trouva "paralysé" tandis que 3 personnages sortaient de cette lumière et s'affairaient. Il s'évanouit et lorsqu'il revint à lui tout avait disparu. Il s'enfuit alors, fou de peur."

La source est notée "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 261, 262".

[Ref. kbd1:] KEITH BASTERFIELD:

L'ufologue australien indique que le 28 septembre 1954 à Bouzais, France, un propriétaire de vigne masculin a vu une masse lumineuse à 50m de distance. Il a été paralysé. Trois êtres sont sortis. Il a perdu connaissance. Quand il est revenu à lui, l'objet et les êtres étaient partis. Il était fou de crainte.

Il dit que c'est l'un des 15 cas en France en 1954 où il y avait une paralysie rapportée du témoin ou des témoins quand ils étaient à une certaine distance d'un OVNI de basse altitude, distances qui sont 6m (1 cas), 20m (2), 50m (2) 100m (1) et 150m (1). Il ajoute qu'il semble y avoir peu doute au sujet d'un rapport entre l'OVNI et la paralysie, puisque la paralysie a débuté lors de l'observation de l'OVNI et a ensuite cessée quand l'OVNI est parti.

La source est notée "Bowen, C. 1969. The Humanoids. Neville Spearman. London. p33".

[Ref. jbo1:] JAVIER GARCIA BLANCO:

L'auteur indique qu'en septembre 1954, un agriculteur nommé Mercier était dans son vignoble pour surprendre des voleurs de vigne en flagrant délit. Alors qu'il s'apprêtait à abandonner au milieu de la nuit, une masse lumineuse est tombée du firmament et s'est posée à une cinquantaine de mètres de lui. Il s'est retrouvé paralysé, en voyant trois hommes bouger près de la lumière, et à perdu connaissance. Quand il est revenu à lui, tout avait disparu. Il a fui vers un café voisin où les gens ont noté qu'il était blanc et tremblant.

[Ref. ars1:] ALBERT ROSALES:

81.
Lieu. Bouzais France
Date: 28 septembre 1954
Heure: 2230

M. Mercier, un propriétaire de vigne, a vu chuter du ciel une masse lumineuse à 50 yards au loin, et a trouvé qu'il a été paralysé. Il a vu 3 hommes près de l'objet lumineux avant de perdre conscience. Quand il est revenu à lui, il n'y avait plus rien.

Humcat 1954-59
Source: Aime Michel
Type: C

[Ref. gdn1:] GEOFF DITTMAN:

Témoin:

Lieu: Bouzais, France

Date: 28 septembre 1954

Heure:

Le témoin a souffert de paralysie et a perdu connaissance. (Hall, UFO Evidence, p.97)

[Ref. ---:] SOURCE INDETERMINEE:

Le résumé ci-dessous circule sur l'Internet. Je n'ai pas encore pu en déterminer la source.

Un vigneron de ce village, Mr. Mercier, s'était rendu dans sa vigne ce soir-là. La vendange était proche. Les raisins étaient arrivés à maturité. Les jours précédents, Mr. MERCIER avait constaté que des maraudeurs avaient sévi dans sa vigne. Il avait donc décidé de se mettre à l'affût pour les surprendre en flagrant délit et leur faire payer cher les raisins chapardés. Il surveillait attentivement le chemin qui monte doucement à travers les coteaux. Il était 22h30. Tout était tranquille. On aurait entendu voler une chauve-souris.

"Soudain, j'ai ressenti une sorte de vibration. Au même moment, j'ai vu une masse de feu s'abattre à une cinquantaine de mètres de moi. La lumière s'était atténuée. J'ai vu qu'il s'agissait d'un engin d'une dizaine de mètres de diamètre. Trois petits êtres en sont descendus. Je me sentais paralysé et ne pouvais pas faire un geste. Tout s'est éteint. J'ai retrouvé mes sens. Je me suis sauvé, fou de frayeur."

Mr. Mercier a été si terrorisé qu'il n'a pas voulu retourner sur les lieux le lendemain. Et, les soirs suivants, il a abandonné sa vigne aux maraudeurs, extraterrestres ou non.

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

1954 - A "Le Grand Tertre" dans St-Amand-Montrond, France, M. Mercier, un vigneron, a observé que quelqu'un avait volé des raisins de sa vigne. Il a décidé de rester sur place tard et d'attraper les "voleurs." Autour de 22:30, il a été stupéfait quand il a vu une masse lumineuse chutant du ciel à environ 50 mètres de distance, et s'est retrouvé "paralysé" pendant que trois personnages émergeaient de la lumière et se déplaçaient aux alentours. Il a perdu conscience. Quand il est revenu à ses sens tout avait disparu. (Sources: Aime Michel, A propos des Soucoupes Volantes, p. 125; Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 212; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pp. 93).

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Septembre 1954

28

22:30 A Bouzais (France), au "Grand Tertre", M. Mercier avait remarqué cet aprés-midi que quelqu'un avait volé des raisins dans sa vigne. Ayant décidé de rester tard pour attraper les voleurs, il est étonné de voir une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 m de lui, et se trouve "paralysé", tandis que 3 personnages sortent de cette lumière et s'affairent. Il s'évanouit et lorsqu'il revient à lui tout avait disparu.

Les sources sont notées comme: "Berry Républicain, 29 septembre 1954"; "Vallée, J., cas n° 25, 'Rapport sur l'analyse de 200 observations documentées faites en 1954'".

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Cher à Bouzais ou St Amand Montrond le 28 septembre 1954 à 22:30 heures, "Au 'Grand Tertre' le témoin avait remarqué cet après-midi que quelqu'un avait volé des raisons dans sa vigne. Il décida de rester tard pour attraper les voleurs. Il fut étonné vers 22 h 30 de voir une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 m de lui, se trouva "paralysé" tandis que 3 personnages sortaient de cette lumière et s'affairaient. Il s'évanouit et lorsqu'il revint à lui tout avait disparu. Il s'enfuit alors, fou de peur. d'après Figuet, il n'existe pas de lieu dit "grand Tertre" à Bouzais mais juste à côté à St Amand Montrond."

La source est notée: "Chroniques des apparitions E.T. par Vallée Jacques ** DENOEL 1972 - coll. J'AI L".

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 28 septembre 1954, en France, à 22:30 à Bouzais, "Effets physiologiques. Propriétaire de vigne a vu masse lumineuse descendant du ciel, 50m de loin de lui. Paralysie. Il a vu trois hommes près de l'engin avant qu'il ait perdu connaissance. Quand il est revenu à lui, rien n'était là."

Et: "A 'Le Grand Tertre', France à St-Amand-Montrond, M. Mercier, un vigneron, a remarqué que quelqu'un avait volé des raisins de sa vigne. Il a décidé de rester tard et d'attraper les 'voleurs'. Autour de 22:30 il a été stupéfié quand il a vu une masse lumineuse descendre du ciel à environ 50 mètres de distance, et s'est trouvé paralysé tandis que trois personnages émergeaient de la lumière et se déplaçaient dans les environs. Il a perdu connaissance. Quand il est revenu à ses sens, tout avait disparu."

Et: "On a observé un objet. Des effets physiologiques ont été notés. Une boule lumineuse, à environ 100 pieds de distance, a été observée par un témoin masculin dans une forêt (Mercier). Trois humanoïdes ont été vus."

Et: "M Mercier, un propriétaire de vigne, a vu une masse lumineuse tomber du ciel à 50 yards de distance, et a découvert qu'il était paralysé. Il a vu 3 hommes près de l'objet lumineux avant de perdre conscience. Quand il est revenu à lui, rien n'était là."

Les sources sont listées comme Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Sparks, Brad, Computer Catalog of Type 9 Cases (N=150), Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Binder, Otto, What We Really Know About Flying Saucers, Fawcett T1863, Greenwich, 1967; Rogerson, Peter, World-Wide Catalog of Type 1 Reports, Hall, Richard H., The UFO Evidence, NICAP, Washington, 1964; Flying Saucers, Flying Saucers Magazine, (Palmer); Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Stringfield, L; Rosales, Albert, Humanoid observation Reports Database.

[Ref. uda2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 28 septembre 1954, en France, à 22:30 à Bouzais, "A 'Le Grand Tertre' M. Mercier a remarqué que quelqu'un avait volé des raisins de sa vigne. Il a décidé de rester tard et d'attraper les 'voleurs.' Il a été stupéfié quand il a vu une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 mètres de distance, et s'est retrouvé 'paralysé' pendant que trois personnages émergeaient de la lumière et se déplaçaient dans les environ. Il a perdu connaissance. Quand il est revenu à ses sens, tout avait disparu. On a observé une étoile."

La source est notée Vallee Magonia Database.

[Ref. unt1:] SITE WEB "UFO NORTHWEST":

Le site web indique que le Dr. Jacques Vallee a écrit un livre intitulé "Passport to Magnolia" [sic] qui a mis en évidence des incidents français d'humanoïdes associés à des OVNIS en 1954, qui ont été également décrits dans le livre plus récent "Situation Red - The UFO Siege" (1977) par Leonard H. Stringfield, incluant ce qui suit:

Le 28 septembre à Bouzais, à "Le Grand Terte" Monsieur Mercier a observé que quelqu'un avait volé des raisins de sa vigne. Il a décidé de rester tard et d'attraper le voleur. Il a été stupéfié quand il a vu une masse lumineuse chuter du ciel à environ 50 mètres de distance et s'est trouvé paralysé pendant que trois personnages ont émergé de la lumière. Il a perdu connaissance.

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON:

28 septembre 1954. 2230hrs.

BOUZAIS (CHER : FRANCE)

Un propriétaire de vigne, Mr. Mercier, regardait sa vigne au "Grand-Tetre" dans l'espoir de surprendre des voleurs. Il était sur le point de rentrer chez lui quand il a vu une masse lumineuse descendant du ciel à 50 mètres. Il s'est trouvé paralysé et a vu le mouvement de trois hommes près de la lumière. Il a perdu connaissance et quand il est revenu à lui, tout avait disparu. Il s'est enfui à un café voisin pour se remettre de son choc. Là, les gens ont noté qu'il était blanc et tremblant.

Michel 1958, p.97, citant Berry Republicain, 29 septembre 1954.

[Ref. unt1:] SITE WEB "UFO NORTHWEST":

Quelques cas dramatiques [en France en 1954] dans le livre Situation Red - The UFO Siege sont énumérés ci-dessous:

28 Sep. - Bouzais. A "Le Grand Tertre" Monsieur Mercier a observé que quelqu'un avait volé des raisins de son vignoble. Il a décidé de rester tard et d'attraper le voleur. Il a été étonné quand il a vu la chute d'une masse lumineuse du ciel à environ 50 mètres et s'est trouvé paralysé quand trois personnages ont émergé de la lumière. Il a perdu conscience.

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*28 septembre 1954 - A "Le Grand Tertre" à St-Amand-Montrond, France Mr. Mercier, un vigneron, a observé que quelqu'un avait volé des raisins de son vignoble. Il a décidé de rester tard et d'attraper les "voleurs". Autour de 22h30, il a été surpris quand il a vu une masse lumineuse descendre du ciel à environ 50 mètres, et se trouva paralysé pendant que trois personnages ont émergé de la lumière et se sont déplacés aux alentours. Il a perdu connaissance. Quand il revint à lui, tout avait disparu. (Source: Aime Michel, A propos des Soucoupes Volantes, p. 125; Jacques Vallée, Passport to Magonia, p. 212; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI:... Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, p 93).

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT"

Lieu: St. Amand-Montrond, Cher, France

Date: 28 septembre 1954

Heure: 2230

Le propriétaire de vigne Mr. Mercier avait remarqué que quelqu'un volait des raisins de la vigne ainsi une nuit, il a décidé de rester tard et d'attraper les «voleurs». Cette nuit, il a été étonné de voir une masse lumineuse tomber du ciel à environ 50 mètres de distance et se trouva paralysé tandis que trois personnages émergeaient de la lumière et se déplaçaient aux alentours. Il a alors perdu connaissance. Quand il est revenu à lui tout avait disparu.

Source: Aime Michel; Magonia 162

[Ref. jgz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une fausse rencontre rapprochée du troisième type à Bouzais, au lieu-dit "Le Grand Tertre", Cher, le 28 septembre 1954, vers 22h30:

M. Mercier, vigneron, pensait que des voleurs faisaient main basse sur ses raisins. Il guettait de nuit dans son vignoble, quanf il a aperçu une masse lumineuse tombant du ciel à une cinquantaine de mètres de lui. Il a été paralysé. Des formes s'agitaieent près de la masse lumineuse, et il a alors aperçu alors trois êtres et a eu l'impression de perdre connaissance. Lorsqu'il a retrouvé son état normal, tout avait disparu. En bon vigneron, il a couru tout droit jusqu'au "Café du Commerce" se réconforter un peu.

Les sources sont indiquées comme Le Berry Républicain du 29 septembre 1954; Aimé Michel, "Mystérieux Objets Célestes*, pages 157-158; C. Garreau et R. Lavier, "Face aux Extra-Terrestres", pages 150-151.

Julien Gonzalez indique qu'en réalité, une première enquête menée par la délégation du Centre du groupement Lumières dans la Nuit en 1969 s'était révélée totalement négative et les faits exposés contradictoires. Un contre-enquête en 1974 a confirmé cette conclusion et a permis d'établir que Mr. Mercier est inconnu à Bouzais en 1954, un Mercier y a bien résidé mais c'était de 1960 à 1962. Il a été établie que le lieu-dit "Le Grand Tertre" n'est pas à Bouzais mais à Drevant tandis que "Le Petit Tertre" se trouve sur la commune de Saint-Amand-Montrond. Il a été établi qu'il n'y pas de M. Mercier à Bouzais en 154, pas de "Grand Tertre" non plus et pas de "Café du Commerce". L'emquête a établi qu'il avait un "Café du Commerce" à Saint-Amand distant de 2 km du "Grand Tertre" de Drevant mais que ce cafë était fermé à 22 h 30 et ni le propriétaire du café ni aucun client même ancien n'ont souvenir de cette affaire, qui est donc vraisemblablement un canular monté par un journaliste en mal de copie.

La source de l'explication est donnée comme Lumières dans la Nuit, n° 275-276, pages 47-48, avec une mise au point par Michel Bourron, délégué régional du Centre du groupement LDLN.

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 16 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540928 28.09.1954 Bouzais France 22.30 CE III
19540928 28.09.1954 Bouzais France CE II
19540929 29.09.1954 Bouzais France 22.30
19540928 28.09.1954 Drevant France 22.30 CE III
19540929 29.09.1954 Bonzais [sic] France

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

28 septembre 1954. 2230hrs.

ST AMAND MONTROD [sic] PRESDEBOUZAIS [sic] (CHER : FRANCE)

Un propriétaire de vigne, Mr Mercier, surveillait son vignoble à Grand-Tetre [sic] espérant surprendre des voleurs. Il allait partir pour rentrer chez lui quand il a vu une sorte de masse lumineuse descendre du ciel à environ 50m de distance. Il s'est retrouvé paralysé et a vu les mouvement de trois hommes près de la lumière. Il a perdu conscience et quand il est revenu à lui, tout était parti. Il a fuit vers un café proche pour se remettre de son choc. Là les gens ont noté qu'il était blanc et tremblant.

Michel 1958 p97 citant Berry Republicain 29 septembre 54. : : Figuet et Ruchon 1979 p93 corrige le lieu

Explications:

Probable invention journalistique.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

St-Amand-Montrond, Cher, Le Grand Tertre, Mercier, vigne, grappes, lumineux, paralysé, effets, humanoïdes, trois, inconscient, vibration, feu, masse, objet, petit, peur

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 5 avril 2007 Première publication.
1.0 Patrick Gross 21 février 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [gdn1], [jbu1], [lcn1], [uda1], [uda2].
1.1 Patrick Gross 14 mars 2010 Addition [mcs1], [kbd1].
1.2 Patrick Gross 18 juin 2010 Addition [jve5].
1.3 Patrick Gross 24 juin 2010 Addition [jsc1].
1.4 Patrick Gross 16 août 2010 Addition [unt1].
1.5 Patrick Gross 13 août 2013 Additions [jbo1], [prn1], [unt1].
1.6 Patrick Gross 17 septembre 2014 Additions [ldl1], [nip1].
1.7 Patrick Gross 8 octobre 2014 Additions [nsw1], [mbn1].
1.8 Patrick Gross 12 janvier 2017 Addition [tai1].
1.9 Patrick Gross 13 janvier 2017 Additions [lbr1], [tai1], [ubk1].
2.0 Patrick Gross 9 février 2017 Additions [jgz1], [ubk1].
2.1 Patrick Gross 29 septembre 2019 Additions [aml1], [lfe1], [gft1], [mft1], [srm1], [mft3], [ous1], [fcn1], [ioi1], [prn1], [prn2].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 septembre 2019.