France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

28 septembre 1954, Saint-Nicolas-de-Redon, Ille-et-Vilaine:

Référence pour ce cas: 28-sep-54-StNicolas. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. lm1:] JOURNAL "LE MERIDIONAL":

Carrousel de "soucoupes" dans le ciel du Dauphiné

LYON. -- Dans les départements du Rhône, de l'Isère, de la Drôme et de la Savoie, de nombreuses personnes affirment avoir vu, ces derniers jours, avec plus ou moins de netteté, des engins ayant soit la forme de cigares, soit celles de disques.

Dans la région de l'Arbresle, l'un de ces témoins, directeur d'un music-hall, a déclaré avoir filmé un de ces mystérieux appareils qui évoluait à une hauteur estimée par lui à environ 700 mètres. On saura ainsi, après développement du film, s'il s'agit ou non d'une illusion d'optique.

Près de Feyzin (Isère) un jeune homme aurait aperçu dans la campagne, non loin du sol, un engin ayant la forme d'un dôme d'où jaillissait une lumière très vive. Le témoin la compara à celle provoquée par la combustion du magnésium. L'appareil, brusquement, monta à la verticale en laissant une gerbe d'étincelles et disparut.

Des habitants de Chabeuil ont déclaré avoir aperçu une soucoupe volante évoluant au-dessus de la campagne.

Enfin, en Savoie, près du lac du Bourget, au-dessus du Mont-Revard, plusieurs automobilistes, au total une quinzaine de personnes, ont vu simultanément un appareil ayant la forme d'un disque, évoluer pendant environ quatre minutes, puis disparaître brusquement.

L'un des témoins, un médecin de Chambéry, est un ancien observateur d'artillerie. Il nota avec soin les observations et dessina un schéma reproduisant le trajet de l'appareil mystérieux.

UNE "SOUCOUPE" SUIT UNE LOCOMOTIVE EN ILLE-ET-VILAINE...
Le chauffeur en tombe malade

REDON (Ille-et-Vilaine). -- MM. Gérard, mécanicien, et Paroux, chauffeur, qui conduisaient une machine haut-le-pied venant de Nantes, aperçurent, alors qu'ils passaient au lieu-dit "La Butte du Rouge", commune de Saint-Nicolas-de-Besson (Ille-et-Vilaine), un engin qui s'élevait des marais voisins.

Cet engin, d'une certaine longueur, qui était suivi d'une traînée lumineuse, vola pendant une dizaine de seconde au-dessus de la machine et disparut dans le ciel.

Si le mécanicien conserva tout son calme, le chauffeur, en revanche, fut si effrayé qu'il tomba malade et a dû passer une visite médicale hier matin.

TEMOIGNAGES HOLLANDAIS SUR DES PHENOMENES AERIENS

LA HAYE. -- Les phénomènes aériens qui actuellement se manifestent au-dessus de l'Europe n'ont pas manqué de visiter les Pays-Bas.

Parmi les récents témoignages portés sur le passage de soucoupes volantes au-dessus du territoire néerlandais, il faut citer celui d'un citoyen de Schiedam (grand centre de production de genièvre) qui a affirmé avoir vu un objet assez grand, circulaire et lumineux, se déplaçant vers l'ouest. Sa fiancée qui l'accompagnait a corroboré ses dires.

Moins récent mais plus impressionnant, est le récit du capitaine des "Grote Beer", M, J.-P. Boshoff, de la ligne Hollande - Etats-Unis.

L'objet décelé en pleine mer et observé par lui-même et ses cinq officiers à l'aide de tout l'équipement optique du bord, était "de la grosseur d'une demi-lune" et également circulaire et lumineux.

Le capitaine a exclu formellement la possibilité qu'il puisse s'agir d'un ballon-sonde.

D'abord immobile, le disque s'est, après quelques instants, déplacé vers l'ouest pour disparaître derrière les nuages à une altitude d'environ 14.000 mètres.

[Ref. vm1:] JOURNAL "VAR-MATIN REPUBLIQUE":

A la manière des héros de Wells

Un cultivateur de la Vienne a vu s'avancer vers lui un scaphandrier interplanétaire

Dans le Lyonnais, un parisien a filmé un "cigare volant".

Châtellerault, 29 septembre. -- M. Yves David, 28 ans, cultivateur aux Broudoux, commune de Verneuil-sur-Vienne, a déclaré avoir vu s'avancer vers lui, sur la route de Cenon à Vouneuil, le 19 septembre à 22h, une sorte de scaphandrier.

Celui-ci, dit-il, vint lui caresser le bras, émit des sons inintelligibles et se retira vers un engin (que M. David ne peut décrire). Un faisceau lumineux vert fut projeté dans sa direction, le clouant sur place, puis l'engin disparut dans le ciel à la verticale, sans aucun bruit. M. David déclare n'avoir d'abord voulu rien dire de cette bizarre rencontre de peur qu'on se moquait de lui. Il en fit toutefois part à un ami, lui demandant si d'autres personnes n'avaient pas aperçu le "scaphandrier". C'est ainsi que le pays l'a su.

Carrousel aérien dans le Lyonnais.

Lyon, 29 septembre. -- Entre le 15 et le 20 septembre, plusieurs personnes dans la région Lyonnaise, ont signalé avoir aperçu des soucoupes volantes. Un jeune homme de 15 ans, M. Roland M... indique : "Le 15 vers 23h, je me trouvais à environ 200 mètres du fort de Feyzin (Isère) lorsque mon attention fut attirée par une lumière blanche. J'eus alors la stupéfaction de voir, se détachant dans le ciel, à une dizaine de mètres du sol, une tache sombre d'où émergeait une vive lumière semblable à la combustion d'une tache de magnésium."

La "forme" noire semblait légèrement elliptique.

Arrivé à une cinquantaine de mètres de ce "vaisseau de l'espace", j'eus la stupéfaction d'entendre un bruit mat comme celui que fait une fusée mouillée, je vis même en même temps une gerbe d'étincelles jaillir de dessous l'engin. Puis d'un seul coup, telle une fusée, il s'éleva à une vitesse foudroyante, peut-être 4000 ou 5000 km/h." D'autre part, des habitants de Chaudelas [sic] (Ardèche) aperçurent le 17 septembre dans le ciel, un engin affectant la forme d'une torpille dont l'avant était plus lumineux que le reste. S'agissait-il d'un aérolithe ou d'un appareil interplanétaire? On ne le saura jamais. Enfin, à Lyon, Mme J. T... indique que le 18 à 3h55 du matin, elle a vu un engin qui remontait dans le ciel à la verticale à une allure vertigineuse.

Un autre témoignage, peut-être le plus important, nous a été fourni par M. René Valery, directeur artistique de l'Olympia de Paris. M. Valery était à Lyon et il nous confirma qu'il avait, ainsi que son épouse, aperçu un curieux "cigare" alors qu'ils se trouvaient, le jeudi 16 à Savigny, dans le Rhône. "Il était environ 18h, nous dit-il. Nous nous promenions, lorsque nous avons aperçu un engin à environ 700 ou 800 m d'altitude. Il montait verticalement sans faire entendre le moindre bruit de moteur."

Derrière lui il laissait une large traînée de fumée blanche. Il ne pouvait pas s'agir, à mon avis, nous dit-t-il encore, d'un avion à réaction, dont j'aurai perçu le sifflement, en raison de la proximité de l'engin. D'ailleurs, ce cigare n'en avait nullement la forme."

M. Valery, qui ne semble pas pouvoir admettre, malgré le témoignage de ses sens, qu'il a vu une soucoupe volante, était porteur d'une caméra 8 mm. Il s'empressa de filmer les évolutions de l'objet aérien.

Il saura peut-être jeudi, en allant chercher son film développé, s'il fut ainsi que son épouse, l'objet d'une hallucination ou si, au contraire, il s'agissait bien d'une de ces fameuses soucoupes. Il attend jeudi sans impatience, d'autant que la visibilité n'était pas très bonne et qu'il craint d'avoir peut-être manqué "sa soucoupe".

Ajoutons que les soucoupes ne sont pas une invention de notre siècle. En effet, un extrait des mémoires de la société d'Emulation du Jura, pour 1864, sous le titre "Globe enflammés" relate les lignes suivantes :

"Le 20 janvier 1859 à 4h35 du matin, par une pluie assez forte, mais calme et une nuit très noire, l'atmosphère se trouva soudainement éclairée par une lumière blanche très éclatante qui permettait de distinguer au loin des objets avec une grande netteté. Cette lumière était due à un globe lumineux glissant à travers l'espace du sud au nord, avec une grande rapidité. Un grand nombre de personnes qui, effrayées, sortaient de leur maison, crurent à un incendie. Ce phénomène a été vu depuis Lyon jusqu'à Strasbourg." [Description d'un météore.]

Quatre autres observations de ce genre, mais moins remarquables, sont notées sur les registres aux dates suivantes: 10 janvier 1847, 13 et 17 novembre 1848 et 11 août 1850.

"On doit les distinguer des globes incandescents qui se voient pendant les orages [foudre en boule], attendu que leur apparition a toujours lieu par un temps calme, sans détonation aucune et donnant une lumière vive."

A la vue d'une soucoupe volante, un chauffeur de locomotive tombe malade.

MM. Gérard, mécanicien et Paroux, chauffeur, qui conduisait une locomotive haut le pied, venant de Nantes, aperçurent hier soir, alors qu'ils passaient au lieu dit "la Butte Rouge", commune de St Nicolas-de-Redon (Ille et Vilaine), un engin qui s'élevait des marais voisins. Cet engin, d'une certaine longueur, qui était suivi d'une traînée lumineuse, vola pendant une dizaine de secondes au-dessus de la machine et disparut dans le ciel. Si le mécanicien conserva son calme, le chauffeur en revanche, fut si effrayé qu'il en tomba malade et dut passer une visite médical ce matin.

[Ref. mo1:] JOURNAL "LE MONDE":

SOUCOUPES VOLANTES
et disciples
du Christ de Montfavet

Les soucoupes volantes continuent avec opiniâtreté leur prospection du ciel français, notamment, durant ces dernières vingt-quatre heures, au-dessus de la région du Dauphiné. Sans qu'on puisse encore présager grand chose des intentions de leurs occupants, leur sympathie pour la race des hommes paraît acquise. Seule sans doute la crainte d'une acceuil hostile les fait encore hésiter à prendre des contacts plus étroits avec les Terriens.

C'est ainsi qu'un cultivateur de la Vienne, M. Yves David, demeurant à Vouneuil-sur-Vienne, révélait hier qu'un "scaphandrier céleste", rencontré par hasard sur la route, lui avait caressé le bras "en mnettant des sons inintelliggibles". Mais, déçu probablement par le peu d'empressement de M. David à nouer des relations, il était remonté dans son engin et avait presque instantanément disparu dans le ciel...

Une habitante de Valence, Mme. L..., a fait hier une rencontre analogue. Malheureusement pour notre connaissance des choses martiennes, Mme L..., prise de terreur, se cacha derrière une haie en fermant les yeux. Quand elle les rouvrit un peu plus tard ce fut pour voir s'élever du champ qui bordait le chemin un disque lumineux émettant un sifflement...

Un chauffeur de locomotive, M. Paroux, n'a pas été moins effrayé que Mme L... en apercevant l'autre soir au-dessus des marais de Saint-Nicolas-de-Redon (Ille-et-Vilaine) un mystérieux engin qui suivait une traînée lumineuse. Il en est tombé malade et a du passer une visite médicale...

Erreur d'optique? Hallucinations? Non, répondent les disciples du Christ de Montfavet, qui viennent de déclarer que ces soucoupes volantes dont tout le monde se moque sont la preuve irréfutable que leur guide, George Roux, est bien le Christ redescendu sur terre...

Personne jusqu'à présent n'y avait pensé...

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur indique qu'en 1954, à Nantes en France, un conducteur et un pompier d'un train ont observé pendant dix secondes une soucoupe montant perpendiculairement dans le ciel, et le pompier a dû être traité pour choc.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique que le 28 septembre 1954 à Saint-Nicolas-de-Redon a eu lieu une des observations les plus spectaculaires de l'époque, dans la soirée, à une heure de la nuit qu'il n'a pas pu se faire préciser:

Une locomotive haut-le-pied, roulait sur la voie ferrée allant de Nantes à Vannes, avec Mr. Gérard comme mécanicien, et Mr. Paroux comme chauffeur.

Alors que la locomotive roulant à faible allure arrivait au lieu dit la Butte du Rouge, à Saint-Nicolas-de-Redon, M. Paroux s'est soudain écrié: "Regarde, là! Qu'est-ce que c'est?"

Il y avait dans le marais tout proche, au ras du sol, "un engin allongé, ou bien circulaire et plat", qui volait rapidement en prenant de l'altitude. Il était lumineux, d'un rouge sombre tirant sur le violet, et filait droit sur la locomotive. Il a bientôt rattrapé la locomotive, et pendant une dizaine de secondes il l'a suivie en la survolant à quelques mètres à peine.

L'engin a ensuite accéléré et disparu vers l'ouest à une vitesse vertigineuse, et pendant quelques secondes encore les nuages ont été illuminés d'une lueur violette.

Le chauffeur a été terrassé par la peur et tremblait de tous ses membres, et Mr. Gérard a du le remplacer jusqu'à l'arrivée et le conduire jusqu'à son lit, où il est resté plusieurs jours couché en proie à une crise nerveuse et à la fièvre.

[Ref. jv6:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée indique qu'en France le 28 septembre 1954, un rapport a dit qu'une locomotive roulait sur une ligne ferroviaire de Nantes à Vannes, quand dans le marais près des voies un engin circulaire, plat, lumineux, rouge foncé, teinté de violet, a volé rapidement juste au-dessus du sol.

Il a bientôt atteint la locomotive, volant à seulement quelques mètres au-dessus d'elle, puis il a accéléré et a disparu vers l'ouest à une vitesse terrible, alors que les nuages continuaient à être illuminés par une lumière violette pendant quelques secondes.

Le pompier, déconcerté, tremblait tellement que son poste a dû être pris jusqu'à ce qu'ils aient atteint la gare, et il a dû être aidé à aller à son lit et pendant plusieurs jours il a souffert de choc nerveux.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

157 002.07720 47.64600 28 09 1954 23 00 201 (ST NICOLAS REDON) F 0012 C 152

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

163

28 Septembre 1954, 23h10, Saint-Nicolas-de-Redon

A la "Butte Rouge," deux employés de la S.N.C.F. Bernard et Portaux, qui ramenaient une locomotive de Nantes à Auray, virent un objet sombre décoller en produisant une lumière violette et les suivre pendant 15 secondes avant de s'éloigner brusquement en changeant de cap. M. Portaux dut voir un docteur. (Le Parisien, L'Aurore, Combat, 30 Septembre 1954, 23; M 95; Anatomy 70.)

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 28 septembre 1954, deux ingénieurs des chemins de fer ramenaient une locomotive de Nantes à Auray quand, près de Saint-Nicolas-de-Redon à "La Butte Rouge", ils ont vu un objet sombre qui s'envola, luisant d'une lumière pourpre, et suivant la locomotive.

[Ref. gl1] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs notent qu'à Saint-Nicolas-de-Redon en Ille-et-Vilaine, le 28 septembre 1954, selon une dépêche de l'A.F.P. et leurs dossiers personnels, le mécanicien Gérard et le chauffeur Paroux, qui conduisent une locomotive venant de Nantes, aperçoivent un engin s'élever des marais voisins de la voie ferrée, alors qu'ils passent au lieu-dit "La Butte du rouge", sur la commune de Saint-Nicolas-de-Redon. L'engin était lumineux, d'un rouge sombre tirant sur le violet, et a foncé en direction de la locomotive, qu'il a rattrapé. Pendant quelques secondes il s'est maintenu à quelques mètres au-dessus d'elle, puis il a accéléré brusquement et s'est éloigné à grande vitesse.

Gérard conserva son calme mais son compagnon a été si effrayé qu'il est tombé malade et dut subir un examen médical. Il est resté alité pendant plusieurs jours avec une forte fièvre.

[Ref. jo1:] JEAN-FRANCOIS BOEDEC:

L'auteur note que quelques jours avant l'affaire à Loctudy du 5 octobre 1954, Mr. Gérard, mécanicien et Mr. Paroux, chauffeur conduisaient une locomotive haut-le-pied venant de Nantes, et se passaient au lieu-dit "La Butte Rouge", commune de Saint-Nicolas de Redon en Ille-et-Vilaine, quand ils ont aperçu un engin circulaire qui s'élevait des marais voisins.

L'auteur indique que l'engin était "d'une certaine longueur", qu'il était suivi d'une traînée lumineuse, et a volé pendant une dizaine de secondes au-dessus de la locomotive puis a "disparu dans le ciel." Le mécanicien a conservé tout son calme, mais le chauffeur a été si effrayé qu'il est tombé malade et a du passer une visite médicale le lendemain matin. Il ajoute que "l'accent des témoins semblait être celui de la vérité..."

[Ref. jg1:] JEAN-FRANCOIS GILLES:

L'ufologue français Jean-François Gilles avait établi un catalogue informatisé d'atterrissages sur le sol français entre le 26 septembre et le 18 octobre 1954 afin d'étudier si leur répartition géographique était le fait du hasard ou non.

UFO LANDINGS ON THE CONTINENTAL TERRITORY OF FRANCE
FROM SEPTEMBER 26, 1954 TO OCTOBER 18, 1954
ICOD Désignation (57) Date JV4 JV1 COMMENTS
008 0560 ST-NICOLAS-DE-REDON RF44 540928 163 157 CE3

ICOD est un code interne au listing. (57) est la colonne 57 du catalogue informatique UFOCAT initié par le comité Condon, RF désigne la France et le chiffre est le département. JV4 est le numéro du cas dans le listing de "Chroniques ..." de Jacques Vallée. JV1 est le numéro du cas dans le listing Magonia de Jacques Vallée. CE3 se réfère à la classification Hynek.

V F G
ICOD Longitude Latitude Longitude Latitude Longitude Latitude
0560 +2.073 47.646 +2.060 47.645 +2.060 47.646

V,F,G sont des codes pour les personnes ayant déterminé les coordonnées: V = Jacques Vallée, ufologue, F = Jean Charles Fumoux, officier de l'Armée de l'Air, G = Jean François Gille, ufologue.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 28 septembre, en France, à St Nicolas de Redon, "Vers 23 h 10 à "la Butte Rouge" deux employés de la SNCF, Emile Gérard et Victor Paroux (et non: Bernard et Potraux), qui ramenaient une locomotive de Nantes à Auray, virent un objet sombre décoller en produisant une lueur violette et les suivre pendant 15 secondes avant de s'éloigner brusquement en changeant de cap. M. Paroux fut si effrayé qu'il tomba malade et dut voir un docteur."

Les sources sont notées "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 262" et "M. FIGUET/J.L. RUCHON: 'Ovni, le premier dossier complet..' - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 93, 94".

[Ref. dj1:] DONALD JOHNSON:

Rencontres avec des Extraterrestres Ce jour-LàThis Day

28 septembre

[...]

1954 - A 23:10 près de St Nicolas de Redon, France deux ingénieurs de chemin de fer, Emile Gerard, 49 ans, et Victor Paroux, 40 ans, menaient une locomotive de Nantes à Auray. Quand ils ont atteint "La Butte Rouge" ils ont vu un objet foncé décoller avec une lueur pourpre et les suivre pendant 10-15 secondes avant de virer au loin. M. Paroux était tellement agité qu'il a dû voir un docteur. (Source: Le Parisien, 30 septembre 1954; Aime Michel, A propos des Soucoupes Volantes, p. 112; Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 212-213; Michel Figeut & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, pp. 93-94)

[Ref. gd1:] GEOFF DITTMAN:

Témoin: Deux ingéniers du rails, Bernard et Potraux

Lieu: Saint Nicolas de Redon, France

Date: 28 septembre 1954

Heure: 23:10

Le train des ingenieurs a été suivi par un objet pendant approximativement 15 secondes. Potraux "a dû voir un docteur." (Vallee, Passport to Magonia N.163)

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Septembre 1954

28

23:10 A Saint-Nicolas-de-Redon (France), à "la Butte Rouge" Bernard et Potraux, 2 employés de la SNCF, ramenent une locomotive de Nantes à Auray, quand ils voient un objet sombre décoller en produisant une lueur violette et les suivre pendant 15 s avant de s'éloigner brusquement en changeant de cap. Potraux devra voir un médecin.

Les sources sont notées comme: "Le Parisien, L'Aurore, Combat, 30 septembre 1954"; "Vallée, J., Anatomy 70"; "Vallée, J., cas n° 26, 'Rapport sur l'analyse de 200 observations documentées faites en 1954'"

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans la Loire Atlantique à St Nicolas de Redon le 28 septembre 1954 à 23:10 heures, "A la 'Butte Rouge,' deux employés de la S.N.C.F. qui ramenaient une locomotive de Nantes à Auray, virent un objet sombre, d'une certaine longueur, décoller d'un marais en produisant une trainée lumineuse violette et les suivre pendant 15 secondes avant de s'éloigner brusquement en changeant de cap. L'un des témoins dut voir un docteur."

Les sources sont notées: "Liste des cas Magonia par Jacques Vallée", "Les OVNI vus de près par Gross Patrick ** http://ufologie.net", "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 28 septembre 1954, en France, à 23:10 à St Nicolas De Redon, "On a aperçu un objet qui a eu un aspect et une performance au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. Un objet a été observé par deux témoins masculins expérimentés à une ferme pendant quelques minutes (Bernard; Gerard)."

Et: "A 23:10 près de St Nicolas de Redon, France deux ingénieurs de chemin de fer, Emile Gerard, 49 ans, et Victor Paroux, 40 ans, apportaient une locomotive de Nantes à Auray. Quand ils ont atteint 'La Butte Rouge' ils ont vu un objet foncé décoller avec une lueur pourpre et les suivre pendant 10-15 secondes avant de virer au loin. M. Paroux était tellement agité qu'il a dû voir un docteur."

Les sources sont listées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Sparks, Brad, Computer Catalog of Type 9 Cases (N=150); Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173), Hatch, Larry, *U* computer database, Author, Redwood City, 2002.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 28 septembre 1954, en France, à 23:10 à Saint Nicolas de Redon, "Objet foncé avec une lueur pourpre. Explication: Oiseaux."

Et: "A 'La Butte Rouge' deux ingénieurs du chemin de fer, Bernard et Potraux, qui apportaient une locomotive de Nantes à Auray, ont vu un objet foncé décoller avec une lueur pourpre et les suivre pendant 15 secondes avant de virer au loin. Potraux a dû voir un docteur."

Et: "Un disque volant a été observé et photographié. Il s'est déplacé avec un mouvement de feuille morte."

Et: "Un disque, d'environ 10 pieds de large, a été observé par un témoin à un aéroport pendant plus de quatre minutes (Guyard; Martinet). Un nain, portant un costume de plongeur, a été vu."

Les sources sont listées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Lorenzen, Coral E., Flying Saucer Occupants, Signet T3205, New York, 1967; Lorenzen, Coral E., Encounters with UFO Occupants, Berkley Medallion, New York, 1976, ISBN:425-03093-8; Plantier, Jean, La Propulsion des Soucoupes Volantes, Mame, 1955; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Binder, Otto, What We Really Know About Flying Saucers, Fawcett T1863, Greenwich, 1967; Olsen, Thomas M., The Reference for Outstanding UFO observation Reports, UFOIRC, Riderwood, 1966; Hatch, Larry, *U* computer database, Author, Redwood City, 2002.

[Ref. wi1:] "WIKIPEDIA" (FR):

Le 28 septembre 1954 un cas d'observation d'OVNI a été relaté dans la presse à la Butte au Rouge, les conducteurs d'un train on vu un engin lumineux s'élever des marais, il a rattrapé la locomotive et pendant une dizaine de secondes il l'a suivie en la survolant à quelques mètres à peine.

La source est titrée "Un OVNI à la Butte Rouge (Archive)" et est un lien qui pointe vers ma page.

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*28 sep. 1954 - A 23:10 près de St Nicolas de Redon, France deux ingénieurs de chemin de fer, Emile Gerard, 49 ans, et Victor Paroux, 40 ans, menaient une locomotive de Nantes à Auray. Quand ils ont atteint "La Butte Rouge" ils ont vu un objet foncé décoller avec une lueur pourpre et les suivre pendant 10-15 secondes avant de virer au loin. M. Paroux était tellement agité qu'il a dû voir un docteur. (Source: Le Parisien, 30 septembre 1954; Aime Michel, A propos des Soucoupes Volantes, p. 112; Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 212-213; Michel Figeut & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, pp. 93-94).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 10 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540928 28.09.1954 Redon st Nicolas France RR I
19540928 28.09.1954 Redon France RR I
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France 23.00 RR I
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France RR I
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France RR I
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France
19540928 28.09.1954 Redon-St-Nicolas France
19540928 28.09.1954 St Nicolas France RR I
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France RR II
19540928 28.09.1954 St. Nicolas Redon France RR II

Explications:

Non encore recherchée. Probable météore.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

St-Nicolas-de-Redon, Ille-et-Vilaine, Gérard, Paroux, bas, Butte Rouge, multiple, SNCF, S.N.C.F. Bernard, Portaux, objet, sombre, lumière, violet, durée, poursuite, effet

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 7 novembre 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 21 février 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [gd1], [jb1], [lc1], [ud1], [ud2], [wi1].
1.1 Patrick Gross 18 juin 2010 Addition [jv5].
1.2 Patrick Gross 6 juillet 2010 Addition [jv6].
1.3 Patrick Gross 15 novembre 2014 Addition [ni1].
1.4 Patrick Gross 6 février 2017 Addition [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 février 2017.