France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

3 octobre 1954, Marcoing, Nord:

Référence pour ce cas: 3-oct-54-Marcoing-2. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Dans le journal régional La Voix du Nord, du 5 octobre 1954, on rapportait en page 3:

Engin à transformations à Marcoing, sous les yeux d'une quarantaine de personnes, dont toute la gendarmerie

Dimanche entre 20 h. 30 et 20 h. 45, Mlle Anne-Marie Pérut, 20 ans, fille d'un gendarme de la brigade de Marcoing, apercevait à travers la fenêtre de sa chambre une très vive lueur. Elle s'approcha et constata qu'à moins d'un kilomètre de la gendarmerie, au-dessus du bois Couillet, une très grosse boule de feu à laquelle était suspendue une seconde en forme de nacelle, qui se balançait, restait immobile dans le ciel.

Elle alertait aussitôt son père qui se refusait à la croire. M. Pérut se résolut enfin à venir constater la "chose", et pour s'assurer qu'il n'était pas victime d'une hallucination, prévenait tous ses collègues et leurs familles.

Plus de vingt personnes ne tardaient pas à contempler le phénomène. La gendarmerie se permit d'arrêter les cyclistes venant de Masnières et se rendant à Marcoing. Plus d'une trentaine de spectateurs assistaient ainsi au spectacle. Durant plus d'un quart d'heure les deux boules de feu restèrent presque immobiles à environ 5 à 600 mètres d'altitude, se déplaçant verticalement par moments.

Brutalement, elles se transformèrent en une forme allongée que l'on qualifie volontiers de cigare. Celui-ci se déplaça alors horizontalement presque à perte de vue pour revenait au même endroit sous forme de toupie. Lorsque celle-ci disparut définitivement en direction de Viller-Plouich, c'est-à-dire Sud-Ouest, une lueur assez vive persista assez longtemps dans le ciel.

Les 30 ou 40 spectateurs parmi lesquels tous les gendarmes de la brigade de Marcoing, ont cherché vainement à se considérer eux-mêmes comme des hallucinés. Ils ont été d'autant plus troublés que l'endroit où fut aperçue la soucoupe est considéré comme point stratégique. Leur émotion fut à son comble lorsque quelques minutes plus tard un avion effectua dans ce secteur des rondes.

Signalons que le phénomène a été aperçu par plusieurs personnes de Marcoing, de Noyelles-sur-Escaut et par des cyclistes circulant entre Iwuy et Escaudières.

Dans le journal régional Le Nouveau Nord Maritime du 6 octobre 1954, on rapportait en page 2 qu'à Marcoing, tous les gendarmes de la brigade avaient vu deux boules de feu, à 500 ou 600 mètres d'altitude, tantôt immobiles et tantôt se déplaçant verticalement. Elle avaient brutalement pris "la forme de cigares, puis de toupies, avant de disparaître."

Ufologiquement, l'affaire a été d'abord rapportée par Aimé Michel dans son livre de 1958.

Il rapportait qu'à Marcoing, 60 kilomètres dans le sud de Chéreng, 50 kilomètres de sud de Lille, le 3 octobre 1954, à 20 heures (20:30 ailleurs dans son livre), Mlle Anne-Marie Perrut, fille d'un gendarme de la brigade de Marcoing, était à sa fenêtre à la gendarmerie quand elle a remarqué un objet lumineux, immobile dans le ciel, à quelques centaines de mètres d'elle, au-dessus du bois de Couillet. C'était un objet circulaire orange. Légèrement au-dessous de cet objet, comme suspendu à lui, il y avait une petite tache lumineuse qui oscillait.

Mlle Perrut l'a observé pendant un moment, doutant de ce qu'elle voyait, puis a appelé son père qui d'abord n'a pas voulu venir. Après plusieurs minutes, comme l'objet était toujours là, Anne-Marie Perrut a tellement insisté que son père est finalement venu et a aussi commencé à se demander s'il avait des hallucinations parce qu'il voyait aussi l'objet. Mr. Perrut a alerté ses collègues, les gendarmes Faucambergue, Delande et Bleuzet, et leurs familles, et bientôt il y avait 20 témoins.

Après avoir hésité, mais comme l'objet était toujours au-dessus du bois de Couillet, les Gendarmes ont recherché plus de témoins, et ont arrêté des cyclistes devant la gendarmerie et le petit village de Masnières 3 kilomètres dans l'est. Tous ont observé le même phénomène.

La boule lumineuse n'est pas partie, elle a seulement a parfois semblé monter et descendre légèrement verticalement elle était d'après les gendarmes à une altitude de 600 ou 700 mètres.

Après 20:30, l'objet a soudainement changé: la lumière suspendue sous la boule a disparu et la boule a pris une forme allongée, comme un disque ou un cigare vu par la tranche. Puis presque immédiatement, elle est partie horizontalement une première fois, prenant une forme en croissant comme si le disque s'était incliné, puis il est revenu à son emplacement initial, est resté là un petit moment, et est ensuite parti à grande vitesse vers Viller-Plouich, un village à 6 kilomètres dans le sud-ouest, où il a disparu tout en jetant une lumière forte qui illuminait toujours le ciel plusieurs secondes après qu'il ait disparu. Il était maintenant 20:45.

Il faudra attendre 1978 pour que l'ufologue Dominique Caudron, de cette région, donne un grand nombre de références de presse et montre qu'il s'agissait en fait de la Lune, en train de se coucher, et barrée par un nuage par moment.

Il restait un doute pour moi: en 2005, j'ai été contacté par l'un des Gendarmes de la brigade de Marcoing qui avait été témoin du phénomène. Je ne révélerai pas le nom du monsieur, mais je puis déclarer que son nom a été légèrement mal orthographié dans les sources de presse de l'époque et naturellement l'erreur a été reproduite dans toutes les sources ufologiques; c'est ainsi que j'ai su que ce monsieur était vraiment qui il a dit qu'il était.

De ses déclarations, il ressortait que la description de l'événement par la presse puis par Aimé Michel serait conforme à ses souvenirs presonnels, et que selon lui ce n'était pas la lune du tout, parcque que l'objet s'était bel et bien déplacé rapidement par moments, sur des distances angulaires bien trop grandes pour que ce puisse être la Lune. Mais cela s'explique toutefois, et la Lune me semble bien être la bonne solution.

Rapports:

[Ref. vdn1:] JOURNAL "LA VOIX DU NORD":

Scan

Engin à transformations à Marcoing,
sous les yeux d'une quarantaine
de personnes, dont toute la gendarmerie

Dimanche entre 20 h. 30 et 20 h. 45, Mlle Anne-Marie Pérut, 20 ans, fille d'un gendarme de la brigade de Marcoing, apercevait à travers la fenêtre de sa chambre une très vive lueur. Elle s'approcha et constata qu'à moins d'un kilomètre de la gendarmerie, au-dessus du bois Couillet, une très grosse boule de feu à laquelle était suspendue une seconde en forme de nacelle, qui se balançait, restait immobile dans le ciel.

Elle alertait aussitôt son père qui se refusait à la croire. M. Pérut se résolut enfin à venir constater la "chose", et pour s'assurer qu'il n'était pas victime d'une hallucination, prévenait tous ses collègues et leurs familles.

Plus de vingt personnes ne tardaient pas à contempler le phénomène. La gendarmerie se permit d'arrêter les cyclistes venant de Masnières et se rendant à Marcoing. Plus d'une trentaine de spectateurs assistaient ainsi au spectacle. Durant plus d'un quart d'heure les deux boules de feu restèrent presque immobiles à environ 5 à 600 mètres d'altitude, se déplaçant verticalement par moments.

Brutalement, elles se transformèrent en une forme allongée que l'on qualifie volontiers de cigare. Celui-ci se déplaça alors horizontalement presque à perte de vue pour revenait au même endroit sous forme de toupie. Lorsque celle-ci disparut définitivement en direction de Viller-Plouich, c'est-à-dire Sud-Ouest, une lueur assez vive persista assez longtemps dans le ciel.

Les 30 ou 40 spectateurs parmi lesquels tous les gendarmes de la brigade de Marcoing, ont cherché vainement à se considérer eux-mêmes comme des hallucinés. Ils ont été d'autant plus troublés que l'endroit où fut aperçue la soucoupe est considéré comme point stratégique. Leur émotion fut à son comble lorsque quelques minutes plus tard un avion effectua dans ce secteur des rondes.

Signalons que le phénomène a été aperçu par plusieurs personnes de Marcoing, de Noyelles-sur-Escaut et par des cyclistes circulant entre Iwuy et Escaudières.

[Ref. cdn1:] JOURNAL "LA CROIX DU NORD":

Scan

Si vous voyez atterrir
une
SOUCOUPE
amenez-nous les Martiens

- Oh! Une soucoupe!

- Mais non, c'est un ballon.

- Et moi je te dis que c'est une soucoupe!

... J'aurais pourtant bien voulu qu'il ait raison, car, vous me croirez si vous voulez, je n'ai jamais eu la chance de voir une seule soucoupe, une soucoupe volante bien entendu. Mais hélas, c'était bien un ballon.

Cela devient vraiment vexant, tout le monde voit des soucoupes volantes, ou tout au moins des cigares nimbés d'indécises lueurs, tout le monde... sauf nous, les journalistes!

Et l'on vient me relancer jusqu'à la rédaction.

- Moi Monsieur, j'ai vu hier soir vers neuf heures, près de la porte de Béthune, "quelque chose qui émettait une lueur rouge"...

- Vous en avez de la chance, j'aurais voulu être à votre place...

- Riez, riez, vous ne me croyez donc pas?

- Mais je ne demande qu'à vous croire, montrez-moi votre "quelque chose" avec sa "lueur rouge", que je puisse voir, moi aussi, à quoi elle ressemble.

- Vous pensez bien qu' "elle" est partie, depuis dimanche soir, mais je puis vous présenter quelqu'un qui a vu les occupants sortir de la "chose".

- Hein!...

Et nous voici partis chez le témoin.

Le "témoin" n'a rien vu, mais c'est son fils... Ce garçon est rentré dans l'école du quartier en racontant que le maître avait vu, dimanche soir, atterrir une soucoupe, d'où sortirent de petits hommes pas plus haut que cela, vêtus de scaphandres brillants...

Tout cela, bien entendu, c'est le gosse qui l'affirme.

Mais je finirais par y croire, moi, à ces histoires de soucoupes! si vous en trouvez une, amenez-la moi, qu'on l'examine et si vous la trouvez trop encombrante, amenez au moins le Martien.

Le lendemain, on vous fera un papier comme cela, dans le journal et avec une photo convaincante, en plus.

UNE SOUCOUPE
SUR JEUMONT

La mode est aux soucoupes et cigares volants. Ces engins mystérieux troublent les esprits les mieux équilibrés et les commentaires souvent fantaisistes marquent l'apparition de ces "machines" volantes.

Dans la soirée de samedi à dimanche, deux Jeumontois désireux de garder l'anonymat, mais dont la bonne foi ne saurait être mise en doute pour qui les connaît, on déclaré avoir aperçu alors qu'ils circulaient rue de Solre-le-Château, à Jeumont, un engin de forme bizarre dans le ciel; cet engin en forme de "soucoupe", après avoir évolué quelques secondes au-dessus de la ville, monta à la verticale et fut bientôt hors de vue.

... ET DANS
LE CAMBRESIS

Dimanche, vers 20 h. 30, Mlle Anne-Marie Pérut, 20 ans, aperçut de la fenêtre de sa chambre, à Cambrai, au-dessus du bois Couillet, une grosse boule de feu accompagnée d'une autre plus petite au-dessous.

Elle avertit son père, gendarme à la brigade de Marcoing, qui était très incrédule.

Peu de temps après, étant sorti de l'habitation, il aperçut le même phénomène qui put être examiné par ses collègues, leurs familles et des passants.

A l'origine, les boules de feu avaient une forme sphérique puis elliptique. Au bout d'un quart d'heure, elles disparurent, revinrent pour disparaître définitivement sous forme de croissant.

A signaler que le même phénomène a été constaté, à la même heure, entre Iwuy et Escaudoeuvres.

UNE DEMI-LUNE
DOREE A
ARMENTIERES

Dimanche, vers 21 h. 30, un mystérieux engin a été vu à quelques kilomètres d'Armentières.

L'engin se présenta sous la forme d'une demi-lune de couleur dorée, barrée au centre par un trait verdâtre. Il stationna au-dessus de la rue Fleury, à la Chapelle d'Armentières.

Il fur largement observé par les habitants de ce quartier, dont l'un se munit de jumelles pour mieux examiner les contours de la "soucoupe".

Mais, bientôt, la forme lumineuse disparut en direction de Fleurbaix (Pas-de-Calais).

[Ref. nmn1:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan

Des engins mystérieux
sillonnent le ciel
de notre région

Les soucoupes volantes, les cigares volants, autres appareils mystérieux continuent à se manifester un peu partout. Au cours du dernier week-end on a signalé la présence d'engins étranges dans le ciel de la Côte d'Ivoire, dans le Finistère, dans les Deux Sèvres et dans l'Indre.

De très nombreuses personnes, parmi lesquelles se trouvaient les officiers de l'Ecole de haute montagne, ont déclaré avoir vu pendant plus d'une heure, un engin brillant évoluer entre le mont Lachat et le Mont Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que, volant à environ 2.000 mètres d'altitude, il a vu un engin qui, a-t-il dit, n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre, la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon sonde.

Notre région elle non plus n'a pas été épargnée et l'on signale de nombreuses apparitions d'appareils bizarres.

Curieux engin dans la Somme...

Bernard Devoisin et René Condette, 18 ans, deux jeunes gens de Vron, dans l'arrondissement d'Abbeville, virent une masse au beau milieu de la chaussée.

Roulant à toutes pédales, pour couvrir les quelques 15 mètres qui les séparaient de l'engin, ils virent celui-ci s'envoler alors qu'ils s'en trouvaient encore à 70 mètres.

Bernard Devoisin, qui pédalait en tête, a vu un homme vêtu comme une sorte de scaphandrier, qui a contourné cet appareil, lequel est parti aussitôt.

Quant à la "soucoupe" de couleur orange, elle avait la forme d'une ruche, avec un toit en pointe. Elle occupait à peu près la largeur de la route, soit environ trois mètres.

... et au-dessus de Jeumont

Dans la soirée de samedi à dimanche, deux Jeumontois ont déclaré avoir aperçu, alors qu'ils circulaient rie de Solre-le-Château, un engin en forme de soucoupe qui, après avoir évolué quelques secondes au-dessus de la Ville, est montée à la verticale et a disparu.

Nombreux témoins près de Cambrai

Mlle Anne-Marie Perut, 20 ans, dont le père est gendarme à la brigade de Marcoing, à quelques kilomètres de Cambrai, a fait le récit suivant:

"Dimanche vers 20 h. 30, allant à la fenêtre, je vis deux grosses boules lumineuses: une grosse et au-dessous une plus petite. Celle-ci semblait osciller légèrement de droite à gauche, comme une nacelle de ballon.

"J'appelais mon père qui se moqua de moi. J'insistai et, enfin, il vint voir et c'est alors qu'il alerta les autres gendarmes présents dans la caserne. Les familles se joignirent à nous et ainsi une vingtaine de personnes purent se rendre compte de ce que nous avions vu.

"Pendant un quart d'heure on vit cette apparition lumineuse comparable à la lune, mais en plus gros. De rond, l'objet prit une forme de cigare, puis de croissant. Il partit vers la direction de Villers-Pouich, puis revint pour disparaître définitivement."

Les gendarmes qui nous ont confirmé ce fait déclarent que cette boule lumineuse pouvait se trouver à une altitude approximative de 6 à 700 mètres.

Apparition près d'Armentières

Dimanche, entre 21 h. et 21 h. 20, un engin, en forme de demi-lune de couleur dorée, barré au centre par un trait de couleur verdâtre, a stationné au-dessus de la rue Fleury, à La Chapelle d'Armentières. Tous les habitants ont longuement observé l'engin. L'un d'eux de munit de jumelles pour mieux en préciser les contours, puis subitement la soucoupe disparut en direction de Fleurbaix.

Atterrissage d'un cigare
près de Lille

Dimanche, c'était la ducasse à Chéreng, petite commune située non loin de Lille. A 19 h. 20, quelques habitants virent un cigare qui atterrir à la passerelle de la Marque. L'atterrissage, précédé d'une pluie d'étincelles se fit sans bruit, mais l'engin disparut avant l'arrivée des témoins. L'ambiance joyeuse de la fête laissant croire à une plaisanterie, de nombreuses personnes ne crurent pas au récit des témoins - mais la confirmation se fit dans la journée de lundi.

Une soucoupe sur le plateau
de Lorette

Dimanche vers 21 h. 30, plusieurs personnes purent se rendre compte de la présence d'engins de type inconnu sur le plateau de Lorette.

M. Lecoq J-Bte. de Liévin, distingua dans le ciel aux environs du phare de Lorette, un engin lumineux ayant la forme d'un croissant qui oscillait légèrement. Il arrêta plusieurs personnes pour leur faire constater cette apparition. De cet engin de forme oblongue, se détacha la partie inférieure qui descendit vers le sol et vint reprendre peu après sa position contre la partie supérieure. La soucoupe redescendit alors dans la vallée.

Une marmite volante
à Ablain-Saint-Nazaire

Une soucoupe a été aperçue à Ablain-Saint-Nazaire, dans la soirée de dimanche, par M. Louis Lherbier, agent général d'assurances, rue Marcel Lancino. Ce dernier se trouvant dans sa cour, fut intrigué par la présence d'une petite boule rougeâtre semblant se mouvoir dans les airs. Il appela son épouse, ainsi que M. Robert Mairesse, employé aux mines et l'épouse de ce dernier. Les quatre personnes aperçurent très bien la chose qui prit en fin de compte la forme d'une marmite tournant sur elle-même. Puis au bout de quelques minutes, cet objet étrange s'éleva rapidement dans les airs et disparut.

[Ref. nnm1:] JOURNAL "LE NOUVEAU NORD MARITIME":

Scan

Et volent les soucoupes...

Les engins que l'on a pris l'habitude d'appeler soucoupes volantes n'ont pas cessé de voltiger dans les cieux, au cours des dernières vingt-quatre heures. On en a aperçu un peu partout et sous toutes les formes: soucoupes, cigares, disques et boules, toupies, marmites, etc... Il y en avait des rouges, des verts et des oranges, des lumineux et des mats, des statiques et d'autres qui filaient comme des étoiles.

Les témoignages sont nombreux. Si l'on dressait une liste de tous ceux qui ont été recueillis depuis trois ou quatre ans, un journal de douze pages serait insuffisant pour la contenir.

Bien sûr, de nombreux "visionnaires" se sont rétractés - les plaisantins. D'autres ont pu être trompés par des ballons - sondes, des hélicoptères, des avions, des météores ou des phénomènes atmosphériques. Mais les autres?

Et bien pour les autres et pour ceux qui n'ont rien vu, le mystère subsiste. Qu'elles viennent de Mars ou de Vénus - ce qui est douteux - qu'elles soient une arme secrète, mise au point par une puissance étrangère, les soucoupes volantes existent.

Et l'on voudrait bien savoir pourquoi elles viennent ainsi nous narguer...

Deux engins auraient atterri

Lille. 5 -- Dimanche soir, de nombreux habitants de la région lilloise ont vu une ou plusieurs soucoupes volantes évoluer dans le ciel.

A Annoeuillin, M. Gaston Lecoeuvre, mineur, en a vu une se poser dans un jardin. Elle avait la forme d'un dôme, haut de trois mètres, surmonté d'une petite coupole. L'engin aurait disparu tandis que M. Lecoeuvre allait chercher des voisins.

A Marcoing, tous les gendarmes de la brigade ont vu deux boules de feu, à 500 ou 600 mètres d'altitude, tantôt immobiles et tantôt se déplaçant verticalement. Brutalement elles prirent la forme de cigares, puis de toupies, avant de disparaître.

A la Chapelle d'Armentières, plusieurs personnes ont vu une demi-lune dorée marquée à son centre par une barre verdâtre.

Près d'Abbeville, deux jeunes gens, dignes de foi, ajoute-t-on, ont vu une sorte de ruche posée sur la route. Une créature vêtue d'un scaphandre, petite de taille, s'est caché [sic] à leur approche, derrière l'engin qui a disparu.

"Un tonneau piqué de clous dorés..."

Angoulême, 5. -- Dimanche soir, vers 23 h. 15, sur la route de Montmerceau Villebois-Lavalette (Charente), M. Jean Allary, 22 ans, a vu nettement, à la lueur du phare de son cyclomoteur, une sorte de tonneau haut d'environ 1 m. 80, piqué de clous dorés qui se balançait sur le bord de la route. Lorsque M. Allary eut dépassé l'engin mystérieux, il se retourna à une distance d'environ 10 mètres, mais ne vit plus rien.

Des témoins ont vu, hier après-midi, à l'endroit même indiqué par M. Allary des traces d'environ 7 mètres de longueur dans l'herbe qui borde la route.

Lire d'autre part: un Dunkerquois affirme avoir vu une soucoupe au-dessus de Bray-Dunes.

[Ref. nmn2:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan

MARCOING

Ces gendarmes ont vu un mystérieux engin

Les gendarmes de la brigade de Marcoing ont tous vu l'apparition lumineuse et singulière qui prit trois apects différents, dimanche soir au-dessus du bois "Couillet".

(Ph. Nord-Matin)

[Ref. ppe1:] JOURNAL "PARIS-PRESSE":

Scan

Après soucoupes et cigares

Un nouveau venu dans le ciel: le
"tonneau volant"

APRES les soucoupes, cigares, sphères, marmites, voici le tonneau volant. C'est en Charente qu'il a été "vu" par un motocycliste, M. Jean Allary. Il était "piqué de clous dorés" et se balançait au bord de la route.

A Annoeullin, près de Lille, un ouvrier qui fumait un cigare (un vrai) dans son jardin, a vu un objet lumineux en forme de croissant atterrir à vingt mètres de lui. A ses cris, dix joueurs de billard sont accourus d'un café voisin; la soucoupe s'était envolée, mais une dizaine de "points lumineux" évoluaient au dessus d'eux.

Des soucoupes, cigares, disques, boules et autres objets "volants" ont été aperçus à Chancelade (Haute-Vienne), Willer (Haut-Rhin), Gouesnach, près de Quimper, Bautignecourt, Ambazac (Haute-Vienne), Dijon, Marcoing, près de Cambrai, Pommier (Indre), Rouen, Ajaccio, La Rochelle, Quimper, Cholet, Vannes, Lyon et Le Havre. A la Combe-au-Chèvres, dans le haut Jura, également, mais ce n'était qu'un pluviomètre.

[Ref. las1:] JOURNAL "LIBRE ARTOIS":

Scan

Des engins mystérieux
sillonnent le ciel de notre région

Les soucoupes volantes, les cigares volants et autres appareils mystérieux continuent à se manifester un peu partout. Au cours du dernier week-end on a signalé la présence d'engins étranges dans le ciel de la Côte-d'Ivoire, dans le Finistère, dans les Deux-Sèvres et dans l'Indre.

De très nombreuses personnes, parmi lesquels se trouvaient les officiers de l'Ecole de haute montagne, ont déclaré avoir vu pendant plus d'une heure, un engin brillant évoluer entre le Mont Lachat et le Mont-Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que, volant à environ 2 000 mètres au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui, a-t-il dit, n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre, la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon-sonde.

Notre région, elle non plus, n'a pas été épargnée et l'on signale de nombreuses apparitions d'appareils bizarres.

CURIEUX ENGIN DANS LA SOMME...

Bernard Devoisin et René Condette, 18 ans, deux jeunes gens de Vron, dans l'arrondissement d'Abbeville, revenant de leur travail à bicyclette, virent une machine au beau milieu de la chaussée.

Roulant à toute pédales, pour couvrir les quelque 150 mètres qui les séparaient de l'engin, ils virent celui-ci s'envoler alors qu'il s'en trouvaient encore à environ 70 mètres.

Bernard Devoisin, qui pédalait en tête, a vu un homme vêtu comme une sorte de scaphandrier, qui a contourné son appareil, lequel est parti aussitôt.

Quant à la soucoupe de couleur orange, elle avait la forme d'une ruche, avec un toit en pointe. Elle occupait à peu près la largeur de la route, soit environ trois mètres.

...ET AU-DESSUS
DE JEUMONT

Dans la soirée de samedi à dimanche, deux Jeumontois ont déclaré avoir aperçu alors qu'ils circulaient rue de Soire-le-Château, un engin en forme de soucoupe qui, après avoir évolué quelques secondes au-dessus de la ville, est monté à la verticale et a disparu.

NOMBREUX TEMOINS
PRES DE CAMBRAI

Mlle Anne-Marie Perrut, 26 ans dont le père est gendarme à la brigade de Marcoing à quelques kilomètres de Cambrai, a fait le récit suivant:

"Dimanche, vers 20 h. 30, allant à la fenêtre, je vis deux grosses boules lumineuses: une grosse et au-dessous une plus petite. Celle-ci semblait se mouvoir légèrement de droite à gauche, comme une nacelle de ballon.

"J'appelai mon père qui se moqua de moi. J'insistais et, enfin, il vint voir et c'est alors qu'il alerta les autres gendarmes présents dans la caserne. Les familles se joignirent à nous et ainsi une vingtaine de personnes purent se rendre compte de ce que nous avions vu.

"Pendant un quart d'heure on vit cette apparition lumineuse comparable à la lune, mais en plus gros. De rond, l'objet prit une forme de cigare, puis de croissant. Il partit vers la direction de Villers-Plouich puis revint pour disparaître définitivement."

Les gendarmes qui nous ont confirmé ce fait déclarent que ces boules lumineuses pouvaient se trouver à une altitude approximative de 6 à 700 mètres.

APPARITION
PRES D'ARMENTIERES

Dimanche, entre 21 h, et 21 h. 20, un engin, en forme de demi-lune de couleur doré, barré au centre par un trait de couleur verdâtre, a stationné au-dessus de la rue Fleury, à La Chapelle d'Armentières. Tous les habitants ont longuement observé l'engin. L'un d'eux se munit de jumelles pour mieux en préciser les contours, puis subitement la soucoupe disparut en direction de Fleurbaix.

ATTERRISSAGE D'UN CIGARE
PRES DE LILLE

Dimanche, c'était la ducasse à Chéreng, petite commune située non loin de Lille. A 19 h. 20, quelques habitants virent un cigare qui atterrit à la passerelle de la Marque. L'atterrissage, précédé d'une pluie d'étincelles se fit sans bruit, mais l'engin disparut avant l'arrivée des témoins. L'ambiance joyeuse de la fête laissant croire à une plaisanterie, de nombreuses personnes ne crurent pas aux récits des témoins - mais la confirmation se fit dans la journée du lundi.

UNE SOUCOUPE
SUR LE PLATEAU
DE LORETTE

Dimanche, vers 21 h. 30, plusieurs personnes purent se rendre compte de la présence d'engins de type inconnu sur le plateau de Lorette.

M. Lecocq J.-B., de Liévin, distingua dans le ciel aux environs du phare de Lorette, un engin lumineux ayant la forme d'un croissant qui oscillait légèrement. Il arrêta plusieurs personnes pour leur faire constater cette apparition. De cet engin de forme oblongue, se détacha la partie inférieure qui descendit vers le sol et vint reprendre peu après sa position contre la partie supérieure. La soucoupe redescendit alors dans la vallée.

UNE MARMITE VOLANTE
A ABLAIN-SAINT-NAZAIRE

Une soucoupe volante a été aperçue à Ablain-Saint-Nazaire, dans la soirée de dimanche, par M. Louis Lherbier, agent général d'assurances, rue Marcel Lancino. Ce dernier se trouvant dans sa cour, fut intrigué par la présence d'une petite boule rougeâtre semblant se mouvoir dans les airs. Il appela son épouse, ainsi que M. Robert Mairesse, employé aux mines et l'épouse de ce dernier. Les quatre personnes aperçurent très bien la chose qui prit en fin de compte la forme d'une marmite se tournant sur elle-même. Puis au bout de quelques minutes, cet objet étrange s'éleva rapidement dans les airs et disparut.

[Ref. ads1:] JOURNAL "L'ARDENNAIS":

La sarabande des objets volants

(Suite de la première page)

[...]

Des soucoupes, cigares, disques, boules et autres objets "volants" ont été vus à Chancelade (Haute-Vienne), Willer (Haut-Rhin) [30 sep.], Gouesnach, près de Quimper [2 oct.], Beutignecourt, Ambazac (Haute-Vienne) [1 oct.], Dijon [2 oct.], Marcoing près de Cambrai, Pommier (Indre) [3 oct.], Rouen [3 oct.], Ajaccio, la Rochelle [2 oct.], Quimper [2 oct.], Cholet [2 oct.] et Vannes [2 oct.].

[...]

[Ref. lbl1:] JOURNAL "LA BAILLEULOISE":

Scan

- On signale de très nombreux passages de "soucoupes et cigares volants" à Marcoing, Annoeullin, Abbeville, La Chapelle d'Armentières, etc... Tous les témoignages sont concordants. A Marcoing la gerndarmerie entière a observé le phénomène.

- On signale l'apparition de nombreuses soucoupes dans la vallée du Rhône et la région de Perpignan. Une femme aurait été accostée par un petit être semblant être vêtu d'une sorte de cellophane. Un observateur aurait filmé une soucoupe et attend le développement de la photo.

[Ref. rdr1:] MAGAZINE "RADAR":

Scan

[Légende de la photographie en haut à gauche:]

Mlle Perrut était penchée à cette fenêtre quand apparut "l'objet".

[Légende de la photographie en haut à droite:]

Le jeune Mitron Serge Pochet a aperçu "2 ombres mystérieuses". [Observation traitée dans son propre dossier.]

[Légende de la photographie en bas:]

Le col. Roux, de Lille, interroge les gendarmes qui ont vu la soucoupe.

Les habitants de Marcoing, près de Cambrai, assurent n'avoir pas eu la berlue. Une soucoupe a évolué 10 minutes dans leur ciel, l'autre soir à partir de 20 h. 45. Le principal témoin ne saurait être suspecté. C'est Mlle Perrut, 20 ans, fille du gendarme Perrut. Aussitôt, elle prévint son père qui alerta ses collègues. C'est ainsi que les brigadiers Faucambergue, Delande et Bleuzet virent également un objet lumineux orange qui, suivant sa vitesse, avait la forme d'une assiette, puis d'un cigare.

[Ref. jgu1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu rapporte que le 3 octobre 1954, à 20:45, à Marcoing, Mlle Anne-Marie P., fille d'un des gendarmes des la brigade de Marcoing, a aperçu à travers la fenêtre de sa chambre une très vive lueur.

Elle a constaté qu'à moins d'un kilomètre de la gendarmerie, au-dessus du bois de Couillet, se trouvait une "très grosse boule de feu" au-dessous de laquelle se trouvait une autre "boule" d'un diamètre inférieur.

La boule au-dessous se balançait sous la plus grosse comme une nacelle, l'ensemble restant à une position fixe dans le ciel.

Mlle P. a alors alerté son père gendarme, qui a d'abord refusé de la croire, mais a fini par se résoudre à venir vérifier par lui-même.

Pour vérifier qu'il n'était pas victime d'une hallucination, il a prévenu ses collègues et leurs familles. Vingt personnes ont alors contemplé avec ahurissement le phénomène.

La gendarmerie a alors alerté des cyclistes qui venait de Masnières et se rendaient à Marcoing et c'est alors plus de trente personnes qui ont assisté au phénomène.

Les deux boules sont restées presque immobiles pendant un quart d'heure à environ 500 ou 600 mètres d'altitude en se déplaçant par moment verticalement.

Brutalement, elles se sont transformées en une forme de cigare allongée. La forme allongée s'est alors déplacée horizontalement presque jusqu'à perte de vue, puis est revenue au même endroit, en offrant maintenant la silhouette d'une toupie.

Le phénomène a ensuite disparut définitivement vers le Sud-Ouest dans la direction Villers-Plouich et une vive lueur a persisté assez longtemps dans le ciel.

Jimmy Guieu ajoute que les trente cinq à quarante spectateurs ont été d'autant plus troublés que dix minutes après, un avion est venu voler en cercle au-dessus du secteur, dont il nous dit qu'il est considéré comme un secteur stratégique.

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel note une observation à Marcoing, 50 kilomètres de sud de Lille, le 3 octobre 1954, à 20:30.

Plus loin dans son livre, il explique qu'à Marcoing, 60 kilomètres dans le sud de Chéreng, le 3 octobre 1954, à 20 heures, Mlle Anne-Marie Perrut, fille d'un gendarme de la brigade de Marcoing, était à sa fenêtre à la gendarmerie quand elle a remarqué un objet lumineux, immobile dans le ciel, à quelques centaines de mètres d'elle, au-dessus du bois de Couillet.

L'objet était circulaire et de couleur orange. Légèrement au-dessous de cet objet, comme suspendue à lui, il y avait une petite tache lumineuse, qui oscillait.

Mlle Perrut l'a observé pendant un moment, doutant de ce qu'elle voyait, puis a appelé son père qui d'abord n'a pas voulu venir. Après plusieurs minutes, comme l'objet était toujours là, Anne-Marie Perrut a tellement insisté que son père est finalement venu. Il a aussi commencé à se demander s'il avait des hallucinations parce qu'il voyait aussi l'objet. Mr. Perrut a alerté ses collègues, les gendarmes Faucambergue, Delande et Bleuzet, et leurs familles, et bientôt il y avait 20 témoins.

Après avoir hésité, mais comme l'objet était toujours au-dessus du bois de Couillet, les Gendarmes ont recherché plus de témoins, et ont arrêté des cyclistes devant la gendarmerie et le petit village de Masnières 3 kilomètres dans l'est. Tous ont observé le même phénomène.

La boule lumineuse n'est pas partie, elle a seulement a parfois semblé monter et descendre légèrement verticalement.

Après 20:30, l'objet a soudainement changé: la lumière suspendue dans [sic, sous?] la boule a disparue et la boule a pris une forme allongée, comme un disque ou un cigare vu par la tranche. Puis presque immédiatement, elle est partie horizontalement une première fois, prenant une forme en croissant comme si le disque s'était incliné, puis il est revenu à son emplacement initial, est resté là un petit moment, et est ensuite parti à grande vitesse vers Viller-Plouich, un village à 6 kilomètres dans le sud-ouest, où il a disparu tout en jetant une lumière forte qui illuminait toujours le ciel plusieurs secondes après qu'il ait disparu. Il était maintenant 20:45.

L'enquête par les Gendarmes a montré que l'objet a été vu par de nombreux témoins au moment où il était arrivé, d'Iwuy, d'Escaudoeuvres et de Noyelles-sur-L'Escaut, trois villages situés sur une ligne nord-nord-est de Marcoing, à respectivement 16, 13 et 3 kilomètres de Marcoing.

L'objet était venu du nord, la direction de Chéreng, à 60 kilomètres de distance, où avait eu lieu l'observation de 19:20.

Aimé Michel insiste sur le fait que l'intérêt du cas tient au grand nombre de témoins en plusieurs groupes indépendants qui ont tous donnés les mêmes détails, et le grand soin des Gendarmes dans leur rapport, puisqu'ils sont habitués à rapporter des faits précis sans subjectivité. Parmi les détails il y avait: l'objet, selon ses mouvements et position, se présentait sous la forme d'un cercle, d'un cigare, d'une assiette, et sa luminosité avait changé en fonction de sa vitesse.

Les gendarmes ont indiqué que l'objet avait été à une altitude de 600 ou 700 mètres.

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel note une observation à Marcoing, 50 kilomètres au Sud de Lille, le 3 octobre 1954, à 20:30.

[Ref. aml2:] AIME MICHEL:

Dans un article de 1963, Aimé Michel ajoute:

b) un objet de petites dimensions que les témoins se disant les plus rapprochés décrivent comme circulaire, hémisphérique par-dessus, changeant d'aspect par-dessous. La nuit et en vol, l'objet est généralement lumineux, le dessus rougeâtre, orangé ou doré, le dessous susceptible d'émettre des couleurs vertes, blanches, rouges, violettes, soit séparément, soit simultanément; les témoins se disant rapprochés déclarent que, dans ce dernier cas (émission simultanée de plusieurs couleurs), les sources lumineuses sont des sortes de tigelles verticales pendant sous l'objet et qui ont été vues apparaissant, disparaissant, échangeant entre elles leurs couleurs et donnant ainsi une impression de tournoiement (par exemple, le 3 octobre 1954, à Armentières, à Château-Chinon, à Montbéliard, et à d'autres dates un peu partout dans le monde). A la place des tigelles, sous l'objet principal, apparaît parfois un objet plus petit, très lumineux, solidaire du premier mais susceptible de descendre verticalement au-dessous de lui (par exemple, ce même 3 octobre, à Marcoing, à Liévin, Ablain-St-Nazaire, Milly, Champigny).

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

L'auteur indique que le 3 octobre 1954, selon Aimé Michel pages 188 à 196, de nombreux témoins, à Marcoing, Liévin et Ablain, aperçoivent une étrange soucoupe à dissociation: sa partie inférieure se sépare de la partie supérieure, oscille, descend et remonte.

[Ref. jve7:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée indique que le 3 octobre 1954, 40 minutes après l'observation de Chereng, une personne vivant à Marcoing, à 35 miles de sud de Chereng, a vu un objet lumineux suspendu immobile dans le ciel au-dessus des bois de Gouillet:

"C'était circulaire et de couleur rouge-orange. Un peu au-dessous de cet objet immobile, et comme s'il y était suspendu, elle a vu une petite tache de lumière avec un genre de mouvement de bascule."

Le père du témoin, un policier de Marcoing, plusieurs autres policiers et leurs familles, en tout, 20 témoins, ont continué d'observer ce phénomène jusqu'à environ à 20:30 quand l'objet a subi une transformation soudaine, la petite tache de lumière disparaissant tandis que la boule prenait la forme d'un cigare et partait horizontalement.

La police estime l'altitude de l'objet à ce moment-là comme étant d'environ deux mille pieds. L'enquête qui a suivi a révélé le fait qu'on avait observé le phénomène sur un assez grand secteur au moment de son arrivée.

Jacques Vallée commente que ces rapports, particulièrement conformes, ont mené à l'opinion que l'objet était venue de la direction de Chereng, et était probablement la cause de l'observation rapportée là-bas une demi-heure plus tôt, et que "tous ces cas ont été soigneusement vérifié pendant notre recherche de quatre ans sur les dossiers européens, et il n'y a aucun doute quant au caractère authentique de ces rapports. La consultation des collections de journaux français ou des enquêtes directement auprès des autorités locales prouvera que nous sommes effectivement confrontés ici à des rapports originaux qui n'ont pas été déformés par les revues spécialisées ou les groupes d'enthousiastes."

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

210 -003.17430 50.12100 03 10 1954 20 30 1 MARCOING P.CAMBRAI F 301 C 186

[Ref. gni1:] GNEOVNI:

Scan

3/10/I954 - MARCOING 59 type 3

Vers 20 h Mlle.le Perut, fille de gendarme apercevait à travers la fenêtre de sa chambre une très vive lueur. Elle vit au-dessus du bois Couillet, à moins d'un kilomètre une tres grosse boule de feu à laquelle était suspendue une seconde boule en forme àe nacelle qui se balançait. De nombreux témoins regardaient ces deux boules qui se déplaçaient verticalement par moments. Brutalement, elles se transformèrent en cigare qui se déplaça alors horizontalement presque à perte de vue pour revenir au même endroit sous forme de toupie. Lorsque celle-ci disparut vers le Sud-Ouest une lueur assez vive persista 1ongtemps dans le ciel. Ce phénomène a été aussi aperçu à Noyelles-sur-Escaut, Iwuy et Escaudoeuvres.

(Archives GEOVNI)

[Ref. dcn6:] DOMINIQUE CAUDRON:

Le week-end du 2-3 octobre apparait sur tous les graphiques comme le maximum-maximorum de la vague de 1954. Bien que le travail de dépouillement de la presse de l'époque ne soit pas encore terminé, les 118 éditions diverses de journaux et revues que j'ai pu dépouillées pour cette période nous donne un aperçu à peu près complet, en tous cas très largement représentatif des observations régionales qui ont été rapportées dans la presse pour le dimanche 3 octobre. J'ai inclus les observations de la Somme qui me paraissaient indissociables de celles du Nord-Pas-de-Calais et qui figurent d'ailleurs dans le chapitre intitulé "Zigzag sur le pays minier" du livre d'A. Michel: "Mystérieux Objets Célestes".

Je compte, pour un cas, chaque observation faite par un groupe indépendant de témoins. L'étonnante quantité d'observations rapportées ci-après, montre encore une fois l'intérêt de fouiller à fond les archives de journaux.

3 OCTOBRE 1954:

[... autres cas...]

17) 20h30 à 20h45, MARCOING _59_ : Melle Anne-Marie Pérut, 20 ans, ayant découvert dans le ciel deux étranges boules lumineuses, appela son père, gendarme de la brigade de Marcoing, qui alerta les autres gendarmes et leur famille, soit une vingtaine de personnes, qui purent observer l'objet semblant être à 500 ou 600 m d'altitude, dans la direction du bois Couillet. L'objet, semblable à la Lune mais un peu plus gros, semblait d'abord composé de deux boules, l'une plus petite que l'autre et située dessous, semblait se balancer comme la nacelle d'un ballon. L'objet prit ensuite la forme d'un cigare se déplaçant horizontalement à perte de vue pour reparaître en forme de croissant. Il finit par dispnrnitrc vers Villers Plonich en laissant une lueur qui persista assez longtemps dans le ciel. Quelques minutes plus tard, un avion effectua quelques rondes dans ce secteur. (5/10: V.N, [=Voix du Nord] p. 3 et N.M. [Nord-Matin] p.3 - 6/10: N.M. [=Nord Matin] Cambrai, p.3, Croix du Nord p.8, Nouveau Nord Maritime, p.2, Libre Artois, p.3 - 10/10: La Bailleuloise, p.1)

[... autres cas...]

Les cas d'Ablain, de Liévin, Marcoing, Chéreng et Annoeulin concernent probablement le même phénomène: un objet extra-atmosphérique, et extraterrestre, (si,si!) de 3400 km de large! Autrement-dit la LUNE!

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Ces ufologues publient un chapître concernant les observation du 3 octobre 1954 dans le Nord de la France, expliquées par la Lune par l'ufologe Dominique Caudron.

Ces ufologues indiquent qu'à Marcoing, le 3 octobre 1954 de 20 h. 30, à 20 h. 45 on a vu un objet semblable à la Lune qui a pris la forme d'un cigare et a disparu à l'horizon en prenant la forme d'un croissant.

Ces ufologues indiquent que les témoins étaient Mlle. Perut, 20 ans, son près, des gendarmes de la brigade de Marcoing et une vingtaine d'autres personnes.

Il donnent le déroulement ainsi:

Mlle. Perut découvre deux boules lumineuses étranges qui évoluent dans le ciel, elle appelle son père,gendarme de la brigade de Marcoing, qui à son tour alerte les autres gendarmes et leur famille. Une vigntaine de personnes observent alors dans la direction du bois "Couillet" un objet semblalble à la Lune et possédant deux boules, l'une plus epetite que l'autre et située dessous, qui semble se balancer comme la nacelle d'un ballon. L'bjet prend ensuite la forme d'un cigare se déplaçant apdiement et horizontalement à perte de vue pour reparaître en form de croissant, et qui finit par disparaître en direction de Villers-Plouich en laissant une lueur qui persiste assez longtemps dans le ciel.

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 1954, 3 octobre en France, à Marcoing (Nord), entre 20 h et 20 h 45 une quarantaine de témoins ont vu deux boules de feu immobiles dans le ciel à 500 m d'altitude, se déplaçant par moment verticalement. Brutalement elles se transformèrent en une sorte de cigare volant alors horizontalement presque à perte de vue pour revenir à l'endroit initial sous forme de toupie. Assez longtemps après leur disparition définitive une lueur vive persista dans le ciel.

La source est indiquée comme Jimmy Guieu: "Black-out sur les S.V." - Fleuve Noir 1956 - p. 182.

Godelieve van Overmeire indique que l'autre version est qu'en réalité "à 21 h 30 la Lune se couchait en croissant au sud-ouest. Illusion d'optique provoquée par un barrage de stratus", la source étant M. Figuet / J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 657 à 660.

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

3 octobre. Sunday Dispatch de Londres.

Il se passait tellement de choses en France que la presse anglaise a été forcée d'en prendre note. En fait, l'histoire était trop volumineuse. Le London Sunday Dispatch n'a pu imprimer qu'un résumé sur sa première page. La situation n'étant pas claire, les erreurs et le manque de détails étaient inévitables dans les rapports. Le Dispatch a informé ses lecteurs:

[... autres cas ...]

L'auteur du récit susmentionné a noté qu'à la même heure ce jour-là (3 octobre 1954) à 40 miles de là, un étonnant "spectacle céleste" se déroulait au-dessus d'une zone boisée près du village de Marcoign [sic], France, devant 20 témoins. Que tant de personnes au même moment et dans des lieux différents devraient avoir une hallucination similaire a perturné l'esprit de l'auteur, à tel point qu'il consulta un psychiatre affecté au Palais de justice de la Seine, un Dr Gouriou. "Une illusion de masse à cette échelle est-elle possible?"

La question ci-dessus a été posée à l'expert en santé mentale qui a répondu qu'il n'avait jamais vu une soucoupe volante jouer un rôle dans les hallucinations de ses patients et que les hallucinations étaient généralement des sons plutôt que des images visuelles. De plus, lorsque de rares cas de troubles visuels se produisent, de tels problèmes sont presque toujours dus à une toxémie ou à des lésions cérébrales qui contribueraient certainement à exclure la possibilité d'une "illusion visuelle de masse". 24.

Le Dr. Gouriou a ensuite sagement clôturé l'interview par: "... Je pense pour ma part que ceux qui soutiennent avoir vu des soucoupes le font de bonne foi, à moins bien sûr qu'ils essaient de nous tromper. Mais nous ne devons jamais oublier que quoi que l'être humain voit, dans une large mesure il l'interprète, et ce seul fait rend toutes les preuves humaines faillibles." 25.

L'illusion à Marcoing (également à 20 h 00)

Un OVNI a été vu par des gens sur une large zone alors qu'il approchait des bois de Gouillet [sic] à l'extérieur du village de Marcoing où il planait au-dessus des arbres. On pourrait supposer que l'OVNI était le même objet vu plus tôt à Chereng à 35 miles au nord. La presse a cité une femme témoin à Marcoing: "Il était circulaire et de couleur rouge-orange. Un peu en dessous de cet objet immobile, et comme suspendue, elle a vu une petite tache de lumière avec une sorte de mouvement de bascule." 26. Un fait curieux au sujet des 20 témoins à Marcoign [sic] était qu'ils étaient entièrement composés des forces de police locales et de leurs familles. Selon ces personnes, l'OVNI est resté en place sur le bois jusqu'à 20h30. quand certains changements se sont produits, l'OVNI circulaire prenant la forme d'un fuseau (peut-être qu'il a tourné) tandis que la petite tache de lumière en dessous a disparu. Après cette transformation, l'OVNI s'est éloigné en direction d'Amiens. 27.

Les sources sont listées comme:

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH:

! 1954/10/03 CHERENG + MARCOING + QUEND + LIEVIN ++, FRANCE: Rencontres Rapprochées avec la lune!

[Ref. dcn1] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron indique que le catalogue de 800 cas publié en 1970 par Maurice Santos, est un bel exemple de ce qu'il ne faut pas faire; il indique en extraire la liste des cas du 3 octobre 1954, qu'il connaît bien pour avoir enquêté sur ces cas de sa région du nord. Pour chaque cas, en dessous du texte du catalogue Santos, il indique ce qu'il aurait fallu écrire, et l'explication après analyse quand il y en a une.

Santos écrivait que pour ce cas N° 534 du 3 octobre 1954 de "forme diverses" il y avait eu à Marcoing 40 gendarmes observant un cigare lumineux.

Dominique Caudron indique que vers 20:30, à Marcoing, 59, les gendarmes de la brigade et leur famille ont observé un objet changeant de forme au dessus du bois Couillet, qui a disparu vers Villers-Plouich. Dominique Caudron indique que c'était en fait la Lune.

Il note que la numérotation des cas par Santos semblait une bonne idée, mais qu'en fait elle empêche l'évolution du catalogue, dont la numérotation devient incohérente à la première mise à jour: "Par exemple, ce catalogue ne contient que 10 cas pour la région du Nord, alors que nous en connaissons 48. Comment placer les 38 autres?"

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 4 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541003 03.10.1954 Iwuy France
19541003 03.10.1954 Iwuy France
19541003 03.10.1954 Escaudoeuvres France 20.00
19541003 03.10.1954 Noyelles France

[Ref. dcn3:] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron a dressé un inventaire d'observations dans le Nord au 3 octobre 1954, comprenant 51 rapports, dont celui-ci:

La fabuleuse journée du 3 octobre 1954

[...]

Chronologie des observations du 3 octobre.

Nous ne donnons ici qu'un résumé de ce qui est paru dans la presse de l'époque, pour la région du nord, sans tenir compte de qu'ont pu raconter ensuite les ufologues. Nous avons numéroté toutes ces observations, dont les premières n'ont rien à voir avec le coucher de la lune, afin de pouvoir les étudier globalement dans un tableau. Certaines font déjà l'objet d'un dossier spécial.

[... autres cas...]

17) 20 h 30 à 20 h 45, MARCOING (59)

- Melle Anne-Marie Pérut, 20 ans ayant découvert dans le ciel deux étranges boules lumineuses, appela son père, gendarme de la brigade de Marcoing, qui alerta les autres gendarmes et leur famille, soit une vingtaine de personnes, qui purent observer l'objet semblant être à 500 ou 600 m d'altitude, dans la direction du bois Couillet. L'objet, semblable à la Lune mais un peu plus gros, semblait d'abord composé de deux boules, l'une plus petite que l'autre et située dessous, semblait se balancer comme la nacelle d'un ballon.L'objet prit ensuite la forme d'un cigare se déplaçant horizontalcment à perte de vue pour reparaître en forme de croissant. Il finit par disparaitre vers Villers Plouich en laissant une lueur qui persista assez longtemps dans le ciel. Quelques minutes plus tard, un avion effectua quelques rondes dans ce secteur.

(La Voix du Nord 5/10 page 3, Nord Matin 5/10 page 10, La Croix du Nord 5/10 page 8, Le Nouveau Nord Maritime 6/10 page 2, Libre Artois 6/10 page 3, La Bailleuloise 10/10 page 1)

(L'analyse des données montre que c'était tout simplement la lune)

[... autres cas...]

Tout ceci n'est qu'une compilation des renseignements donnés par l'ensemble des journaux de l'époque, éditions locales comprises, er dont les ufologues n'ont jamais utilisé qu'une partie.

Nous verrons que l'analyse de ces renseignements permet d'éliminer l'hypothèse d'une soucoupe volante, au profit de celles de multiples observations de la lune, dont l'image était rougie et déformée par des nuages, qui lui donnaient aussi un mouvement apparent illusoire.

Explications:

Scan

En 2005, j'ai été contacté par l'un des Gendarmes de la brigade de Marcoing qui avait été témoin du phénomène. Je ne révélerai pas le nom du monsieur, mais je puis déclarer que son nom a été légèrement mal orthographié dans les sources de presse de l'époque et naturellement l'erreur a été reproduite dans toutes les sources ufologiques; c'est ainsi que j'ai su que ce monsieur était vraiment qui il a dit qu'il était.

De ses déclarations, il a été évident que 1) la description de l'événement par la presse puis Aimé Michel serait conforme à ses souvenirs à lui; 2) que ce n'était pas la lune du tout: l'objet s'était bel et bien déplacé rapidement par moments, sur des distances angulaires totalement impossibles pour la Lune.

Cela jette un certain doute sur l'explication par la Lune, mais ne suffit pas pour la rejeter car:

J'ai vérifié ces points:

Depuis Marcoing le 3 octobre 1954 à 20 heures, la Lune était dans la direction 213°, à l'élévation de 7° 35'. Elle passera derrière l'horizon à 21:18.

Elle était dans son dernier croissant avec 36.2% de sa surface éclairée.

L'observation a pris fin ici à 20:45, pas à 21:18, mais, faut-il le rappeler, la ligne de visée jusqu'à l'horizon n'est certainement pas totalement dégagéE. Ici, nous avons justement un bois à 1 à 4 km devant la Lune, elle a donc été perdue de vue avant 21h:18. Et cela concorde avec la "lueur" qui restait quelque temps après la "disparition".

Les repères se disposent ainsi:

Les témoins sont initialement à la Gendarmerie de Marcoing (logement de fonction), ils iront arrêter des cyclistes à Masnières. La ligne jaune indique la direction visuelle dans laquelle se trouvait la Lune en train de se coucher à 20 heures. C'est également la direction de Villers-Plouich, o?u les témoins situent la disparition de "l'objet".

Son déplacement, visuellement pour les témoins, est une descente vers la droite.

On constate que la Lune correspond tout à fait à ce qui apparaît dans les rapports, qu'il n'y a aucun repère rapporté permettant de mettre en évidence un déplacement angulaire qui serait assez significatif pour écarter la Lune.

Une explication possible de la contradiction apparente entre cela et ce que m'indiquait le gendarme en 2005 est qu'il y aurait eu également un avion qui aurait fait des "rondes" peu après la disparitiond de la Lune; il est tout à fait possible qu'avec le passage du temps écoulé, mon témoin ait pensé que l'avion était aussi "l'objet", voir même, que ce seraient d'autres gendarmes qui l'auraient identifié comme avion et qui ne l'aurait pas su.

C'est pourquoi je pense assez fortement que les témoins de Marcoing ont bien évé victime d'une méprise causée par une Lune "rousse", basse donc paraissant "trop grosse", avec une forme altéré durant une partie de leur observation par le fmaux nuage qui la barrait ce soir-là.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Marcoing, Nord, Perrut, Delande, Faucambergue, Delande, Bleuzet, multiple, gendarmes, cyclistes, lumière, rond, boule, deux, cigare, toupie, manoeuvre

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 17 janvier 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 9 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [mcs1].
1.1 Patrick Gross 21 juin 2010 Addition [jve5].
1.2 Patrick Gross 6 juillet 2010 Addition [jve7].
1.3 Patrick Gross 14 octobre 2016 Addition [dcn1].
1.4 Patrick Gross 12 février 2017 Addition [ubk1].
1.5 Patrick Gross 10 février 2020 Additions [nmm1], [ppe1], [ads1], [gni1], [dcn6], [fru1], [lgs1], [dcn3], Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchée. Les déboulonneurs de rapports d'OVNIS disent généralement que c'était la Lune."
1.6 Patrick Gross 13 mars 2020 Addition [lbl1].
1.7 Patrick Gross 18 mars 2020 Addition [nmn2].
1.8 Patrick Gross 20 avril 2020 Additions [vdn1], [cdn1]. Dans le Résumé, addition des informations provenant de [vdn1].
1.9 Patrick Gross 23 avril 2020 Addition [nmn1].
2.0 Patrick Gross 20 juin 2020 Addition [las1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 juin 2020.