France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

3 octobre 1954, Marcoing, Nord:

Référence pour ce cas: 3-oct-54-Marcoing-2. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. ar1:] MAGAZINE "RADAR":

Scan

[Légende de la photographie en haut à gauche:]

Mlle Perrut était penchée à cette fenêtre quand apparut "l'objet".

[Légende de la photographie en haut à droite:]

Le jeune Mitron Serge Pochet a aperçu "2 ombres mystérieuses". [Observation traitée dans son propre dossier.]

[Légende de la photographie en bas:]

Le col. Roux, de Lille, interroge les gendarmes qui ont vu la soucoupe.

Les habitants de Marcoing, près de Cambrai, assurent n'avoir pas eu la berlue. Une soucoupe a évolué 10 minutes dans leur ciel, l'autre soir à partir de 20 h. 45. Le principal témoin ne saurait être suspecté. C'est Mlle Perrut, 20 ans, fille du gendarme Perrut. Aussitôt, elle prévint son père qui alerta ses collègues. C'est ainsi que les brigadiers Faucambergue, Delande et Bleuzet virent également un objet lumineux orange qui, suivant sa vitesse, avait la forme d'une assiette, puis d'un cigare.

[Ref. jg1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu rapporte que le 3 octobre 1954, à 20:45, à Marcoing, Mlle Anne-Marie P., fille d'un des gendarmes des la brigade de Marcoing, a aperçu à travers la fenêtre de sa chambre une très vive lueur.

Elle a constaté qu'à moins d'un kilomètre de la gendarmerie, au-dessus du bois de Couillet, se trouvait une "très grosse boule de feu" au-dessous de laquelle se trouvait une autre "boule" d'un diamètre inférieur.

La boule au-dessous se balançait sous la plus grosse comme une nacelle, l'ensemble restant à une position fixe dans le ciel.

Mlle P. a alors alerté son père gendarme, qui a d'abord refusé de la croire, mais a fini par se résoudre à venir vérifier par lui-même.

Pour vérifier qu'il n'était pas victime d'une hallucination, il a prévenu ses collègues et leurs familles. Vingt personnes ont alors contemplé avec ahurissement le phénomène.

La gendarmerie a alors alerté des cyclistes qui venait de Masnières et se rendaient à Marcoing et c'est alors plus de trente personnes qui ont assisté au phénomène.

Les deux boules sont restées presque immobiles pendant un quart d'heure à environ 500 ou 600 mètres d'altitude en se déplaçant par moment verticalement.

Brutalement, elles se sont transformées en une forme de cigare allongée. La forme allongée s'est alors déplacée horizontalement presque jusqu'à perte de vue, puis est revenue au même endroit, en offrant maintenant la silhouette d'une toupie.

Le phénomène a ensuite disparut définitivement vers le Sud-Ouest dans la direction Villers-Plouich et une vive lueur a persisté assez longtemps dans le ciel.

Jimmy Guieu ajoute que les trente cinq à quarante spectateurs ont été d'autant plus troublés que dix minutes après, un avion est venu voler en cercle au-dessus du secteur, dont il nous dit qu'il est considéré comme un secteur stratégique.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel note une observation à Marcoing, 50 kilomètres de sud de Lille, le 3 octobre 1954, à 20:30.

Plus loin dans son livre, il explique qu'à Marcoing, 60 kilomètres dans le sud de Chéreng, le 3 octobre 1954, à 20 heures, Mlle Anne-Marie Perrut, fille d'un gendarme de la brigade de Marcoing, était à sa fenêtre à la gendarmerie quand elle a remarqué un objet lumineux, immobile dans le ciel, à quelques centaines de mètres d'elle, au-dessus du bois de Couillet.

L'objet était circulaire et de couleur orange. Légèrement au-dessous de cet objet, comme suspendue à lui, il y avait une petite tache lumineuse, qui oscillait.

Mlle Perrut l'a observé pendant un moment, doutant de ce qu'elle voyait, puis a appelé son père qui d'abord n'a pas voulu venir. Après plusieurs minutes, comme l'objet était toujours là, Anne-Marie Perrut a tellement insisté que son père est finalement venu. Il a aussi commencé à se demander s'il avait des hallucinations parce qu'il voyait aussi l'objet. Mr. Perrut a alerté ses collègues, les gendarmes Faucambergue, Delande et Bleuzet, et leurs familles, et bientôt il y avait 20 témoins.

Après avoir hésité, mais comme l'objet était toujours au-dessus du bois de Couillet, les Gendarmes ont recherché plus de témoins, et ont arrêté des cyclistes devant la gendarmerie et le petit village de Masnières 3 kilomètres dans l'est. Tous ont observé le même phénomène.

La boule lumineuse n'est pas partie, elle a seulement a parfois semblé monter et descendre légèrement verticalement.

Après 20:30, l'objet a soudainement changé: la lumière suspendue dans [sic, sous?] la boule a disparue et la boule a pris une forme allongée, comme un disque ou un cigare vu par la tranche. Puis presque immédiatement, elle est partie horizontalement une première fois, prenant une forme en croissant comme si le disque s'était incliné, puis il est revenu à son emplacement initial, est resté là un petit moment, et est ensuite parti à grande vitesse vers Viller-Plouich, un village à 6 kilomètres dans le sud-ouest, où il a disparu tout en jetant une lumière forte qui illuminait toujours le ciel plusieurs secondes après qu'il ait disparu. Il était maintenant 20:45.

L'enquête par les Gendarmes a montré que l'objet a été vu par de nombreux témoins au moment où il était arrivé, d'Iwuy, d'Escaudoeuvres et de Noyelles-sur-L'Escaut, trois villages situés sur une ligne nord-nord-est de Marcoing, à respectivement 16, 13 et 3 kilomètres de Marcoing.

L'objet était venu du nord, la direction de Chéreng, à 60 kilomètres de distance, où avait eu lieu l'observation de 19:20.

Aimé Michel insiste sur le fait que l'intérêt du cas tient au grand nombre de témoins en plusieurs groupes indépendants qui ont tous donnés les mêmes détails, et le grand soin des Gendarmes dans leur rapport, puisqu'ils sont habitués à rapporter des faits précis sans subjectivité. Parmi les détails il yavait: l'objet, selon ses mouvements et position, se présentait sous la forme d'un cercle, d'un cigare, d'une assiette, et sa luminosité avait changé en fonction de sa vitesse.

Les gendarmes ont indiqué que l'objet avait été à une altitude de 600 ou 700 mètres.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel note une observation à Marcoing, 50 kilomètres au Sud de Lille, le 3 octobre 1954, à 20:30.

[Ref. am2:] AIME MICHEL:

Dans un article de 1963, Aimé Michel ajoute:

b) un objet de petites dimensions que les témoins se disant les plus rapprochés décrivent comme circulaire, hémisphérique par-dessus, changeant d'aspect par-dessous. La nuit et en vol, l'objet est généralement lumineux, le dessus rougeâtre, orangé ou doré, le dessous susceptible d'émettre des couleurs vertes, blanches, rouges, violettes, soit séparément, soit simultanément; les témoins se disant rapprochés déclarent que, dans ce dernier cas (émission simultanée de plusieurs couleurs), les sources lumineuses sont des sortes de tigelles verticales pendant sous l'objet et qui ont été vues apparaissant, disparaissant, échangeant entre elles leurs couleurs et donnant ainsi une impression de tournoiement (par exemple, le 3 octobre 1954, à Armentières, à Château-Chinon, à Montbéliard, et à d'autres dates un peu partout dans le monde). A la place des tigelles, sous l'objet principal, apparaît parfois un objet plus petit, très lumineux, solidaire du premier mais susceptible de descendre verticalement au-dessous de lui (par exemple, ce même 3 octobre, à Marcoing, à Liévin, Ablain-St-Nazaire, Milly, Champigny).

[Ref. mc1:] MICHEL CARROUGES:

L'auteur indique que le 3 octobre 1954, selon Aimé Michel pages 188 à 196, de nombreux témoins, à Marcoing, Liévin et Ablain, aperçoivent une étrange soucoupe à dissociation: sa partie inférieure se sépare de la partie supérieure, oscille, descend et remonte.

[Ref. jv7:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée indique que le 3 octobre 1954, 40 minutes après l'observation de Chereng, une personne vivant à Marcoing, à 35 miles de sud de Chereng, a vu un objet lumineux suspendu immobile dans le ciel au-dessus des bois de Gouillet:

"C'était circulaire et de couleur rouge-orange. Un peu au-dessous de cet objet immobile, et comme s'il y était suspendu, elle a vu une petite tache de lumière avec un genre de mouvement de bascule."

Le père du témoin, un policier de Marcoing, plusieurs autres policiers et leurs familles, en tout, 20 témoins, ont continué d'observer ce phénomène jusqu'à environ à 20:30 quand l'objet a subi une transformation soudaine, la petite tache de lumière disparaissant tandis que la boule prenait la forme d'un cigare et partait horizontalement.

La police estime l'altitude de l'objet à ce moment-là comme étant d'environ deux mille pieds. L'enquête qui a suivi a révélé le fait qu'on avait observé le phénomène sur un assez grand secteur au moment de son arrivée.

Jacques Vallée commente que ces rapports, particulièrement conformes, ont mené à l'opinion que l'objet était venue de la direction de Chereng, et était probablement la cause de l'observation rapportée là-bas une demi-heure plus tôt, et que "tous ces cas ont été soigneusement vérifié pendant notre recherche de quatre ans sur les dossiers européens, et il n'y a aucun doute quant au caractère authentique de ces rapports. La consultation des collections de journaux français ou des enquêtes directement auprès des autorités locales prouvera que nous sommes effectivement confrontés ici à des rapports originaux qui n'ont pas été déformés par les revues spécialisées ou les groupes d'enthousiastes."

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

210 -003.17430 50.12100 03 10 1954 20 30 1 MARCOING P.CAMBRAI F 301 C 186

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 1954, 3 octobre en France, à Marcoing (Nord), entre 20 h et 20 h 45 une quarantaine de témoins ont vu deux boules de feu immobiles dans le ciel à 500 m d'altitude, se déplaçant par moment verticalement. Brutalement elles se transformèrent en une sorte de cigare volant alors horizontalement presque à perte de vue pour revenir à l'endroit initial sous forme de toupie. Assez longtemps après leur disparition définitive une lueur vive persista dans le ciel.

La source est indiquée comme Jimmy Guieu: "Black-out sur les S.V." - Fleuve Noir 1956 - p. 182.

Godelieve van Overmeire indique que l'autre version est qu'en réalité "à 21 h 30 la Lune se couchait en croissant au sud-ouest. Illusion d'optique provoquée par un barrage de stratus", la source étant M. Figuet / J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 657 à 660.

[Ref. lh1:] LARRY HATCH:

! 1954/10/03 CHERENG + MARCOING + QUEND + LIEVIN ++, FRANCE: Rencontres Rapprochées avec la lune!

[Ref. dc1] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron indique que le catalogue de 800 cas publié en 1970 par Maurice Santos, est un bel exemple de ce qu'il ne faut pas faire; il indique en extraire la liste des cas du 3 octobre 1954, qu'il connaît bien pour avoir enquêté sur ces cas de sa région du nord. Pour chaque cas, en dessous du texte du catalogue Santos, il indique ce qu'il aurait fallu écrire, et l'explication après analyse quand il y en a une.

Santos écrivait que pour ce cas N° 531 de "forme diverses" qu'il y a eu un Objet Volant Inconnu lumineux. à Noyelles le 3 octobre 1954.

Dominique Caudron indique qu'à 20:30 à "Noyelles sue Escaut" [sic], 59, des témoins ont vu le même phénomène qu'à Marcoing, qui était en fait la Lune.

Santos écrivait que pour ce cas N° 532 de "forme diverses" il y avait eu un Objet Volant Inconnu lumineux à Escandoeuvres. Il listait aussi un cas N° 533 s'un Objet Volant Inconnu lumineux à Iwuy à la même date.

Dominique Caudron indique qu'à 20:30 entre Iwuy et Escaudoeuvres, 59, des cyclistes ont vu le même phénomène qu'à Marcoing, qui était en fait la Lune. Il ajoute que le cas N° 533 est le même cas.

Santos écrivait que pour ce cas N° 534 du 3 octobre 1954 de "forme diverses" il y avait eu à Marcoing 40 gendarmes observant un cigare lumineux.

Dominique Caudron indique que vers 20:30, à Marcoing, 59, les gendarmes de la brigade et leur famille ont observé un objet changeant de forme au dessus du bois Couillet, qui a disparu vers Villers-Plouich. Dominique Caudron indique que c'était en fait la Lune.

Il note que la numérotation des cas par Santos semblait une bonne idée, mais qu'en fait elle empèche l'évolution du catalogue, dont la numérotation devient incohérente à la première mise à jour: "Par exemple, ce catalogue ne contient que 10 cas pour la région du Nord, alors que nous en connaissons 48. Comment placer les 38 autres?"

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 4 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541003 03.10.1954 Iwuy France
19541003 03.10.1954 Iwuy France
19541003 03.10.1954 Escaudoeuvres France 20.00
19541003 03.10.1954 Noyelles France

Notes:

En 2005, j'ai été contacté par l'un des Gendarmes de la brigade de Marcoing qui avait été témoin du phénomène. Je ne révélerai pas le nom du monsieur, mais je puis déclarer que son nom a été làgèrement mal orthographié dans les sources de presse de l'époque et naturellement l'erreur a été reproduite dans toutes les sources ufologiques; c'est ainsi que j'ai su que ce monsieur était vraiment qui il a dit qu'il était.

De ses déclarations, il a été évident que 1) la description de l'événement par Aimé Michel est conforme à ses souvenirs à lui; 2) que ce n'était pas la lune du tout: l'objet s'était bel et bien déplacé rapidement par moments, sur des distances angulaires totalement impossibles pour la lune.

Explications:

Non encore recherchée. Les déboulonneurs de rapports d'OVNIS disent généralement que c'était la Lune.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Marcoing, Nord, multiple, gendarmes, cyclistes, lumière, rond, boule, deux, cigare, toupie, manoeuvre

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 17 janvier 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 9 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [mc1].
1.1 Patrick Gross 21 juin 2010 Addition [jv5].
1.2 Patrick Gross 6 juillet 2010 Addition [jv7].
1.3 Patrick Gross 14 octobre 2016 Addition [dc1].
1.4 Patrick Gross 12 février 2017 Addition [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 février 2017.