France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

3 octobre 1954, Chéreng, Nord:

Référence pour ce cas: 3-oct-54-Chéreng. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique qu'il y a eu une obseravtion le 3 octobre 1954 à Chéreng, 10 kilomètres à l'Est de Lille, à 19:20.

A une autre page, il indique qu'à Chéreng le 3 Octobre 1954, une observation a eu lieu à 19:20, qui était la première d'une série dans cette soirée.

Il dit que Chéreng est sur la route nationale 41 entre Lille et Tournai, à environ 10 kilomètres de Lille, que les villageois célébraient leur fête du village la "ducasse", que la météo était agréable et claire et le ciel sans nuages.

A 19:20, des gens se promenant un peu à l'ouest du village ont vu une forme lumineuse oblongue arriver très rapidement à basse altitude. L'objet est venu au niveau de la passerelle qui traverse la rivière Marque, s'est arrêté, a semblé produire quelques étincelles, et est descendu vers le sol.

Les témoins ont couru à la passerelle pour voir ce que c'était, mais quand ils se sont rapprochés, l'objet est remonté rapidement, et est parti comme il était venu.

L'observation a duré seulement environ 10 secondes et tout s'était passé en silence.

L'enquête a montré que de nombreuses personnes à proximité avaient été témoin soit de l'arrivée, soit du départ, de l'objet.

[Ref. jv7:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée indique que le 3 octobre 1954, des habitants de Chereng, dans le département de Nord, ont observé un objet qui a volé à basse altitude et à la grande vitesse vers le fleuve Marque, où il s'est arrêté, a émis ce qui a semblé être des étincelles et est descendu. Pendant que les nombreux témoins couraient vers le point auquel il a semblé atterrir, l'objet a gagné de l'altitude, toujours sans faire le moindre bruit.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

206 -003.20940 50.61150 03 10 1954 19 20 1 (CHERENG-NORD) F 0012 G

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

184

3 Octobre 1954, 19 h 20. Chereng (France)

La foule rassemblée à la foire vit arriver à grande vitesse dans le ciel un objet lumineux qui, soudain, s'arrêta, jeta des étincelles, et descendit vers le sol. Il repartit dès que les témoins se mirent à courir vers lui. (M 113)

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 3 octobre 1954, la foule, à la foire de Chereng, a vu un objet lumineux arriver très vite, s'arrêter dans son vol, émettre des étincelles et descendre vers le sol. Il s'est envolé de nouveau lorsque les témoins s'élancent vers la scène.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs et ufologues indiquent d'abord brièvement que le 3 octobre 1954 à 19:20 à Chéreng, une cinquantaine de personnes dont le maître d'école monsieur Fiolet, ont vu un croissant de lune à basse altitude.

Il précisent ensuite que l'observation a eu lieu par beau temps alors que le village célébrait sa fête patronale "La Ducasse." L'observation est alors indiquée comme celle d'un objet lumineux orange à basse altitude qui évolue lentement en direction de la passerelle de la Marque, puis "l'OVNI en forme de croissant de lune s'éloigne vers Sainghin-en-Mélantois"

Ils commentent ensuite à propos de la "rafale" de tels cas qui se ressemblent trop dans la même région et dont les heures d'observations ne sont pas sûres, avec "selon les versions des écarts de trente minutes à une heure". Ils disent que l'observation à Chéreng est identique à d'autres et serait celle d'une "sphère qui se scinde en deux cigares et retrouve sa forme première" mais qu'à Chéreng "nous savons que l'objet ne s'est pas transformé en cigare et que c'est une illusion d'optique: la partie centrale de l'objet s'éclaircissant et s'assombrissant" d'après le bulletin numéro 3 du G.N.E.O.V.N.I. dans lequel est paru la contre-enquête de Dominique Caudron.

Ils ajoutent que "nous savons par M. Bonte, ingénieur I.D.N. que la Lune était ce soir là déformée et barrée par un stratus", qu'à Chéreng des gens l'ont décrit comme ressemblant à la Lune et qu'à Lille la Lune a été effectivement reconnue.

Par ailleurs des témoins en voiture ont eu l'illusion d'être suivi par la Lune, qui s'arrêtait quand ils s'arrêtaient et repartaient quand ils repartaient, il est indiqué que dans un certain nombre de ces cas l'objet était indiqué comme étant au sud-ouest et qu'il est connu que ce soir là à 21:30 la Lune était en forme de croissant et se couchait au sud-ouest, ceci correspondant à des récits d'atterrissages. Egalement, les témoins auraient du voir et la Lune et l'OVNI, n'ayant eu que description de l'OVNI sans indication de présence de la Lune ou référence à sa position par rapport à la Lune, il n'y a guère de doute que l'OVNI était bien la Lune.

Les sources journalistiques sont indiquées comme "Nord Matin", page 10, 5 octobre 1954; "Nord Eclair", page 2, 6 octobre 1954; "La Voix du Nord", page 6, 6 octobre 1954 et "Libre Artois", Arras, page 3, 6 octobre 1954, lequel reprend l'article de "Nord Matin" du 5 octobre 1954.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'ufologue et auteur Jean Sider a appris par un article du journal régional "Libre Artois", d'Arras, en page 3, du 6 octobre 1954, que le 3 octobre 1954, à 19:20 au cours de la fête "la Ducasse" qui se déroulait à Chéreng, une petite commune située non loin de Lille, quelques habitants ont vu un "cigare" atterrir à la passerelle de la Marque.

Cet atterrissage s'est fait sans bruit et a été précédé d'une pluie d'étincelles, mais l'engin a disparu avant l'arrivée des témoins.

L'ambiance joyeuse de la fête laissant croire à une plaisanterie, beaucoup de gens n'ont pas cru au récit des témoins, mais l'observation a été confirmée le lundi.

Jean Sider note que Michel Figuet, à la page 657 de son livre, parle d'une confusion avec la lune, en se référant "aux 'travaux' d'un sieur Caudron, rationaliste débile," [Il s'agit de Dominique Caudron] qui "se fie aux élucubrations d'un sieur Bonte," ingénieur à propos duquel Jean Sider avait donné son opinion négative dans son livre.

Jean Sider commente finalement: "Comment la Lune peut-elle produire un cigare posé sur une route est un mystère encore plus impénétrable que celui des ovnis..."

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 3 octobre en France à Chéreng à 19h20, la foule rassemblée à la foire vit arriver à grande vitesse dans le ciel un objet lumineux qui, soudain, s'arrêta, jeta des étincelles et descendit vers le sol. Il repartit dés que les témoins se mirent à courir vers lui.

Godelieve van Overmeire remercie Wim van Utrecht et indique qu'en réalité "c'était une rencontre rapporchée avec la Lune!" selon Larry Hatch, déc. 2003.

[Ref. jt1:] JOSEPH TRAINOR:

Sur son site web UFOroundup, Joseph Trainor note à propos de ce cas:

Une des plus importantes vagues d'observations d'OVNIS jamais survenues en Europe s'est produite dans le ciel du nord de la France, il y a près d'un demi-siècle. Le Dimanche 3 octobre 1954 marqua le pic de cette vague. Ce jour-là, on releva plus d'une trentaine d'observations plausibles. Presque toutes s'étaient produites entre 19h20 et 21h30, dans un périmètre très restreint. Le premier OVNI serait apparu dans le village de Chereng, 6 km à l'est de Lille, sur la frontière franco-belge.

Le ciel était clair et dégagé. A 19h20, des promeneurs avaient soudain vu, à faible altitude, une espèce de forme lumineuse filer à toute allure dans le ciel. En arrivant à hauteur de la passerelle qui enjambe la rivière Marque, à l'ouest du village, l'objet avait marqué un arrêt, puis s'était mis à produire des sortes d'étincelles avant de piquer vers le sol.

Les promeneurs s'étaient alors précipités vers la passerelle, mais plus ils s'en approchaient, plus l'objet regagnait de l'altitude, pour finalement disparaître comme il était apparu. Toute cette scène n'avait guère duré plus de dix secondes, et s'était déroulée dans le silence le plus total.

A 20h, Melle Anne-Marie Perrut, fille d'un agent de police résidant à Marcoing, à 56 km au sud de Chereng, se trouvait à sa fenêtre lorsqu'un étrange spectacle avait attiré son attention. Un objet lumineux planait, immobile, au-dessus du bois Gouillet, à quelques centaines de mètres du commissariat où se trouvait la jeune fille. L'objet, de forme circulaire, était de couleur rouge orangée. Juste en-dessous, un petit point de lumière se balançait, comme s'il était suspendu à l'objet immobile.

Melle Perrut, n'en croyant pas ses yeux, était restée quelques instants à contempler le phénomène. Elle avait ensuite alerté son père, mais celui-ci refusait d'être dérangé. Pourtant, au bout de quelques minutes et devant l'insistance de sa fille, M. Perrut avait finalement consenti à se déplacer. Les deux objets n'avaient pas bougé. A son tour, l'homme s'était pris à croire à une hallucination; il voyait bien un objet, tel que sa fille le lui avait décrit. Il avait alors averti ses collègues, les agents Faucambergue, Delande et Bleuzot, ainsi que leurs familles, et bientôt, vingt personnes assistaient au phénomène.

Après quelques instants, voyant que l'objet continuait à planer sur le bois Gouillet, les agents de police avaient décidé de se mettre en quête d'autres témoins. Ils avaient alors appréhendé des cyclistes qui passaient devant le commissariat, et tous n'avaient pu que constater le phénomène. La boule lumineuse, sans décoller, semblait de temps à autre effectuer de courts mouvements verticaux.

Peu après 20h30, l'objet avait soudain changé d'aspect: le point lumineux suspendu avait disparu, et la boule elle-même avait pris la forme d'un cigare, ou d'un disque vu de côté. Selon la police, l'objet se serait trouvé à 540 ou 600 m d'altitude. Immédiatement après sa métamorphose, le disque s'était alors déplacé horizontalement en prenant la forme d'un croissant, comme s'il s'était replié, puis était revenu à sa position initiale où il était ensuite resté quelques instants et, enfin, avait filé à une allure fulgurante en direction de Villiers-Plouich, à environ 6 km au sud de Marcoing. Depuis cet endroit, il avait alors projeté un rayon lumineux, si intense qu'il illuminait encore le ciel quelques secondes après la disparition de l'objet. Il était 20h45.

[etc]

[Ref. ta1:] "THINK ABOUT IT" WEBSITE:

3 October. Chereng, France (7:20 p.m.)

Witnesses broke into a run.

Michel wrote.

"The first sighting was reported at Chereng, a country village between Lille and Tournai, some six miles east of Lille. The weather was clear, the sky cloudless. Chereng was celebrating its 'ducasse,' the day of its patron saint."

"Suddenly, at 7:20, strollers a little to the west of the village saw in the sky a kind of luminous oblong shape, traveling at a low altitude and at full speed when it reached the height of the footbridge spanning the little Marque River, the object stopped, emitted what seemed to be sparks, and descended."

"The witness broke into a run and headed for the bridge. But at their approach the object immediately gained altitude and disappeared just as it had arrived. The whole scene had lasted scarcely more than ten seconds, in total silence. Investigation also revealed that numerous other persons in the vicinity had witnessed either the arrival or the departure." (xx.)

(xx.) Michel, Aime Flying Saucers and the Straight-Line Mystery pp. 113-114.

[Ref. lh1:] LARRY HATCH:

Larry Hatch a inclut ce cas dans sa liste des cas discrédités:

! 1954/10/03 CHERENG + MARCOING + QUEND + LIEVIN ++, FRANCE: Rencontres Rapprochées avec la lune!

[Ref. ge1:] LE SITE INTERNET DU GERU:

Le site du GERU traite du cas du 30 septembre à Chéreng mais mentionne néamnoins que le dimanche 3 octobre 1954 vers 20:00, une cinquantaine de personnes qui participaient à la fête du hameau de l'Autour à Chéreng ont aperçu dans le ciel une forme oblongue rougeâtre qui après enquête s'est avérée être vraisemblablement le premier croissant de lune. L'instituteur Mr. Fiolet a parlé de cette observation dans sa classe le lundi matin suivant et cela fit connaître l'observation du 30 septembre à Chéreng.

[Ref. dj1:] DONALD JOHNSON:

Ce jour là

3 octobre

[...]

1954 - A 19:20 la foule à une foire à Chereng, France, a vu un objet lumineux arriver très vite dans le ciel s'arrêter en vol, émettre des étincelles et venir au niveau du sol. Comme les témoins se sont précipités vers les lieux il a redécollé. (Sources: Aimé Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 113; Jacques Vallée, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 216).

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le dimanche 3 octobre 1954, à 19:20 à Chereng (France), la foule rassemblée à la foire voit arriver à grande vitesse dans le ciel un objet lumineux qui, soudain, s'arrête, jette des étincelles et descend vers le sol. Il repart dès que les témoins se mettent à courir vers lui.

Jérôme Beau indique que sa source est Vallée, J., cas N.47, "Rapport sur l'analyse de 200 observations documentées faites en 1954".

[Ref. ri1] "RIGOROUS INTUITION" BLOG:

[... Autres cas ...]

A environ 19:30, une foule à une foire à Chereng a vu un objet lumineux rapide dans le ciel s'arrêter soudainement, dégagent des étincelles, et descendent au niveau du sol. Comme les gens couraient vers l'emplacement, l'objet a de nouveau décollé. (Dolan)

[... Autres cas ...]

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 3 octobre 1954, à 19:20, à Chereng, France, "un objet lumineux s'est arrêté en vol, a émis des étincelles, et est descendu au niveau du sol. Explication: Lune."

Le site web ajoute: "la foule à une foire a vu un objet lumineux arriver très rapidement dans le ciel, s'arrêter en vol, émettre des étincelles, et descendre au niveau du sol. Pendant que les témoins se précipitaient à l'emplacement, ile a décollé à nouveau."

Les sources sont listées: Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, Anatomy of a Phenomenon, Henry Regnery, Chicago, 1965; Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Del Valle, Pierre, fichiers d'enquête Pierre Del Valle [sic, Delval], Bordeaux; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002; Hatch, Larry, données internet.

[Ref. dj2:] DONALD JONHSON:

Donald Johnson indique que le 3 octobre 1954, à 19:20 la foule à une foire à Chereng, Nord, France a vu un objet lumineux dans le ciel qui est arrivé très rapidement, s'est arrêté en vol, a émis des étincelles, et est finalement descendu au niveau du sol. Pendant que les témoins se précipitaient à l'emplacement elle a de nouveau décollé.

Les sources sont notées comme "Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 113; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 216)."

[Ref. gn1:] GROUPE D'UFOLOGIE "GNEOVNI":

En "Remarques particulières" de son catalogue, le GNEOVNI indique qu'il existe dans plusieurs livres, dont celui en particulier d'Aimé Michel "M.O.C." aux éditions Planète en 1966, un certain nombre de cas d’observations dans le Nord et le Pas-de-Calais qui ne sont pas reprises dans leur catalogue parce qu'il "subsiste beaucoup de doutes quant à leur crédibilité." L'un deux est celui noté "3-10-54 Chéreng nord".

[Ref. vn1:] JOURNAL "LA VOIX DU NORD":

OVNI : "Ces traces mystérieuses que j’ai observées à Chéreng en 1954 ont marqué ma vie"

Publié le 19/10/2013 - Mis à jour le 19/10/2013 à 22:06

Marie Vandekerkhove

Jean-Luc Bésengez n’était qu’un enfant lorsqu’il a été témoin d’un phénomène étrange : avec son directeur d’école et deux autres camarades, il a relevé des empreintes de pieds palmés dans un champ. Son copain de classe affirmait avoir observé une soucoupe volante… comme une cinquantaine de Chérengeois de l’époque ! Seule certitude : la taille et la disposition de ces traces de pas ne correspondaient à rien de connu. Elles restent inexpliquées, près de 60 ans après. Seul survivant, il revient sur une aventure ultra médiatisée à l’époque, qui a influencé son existence.

Photo

[Légende:] Dans un champ face au château de Chéreng, Jean-Luc Bésengez montre l’endroit où il a repéré les traces de pieds palmés il y a presque 60 ans.

Affable, élégant, Jean-Luc Bésengez n’a rien d’un illuminé. Ce sémillant septuagénaire, aujourd’hui retraité, a mené une belle carrière dans l’imprimerie. Photograveur de métier, il a aussi participé à des films d’animation pour la télévision. Ce natif de Chéreng a aujourd’hui quitté la commune. Mais c’est toujours dans ce champ, en face du château, qu’il place la source de son destin professionnel. Il en est sûr: "Ce que j’ai vu ce jour-là a décuplé mon sens de l’observation".

Nous sommes le lundi 4 octobre 1954. Jean-Luc Bésengez a 11 ans, il est scolarisé à l’école publique de Chéreng. La veille, une cinquantaine d’habitants pense avoir vu une soucoupe volante pendant la ducasse de l’Autour (voir ci-dessous). "Nous en avons parlé en classe car notre instituteur avait lui aussi été témoin de ce phénomène. C’est là que Jean-Claude Delmotte a évoqué "son" apparition", se souvient le septuagénaire. Jean-Claude, 10 ans, aime faire du vélo dans le champ qui jouxte le château, sur le petit chemin de pierre qui fait couiner les roues. C’est une tête de classe, pas du genre à raconter des âneries. Et surtout pas au maître d’école. Jean-Claude narre avoir vu une sphère de 3 m de diamètre, marron, puis orange et brillante, posée au sol, le jeudi 30 septembre. Il affirme avoir ensuite repéré des traces de pas formant un cercle.

"A l’heure du déjeuner, Marcel Lison, Jean-Claude Delmotte et moi sommes allés voir les traces, toujours visibles. Et sommes allés rechercher le directeur d’école", se souvient Jean-Luc Bésengez. "Monsieur Fiolet" se rend compte, avec ses élèves, de l’incongruité de ces traces. Elles sont disposées en rond. Chacune fait 16 cm. "Nous avons d’abord pensé à des animaux, mais l’orientation nous a fait douter", pointe Jean-Luc Bésengez. "Je regrette que l’instituteur n’ait pas pensé à faire des moulages ou à préserver les traces", peste l’ancien élève, qui dessine en détail l’empreinte de pied sur le tableau noir en rentrant dans la classe.

Tout à l’effervescence de leur découverte, les Chérengeois oublient aussi de compter les traces. Dans la soirée, la presse se précipite dans le champ : les "soucoupes volantes" (le terme d’OVNI n’a pas encore été inventé) agitent les colonnes de tous les quotidiens cette année-là. Mais quand les journalistes arrivent, la pluie et le labourage ont effacé les empreintes. Plus de pieds palmés. À leur place, des sabots de chevaux ont creusé leur sillon.

Le lendemain, les gendarmes de la brigade de Forest-sur-Marque débarquent pour mener des investigations. Ils interrogent les enfants, le directeur de l’école. D’autres enquêteurs sont là : les précurseurs du GNEOVNI, un groupe de passionnés de phénomènes inexpliqués dont un ingénieur, Eugène Sorez "qui m’a un peu asticoté", se souvient l’écolier. La presse se relaie sur le lieu d’un possible atterrissage d’"êtres". "Je crois même me souvenir que j’ai fait la Une de France Soir", pense Jean-Luc Bésengez qui garde malgré tout l’impression qu’on accordait peu de crédit à sa parole d’enfant.

L’observation, l’agitation autour de ce mystère, ont façonné sa vie. Sa sœur a épousé un journaliste qui venait l’interviewer. Jean-Luc Bésengez n’a jamais rangé ses croquis et a fait les Beaux-Arts. Plus tard, son premier film d’animation couleur, passé sur la télévision régionale, vers 1975, évoquait un journaliste enlevé par des extraterrestres. Son titre : Extrapoll. Le "témoin" parcourt la littérature ufologique depuis 60 ans. Il a vu Hollywood dessiner des pieds palmés aux petits hommes verts, "peut-être grâce à mon dessin". Mais n’a jamais trouvé de raison à ce qu’il a vu dans ce champ, en 1954. "La logique ne l’explique pas mais c’était bien réel". Fiolet, Lison et Delmotte sont morts. Lui reste seul avec ses questions.

Quand le village voit des soucoupes

Des habitants qui assistaient à la fête du Hameau de l’Autour, le dimanche 3 octobre, entendent un bourdonnement, vers 19 h 20. Ils voient à l’horizon un engin rougeâtre semblant reposer sur le sol qui d’un seul coup s’élève et se déplace horizontalement. D’autres témoignages évoquent plutôt "deux cigares volants".

Monsieur Fiolet, le directeur de l’école des garçons, est présent. Il décrit très précisément "l’apparition" à un de nos confrères: "J’ai constaté la présence dans le ciel, en direction Sud-Sud-Ouest, d’un engin de forme oblongue duquel émanait une puissante lueur rougeâtre. On aurait dit un croissant de lune arrondi vers le bas. La partie centrale de l’engin, légèrement renflée, paraissait plus éclairée. Tout d’un coup, la partie renflée s’éteignit. C’est alors que j’eus l’impression de voir deux cigares. L’engin qui évoluait lentement pivota puis disparut."

Le lendemain, monsieur Fiolet en parle en classe. Et suscite le témoignage de Jean-Claude Delmotte, repris ensutie par la presse (voir ci-contre, un extrait de Nord Eclair du 5 octobre 1954, avec Jean-Luc Bésengez en photo, sur celle du bas, premier au deuxième rang à gauche, coupé en brosse). N’en déplaise aux amateurs d’inexpliqué : cette vision serait en fait d’origine astronomique. Les villageois auraient été effrayés par la lune rougeâtre, selon les "experts" régionaux de l’ufologie (discipline qui s’intéresse aux OVNIS). Mais les traces de pieds palmés demeurent, elles, officiellement inexpliquées. M. VDK.

Image

[Légende:] Reconstitution du dessin de Jean-Luc Bésangez.

Image

Image

Image

Image

[Légende:] Trois quotidiens de l'époque (La Voix du Nord, Nord Matin et Nord Eclair) se sont faits l'écho de surprenantes visites dans un champ face au château.

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*3 oct. 1954 - A 19h20 la foule lors d'une foire à Chéreng, France a vu un objet lumineux arriver très vite dans le ciel, s'arrêter en vol, émettre des étincelles, et descendre au niveau du sol. Alors que les témoins se sont précipités sur les lieux, il a décollé à nouveau. (Sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 113; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 216, cas n° 184).

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT"

Lieu: Chereng, Nord, France

Date: 30 septembre 1954

Heure: après-midi

Jean-Claude Delmotte, âgé de 10 ans, marche sur un sentier au bord de la forêt de Chereng quand il aperçoit soudainement un objet sphérique sombre à environ 300 mètres, qui devient bientôt jaune-orange. La lumière jaune devient plus intense et lumineuse. La sphère décollera alors sur une trajectoire de vol verticale émettant un faible bruit et émettant des étincelles. Plus tard, le témoin et ses deux amis trouvent sur le sol des empreintes étranges sur le site de l'observation, décrites comme ressemblant à celles de "pieds palmés" d'environ 16 cm de longueur. Le terrain fut bientôt piétiné par des charrettes à cheval.

Source: Figuet/Ruchon Dossier Ovni 1979

[Ref. dc1] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron indique que le catalogue de 800 cas publié en 1970 par Maurice Santos, est un bel exemple de ce qu'il ne faut pas faire; il indique en extraire la liste des cas du 3 octobre 1954, qu'il connaît bien pour avoir enquêté sur ces cas de sa région du nord. Pour chaque cas, en dessous du texte du catalogue Santos, il indique ce qu'il aurait fallu écrire, et l'explication après analyse quand il y en a une.

Santos écrivait que pour ce cas N° 526 du 3 octobre 1954 à Chéreng, 59, il y avait eu un Objet Volant Inconnu à basse altitude: à 19:20 ou 20 heures, Chéreng, une cinquantaine de personnes "ont vu un objet qui semble se scinder en deux demi-cigares et se poser, puis pivota et disparu".

Dominique Caudron indique que c'était en fait la Lune.

Il note que la numérotation des cas par Santos semblait une bonne idée, mais qu'en fait elle empèche l'évolution du catalogue, dont la numérotation devient incohérente à la première mise à jour: "Par exemple, ce catalogue ne contient que 10 cas pour la région du Nord, alors que nous en connaissons 48. Comment placer les 38 autres?"

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 9 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France 19.20 CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France CE I
19541003 03.10.1954 Chereng France

Explications:

Non encore recherchée. La lune?

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Chéreng, Nord, Ducasse, fête, atterrissage, cigare, étincelles, multiple, cigare, croissant, orange

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 17 décembre 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 9 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [am1], [go1], [jb1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 28 février 2010 Addition [dj2].
1.2 Patrick Gross 21 juin 2010 Addition [jv5].
1.3 Patrick Gross 6 juillet 2010 Additions [jv7], [gn1], [ri1].
1.4 Patrick Gross 3 octobre 2014 Addition [ni1].
1.5 Patrick Gross 14 octobre 2016 Addition [dc1].
1.6 Patrick Gross 21 décembre 2016 Additions [vn1], [lg1], [ta1], [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 21 décembre 2016.