France 1954 -> Homeclick!
Cette page en françaisCliquez!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

22 septembre 1954, Paris, Paris:

Référence pour ce cas: 22-sep-54-Paris. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. pl1] JOURNAL "LE PARISIEN LIBERE":

Scan

Soucoupes et cigares se multiplient dans le ciel de France

Un député réclame une enquête officielle

Après les étonnantes observations qui ont passionné et intrigué, la semaine dernière, plus d'un milliers de Romains, voici que, au cours des dernières quarante-huit heures de nombreux français, dans diverses régions ont été à leur tour témoins de ces phénomènes.

Il se confirme une fois de plus (et c'est l'essentiel de ce grand mystère) que les remarques coïncident quant aux étranges évolutions de ces engins inconnus. Une fois de plus, également, la thèse de l'hallucination est difficilement admissible. La perplexité générale est un fait sur lequel tout le monde est d'accord, tandis que "soucoupistes" et "antisoucoupistes* vont trouver là un passionnant et inépuisable sujet de conversation.

Michèle Morgan et un vieux monsieur ont vu "quelque chose" sur l'esplanade des Invalides

La belle vedette du cinéma français, Michèle Morgan, a été témoin, alors qu'elle passait sur l'esplanade des Invalides, d'un phénomène céleste à propos duquel elle a déclaré:

- Je suis sûre que ce n'étaient pas les lumières de la tour Eiffel, ni celles d'un avion, car j'ai vu l'engin m'arriver à la verticale. Un vieux monsieur, qui était près de moi, et qui avait, lui aussi, remarqué le phénomène, s'enfuit en courant.

Ses amis l'ont gentiment taquinée en lui rappelant qu'elle avait incarné Jeanne d'Arc. Mais la vedette a persisté à confirmer ce qu'elle avait vu.

Une boule de feu en Seine-et-Marne

Jusqu'à présent, on n'avait encore jamais vu de soucoupes volantes en Seine-et-Marne. Tout arrive, puisque, mercredi, vers 20 h. 30, deux habitants de Saint-Fargeau ont assisté à l'évolution d'une boule de feu. Ces personnes sont dignes de foi, il s'agit de l'appariteur M. Binet, et de M. Ravot, boucher.

Ce dernier revenait de Ponthierry lorsqu'il aperçut à travers le pare-brise de sa voiture, juste devant lui, une boule de feu qui se mouvait dans le ciel.

- J'ai été tellement surpris, a-t-il déclaré, que j'ai arrêté ma voiture, je suis descendu et j'ai suivi l'engin des yeux pendant quelques minutes. Il se déplaçait horizontalement, tantôt à droite, tantôt à gauche, puis disparaissant dans les nuages. Il n'est apparu quatre fois, et j'ai remarqué à l'arrière une petite traînée lumineuse, pas très longue.

Rentré chez lui, M. Ravot ne put résister au désir d'appeler son voisin, M. Binet. Les deux hommes inspectèrent le ciel, mais en vain. Soudain, la petite fille du boucher poussa une exclamation. La boule de feu avait fait une nouvelle apparition. MM. Binet et Ravot l'aperçurent nettement. Elle s'arrêta quelques secondes avant de disparaître dans les nuages.

- Rapportons encore ce témoignage d'une de nos lectrices, Mme. Gamundi, domiciliée 192, avenue Jean Jaurès, à Paris. Avant-hier soir, elle circulait en automobile entre Fontainebleau et Essonne, et elle a observé pendant une demi-heure une boule lumineuse immobile environnée d'une sorte de fumée et d'où tombaient d'autres boules lumineuses. La boule changea brusquement de place et s'éleva à grande vitesse.

Au moment où revenant de [...]

[...] forme de cigare entourée d'une sorte de vapeur bleu violet.

- Un autre cigare, répondant aux caractéristiques de celui qu'on a observé à Rome, a été vu par trois personnes de Lodève (Hérault). L'engin semblait remorquer un globe brillant à une vitesse de 1.500 km.-heure.

- Quant au docteur Mercier, du Puy, il a déclaré avoir observé, à deux reprises au-dessus de la ville un objet silencieux rond, brillant, et qui se dirigeai du sud au nord à une altitude très élevée. Cet engin aurait également été aperçu par plusieurs cultivateurs des environs du Puy.

- Dans le Puy-de-Dôme, de nouveaux témoins du phénomène se sont fait connaître. L'engin avait une couleur rouge. C'était un cigare très allongé qui, et c'est la première fois que cette particularité est signalée, volait de façon oblique. Il était absolument net, sans traînée, et paraissait voler très haut.

L'autre nuit, vers 23 heures, trois jeunes garçons de 16 à 17 ans, qui se promenaient sur la jetée du port de Banyuls-sur-Mer (P-O), ont aperçu dans le ciel un objet oblong marchant à grande vitesse et duquel semblaient sortir des flammes rouges et vertes. Un peu effrayés, les garçons allèrent conter leur aventure à divers consommateurs qui se trouvaient à la terrasse d'un café, mais ceux-ci eurent beau scruter le ciel ils ne virent aucune trace du mystérieux engin.

M. de Léotard demande au ministère de l'Air une enquête officielle

M. de Léotard, député de la Seine, dans une question écrite, "expose à M. le secrétaire d'Etat aux Forces armées (air) que les récents témoignages relatifs à des "soucoupes volantes" et "cigares volants" n'ont pas manqué d'intriguer l'opinion publique, sinon de l'inquiéter. Il demande:

- 1° Si des instructions ont été données pour que ces phénomènes soient systématiquement et scientifiquement observés;

- 2° Si ces "soucoupes" ou "cigares" ne pourraient pas être pris en chasse pour être mieux observés afin que le public sache exactement qi'il s'agit d'autosuggestion collective à dissiper ou s'il y a lieu de tenir compte de ces phénomènes au point en vue de la sécurité et de la défense nationale.

[Ref. fa1:] JOURNAL "FEUILLE D'AVIS:"

Michèle Morgan dit avoir vu des soucoupes volantes

Paris, 24 septembre. Avant-hier soir, à 19 h. 40, Michèle Morgan est rentrée chez elle, aux Invalides, complètement affolée, ses grands yeux hors de la tête.

Elle venait d'assister à un spectacle extraordinaire qu'elle décrit ainsi:

-J'ai vu, sur l'esplanade, en plein ciel, deux globes lumineux, dont le plus important avait l'air d'une grosse étoile. Et je suis sûre que ce n'était pas les lumières de la tour Eiffel, ni celles d'un avion, car je l'ai vu soudain s'élever à la verticale.

» Un vieux monsieur, qui était près de moi et qui avait, lui aussi, remarqué le phénomène, s'enfuit en courant comme un jeune champion.

» En rentrant chez moi, j'ai téléphoné aussitôt à mon mari pour lui faire part de mon extraordinaire émotion. Il m'écouta avec scepticisme. Néanmoins, je suis sûre de ne pas avoir été victime d'une hallucination.»

Bien qu'elle ait incarné Jeanne d'Arc, Michèle Morgan ne veut pas qu'on dise qu'elle a eu des visions.

[Ref. sl1:] JOURNAL "NEWARK STAR-LEDGER:"

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Newark Star-Ledger, New York, USA, le 24 septembre 1954.

LA FUREUR EN FRANCE

Une 'soucoupe' file sur le tombeau de Napoleon

Pour être quelqu'un en France de nos jours vous devez pratiquement avoir vu une soucoupe volante, de préférence l'une de celles qui sont iridescente et qui changent de couleur comme un juke box.

Pouvoir descendre des litres de champagne, ou posséder un château légèrement décrépi ou même être invité à la première d'un film compte à peine.

Des soucoupes volantes, et maintenant des cigares volants, sont "observés" pratiquement quotidiennement par des témoins qui sont des citoyens équilibrés, des modèles de probité et de sobriété et des personalités marquantes.

La dernière à avoir rapporté les phénomènes était la star de cinéma Michèle Morgan qui a indiqué qu'elle a aperçu un disque lumineux stationnaire au-dessus du dôme des Invalides, là où Napoleon est enterré.

"Un vieil homme près de moi l'a également vu," a dit Mlle Morgan. "Mais il est parti en courant."

Les soucoupes volantes arc-en-ciel font fureur dans le centre de la France où le dessinateur Jean Besse a dit qu'il en a observé une dans la nuit de vendredi à travers de puissantes jumelles. Il a dit qu'elle a changé de couleur trois fois en quelques secondes.

A le Puy, à l'ouest d'ici, le propriétaire d'hôtel Marcel Maillet a dit qu'il a vu une soucoupe iridescente changeant de couleur comme un juke box.

Louis Moll, un garde-barrière à Oberdorff a indiqué qu'il a vu une soucoupe "atterrir" dimanche dernier.

"Il était environ 15:15," a-t-il dit. "Mes yeux ont été aveuglés par une grande masse lumineuse qui a semblé toucher le sol près du village de Tromborn. Tandis qu'elle s'est approchée de la terre, la couleur a changé en ce qui m'a semblé être celle des tubes néon. Cela avait la forme d'un petit autobus.

"CA A TOUCHE le sol pendant environ 40 secondes ...

Finalement il a volé au loin, droit vers le haut dans le ciel, éclairé par une lueur orange qui s'est changé en rouge. Je n'ai rien entendu."

A Origny en Tierache, Robert Chovet, son épouse et beau-frère roulaient dans la nuit de mardi de nuit quand, dit-il, ils ont pratiquement percé une soucoupe volante.

"Elle a été stationnaire à plusieurs mètres devant nous," a-t-il dit. "Un énorme disque orange juste environ au niveau des arbres. Il a été immobile pendant plusieurs secondes et puis a filé directement vers le haut avec une vitesse vertigineuse."

[Ref. ts1:] JOURNAL "THE AUCKLAND STAR":

Scan

ET MAINTENANT LE "BUS VOLANT"

PARIS, vendredi. - Un garde rural, M. Louis Moll, a annoncé hier avoir vu un "bus volant" garni de "néons", descendre du ciel nocturne et se poser près du village lorrain de Tromborn.

"Une grande lumière descendait du ciel, elle avait la forme d'un petit autobus et semblait avoir des tubes de néon autour d'elle. Il semblait y avoir de petits objets noirs se déplaçant dans la machine éclairée. Après 40 secondes, elle a décollé verticalement et a disparue en traînant des jets orange... Pendant tout ce temps, je n'ai entendu aucun son."

Un autre rapport de la récente série d'histoires d'étranges visions dans le ciel de France provient de la ville d'Origny en Thierache dans le nord.

M. Robert Chovel, industriel, a dit que lui et deux de ses parents, "nous trouvâmes tout à coup devant un immense disque orange qui semblait suspendu à quelques centaines de mètres au-dessus des arbres."

Il a dit qu'il est resté immobile pendant un certain temps "puis a disparu."

A Châteauroux, deux policiers ont dit avoir vu une machine lumineuse planer à une altitude d'environ 5000 pieds puis deux autres machines de couleur verdâtre à une plus grande hauteur.

Dans le département du sud de l'Hérault, plusieurs témoins ont rapporté avoir vu ce qui semblait être un "cigare volant" qui remorquait une boule rouge à haute vitesse.

Michelle Morgan, l'actrice, affirme avoir vu deux soucoupes volantes sur les Invalides, au centre de Paris.

Un député français a posé une question écrite au secrétaire d'Etat à l'Air pour savoir si les phénomènes aériens sont étudiés pour que le public puisse savoir "ce qui se passe." - N.Z. P.A. - Reuter.

[Ref. jd1:] HEBDOMADAIRE "LE JOURNAL DU DIMANCHE":

[...]

A Paris même, la célèbre star de cinéma Michèle Morgan, marchant sur l'esplanade des Invalides dans la nuit de Mardi, a rapporté voir deux globes lumineux étranges dans le ciel assombri au-dessus de la tour d'Eiffel. Leur étrange apparition a effrayé un vieux monsieur, qui regardait également le ciel, et il s'est sauvé précipitament.

[...]

[Ref. us1:] NEWSCLIPPING DE L'U.S. AIR FORCE:"

Le Project Blue Book de l'US Air Force entre autre activité de recherche sur les observations d'OVNIS utilisait un service de newsclipping pour rassembler toutes coupures de presse se rapportant au phénomène. La transcription de septembre 1954 ci-dessous en provient, elle et selon toute vraisemblance un extrait d'un article de journal plus long, les références précises étant pour une fois manquante dans les fichiers de l'U.S. Air Force (consultables au NARA à Washington).

[...] Michèle Morgan, ne contribuera rien à surmonter cette timidité. L'autre nuit, à environ 19:15, rentrant à sa maison près des Invalides, elle a clairement observé un de ces véhicules célestes qui s'étaient si étrangement multipliés récemment. Malheureusement elle en a parlé. La presse s'en est fait l'écho. Après cela, elle a été submergée par les appels téléphoniques jour et nuit. Les "farceurs" lui ont demandé si elle a commencé à avoir des visions quand elle a joué Jeanne d'Arc. Finalement elle a dû faire débrancher son téléphone. Vous ne la derez plus témoigner dans l'intérêt de la science la prochaine fois.

On pourrait ajouter que les termes "soucoupe", "cigare" etc., ne contribuent pas vraiment au traitement sérieux de ces manifestations déconcertantes. "Soucoupe" a une odeur de café, et les cigares évoquent des béatitudes infantiles. Ces mots imprudents créent une "atmosphère" bien peu propice à la rigueur scientifique.

[Ref. sm1:] JOURNAL "SYDNEY MORNING HERALD":

Scan

La France en proie à la fièvre des soucoupes

De June GODDARD à Paris

La France, la terre de la logique, est en prise avec la fièvre des soucoupes volantes et des petits hommes dans des casques spatiaux, qui font des avances amicales, bien qu'inintelligible, vers des paysans effrayés ou les figent sur avec un "rayon vert" hypnotiseur.

Au cours des 10 derniers jours il y a eu des rapports innombrables de soucoupes volantes par des paysans, des médecins, des laitiers, des charcutiers, des agriculteurs, des ménagères, des gendarmes, des enseignants, de la côte de la Manche à la Méditerranée, des Pyrénées vers les Ardennes, de la Bretagne à l'Alsace.

Selon tous ces témoins, le ciel sur la France est illuminé par des "soucoupes" jaunes étincelantes, des globes bleuâtres, des "cigares volants" (Comme une fois dramatiquement signalés par Mulhouse en Alsace, entouré de "12 petits satellites"), des soucoupes en aluminium simple, des "cigares lumineux," 10 "soucoupes" qui semblaient faire une sorte de ballet dans le ciel, et parfois même de simples "machines mystérieuses."

Contrairement aux soucoupes volantes précédentes, celles qui survolent la France volent bas, parfois à environ 600 pieds, et ne filent pas à travers le ciel, mais restent en vue pendant 15 minutes ou restent apparemment immobiles.

Elles crachent indifféremment des flammes, forment des rideaux lumineux de lumière, changent de couleur, atterrissent et décollent verticalement sans son.

Beaucoup de scientifiques français, jusque-là sceptiques sur la question de la soucoupe volante, se révèlent un peu ébranlés par la multiplicité des rapports et par le fait que certains sont des observations de groupe ou des rapports individuels qui concordent avec d'autres provenant de régions adjacentes.

Au sujet des petits hommes ou martiens, ils réaffirment que les astronomes n'ont jamais fait d'observations qui pourraient indiquer une forme de vie évoluée sur Mars.

Ils soulignent que Mars est mille millions d'années plus vieille que la terre, et que, si la vie y a existé autrefois, elle a probablement disparue dans les déserts glacés roses qui semblent abonder sur la planète.

Les protagonistes des soucoupes volantes et les petits hommes de Mars ont été fortement encouragés par un article dans le journal sérieux "Forces Aériennes Françaises" écrit par un jeune ingénieur aéronautique, le Lieutenant J. Plantier, et approuvé par un ingénieur en chef du Ministère de l'Air.

Le Lieutenant Plantier ne prend pas parti, mais démontre simplement théoriquement et par étude mathématique que tout le comportement phénoménal attribué aux soucoupes volantes est parfaitement explicable si de telles machines utilisaient l'énergie des rayons cosmiques,

Le Lieutenant Plantier montre que les rapports que les soucoupes volantes restent immobiles dans le ciel, accélèrent de l'immobilité à 10000 m.p.h. en quelques secondes sans bruit, et que les êtres vivants peuvent voler à l'intérieur sans être blessés par l'accélération, sont complètement logiques si l'on admet que l'énergie des rayons cosmiques a été exploitée et que ces machines peuvent voler à la vitesse de la lumière.

Quelles que soient les vues des scientifiques, cependant, les hommes et les femmes de France continuent de signaler les apparences quotidiennes des soucoupes et des cigares et leurs rencontres avec les hommes de l'espace.

La première réaction de l'honnête citoyen français face à tout événement ou danger inhabituel - y compris, semble-t-il, des phénomènes de l'espace extra-atmosphérique - est d'informer les gendarmes.

Par conséquent, dans les villages et les villes, des gendarmes audacieux ont été "alertés", comme le dit la presse française, et ont été occupés à vérifier les rapports et à examiner les prétendues zones d'atterrissage de soucoupes volantes pour trouver des "traces."

Deux gendarmes à Chateauroux en France centrale ont eux-mêmes vu trois objets volants verts lumineux.

Leur entraînement de police s'est immédiatement affirmé, ils ont arrêté un automobiliste et un cycliste afin qu'ils puissent aussi regarder et témoigner. Ensuite, les gendarmes ont fait un rapport complet.

La seule preuve tangible à ce jour d'un atterrissage est celle produite par M. Marius Dewilde, un ouvrier métallurgiste de 28 ans dans le nord près de Valenciennes.

M. Dewilde, un jeune homme à la fine moustache, avec un visage long - et il faut l'admettre, humoristique - a déclaré qu'il avait vu les "Martiens" pour la première fois depuis son jardin près de la ligne de chemin de fer.

"Deux petits êtres, d'au plus trois pieds de haut", a-t-il déclaré, "chacun portant une sorte de costume de plongée avec casque en métal, se tenaient près d'un "cigare volant" qui avait atterri sur les traverses de chemin de fer."

M. Dewilde n'a eu aucune chance de se serrer la main ou d'accueillir les visiteurs au nom de la Quatrième République parce que, dès qu'ils l'ont vu, ils l'ont hypnotisé avec un "rayon vert" alors qu'ils rentraient dans leur machine qui, bien sûr, a décollé verticalement dans un nuage épais de fumée sans faire de bruit.

Le lendemain, les gendarmes "alertés" par M. Dewilde et deux inspecteurs de la police de l'armée de l'air ont trouvé une série de marques régulières étranges sur les traverses de chemin de fer, qui auraient pu être causées par la "soucoupe" à l'atterrissage.

Le contact direct avec les hommes de l'espace a été signalé par M. Antoine Mazaud, agriculteur âgé de 58 ans, avec une moustache grise broussailleuse, qui vit près de Limoges dans le Massif central de la France.

M. Mazaud allègue qu'un "martien" d'environ trois pieds de haut a émergé d'un "cigare volant" et a commencé à parler dans une langue inintelligible. Quand il se rendit compte que M. Mazaud ne pouvait pas le comprendre, il embrassa le fermier sur la joue.

Les compatriotes argumentateurs de M. Mazaud, doutant de cette étrange histoire, ont immédiatement voulu savoir pourquoi une créature d'un autre monde devrait adopter l'habitude - pas même universelle sur la terre, ont-ils pointé - de s'embrasser.

"Il est surprenant qu'il n'ait pas épinglé une médaille sur votre torse et ne vous ait pas embrassé sur les deux joues", se moquèrent-ils.

Compte tenu de cette réponse antipathique à l'histoire de M. Mazaud, il n'est donc pas surprenant que M. Yves David, agriculteur de Chatellerault, ait caché pendant quelques jours qu'il avait été touché au bras par un "homme de l'espace" avant d'être momentanément hypnotisé par le "rayon vert" comme M. Dewilde.

M. David avait eu peur d'être moqué, dit-il, mais il a finalement demandé à un ami si quelqu'un d'autre avait vu l'homme de l'espace. L'ami a répandu la nouvelle et, bien sûr, a alerté les gendarmes.

Deux femmes du département de l'Yonne ont donné des rapports indépendants d'avoir vu une machine étrange dans une clairière avec un pilote à côté. Aucune d'elle n'est restée pour enquêter.

TOUJOURS, les histoires continuent. Aucun Parisien n'a encore signalé une rencontre avec un "martien", même si, comme l'indiquent les esprits malins, on s'attendrait à ce qu'ils se posent sur le Champs de Mars, l'esplanade devant l'école de l'armée.

Les caricaturistes exploitent pleinement la saison "martienne" et les soucoupes volantes. L'un, dans la vraie veine gauloise, a dessiné le classique mari trompé qui rentre à la maison de façon inattendue. Il a ouvert la porte du placard pour révéler un petit personnage étrange dans un costume et un casque d'astronaute, et dit à sa femme coupable, recroquevillées au lit: "Et ça, je suppose que tu va me dire que c'est un martien."

La plus célèbre "repéreuse" de soucoupe volante à ce jour à Paris est la star du cinéma Michèle Morgan, qui a signalé en avoir vu une près de la Tour Eiffel vers 22h.

Lorsque Mademoiselle Morgan se plaignit plus tard de l'inondation d'appels téléphoniques de fans et d'amis qui voulaient entendre d'autres détails, sa mère a fait ce commentaire sec et très français:

"Tu as perdu une bonne occasion cette nuit de te taire."

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur indique qu'en la première semaine d'octobre 1954, au-dessus de l'aéroport des Invalides [sic], à Paris, l'actrice Michele Morgan a vu un disque incandescent.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel rapporte que le 22 septembre 1954 dans la soirée, des piétons qui étaient sur l'esplanade des Invalides au centre de Paris ont vu arriver deux petites boules lumineuses qui ont disparu dans les nuages.

Michel note que parmi les témoins se trouvait la très célèbre actrice de cinéma Michèle Morgan. Il ajoute: "Les journalistes et les chansonniers se moquèrent d'elle quand elle raconta son observation, le lendemain, lui conseillant assez grossièrement de ne pas jouer à la ville le personnage de Jeanne d'Arc, célèbre par ses visions, et qu'il lui était arrivé d'incarner avec le talent qu'on sait." Michel précise qu'en dépit des moqueries de la presse, Michèle Morgan a persisté à affirmer qu'elle très bien vu deux boules lumineuses arriver successivement à vive allure et monter à la verticale dans les nuages pour y disparaître.

L'actrice a également rapporté un aspect de l'incident intéressant du point de vue psychologique.

"Un vieux monsieur qui traversait l'esplanade non loin de moi aperçut lui aussi le phénomène. Il le contempla avec la même stupeur, puis me regarda, comprit que j'avais surpris sa curiosité, prit un air penaud et s'enfuit en toute hâte, de peur, évidemment, que je lui demande de confirmer un spectacle aussi absurde."

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'ufologue Harold T. Wilkins a écrit qu'au-dessus de l'aéroport [sic] des Invalides à Paris, l'actrice Michèle Morgan a vu un disque luminescent.

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent qu'à Paris le 22 septembre 1954, à 20:30, deux petites boules à haute altitude a été observée.

Ils disent que l'on peut sérieusement penser que c'était une grosse météorite puisque la description est "identique" à un cas à Dôle ce jour dans lequel le témoin leur a dit avoir vu à 20:30 une lueur fugitive rapide qui a traversé le ciel.

[Ref. jt1:] UFO ROUNDUP:

dans les Dossiers OVNI...

1954: LE JOUR LE PLUS LONG EN FRANCE

Il y a quarante-quatre ans, le 2 octobre 1954, une vague d'OVNIs a envahi la France. Voici le récapitulatif...

[...]

"Au-dessus de l'aéroport de Les Invalides à Paris, l'actrice Michele Morgan a vu un disque incandescent." (voir les FLYING SAUCERS UNCENSORED par Harold T. Wilkins, Pyramid Books, 1967, pages 56 et 57.)

(Note du Rédacteur: Michele Morgan a joué avec Jack Haley et Gloria DeHaven dans le film de 1943 "Higher and Higher." Lequel, par ailleurs, a été le premier film de Frank Sinatra.)

[...]

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Septembre 1954

Jeu 23

Michèle Morgan raconte son observation de la veille, et recueille des moqueries de journalistes et de chansonnier.

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'à Paris le 22 septembre 1954 à 19:30 heures "Esplanade des invalides, vers 19 heure 30, l'actrice Michele Morgan voit deux boules lumineuses arriver l'une après l'autre à vive allure et monter à la verticale dans les nuages pour y disparaître. Une autre personne semble avoir vu le phénomène au même instant."

Luc Chastan indique que la source est "M.O.C. par Michel Aimé ** Arthaud 1958".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 22 septembre 1954, à 20:30 à "Paris, Champ.Mars", France, "Plané." Et: "On a observé un objet planant. Un disque lumineux, d'environ 10 pieds de large, a été observé par un témoin masculin pendant quelques secondes (Morgan; Raffoux)."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Anatomy of a Phenomenon, Henry Regnery, Chicago, 1965; Coupures de Journaux.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré le cas quatre fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540922 22.09.1954 Paris France 19.40
19540922 22.09.1954 Paris France Evening NL
19540922 22.09.1954 Les Invalides France 20.20 NL
19540922 22.09.1954 Les Invalides France 20.30 NL
19540922 22.09.1954 Paris France

Images:

La célèbre actrice Michèle Morgan et un autre témoin, Mme Poulard, ensemble en image pour un article de journal de l'époque sur les observations de soucoupes volantes.

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Paris, Invalides, Michèle Morgan, deux, boules, lumineuses, rapide, vertical

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 8 novembre 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 17 janvier 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [jb1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 7 mars 2010 Addition [jt1].
1.2 Patrick Gross 10 octobre 2016 Addition [fa1].
1.3 Patrick Gross 5 décembre 2016 Additions [pl1], [ub1].
1.4 Patrick Gross 25 février 2017 Addition [ts1].
1.5 Patrick Gross 15 septembre 2017 Addition [sm1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 septembre 2017.