France 1954 -> Homeclick!

Cette page en françaisCliquez!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

22 septembre 1954, Montgeron, Essonne:

Référence pour ce cas: 22-sep-54-Montgeron. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal national Paris-Presse du 2 octobre 1954 rapportait entre autres observations que le fils du garde-champêtre de Langeron, dans le Nivernais, avait vu un "cigare" muni d'un "feu arrière". Le journal ironisait: "Ce qui semble indiquer que les Martiens ont une police de l'air".

Le magazine hebdomadaire Semaine du Monde du 8 au 14 octobre 1954, rapportait que Mme Vasseur, 25, rue Sénart, à Montgeron, n'avait rien vu, mais son fils Marcel, 16 ans, a soudain poussé un cri:

"- Maman, a-t-il dit, il y a le feu..."

Mme Vasseur s'est précipitée à la fenêtre de la salle à manger:

"- C'était, précise-t-elle, moins [...]. Et le reste me manque.

Toutefois, une coupure de presse des archives d'Alexander "Lex" Mebane complète ceci:

"Mme. Vasseur, qui vit au 25 de la rue Senart, à Montgeron, n'a rien vu. Mais son fils, Marcel, 16 ans, a soudainement crié "Maman, il y a le feu." Mme. Vasseur a couru à fenêtre de la salle à manger. "C'était plus bas que les étoiles", énonce-t-elle, "et plus petit que la lune. Mais c'était rond et blanc. L'objet est demeuré immobile, puis il est descendu au niveau des sommets des toits. Avec des jumelles, j'ai pu voir qu'il avait des lumières vertes et rouges (comme dans "La Guerre Des Mondes.")"

Mebane précisait que cela s'était produit le 22 septembre 1954, à 19:35.

Rapports:

[Ref. ppe1:] JOURNAL "PARIS-PRESSE":

Scan

LES "MARTIENS" EN VACANCES (SUITE)

UNE "SOUCOUPE" A TROIS PIEDS DANS LE JURA, ET UN "CIGARE"
à feu arrière dans le Nivernais

IL est vrai, comme l'assurent les disciples du "Christ de Montfavet" [*], que les soucoupes volantes sont une manifestation divine, on en a vu assez, hier, dans le ciel de France, pour "nimber" tous les apôtres de ce Messie-postier. Et assez de cigares pour la consommation de M. Churchill en en quinze jours.

L'histoire la plus sensationnelle est celle que raconte le petit Raymond Romand, un garçon de 12 ans, dont les parents sont fermiers à Prémanon, dans le Jura. Il a vu, l'autre soir, une soucoupe volante au beau milieu de la cour de la ferme. Il était huit heures du soir; l'enfant était sorti en entendant le chien aboyer furieusement. La soucoupe était là, haute de deux mètres. Il lui lança des pierres, s'approcha. A ce moment, elle se mit en mouvement et le souffle le souleva du sol. Terrorisé, il se sauva. Sa soeur, la petite Jeanine (9 ans), affirme avoir vu aussi la soucoupe, de la fenêtre.

"J'ai vu des fantômes", devait-elle déclarer le lendemain à ses camarades d'école.

Les deux enfants jurent qu'ils n'avaient jamais entendu parler de soucoupes volantes.

Le "truc" était posé sur trois pieds", a précisé Raymond.

Il a voulu montrer aux gendarmes les traces que les trois pieds avaient laissées sur le sol de la cour. Malheureusement, la pluie les avait effacées...

A Foussinargues, près de Bessèges, dans le Gard, deux personnes affirment qu'elles ont vu dans un pré "un engin lumineux rouge, vif, entouré de tiges verticales". Près de Mulhouse, un cigare s'est promené dans le ciel, suivi d'une "portée" de douze cigarillos.

Le fils du garde champêtre de Langeron, dans le Nivernais, n'a vu, lui, qu'un seul cigare. Il était muni d'un "feu arrière". Ce qui semble indiquer que les Martiens ont une police de l'air.

Deux mille Palois ont vu, hier après-midi, un cigare et deux soucoupes, l'une blanche, l'autre verte. Ils ont été un peu déçus en apprenait dans la soirée que le cigare était un avion à réaction et les deux soucoupes des ballons d'enfants...

[*] Georges Roux, dit "le Christ de Montfavet" (1903-1981), quitte son emploi à la poste d'Avignon, tente les carrières de poète, de romancier, de musicien, puis dans les années 1950 se proclame "guérisseur", puis "réincarnation du Christ" et même "Dieu". Il fonde une secte, écrit des livres de "spiritualité", prédit la fin des temps" pour le 1er janvier 1980, et rencontre un petit succès, monté en épingle dans la presse.

[Ref. sme1:] MAGAZINE "SEMAINE DU MONDE":

[...]

"Tout ce que je peux dire, c'est que ça avait une queue... Ainsi résuma son témoignage Mme Chatelin (ph. 1).

Mme Chatelin a 60 ans; elle est employée aux usines de chaussures André, métier qui ne prédispose pas aux trouble imaginatifs. Et pourtant, elle aussi, elle a vu une soucoupe volante.

J'habite Norville (S. et O.), dit-elle; je rentrais d'une réunion syndicale. Dans le ciel, au-dessus du château, j'ai vu une lune deux fois plus grosse que la vraie. En plus, elle avait une queue. Je me suis pincée pour m'assurer que je ne rêvais pas: l'engin a eu une espèce de soubresaut. Puis il a émis des flammes et a disparu...

Mme Vasseur, qui habite 25, rue Sénart, à Montgeron, n'avait rien vu. Mais son fils Marcel, qui a seize ans, a soudain poussé un cri:

- Maman, a-t-il dit, il y a le feu...

Mme Vasseur s'est précipitée à la fenêtre de la salle à manger:

- C'était, précise-t-elle, moins [...]

[Ref. ame1:] ARCHIVES ALEXANDER MEBANE:

"Tout que je puis dire est que cela avait une queue." Ainsi Mme. Chatelin (photo 1) a résumé son témoignage. Mme Chatelin, 60 ans, est employée à l'usine de chaussures André, qui n'est pas un commerce qui prédispose à une imagination excessive. Néanmoins, elle a vu une soucoupe volante.

"J'habite à Norville (Seine-et-Oise) dit-elle; "Je rentrais à la maison après une réunion syndicale. Dans le ciel au-dessus du château j'ai vu une lune deux fois plus grande que la vraie. En outre, elle avait une queue. Je me suis pincée pour s'assurer je ne rêvais pas. La machine a fait une sorte de soubressaut.Ensuite elle craché des flammes et a disparu."

Mme. Vasseur, qui vit au 25 de la rue Senart, à Montgeron, n'a rien vu. Mais son fils, Marcel, 16 ans, a soudainement crié "Maman, il y a le feu." Mme. Vasseur a couru à fenêtre de la salle à manger. "C'était plus bas que les étoiles", énonce-t-elle, "et plus petit que la lune. Mais c'était rond et blanc. L'objet est demeuré immobile, puis il est descendu au niveau des sommets des toits. Avec des jumelles, j'ai pu voir qu'il avait des lumières vertes et rouges (comme dans "La Guerre Des Mondes.")

Ces deux observations (Mme. Chatelin et Mme. Vasseur) se sont produites le même jour: 22 septembre 1954, à 19:35.

[Ref. ubk1:] "UFODATENBANK.DE":

Cette base de données a enregistré le cas deux fois, comme "Sénart" est probablement ce cas dans la "rue de Sénart" (Aimé Michel l'avait incorrectement notée comme "à Sénart").

Numéro de cas Nouveau numéro de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Remarques Identification
22.09.1954 Senart France Nuit NL
22.09.1954 Rueil Montgeron France 20.30 NL

Explications:

L'observation me fait beaucoup penser à Vénus. Et il se trouve justement que Vénus était dans le ciel, à 236°, et la faible hauteur de 2° 8'.

Il faut aussi noter que le lieu est proche de l'aéroport d'Orly, la lumière d'un avion est donc également possible.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Montgeron, Seine-et-Oise, Essonne, lumineux, objet, Vasseur, Marcel Vasseur, rond, blanc, bas, immobile, descente, jumelles, vert, rouge

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 12 ocrobre 2016 Première publication.
1.0 Patrick Gross 30 août 2019 Addition du Résumé.
1.1 Patrick Gross 5 janvier 2020 Addition [ppe1]. Dans le Résumé, addition du paragraphe "Le journal national Paris-Presse..."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 janvier 2020.