France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

10 octobre 1954, Metz, Moselle:

Référence pour ce cas: 10-oct-54-Metz. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. af1:] AGENCE FRANCE PRESSE:

AFP


Paris, 13 oct. (AFP) -- Des observations de soucoupes volantes et de cigares ont été de nouveau rapportés aujourd'hui de certains points de la France et de l'Europe. Les enquêtes sur des rapports précédents sont également en cours.

Les autorités militaires continuent leur recherche sur la soucoupe qui est apparue dans le faisceau d'un projecteur installé à la Foire-Exposition de Metz. Les opérateurs de projecteur ont vu, à une distance estimée à 10 km, un cercle lumineux qui est demeuré immobile pendant plusieurs heures. Cependant, les opérateurs de radar, qui ont été alertés, n'ont pas pu détecter quoi que ce soit. Les autorités militaires étudient la possibilité qu'un certain phénomène météorologique particulier ait pu avoir été responsable.

Près de la localité de Chateaubriant, au centre de la France, un garçon âgé de treize ans prétend avoir vu une machine phosphorescente en forme de cigare à seulement une douzaine mètres de loin. Un passager, habillé d'un costume et d'un chapeau gris, et portant des bottes, lui a censément dit "Regarde, mais ne touche pas." On dit que l'homme est de nouveau monté dans le cigare volant, qui a décollé verticalement.

D'autre part, l'Anatolie [région de la Turquie] n'avait pas jusqu'ici eu le privilège de voir des soucoupes volantes au-dessus de son territoire. Un rapport provenant d'Ankara [la capitale] indique que ce manque est maintenant comblé. Plusieurs personnes vivant dans le quart d'Ulus [banlieue] d'Ankara ont vu, vers midi, un objet qui est demeuré immobile au-dessus d'elles un long moment. Soudainement, il s'est écarté à une grande vitesse, et a disparu.

[Ref. fs1:] JOURNAL "FRANCE-SOIR":

Scan


Le gouverneur militaire de Metz étudie le rapport du commandant Cottel qui a vu un engin lumineux pris dans le faisceau d'un projecteur

(De notre envoyé spécial Henri PIGNOLET)

METZ, 13 octobre (par téléphone).

Le gouverneur militaire de Metz, général Navereau, commandant la 6e région, attend ce matin le rapport du commandant Cottel, spécialiste des forces terrestres antiaériennes, sur la présence, dimanche dernier, dans le ciel de la ville, d'un mystérieux engin qui pendant trois heures resta le soir dans le faisceau d'un puissant projecteur de l'armée.

Ce rapport, on imagine avec quels mots et quelle prudence le commandant des F.T.A.A. l'a rédigé. Le commandant Cottel dirigeait le poste de radar installé au stand de l'armée à la foire commerciale de Metz qui vient de fermer ses portes. La station disposait d'un puissant projecteur qui, pendant toute la durée de la foire, balayait le ciel de la ville. Une dizaine d'hommes se trouvaient autour de l'appareil lorsque, dimanche soir, le rayon lumineux s'immobilisa soudain sur un globe immobile en plein ciel, "scintillant, aurait affirmé le commandant, comme une boule d'arbre de Noël."

Le rayon était à la verticale. La "chose" semblait se trouver à 16.000 mètres. C'est du moins ce qu'affirment les connaisseurs. On ne s'affola pas, il faut le dire.

- C'est un ballon-sonde, avança un des servants du projecteur...

- Impossible, "ça" doit avoir cinquante mètres de diamètre.

Tout le monde en convint.

Mais alors?

Le radar n'avait rien accroché

Alors, comme on ne voulait pas croire aux soucoupes volantes, on décida de nettoyer les glaces et même de changer les charbons du projecteur. Lorsqu'on ralluma celui-ci, le ballon était toujours là.

Les curieux, qui s'étaient groupés autour du projecteur, virent, eux aussi, "la boule de l'arbre de Noël". Ils la virent jusqu'au moment où, vers 22 heures on se résigna à éteindre le projecteur. Ils ne furent pas seuls d'ailleurs, puisque des habitants du faubourg de Sablon devaient, le lendemain, eux aussi, affirmer avoir constaté le phénomène.

Le radar, cependant, dont le pinceau, sans cesse, avait balayé l'espace, n'avait rien accroché.

- La "chose", expliqua un technicien, n'est pas métallique. Elle n'est pas décelable au radar.

Avant-hier, la foire de Metz, qui avait reçu plus de 800.000 visiteurs, fermait ses portes. Plus de projecteur, plus de radar, plus de sphère mystérieuse. Il ne restait que le témoignage d'une quinzaine de personnes, des servants du projecteur, d'un officier du service géographique de l'armée et du commandant Cottel, dont le rapport, qu'on attend au palais du gouverneur militaire avec l'impatience... et la curiosité que l'on devine, fixera ce point de l'histoire des soucoupes volantes.

[Ref. la1:] JOURNAL "L'ALSACE":

Scan


Au dossier des soucoupes volantes

UN ENGIN APERCU DANS LE CIEL DE METZ RETIENT L'ATTENTION DES AUTORITES MILITAIRES

Metz, 13 octobre. -- Pendant la durée de la foire-exposition de Metz, un phare militaire, installé au stand de l'armée, balayait, chaque soir, le ciel Messin de son faisceau lumineux. Dimanche soir, les servants de l'appareil virent, à une hauteur estimée à plus de 10.000 mètres, un cercle lumineux qui demeura immobile au-dessus de leur tête pendant plusieurs heures. Le service de radar, également monté au stand de l'armée, essaya vainement de saisir le cercle insolite dans son appareil.

Un journal local ayant rapporté les faits, le général gouverneur commandant la 6e région militaire a ordonné une enquête qui, jusqu'à présent, n'a pas abouti[e]. Le général Navereau attend le rapport du commandant Cottel, responsable du stand de l'Armée.

D'après les premiers renseignements recueillis dès hier, il semble impossible que le phare installé à la foire de Metz ait pu surprendre un objet quelconque si haut placé. en effet, ce phare n'a guère qu'une portée de 5.000 mètres, distance à laquelle, par temps très clair, il permettrait peut-être de distinguer quelque chose.

Le cercle lumineux saisi dans le faisceau du projecteur pourrait être expliqué par la présence, à une grande altitude, d'un cumulus tourbillonnant éclairé par la lune, pleine à ce moment, et cachée derrière un rideau de nuages. On reste sceptique, en attendant, sur la présence d'un objet rond, qui aurait eu, a-t-on estimé, cinquante mètres de diamètre, et qui serait demeuré parfaitement immobile pendant plusieurs heures.

Cependant les services militaires poursuivent leurs investigations et tireront les conclusions de cette affaire dès qu'il seront en possession du rapport du commandant Cottel.

Un garçonnet rencontre un "Martien" parlant français...

Châteaubriant, 13 oct. -- Un garçonnet de 13 ans, le petit Gilbert Lelay, affirme avoir vu hier soir, vers 22 h 30, un engin mystérieux dans une prairie, à quelques 600 mètres du domicile de ses parents, au village de Sainte-Marie-en-Erbray, près de Châteaubriant.

L'enfant déclare être resté dix minutes à observer, à une dizaine de mètres, cet engin qui avait la forme d'un cigare phosphorescent. Un passager, un homme vêtu d'un complet et d'un chapeau gris, chaussé de bottes, lui aurait déclaré en français: "Regarde, mais ne touche pas". Il lui mit une main sur l'épaule tandis que, de l'autre, il tenait un boule lançant des feux violets. Il monta dans l'appareil par une porte qu'il fit claquer. Sur ce qui pourrait être un tableau de bord, se trouvaient plusieurs boutons multicolores.

Toujours selon l'enfant, l'engin s'éleva lentement à la verticale, lançant des feux dans toutes les directions, fit deux tours dans les airs et disparut subitement.

Au Tyrol

Vienne, 13 oct. -- M. Harald Kreutzberg, le Serge Lifar autrichien, habitant Seefeld, au Tyrol, a observé alors qu'il se trouvait dans son jardin, une soucoupe volante qui a survolé la petite ville pendant quelques secondes avant de se diriger vers le nord et de disparaître derrière des montagnes.

Quelques habitants de Seefeld ont également observé le phénomène et ont tenté vainement de photographier l'engin mystérieux.

[Ref. lp1:] JOURNAL "LE PROVENCAL":

Scan


Un étrange globe reste pendant trois heures dans le faisceau d'un projecteur de l'armée

Le gouverneur militaire de Metz étudie le rapport du commandant qui a observé le mystérieux engin

Metz (A.C.P.)

Le général Navereau, commandant de la 6me Région, et gouverneur de Metz, a reçu hier matin le rapport du commandant Cottel, spécialiste des forces terrestres antiaériennes, au sujet du mystérieux engin qui, pendant trois heures dimanche dernier, resta dans le faisceau d'un puissant projecteur de l'armée, en plein ciel de Metz.

Aucune information n'a été communiquée sur le contenu de ce rapport, mais on imagine avec quelle prudente sagacité le commandant Cottel a du analyser un "phénomène" qui eut plusieurs dizaines de témoins.

Un étrange globe

L'armée avait, en effet, installé un stand à la Foire-Exposition de Metz. C'est là que, à la tombée de la nuit, un puissant projecteur fonctionnait sans arrêt, balayant [ligne illisible] projecteur "accrocha" dans son faisceau un étrange globe, immobile:

"On aurait dit une boule d'arbre de Noël", déclara par la suite le commandant Cottel.

Tout d'abord, on crut à la présence d'un ballon-sonde. Bientôt, une douzaine d'experts militaires entourèrent le commandant. Ils furent tous d'accord:

"Ce ne peut être un ballon-sonde: son diamètre est de cinquante mètres au moins".

Le radar est impuissant

Toutes sortes d'hypothèses furent alors émises, les spécialistes n'osant trop avancer celle d'une soucoupe volante. On décida de nettoyer les glaces et même de changer les charbons du projecteur. Mais quand on ralluma ce dernier, la "chose" était toujours là. Elle y demeura jusqu'à 23 h., heure à laquelle on se résigna à éteindre le projecteur. Pendant ce temps, l'appareil radar, qui n'avait pas cessé de balayer le ciel, n'avait pas réussi à y déceler le mystérieux engin.

Nombreux témoins

"La "chose", commenta un technicien, n'est sans doute pas métallique est c'est pourquoi le radar n'a pu la détecter".

De nombreux curieux qui s'étaient groupés autour du projecteur ont pu observer eux aussi la "boule d'arbre de Noël". Certains habitants du faubourg de Sablon devaient affirmer le lendemain, avoir constaté eux aussi, le phénomène.

[Ref. vm1:] JOURNAL "VAR-MATIN - REPUBLIQUE":

De plus en plus fort!

Dans la Loire Inférieure, un garçonnet rencontre un Martien parlant français

L'autorité militaire ouvre une enquête sur la présence d'un engin mystérieux au-dessus de Metz

Châteaubriant, 13 octobre. -- Un garçonnet de 13 ans, le petit Gilbert Lelay, affirme avoir vu, hier soir vers 22h, un engin mystérieux dans une prairie, à quelque 600 m du domicile de ses parents, au village de Ste Marie-en-Erblay, près de Châteaubriant.

L'enfant déclare être resté dix minutes à observer, à une dizaine de mètres, cet engin qui avait la forme d'un cigare phosphorescent. Un passager, un homme vêtu d'un complet et d'un chapeau gris, chaussé de bottes, lui aurait déclaré en français: "regarde, mais ne touche pas!". Il lui a mis la main sur l'épaule, tandis que de l'autre, il tenait une boule lançant des feux violets. Il monta dans l'appareil par une portière qu'il fit claquer. Sur ce qui pourrait être un tableau de bord se trouvait plusieurs boutons multicolores.

Toujours selon l'enfant, l'engin s'éleva lentement à la verticale, lançant des feux de toutes les directions, fit deux tours dans les airs et disparut subitement.

Un engin mystérieux au-dessus de Metz

Pendant la durée de la foire exposition de Metz, un phare militaire est installé au stand de l'armée, balayant chaque soir le ciel messin de son faisceau lumineux. Dimanche soir, les servants de l'appareil virent, à une hauteur estimée à plus de 10 000 m, un cercle lumineux qui demeura immobile au-dessus de leur tête pendant plusieurs heures. Le service radar, également monté au stand de l'armée, essaya vainement de saisir le cercle insolite dans son appareil.

Un journaliste local ayant rapporté les faits, le général gouverneur, commandant la 6ème région militaire, a ordonné une enquête, qui, jusqu'à présent, n'a pas abouti. Le général Navereva attend le rapport du commandant Cottel, responsable du stand de l'armée.

D'après les premiers renseignement recueillis dès hier, il semble impossible que le phare installé à la foire de Metz ait pu surprendre un objet quelconque si haut placé. En effet, ce phare n'a guère qu'une portée de 5000 mètres, distance à laquelle par temps très clair, il permettrait peut-être de distinguer quelque chose. Le cercle lumineux saisie dans le faisceau du projecteur pourrait être expliqué par la présence, à une grande hauteur, d'un cumulus tourbillonnant éclairé part la lune, pleine en ce moment, et cachée derrière un rideau de nuages. On reste sceptique, en attendant sur la présence d'un objet rond qui aurait eu, a-t-on estimé, cinquante mètres de diamètre et qui serait demeuré parfaitement immobile pendant plusieurs heures.

Cependant, les services militaires poursuivent leurs investigations et tireront les conclusions de cette affaire dès qu'ils seront en possession du rapport du commandant Cottel.

[Ref. us1:] A. ISENBERG, PROJET BLUE BOOK DE L'USAF:

Scan


Fichier A. Isenberg

Paris - AFP Oct. 3, 1954.

METZ -- A une foire, un l'équipe d'un projecteurs a vu est. 10 km. cercle lumineux qui est resté stationnaire pendant des heures. Rien détecté au radar. Les autorités militaires: "Un phénomène météorologique particulier?"

Voir aussi Michel.

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur indique que le 5 octobre 1954, un "projecteur" de l'armée française à une exposition à Metz a aperçu un globe métallique mystérieux, immobile dans le ciel pendant plus de trois heures à l'altitude de 6,2 miles.

[Ref. la1:] JOURNAL "L'ALSACE:"

Scan


Au dossier des soucoupes volantes

Un industriel toulousain fait un croquis d'un "Martien" avant que celui-ci ne disparaisse

Toulouse, 14 octobre. -- Il s'est produit hier à Toulouse un événement tellement extraordinaire, que toute la ville en parle.

Celui qui en fut témoin, M. Olivier, n'est pas un illuminé. Il est propriétaire d'une usine, et ancien pilote d'avion.

C'est en traversant un jardin, alors qu'il rentrait chez lui, qu'il aperçut à environ 80 mètres, une sorte de boule lumineuse, de couleur rougeâtre, posée sur le sol, devant un tronc d'arbre, à proximité d'un terrain de football limitrophe.

Il s'en fut aussitôt alerter un voisin, M. Perano, pour lui faire constater le phénomène. Mais quelle ne fut pas la surprise des deux hommes, en voyant se mouvoir, près de la boule lumineuse, une forme humaine, de petite taille et vêtue d'une sorte de scaphandre de couleur orange. Un autre témoin se joignit alors aux deux hommes.

Sans perdre la tête, M. Olivier s'empressa de dessiner sur une porte voisine la silhouette du "Martien", estimant non sans raison que c'était là le moyen le plus sûr de se la graver dans la mémoire. Un appareil photographique eût certainement mieux fait l'affaire, mais M. Olivier n'en avait pas sous la main - non plus d'ailleurs que M. Perano - et l'étrange inconnu ne lui eût pas laissé le temps d'aller en chercher un.

Soit pour échapper à la curiosité dont il était l'objet, soit pour toute autre raison connue de lui seul, il pénétra dans sa boule, et celle-ci s'éleva immédiatement dans le ciel à une allure que les deux témoins n'ont pas hésité à qualifier de vertigineuse, laissant derrière elle une traînée d'étincelles d'un effet saisissant.

Une enquête est en cours pour tâcher d'élucider certains points encore obscurs de cette nouvelle manifestation des relations interplanétaires.

La police de l'air a interrogé ces trois personnes. L'un des témoins a

(Lire la suite en page 3)


Scan


Au dossier des soucoupes volantes

(Suite de la 1ère page)

assuré que la soucoupe était entourée de reflets irisés et émettait autour d'elle un léger brouillard. Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que, lorsque l'engin s'était élevé dans le ciel, il a été violemment jeté à terre.

Selon le professeur Oberth:

Les "pilotes" des soucoupes seraient des plantes douées de raison

Hambourg, 13 octobre. -- "Les pilotes des "soucoupes volantes" sont des plantes douées de raison". Telle est la théorie qu'a exposée à un correspondant de l'Agence France-Presse le professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée "V-2".

Selon le savant allemand, les "uranides" (tel est le nom dont il baptise ces plantes) ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens tant en ce qui concerne leur évolution spirituelle que leur technique. La patrie d'origine des uranides serait une planète où n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animale. Les plantes, par contre, tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxydes contenus dans le sol.

La planète en question se trouverait en dehors du système solaire, mais les engins mystérieux dans lesquels se déplacent les plantes intelligentes pourraient se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (300.000 kilomètres à la seconde).

Ceux de ces engins vus au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité terrienne dans les sciences atomiques parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du cosmos".

"Non-lieu" officiel dans l'affaire de Metz

Metz, le 14 octobre. -- Comme suite à l'enquête qui avait été ouverte par l'autorité militaire après la parution d'informations annonçant que les soldats chargés du maniement d'un phare installé à la foire de Metz avaient aperçu dimanche soir un cercle lumineux mystérieux, le gouvernement militaire publie le communiqué suivant:

"Il est fait état dans la presse de l'observation d'engins inconnus par un poste des forces anti-aériennes déployé à la foire-exposition de Metz. Il n'y a pas lieu de prendre en considé-

[Ref. jg1] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu rapporte que le 10 octobre 1954, L'armée avait installé un stand à la Foire Exposition de Metz. Dès la tombée de la nuit, un puissant projecteur fonctionnait sans arrêt, balayant le ciel de la ville. Vers 20:10, le projecteur a pris dans son faisceau un étrange globe immobile.

Jimmy Guieu indique que le Commandant Cottel dira par la suite: "On aurait dit une boule d'arbre de Noël."

Jimmy Guieu indique que l'on a tout d'abord pensé qu'il s'agissait d'un ballon-sonde, mais que bientôt la dizaine d'experts militaires qui vinrent entourer le Commandant Cottel ont tous été d'accord: cela ne pouvait pas être un ballon-sonde car son diamètre était d'au moins cinquante mètres.

Jimmy Guieu indique que toutes sortes d'hypothèses furent alors émises, et que les spécialistes n'osaient pas trop avancer celle d'une "soucoupe." Il a été décidé de nettoyer les glaces du projecteur, et même de changer les charbons, mais quand le projecteur fut rallumé, l'objet était toujours là, et y est demeuré jusqu'à 23 heures, heure à laquelle on se résigna à éteindre le projecteur.

Jimmy Guieu précise que le radar, qui n'avait cessé de balayer le ciel, n'avait pas réussi à détecter le mystérieux objet. Un technicien a commenté que ce serait parce que la chose n'est sans doute pas métallique.

Jimmy Guieu note à ce sujet:

"Cette remarque est sans valeur puisque, contrairement à ce que pense ce "technicien," les ballons-sondes qui n'ont évidemment rien de métallique (leur enveloppe est en matière plastique) sont parfaitement décelables au radar!"

Jimmy Guieu précise que le "phénomène" a eu plusieurs dizaines de témoins, de nombreux curieux qui s'étaient groupés autour du projecteur.

Il ajoute que le Général Navereau, Commandant la 6e Région et gouverneur militaire de Metz a reçu le 13 octobre 1954 un rapport émanant du Commandant Cottel, spécialiste des Forces Terrestres Antiaériennes, et qu'aucune information ne fut communiquée sur le contenu de ce rapport.

Il note que l'armée fit alors publier le communiqué suivant:

"Il est fait état dans la presse de l'observation d'engins inconnus par le poste des Forces Antiaériennes déployées à la foire-exposition de Metz. Il n'y a pas lieu de prendre en considération ces informations dans ce cas particulier."

[Ref. am1] AIME MICHEL:

Aimé Michel rapport un curieux incident qu'il situe le dimanche 10 octobre 1954 au-dessus de la foire de la ville de Metz. L'armée y avait installé un stand où étaient exposés quelques-uns de ses engins et appareils les plus modernes, parmi lesquels un puissant projecteur et une station radar, avec une quinzaine de techniciens militaires participant à l'exposition, sous l'autorité du commandant Cottel, spécialiste de la défense antiaérienne.

Vers 21:10, le projecteur qui balayait le ciel de la ville a soudain "accroché" un objet qui était à peu près à sa verticale. Le projecteur a été immobilisé aussitôt, et les techniciens observèrent le corps céleste, qui apparaissait comme une sorte de globe rigoureusement immobile, d'une cinquantaine de mètres de diamètre, "scintillant comme une boule d'arbre de Noël", d'après l'expression du commandant Cottel. Aimé Michel le décrit également comme "un petit cumulus immobile et de forme régulière. Les techniciens évaluèrent son altitude à 10000 mètres."

Les militaires auraient envisagé diverses hypothèses, comme un petit cumulus, mais sa position, sa forme et ses dimensions restaient rigoureusement identiques et fixes, le ciel étant par ailleurs d'une totale pureté, ne montrant que ce "cumulus", et les étoiles. Les militaires auraient exclu un ballon en raison du diamètre.

Le projecteur a été éteint, ses glaces nettoyées, ses charbons changés, puis rallumé, et l'objet était toujours là. Une heure plus tard, il était toujours là, immobile dans le ciel limpide. Deux heures plus tard, il n'avait ni bougé ni changé. Trois heures plus tard, le phénomène restait toujours identique à lui-même.

Les techniciens fatigués par la monotonie du spectacle éteignirent le projecteur et s'en allèrent.

Aimé Michel fournit un communiqué de l'armée qui a été publié cinq jours après:

"Il est fait état dans la presse de l'observation d'engins inconnus par le poste des Forces antiaériennes déployées à la foire-exposition de Metz. Il n'y a pas lieu de prendre en considération ces informations dans ce cas particulier."

Aimé Michel s'étonne du communiqué, mentionnant qu'il y a bien eu un rapport adressé par le commandant Cottel au gouverneur militaire de Metz, le général Navereau, commandant de la 6e région.

Il fait remarquer que l'observation a été faite non seulement par les techniciens militaires, mais également par les visiteurs de la foire, et par des habitants de Metz jusqu'aux faubourgs de Sablon et de Queuleu.

Il ajoute que tout ce que l'on sait de cet incident provient de "certaines indiscrétions."

Il place le lieu de l'observation sur une carte sensée montrer des alignements:

Carte par Aimé Michel

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

289 006.17130 54.57000 10 10 1954 21 10 199* METZ F 301 C 265

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les auteurs notent qu'à la foire de Metz, le 10 octobre 1954, vers 23 heures, un projecteur de D.C.A., installé au stand de l'Armée à la Foire de Metz, et qui balayait le ciel pour la plus grande joie des badauds, accrocha soudain dans son faisceau un mystérieux objet, un globe lumineux, immobile en plein ciel et qui, selon l'expression de certains témoins, "scintillait comme une boule d'arbre de Noël". Une dizaine de servants se trouvaient autour du projecteur. Le rayon était orienté à la verticale. La chose semblait se trouver à environ 10000 mètres d'altitude.

Afin de s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'un phénomène ou d'une illusion d'optique, on décida de procéder à un nettoyage complet du projecteur. On changea aussi les charbons et on le ralluma. L'objet était toujours là.

"Il a au moins 50 mètres de diamètre", estima l'officier.

De nombreux curieux, qui s'étaient groupés entre temps autour du projecteur aperçurent aussi la "boule de Noël". Elle resta là jusqu'à 23 heures, heure à laquelle on se décida à éteindre le projecteur. Le radar avait sans cesse balayé l'espace sans rien accrocher. Cela pouvait signifier deux choses: ou bien l'objet n'était pas métallique ou bien il se trouvait au-delà de la portée utile des radars du type de celui qui fonctionnait à Metz.

[Ref. cc1:] GILBERT CORNU ET HENRI CHALOUPEK:

Les auteurs mentionnent un incident qui a à l'époque beaucoup défrayé la chronique, à Metz le 10 octobre 1954, où l'armée de l'air avait installé des projecteurs militaires à l'occasion d'une foire exposition.

De nuit, ces projecteurs balayant le ciel, de nombreux témoins dont les officiers ont vu "quelque chose" qui se déplaçait dans les faisceaux de lumière. Cet objet inconnu est resté visible assez longtemps mais n'a pas été décelé par les radars, et cinq jours plus tard, un communiqué de l'armée déclarait qu'il n'y avait pas lieu de prendre ces informations "en considération".

[Ref. lg1:] LOREN GROSS:

5 octobre. Metz, France, (pas d'heure connue)

Un globe métallique suspendu au ciel, au-dessus de Metz, en France, pendant trois heures. Un projecteur de l'armée française l'a trouvé dans le ciel nocturne à une altitude d'environ 30 000 pieds. 56.

56. Wilkins, Harold T. Flying Saucers Uncensored. p. 231.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 10 octobre, en France, à Metz, "L'armée avait organisé un stand de foire à Metz. Dès la tombée de la nuit un puissant projecteur balayait le ciel sans arrêt et vers 20 h 10 il accrocha dans son faisceau un étrange globe immobile. On nettoya les glaces du projecteur et on changea même les charbons. Quand on le ralluma, la chose était toujours là. Durée totale: 3 heures."

La source est indiquée comme "Jimmy GUIEU: 'Black-out sur les S.V.' FLEUVE NOIR 1956 - p. 207".

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le dimanche 10 octobre 1954 à 23 h "Lors de la foire de Metz (...) l'armée avait installé un système radar ainsi que des projecteurs de DCA. (...) un des puissants projecteurs, qui balayait le ciel pour la grande joie des badauds, accrocha soudain dans son faisceau un mystérieux objet. C'était une sorte de globe lumineux, immobile en plein ciel et qui, selon l'expression de certains témoins, "scintillait comme une boule d'arbre de Noël". L'officier présent estima que l'objet devait avoir au moins 50 m de diamètre, et qu'il semblait se trouver à environ 10 000 m d'altitude. Pour s'assurer qu'il s'agissait pas d'un phénomène ou d'une illusion d'optique, on décida de procéder à un nettoyage complet du projecteur. On changea aussi les charbons et on ralluma. L'objet était toujours là. Pendant 3 h, l'engin resta immobile. Il ressemblait à une sorte de cigare vertical. Puis, comme rien ne se passait, ont finit par éteindre le projecteur. Le commandant Cotel, qui dirigeait le détachement de la DCA, adressa un rapport au gouverneur militaire de Metz. "Il n'y a pas lieu de prendre en considération ces informations dans ce cas particulier". L'affaire fut classée. Pas un mot de l'observation faite non seulement par les techniciens mais aussi par les visiteurs, et par les habitants de Metz jusqu'au faubourgs de Sablon et de Queuleu. L'objet présentait la forme d'un petit cumulus immobile et de forme régulière. Mais sa forme, ses dimensions et sa position restaient rigoureusement identiques, de plus le ciel était parfaitement clair hormis ce cumulus supposé. Ce qui écarterait la possibilité d'un nuage. Or, un diamètre de 50 m fait beaucoup pour un ballon... Fait curieux : le radar avait balayé sans cesse le ciel durant l'observation, sans rien accrocher. Cela pouvait signifier 2 choses : soit l'objet n'était pas métallique, soit il se trouvait hors de portée utile des radars du type de celui qui fonctionnait à Metz."

Jérôme Beau indique que la source est "Sider, J. 1997".

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Moselle à Metz le 10 octobre 1954 à 20:10 heures, un objet mystérieux resta pendant trois heures dans le faisceau d'un puissant projecteur de l'armée. Cette dernière avait installé un stand à la foire exposition de Metz et notamment ce puissant projecteur qui balayait le ciel de la ville. C'est vers 20:10 que ce dernier accrocha dans son faisceau un étrange globe immobile. Ce dernier a été décrit comme une boule d'arbre de Noël. La taille fut estimée à une cinquantaine de mètres. Par contre cet objet ne fut jamais visualisé sur l'écran d'un radar installé aussi sur le lieu de la foire.

Luc Chastan indique que les sources sont "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979"; "Black-out sur les Soucoupes volantes par Guieu Jimmy ** Fleuve Noir 1956 omnium 1977".

[Ref. ud1:] "UFODNA" WEBSITE:

Le site web indique que le 10 octobre 1954 à 21:10 à Metz, France, un objet planant a été observé par sept témoins pendant 99 minutes.

Le site web indique que les sources sont Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01).

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 12 octobre 1954 à 20:00 à Metz, France, "un objet a été observé par plusieurs témoins pendant 180 minutes."

Le site dit que la source est "Comité Condon, fichiers d'enquête du Comité Condon".

[Ref. ud3:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 13 octobre 1954 à 20:10 à Metz, France, "un objet non identifié mais par ailleurs conventionnel a été aperçu. Un objet a été observé par plusieurs témoins pendant trois heures."

La source est notée Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 9 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541010 10.10.1954 Metz France
19541010 10.10.1954 Metz France
19541010 10.10.1954 Metz France
19541010 10.10.1954 Metz France LN
19541010 10.10.1954 Metz France
19541012 12.10.1954 Metz France 20.00
19541012 12.10.1954 Metz France 20.00
19541013 13.10.1954 Metz France
19541013 13.10.1954 Metz France Nuit LN

[Ref. bl1:] SITE WEB "BLL ARCHIVES":

Vague d'OVNI à Metz et dans sa région

Commentaires » 0

[... Autres cas...]

Un phénomène mystérieux se produisit également le 10 octobre 1954 lors de la Foire Internationale de Metz (FIM). Un puissant projecteur et une station radar des FTA (Forces Terrestres Antiaériennes) de l'époque avaient été installés sur le stand de l'armée française. Lorsqu'aux alentours de 20 heures, le projecteur fut allumé et dressé vers le ciel pour une démonstration, son faisceau vint accrocher un globe immobile, en plein ciel, à la verticale de la foire. Incrédules, les militaires éteignirent l'appareil pour nettoyer ses composants. Après la manipulation et une fois le projecteur rallumé, le globe était toujours là, à une altitude de 12 000 mètres selon les opérateurs. Tout le monde pouvait voir l'objet sauf le radar installé à côté qui ne détecta pas sa présence. L'engin, évalué à une cinquantaine de mètres de diamètre, stationna dans le ciel pendant les trois heures que dura la démonstration du projecteur. Des recherches furent par la suite menées pour déterminer s'il ne s'agissait pas d'un phénomène météorologique, mais l'armée ne communiqua jamais sur l'évènement.

Notes:

Aimé Michel, dans son livre, écrit à propos de divers cas du 9 octobre 1954, et embraye sur ce cas-ci en écrivant, "le lendemain, le dimanche 20 octobre." Il s'agit d'une simple coquille, le lendemain du 9 est bien le 10 et non le 20, le 10 est bien un dimanche tandis que le 20 n'est pas un dimanche.

Jimmy Guieu a semblé penser qu'un aspect métallique ne pourrait pas correspondre à un ballon en plastique donnant un aspect métallique. Par ailleurs, il se trompe aussi en pensant que les ballons seraient "parfaitement détectables au radar"; la preuve en est qu'on les équipait de réflecteurs radars lorsque l'on tenait à les suivre au radar.

L'argument des militaires sur la "taille de 50 mètres" n'a aucune valeur. Il n'est pas possible de donner visuellement une taille à un objet inconnu éloigné d'une distance à la fois importante (plus de ~50 mètres, capacité maximale approximative des yeaux humain à la stéréoscopie) et inconnue. Comme aucune mesure instrumentale n'a été faite, taille et distance sont inconnues.

Explications:

La pleine Lune derrière de hauts nuages?

Le phénomène débute à la tombée de la nuit et l'observation est abandonnée à 22 heures quand le projecteur a été éteint.

Le 10 octobre 1954, à Metz, 49° 07' 02" et 06° 10' 36", la lune était à l'élévation de 11° à 18 heures et 41° à 22 heures.

Or le rapport dit que la "sphère" a été vu dans le faisceau vertical du projecteur (90°); et qu'elle a été immobile; donc, la "sphère" ne pouvait pas avoir été la lune.

On peut vouloir penser que c'était un ballon, par exemple un ballon-sonde météorologique, d'autant qu'il y a cette absence de détection radar, les ballons n'étant détectables aux radars que munis d'un réflecteur radar; mais je pense qu'il est raisonablement à exclure qu'un ballon soit resté dans la même direction pendant plusieurs heures.

La même chose peut s'appliquer à la notion que le faisceau du projecteur aurait éclairé un petit nuage. Même s'il n'y avait pas de vent, l'air n'est certainement pas assez immobile pour garder un petit nuage au même endroit pendant des heures.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Metz, Moselle, armée, militaire, projecteur, ballon, métallique, dimensions, immobile, fixe, ciel, nuit, durée, officiel

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 18 septembre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 21 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lp1], lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 18 avril 2009 Additions [go1], [jb1], [ud2], [ud3].
1.2 Patrick Gross 23 mars 2010 Addition [vm1], Explication: "La pleine Lune derrière les hauts nuages".
1.3 Patrick Gross 30 mai 2010 Addition [la1].
1.4 Patrick Gross 13 juin 2010 Addition [la1].
1.5 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jv5].
1.6 Patrick Gross 29 octobre 2011 Une recherche sur le web et dans mes documents n'a pas permis de trouver d'autres sources.
1.7 Patrick Gross 25 janvier 2017 Additions [fs1], [lg1], [bl1], [ub1]. Dans les Explications, addition des paragraphes débutant à "Le phénomène débute à la tombée de la nuit..."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 janvier 2017.