France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

11 octobre 1954, Méral, Mayenne:

Référence pour ce cas: 11-Oct-54-Meral. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un article dans le journal "Les Nouvelles de Bretagne et du Mans", le 14 octobre 1954, fait état d'événements du Lundi, 11 octobre 1954, à 6 heures du matin sur la commune de Méral en Mayenne.

Baptiste Potin, 40 ans, résident de Méral, partait à sa journée aux Barres de Méral, montant à bicyclette la côte du bourg, allant vers Saint-Poix, lorsqu'il a vu en face de lui, haut dans le ciel, une boule brillante de couleur orange qui lui semblait être au-dessus de Saint-Poix. Elle lui paraissait descendre en se rapprochant.

Arrivé en haut de la côte, à la sortie de Méral, Mr. Potin a eu la surprise de voir atterrir devant lui à environ 600 mètres, tout près du transformateur, cette boule lumineuse qui lui barrait la route.

Pris de peur, il e'est arrêté à bonne distance.

Posée sur le sol, la bourl avait maitnenant l'aspect d'un disque aplati en forme de dôme, d'un diamètre d'environ 4 à 5 mètres. Sa luminosité orange était extrême au point qu'elle l'aveuglait. En regardant à droite et à gauche, cette lumière lui permettait de voir distinctement les haies et les arbres à plus de deux cent mètres.

Cette "soucoupe" lui a paru translucide, un peu comme du nylon, et au milieu, il a distingé une forme noire, assez indistincte, qui ne bougeait pas.

Au bout de quelques huit ou dix minutes, l'objet est devenu plus rouge, il s'est élevé lentement d'abord, sans bruit, en reprenant sa forme ronde du début, et bientôt il a disparu à grande vitesse vers le Nord-Ouest, en direction du Pertre.

Mr. Potin a repris sa route et quand il a traversa l'endroit où s'était arrêtée la "soucoupe", il a vu une une espèce de nuage qui laissait tomber comme de la neige brillante.

Arrivé à la ferme des Barres, il a été surpris, se voaynt dans la lumière, recouvert d'une espèce de duvet, comme les personnes qui "plument les oies!".

Cette espèce de neige présumée était un peu collante entre les doigts, comme de la cire. Elle s'est incrustée dans ses vêtements en laissant des traces blanches nombreuses qu'un brossage énergique n'a pu enlever.

Le journal précisait que chacun avait commenté les faits avec animation, et que Mr. Potin n'avait jamais eu si peur de sa vie.

Diverses autres versions résumées sont parue dans la presse par la suite. Chez Aimé Michel, la date devient le 14 octobre 1954. Le substance blanche ne serait pas restée longeps sur ses vêtement, elle aurait "boentôt" disparue "sans laisser de traces." la couleur initiale de la "boule" est blanche et la forme noire commence à devenit une "silhouette", ce qui fera classer l'affaire comme une rencontre rapprochée du troisième type. A ce sujet un articulet vers 2017 sur le site web de la maisir de Méral évoque plutôt un "trait noir". Mais au fur et à mesure des version, on finit par parler d'une "personnage".

Chez Jacques Vallée, citant le journal La Croix du 16 octobre 1954, la date est encore fausse, le témoin n'est plus Mr. Potin mais, on ne sait pourquoi, "Mr. Duvivier." Si Michel indique que la "transparence" de l'objet est supposée par la présence de la silhouette, elle devient une certitude.

Chez Figuet et Ruchon, le cas est toujours mal daté, et il n'est plus question de boule mais de disque tout du long, qui passe du blanc au rouge.

Enfin, on trouve vers 2017 sur le site de la mairie de Méral recensant les histoires insolites de la commune, quelques éléments qui semblent inédit: la boule était "de la grosseur de la lune", la montre et la dynamo du vélo de Mr. Potin se seraient arrêtés durant l'observation et n'auraient plus jamais fonctionné. Et il semblerait que parmi les gens qui avaient questionné le témoins et observé sur sa veste la *sorte de duvet blanc", il y avait non seulement des curieux mais aussi les gendarmes.

Il semble que je sois le seul a avoir vérifier la présence et la position de la lune ce soir-là, ce qui n'a pas été vain.

Rapports:

[Ref. nb1:] JOURNAL "LES NOUVELLES DE BRETAGNE ET DU MANS:"

PRES DE MERAL (Mayenne)

Une soucoupe volante
laisse des traces

Une sorte de matière curieuse a imprégné les vêtements
du seul témoin connu de cette curieuse manifestation

Lundi matin, à 6 h., M. Baptiste Potin, 40 ans, domicilié au bourg de Méral, partait à sa journée aux Barres de Méral.

Il montait en vélo la côte du bourg, vers St-Poix, lorsqu'il vit en face de lui, haut dans le ciel, une boule brillante de couleur orange qui lui semblait au-dessus de St-Poix. Elle paraissait descendre en se rapprochant.

En haut de la côte, à la sortie de Méral, M. Potin eut la surprise de voir atterrir devant lui à environ 600 mètres et tout près du transformateur cette boule lumineuse qui lui barrait la route. Pris de peur, M. Potin s'arrêta à bonne distance!

Posée sur le sol, elle avait l'aspect d'un disque aplati en forme de dôme, son diamètre était d'environ 4 à 5 mètres. Sa luminosité orange était extrême au point qu'elle l'aveuglait. En regardant à droite et à gauche, cette lumière lui permettait de voir distinctement les haies et les arbres à plus de deux cent mètres, à 6 h. du matin.

Cette "soucoupe" lui paraissait translucide, un peu comme du nylon, et au milieu il distinguait une forme noire, assez indistincte, qui ne bougeait pas.

Au bout de quelque huit ou dix minutes l'objet devient plus rouge, il d'éleva lentement d'abord et sans bruit en reprenant sa forme ronde du début, et bientôt il disparût à grande vitesse vers le Nord-Ouest, en direction du Pertre.

M. Potin, reprenant sa route, traversa l'endroit où s'était arrêtée la "soucoupe", une espèce de nuage qui laissait tomber comme de la neige brillante.

Arrivé à la ferme des Barres, il eut la surprise de se voir à la lumière recouvert d'une espèce de duvet, comme les personnes qui "plument les oies!".

Cette espèce de neige présumée entre les doigts était un peu collante comme de la cire. Elle s'est incrustée dans ses vêtements en laissant des traces blanches nombreuses qu'un brossage énergique n'a pu enlever.

Inutile de dire que chacun commente les faits avec animation! Quant à M. Potin, il n'a jamais eu si peur de sa vie!

Le Serge Lifar autrichien
a lui aussi aperçu
une soucoupe volante

Vienne, 13. - M. Harald Kreutzberg, le Serge Lifar autrichien, habitant Seefeld au Tyrol, a observé, alors qu'il se trouvait dans son jardin, une soucoupe volante qui a survolé la petite localité pendant quelques secondes avant de se diriger vers le nord et de disparaître derrière des montagnes.

Quelques habitants de Seefeld ont également observé le phénomène et ont tenté vainement de photographier l'engin mystérieux.

[Ref. le1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Scan

TEMOIGNAGES CONTRADICTOIRES DANS LE VAUCLUSE

Visible du sol, un disque blanc disparaît devant deux avions à réaction

Paris. -- On a pu espérer un moment jeudi après-midi, que l'un de ces objets mystérieux qui sillonnent le ciel de France et de Navarre allait livrer son secret. Hélas! Il n'en a rien été, et les affirmations des uns et des autres sont tellement contradictoires qu'on ne sait plus qui parle sérieusement et qui plaisante.

Vers 13 h. 30, jeudi, la population de Fontaine-de-Vaucluse fut mise en émoi par les évolutions d'un disque blanc planant lentement au-dessus de la cité, et que l'on pouvait nettement distinguer à la jumelle.

Ce disque blanc était surmonté d'une calotte sphérique de même couleur, et la bordure circulaire inférieure portait, par intermittence, deux feux puissants, variant du blanc au violacé, passant par le rouge.

Alors, qui croire?

La base aérienne de Caritat (Vaucluse) fut aussitôt alertée et deux chasseurs à réaction prirent l'air. Quelques instants plus tard, ils viraient au-dessus de Fontaine-de-Vaucluse.

C'est ici que les témoignages ne concordent plus: les habitants ont déclaré "les deux avions ont pris tout de suite de l'altitude et ont piqué droit sur le disque qui était toujours visible. Mais ils n'ont pu le rejoindre, car leur vitesse était inférieure à la sienne. Bientôt, avions et disque ont disparu à l'horizon".

Ce récit fait l'objet d'un communiqué du secrétariat d'Etat à l'Air qui affirme: "Les deux pilotes de la base d'Orange [base d'Orange-Caritat] qui ont survolé à différentes altitudes Fontaine-de-Vaucluse le 14 octobre après-midi, n'ont observé aucun engin inconnu au cours de leurs recherches.

"Les deux pilotes sont des officiers expérimentés et leur compte rendu est formel."

Alors, qui croire?

Explosion mystérieuse dans le ciel de Graulhet

Le témoignage d'un habitant de Graulhet (Tarn) mérite également qu'on s'y arrête pour ce qu'il apporte d'inédit au dossier "soucoupes". Cet homme, qui est artisan a déclaré avoir aperçu mercredi soir, à haute altitude, un engin argenté qu'il prit tout d'abord pour un avion à réaction.

Mais il aperçut bientôt, jumelles aux yeux, un large disque flexible qui ondulait sur lui-même tout en se déplaçant à grande vitesse.

C'est alors que l'engin sembla exploser en plein vol. Une boule argentée, de un mètre de diamètre environ, s'échappa de la masse et disparut bientôt aux regards, tandis que le reste de l'engin tombait en plusieurs morceaux semblables à des draps de diverses dimensions qui planaient dans le ciel, et dont certains s'accrochèrent aux fils télégraphiques.

Une quinzaine de personnes ont recueilli des fragments de cette matière qui se présentait sous la forme de filament argentés agglomérés qui s'effritaient au toucher.

Ballon de rugby et êtres étranges

En dehors de ces constatations d'un certain intérêt, les autres déclarations de témoins de bonne foi diffèrent peu de celles déjà maintes fois contées.

Deux personnes, près de Nîmes, ont vu dans un champ, à la tombée de la nuit, un engin absolument semblable à un ballon de rugby et paraissant reposer sur des béquilles.

L'étrange appareil d'éleva dans les airs en émettant des rayons lumineux qui formèrent bientôt un écran de teinte orange.

Un ingénieur de Meknès, qui se rendait à Port-Lyautey en auto, a déclaré avoir été arrêté jeudi après-midi sur la route, dans la forêt de la Mamora, par un homme revêtu d'une combinaison brillante.

Cet homme, qui mesurait 1 m 20 environ, s'est ensuite dirigé sur la droite de la route. A peine eut-il pris place à l'intérieur que l'engin s'envola et disparut à grande vitesse.

Un habitant de Bourg-de-Méral (Mayenne) a aperçu un engin transparent qui dégageait une lueur aveuglante dans un rayon de deux cent mètres au ras du sol. A l'intérieur de l'engin on pouvait distinguer une forme noire.

Le disque resta ainsi une dizaine de minutes, rougit et disparut vers le nord. L'observateur se rendit alors à l'endroit où l'objet s'était posé. Il y avait, assure-t-il, une sorte de nuage brillant qui tombait lentement sur le sol. Arrivé à son domicile, il s'aperçut que ses vêtements étaient recouverts d'une matière un peu collante, comme de la parafinne.

Le bon sens des Savoyards

Les Savoyards, gens posés s'il en fut, ne se sont pas laissés prendre à l'engin qui a survolé leurs montagnes jeudi. Il avait trop la forme d'un ballon-sonde pour n'en être pas un. Et voir descendre un parachute auquel étaient accrochés des appareils scientifiques ne les a pas surpris autrement. Le ballon-sonde a continué sa route vers Gap où, aujourd'hui sans doute, sera signalée la présence d'un engin mystérieux qui... etc., etc...

[Ref. cm1] JOURNAL "CENTRE MATIN":

Scan

LE MYSTERE DES SOUCOUPES

En Vaucluse, un engin lumineux
échappe à deux avions à réaction

AVIGNON. -- Au début de l'après-midi d'hier vendredi, la population de Fontaine-de-Vaucluse, était en émoi.

En effet, un "disque blanc" planait lentement au-dessus de la petite cité et on pouvait le distinguer nettement avec de bonnes jumelles.

Ce disque blanc était surmonté d'une calotte sphérique de même couleur.

La bordure circulaire inférieure portait, par intermittence, deux feux puissants, variant du blanc au violacé, en passant par le rouge.

La base aérienne de Caritat (Vaucluse), alertée, dirigea immédiatement deux avions à réaction qui, bientôt firent leur apparition, et après deux virages sur Fontaine-de-Vaucluse, prirent de l'altitude et piquèrent sur le "disque".

La radio installée à bord des avions et qui était en communication avec la base, annonça que l'engin était en vue, qu'il était pris en chasse, mais qu'il s'échappait, car sa vitesse était supérieure à la leur.

De Vaucluse, on pouvait voir nettement le disque s'éloigner en flèche, poursuivi par les deux avions à réaction.

Voici par ailleurs quelques autres informations concernant les apparitions de soucoupes volantes:

Mulhouse. -- Un représentant circulant en voiture hier soir, en compagnie d'un ami, entre Niffer et Kembs, aperçut soudain, dans le ciel, un engin lumineux sous forme d'une boule de feu ovoïde. Celui-ci, selon le représentant, Décrivit un grand "8" dans le ciel, se déplaçant à une allure vertigineuse et à une altitude d'environ 300 mètres l'engin, qui était précédé d'une longue traînée lumineuse, changea de couleur en passant de l'orange au blanc, puis se dirigea vers le sud-est.

Martigues. -- Une enfant de 8 ans, qui se trouvait avec sa mère et sa tante sur la route au hameau de Saint-Pierre, près de Martigues, a aperçu dans le ciel, un engin lumineux de forme allongée, duquel a-t-elle précisé, sortait une sorte de feu d'artifice. Les parents ont certifié les déclarations de leur enfant.

Calais. -- Un garçon boulanger de Calais a affirmé qu'il avait vu, à 3 h. 40 du matin, au lieu-dit "Saint-Pierre-Halte", sur la route de Saint-Omer, un engin jaune et brillant se poser sur la voie ferrée.

L'objet de forme curieuse avait, selon le boulanger, deux mètres de haut et quatre mètres de diamètre.

Nîmes. -- Deux personnes ont aperçu, la nuit dernière, en regagnant leur domicile, à quelques kilomètres au nord de Nîmes, une lueur verdâtre dans un champ.

Elles s'approchèrent et constatèrent la présence d'un engin en tous points identique à un ballon de rugby et paraissant reposer sur des béquilles. L'étrange appareil s'éleva soudain dans les airs en émettant un faible bruit et en prenant progressivement une teinte orange.

Graulhet. -- Un mégissier de Graulhet a déclaré avoir aperçu hier en fin d'après-midi, à haute altitude, un engin argenté se dirigeant vers le nord-ouest, qu'il prit tout d'abord pour un avion à réaction, mais ne discernant aucune traînée de condensation, le mégissier alla chercher une paire de jumelles et aperçut distinctement un large disque flexible, qui ondulait sur lui-même, tout en se déplaçant à une grande vitesse.

C'est alors que l'engin sembla exploser en plein vol. Une boule argentée, de un mètre de diamètre environ, s'échappa de la masse et continua sa route, disparut bientôt au regard, tandis que le reste de l'engin tombait en plusieurs morceaux semblables à des draps de diverses dimensions qui planaient dans le ciel et dont certains s'accrochèrent aux fils télégraphiques. Une quinzaine de personnes ont témoigné de ce cas singulier et des fragments de matière ont été recueillis. Ils se présentaient sous forme de filaments argentés agglomérés et qui s'effritent lorsqu'on les touche.

Melun. -- Près de Montargis sur la route nationale N° 7, un habitant de cette ville, a déclaré avoir vu dans le ciel une masse jaune de forme arrondie et très brillante.

Marseille. -- Deux engins lumineux volant à haute altitude ont été aperçus dans le ciel du Rove au début de l'après-midi. Les observateurs ont noté que ces engins s'immobilisaient quelques instants puis reprenaient leur vol.

Draguignan. -- Plusieurs habitants de Draguignan ont observé vers la fin de l'après-midi, un objet lumineux traversant le ciel à la vitesse d'un météore.

Casablanca. -- Des ouvriers des subsistances militaires de Casablanca, ont déclaré avoir aperçu cet après-midi, au-dessus de la ville, une sorte de cigare phosphorescent qui, après être descendu doucement comme une feuille morte a repris sa course horizontale à une vitesse vertigineuse pour finalement disparaître.

Angers. -- Un habitant du bourg de Méral (Mayenne), a déclaré avoir vu dans le ciel, une boule brillante de couleur orange qui se posa sur le sol.

Le disque, aplati et en forme de dôme, d'un diamètre de cinq à six mètres, dégageait une lueur aveuglante, éclairant la campagne dans un rayon de 200 mètres.

L'engin était transparent et à l'intérieur on observait une forme noire. Le disque resta ainsi une dizaine de minutes, rougit, et disparut rapidement vers le nord. L'observateur se rendit alors à l'endroit où l'objet s'était posé. Il y avait, assure-t-il, une sorte de nuage brillant qui tombait lentement sur le sol.

Arrivé à son domicile il s'aperçut que ses vêtements étaient recouverts d'une couche blanche d'une matière un peu collante, comme de la paraphine [sic].

PAS DE "SOUCOUPE" EN GRANDE-BRETAGNE OU DES EXPLICATIONS NATURELLES SUFFISENT GENERALEMENT

Londres. -- Le ministère de l'Air britannique ne croit pas à l'existence des "soucoupes", "cigares" et autres engins volants.

Tout en se refusant à tout commentaire sur les engins signalés en France, les porte-parole officiels déclarent que des explications naturelles sont généralement données à ces phénomènes en Grande-Bretagne et que, seules, des explications insuffisantes laissent subsister le mystère.

Aucun objet mystérieux n'a été signalé dans le ciel de Grande-Bretagne, au cours des dernières semaines.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique sans donner précisément la date mais en mentionnant le cas en une discussion sur des alignements d'observations d'OVNIS au 14 octobre 1954, qu'à Méral un paysan qui se préparait à rentrer des champs a vu arriver une boule de couleur orange qui s'est posée au sol non loin de lui. Il s'en est approché, et a vu un disque en forme de dôme au dessous plat. L'objet dégageait une lueur aveuglante qui éclairait la campagne sur un rayon de 200 mètres. L'engin semblait translucide dans la mesure où une forme noire s'y laissait distinguer comme en silhouette. Le témoin a observé cela durant 10 minutes, puis la couleur de l'objet a viré au blanc, il a décollé et disparu rapidement en direction du nord.

Le témoin s'est rendu à l'endroit où l'objet s'était posé, et il a raconté:

"Il y avait une sorte de buée luminescente qui tombait lentement au sol. Je la regardais avec curiosité puis rentrai chez moi. En ôtant ma veste, je me rendis compte que mes vêtements étaient recouverts d'une couche de matière blanche un peu collante, comme de la paraffine, qui disparut bientôt sans laisser de trace."

Aimé Michel indique que la matière blanche s'est posée sur les vêtements du témoin mais pas sur son visage ni ses mains, et pense que quelle que soit cette matière, ce peut être le fait que les vêtements soient à température ambiante qui a fait que celle sur les vêtements ne se soit pas sublimée.

[Ref. mc1:] MICHEL CARROUGES:

L'auteur mentionne des cas d'atterrissages dans lesquels les témoins ont signalé des silhouettes noires ou des formes humaines à l'intérieur, dont un à Méral qui a duré 10 minutes.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

286 001.00358 47.96280 10 10 1954 RTE MERAL-ST POIX RTE MERAL-ST POIX F 001 2G
346 000.97928 47.96100 14 10 1954 20 00 210 MERAL-MAYENNE F 011133 C** 295

[Ref. lo1:] CORAL ET JIM LORENZEN:

Les auteurs indiquent qu'à Meral, dans le département de la Mayenne, France, le 14 octobre 1954, un fermier était prêt à quitter son champ quand il a vu une boule orange arriver et atterrir non loin de lui. Il a approché l'objet et a vu que c'était un disque en forme de dôme avec un fond plat qui émettait une lumière aveuglante qui a éclairé le champ environ 200 mètres autour.

L'engin a semblé être translucide et une forme foncée pouvait être vue silhouetté à l'intérieur.

Pendant approximativement dix minutes le témoin a observé la chose, et soudainement la couleur de l'objet a changé de blanc en rouge et elle a décollé et a disparu dans le nord à grande vitesse.

Après qu'elle soit partie, le témoin est allé à l'endroit où l'engin s'était trouvé et il a trouvé une sorte de "vapeur luminescente" tombant à terre. Il a observé pendant un moment et est rentré chez lui. Quand il est arrivé là et a enlevé sa veste il a constaté que ses vêtements étaient couverts d'une couche de résidu blanc quelque peu collant, pas différent de la paraffine, qui a bientôt disparue sans laisser la moindre trace.

Les auteurs indiquent que ceci a été rapporté la première fois dans le livre d'Aimé Michel "Flying Saucers and the Straight Line Mystery", New York, Criterion Books, 1958.

[Ref. ob1:] OTTO BINDER:

14 octobre 1954, Meral, France. Un fermier dans ses champs au crépuscule a vu une boule orange atterrir non loin, après quoi une lumière aveuglante a été allumée, qui a éclairé le fermier et ses champs 200 mètres aux alentours pendant environ 10 minutes.

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

255

14 Octobre 1954, crépuscule. Méral (France):

Un fermier, M. Duvivier, a observé l'atterrissage d'une sphère orange; il s'en est approché. Il a constaté qu'elle avait la forme d'un dôme aplati, d'un diamètre de 5,5 mètres et qu'elle émettait une lumière aveuglante illuminant la campagne dans un rayon de 200 mètres. Elle était transparente et, à l'intérieur, on pouvait voir une silhouette sombre. Après être restée au niveau du sol pendant dix minutes, elle s'est envolée vers le nord, tandis qu'un nuage brillant descendait doucement vers le sol à l'emplacement (qu'elle venait d'occuper). En rentrant chez lui, le témoin a constaté que ses vêtements étaient couverts d'une pellicule blanche de substance adhésive, à peu près semblable à de la paraffine. (La Croix, 16 oct 1954) (62; M 174).

Jacques Vallée confond la date de publication du cas dans la presse et se trompe sur le nom du témoin.

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les auteurs indiquent que le 14 octobre 1954 à Méral en Mayenne, selon une coupure de presse, et leurs dossiers personnels, un habitant du village, M. Duvivier, a vu atterrir une boule brillante.

L'engin lui est alors apparu comme un disque aplati, surmonté d'un dôme, d'un diamètre est de 5 à 6 mètres. Il émettait une lumière aveuglante, qui éclairait la campagne dans un rayon de 200 mètres. Il rapporte:

"L'engin était transparent. A l'intérieur j'ai distingué une silhouette noire. Le disque est resté ainsi une dizaine de minutes. Puis la lueur est devenue plus rouge. L'engin a décollé et s'est éloigné rapidement en direction du Nord."

M. Duvivier s'est décidé à aller jusqu'à l'endroit où avait eu lieu l'atterrissage, où il a remarqué une sorte de nuage brillant, qui tombait lentement sur le sol. Quand il est rentré chez lui, il s'est aperçu que ses vêtements étaient recouverts d'une pellicule blanche, un peu collante "comme de la paraffine."

[Ref. fl1:] FRANCOIS LAGARDE:

L'ufologue François Lagarde liste ce cas ainsi dans un listing de cas français d'observations avec "cheveux d'anges" au sein d'un article sur ce phénomène:

[...]
14 octobre 1954 à Méral (Mayenne)
[...]

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les auteurs indique que le 14 octobre 1954 au crépuscule à Méral, Mr. Duvivier, agriculteur, s'apprêtait à rentrer des champs et a vu arriver une boule de couleur orange qui s'est posée au sol.

Il s'est approché et a vu un disque plat par dessous en forme de dôme, qui semblait translucide et dégageait une lueur aveuglante qui éclairait la campagne sur environ 200 mètres. Une forme noir était visible à l'intérieur.

Le disque est resté ainsi une dizaine de minutes, puis sa couleur a changé du blanc au rouge, il a décollé et a rapidement disparu vers le nord.

Le témoin s'est alors rendu là où il avait été posé, et il a raconté "il y avait là une sorte de buée luminescente qui tombait lentement vers le sol".

Arrivé chez lui, il s'est rendu compte que ses vêtements étaient couverts d'une substance blanche un peu collante, comme de la parafine, qui a disparu sans laisser de traces. Il en avait sur les vêtements mais pas sur le visage ni les mains.

Les auteurs indiquent que les sources sont Aimé Michel dans "A Propos des S.V." pages 215,216; le cas 255 du catalogue Vallée; C. Garreau et R. Lavier dans "Face aux ET" pages 141,142; La Croix du 16/10/54.

[Ref. tp1:] TED PHILIPPS:

14 octobre 1954, Meral, France: disque orange atterri, humanoïde, 10 mn, vapeur luminescente, couche blanche, substance collante sur site.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que le 11 octobre 1954, au crépuscule, à Méral en Mayenne, Mr. Baptiste Potin traverse la route après le décollage d'un OVNI et y trouve une sorte de nuage qui laisse tomber comme une neige brillante.

Parvenu à son travail, il constate qu'il est couvert d'une sorte de duvet collant comme de la cire et que même un brossage énergique ne peut pas l'enlever totalement, de nombreuses taches blanches restent.

Jean Sider indique que la source est L'Indépendant de Chateau-Gontier du 23 octobre 1954 page 6.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique que le 14 octobre 1954 en France à Méral dans la Mayenne, au crépuscule, le fermier Duvivier a observé l'atterrissage d'une sphère orange. Il s'en est approché. Elle avait la forme d'un dôme aplati, un diamètre d'environ 5,50m et émettait une lumière aveuglante illuminant la campagne dans un rayon de 200 mètres. Elle était transparente et à l'intérieur on pouvait voir une silhouette sombre. Après être restée au niveau du sol pendant dix minutes, elle s'est envolée vers le nord; tandis qu'à son emplacement un nuage brillant descendit doucement vers le sol. En rentrant chez lui le témoin a constaté que ses vêtements étaient recouverts d'une pellicule blanche de substance adhésive, à peu près semblable à de la paraffine.

La source est indiquée comme Jacques Vallée dans "Chronique des apparitions ET", Denoël 1972, collection J'Ai Lu, pages 280, 281.

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

Le site indique que le 14 octobre 1954, à Meral, France, un fermier partait de sa maison quand une boule luminescente a atterri non loin de lui. Elle a éclairé les champs sur 200 mètres autour. Le disque en dôme a semblé être translucide. Derrière la lueur il pouvait voir une forme foncée se déplacer aux alentours.

La source est indiquée comme Randle/Estes, FOV pg269.

[Ref. um1:] MAGAZINE "UFOMANIA":

A noter ce 14 octobre 1954 plusieurs observations similaires effectuées au crépuscule par des agriculteurs, ainsi à Méral (53), [...]

[Ref. ar1:] ALBERT ROSALES:

Albert Rosales indique cela que Aimé Michel, à Meral, France, dans la soirée du 14 octobre 1954, un fermier a bu atterrir un objet orange dans son champ. S'approchant, il a vu un disque voûté si brillant qu'il a éclairé les champs plus de 200 mètres autour. Il était transparent, et une forme sombre pouvait être vue silhouettée à l'intérieur.

Après 10 minutes la luminosité a changé de blanc en rouge, et l'objet a décollé. Une brume luminescente descendant lentement a été laissée sur la zone. Arrivant à la maison, le témoin a trouvé ses vêtements couverts d'une substance blanche molle ressemblant à de la paraffine, qui s'est bientôt évaporée.

Albert Rosales indique que la source est Aime Michel.

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le jeudi 14 octobre 1954, au crépuscule, à Méral, en France, 1 fermier observe l'atterrissage de 1 sphère orange. Il s'en approche, constatant qu'elle a la forme d'un dôme aplati, d'un diamètre de 5,5 m et qu'elle émet une lumière aveuglante illuminant la campagne sur un rayon de 200 m. Elle est transparente et, à l'intérieur, on peut voir une silhouette sombre. Après être restée au niveau du sol pendant 10 mn, elle s'envole vers le nord, tandis qu'un nuage brillant descend doucement vers le sol à l'emplacement qu'elle venait d'occuper. En rentrant chez lui, le témoin constaté que ses vêtements sont couverts d'une pellicule blanche de substance adhésive, relativement semblable à de la paraffine.

Jérôme Beau indique que la source est La Croix, 16 octobre 1954.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 10 octobre 1954, à Meral, France, "on a aperçu un objet qui avait une apparence et des performances au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. On a observé un objet, d'environ 5 pieds de large."

Les sources sont indiquées comme Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01).

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 14 octobre 1954, à 18:00, à Meral, France, il y avait eu un dôme aplati orange, de 5,5 mètres de diamètre; un personnage sombre a pu être vue à l'intérieur. Un fermier a observé atterrir une sphère orange et est allé près d'elle. Il l'a trouvée être formée comme un dôme aplati, de 5,5 mètres de diamètre, et dégageant une lumière aveuglante, qui a illuminé la campagne sur environ 200 mètres. Il était transparent, et un personnage foncé a pu être vue à l'intérieur. Après être restée au niveau du sol pendant dix minutes elle a volé au nord, alors qu'un nuage lumineux tombait lentement à terre à l'emplacement. Quand le témoin est arrivé chez lui il a trouvé ses vêtements couverts d'un film blanc de substance adhésive, pas différent de la cire de paraffine.

Le site commente que "on a observés un objet. Des occupants de l'engin ont été vus. Des cheveux d'ange ont été trouvés. Un témoin masculin expérimenté a observé une boule orange, d'environ 20 pieds de large à une ferme pendant dix minutes. Un être a été vu en silhouette."

Le site ajoute ensuite qu'un fermier a vu atterrir un objet orange dans son champ. S'approchant, il a vu un disque voûté si brillant qu'il a éclairé les champs sur plus de 200 mètres autour. Il était transparent, et une forme foncée pouvait être vue en silhouette à l'intérieur. Après 10 minutes la luminosité a changé de blanc en rouge, et elle a décollé. A l'emplacement a été laissée une brume luminescente descendant lentement. Arrivant chez lui le témoin a trouvé ses vêtements couverts de substance blanche molle ressemblant à de la paraffine, qui s'est bientôt évaporée.

Les sources sont indiquées comme Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Lorenzen, Coral E., Flying Saucer Occupants, Signet T3205, New York, 1967; Lorenzen, Coral E., Encounters with UFO Occupants, Berkley Medallion, New York, 1976, ISBN:425-03093-8; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Carrouges, Michel, Les Apparitions de Martiens, Fayard, Paris, 1963; Binder, Otto, What We Really Know About Flying Saucers, Fawcett T1863, Greenwich, 1967; Hall, Richard H., The UFO Evidence, NICAP, Washington, 1964; Olsen, Thomas M., The Reference for Outstanding UFO Sighting Reports, UFOIRC, Riderwood, 1966; Phillips, Ted R., Physical Traces Associated with UFO Sightings, CUFOS, Chicago, 1975; Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Rosales, Albert, Humanoid Sighting Reports Database.

[Ref. dj2:] DONALD JONHSON:

Donald Johnson indique que le 14 octobre 1954, à environ 19:00 P.M. Messr. Duvivier, un fermier de Meral, Mayenne, France a observé atterrir une sphère orange et il a marché dehors pour l'approcher. Quand il est arrivé près d'elle il a trouvée qu'elle était en forme de dôme aplati, de 5,5 mètres de diamètre, et elle dégageait une lumière aveuglante, qui a illuminé la campagne sur environ 200 mètres. Elle était également transparente, et un personnage sombre pouvait être vu à l'intérieur. Après être restée au niveau du sol pendant 10 minutes elle est partie en volant au nord, alors qu'un matériel nuageux brumeux lumineux tombait lentement à terre sur le site. Quand le témoin est arrivé à la maison il a trouvé que ses vêtements étaient couverts d'un film de substance blanche adhésive, pas différence de la cire de paraffine.

Les sources sont indiquées comme Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 174; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, cas n°255, citant La Croix, October 16, 1954; Richard Hall, The UFO Evidence, p. 97; Coral et Jim Lorenzen, Flying Saucer Occupants, p. 31.

[Ref. pr1:] PETER ROGERSON:

14 octobre 1954. Tombée de la nuit.

MERAL (PAYS DE LA LOIRE : FRANCE)

Un fermier a observé l'atterrissage d'une sphère orange et s'en approcha. Il a constaté qu'elle avait la forme d'un dôme aplati, de 5,5 m de diamètre, et dégageait une lumière aveuglante, qui illuminait la campagne sur environ 200m. Elle était transparente et une silhouette sombre pouvait être vue à l'intérieur. Après être resté au sol pendant 10 minutes, elle a volé au nord, tandis qu'une nuée lumineuse est tombée lentement sur le sol sur le site. Lorsque le témoin est arrivé chez lui, il trouva ses vêtements couverts d'une pellicule blanche de substance adhésive, un peu comme de la cire de paraffine.

Vallee cas 255, citant La Croix 16 octobre 1954:: Michel 1958 p.176)

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Meral France

Date: 14 octobre 1954

Heure: soirée

Un fermier a vu un objet orange atterrir dans son champ. S'approchant, il a vu un disque bombé tellement brillante qu'il a illuminé les champs sur plus de 200 mètres aux alentours. Il était transparent, et une forme sombre pouvait être vue en silhouette à l'intérieur. Après 10 minutes, la luminosité a changé du blanc au rouge, et il a décollé. A l'endroit a été laissé un brouillard luminescent s'installant lentement. En arrivant à la maison, le témoin a trouvé ses vêtements recouverts d'une substance blanche ressemblant à de la paraffine molle, qui s'est bientôt évaporé.

Source: Aime Michel

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Meral France

Date: 14 octobre 1954

Heure: soieée

Un fermier a vu un objet orange atterrir dans son champ. S'approchant, il a vu un disque bombé tellement brillante qu'il a illuminé les champs sur plus de 200 mètres aux alentours. Il était transparent, et une forme sombre pouvait être vue en silhouette à l'intérieur. Après 10 minutes, la luminosité a changé du blanc au rouge, et il a décollé. A l'endroit a été laissé un brouillard luminescent s'installant lentement. En arrivant à la maison, le témoin a trouvé ses vêtements recouverts d'une substance blanche ressemblant à de la paraffine molle, qui s'est bientôt évaporé.

Source: Aime Michel

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*14 oct. 1954 - Aux environs de 19h00 Messr. Duvivier, un agriculteur de Meral, département de la Mayenne, France a observé atterrir une sphère orange et il est sorti pour l'approcher. Quand il est arrivé près il a trouvé qu'il avait la forme d'un dôme aplati, de 5,5 mètres de diamètre, et il dégageait une lumière aveuglante, qui a illuminé la campagne sur environ 200 mètres. Il était aussi transparent, et une silhouette sombre pouvait être vue à l'intérieur. Après être resté au sol pendant 10 minutes, il est parti en volant vers le nord, tandis qu'un matériau brumeux nuageux lumineux est tombé lentement sur le sol sur le site. Lorsque le témoin est arrivé chez lui, il a trouvé que ses vêtements étaient couverts d'une pellicule blanche de substance adhésive, pas différente de la cire de paraffine. (Sources: La Croix, 16 octobre 1954; Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 174; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, cas m° 255; Richard Hall, The UFO Evidence, p. 97; Coral & Jim Lorenzen, Flying Saucer Occupants, p. 31).

[Ref. gz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une rencontre rapprochée du troisième type à Méral, Mayenne, le 11 octobre 1954, à 06:00 heures de matin:

Baptiste Potin roulait à bicyclette, montant la côte à la sortie du bourg, sur la route de St. Poix, quand il a aperçu brusquement une boule orange qui s'est posée sur la chaussée à environ 600 mètres de lui.

Il s'avère qu'il s'agissaitt d'une forme discoïdale de quatre à cinq mètres de diamètre dont la luminosité éclaire le paysage alentour, de forme translucide comme du nylon.

En son milieu se distinguait une forme noire immobile.

Au bout de huit à dix minutes, l'engin s'est élevé pour redevenir rond et a disparu vers le Pertre.

Le témoin est alors passé à l'endroit où s'était tenue la boule et a remarque qu'il y subsistait une sorte de nuage d'où tombait comme de la neige brillante.

Arrivé à son lieu de travail, il a constaté à la lumière qu'il était recouvert d'une espèce de duvet collant comme de la cire qu'un brossage énergique n'a pas pu enlever totalement car de nombreuses taches blanches restaient visibles.

Les sources sont indiquées comme L'Indépendant (Château-Gontier) du 23 octobre 1954; Aimé Michel, Mystérieux Objets Célestes, pages 295 et 298; C. Garreau et R. Lavier, Face aux Extra-Terrestres, pages 141-142; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI.. le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pages 162-163; Jean Sider, Le dossier .1954 et l'impos¬ture rationaliste, page 195

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données enregistre ce même cas... 18 fois!

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541010 10.10.1954 Meral St Poix France
19541010 10.10.1954 Meral St Poix France CE II
19541014 14.10.1954 Méral France
19541014 14.10.1954 Meral France Soir CE III
19541014 14.10.1954 Meral France Soir CE III
19541014 14.10.1954 Meral France
19541014 14.10.1954 Meral France Tombée de la nuit CE III
19541014 14.10.1954 Meral France 19.00 CE III
19541014 14.10.1954 Meral France 20.00
19541014 14.10.1954 Meral France Tombée de la nuit CE III
19541014 14.10.1954 Meral France Soir CE III
19541014 14.10.1954 Meral France CE III
19541014 14.10.1954 Meral France
19541014 14.10.1954 Meral France CE II
19541014 14.10.1954 Meral France Tombée de la nuit CE III
19541014 14.10.1954 Meral France CE II
19541014 14.10.1954 Meral France CE I
19541014 14.10.1954 Meral France CE III

[Ref. ma1:] SITE WEB DE LA MAIRIE DE MERAL:

HISTOIRES INSOLITES

Que s’est-il passé à Méral le 11 octobre 1954?

Ce jour là, un fait extraordinaire eut lieu à Méral, qui fit beaucoup de bruit à cette époque, dans toute la contrée. Le principal témoin fut Baptiste Potin.

Tôt le matin, Baptiste, en se dirigeant à son travail (rte de St Poix) aperçoit dans le ciel, une boule rouge, de la grosseur de la lune ; plus il avançait, plus elle grossissait en fonçant vers lui. La boule atteignant la largeur de la route, se posa brusquement près de lui en devenant orangée. A cet instant, la dynamo du vélo et la montre de Baptiste Potin se sont bloquées (ces 2 appareils n’ont jamais pu re-fonctionner).Terriblement choqué, il essaie de « reprendre ses esprits » et à ce moment il revoit la boule diminuer de grosseur (sans trait au milieu) dans le ciel, se dirigeant un peu vers la droite, vers « Chanteil ». En s’éloignant, l’engin devient « cigare » et est entouré en son milieu d’un trait noir, puis suivi d’une longue et étroite traînée, d’un rouge sombre. Les gendarmes (et les curieux) questionnèrent Baptiste (toujours très choqué), et pouvaient observer sur sa veste une sorte de duvet blanc (comme des flocons de neige brillants...).

Explications:

Vallée, Figuet et Lagarde datent le cas du 14 octobre; probablement parce que Michel, sans donner la date, mentionne le cas à la suite de cas du 14 octobre. Le journal régional "Les Nouvelles de Bretagne et du Mans" indique précisément le lundi 11 octobre.

Au vu de l'indication sur la taille semblable à celle de la lune, et de la couleur orangée, il convient de vérifier la présence ou l'absence de la lune ce lundi 11 octobre 1954 au matin à 6 heures à Méral, latitude : 47° 57' 38" Nord, longitude : 0° 58' 50" Ouest.

La lune était bien là, basse sur l'horizon. direction 275° 40' et élévation 2° 0'. Elle s'était levée à 17:38 la veille et se couche à 06:14. Elle est donc dans une situation propice aux méprises.

Encore fallait-il qu'elle ne soit pas en forme de croissant, compte tenu de la description au début de l'observation: "une boule".

C'est bien le cas: sa phase était de 0.98293, c'est bien une pleine Lune avec 98.3 % de sa surface éclairée.

Reste la question de la direction. Si le témoin regardait sa "boule" en tournant le dos à la Lune, on pourra oublier cette explication. S'il regarde droit vers la Lune, et ne dit mot de la présence de la Lune en sus de la "boule", on aura encore considérablement renforcé cette explication.

Les rapports nous donnent heureusement quelques indications, même si aucune direction en tant que telle n'est indiquée.

[nb1] indique qu'il sort du bourg de Méral, montant une côte qui va vers Saint-Poix. La "boule" serait devant lui près d'un transformateur, elle lui barre la route. A la fin la "boule" serait partie "à grande vitesse vers le Nord-Ouest, en direction du Pertre." [le1] et la plupart des sources ufologique se sontentent de signaler que la boule a "décollé vers le nord" ou "disparu vers le nord". [ma1], indique que la chose, à la fin, dirigeant un peu vers la droite, vers "Chanteil".

On peut donc assez clairement considérer que la boule se posant devant lui sur la route se pose sur la départementale D4 nommée "route de Saint-Poix": c'est bien la route pour aller tout droit de Méral à Saint-Poix. Quelle suprise: la direction de cette route est 277°, à 2 degrés près la direction dans laquelle se trouve la Lune en train de se coucher:

Carte

Il n'est pas étonnant qu'il l'ait observé pendant une dizaine de minutes. La route est totalement droite entre les deux communes, sur 4 kilomètres.

Comment la lune a-t-elle pu "partir" vers le Nord? Si le témoin a roulé jusqu'à Saint-Poix, la lune n'a pas pu paraître changer de direction. Mais rien dans le récit ne nous assure qu'il est allé jusqu'à Saint-Poix par la route. Je subodore qu'il se rendait à un lieu de travail se trouvant sur la gauche de la D4; on trouve là plusieurs chemins menant à des habitations ou fermes ou autres (Les Barres, La Viotterie, La Méhoderie, La Petite Herronerie, Les Haies, La Mascotière). Tournant alors sur sa gauche vers là, il a pu être victime de l'illusion selon laquelle la Lune paraît changer d'emplacement; elle semble partir vers la droite, c'est-à dire remonter vers le Nord si lui bifurque vers le Sud.

Or, ne dit-on pas justement qu'il se rendait à "Les Barres de Méral"? Ou encore: "Arrivé à la ferme des Barres"?. Il aurait donc logiquement bel et bien tourné sur sa gauche, plaçant alors la "boule" dans la direction "Chanteil" ou "Le Pertre" - c'est la même direction.

Il ne m'échappe pas que la boule est dite "haut dans le ciel" initialement; mais doit-on s'étonner de ce qui a pu être un malentendu, une approximation? Elle a pu sembler relativement haute dans le ciel au témoin qui l'interprétait comme un engin, ou simplement plus haute au début, mais pas réellement à une haute élévation. Le fait central reste que la route est une ligne droit exactement dans la direction de la lune se couchant, au degré près. Si le témoin a vu un egnin, cet engin se serait posé "sur la lune", il aurait dû voir la lune et préciser cela. Mais non, il ne voit là qu'une seule boule, alors comment ne serait-ce pas la Lune alors que presque tout concorde?

Il y a au milieu de la boule une "forme noire". C'est ce qui a mené les ufologues à faire de ce cas une "rencontre rapprochée du troisième type"... Mais outre que rien de sérieux ne peut justifier le "rapproché", est-ce que "une forme noire, assez indistincte, qui ne bougeait pas" est nécessairement un occupant d'OVNI? Rien n'est moins sûr en ce qui me concerne. On remarquera que dans certaines versions ufologiques, la "forme noire assez indistincte, qui ne bougeait pas" devient par magie "une silhouette sombre"... On notera que dans [ma1], il est question d'un "trait noir"; peut-être ce qui a été appelé plus tard la "forme noir assez indistincte ou "silhouette sombre". La Lune est parfois barrée d'un nuage; certains récits correspondant à une méprise causée par la lune évoquent une boule se séparant en deux...

Il y a les changements d'aspect. Ils s'expliquent fort bien par la Lune. Initialement, la Lune paraît ronde; c'est bien la pleine Lune, enore au-dessus de l'horizon. "Posée" sur le sol, "elle prend l'aspect d'un disque aplati en forme de dôme": pour cause, lorsqu'elle se couche, passant de plus en plus sous l'horizon, le témoin n'en voit plus que la partie supérieure. Mieux: on nous dit qu'il montait une côte. Alors, la lune, qui est très basse à cette heure, a été masquée par cette côte tant qu'il la montait, puis s'est révélée entière à nouveau lorsqu'il arrive au sommet. Puis, elle commence à passer derrière l'horizon. Donc, finalement, en "s’éloignant, l’engin devient 'cigare'", dit [ma1]. Pour cause: en descendant de plus en plus sous l'horizon, ne reste que la partie haute, de plus en plus mince, de moins en moins épaisse et de moins en moins large, faisant croire à un éloignement.

La couleur, orange, voire rouge, n'a rien d'étonnant. Elle correspond à une "lune rousse", phénomène se produisant lorsque la Lune est basse. C'est justement cette couleur tout de même inhabituelle pour la Lune qui est souvent un facteur causant de telles méprises.

Il y aurait le mystère de la montre et de la dynamo arrêtée; mais j'ai un fort doute à ce sujet puisqu'une soule source, très tardive (vers 2017), mentionne cela, tandis qu'aucune des sources de presse de l'époque dont je dispose n'en fait la moindre mention.

Enfin, qu'en est-t-il du "duvet blanc" qu'il a du mal à retirer complètement de ses vêtements?

Impossible de situer le "lieu" exact où il pense que la soucoupe s'est posée. Ce que je subodore est qu'il est passé près d'un endroit où cette "neige" volait, et en a déduit que cela provenait de la soucoupe. Est-il absurde de supposer qu'il ait en fait passé un endroit ou une plante quelconque lâchait un tel duvet?

Graines plumeuses d'épilobes.

Circes des Champs

Anémones pulsatiles.

Il ne manque pas de plantes pouvant causer une sorte de "neige" de duvets blancs, bien moins reconnaissable que des graines de pissenlits, des plantes à "diaspores" ou graines qui sont libérées. Certaines font des sortes de "peluches" qui les rendent difficiles à retirer d'un vêtement.

Par ailleurs, je me demande si des spores de champignons n'ont pas pu être à l'origine de cette "neige" et traces comparée à de la cire ou de la paraphine; mais quelques recherches ne m'ont pas permis de trouver des confirmations claires qu'une telle chose se produise.

Carte

Finalement, je n'ai évidemment pas de "preuve scientifique" que toute l'affaire est une méprise causée par la Lune, mais je ne vois pas trop ce qui le réfuterait.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Méral, Mayenne, Baptiste Potin, neige, plumes, cire, fermier, sphère, orange, dôme, lumière, lumineux, transparent, occupant, atterrissage, nuage, traces, paraffine, substance, Duvivier

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 14 avril 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 19 décembre 2008 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [mc1], [lo1], [ni1], [go1], [jb1], [ud1], [ud2].
1.1 Patrick Gross 20 décembre 2008 Addition [js1].
1.2 Patrick Gross 1 avril 2009 Addition [fr1].
1.3 Patrick Gross 28 février 2010 Addition [dj2].
1.4 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jv5].
1.5 Patrick Gross 15 août 2010 Addition [le1].
1.6 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [pr1].
1.7 Patrick Gross 9 octobre 2014 Addition [ta1].
1.8 Patrick Gross 15 novembre 2014 Addition [ni1].
1.8 Patrick Gross 26 octobre 2016 Additions [cm1], [um1], [ub1].
1.9 Patrick Gross 7 février 2017 Additions [gz1], [ma1]. Addition du Résumé. Explications changées, étaient: "Non encore recherchée."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 février 2017.