Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Documents:

L'USAF et les OVNIS:

Le capitaine Edward J. Ruppelt était le chef du Projet Blue Book de l'USAF, qui était censé être une recherche honnête et publique sur le problème des rapports d'OVNIS, et l'a presque été... pendant un an. Longtemps après avoir quitté l'Armée de l'Air, il a écrit l'article suivant pour le magazine TRUE; qui l'a publié dans une édition spéciale concernant les OVNIS. Il y a bien des éléments, qu'il omet ici, dans son livre "The Report on the Unidentified Flying Object", 1956.

Le capitaine Edward Ruppelt dans TRUE Magazine, 1957:

Les parties sur fond blanc sont des commentaires du webmaster et ne faisaient pas partie de l'article original.

"Pourquoi ces foutues choses ne nagent-elles pas, on pourrait les refiler à la NAVY!"

par le
Capitaine Edward J. Ruppelt USAFR

C'est ainsi qu'un enquêteur de l'Armée de l'Air a résumé son exaspération alors qu'il essayait de différencier les faits de la fantaisie en enquêtant sur les OVNIS. De 1951 à 1953, l'auteur avait dirigé le Projet Blue Book, la recherche officielle maintenant célèbre sur les OVNIS.
Voici ce qu'il a appris.


Des officiers de l'Air Force, en 1952, ont mis en place une batterie de 200 caméras
à travers tout le pays en réponse à des nombreuses observations.
De gauche à droite:
Le Capitaine R. L. James, expert en radar; le Major Général Roger Ramey, chef adjoint des opérations;
l'auteur, le Capitaine Edward Ruppelt; le Major Général John A. Samford, chef du renseignement de l'Armée de l'Air;
Le Colonel Donald L. Bowan, et l'expert civil B. L. Griffing.

Dans ses notes personnelles, le capitaine Ruppelt a noté quelques petites choses intéressantes concernant le personnel de l'Air Force travaillant pour ou avec ou contre Blue Book.

LE 12 AOUT 1953, une femme du corps des observateurs au sol dans les Black Hills, Dakota du Sud, rapporte qu'une lumière plane dans le ciel à l'Est de sa position. Deux opérateurs d'une station de radar sortent pour vérifier la chose tandis que la femme était toujours au téléphone. Tandis qu'ils scrutent le ciel, la femme a rapporté, "la chose commence à se déplacer au-dessus de Rapid City." En même temps, les deux hommes du radar ont observé la lumière commençant à se déplacer. Ils sont revenus à leur radar pour le détecter, et la femme a rapporté que l'objet se déplaçait de nouveau vers sa position originale. Le radar a réussi à détecter l'objet à cet endroit.

Un F-84, qui était dans le ciel à ce moment, a été dirigé vers la cible. Le pilote de jet a aperçu la lumière visuellement et a commencé à la suivre. L'objet se dirige vers le Nord avec le jet à sa poursuite, et les opérateurs du radar ont observé la chasse sur leur écran. L'objet volant non identifié est resté en avant du jet et a semblé prendre de la vitesse à chaque fois que le pilote a pris de la vitesse avec son jet. Après avoir pourchassé l'objet sur 120 miles, le pilote avait utilisé son carburant et a reçu la permission de rentrer. Quand le jet a fait demi-tour, l'OVNI a également tourné et l'a suivi sur le retour.

Après que le premier jet ait atterri, un deuxième F-84 a décollé pour aller se rendre compte. On l'a dirigé vers la position et il a repéré la chose visuellement au-dessus de lui. Il est monté jusqu'à 20.000 pieds, a rapporté qu'il était de niveau avec la lumière, et l'objet s'est encore enlevé vers le Nord avec le jet à sa poursuite. Cette fois encore, la poursuite a été observée sur le radar au sol, avec à la fois l'OVNI et le jet nettement visibles sur l'écran.

Lors de la deuxième poursuite, le pilote a fait un certain nombre d'essais pour éliminer certains des phénomènes communs qui ont été pris par erreur pour des "soucoupes volantes." Il a arrêté toutes ses lumières d'instruments et a fait faire des à-coups à l'avion pour s'assurer qu'il ne pourchassait pas une réflexion de verrière. Ce n'en était pas une. Il a observé l'objet soigneusement par rapport aux étoiles, et jure qu'il s'est déplacé à travers elles, de ce fait éliminant la possibilité qu'il puisse pourchasser une planète ou une étoile. Finalement, quand il a pensé qu'il se rapprochait sur l'objet, il a mis en route le radar de tir. Ce type de jet a une lumière sur le tableau de bord qui s'allume pour indiquer un "verrouillage radar" avec la cible par le radar de tir. La lumière s'est allumée.

Le deuxième jet a pourchassé la lumière jusqu'à 160 miles au nord avant d'abandonner la poursuite. Cette fois l'OVNI à continuer à voler vers le nord. Le Centre de Filtrage dur Corps des Observateurs au Sol en avant du trajet a été alerté, et les observateurs ont rapporté là voir une lumière filant vers le Nord.

C'était en effet une occurrence étonnante. Il y avait des observations visuelles simultanées de deux emplacements au sol reliés par téléphone, des détections simultanées visuelles et de radar au sol, des détections simultanées de radar au sol et de radar aéroporté et d'observation visuelle depuis le jet, une poursuite lors de laquelle l'OVNI surclasse le jet, une inversion dans le trajet, une deuxième observation visuelle depuis un jet confirmée par le radar au sol, un verrouillage par le radar de tir du jet et finalement une observation depuis le sol à des centaines de miles de distance.

Quel était l'objet? Pendant deux années, de 1951 à 1953, j'ai volé sur 200.000 miles, conféré avec des douzaines de scientifiques américains de haut niveau et une collection exotique de délirants illuminés, trébuché dans les marais de palétuviers de la Floride, été traîné hors du lit à 3 heures du matin pour répondre à des appels téléphoniques transatlantiques, inspecté des tas de photographies étranges et observé un film d'amateur quatre-vingt dix-sept fois dans un effort pour répondre à cette question et des questions semblables.

Après 1953, et le départ de Ruppelt, les responsables suivant de Blue Book ne quitteront quasiment plus leur chaise, d'où ils colleront les étiquettes "ballon," "avion probable," "psychologique", "canular" sur presque tous les rapports. Pour un cas spectaculaire entre autres, il faudra l'intervention du Congrès pour que le major Quintanilla, alors responsable, daigne seulement rencontrer les témoins.

Mes collègues et moi étions hués par des concitoyens américains pour cacher la plus grande nouvelle dans l'histoire de l'homme moderne, et par Radio Moscou pour préparer le terrain pour la guerre atomique.

J'ai été traité de dupe ignorant, de Charlie McCarthy manoeuvré par les puissantes forces du Pentagone. J'ai été consulté par la Maison Blanche, et j'ai donné des conférences aux gens du plus haut niveau dans l'Armée de l'Air, qui m'ont écouté avec respect et m'ont laissé parler sans m'interrompre.

Pendant deux années, avec l'aide des meilleurs cerveaux dans le pays, nous avons travaillé à un puzzle géant qui était soit tout à fait sans signification soit de nature à faire basculer le monde.

Pour chaque morceau du puzzle que nous arrivions à mettre à sa place, nous avons constaté que deux pièces de plus avaient été ajoutées au tas des pièces du puzzle.

Je me suis finalement retrouvé à inspecter sereinement un morceau de bouse de vache pour découvrir s'il venait de l'espace.

Deux disques en mouvement ont été photographiés par Earl E. Brown, Jr., en 1958.
"Ils m'ont fichu une trouille d'enfer," a-t-il dit à l'Air Force.
Projet Blue Book - photos USAF.


De 1951 à 1953, j'étais responsable de la recherche officielle de l'Armée de l'Air sur les objets volants non identifiés, les choses qui filent à travers l'espace sous le nom populaire de "soucoupes volantes."

L'ère de la soucoupe volante avait débutée cinq ans avant qu'elle ne m'ait éloigné de mon travail en tant qu'analyste technique du renseignement pour le centre technique du renseignement de l'Air au terrain de Wright, Dayton, Ohio.

L'Année Zéro s'était ouverte le 24 juin 1947, quand un homme d'affaires de Boisé appelé Kenneth Arnold a rapporté avoir vu une enfilade de neuf "choses ressemblant à des soucoupes" briller au soleil pendant qu'elles volaient à 1.200 miles par heure, deux fois la vitesse du son - près du mont Rainier. Son histoire s'est emparée de l'imagination de la nation avec un fait embarrassant. Aucun avion connu dans le monde n'avait passé le mur du son à ce moment-là. "Je ne le crois pas," disait Arnold, "mais je l'ai vu. "

Si l'histoire d'Arnold était restée la seule, l'âge de la soucoupe volante se serait ouvert et se serait refermé après une journée de durée. Mais dans les trente jours suivants il y avait eu plus de cinquante-trois rapports de soucoupes. Près de Portland, Oregon, une paire de shérifs adjoints en a rapporté "vingt alignés et filant à vitesse infernale vers l'Ouest." Une femme au foyer de Chicago a vu une "avec des jambes" et a couru dans la maison et a claqué sa porte. Un prospecteur dans les Cascade Mountains a repéré cinq ou six d'entre eux "avec des queues" et avait été étonné de voir sa boussole magnétique "tourner d'une manière extravagante." A Spokane, une femme a rapporté cinq d'entre eux "à peu près de la taille d'une maison de cinq pièces." Les siens ont été formés "comme des baignoires." Un monsieur remarquablement calme à Seattle a parlé, et a rapporté, "allons, ils viennent tout le temps dans notre cour."

A l'époque, j'étais dehors dans le parc national de Yellowstone, en vacances de l'Université d'Etat de l'Iowa, où j'étudiais la construction aéronautique. C'était mon deuxième essai pour obtenir le diplôme. J'avais laissé tomber la première fois, en 1942, pour m'enrôler dans l'Armée de l'Air. J'avais été affecté comme bombardier dans le premier escadron de B-29 organisé, volant hors de la bosse de l'Inde, et ensuite affecté à Tinian pour les grandes incursions contre le Japon. Notre groupe a effectué la dernière mission de la guerre, une incursion contre Tokuyama, quelques minutes avant la fin de la guerre.

Dans les quelques jours après l'observation d'Arnold, des jeunes jetaient des assiettes en carton en l'air au-dessus de notre logement à Yellowstone en criant "soucoupe, soucoupe!" Certains des touristes ont commencé à voir des choses et ils arrivaient et en parlaient, comme si cela complétait leurs vacances. J'avais lu l'histoire d'Arnold et l'avais écartée. Deux fois au-dessus du Japon, j'ai vu des objets étranges dans le ciel. L'un était une lumière jaune-orange qui a suivi notre B-29 pendant un moment et a ensuite soudainement disparue. Le consensus était que c'était un "foo fighter" - les étranges lumières repérées des douzaines de fois par des aviateurs au-dessus de l'Europe et du Japon. La théorie était que c'était un phénomène d'électricité statique. Une autre fois, volant pour rentrer avec les nerfs en pelotes après une mission difficile, j'ai ouvert le feu avec les six mitrailleuses de calibre 50 sur un objet lumineux juste avant l'aube. Après avoir obtenu les protestations de l'équipage, j'ai soudainement réalisé que je tirais vers la planète Vénus.

La théorie que les foo fighters seraient des boules d'électricité statique (on dit aujourd'hui des plasma) fera le bonheur du célèbre Philip Klass, qui a voulu expliquer ainsi tous les OVNIS. La théorie sera réduite à néant par un scientifique véritable, mais elle court de nouveau.

Parmi les observations qui ont suivi celle d'Arnold, cependant, il y en eut certaines qui semblaient être quelque chose de plus que de l'hystérie. Elles venaient de pilotes instruits des tours que le vol peut jouer sur les visions, et de scientifiques, d'autres venaient d'observateurs vraisemblablement sobres et lucides. Un météorologue responsable de la station du Bureau de la Météo des Etats-Unis à Louisville, Kentucky, a rapporté une boule lumineuse orange "roulant" à travers le ciel nocturne. Au terrain d'aviation de Muroc, en Californie, emplacement des essais secrets du gouvernement, le Lieutenant Joseph McHenry a repéré "deux objets argentés de forme sphérique ou en forme de disque." Il a appelé trois autres personnes de la base et elles ont vu les mêmes choses. Trois témoins supplémentaires ont rejoint le groupe, et cinq d'entre eux ont pu voir un troisième objet. Aucun engin expérimental n'était dans le ciel. Les objets se sont déplacés contre le vent et par conséquent n'étaient pas des ballons. Quelques heures plus tard, un Commandant et un Colonel à Muroc ont fait une observation séparée "d'un objet métallique mince" qui a folâtré au-dessus du terrain pendant huit minutes.

L'Armée de l'Air, je l'ai appris plus tard, hésitait entre deux écoles de pensée pendant cette première irruption des observations. Des officiels plutôt hauts placés s'inquiétaient de ces observations. Les Etats-Unis avaient vu que l'autosatisfaction menait à un Pearl Harbour, et la tension internationale commençait à devenir palpable sous le climat de la "guerre froide." Ces officiels ont estimé que nous devons découvrir - et rapidement - ce qui causait l'épidémie des histoires de soucoupe.

A l'opposé il y avait ceux qui ont argué du fait que l'histoire d'Arnold avait déclenché une hystérie de masse. Ils ont estimé que la publicité donnée a menée des millions de personnes à regarder le ciel pour "voir une soucoupe," et qu'ils se sont trompés à cause de toutes sortes de choses volantes, papiers, oiseaux, réflexions des avions. Ce groupe prévoyait que les observations diminueraient dans la suite normale des événements.

Les sceptiques ont été soutenus par la découverte que le compte rendu d'Arnold avait eu quelques défauts. Ses évaluations de la taille des objets et de leur distance par rapport à son avion ne s'accordaient pas. Il les a rapportées comme ayant été de 20 à 25 miles de distance et de 45 à 50 pieds de longueur. Quand son observation a été analysée, on a découvert que des objets de cette taille ne peuvent pas être résolus par l'oeil nu à cette distance. Si son évaluation de taille était correcte, les objets étaient seulement à six ou sept miles de distance et volaient à environ 400 miles à l'heure, tout à fait dans la gamme de vitesse d'avions conventionnels.

Le scepticisme des débuts a été renforcé quand aucun des objets n'a montré la moindre menace, ni n'a atterri, ni ne s'est écrasé, ce qui aurait pu permettre d'établir qu'il y avait vraiment quelque chose de nouveau sous le soleil.

Le conflit des débuts au sujet de la gestion des histoires d'objets volants non identifiées a été réglé par les OVNIS eux-mêmes. Ils ont persisté, mois après mois, avec un noyau dur d'incidents qui provenaient d'observateurs chevronnés et qui défiaient l'analyse. L'Armée de l'Air a décidé de centraliser la recherche et d'accumuler un corpus de données qui pourraient être analysées.

Ils ont mis en place le projet Sign et sont allés après les soucoupes avec sérieux. Plus tard le nom de code a été changé en "Grudge" ["Rancune"]. Nous l'avons changé plus tard en "Blue Book" quand quelqu'un du Pentagone a proposé que "Grudge" ait donné l'impression que le projet abordait ce travail avec mauvaise volonté. Le code "Blue Book" venait des livres bleus traditionnels des universités, qui contenaient toutes les réponses aux questions des examens. Cela ne s'est pas révélé être un choix particulièrement convenable.

La réalité est que le Projet Sign a eu les moyens d'enquêter, et a conclu que les soucoupes volantes sont réelles et extraterrestres. Leur conclusion est passée à la trappe quand le général Vandenberg l'a lue et a estimé qu'il n'y a pas de vraies preuves de cela. Les gens de Sign ont été réaffectés à d'autres programmes. Le Projet Grudge n'a rien fait du tout.

Ruppelt est ici très discret sur tout ceci, mais livrera la vraie histoire dans son livre en 1956, au chapitre "l'âge sombre".

Les observations ont continué à arriver avec une moyenne environ un tous les trois jours. La polémique à leur sujet s'est accumulée et la confusion s'est multipliée. Des articles ont commencé à apparaître dans les magazines nationaux, et les commentateurs de radio annonçaient régulièrement "l'histoire cachée des soucoupes," avec chaque compte rendu contredisant l'autre. Ils étaient des armes secrètes des Etats-Unis, un nouvel engin Russe, des émissaires d'une autre planète surveillant la terre.

En 1949, l'Armée de l'Air avait soumis les 375 observations alors disponibles à une réévaluation intensive, et avait publié un épais rapport sur ses résultats. Le Dr J. Allen Hynek, alors chef du département d'astronomie à l'Université d'Etat de l'Ohio, a examiné les rapports pour y détecter les choses de nature astronomique, telles que des étoiles, des planètes, des météores. Le service de météorologie de l'Armée de l'Air a examiné les rapports pour y trouver les ballons.

La Rand Corporation (un groupe de recherche de haut niveau qui n'a rien à voir avec la société commerciale du même nom), le laboratoire géophysique de l'Armée de l'Air, le bureau de météo des Etats-Unis, et le Dr F. M. Fitts, un psychologue du laboratoire sanitaire de l'air de l'US Air Force, ont fait quelques évaluations générales à partir de leurs points de vue spécialisés.

La Rand Corporation a commenté: "nous n'avons rien trouvé rien qui contredirait sérieusement des explications rationnelles simples des divers phénomènes en termes de ballons, avions conventionnels, planètes, météores, bouts de papiers, et illusions optiques, simples farces, témoins psychopathes et autres."

Et la RAND niera même par la suite avoir eu la moindre mission concernant les OVNIS. Ici, Ruppelt mène ses lecteurs en bateau.

Le Dr Hynek: "En admettant que les indications des observateurs et des investigateurs soient correctes, il est conclu que 32 pour cent peuvent être expliqués astronomiquement, 35 pour cent peuvent être attribué aux oiseaux, aux ballons, aux fusées dans le ciel, aux avions, etc. et 33 pour cent manquent des preuves nécessaires, ou une explication appropriée n'a pas été évidente."

Et comme il est apparu par la suite, J. Allen Hynek est complètement revenu sur cette opinion. Il admettra avoir à cette époque accepté n'importe quelle explication pour écarter les soucoupes, et racontera dans son ouvrage "The New Hynek UFO Report" comment l'US Air Force a écarté les OVNIS par principe, n'a pas mené l'enquête scientifique qu'elle fait croire qu'elle a menée, et caché tout ce qui pouvait être caché de manière à ce que le public ne se préoccupe pas de tout ceci.

Le service météo de l'U.S. Air Force s'en est tenu à son propre domaine de compétence, commentant que "12 pour cent étaient apparemment des ballons."

Des 375 rapports, 13 pour cent n'ont pas eu de solutions aisément explicables. Le Dr Fitts a avancé une théorie: "il y a des explications psychologiques suffisantes pour les rapports des objets volants non identifiés pour fournir des explications plausibles pour les rapports qui n'ont pas d'autre explication. Ces erreurs dans l'identification de vrais stimulus résultent principalement de l'incapacité d'estimer la vitesse, la distance et la taille."

Soutenant ces analyses, il y avait de lourds articles de considérations soigneusement raisonnée et qualifiée des données. La presse, toujours désireuse d'avoir une réponse qui s'adaptera aux gros titres en deux lignes de douze lettres par ligne, a condensé le rapport entier en une "Réfutation" par l'Armée de l'Air. Les OVNIS ont ignoré Rand Corp., le Dr Hynek, la presse, et autres, et ont continué à voler. En 1950 exactement le même nombre d'observations - 152 - sont parvenues dans les fichiers du projet qu'il y en avait eu en 1949.

Puis en 1951, ils ont commencé à diminuer.

En attendant j'avais fini mon travail universitaire chez Ames et j'avais juste eu assez de bronzage quand j'ai été rappelé au devoir par l'Armée de l'Air en raison de la Corée. Ils m'ont posté à Dayton, où pendant les sept premiers mois j'ai travaillé à des avions conventionnels que vous pouvez voir, toucher et mesurer.

La fonction première de l'Air Technical Intelligence Center n'est pas, comme certains le croient, d'analyser le mystère des OVNIS. Il est chargé de la prévention de la surprise technologique par un pays étranger. Il étudie toutes les données qu'il peut obtenir à propos des avions ennemis, des missiles guidés, et les progrès technologiques de tout ce qui se pilote. Il a obtenu le projet soucoupe parce que l'une chose sur laquelle chaque observateur était d'accord était: ces choses volent.

Ceci a par le passé fait gémir un des enquêteurs de Blue Book: "pourquoi diable ces fichues choses ne nagent pas, on pourrait s'en débarrasser en confiant tout ça à la Navy?"

D'ici à l'été de 1951, Grudge était réduit à un seul homme, les observations diminuaient, et il semblait que le projet allait être terminé par manque d'affaires. En juin, pour le premier mois en quatre ans, pas une seule observation n'est arrivée. En août, l'unique enquêteur investigateur a été transféré, et le projet a été confié à un ami à moi, le lieutenant Jerry Cummings. J'avais l'habitude d'aller le voir et de le charrier à propos du triste état des affaires de soucoupe.

"Tu vas être au chômage, mon vieux," lui ai-je dit.

"Tu as raison," il m'a dit, "mais pas pour ce que tu crois. J'ai obtenu une décharge."

Le 12 septembre 1951, à 15:00, le projet est soudainement revenu à la vie. Le télétype de l'ATIC a commencé à vibrer sous l'arrivée d'un message d'un yard de long venant du Nord du New Jersey. Quand il l'a lu, c'était comme si le jardin avait été envahi par quelque chose sorti de chez H. G. Wells.

Cela avait commencé deux jours avant, le 10 septembre, à 11:00 heure du matin, quand un opérateur en formation effectuait une démonstration à un groupe de hauts gradés en visite à une école de radar dans le New Jersey. Il avait été sélectionné pour la démonstration parce qu'il était le meilleur dans sa classe. Il a fait la démonstration de l'ensemble radar sous opération manuelle pour pendant quelque temps, détectant du trafic aérien local. Ensuite il a annoncé qu'il allait faire la démonstration de la détection automatique, dans laquelle on indique une cible au radar et il la suit sans aide de l'opérateur. L'ensemble pouvait dépister des objets volant aux vitesses de jets.

L'opérateur a repéré un objet à environ 12.000 yards au sud-est de la station, volant bas vers le nord. Il a essayé de se verrouiller dessus pour un suivi automatique. Il a échoué, essayé encore, échoué encore. Il s'est tourné vers son assistance de VIPs, embarrassé.

"Il va trop vite pour le radar," a-t-il dit. "Cela veut dire qu'il va plus vite qu'un jet!"

Beaucoup de sourcils très importants se sont froncés. Qu'est-ce qui vole plus rapidement qu'un jet?

L'objet avait été dans la portée du radar pendant trois minutes et l'opérateur a continué à essayer, sans succès, d'obtenir un suivi automatique. Il est finalement sorti de l'écran, laissant un opérateur tout rouge se parlant tout seul.

Vingt-cinq minutes plus tard, le pilote d'un avion à réaction d'entraînement, transportant un commandant de l'Armée de l'Air comme le passager et volant à 20.000 pieds au-dessus de Point Pleasant, New Jersey, a repéré un objet argenté mat en forme de disque loin au-dessous de lui. Il l'a décrit comme ayant de 30 à 50 pieds de diamètre et comme descendant vers Sandy Hook depuis une altitude d'un mile ou à peu près. Alors qu'il filait vers le bas, a-t-il rapporté, l'objet a arrêté sa descente, est resté stationnaire, puis a filé vers le Sud, a fait un virage de 120 degrés et disparu au large vers la mer

Le mystère du Jersey s'est ensuite de nouveau attaqué au groupe de radar. A 15:15 P.M. ils ont reçu un appel passionné des quartiers généraux, leur demandant de détecter une cible haute et au nord - ce qui était là où le premier objet de "plus-rapide-qu'un-jet" avait disparu - et de se dépêcher de la suivre avec le radar. Ils ont obtenu un verrouillage dessus et ont rapporté qu'il voyageait lentement à 93.000 pieds. Ils ont également pu le voir visuellement comme un point argenté.

Qu'est ce qui vole à 18 miles au-dessus de la terre?

Le lendemain matin, deux ensembles de radar ont détecté une autre cible qui ne pouvait pas être suivie automatiquement. Elle s'élevait, se stabilisait, s'élevait encore, entrait dans un piqué. Quand elle s'élevait, elle allait presque à la verticale vers le haut. La sensation causée par ces deux journées a fini dans l'après-midi quand un objet stationnaire non identifié a été détecté pendant plusieurs minutes.

Une copie du long rapport du New Jersey est partie vers Washington, et sous peu, Dayton à eu les ordres de monter là-bas, d'étudier, et de faire rapport au Pentagone. En quelques heures, le lieutenant Cummings et un lieutenant-colonel de l'ATIC volaient pour aller voir ce qui se passait.

Deux jours plus tard ils étaient de retour avec des tonnes de données brutes. Avant que Cummings ne puisse commencer à trier les pièces du puzzle, il a obtenu sa décharge.

Jusqu'à ce point, je m'étais occupé du travail qui m'était confié n'avait prêté que peu d'attention aux soucoupes volantes. Mais la manifestation du New Jersey m'a fascinée. Quoi que ce soit qui ait eu lieu là, c'était clairement beaucoup plus que l'histoire occasionnelle de "soucoupe" que je pouvais lire dans les journaux, où un fermier du Dakota a vu quelque chose passer comme un éclair au-dessus de sa grange, où une femme au foyer a vu six disques vaciller dans le ciel tandis qu'elle mettait son linge à sécher. Ma curiosité a surmonté la vieille règle que les hommes sous l'uniforme suivaient depuis l'époque d'Hannibal: je me suis porté volontaire.

Je me suis dit que je résoudrais le puzzle du Jersey et puis que je reprendrais mon travail habituel. Il s'est avéré que je n'ai fait ni l'un ni l'autre. Comme pour railler ma confiance simplette, les OVNIS ont soudainement commencé à voler partout le pays. En quelques jours où je me suis retrouvé au Texas emberlificoté dans un des classiques de la saga des soucoupes - les lumières de Lubbock.


L'auteur a étudié très longtemps les photographies des fameuses "Lumières de Lubbock,"
pour finalement entendre l'un des hommes de la ville dire, simplement, "Ces machins sont des poules d'eau!"
Projet Blue Book - Photos USAF.

Je suis entré dans la recherche sur les OVNIS avec de la curiosité et sans préconceptions. J'ai bientôt constaté que le travail avait d'énormes difficultés. La plus évidente était qu'il n'y avait aucun précédent, règle ou manuel pour chasser des soucoupes volantes. Les indices avec lesquels vous travaillez, - à peu d'exceptions près - est le souvenir des observateurs humains, habituellement excités, embarrassés ou effrayés, essayant de décrire des événements complètement étrangers à leur expérience. Et ce qu'elles avaient vu était généralement apparu inopinément et avait généralement disparu en quelques secondes. Après que quelques mois j'en suis arrivé au point où je pouvais prévoir le début de leurs histoires.

"Maintenant, écoutez," diraient-ils, en un mélange d'excuses et de colère, "jamais avant je n'ai cru en ces choses. J'en riais comme tout le monde. Vous pouvez vérifier auprès de n'importe lequel de mes amis. Je ne suis pas fêlé et je n'étais pas ivre. Je ne sais pas ce que c'était, mais je vous le dis, JE L'AI VU.

Qu'ont-ils vu? Essayer de l'évaluer vous mènera dans des douzaines de domaines techniques complexes - la psychologie, la météorologie, la physiologie, l'astronomie, l'aérodynamique, l'électronique, la physique, la logique, la chimie, et le travail de détective.

La majeure partie des gens à qui nous avons parlé a essayé sincèrement de nous dire exactement ce qu'ils avaient vu. Mais les êtres humains sont des observateurs imparfaits. Ce n'est pas quelque chose d'unique aux observateurs de soucoupe. Les policiers et les reporters se sont bagarrés avec cela depuis longtemps. Dix témoins oculaires d'un accident de voiture raconteront dix histoires différentes, et chacun sera sûr que son compte rendu est vrai. Les automobiles voyagent seulement à 60 ou 70 miles à l'heure. Les incidents que nous avons étudiés comprenaient des choses se déplaçant censément aussi vite que 25.000 miles à l'heure. Et ils ont été vus à grandes distances, habituellement dans les plus mauvaises conditions possibles pour un reportage précis, souvent la nuit et durant quelques secondes seulement.

Les données dans le cas de Lubbock étaient bien meilleures que celles de 99 pour cent des incidents qui sont arrivés à Blue Book. Il y avait eu des observations multiples impliquant un groupe de PhD, renforcées par une série d'observations indépendantes. En outre, il y avait les photographies - quatre images.

Les observations avaient continué durant des semaines avant que nous en ayons eu vent. Elles avaient commencé dans la soirée du 25 août, quand quatre professeurs de l'Université de Technologie du Texas étaient assis dans l'arrière-cour d'une de leurs maisons à observer les météores. A 21:20, un vol de lumières bleuâtre-vertes étranges, dans une formation rudement en croissant, a filé à travers le ciel. Cette vision les a pris par surprise. Etant des hommes de science, ils ont déploré le fait que leur première observation avait été précipitée et inachevée du fait de leur étonnement. Ils se sont promis de faire mieux si les lumières réapparaissaient. Cette nuit ils ont fait une deuxième observation. Dans les semaines à venir, ils en ont fait douze de plus.

Quand je suis arrivé à Lubbock, ils avaient compilé toutes les données qu'ils pouvaient compiler. Ils avaient mesuré la vitesse angulaire et avaient trouvé qu'elle était de 30 degrés par seconde. En une tentative pour calculer la vitesse, ils avaient installé un ingénieux système de radios bidirectionnelles et avaient essayé d'obtenir des observations depuis deux lieux et de faire une triangulation approximative. Ceci avait échoué, mais l'échec a fourni un indice.

Les observations avaient été rapportées dans le journal local. Les nuits suivant l'apparition des lumières volantes, Elles ont été vues par des centaines de témoins non professionnels. Les arguments faisaient rage partout dans Lubbock pour savoir si les objets étaient de nouveaux missiles secrets, des vaisseaux spatiaux ou des canards.

Dans la nuit du 31 août, un photographe amateur de 18 ans a pris quelques clichés. Il avait les copies et les négatifs. Les photographies ont par la suite été reproduites partout dans le monde, et sont incluses dans presque chaque livre concernant les soucoupes.

"J'étais allongé dans mon lit quand j'ai vu un vol de ces lumières passer dans le ciel," a-t-il dit. "J'ai saisi mon Kodak 35 chargé et je suis sorti dans l'arrière-cour. Puis un troisième vol est passé au-dessus de moi et j'ai pris deux clichés. Ensuite un troisième vol est passé au-dessus et j'ai pris trois clichés de plus." L'appareil photo était réglé sur F 3,5 et à l'obturateur à 1/10 de seconde.

Ses tirages étaient clairs, et ont montré les lumières en un V nettement défini. Un des négatifs avait été égaré, mais nous en avons eu quatre pour l'analyse. Chacun montrait 18 lumières en une formation en V, avec plus grande au loin vers la droite. Celle-ci a été promptement étiquetée "vaisseau-mère " par les gens du genre amateurs de science-fiction - ce qui m'a frappé comme étant 99 pour cent de fiction et environ un pour cent de science.

L'examen soigneux a montré une particularité dans les images qui a été ignorée dans presque chaque compte rendu sur ces photos que j'ai lu. Il y a une dissimilitude marquée entre les lumières dans les quatre images. Dans un, elles sont des tirets diagonaux; dans la suivante, elles sont à peu près circulaires; dans la troisième, elles sont en forme de têtard, avec leurs queues toutes dirigées vers la gauche; dans la quatrième, elles sont comme des pointes de flèche. Dans chaque image, le "vaisseau-mère" change de forme comme pour prendre celle de sa couvée.

J'ai lu dans des douzaines de comptes rendus que "l'Armée de l'Air a déclaré que ces images sont authentiques." L'Armée de l'Air n'a rien indiqué de la sorte. Les images ont été soumises à l'examen minutieux et intense du laboratoire photo de la base de Wright. Il y avait peu, qui pouvait être évalué. Il n'y avait aucun point de référence dans les images, seulement les lumières. Les photos n'avaient pas été retouchées. L'Armée de l'Air a indiqué seulement que "il n'est pas démontré que les photos sont un canular."

Les répétitions innombrables de l'histoire de Lubbock racontent les observations multiples, la réputation impeccable des observateurs, la preuve apportée par les photographies "authentiques" et s'arrêtent là. L'histoire complète contient quelques faits intrigants. Elle est racontée ici pour la première fois.

Tout d'abord, quel que soit ce que les images montrent, elles ne sont pas les lumières vues par les professeurs. Ils ont regardé les images et c'est ce qu'ils ont dit. Leurs deux premières observations étaient à peu près en croissant, les autres n'ont montré aucun arrangement géométrique, ni forme de "V" ni autre. Aucune des observations indépendantes n'était en forme de V non plus. Les images, cependant, sont aussi précises par leur formation qu'une double rangée de par les Radio City Rockettes.

Deuxièmement, les photos ont été prises une nuit claire, avec abondance d'étoiles. Aucune étoile ne se voit dans les images. Ceci signifie que les lumières étaient beaucoup plus intenses que les étoiles - et au Texas, les étoiles la nuit sont grandes et brillantes. Ni les professeurs ni les autres observateurs n'ont décrit leurs lumières comme grandes et brillantes. Les leurs étaient mates et incandescentes.

Troisièmement, avec une grande partie de la ville examinant le ciel, personne d'autre à Lubbock n'a rapporté les lumières le 30 août, quand le photographe a vu ses trois vols spectaculaires de lumières géométriques.

Quatrièmement, nous avons reconstitué la scène plus tard à Dayton, essayant de reproduire les images, et nous avons échoué. Le photographe m'avait montré l'emplacement dans son arrière-cour. En raison des arbres et d'autres obstructions, il permettait un angle de vue de 120 degrés de ciel dégagé. Je l'ai interrogé au sujet de la vitesse à laquelle les lumières ont traversé le ciel. Il l'a estimé à 30 degrés par seconde. Un chiffre qui était conforme aux évaluations premières par les professeurs. Pour vérifier une deuxième fois, je l'ai fait déplacer sa main à travers le ciel et je l'ai chronométré. C'était proche de 30 degrés par seconde. Ceci lui a donné quatre secondes pour prendre les quatre photographies, deux la première fois, trois en une deuxième série.

Le Kodak 35 a un rembobinage manuel pour introduire un nouveau film en place. A Dayton, nous avons simulé 120 degrés de ciel ouvert avec des lumières voyageant 30 degrés par seconde, nous avons pris un Kodak 35, et avons essayé de tirer et de réarmer jusqu'à ce que nous ayons eu trois clichés. Nous n'arrivions pas à le faire. Nous avons essayé à plusieurs reprises, avec différentes personnes. Le mieux que nous ayons pu faire était deux clichés méchamment flous. Et avec l'obturateur à 1/10 de seconde les deux clichés étaient méchamment flous.

En poussant autour de Lubbock, j'ai parlé à beaucoup de gens qui avaient vu les lumières et étaient sûres qu'elles étaient des oiseaux. Un vieux monsieur avait vu les lumières plusieurs nuits. Sa description correspondait à celle des professeurs.

"Vingtdiou, monsieur l'officier," ricana-t-il. "Ces trucs c'est de poules d'eau."

J'ai continué en lisant ce qui concerner les poules d'eau. Ce sont des oiseaux aquatiques à peu près de la taille des cailles avec des poitrails clairs qui pourraient réfléchir la lumière. Un garde-chasse du coin m'a dit qu'il y avait des poules d'eau à proximité.

A quelques blocs du secteur où la plupart des observations avaient été faites, il y avait un boulevard éclairé par des lampes à vapeur de mercure qui dégageaient une lueur bleuâtre-blanche intense. Alors je me suis rappelé un bout de données bizarre. Quand les professeurs avaient essayé d'installer un deuxième poste d'observation ailleurs, ils n'ont vu rien, alors que les observations continuaient là où ils se tenaient au début - près du boulevard éclairé.

Quatre fois durant l'année suivante, à Fargo, Dakota du Nord, à Greenville, Caroline du Sud, à la base aérienne de Randolph, et à Bakersfield, en Californie, nous avons obtenu des cas qui ont reproduit l'affaire de Lubbock. Chaque fois il s'est avéré que c'était des oiseaux réfléchissant les lumières au sol.

Les fichiers du Projet notaient que les lumières de Lubbock sont des "inconnus." Il n'a jamais pu être prouvé que les photographies auraient été un canular. Peut-être que sous l'excitation intense, un homme peut prendre trois clichés nets avec un Kodak 35 tenu à la main en quatre secondes. Je le croirais quand je verrais quelqu'un le faire.

Mais en ce qui concerne ce que les professeurs ont vu, je pense qu'un fusil de chasse de calibre 10 aurait réduit les soucoupes de Lubbock en une pluie de plumes.

Tandis que j'étais à Lubbock, un enquêteur temporaire, le Lieutenant Henry Metscher, avait donné une certaine signification raisonnable au mystère du Jersey, qui m'avait jeté dans la chasse aux soucoupes. Parmi les données que Cummings avait rapportées sur l'objet "plus rapide qu'un jet," il y avait quelques mesures de lieu et de temps. Il s'est avéré que l'objet qui avait surclassé le suivi automatique et étonné les VIPs avait en réalité un tracé qui lui donnait un 400 miles par heure peu spectaculaire. Lors de l'interrogation, l'opérateur a concédé qu'il s'était énervé à cause de la visite de hauts gradés. L'objet était assurément un avion conventionnel.

Le "disque" repéré au-dessus de Sandy Hook par le jet? Metscher a appris qu'un grand ballon peint en argenté pour être repérable au radar avait été lancé près de Sandy Hook juste avant le pilote et le commandant de l'Air Force n'aient vu leur OVNI. Qu'en est-il de ses manoeuvres? Gardez cette question à l'esprit pour le moment.

L'appel passionné le matin suivant depuis les quartiers généraux? Un autre ballon portant une cible de radar. Les officiers du QG avaient fait un pari sur son altitude approximative, et ont voulu avoir un rapport rapide, n'ont pas pris la peine de dire à l'équipe du radar la raison de l'urgence. A ce moment les gars du radar avaient la fièvre des soucoupes et étaient prêts à voir n'importe quoi. Le deuxième objet supersonique s'est avéré être un blip de ballon météo. La dernière soucoupe qui était suspendu bien en évidence au-dessus du New Jersey a été expliquée avec certitude comme un autre ballon.

J'ai félicité Metscher et je me suis attelé à la tâche de descendre les soucoupes comme un tireur d'élite de ball-trap. Si les soucoupes peuvent rire (nous en avons eu plusieurs qui pouvaient siffler), elles ont probablement passé comme un éclair à travers la stratosphère en riant sous cape.

L'une des premières choses que je devais faire était de revenir sur les dossiers du projet à partir de son commencement. Il y avait quelques faits étranges et quelques observations troublantes. Une chose que j'ai apprise était qu'Arnold n'était pas du tout le Christophe Colomb de la soucoupe volante. Le projet a eu treize listing d'avant le 24 juin 1947 - l'aube supposée de l'ère. Elles sont toutes entrées dans les fichiers du projet après qu'Arnold ait raconté son histoire, avec l'explication habituelle que les observateurs avaient été peu disposés à raconter leur histoire tant que la glace n'était pas rompue.

Parmi les observations post-Arnold, il y avait trois classiques, la tragédie dans laquelle le Capitaine Thomas Mantell s'est tué, le duel entre un F-51 et une lumière à Fargo, dans le Dakota du Nord, et l'observation d'un "vaisseau spatial avec des fenêtres éclairées" par un avion de ligne près de Montgomery, Alabama.

La mort du Capitaine Thomas Mantell tandis qu'il pourchassait un OVNI
dans un F-51 a fait entreprendre une enquête.
L'auteur dit que le rapport original de l'Air Force
"était terriblement erroné."
Photo UPI

Le cas Mantell a été mis en vedette à travers la nation en tant que "pilote tué en chassant la soucoupe." Sa tragédie est entrelacée avec le folklore soucoupiste, et fréquemment est dite en même temps qu'une histoire locale d'un avion qui décolle pour suivre une "chose" dans le ciel et qui n'a jamais plus été revu. J'ai entendu des variantes locales de cette histoire peut-être vingt fois. Chaque fois le récit commence ainsi: "vous vous rappelez quand Mantell a été abattu par une soucoupe? Ecoutez ce qui s'est produit ici le mois dernier..."

L'après-midi du 7 janvier 1948, deux aviateurs dans la tour de contrôle de Godman Air Force Base, près de Louisville, Kentucky, ont commencé à recevoir des appels au sujet d'un objet volant non identifié repéré par des civils dans le secteur. Ils ont vérifié auprès du service des vols au sujet d'engins expérimentaux, et on leur a dit qu'il n'y en avait aucun à proximité. Peu de temps après, l'un d'eux a repéré un objet depuis la tour, et l'a signalé à son compagnon. Ils ont appelé leurs officiers, qui ont également vu quelque chose.

A ce moment, quatre F-51 de la Garde Nationale du Kentucky ont approché la base. Mantell, le chef de vol, a été invité à aller vérifier l'objet et à essayer de l'identifier. Un de ses avions a dû atterrir en raison du manque de carburant. Mantell et les deux autres se sont enlevés dans le ciel à la poursuite de la chose.

Le compte rendu du cas par l'Armée de l'Air a été monstrueusement gâché. Il disait que chacun des trois aviateurs décrivait l'objet comme "métallique et de taille énorme," et dit que Mantell s'est élevé loin de ses compagnons, utilisant la transmission par radio pour faire son rapport à la tour jusqu'à ce qu'il soit soudainement devenu silencieux. Un certain temps plus tard, son corps a été trouvé avec l'épave de son avion dispersé sur une large surface. Le compte rendu signale alors que la première analyse du cas a indiqué qu'il avait pourchassé la planète Vénus.

La réaction publique évidente à ce compte rendu a été: "est-ce que c'est une plaisanterie?" Si trois aviateurs convenaient que la chose était "métallique" et "énorme," comment est-ce que cela avait pu avoir été la planète Venus? Plus tard dans le projet, nous avons eu de nombreux exemple de pilotes confondant Venus (et d'autres planètes) avec quelque chose volant dans le ciel et aucun d'eux ne l'a jamais décrit comme "énorme."

En examinant les compte-rendus originaux de la tragédie, j'ai appris ce qui suit:

1. Les deux hommes dans la tour de Godman ont été rejoints par cinq officiers tandis que la poursuite était en cours. Aucun des sept hommes n'était d'accord sur leur description de la chose dans le ciel. L'un l'a décrit comme "un cône de crème glacée incliné avec du rouge," une description qui a été prise dans le rapport de l'Armée de l'Air comme étant la même que celle de tous les observateurs. En fait, les autres descriptions ont varié considérablement: "rond et blanc," "énorme et argenté ou métallique," "petit objet blanc," "un quart de la taille de la pleine lune, "un dixième de la taille de la pleine lune."

2. L'un des aviateurs n'a jamais vu la chose du tout. Il a transmis par radio: "Que diable sommes-nous en train de rechercher?" Quand l'autre a atterri, il l'a décrit comme "ressemblant à un reflet dans la verrière."

3. Il n'y avait presque aucun accord parmi les sept hommes écoutant le haut-parleur de la tour de contrôle quant à ce que Mantell a réellement indiqué. Seul l'un d'eux a dit qu'il a entendu Mantell décrire l'OVNI comme "métallique et de la taille énorme."

Le Projet a appris plus tard qu'il y avait un énorme ballon Skyhook à proximité. Il a été repéré plus tard au sud-ouest de Louisville par deux observateurs avec des télescopes, et a été identifié comme ballon. Une telle identification devrait avoir éjecté la planète Vénus hors des spéculations de l'Air Force.

Pourquoi est-ce qu'un pilote expérimenté comme Mantell chasserait un ballon? Les Skyhooks étaient nouveaux à ce moment-là donc il a pu ne pas connaître leur existence. Pour lui un ballon était un des petits modèles de ballons météo fréquemment lancés depuis les terrains d'aviation.

Qu'est-il arrivé à son avion? Pourquoi l'épave a-t-elle été dispersée au-dessus d'un secteur si large s'il n'avait pas été mis en pièce par une soucoupe hostile?

L'épave a prouvé que l'avion était équilibré pour s'élever. Mantell n'avait pas eu d'oxygène à bord, et il était à près de 20.000 pieds - presque de quatre miles d'altitude quand ses équipiers ont abandonné la montée. Il est probable qu'il ait perdu connaissance à cause du manque d'oxygène. A une certaine altitude plus élevée, la puissance de l'avion chuterait, et le F-51 se stabiliserait avec un homme sans connaissance aux commandes. Le couple du moteur le tirerait dans un virage lent vers la gauche, dans un piqué peu profond, puis une descente de plus en plus raide avec la motorisation. Quelque part pendant le piqué rapide, l'avion a atteint des vitesses excessives et a commencé à se briser en plein air...

(Dans une lettre à TRUE sur ce point, le Capitaine William B. Nash a écrit: "en tant que pilote, Ruppelt devait savoir qu'il a écrit une pure bêtise quand il a dit du cas de Mantell, "le couple du moteur l'entraînerait dans un virage lent vers la gauche, dans un piqué peu profond, puis une descente de plus en plus raide avec la motorisation. Quelque part pendant le piqué rapide, l'avion a atteint des vitesses excessives et a commencé à se briser en plein ciel." N'importe quel Dilbert sait qu'à mesure que quand la vitesse d'un avion augmente sa portance augmente, et le nez de l'avion se redresserait jusqu'à ce que la vitesse ait diminué encore et le nez plonge une fois de plus pour prendre de la vitesse et remonter, de ce fait créant une oscillation ou une spirale, et non un "piqué" L'avion pourrait tourner ou spiraler au lieu d'osciller, mais une rotation est une manoeuvre de décrochage, et les avions ne tombent pas en morceau lors d'un décrochage. Cette oscillation se produirait probablement tout particulièrement si l'avion avait été réglé pour s'élever... et... Ruppelt indique, "l'épave a prouvé que l'avion était réglé pour s'élever."

Classique Numéro Deux - le "duel entre l'avion et la soucoupe." Il est énuméré comme le seul cas de "combat" entre un avion et une soucoupe. En fait, il y avait trois autres tels cas.

Le pilote était George F. Gorman, un second lieutenant de 25 ans de la Garde Nationale de l'Air du Dakota du Nord. Le 1er octobre 1948, commençant à 21:00, il a pourchassé une lumière apparemment non portée par une structure pendant 27 minutes dans son F-51 rapide. Il a décrit l'OVNI comme une "petite balle de lumière blanche claire, entre six et huit pouces de diamètre." Pendant quelque temps elle a clignoté entre marche et arrêt, ensuite elle a paru prendre de la puissance et était restée incandescente. Gorman a poussé son F-51 à ses limites et ne pouvait pas la rattraper. Il a rapporté qu'elle a fait un virage qu'il ne pouvait pas suivre et est venue deux fois sur lui dans ce qui a semblé ressembler à des attaques. Les deux fois, il a plongé avec son avion pour sortir du cours de collision. Le "duel" s'est étendu de la basse altitude jusqu'à la hauteur de 17.000 pieds, et la lumière finalement a filé directement vers le haut et a disparu.

"J'ai eu l'impression distincte que ses manoeuvres ont étaient commandées par pensée ou raisonnement, " Gorman dit.

Quatre autres observateurs de Fargo ont partiellement corroboré son histoire. Un oculiste, le Dr A. D. Cannon était près du terrain dans son avion avec un passager, Einar Neilson. Ils ont vu une lumière "se déplacer rapidement," mais n'ont pas été témoin de toutes les manoeuvres que Gorman a rapportées. Deux employés de la CAA, au sol, ont vu une lumière faire mouvement au-dessus du terrain en une occasion.

Voici les autres cas de "duel aérien":

Le 21 juin 1952, à 22:58, un observateur du corps des observateurs au sol a rendu compte de ce qu'un engin se déplaçant lentement s'approchait d'une de nos installations d'énergie atomique. Un F-47 de patrouille dans le secteur a été dirigé vers lui visuellement, a repéré une lumière et s'en est rapproché. Ils ont "combattu " de 10.000 à 27.000 pieds et plusieurs reprises l'objet a fait ce qui a évoqué des attaques frontales. La lumière a été décrite comme blanche, de 6 à 8 pouces de diamètre, clignotant jusqu'à ce qu'elle ait mis la gomme. Le pilote n'a pas pu voir la moindre structure attachée à elle. La similitude avec le cas de Fargo était frappante.

Dans la nuit du 10 décembre 1952, près d'une autre installation atomique, le pilote et l'observateur radar d'un F-94 en patrouille ont repéré une lumière alors qu'ils volaient à 26.000 pieds. Ils ont vérifié et on leur a dit qu'aucun avion n'était connu pour être dans le secteur. Ils se sont rapprochés de l'objet et ont vu une grande "chose" ronde avec une lumière faible, rougeâtre venant de deux "fenêtres." Ils ont perdu le contact visuel, mais ont obtenu un verrouillage radar. Ils ont rapporté que quand ils ont essayé de se rapprocher à nouveau, il a inversé sa direction et s'est laissé tomber hors de portée. Plusieurs fois, l'avion a changé son cours lui-même parce que la collision a semblé imminente. Il y avait une couche de nuages au-dessous, qui éliminaient la possibilité de réfraction de lumières au sol.

L'autre "duel" s'est produit le 24 septembre 1952, entre un pilote de TBM de l'US Navy et une lumière au-dessus du Cuba. Il y a eu une suite qui a révélée quelques informations fascinantes sur les illusions que l'oeil humain censément objectif peut concevoir.

Le pilote avait juste fini de faire quelques passages d'entraînement pour chasseurs de nuit quand il a repéré une lumière orange à l'Est de son avion. Il a vérifié la présence d'avions dans le secteur, a appris que l'objet n'était pas identifié, et s'est mis à sa poursuite. Voici son rapport, écrit juste après qu'il a atterri:

"Pendant qu'elle (la lumière) approchait la ville depuis l'Est, elle a entrepris un virage à gauche. J'ai commencé l'interception. Pendant la première partie de la chasse, le meilleur rapprochement que j'ai pu effectuer était de 8 à 10 miles. A ce moment elle a semblé être aussi grande qu'un SNB et avait eu une queue verdâtre qui a semblée être cinq à six fois plus longues que le diamètre de la lumière. Cette queue a été vue plusieurs fois dans les 10 minutes suivantes en quelques périodes de 5 à 30 secondes chacune. Quand j'ai atteint 10.000 pieds elle a semblé être à 15.000 pieds et a fait un virage à gauche. Il a fallu se mettre à 40 degrés d'inclinaison pour garder le nez de mon avion pointé sur la lumière. A ce moment j'ai estimé que la lumière devait être dans une orbite de 10 à 15 miles."

"A 12.000 pieds, j'ai cessé la montée, mais la lumière s'élevait toujours plus rapidement que je ne le faisait. J'ai alors changé mon virage de gauche en un virage à droite et la lumière a fait de même. Comme je ne gagnais pas de distance, j'ai tenté un cours régulier vers le Sud pour estimer une perpendiculaire entre la lumière et moi-même. La lumière se déplaçait au Nord, donc j'ai tourné vers le Nord. Pendant que je tournais, la lumière a semblé se déplacer à l'Ouest, puis au Sud au-dessus de la base. J'ai encore essayé de l'intercepter mais la lumière a semblé s'élever rapidement à un angle de 60 degrés. Elle s'est élevée à 35.000 pieds, et a alors commencé une descente rapide."

"Avant ceci, alors que la lumière était toujours à approximativement 15.000 pieds, je l'ai délibérément placée entre la lune et moi-même trois fois pour tenter d'identifier un corps solide. Moi, et mes deux hommes d'équipage, ont tous eu une bonne vue de la lumière pendant qu'elle passait devant la lune. Nous ne pouvions voir aucun corps solide. Nous avons considéré le fait que ce pourrait être le ballon d'un aérologue, mais nous n'avons pas vu de silhouette. En outre, nous nous serions rapidement rattrapés par rapport à un ballon."

"Pendant sa descente, la lumière a semblé ralentir à environ 10.000 pieds, lorsque j'ai fait trois passages sur elle. Deux étaient sur un cours de collision à 90 degrés, et la lumière a voyagé à une vitesse énorme à travers mon arc. A la troisième course j'étais si proche que la lumière a masqué le terrain d'aviation au-dessous de moi. Soudainement elle a commencé un piqué et j'ai suivi, la perdant à 1.500 pieds."

Quand il a atterri, quiconque aurait essayé de le lui dire qu'il avait pourchassé un ballon météo éclairé aurait passé un sale moment. Vingt-quatre heures plus tard, il était convaincu qu'il avait pourchassé un ballon.

La nuit suivante, un ballon éclairé a été envoyé vers le haut et le pilote a reçu l'ordre de comparer ses expériences. Il a reproduit son "duel" - les illusions et tout. La Navy nous a fourni une longue analyse de l'affaire, expliquant comment le pilote avait été dupé. Elle est recommandée à quiconque pense qu'un pilote expérimenté ne peut pas être dupé par ce qu'il voit.

Dans chacun de nos quatre cas des " duels ", y compris Gorman, il était connu qu'un ballon se trouvait à proximité.

L'équipe du Projet Blue Book a presque obtenu la satisfaction de son désir
pour des "OVNIS qui nagent" quand cette photo a été présentée.
Pris par Jerry Ross ("je ne crois pas aux soucoupes volantes," a-t-il insisté.
Seattle, janvier, 1966. La photo a dérouté tous les experts.
Projet Blue Book - Photo USAF

Dans le cas impliquant l'observateur au sol et le F-47 près de l'installation atomique, nous avons tracé les vents et avons calculé qu'un ballon était exactement à l'endroit où le pilote a rencontré la lumière.

Dans l'autre exemple, avec "l'objet blanc avec deux fenêtres," nous avons constaté qu'un ballon Skyhook avait été tracé à l'emplacement exact de la "bataille."

Pourquoi des pilotes expérimentés ne peuvent-ils pas identifier un ballon quand ils en voient un? S'ils volent la nuit, les choses impaires peuvent arriver dans leur champ de vision. Il y a le problème du vertige, comme la désorientation venant du fait de voler ans points de référence. Les chasseurs de nuit ont rapporté des douzaines d'histoires où ils ont constaté qu'ils avaient été trompés par des lumières.

Dans la nuit du 24 novembre 1951, il y avait eu un autre incident, avec des observations multiples. Cela a commencé quand une tour de contrôle de la CAA dans le Sud du Michigan a indiqué au service des vols de l'Armée de l'Air qu'un équipage de ligne aérienne avait vu un objet énorme avec des flammes bleuâtre-blanches allant vers le sud-ouest à une vitesse extrêmement grande. A peu près au même moment, un déluge d'autres rapports est arrivé, du personnel de l'Armée de l'Air à Selfridge AFB, au nord de Detroit, d'un soldat en congé à Battle Creek, d'une autre tour de la CAA, des adjoints d'un certain shérif. Tous ont rapporté la même sorte d'objet allant dans la même direction. La plupart d'entre eux l'ont décrit comme étant en forme de fusée. L'un d'eux, un pilote expérimenté, était sûr que cela avait été un missile du type V-2. Tout ces observateurs - dispersés en des points différents - ont rapporté la chose comme étant "à environ quatre miles à l'Est." Elle s'est avérée être un très grand météore passant au-dessus des états de la Nouvelle Angleterre; nous avons vérifié cela avec les observateurs expérimentés de météore et l'heure collait à la virgule près. J'ai parlé à un certain nombre de témoins plus tard et ils sont restés fermes dans leur croyance qu'ils avaient vu une quelque chose d'autre qu'un météore.

C'est folklore populaire parmi les amateurs les plus fanatiques des soucoupes qui a soit gâché soit délibérément saboté la recherche sur les soucoupes. Nos critiques les plus hargneux prétendaient qu'une soucoupe pourrait atterrir à dix pieds d'un homme du Projet Blue Book, et qu'il tournerait le dos et s'éloignerait. Frank Scully indique, "il est grand temps que l'Armée de l'Air arrête de bidouiller la question des soucoupes et confie la recherche à un groupe civil compétent."

C'est non-sens total, naturellement, d'accuser le Projet Blue Book de ne pas vouloir vérifier l'existence des soucoupes. Si elles viennent de l'espace, le premier homme qui s'emparera de la preuve restera dans l'histoire plus longtemps que Christophe Colomb. On se rappellera de lui quand des personnages aussi mineurs que des présidents des Etats-Unis auront été oubliés depuis longtemps.

Chaque fois qu'une bonne observation est arrivée au Projet Blue Book, vous pouviez sentir une excitation réprimée dans le personnel, un non-dit "peut-être que c'est le cas."

Voici ce que le livre bleu a fait dans ses efforts pour trouver des faits sur les soucoupes volantes. Pratiquement toutes les preuves avec lesquelles nous avons dû travailler étaient les rapports des témoins. Peu de temps après que j'ai commencé à diriger le Projet, nous avons commencé à préparer un questionnaire modèle qui obtiendrait la quantité maximale de données des témoins. S'il y avait un pattern dans les histoires de soucoupe, nous voulions le trouver.

Le projet avait essayé de multiples sortes de questionnaires dans le passé. Nous avons rassemblé tous ces derniers, ainsi qu'un échantillonnage de rapports de témoins. Nous avons apporté ce matériel au service de psychologie d'une université de Midwest qui est connue pour l'excellence de ses questionnaires statistiques. Nous avons réuni un groupe d'ingénieurs, physiciens, mathématiciens, des astronomes et des psychologues pour énumérer les questions auxquels ils voudraient avoir des réponses. Le projet a également énuméré les choses qu'il voulait savoir. Puis les psychologues ont déterminé s'il était réaliste de s'attendre à ce qu'un témoin oculaire réponde à toutes les questions et si oui, comment elles devraient être exprimées.

Quand nous avons fait le tour de tout ceci, nous avons employé le résultat comme modèle d'essai, et l'avons envoyé à plusieurs centaines de témoins de soucoupes. Quand les rapports ont été retournés, nous avons encore mis à jour les questionnaires, de la façon dont ils avaient été remplis. Le résultat est le questionnaire standard que Blue Book utilise de nos jours.

Le questionnaire comportait huit pages et avait 68 questions. Il avait été piégé en plusieurs endroits pour nous fournir une contre-vérification sur le sérieux du témoin rapporteur. Nous avons reçu un certain nombre de questionnaires remplis d'une manière telle qu'il était évident que le signataire avait utilisé son imagination.

A partir de ce questionnaire standard, le Projet en a concocté deux de plus. L'un traitait les observations d'OVNIS par radar, l'autre les observations faites à partir d'un avion.


Guy B. Marquand, Jr. de Riverside, en Californie,
avait soumis ceci comme un OVNI bona fide le 23 novembre 1951.
Interviewé le 24 mars 1952 par l'Air force,
Marquand a reconnu que tout ceci était une farce.
Cela avait débuté comme une blague qui a échappé à son contrôle quand la presse s'en est emparée, a-t-il dit.
L'objet était la jante de la roue d'une Ford 1937.
Projet Blue Book - Photo USAF

A l'instigation du Projet Blue Book, l'Armée de l'Air avait envoyé des ordres à chacune de ses installations dans le monde, les éduquant sur le reportage des "soucoupes." Des rapports immédiats devaient être faits par télégramme à l'ATIC, énumérant les données de base telles que l'heure, la date, l'endroit, la description de l'objet, les noms des observateurs, etc... Ces rapports initiaux devaient être suivis par des rapports écrits détaillés. Le Projet Blue Book a également reçu autorité pour la communication directe avec n'importe quelle installation aux Etats-Unis, permettant ainsi beaucoup de raccourcis et d'accélération des investigations.

Ce règlement de l'Air Force, malheureusement, a été publié le jour même où le magazine Life a sorti une histoire de soucoupe volante qui a renversé son attitude précédente et a considéré la question avec sérieux. Beaucoup de gens ont additionné deux et deux et ont obtenu six. L'histoire a circulé que Life "préparait le public à entendre la vérité" tandis que le nouveau règlement de l'Armée de l'Air "alertait les militaires." En fait, c'était une coïncidence.

Nous avons obtenu la coopération des astronomes partout dans le pays. Une masse d'entre eux a été questionnée au sujet de si, dans leur observation constante des cieux à les télescopes géants, ils avaient jamais vu quoi que ce soit qui ait ressemblé à un vaisseau spatial. La réponse était non. Il y a également un certain nombre de stations à travers les Etats-Unis, où des photographies de caméras automatiques sont prises du ciel à intervalles régulier chaque nuit de l'année pour aider à repérer les météores. Nous avons demandé à ces personnes si leurs caméras avaient jamais attrapé quoi que ce soit qui ait ressemblé à une soucoupe volante. La réponse était non. Les astronomes et les photographes du ciel ont été invités à informer le projet s'ils repéraient jamais quoi que ce soit d'inhabituel. Ils ne l'ont jamais fait.

Le Dr J. Allen Hynek expliquera qu'en privé, les astronomes s'intéressent aux OVNIS, et certain en ont vus. Mais en public, cela ne se dit pas. Le professeur Sturrock refera la même constatation bien plus tard.

Nous avons envoyé quatre-vingts appareils photo spéciaux aux endroits où il y avait eu un nombre élevé d'observations en un effort pour obtenir nos propres images. Chaque appareil photo avait eu deux objectifs, dont l'un était équipé d'un réseau de diffraction pour séparer la lumière en ses composantes et pour donner ainsi un indice sur la source de lumière - si elle venait de la queue d'un jet, d'un ballon, ou de qui? Nous avons eu beaucoup d'ennui avec les appareils photo, et avons seulement obtenus cinq ou six images, qui étaient sans valeur. La sensibilité des objectifs était trop basse. Les appareils-photo ont été rééquipés, et l'Armée de l'Air les a récemment redistribués.

Nous n'avons pas compté seulement sur nos propres ressources dans notre tentative de démêler l'énigme des OVNIS. En janvier 1952, le Colonel Frank Dunn, alors chef de l'ATIC, a décidé que nous devrions employer plusieurs scientifiques compétents en tant que conseillers, pour nous aider à recueillir certaines informations techniques, pour rééxaminer des "inconnus" exceptionnels, pour revoir nos conclusions et pour suggérer de futures lignes de conduite. Les noms de ces personnes n'ont été jamais été rendus publics, et il est peu probable qu'ils le seront. Le projet a appris assez tôt que la publication de n'importe quel nom en liaison avec des histoires de soucoupe générait un déluge de courrier, d'appels téléphoniques et de visites de fêlés.

Le commentaire invariable des scientifiques qui ont examiné les données du projet était qu'elles n'offraient pas assez d'information pour une évaluation. Plusieurs centaines de gens de toutes les différentes sortes, ont dit qu'elles avaient vu quelque chose qu'elles ne pouvaient pas expliquer, sous une grande variété de circonstances. Que faire à partir de cela?

Des disques blancs photographiés le 15 août 1950
à Great Falls, Montana, par Nicholas Mariana
Projet Blue Book - Photo USAF

Le nouveau questionnaire et l'Armée de l'Air sont arrivés à une période de chance, juste avant l'énorme accroissement des observations en 1952. Vers la fin de l'année nous avons eu une collection bien meilleure de données - à la fois en quantité et en qualité - et nous avons décidé d'appeler à une conférence d'une semaine de scientifiques pour mieux les examiner et pour nous dire ce qu'ils en pensaient.

Ils se sont réunis au début de 1953. Comme nos conseillers, ils ne peuvent pas être nommés, et pour les mêmes raisons. Mais le groupe se composait de certaines des meilleures personnes de la nation en astrophysique, recherche opérationnelle, renseignement, physique et psychologie.

D'abord nous leur avons donné un briefing complet sur le fonctionnement du Projet, sur nos méthodes d'évaluation, sur nos conclusions et comment nous sommes arrivés à celles-ci. Quand nous avions terminé, ils ont examiné de manière approfondie les "meilleurs" des cas d'OVNI que le Projet n'avait pas été capable d'expliquer. Ils ont regardé des films, ont regardé des photographies des "soucoupes" et ont entendu des rapports de spécialistes sur les radars et l'interprétation des photos.

A la fin de la semaine, ils ont unanimement conclu que nous n'avons rien eu rien qui se soit avéré prouver - ou même suggérer - que le moindre genre de véhicule ait violé l'espace aérien des Etats-Unis. Il y avait des discussions que probablement un certain nouveau phénomène naturel causait quelques observations, mais ceci était évalué comme douteux.

Sur la possibilité d'émissaires de l'espace, ils ont fait cette déclaration:
"Nous, en tant que groupe, ne pensons pas qu'il soit impossible qu'un autre corps céleste soit habité par des créatures intelligentes. Nous ne pensons pas non plus qu'il soit impossible que ces créatures pourraient avoir atteint un tel état de développement qu'elles puissent visiter la terre. Cependant, il n'y a rien dans tous les prétendus rapports de "soucoupes volantes" qui indiqueraient ne serait-ce que vaguement que ceci ait lieu."

Ce groupe a vu, et à rejeté comme preuve de l'existence des soucoupes, le film controversé de Tremonton.

Ces images avaient été prises à 11:10 du matin le 2 juillet 1952, à quelques miles hors de Tremonton, Utah, par l'Officier de Garantie Delbert Newhouse, un photographe de l'US Navy. Il conduisait dans sa voiture avec son épouse quand ils ont vu quelques objets blancs faire des cercles dans le ciel bleu. Newhouse a sorti sa caméra 16 millimètres Bell et Howell, et tiré 40 pieds de film. Après qu'il ait fait développer le film, il l'a envoyé au Projet Blue Book pour analyse.

Je me suis assis pour quatre-vingt dix-sept projections du film. Quand je l'ai vu la première fois, j'ai été impressionné près, et embarrassé. Il montre plusieurs groupes de taches blanches orbitant contre le ciel bleu de l'Utah. Il n'y a aucun point de référence, seulement les taches mobiles et le ciel. Vers la fin du film, une des taches s'est éloignée des autres, et Newhouse avait fait un panoramique pour le suivre. Quand il est revenu en arrière, a-t-il rapporté, les autres taches avait disparues.

J'ai envoyé le film au Pentagone, où il a été reçu par le Major Dewey Fournet, homme de liaison pour l'ATIC. Fournet, un excellent ingénieur, soutient fortement la théorie que les soucoupes sont réelles et viennent de l'espace. Il a depuis quitté le service et est dans l'industrie privée dans le Texas. Il a été énormément excité par les films. Les films ont été inspectés par un groupe de hauts officiers au Pentagone et ont été envoyés de nouveau à Dayton pour analyse par le laboratoire de photo de l'Armée de l'Air. Le laboratoire les a examinés et a signalé qu'il n'y avait aucune preuve de fraude, et que les objets n'étaient pas des ballons sphériques. C'était le consensus pour tous ceux qui ont regardé les films, par ailleurs, qu'ils n'étaient pas un canular, qu'ils ont prouvé que Newhouse et son épouse avaient vu quelque chose. Nous avons décidé de les envoyer au laboratoire photo de l'US Navy pour davantage d'évaluation. Ils ont été emmenés là par Fournet, et j'ai appris qu'il a donné un sacré travail aux techniciens de la Navy.

La Navy les a soumis à une analyse intense, impliquant des milliers d'heures-homme de travail, et a proposé un rapport étonnant. Le sens profond de leur évaluation était que le film était authentique, et que les objets n'étaient pas des oiseaux, des ballons, des avions, ou quelque chose de terrestre. Ils ont examiné le film, image par image, et ont analysé la densité de la lumière sur chaque objet. Ils ont rapporté que les objets ont semblé tourner dans trois groupes, avec chaque lumière augmentant en brillance, puis diminuant, disparaissant et revenant comme si elle tournait autour d'un axe.

Sur le groupe de scientifiques qui les ont inspectés plus tard se trouvaient quelques hommes avec d'excellentes réputations dans le domaine de l'analyse de photos astronomiques. Ils ont regardé le film un certain nombre de fois, et ont interrogé les analystes la Navy de près au sujet de leurs méthodes d'évaluation. Ils ont conclu que la méthode de mesure de la densité de la lumière de la Navy avait été défectueuse, et que les conclusions qui en étaient tirées étaient donc défectueuses. Ils ont proposé que l'étude de totalité soit refaite par de nouvelles méthodes avant l'analyse ne soit publiée.

Dans ce panel il y avait un certain nombre de personnes qui étaient convaincus que les objets étaient des mouettes montants sur un courant thermique. Cette théorie également avait été avancée par d'autres personnes au courant des mouettes, qui avaient vu le film plus tôt. La décision finale des experts était que le film n'a pas justifié de grandes dépenses de temps ni d'une deuxième analyse.

A cette époque, je doutais de l'explication des mouettes. Mais plus tard, alors que j'étais à San Francisco sur une enquête, j'avais vu un groupe de mouettes montant un jour lumineux au-dessus de la baie. J'ai été étonné par la similitude entre le spectacle devant mes yeux et le film que j'avais vu presque 100 fois.

Objet en forme de casquette de baseball
pris par Virgil L. Welch, 12 oct.1959 à Elko, Nev.
Evaluation: canular.
Projet Blue Book - Photo USAF

Le projet a reçu trois autres films qui ont obtenu une attention considérable. L'un, en couleurs, avait été pris à Great Falls, Montana, et montré deux taches brillantes de lumière filant à travers le ciel et passant derrière un château d'eau. Deux F-94 étaient dans le secteur, et les lumières pourraient avoir été des réflexions du soleil sur ces jets, mais nous ne pouvions arriver à aucune conclusion définie.

Les deux autres films avaient été faits à la zone de tests de White Sands avec des théodolites cinématographiques Askania - des caméras de poursuite scientifiques pour suivre les missiles guidés. Le premier a été fait le 27 avril 1950. Peu de temps après qu'un missile ait été mis à feu et était monté dans la stratosphère et retombé, quelqu'un a repéré un objet dans le ciel. Les théodolites étaient connectés par un interphone, et plusieurs stations ont été chargées d'essayer d'obtenir des images. Malheureusement, seulement une caméra a pu filmer. Les images ont montré un flou et foncé, pas très bien défini. Il se déplaçait.

Le 29 mai 1950, après que la nouvelle des premières images se soit répandue et que les stations étaient plus alertes, un autre objet a été aperçu juste avant qu'un missile n'ait dû être mis à feu. Une deuxième station a été appelée, et elle a signalé qu'ils pouvaient également voir l'objet visuellement. Les deux stations se sont jetées dans l'action, et ont pris des images. Lorsque le film fut développé, il s'est avéré que chacune avait pisté le cheminement d'objet clairs et ponctuels différents, et là encore nous n'avons eu aucune triangulation. Quels que soit ce que les points aient été, ils étaient impossibles à évaluer.

En raison de ces incidents, l'Armée de l'Air a mis en route le "projet Twinkle," deux Askanias qui seraient utilisées 24 heures sur 24. Le projet a fonctionné pendant une année et n'a pas obtenu une seule image. C'était la première installation dans un secteur où il y avait eu beaucoup d'observations de "soucoupes," mais dès qu'elle a été fonctionnelle, les observations se sont arrêtées et nous avons commencé à obtenir une masse d'observations dans un autre secteur à environ 100 milles de distance. Après des mois d'inaction, les Askanias ont été déplacés vers cette zone, sur quoi les observations se sont arrêtées là et ont repris à l'emplacement original.

Quand j'ai raconté cette histoire à un fana certifié des soucoupes, plus tard, il a eu une explication immédiate, "naturellement," a-t-il dit, "les soucoupes vous observaient, les gars."

Nous étions toujours à la recherche de "hardware" - n'importe quelle sorte d'objet réel qui pourrait peut-être avoir chuté, avoir été perdu ou volé d'une soucoupe. Nous avons obtenu une variété de choses que les gens nous ont dits être tombées du ciel et nous les avons toutes faites analyser. Parmi eux il y avait quelques scories de Virginie, une poignée en aluminium de Washington D. C., et un bout de marbre couvert de goudron venant de l'Illinois.

Une fois qu'un Texan avait signalé que quelque chose avait clignoté à travers le ciel et avait plongé dans la glace dans un étang de sa ferme. Les investigateurs sont sortis avec les tubes creux et ont sondé dans la vase sous le trou déchiqueté dans la glace. Ils m'ont envoyé un échantillon de la coupe de leurs tuyaux qui les avait troublés. Il s'est avérée que c'était de l'engrais de vache.

Nous avons naturellement tendu à donner plus de créance aux observations d'un groupe de témoins qu'à celle d'un observateur unique. Une personne peut avoir des taches devant ses yeux ou des hallucinations, mais elles ne seront pas vues par un ami. Cette règle pragmatique élémentaire a eu comme conséquence un témoin de soucoupe risquant son heureuse maisonnée dans son effort pour nous convaincre.

Nous avons obtenu un rapport, d'une ville que je vais laisser inconnue, de ce qu'un citoyen était assis dans sa voiture quand il a été dépassé par une soucoupe volante. Nous avons écrit en réponse à l'officier du renseignement à qui le rapport avait été rédigé et lui avons demandé s'il y avait n'importe quelle confirmation, précisant qu'une histoire non confirmée était... une histoire sans confirmation.

"Ecoutez, Monsieur," a dit le citoyen à l'officier. "Je ne suis pas le seul qui l'a vu. Il y avait une femme avec moi, et elle l'a vu aussi. Le problème est qu'elle n'était pas mon épouse." C'était le seul cas que nous avons reçu d'une soucoupe volante descendant l'Allée des Amoureux.

En raison d'une pléthore d'incidents de soucoupe qui se sont avérés être des ballons, nous avons essayé d'installer un système qui nous fournirait des informations sur chaque ballon dans le pays. Ce projet complexe a donné quelques résultats, mais a expliqué seulement un petit pourcentage des inconnus.

Nous avons obtenu des rapports de soucoupe volante venant d'un assortiment de toutes sortes d'origines - un bidon d'essence éclatant dans une décharge publique, des assiettes en carton prise dans un vent ascendant, des insectes silhouettés contre le soleil. Des oiseaux volant au-dessus d'un secteur bien éclairé, comme un terrain de sport la nuit, ont causé de nombreux rapports "d'objets incandescents."

Nous étions toujours alpagués par des experts auto-proclamés. Chaque non-croyant avait toujours eu une certaine théorie révolutionnaire qui donnait une pseudo-explication à chaque soucoupe dans le pays. Invariablement, c'était quelque chose à quoi cinquante autres personnes avaient déjà pensé des années avant. Pour une raison ou une autre, il y avait beaucoup de généraux chez les militaires qui "savaient ce que sont les soucoupes." Ils nous indiquaient que chaque observation était juste une réflexion sur la verrière d'un avion, et puis entraient dans de longues anecdotes au sujet de leurs propres expériences avec des réflexions de verrière. Chaque fois qu'ils étaient plus haut placés que nous dans la hiérarchie, nous écoutions avec soin et essayions de hocher de la tête aux moments les plus indiqués.

A peu près au bout de la quinzième fois qu'un membre de la hiérarchie a commencé à dévoiler la théorie de la réflexion sur la verrière, je me suis rebellé.

"Ecoutez, sir," ai-je dit, "que dites-vous des milliers d'observations depuis le sol par des gens qui ne sont pas dans un cockpit?"

"Hmmm," fit le théoricien aux deux étoiles, "je n'avais jamais pensé à cela."

La variété des OVNIS, les nombreuses différentes circonstances dans lesquelles ils étaient observés - dans la lumière du soleil, à l'aube, le soir, depuis des avions, depuis le sol, par radar, par des témoins multiples - aurait dû avoir éliminé toutes les tentatives de les écarter par une théorie unique. Mais les gens ont continué à essayer.

Le professeur Donald H. Menzel, dans un livre intitulé "Soucoupes Volantes - histoire, mythe, faits," a essayé une explication simple pour les 20 pour cent d'inconnus obstinés que le projet ne pouvait pas expliquer. Sa théorie était que "ce résidu mystérieux comprend les bizarreries et les étrangetés du système optique météorologique: les mirages, les réflexions dans la brume, la réfraction et les réflexions des cristaux de glace."

Son explication n'a pas expliqué les nombreux cas où il y avait un écho de radar simultané avec une observation visuelle d'un OVNI. Les mirages et les réflexions peuvent duper l'oeil nu, mais ils n'apparaissent pas simultanément sur un écran de radar.

Sur l'une des séries d'OVNIS spectaculaire qui semblait devoir avoir une explication météorologique, l'explication s'est effondrée. C'était la bande d'aérolithes verts qui sont apparus dans le Sud-Ouest.

Ils ont causé un souci considérable parce qu'ils ont apparu dans des nombres considérables autour des installations essentielles de la Commission de l'Energie Atomique à Los Alamos et à Sandia. Ils ont tout montré les mêmes caractéristiques et ont été vus par des centaines de personnes, y compris de nombreux techniciens et scientifiques de très haut niveau du gouvernement.

Ils étaient grands, souvent décrits comme aussi grands que la pleine lune, mais plus lumineux, et vert-clair de couleurs. Ils ont volé à des vitesses énormes et à de basses altitudes apparentes. Un pilote de ligne aérienne à l'ouest d'Albuquerque a fait faire un écart à son avion, jetant presque les passagers hors de leurs sièges, dans sa crainte de ce qu'il allait en percuter un. Ils ont commencé à apparaître en décembre 1948, et ont eu leur plus grande nuit le 5 décembre, quand les équipages de deux avions civils et un avion militaire et des observateurs au sol les ont aperçus. Ils sont apparus sporadiquement après, et ont ensuite disparu. J'ai parlé à beaucoup de gens qui avaient vu les aérolithes, et ils doivent avoir été un spectacle impressionnant.

La théorie initiale évidente était qu'ils étaient des météores, et qu'ils étaient apparu dans une section précise du pays par un hasard de la loi des probabilités.

Le Dr Lincoln LaPaz, directeur de l'Institut des Météorites à l'Université du Nouveau Mexique, s'est fortement opposé à cette théorie. Il est une des autorités majeure au niveau mondial au sujet des météorites - et il avait vu les aérolithes verts. J'ai eu un long entretien avec lui en juillet 1952, et il a eu quelques raisons persuasives.

  1. La couleur n'était pas la bonne. Bien qu'il y ait des météores verts, la couleur décrite par des centaines de personnes était une nuance trop claire de vert.
  2. des météorites aussi basses et aussi lumineuses que les aérolithes verts seraient aussi bruyants que des bombardiers à réaction. Les étranges aérolithes étaient silencieux.
  3. Les aérolithes n'ont pas suivi la trajectoire d'un météore, qui se courbe vers le bas sous l'attraction de la pesanteur. Ils ont volé en ligne droite, d'un horizon à l'autre horizon.
  4. Le Dr LaPaz n'a jamais pu localiser le moindre fragment des aérolithes verts. Il avait une longue expérience pour le tracé des chemins des météorites, déterminant où elles éclataient et retrouvant des fragments. Et les témoins n'ont pas rapporté que les aérolithes éclataient.

J'ai entendu de nombreux rapports selon lesquels la teneur en cuivre de l'air dans la région du Nouveau Mexique a montré une augmentation marquée pendant l'invasion des étranges boules de feu vertes. Ceci a été rapporté catégoriquement comme un fait établi, par un magasin national. Nous avons diligemment essayé de le faire, mais n'avons pas pu authentifier cette histoire.

Sur les globes verts, le projet a laissé un vide, et les visiteurs du Sud-Ouest restent un grand point d'interrogation dans les dossiers de Blue Book. Mais quoi que le mystère vert aient été, il était un mystère séparé des classiques soucoupes volantes. Ils n'ont eu aucune caractéristique en commun avec les disques argentés sauf qu'ils volaient.


L'OVNI de J. Douglas Stewart a été capturé à 20:00 le 12 juillet 1965
à Athènes, Ohio, avec cinq témoins.
Projet Blue Book - Photo USAF

Tandis que notre expérience de la recherche augmentait, nous avons constaté que la fiabilité des rapports de soucoupe changeait inversement avec les détails que l'observateur rapportait. Les canulars ont étés presque toujours été marqués par une description riche. Quand un témoin pouvait nous indiquer exactement combien de rivets la soucoupe avait, nous commencions à vérifier son background.

Un matin quand nous sommes arrivés au travail nous avons trouvé un télégramme urgent venant d'une base des Services des Transports Militaires Aériens en Floride. Il parlait d'un chef scout qui avait été attaqué par une soucoupe et brûlé. L'incident avait eu trois scouts comme témoins, et l'officier local du renseignement avait fait un contrôle rapide de l'histoire et ne pouvait y trouver aucune faille. Il a rapporté que le chef scout a eu une bonne réputation pour sa fiabilité, ce qui était naturellement ce à quoi on pouvait s'attendre.

J'ai montré le rapport à mon supérieur à l'ATIC, le Colonel Frank Dunn, et il a approuvé une recherche sur le terrain. En 20 minutes nous avons eu un B-25 prêt avec deux pilotes. J'ai jeté quelques affaires dans un sac, obtenu le Lieutenant Robert Olssen, un investigateur de Blue Book, et nous nous dirigeons vers la Floride. Juste avant de partir, nous avons appelé la Floride et nous leur avons demandé à la fin de support de faire examiner les brûlures du chef scout par un docteur.

Nous avons atterri tard dans l'après-midi et avons passé en revue le cas avec l'officier du renseignement local. Il était joliment acquis à sur l'histoire de cet homme. C'était un compte rendu particulièrement détaillé, et quand j'ai entendu la chose entière, j'ai senti un canular.

Il a dit qu'il avait conduit une réunion de scouts dans le sous-sol d'une église, et à la fin de la réunion a entrepris de reconduire quatre des garçons vers leurs maisons. Il a déposé l'un d'entre eux, et s'est ensuite dirigé vers la ville voisine où les trois autres vivaient. Il a pris une route d'arrière-pays qui passait par un secteur peu aménagé. Ceci m'a frappé comme étrange, mais j'ai vérifié la carte et j'ai constaté que c'était l'itinéraire logique vers le domicile du premier scout qu'ils allaient déposer à la ville.

Ensuite, disait son histoire, il était aux alentours de 21:00. Ils ont conduit à travers une section sablonneuse avec des pins, il a vu certaines lumières descendre vers le bas dans les arbres et disparaître. La première pensée du chef scout était qu'un avion avait fait un atterrissage forcé. Les garçons n'ont pas vu les lumières, mais il leur en a parlé et a dit qu'il pensait qu'il devait aller voir. Les garçons avaient peur d'être laissés seuls dans la voiture, et il a commencé à reprendre la conduite quand il a regardé de nouveau dans les arbres et a vu quelque chose briller. Cette fois les garçons ont pensé qu'ils l'ont vu aussi. Le chef scout a décidé que c'était son devoir d'aller vérifier si un avion avait eu des ennuis.

Il avait la radio dans sa voiture, et un programme d'un quart d'heure venait juste de commencer. Il a dit aux garçons d'attendre jusqu'à ce que le programme se termine, et que s'il n'était pas revenu, ils devaient aller à une ferme non loin sur le chemin en bas de la route et ramener de l'aide. Prenant une lampe-torche et une machette, il s'est dirigé dans les bois.

Il trébuchait dans la nuit, gardant sa lampe dirigée vers le sol, jusqu'à ce qu'il soit arrivé à une clairière à une courte distance de la route.

"J'ai soudainement remarqué quelque chose d'étrange qui m'a effrayé," a-t-il dit. "J'ai senti une humidité, une chaleur moite sur mon visage. Cela n'avait pas l'air normal. En même temps j'ai senti une odeur légèrement piquante."

"J'ai fait un pas dans la clairière et la chaleur et l'odeur sont devenues plus mauvaise. Cela ressemblait au rayonnement d'un four. J'ai jeté un coup d'oeil vers le haut pour vérifier la position de l'étoile polaire. C'était une nuit dégagée et j'avais repéré l'étoile quand j'ai quitté l'automobile, pour m'orienter. Le ciel entier était noir."

"J'étais paralysé par la peur et j'ai dirigé ma lampe-torche vers le haut. Le faisceau s'est reflété sur le fond de quelque chose. Cela ressemblait à du linoleum couleur gris navire de guerre. Quoi que cela ait été, c'était si bas que j'aurais pu sauter et le toucher avec ma machette."

"J'ai reculé jusqu'à ce que je puisse revoir les étoiles. Alors j'ai dirigé la lampe-torche vers le haut à nouveau et j'ai pu voir l'objet en entier. Cela avait environ 30 pieds de diamètre, avec des choses sur le côté comme des ventilateurs. L'engin était en forme de dôme, avec un fond légèrement convexe. Pendant que je me reculais, la chaleur a diminué et je pouvais sentir l'air frais sur ma nuque."

"Soudainement j'ai eu le sentiment étrange que quelque chose m'observait. De la soucoupe, est venu le bruit de quelque chose qui se mouvait, du métal contre le métal, comme le son de l'ouverture d'une porte."

"Une boule rouge incandescente est apparue et a commencé flotter vers le bas vers moi. En un acte de réflexe, j'ai jeté mes bras en avant pour protéger mon visage, avec mes poings serrés au-dessus de mes yeux. J'ai été englouti dans une brume rouge et j'ai perdu conscience."

De retour sur la route, les scouts ont été de plus en plus effrayés, sont sortis de la voiture et ont couru à la ferme pour chercher l'aide. Le fermier a appelé la police d'état, qui a transmis par relais l'alarme au shérif. Deux adjoints sont arrivés sur la scène juste au moment où le chef scout revenait en trébuchant hors des bois.

"Il avait le regard le plus effrayé que j'ai jamais vu," m'a dit un des adjoints. Le chef scout a lâché son histoire fantastique aux adjoints et les a ensuite accompagnés de nouveau vers la clairière. Ils ont trouvé sa lampe-torche sur le sol, encore allumée, et un endroit avec de l'herbe écrasée où quelqu'un s'était couché.

Tout le groupe s'est rendu au bureau du shérif, où le chef scout a été examiné. Ils ont constaté que les dos de ses deux bras étaient roussis et que le dessus de sa casquette, une casquette de pêche ou de ski avec une longue visière - avait été roussi, également. Ils ont informé l'air Force.

Nous avons interrogé cause le chef scout longuement dans la soirée après que nous soyons arrivés. Il racontait une histoire cohérente. Quand nous avons eu terminé, il a demandé s'il pouvait en parler à tout le monde, ou s'il devait se taire sur l'événement? "C'est à vous de voir," lui ai-je dit. "L'Armée de l'Air n'essaye pas de censurer ces histoires."

Nous avons parlé à son employeur, qui a dit qu'il était un bon camarade. Le matin suivant nous sommes sortis sur les lieux et nous les avons ratissés pouce par pouce. La seule théorie que nous avons eue était qu'il avait été heurté par la foudre ou peut-être de la foudre en boule, mais il n'y avait là aucun signe de foudre ayant frappé le secteur.

Nous sommes revenus à la base et l'avons trouvée en plein tumulte. Le chef scout a eu un compte rendu sinistre dans le journal local. Il a rapporté que "les hauts fonctionnaires de l'Armée de l'Air de Washington" l'avaient interrogé. "L'Armée de l'Air et moi savons ce qu'était cette chose," poursuivait-il mystérieusement, "mais il ne m'est pas permis de dire parce que cela créerait une panique."

J'ai regardé Olssen et Olssen m'a regardé. "Zinzin," avons-nous avons dit simultanément.

Le chef scout savait que nous étions de Dayton, pas de Washington, que nous étions un capitaine et un lieutenant de l'Air Force, pas "de hauts fonctionnaires," que nous n'avions émis aucune théorie au sujet de la "soucoupe," et que nous lui avions dit qu'il pourrait parler librement. Dans l'après-midi nous avons appris qu'il s'était alloué un agent de presse. Ce soir là, nous avons creusé intensément dans son background, et le jour suivant nous avons volé de nouveau vers Dayton.

Nous avons rapporté son chapeau pour un contrôle au laboratoire. Ils ont rapporté des marques de roussissement particulières, comme s'il avait été brûlé par un fer chaud. Il y avait des secteurs pliés qui n'ont pas été roussis du tout. Le laboratoire a exprimé un gros doute de que le chapeau était sur la moindre tête quand il a été brûlé.

Nous avons envoyé quelques questions ici et là, et avons constaté qu'il y avait un background fort particulier pour un chef scout. Il avait raconté une histoire étrange au sujet de son service avec les Marines dans le Pacifique, où il avait débarqué seul sur des îles tenues par les Japs et en avait fait la carte pendant la nuit pour faciliter le débarquement des Marines.

Nous avons questionné les Marines et ils nous ont indiqué qu'il avait servi six mois et n'avait jamais quitté le pays. Il avait déserté, s'était retrouvé mêlé à un cas de vol de voiture, avait été éjecté du corps des Marines et avait fait de la prison. Nous avons vérifié l'établissement où il avait été incarcéré et avons appris qu'il était un personnage quelque peu instable, pour parler gentiment, avec une tendance à raconter des histoires. Il avait par le passé censément dit à la police de New York qu'il avait vu deux hommes jeter une femme d'un gratte-ciel et que le corps avait atterri à ses pieds. Serait arrivée une limousine noir, a-t-il dit, de laquelle ont sauté deux autres types qui ont ramassé le corps, l'ont jeté sur le siège arrière et ont filé au loin. La police est allée avec lui sur les lieux, et bien entendu il n'y avait pas le moindre cadavre là. Il n'y avait pas non plus la moindre trace de sang sur le trottoir, par ailleurs.

Nous avons informé le conseil des Scouts et avons expliqué l'histoire comme étant un canular. Le gaillard a continué à la raconter, cependant, et elle devenait meilleure d'heure en heure. Au bout d'un mois, la soucoupe avait acquis un monstre indescriptible, tellement horrible qu'il n'y avait aucun mot pour la décrire.

Plus tard nous avons eu une histoire bien plus fascinante "soucoupe avec équipage" venant d'une station de radar près de la frontière canadienne. Les deux hommes du radar ont fait quelques pas hors de leur cabanon une nuit et ont été étonnés de voir un grand OVNI incandescent bas dans les arbres à quelques miles de distance. Le générateur qui fournissait le courant au radar ne fonctionnait pas, et un des hommes a couru autour à la hutte Quonset pour le faire redémarrer.

Tandis qu'il était dans la hutte, la soucoupe a volé jusqu'au cabanon du radar et a stoppé, planant dans le ciel. Une porte coulissante s'est ouverte, et un petit homme, de 4 pieds de haut, est venu descendre quelques marches invisibles. Il était tout à fait remarquable, même pour un membre d'équipage de soucoupe: il avait deux têtes, l'une vieille et l'autre jeune. Avec le respect approprié pour l'ancienneté, la jeune tête a laissé la vieille tête parler.

"Puis-je s'il vous plait avoir de l'eau pour boire?" demanda le vieux chef à l'opérateur radar.

L'homme a bégayé qu'ils n'avaient pas d'eau, ce que l'enquête qui a suivie a en effet prouvé être la vérité. Le vieux chef l'a remercié poliment, et la créature a remonté les marches invisibles et s'est réintroduit dans la soucoupe, qui a volé de nouveau vers son position originale parmi les arbres. Un peu plus tard, la paire de radariste l'a signalée à plusieurs autres personnes, toutes l'ayant alors vu clairement. Ces autres témoins, cependant, insistaient sur le fait que c'était simplement la lune.

Un rapport formel a été rédigé à ce sujet et expédié à Dayton. Nous étions toujours en train de nous interroger à son sujet quand nous avons obtenu une note supplémentaire laconique de l'officier de renseignement local qui avait interrogé les hommes. Derrière le hangar du radar il avait trouvé deux caisses de bouteilles de bière vides. "Ignorer svp le rapport original," écrivait-it. "une mesure disciplinaire a été prise."

En général, nous n'avons pas prêté beaucoup d'attention aux rapports qui parlaient des équipages des soucoupe, qu'ils aient été de petits hommes, des monstres indescriptibles, ou des astronautes avec des juniors et aînées. A une occasion, la Virginie Occidentale avait proposé un rapport d'un monstre métallique qui a soufflait du gaz empoisonné sur quelques enfants. Nous avons reçu un appel téléphonique urgent au journal local, demandant quand nous viendrions faire une enquête. J'ai pris l'appel.

"Le monstre a-t-il une soucoupe?" ai-je demandé au reporter.

"Eh bien, il y en a qui parlent de quelques lumières qui ont été vues atterrissant à proximité, mais personne n'a localisé quoi que ce soit."

Je lui ai demandé comment le monstre a circulé, s'il avait marché ou avait volé.

"Les récits disent qu'il s'est écrasé dans les sous-bois," a dit le journaliste," donc je pense qu'il marche."

"S'il marche, c'est le problème de l'armée de terre," ai-je dit. "Rappelez-moi s'il se met à voler."

Nous n'avons jamais reçu cet appel, et le monstre s'est écrasé plus loin dans un des suppléments du journal du dimanche.


Le dessin illustre comment il est possible qu'un observateur prenne un ballon
pour une soucoupe volante quand le soleil est derrière l'horizon.
Quand le soleil est passé derrière l'horizon depuis assez longtemps pour que le soleil ne frappe plus le,
le ballon semble disparaître soudainement, ou "filer au loin,"
comme ne nombreux observateurs l'ont rapporté.
Projet Blue Book - Photo USAF

Les soucoupes ont frappé les premières pages en police de 96 points en juillet 1952, quand elles "ont survolé" Washington D.C. L'histoire a complètement pris l'Armée de l'Air au dépourvu et sa gestion de l'affaire a été catastrophique au-delà de tout ce qui est permis. Il a finalement fallu quelques généraux et une conférence de presse pour redresser la situation.

La vraie histoire des soucoupes de Washington National est bien différente de celle racontée ici. Ruppelt lui-même en révélera un peu plus dans son live, plus tard. Je vous raconterai bientôt l'histoire réelle... basée sur les fichiers du Projet Blue Book.

Cela a commencé peu de temps après neuf heures dans la nuit du samedi, 19 juillet quand le centre de contrôle du trafic aérien de l'aéroport National de Washington remarqué quelques cibles étranges sur leur écran de radar. Elles ont semblé être de l'aspect et de la taille de ceux d'avions, mais ils ne volaient pas comme il faut. Ils volaient à vitesse normale aux alentours, sans but, de 100 à 130 miles par heure, et disparaissaient alors soudainement - "dans un éclat de vitesse," rapporta ensuite le Boswells des soucoupes, arrangeant l'histoire comme il faut. Peu avant minuit, les contrôleurs radar de National Airport ont appelé la base aérienne de Bolling, juste de l'autre côté du fleuve Potomac, et ont demandé s'ils avaient quoi que ce soit d'étrange sur leur radar. Bolling avait également détecté les cibles étranges. A peu près à ce moment Andrews AFB s'est joint au leur et a signalé qu'ils avaient quelques objets inconnus sur leurs écrans, eux aussi. Bolling, National Washington et Andrews étaient tous relié en un réseau commun de communications, et ils ont commencé à comparer leurs notes par la radio.

A un certain moment, en un point proche de la base d'Andrews, Là où les trois radars assuraient une couverture simultanée, ils ont tous détecté ce qui semblait être la même cible. Plusieurs personnes à Andrews ont été alertées et ont vu un grand objet orange planant juste là où le radar le détectait.

Washington National a appelé tous les avions commerciaux dans le secteur et leur a demandé de rechercher des lumières qu'ils ne pourraient pas identifier comme étant d'autres avions. A 3:15 heures du matin, le vol 807 de Capital Airlines a rapporté sept lumières entre Washington et Martinsburg, Virginie de l'Ouest, là où certains des échos mystérieux s'étaient montrés sur les écrans. Le capitaine de l'avion de ligne, un homme avec une expérience de vol de dix-sept ans, a décrit les lumières comme ayant été stationnaire un moment et se déplaçant ensuite de haut et en bas. Un peu plus tard un vol de Capitol-National approchant Washington par le Sud a signalé qu'une lumière les avait suivis jusqu'à quatre miles de l'aéroport.

A 4 heures du matin un chasseur à réaction tout-temps F-94 a été envoyé dans le secteur et l'a complètement ratissé et n'a rien pu trouver.

La localisation de ces apparitions - pratiquement au-dessus de Maison Blanche - plus les aspects radar et le fait qu'un chasseur à réaction avait été dépêché se sont combinés pour que cette histoire fasse les gros titres des journaux. Les aspects radar ont en particulier impressionné les journaux et les services de nouvelles, et le cas a été présenté comme étant la première fois que des "soucoupes" avaient été repérées par radar. Partout dans le pays les gens se sont dit, "ils doivent être réels, si le radar les détecte." Le chasseur de nuit fonçant pour chasser les soucoupes loin de Capitol Hill était la touche finale.

En fait, le radar est aussi rusé que l'imagination d'un jeune seul et effrayé dans la maison à minuit. Il y a un certain nombre de manières pour que le radar puisse détecter des objets qui ne sont simplement pas là. Une couche d'inversion dans le ciel détournera le rayon du radar et le fera interférer avec une autre station de radar qui est d'habitude hors de sa portée. Ou l'inversion causera que la station de radar détectera des cibles au sol - telles qu'un grand camion. La nuit où les soucoupes ont "survolé Washington" il y avait une inversion de la température et tous les ensembles de radars obtenaient des échos météorologiques. Le fait que trois d'entre eux ont montré un écho en un même point n'était pas nécessairement significatif. Ils ont tous montré des échos partout où ils étaient tournés.

Quand nous avons parlé aux hommes de la base d'Andrews qui avait vu l'objet rouge-orange, ils avait déjà compris que cela était une planète. Le fait qu'un chasseur avait été envoyé vers le haut n'était pas du tout inhabituel. C'est une procédure standard à chaque fois que le Commandement de la Défense Aérien obtenait une cible qu'ils ne peuvent pas identifier au-dessus d'un secteur "sensible." C'est leur travail. Nous ne pouvions pas expliquer les observations des avions de lignes aériennes, et nous les avons listées comme des inconnus.

Mais avant que nous ayons rapiécé tout ceci ensemble, l'histoire des soucoupes de Washington était vieille de quelques jours, les journaux parlaient de nouveau de politique et pratiquement personne n'était intéressé par une explication complexe de pourquoi une histoire passionnante n'était simplement pas vraie. Ce délai était un vrai inconvénient quand il s'agissait de tenir le public au courant au sujet des évaluations du projet. Quelqu'un à Seattle ou San Antonio ou What Cheer, Iowa, rapportait une soucoupe et le journal local nous appelait et demandait, "et cela alors? Qu'était-ce donc, quoi qu'il en soit?" Nous leur dirions qu'en toute honnêteté, "nous ne savons pas. Nous n'avons pas encore pu faire notre évaluation." L'histoire arrivait en première page du journal le jour suivant sous le titre:

LE PRECHEUR VOIT UNE SOUCOUPE QUE L'AIR FORCE NE PEUT EXPLIQUER

Juste une semaine après que les soucoupes aient volé au-dessus de Washington, elles sont revenues et l'ont encore survolé - et là encore nous nous sommes mis en quatre sur l'histoire. Les journalistes ont entendu parler de l'histoire et se sont rués à l'aéroport. Cette fois les chasseurs tout-temps ont été appelés tout de suite. Le trafic commercial avait été dérouté hors du secteur et des choses ont été mis en place pour effectuer une "interception." Ici la difficulté a commencé; certaines des procédures utilisées dans cette situation sont classifiées, ainsi les journalistes ont été mis à la porte de la salle de radar. Chacun était excité, et les journalistes ont été déconcertés par l'atmosphère d'urgence. Ils savaient que "quelque chose" avait été encore été repéré au-dessus de la Capitale, et assez vite ils ont entendu le bruit de nos jets hurlant dans le ciel nocturne - tandis que quelque chose d'important se poursuivait derrière les portes fermement closes. Le jour suivant les journaux ont titré en gras avec une police de 120 points:

LES SOUCOUPES ECHAPPENT AU JETS VOLANT A 600 MILES PAR HEURE

Ce qui était, après tout, juste d'une certaine manière. Les jets n'avaient rien pu trouver au-dessus de Washington. Ils avaient été dirigés vers les lieux où les échos de "soucoupes" se montraient sur le radar et ont volé exactement à travers elles. C'était simplement la confirmation avant de ce que nous appris la semaine passée, que les échos étaient des aberrations de radar.

Les gros titres en gras étaient sur chaque présentoir de journaux à Washington quand le Pentagone a reçu un appel de la Maison Blanche demandant ce qui se passait au juste. Les appels de la Maison Blanche étaient d'habitude gérés par au moins un général trois étoiles, mais dans ce cas-ci un capitaine, Ruppelt, a eu l'honneur d'expliquer ce qui se passait au-dessus de la tête du président. Je pense qu'il y avait quelque chose dans la tonalité de la question qui a ramené la question à mon niveau. J'ai rédigé un rapport rassurant pour l'aide de camps pour les affaires de l'air de M. Truman. Plus tard on m'a dit été dit que le président avait écouté le briefing, mais il n'a pas laissé passé un soupir.

La panique des soucoupes volantes dans la presse de Washington est arrivée en plein milieu d'une vague record d'observations de soucoupes. L'année 1952 avait commencé modestement par onze observations en janvier et s'était accumulée avec régularité vers 149 en juin. C'était presque autant que ce que le projet avait normalement reçu en une année entière. Tandis que nous creusions notre sortie de sous les rapports sans précédent de juin, juillet nous a inondé de 409 rapports. Les deux mois d'été ont produit autant d'observations que les quatre premières années de l'ère des soucoupes. Nous étions occupés 16 heures par heure.

"Je me demande," a dit Olssen, "ce qui est arrivé aux types qui ont dit que les soucoupes disparaîtraient dès que les gens cesseraient de parler de Kenneth Arnold?"

Poignardé par le charivari à propos de la flambée soudaine de Washington et par la récolte record d'observations, l'Armée de l'Air a donné une conférence de presse le 29 juillet au Pentagone. Le Major Général John A. Samford, directeur du renseignement de l'Armée de l'Air, est allé au-devant de la plus grande assemblée de journalistes venue à une conférence de l'Armée de l'Air depuis la deuxième guerre mondiale. Il était accompagné du Major Général Ramey, directeur des opérations, et de quatre techniciens de l'ATIC, Donald Bower, le Capitaine Roy James, Burgoyne Griffing, et moi-même.

Samford a donné un satisfecit au Projet pour s'être débarrassé de beaucoup d'inconnus, mais a ajouté:

"Cependant, il reste là un pourcentage de ce total - aux alentours de 20 pour cent des rapports, qui provenaient d'observateurs crédibles rapportant des choses relativement incroyables. Nous continuons à nous en préoccuper." Il a insisté sur le fait que l'examen des plus soigneux des rapports n'a indiqué aucune menace aux Etats-Unis.

La presse était beaucoup plus intéressée par la question des "soucoupes au-dessus de Washington" et a bombardé avec des douzaines de questions au sujet de cet incident, se concentrant sur la "confirmation radar." Il semblait être nouveau pour bon nombre d'entre eux que le radar n'est pas infaillible, que ce n'est pas un miroir parfait qui retourne exactement ce qui est devant lui.

Plusieurs des journalistes étaient stupéfaits de ce qu'une grande "bataille navale" avait éTé menée lors de la deuxième guerre mondiale avec un ennemi inexistant en raison des tours joués par le radar. La conférence a également apporté le fait qu'un pilote de chasse, suivant une "cible" radar provoquée par une inversion de la température, par le passé, avait suivi la courbure des rayons par quatre fois et s'était retrouvé à voler droit vers le sol. Ces incidents ont retiré beaucoup à l'aspect sensationnel des soucoupes sur la capitale.

Je n'ai jamais pu me faire à l'esprit partisan considérable énorme que les soucoupes volantes ont inspiré. Pratiquement personne n'était neutre au sujet des soucoupes. Les gens nous tenaient en haleine pendant des heures pour nous démontrer que : (1) les soucoupes étaient de sacrées salades et l'Armée de l'Air était folle de se tracasser à les étudier, ou (2) elles étaient des vaisseaux spatiaux dont l'existence était évidente et l'Armée de l'Air était folle d'essayer de dissimuler la vérité à leur sujet.

Les deux clans finissaient par nous fixer dans les yeux avec un regard sévère et exigeaient de savoir - "qu'est-ce que vous en pensez?"

Je leur disais que nous essayions de mener une recherche avec l'esprit ouvert, et que jusqu'ici nous n'avons pas eu des données suffisantes pour une conclusion ferme. Ceci mettait juste de l'huile sur le feu. Les gens voulaient un oui ou un non ferme au sujet des soucoupes.

Nous avons eu nos disputes les plus vives avec les "fanas," comme nous nous appelions les croyants. Ils croyaient aux soucoupes avec une passion qui ôtait presque l'espoir d'une discussion raisonnable.

Engin volant de forme étrange photographié par William A. Rhodes le 7 juillet 1947,
avec un appareil "Brownie box," à Phoenix, Arizona.
L'OVNI était rapporté comme ayant 20-30 pieds de diamètre,
voyageant à une vitesse de 100 miles par heure, une altitude de 1,000 à 2,000 pieds.
Projet Blue Book - photo USAF.

J'ai discuté une fois avec un psychiatre bien connu à ce sujet. Il était un non-croyant.

"Ecoutez," ai-je dit, "je puis comprendre ce qu'un homme comme Arnold pense fortement que les soucoupes existent. Il a vu quelque chose. Je puis comprendre pourquoi quiconque a vu quelque chose qu'il ne peut pas expliquer plaidera pour l'existence des vaisseaux spatiaux. Une telle théorie lui donne une réponse à une énigme personnelle. Mais pourquoi est-ce que des milliers de personnes qui n'ont jamais vu une soucoupe jurent qu'elles existent?"

"Je pense qu'ils veulent croire aux soucoupes d'une autre planète," a-t-il dit "La volonté de croire est une chose puissante, et elle filtre la réalité. Des Visites d'une autre planète, c'est une idée fascinante."

"Le monde dans lequel nous vivons devient le lieu de tensions de plus en plus insupportables. La menace de la destruction atomique est suspendue au-dessus de nous tous, et nous perdons la foi dans l'intelligence invincible de l'homme. En huit longues années, les meilleurs cerveaux sur terre se sont frustrés en retirant le spectre de la destruction de masse de nations entières." Si les soucoupes étaient réelles, si elles venaient de l'espace, quelles perspectives cela ouvrirait! Jusqu'ici elles n'ont montré aucune menace. Quoi que ce soit qui les contrôle, c'est une intelligence plus avancée, puisque nous commençons seulement maladroitement à nous attaquer au problème du voyage spatial.

"Donc pour les gens dont les vies sont monotones et menacées, ils rêvent à de brillantes aventures qui pourraient refaire le monde. L'homme ne fait pas du très bon travail, alors il imagine quelque chose de mieux que l'homme."

En plus des croyants ordinaires, il y avait des cultistes et des dérangés. Les cultistes avaient des clubs, des sociétés, des associations, portaient des pins, tenaient des conventions, avaient des publications spéciales, et ont prêché la soucoupe à la manière dont un Musulman dévot prêche la croyance dans Allah.

Selon leur dogme indémontable, l'Armée de l'Air cache la vérité au sujet des soucoupes par peur qu'elle créerait la panique dans le public. Des coffre-forts secrets à Dayton s'enflent avec des observations sensationnelles, des images authentiques de plan rapproché, et des films merveilleux des soucoupes, beaucoup en Kodachrome. Toutes les fois qu'une soucoupe atterri ou a un accident, des équipes d'investigateurs aux bouches cousues se précipitent dehors, récupèrent la soucoupe ou ses morceaux et la transportent au loin vers un laboratoire caché. En attendant leurs collègues se ruent sur la presse, agitent leurs insignes sous le nez des rédacteurs et tuent l'histoire.

Chacun sait que le capitaine Mantell a été abattu par une soucoupe géante; que son corps a été troué de balles (version A) et que son avion a été marqués par de "mystérieuses lignes de force" (la version B). Le projet à Dayton a des salles entières de petits hommes, qui marinent dans l'alcool, qui ont atterri dans le Colorado ou en Arizona ou en Orégon et ont été tués en respirant notre oxygène peu familier. Habituellement les petits hommes sont verts, bien que certains aient été cuits au four en un brun croquant quand notre atmosphère a transformé leur soucoupe en grille-pain incandescent.

Les soucoupes qui ne portent pas de petits hommes sont occupées par des monstres. Et ne demandez-pas, s'il vous plait si les petits hommes et les monstres sont des frères de sang ou des cousins germains.

Chaque chose dans ce catalogue de non-sens a été dite comme étant la pure vérité.

Le culte est nourri par un petit groupe de producteurs de littérature qui s'emparent de chaque observation et la traitent pour la consommation. Ils dépouillent chaque rapport de n'importe quelle information qui pointe vers à une explication normale. Ils laissent tomber toutes les données établies. Ils omettent l'analyse - excepté quand le Projet admet franchement qu'il est dérouté. Alors ils présentent le résidu en tant que fait vérifié "directement à partir des dossiers de Blue Book." Une variante populaire de ceci est "les dossiers secrets de l'Armée de l'Air."

Dans les écrits des cultistes, tout ce qui est rapporté à Blue Book est une soucoupe. Le rapport réel peut décrire l'OVNI comme ayant six pouces de diamètre, une orbe de deux fois la taille de la lune, un point noir dans le ciel, un blip étrange sur un écran de radar, un objet en forme de cône, une lueur vague dans le ciel, une forme de cigare, ou une éclaboussure de lumière comme la queue d'une comète. Ces objets différents tous sont convertis, avec une chiquenaude de la machine à écrire, en soucoupes.

Toutes les évaluations de hauteur, de vitesse, et de la manoeuvre sont traitées en tant que fait établie. Si un commercial est en déplacement, roulant en voiture à 65 miles par heure, jette un coup d'oeil vers le haut et voit que quelque chose clignoter à travers le ciel à ce qu'il estime être 20 miles de haut et 8.000 miles par heure, le compte rendu du soucoupiste sonne comme ceci:

"A 15:17, le 12 août 1953, quatre miles à l'ouest de Dubuque, Iowa, Joseph Doakes, un homme d'affaires, a vu une soucoupe volant à 8.000 miles par heure à 20 miles au-dessus de la terre. Doakes, un homme d'excellente réputation qui ne boit pas, a rapporté, 'je n'ai jamais vu n'importe quoi de pareil.' L'Armée de l'Air a analysé l'observation et a été complètement déroutée."

Il y a quelques mois, à Hollywood, j'ai parlé à Frank Scully dont le livre Derrière les Soucoupe Volantes a fait l'objet de dix éditions et a fait passer un vol de dollars brillants, rond, en forme de disques, volant à vitesse supersonique directement vers son compte bancaire. Je le harcelais au sujet de quelques types du Sud de la Californie qui se surpassaient l'un et l'autre et Scully, avec de fantastiques histoires de soucoupe. L'un d'eux a écrit un livre concernant un citoyen de Vénus qui a débarqué de sa soucoupe dans le désert de la Californie et a eu une longue conversation avec l'auteur. Le numéro deux l'a surclassé aisément en racontant avoir embarqué dans une soucoupe et visité une planète jusqu'ici inconnue appelée Clarion, dont les résidants féminins sont vraisemblablement sont connus comme les Clarionettes.

Scully, le bon vieux scientifique qui a mis la première fois l'histoire des "petits hommes des soucoupes" entre des couvertures de livres, était consterné par de telles "histoires irresponsables." Il s'est plaint amèrement au sujet de "la frange folle envahissant les affaires de soucoupe," ce qui donne une idée approximative des normes régnantes. Les cultistes s'approchent des limites imposées par la loi des retours diminuants [NdT "...of diminishing returns", ceci est l'une des rares occasions où je n'ai pas été capable de comprendre ce qui est dit là en langue anglaise. Toute explication bienvenue.]. La seule chose qui reste pour faire sensation pour un auteur essayant de placer son livre dans les ventes est que son livre soit apporté par de petits hommes verts montant de véritables soucoupes avec des plaques d'immatriculation Vénusiennes.

Les cultistes observaient les actes du Projet Blue Book comme des épouses soupçonneuses épiant leurs maris volages. Tout ce que nous faisions, ou manquions de faire, avait une signification. Si nous étudiions un magnifique canular de "petits hommes," c'était parce que nous savions bien que les petits hommes existent et que nous tentions de maintenir le secret à ce sujet. Si nous ignorions l'histoire, nous jouions un jeu de poker pervers et dissimulions la vérité avec un rideau de mépris. Les cultistes analysaient même nos expressions faciales aux conférences de presse. Je portais généralement l'expression faciale d'une "attitude de désintérêt évident."

Une fois, un des conseillers techniques du Projet avait fait l'erreur de se livrer à une gentille satire dans son rapport. En considérant la théorie des soucoupes-de-l'espace, il a fait la remarque qu'il y avait eu des spéculations qu'une partie des OVNIs se comportaient comme des animaux. 'Il y a peu de rapports fiables," a-t-il commenté sèchement, "d'animaux extraterrestres. " Cette pique avait été utilisée par les cultistes comme étant terriblement significatif de notre grande conspiration pour cacher la vérité, et est devenue "un aveu officiel de l'Armée de l'Air que certaines des soucoupes portaient des êtres venus de l'espace." Raymond Palmer, un éditeur de science-fiction, et Kenneth Arnold, dans leur livre The Coming of the Saucers, ont réimprimé ce passage en exultant: "mais ces peu de rapports, messieurs, d'où les avez-vous obtenus?"

De telles expériences ont tendu à nous rendre prudents dans nos déclarations publiques, et nous avons avancé sur la pointe des pieds en marchantr sur des oeufs verbaux. Ceci, naturellement, a été pris par les cultistes pour être encore plus de preuves de l'Opération Dissimulation.

Le projet soucoupe avait attiré des allumés en pagaille. Un gentleman, qui était un plâtrier dans la semaine, et berger le dimanche dans quelque secte religieuse, me téléphonait incessamment jusqu'à ce que je lui donne rendez-vous. C'était un grand type, avec les yeux creusés, qui ressemblait à un croque mort déprimé. Une soeur dans sa secte avait résolu l'énigme des soucoupes. Elle l'a entièrement rédigé, avec des citations de la bible comme références, et il tenait fermement ce document historique en gardant un oeil circonspect sur moi. Tout qu'il voulait était d'obtenir 15000 $ en argent comptant en échange du texte.

Je lui ai dit, aussi gentiment que possible, que le gouvernement ne distribuerait pas ce genre d'argent pour une soucoupe sur papier.

"Très bien, Monsieur," a-t-il dit, "je vous dirai ce que sont les soucoupes. Mais vous devrez mettre l'argent comptant sur la table pour découvrir comment Soeur Betty a trouvé la solution."

Il a pris une profonde inspiration. "Les soucoupes sont quatre anges dansant en cercle."

Il a commencé a être amer de ce que je n'ai pas allongé des piles de billets de 100 $ frais émoulus du Trésor des Etats-Unis, et que je ne me sois pas mis à les compter devant lui.

"Qu'est-ce qui se passe, Monsieur?" a-t-il demandé. "L'Armée de l'Air ne veut pas résoudre ce problème?"

Je m'en suis sorti en lui indiquant que notre budget avait été amputé et qu'il pourrait retirer plus de profit en négociant le secret de Soeur Betty auprès d'un des grands magasins nationaux. Il est parti avec une lueur pétillante dans les yeux.

Il y avait aussi les lettres. Elles allaient dans un dossier spécial avec la mention "C.P.", pour "crackpot", cinglé. Nous en recevions par centaines.

De Campbell, Ohio, un monsieur nous a offert des "spectrogrammes de la lumière des soucoupes," à un certain prix, et nous a avertis qu'il se vendrait "au plus offrant, de chez nous ou à l'étranger." "Ces spectrogrammes sont protégés contre les saisies forcées," a-t-il noté laconiquement, "et je ne vous conseille pas d'essayer de vous en emparer."

De Long Beach, Californie, une femme nous a écrit une longue série de lettres au sujet des soucoupes qui la "touchent" jour et nuit. "Elles pincent également vos orteils," s'est-elle plaint. "Elles vous rendent vraiment malade."

Mon favori venait d'un monsieur qui se présentait comme "le Fils très Particulier de l'Oncle Sam." Il nous a offert trois soucoupes en état de marche en d'un billet de train de la Californie à Dayton. "Je les fais voler en convertissant l'énergie potentielle dans la force centrifuge en énergie cinétique de 33 livres par pouce carré sous forme de propulsion à réaction," écrivait-il. "Faites les voler autour de vos greniers." Ses soucoupes étaient propulsées par des moteurs d'aspirateur. Au cas où nous n'étions pas intéressés par elles, il avait une machine atomique "qui ridiculise les vôtres" et un hélicoptère pliable qui tenait dans une valise.

Obscurci par les canulars, déformé par des charlatans littérateurs qui saluent chaque lumière errante comme un vaisseau spatial certifié, la cause des soucoupes volantes repose sur les exemples inexplicables qui sont survenus année après année depuis 1947.

En 1952, nous avons extrait les meilleures observations à partir des dossiers pour voir quelle sorte du sens nous pourrions leur donner. Celles-ci représentaient la crème des rapports et la plupart d'entre eux venaient de canaux militaires. Ceci signifiait qu'elles avaient été faites par du personnel militaire ou avaient subi un contrôle préliminaire à l'origine.

Des 2.199 observations, 434, - 19,7 pour cent - ont été laissées comme inconnu. Parmi celles-ci il y avait des observations rapportées par des scientifiques et des pilotes vétérans d'une excellente réputation, dont beaucoup avaient été totalement sceptiques et méprisants jusqu'à ce qu'ils aient aperçu leurs propres soucoupes. Ces rapports comprenaient des exemples de performances de volent et de manoeuvres aériennes au-delà de celle de n'importe quel engin connu.

Pour plus d'informations sur des observations d'OVNIS que l'Air Force "n'a pas pu démolir," voir ici.

En plus de Black Hills, Dakota du Sud, le cas que j'ai déjà décrit, voici certaines des cas que le projet n'a pas pu démolir:

INCIDENT NO. 2 - Le 29 juillet 1952, près de Port Huron, Michigan, deux F-94 étaient dans le ciel faisant de l'entraînement de nuit contre un B-25. Une station de radar à proximité a détecté un objet inconnu et a demandé à un des avions de l'étudier. Le jet est monté jusqu'à 20.000 pieds, où le pilote a repéré l'objet visuellement. Il a commencé à le prendre en chasse, et le trajet de l'OVNI et du jet à sa poursuite sont apparus sur l'écran de radar, qui a tracé la poursuite. Le pilote du jet a mis en route son radar de combat, a obtenu un verrouillage automatique sur la cible. L'objet a facilement conservé sa distance devant le jet, même lorsque le pilote a allumé la postcombustion. Notre recherche a prouvé qu'il n'y avait aucun autre avion à proximité, et la double vérification radar a éliminé des planètes, étoiles, réflexions, hallucinations.

En 1966, l'Air Force, en la personne du successeur de Ruppelt à Blue Book, le Major Quitanilla, racontait encore devant le Congrès US qui voulait savoir ce qu'il y a derrière ces histoires de soucoupes volantes qu'aucune trace d'OVNI n'était jamais apparue sur les radars. Le congrès l'a cru.

INCIDENT NO. 3 - Le 24 juillet 1952, deux colonels de l'Armée de l'Air postés au Pentagone étaient en route dans un B-25 de Hamilton AFB vers Colorado Springs. Ils volaient à 11.000 pieds près de Carson Sink, Nevada. Il était 15:40, il faisait un temps calme, dégagé, avec une visibilité illimitée. Soudainement ils ont aperçu trois objets argentés formés comme des pointes de flèche les approchant à une vitesse fantastique. Les objets sont apparus à la position 1 heure et ont dépassé le B-25 en faisant un virage continu. Les deux colonels ont soigneusement observé les trois objets étranges et étaient positifs qu'ils n'aient été aucun engin qu'ils avaient jamais vu avant. Ils ont estimé leur taille à environ celle d'un F-86, et leur distance au moment du dépassement à entre 400 et 800 yards. Les deux hommes ont rapporté que les objets avaient "une arête bien définie le long de leur dessus," et des contours nettement définis. Ni l'un ni l'autre homme ne croyait aux soucoupes volantes.

INCIDENT NO. 4. - Le 28 janvier 1953, à 21:35, un pilote de jet près d'Albany, Géorgie, a repéré "une lumière extrêmement brillante" à 10 heures de hauteur. D'abord il a pensé que c'était un autre avion ou une étoile exceptionnellement brillante, mais quand il est allé jusqu'à 10.000 pieds il a semblé être en avant et un peu au-dessous de lui. Quand il l'a repéré au début, la lumière était blanche, mais plus tard elle a commencé à changer constamment de blanc en orange et de nouveau au blanc. L'objet était en vue pendant 17 minutes. Dans les 15 dernières secondes il s'est déformé de circulaire à triangulaire, et alors les triangles se sont séparés en deux triangles, l'un immédiatement au-dessus de l'autre, et tous deux ont disparus comme si quelqu'un avait éteint la lumière.

Le pilote a appelé Albany, Géorgie., mais avant qu'il ne puisse formuler son stupéfiant rapport, le sol lui a demandé lui s'il avait vu quoi que ce soit d'anormal. Ils lui ont appris que le radar au sol avait pris son jet et une cible étrange. Sur l'écran de radar, quand le jet avait accéléré, la cible avait accéléré également, pour maintenir sa distance avec lui.

INCIDENT NO. 5. - Peu de temps avant minuit, le 5 août 1952, deux aviateurs marchaient vers la tour de contrôle de Haneda AFB au Japon pour prendre leur tour de garde quand ils ont repéré un grand objet rond soutenant une lumière dans le ciel. Se dépêchant d'aller à la tour, ils l'ont signalée aux autres opérateurs de la tour, et ils ont pris leur tour de garde en observant l'objet avec des jumelles 7x50. Avec les jumelles, une lumière moins brillante a pu être vue autour du bord de l'objet. Les gens dans la tour ont appelé le radar et leur ont donné la direction vers la chose, et le radar a détecté une cible dans le secteur immédiat. En corrélant le mouvement de la cible radar et de l'OVNI visuel, ils ont établi qu'ils étaient tous en train d'observer le même objet. Le radar a dépisté l'objet à vitesses changeant de stationnaire à 300 noeuds. Un F-94 a été envoyé et dirigé vers la cible. Il a obtenu un verrouillage radar et a commencé à se rapprocher de l'objet. A 6.000 yards, le jet a perdu le contact radar, la tour et le radar au sol l'ont perdu en même temps. A la fin de l'observation, l'objet tel que vu sur le radar au sol s'est "séparé en trois morceaux qui ont volé en formation à une distance entre eux d'un quart de mile." Pendant l'incident, un ballon de temps a été lâché à la base, et les témoins ont signalé que sa lumière était beaucoup plus faible que celle de l'OVNI. Un des aspects embarrassants de l'incident était que ni le pilote de jet ni l'équipe du radar n'arrivait à obtenir une observation visuelle de l'objet, bien que chacun ait été plus près de lui que la tour de la base aérienne.

INCIDENT NO. 6. - Dans la nuit du 26 janvier 1953, un groupe de gens de l'Armée de l'Air postés à un radar situent au Nouveau Mexique a observé un objet "très lumineux et rougeâtre-blanc" à l'ouest de leur station et l'a ensuite détecté sur radar. L'objet a été en vue pendant 45 minutes visuellement et par le radar et s'est en une occasion déplacé derrière une colline et est ensuite réapparu. Le radar a mesuré qu'il était à 9 miles de la station, voyageant paresseusement vers le Nord à 12 à 15 noeuds, de 10.000 à 15.000 pieds. Bien qu'un ballon ait été à proximité, l'OVNI a voyagé de façon constante presque droit contre le sens du vent.

INCIDENT NO. 7. - Le 16 février 1953, à 23:30, un pilote et un instructeur dans un C-47 au-dessus de Turnagain Arm - la baie près d'Anchorage, Alaska - ont vu une lumière rouge qu'ils ont jugée être un avion à réaction, à cinq milles de distance. Mais tandis qu'ils l'observaient, il est devenu plus grand et plus lumineux, comme s'il se dirigeait vers eux. Incapable de voir n'importe quelle lumière de navigation verte, ils ont demandé à la tour de contrôle d'Elmendorf AFB si n'importe quel autre engin était dans le secteur. La tour a dit qu'il n'y en avait aucun là, et a puis fait une vérification au radar avec des résultats négatifs. L'objet a d'abord été vu bas et certainement au-dessous de l'horizon. Le C-47 volait à 2.000 pieds. L'objet a continué à se rapprocher du C-47, augmentant en brillance et en taille jusqu'à ce qu'il ait été deux ou trois fois de la taille qu'il avait au début. Alors il a semblé s'arrêter et rester suspendu dans le ciel pendant cinq minutes. Les pilotes, pensant toujours que ce pourrait être un autre avion, se sont dirigés vers Elmendorf, où la tour leur a demandé s'ils pourraient toujours voir la lumière. Elle était encore visible, et la tour leur a demandé d'essayer de l'intercepter. Quand le C-47 l'a prise en chasse, la lumière a paru accélérer et a disparu sous peu.

La nuit suivante, à environ 20:00, cinq Policiers de l'Air en patrouille ont repéré la même lumière rouge - ou une lumière identique - approchant l'extrémité d'une des pistes à Elmendorf. En la comparant aux lumières connues à la base, ils l'ont jugée être semblable à une lumière de 36 pouces vue à 1/2 mile de distance. Elle était dans un élévation progressive, à environ la vitesse d'un jet, dirigé vers Anchorage. Les Polices de l'Air ont appelé la tour. Ils 'avaient rien sur le radar, mais ont envoyé un jet pour l'intercepter. Tandis que le jet prenait l'air, l'objet a montré une augmentation apparente de vitesse, et quand le jet est arrivé sur un cours d'interception, la lumière s'est élevée verticalement dans la couche nuageuse à 5.500 pieds.

Les polices de l'air ne savaient rien de l'observation originale quand ils ont rédigé leur rapport. Un contrôle soigneux n'a montré aucun ballon dans le secteur. On a éliminé les étoiles et les planètes parce que la première nuit l'objet était au-dessous de l'horizon, et la deuxième nuit il y avait une couche de nuages continue. Si c'avait été un avion conventionnel, le radar devrait l'avoir détecté. Si c'avait été un ballon perdu qui serait venu errer là, la première nuit le C-47 aurait du facilement s'en rapprocher et l'avoir dépassé. La deuxième nuit, son élévation verticale a réglé le sort de la théorie du ballon dérivant.

Ces cas, et les centaines d'autres cas de plus, sont le noyau dur du mystère des soucoupes volantes. En dépit de nos meilleurs efforts pendant sept années - aidés par les meilleurs conseillers techniques et scientifiques - nous n'avons pu les réduire. Ils restent là pour dérouter et intriguer des millions de gens. Et en dépit de l'amélioration des méthodes d'analyse qui a résulté de notre expérience, une masse d'inconnus s'ajoute au fichier du Projet tous les ans.

Des centaines de gens m'ont demandé, "Mais qu'en pensez-vous, personnellement?"

Le travail du Projet Blue Book était un travail de recherche de renseignements, pas de spéculation. Notre recherche sur les observations de soucoupes visait à compiler des données aussi solide que possible, dans l'espoir qu'elles fourniraient la base pour l'analyse qui répondrait au mystère de sept ans. Le projet a échoué dans cette tentative. Le mystère des soucoupes est toujours aussi embarrassant qu'il l'était le jour où Kenneth Arnold a posé son avion et a raconté l'histoire de ce qu'il avait vu près du Mont Rainier.

Mon opinion personnelle est que soit les soucoupes sont interplanétaires, soit elles n'existent pas. Je ne crois pas qu'il y a assez de preuves disponibles pour choisir entre ces alternatives. Vous pouvez discuter l'un ou l'autre cas indéfiniment, et à la fin vous aurez seulement une opinion.

Dans les opérations du Projet Blue Book, nous avons donné des briefings à un de scientifiques; des experts en matière de missile guidés, des gens du nucléaire, des expérimentaux d'avion techniciens, des physiciens, etc... Nous les avons trouvés intensément intéressés au mystère des soucoupes. Chez Los Alamos, par exemple, nous avons rempli un amphithéâtre avec des gens qui devaient rester debout et avons répondu à des questions pendant trois heures après que nous avons conclu notre briefing.

Ces personnes avaient été formées à adopter une attitude scientifique, par opposition aux cultistes qui acceptent chaque rapport débridé comme un fait établi, certifié. Parmi eux il y avait des gens qui avaient vu des choses qu'ils n'avaient pas pu expliquer. Ils étaient désireux d'avoir les faits qui les aideraient à mettre leur expérience en perspective.

Tels sont les faits sur lesquels je pense que toute conclusion responsable à ce sujet doit tenir compte:

I. A ma connaissance, l'Armée de l'Air n'a caché aucun secret sensationnel au sujet des soucoupes. Dans la première période de ses recherches, le projet était secret. Il y avait une inquiétude considérable à ce moment, et quelques officiels pensaient que les objets pourraient être quelque chose de nouveau venu de Russie. Tandis que l'inquiétude diminuait, l'information était déclassifiée. Quel que soit le secret qui avait été de règle pour des incidents suivants, c'était seulement pour protéger des informations précises classifiés au sujet des emplacements des stations de radar, des données de performances de chasseurs à réaction, etc... Nous avons également protégé l'identité des informateurs qui souhaitaient rester anonymes. Nous avons fait ceci pour encourager les gens à se sentir libre de rapporter n'importe quel incident incroyable. Au-delà de ces exceptions, l'Armée de l'Air ne sait rien au sujet de ce sujet qu'elle n'aurait pas dit.

2. Le Projet Blue Book n'a reçu aucun ordre de la hiérarchie de "se débarrasser du problème des soucoupes." L'histoire selon laquelle nous étions un groupe de dupes, récitant tout ce que la hiérarchie nous demandait de dire, est un tas de non-sens. Nous avions donné des informations à la hiérarchie au-dessus de nous, et non le contraire. J'ai une fois présenté un rapport personnel au Ministre de l'Air Thomas Fin au Pentagone. Il avait été accompagné d'un peloton complet de conseillers et de techniciens. Il m'a remercié quand j'avais fini. Je ne lui ai fourni aucune information qui n'est pas dans cet article.

3. Nous n'avons eu aucune preuve de ce que les soucoupes seraient un certain développement U.S. super-secret. Au contraire, nous avons eu des démentis spécifiques de ceci de la part de l'Armée de l'Air, de l'Armée de Terre, de la Marine et des officiels les plus hauts placés du ministère de la défense. Le simple bon sens est contre une telle théorie. Si les Etats-Unis ont des soucoupes volantes qui peuvent exécuter de telles manoeuvres, pourquoi le gouvernement verserait-il des milliards de dollars dans des avions conventionnels, bien inférieurs?

4. Nous n'avions également eu aucune preuve que les soucoupes sont de fabrication étrangère. Là encore, la logique s'oppose à une telle croyance. Le suspect principal dans la théorie des "soucoupes d'un pays étranger" est la Russie. Pourquoi est-ce que la Russie essayerait-elle des engins tellement révolutionnaires au-dessus des Etats-Unis quand elle a de vastes terres derrière le rideau de fer, où des tests peuvent être menés dans le secret absolu? N'importe quel engin artificiel est sûr d'avoir une panne tôt ou tard. Plus l'engin est complexe, plus la probabilité d'échec est haute. Pourtant en sept ans, avec des milliers d'observations de soucoupes, pas une seule n'a été connue pour s'être écrasée.

Ces quatre points peuvent vous mener à la possibilité que les soucoupes soient des engins venus de l'espace. Aussi bouleversante que les implications peuvent être, à mon avis c'est la théorie plus acceptable - si les soucoupes existent. Il n'y a aucune autre alternative.

Quel est l'argument pour défendre qu'elles sont inexistantes? Il a quelques faits têtus de ce côté.

D'abord, le résidu des inconnus ne montre aucune caractéristique commune. Leur forme, les manoeuvres, les périodes d'apparitions, les couleurs, les lieux, ont montré la même variété ahurissante que les 80 pour cent que nous pouvions expliquer. Les 434 inconnus ont inclus de petites lumières, de grandes lumières, des lumières multicolores, des disques vus le jour, des formes de cigare, des globes et des points lumineux. Il est imprécis d'arguer du fait que le noyau dur des inconnus sont toutes des "soucoupes." Ils incluent une variété d'objets différents. Cette variété donne la force à la théorie que les inconnus sont simplement les mêmes objets connus que les 80 pour cent d'observations que nous pouvions expliquer. Il y a une croyance forte dans l'Armée de l'Air que les inconnus sont "inconnus" seulement parce que nous avons manqué de données suffisantes à leur sujet. Cette croyance est soutenue par le fait que notre pourcentage d'explications augmentait avec l'intensité de notre recherche.

Deuxièmement, il n'y avait aucune vague d'inconnus. Au cours des années, ils ont globalement suivi le nombre total d'observations, augmentant et diminuant avec le volume de rapports. En général, il n'y avait aucun regroupement géographique des inconnus. Pendant un certain temps, il y avait plus d'observations autour de certains installations et secteurs atomiques de la défense. Cette concentration n'était pas assez grande, à notre avis, pour avoir une signification. Les habitants de tels secteurs sont plus conscients des impératifs de sécurité consciente que les gens qui vivent dans un secteur non-sensible, et très probablement avons-nous au plus d'observations dans les secteurs du nucléaire de la défense parce que plus de gens surveillent les cieux là.

Quelques théoriciens ont imaginé qu'une autre planète envoyant des émissaires vers la terre les expédierait au point où leur orbite les porterait le plus près de la terre. Assumant un temps de voyage général, ceci amènerait leurs engins dans notre domaine à des intervalles de temps régulier. Pendant plusieurs années il y avait une nette augmentation des rapports de soucoupe pendant le mois de juillet. Mais en 1953, les observations dans le mois de juillet ont subi une diminution sensible.

Troisièmement, en sept années il n'y a eu aucune preuve physique de l'existence des soucoupes. L'Armée de l'Air n'a trouvé aucune preuve qu'une soucoupe ne se soit jamais écrasée ni n'ait atterri. Elle n'a vu aucune preuve photographique qu'elle ne puisse valider. Elle n'a vu aucun "matériau qu'elle ne peut pas expliquer comme fait pas l'homme.

Contre ces arguments, se présente le témoignage de centaines de personnes. Ils ont vu quelque chose d'incroyable. Cela comprend des centaines de personnes qui se moquaient des histoires de soucoupes volantes jusqu'à ce qu'ils aient vu quelque chose qui n'ait aucun rapport avec quoi que ce soit qu'ils aient jamais vu. Ils incluent des aviateurs durs-à-cuire au courant de toutes les hallucinations du vol, des scientifiques rationnels qui ont essayé chaque explication naturelle - et ont obstinément insisté, "c'était autre chose."

Parmi ces observations il s'en est trouvé un petit nombre qui ont été confirmées par le radar. Quoi que l'objet ait été, ce n'était pas hallucination. Et fréquemment, il avait surpassé n'importe quel engin connu sur terre.

Le fait que les inconnus montrent une variété de forme et de tailles pourrait être expliqué par deux choses. L'une est le manque de fiabilité des témoins. Une soucoupe décrite comme ayant "50 pieds de diamètre" peut être de 150 pieds - si elle est plus loin de l'observateur qu'il ne le croit. La variété dans les tailles des inconnus a pu être expliquée par des erreurs de jugement de la distance, une erreur commune. Si des données plus précises étaient disponibles, les inconnus pourraient apparaître avec une plus grande uniformité de leur taille.

La même chose est vraie pour la forme. Un disques se déplaçant en regard du témoin paraîtra comme un globe. A mesure que son angle s'inclinera, il prendra la forme d'un ballon de rugby et prendrait finalement l'aspect d'un cigare.

Les observations de lumières la nuit peuvent ne pas être pertinente du tout en ce qui concerne l'échelle de grandeur de l'engin qui les porte - tout comme une lumière de navigation sur un avion ne donne aucun renseignement quant à la taille de l'avion.

L'absence de preuves matérielles - comme une soucoupe accidentée - soutient la théorie qu'ils ne sont pas de ce monde. Nous avons des données fiables sur les causes d'échec des engins humains. Si les soucoupes étaient faites par les Américains ou les Russes, leurs imperfections les auraient fait tomber à ce jour. Mais si elles sont interplanétaires, elles peuvent être conçues par une civilisation tellement avancée qu'elle aurait ramené la probabilité d'une panne à presque zéro. Ou bien ils pourraient utiliser un principe de vol qui nous soit inconnu. Un engin capable de traverser les vastes distances de l'espace pourrait voler presque indéfiniment dans les confins relativement minuscules de notre couche atmosphérique sans panne.

L'Armée de l'Air n'a jamais éliminé la possibilité que nous ayons des visiteurs venus de l'espace. Elle indique seulement qu'elle n'a aucune preuve pour soutenir cette possibilité.

Capitaine Edward J. Ruppelt, USAFR

Si vous voulez en savoir plus, le livre d'Ed Ruppelt "The Report on the Unidentified Flying Object", 1956, est une bonne suite logique à cet article.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 17 novembre 2003