Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Ouvrages ufologiques en ligne:

"Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés"
par Edward J. Ruppelt, ancien responsable du projet Blue Book de l'U.S. Air Force.

Chapitre 5, l'Age Sombre

Voici le texte intégral de l'ouvrage "Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés" par Edward J. Ruppelt, qui était le chef du projet Blue Book de l'US Air Force, un projet ayant pour mission de déterminer pour le public Américain la nature du phénomène OVNI.

Référez-vous à ma page sur le Projet Blue Book de l'US Air Force pour en savoir plus sur ce projet, et au bas de cette page pour en savoir plus sur Ed Ruppelt et son livre.

Table des matières:

Avant-propos
CHAP. 1 Le Project Blue Book et l'histoire des OVNIS, 1
CHAP. 2 L'Ere de la Confusion commence, 15
CHAP. 3 Les classiques, 29
CHAP. 4 Les boules de feu vertes, le Projet Twinkle, les petites lumières, et Grudge, 47
CHAP. 5 L'Age Sombre, 59
CHAP. 6 La Presse fonce, l'Air Force hausse les épaules, 69
CHAP. 7 Le Pentagone grommelle, 82
CHAP. 8 Les lumières de Lubbock, 96
CHAP. 9 Le nouveau projet Grudge, 111
CHAP. 10 Le Project Blue Book et la Grande Fabrication, 123
CHAP. 11 La Grande Vague d'OVNIS, 139
CHAP. 12 Le manège de Washington, 156
CHAP. 13 Falsification ou horreur?, 173
CHAP. 14 Digérer les données, 186
CHAP. 15 L'histoire des radiations, 199
CHAP. 16 La hiérarchie tergiverse, 209
CHAP. 17 Que sont les OVNIS?, 226


L'Age Sombre:

L'ordre du 11 février 1949, qui a changé le nom du projet SIGN en projet GRUDGE (rancune) n'avait demandé aucun changement de la politique de fonctionnement du projet. Il avait en fait précisé que le projet était de continuer à étudier et évaluer des rapports des observations des objets volants non identifiés. Pour ce faire des procédures standard des renseignements seraient employées. Ceci signifie normalement l'évaluation impartiale des données du renseignement. Mais il n'est pas besoin d'étudier les vieux rapports OVNIS bien longtemps pour se rendre compte que les procédures standard du renseignement n'étaient employées par le Projet Grudge. Toutes les évaluations étaient réalisées d'après le principe que les OVNIS ne pouvaient pas exister. Quoique que vous puissiez voir ou entendre, ne le croyez pas.

De nouvelles gens ont mis la main sur le Projet Grudge. Les spécialistes de haut niveau du renseignement de l'ATIC qui avaient été si désireux de travailler au projet Sign ne travaillaient plus au projet Grudge. Certains d'entre eux avaient rigoureusement et à la hâte avaient changé d'opinion au sujet des OVNIS quand ils ont pensé que le Pentagone n'avait plus de sympathie pour la cause des OVNIS. Ils dirigeaient maintenant leurs talents vers des projets plus socialement acceptables. D'autres membres fondateurs du Projet Sign "avaient été purgés." C'étaient les gens qui avaient refusé de changer leurs avis originaux au sujet des OVNIS.

Avec le nouveau nom et le nouveau personnel est venu le nouvel objectif, se débarrasser des OVNIS. On ne l'a jamais indiqué de cette façon par écrit mais il ne fallait pas faire beaucoup d'effort pour constater que c'était le but du Projet Grudge. Cet objectif non écrit se voyait dans chaque note, chaque rapport, et chaque directive.

Pour atteindre leur objectif, le Projet Grudge s'est lancé dans une campagne qui a ouvert un nouvel âge dans l'histoire des OVNIS. Si un âge comparatif avec l'histoire du monde peut être choisi, le Moyen Age serait les plus approprié. Le dictionnaire Webster définit le Moyen Age comme période de "stagnation intellectuelle."

Pour qui est intimement au courant de l'histoire des OVNIS il est clair que le Projet Grudge avait eu un programme d'annihilation des OVNIS en deux temps. La première phase consistait à expliquer chaque rapport d'OVNI. La deuxième phase était de dire au public que l'Armée de l'Air avait résolu toutes les observations. Ceci, raisonnait le Projet Grudge, mettrait un terme aux rapports d'OVNIS.

La phase un avait été commencée par les gens du Projet Sign. Ils se sont rendu compte qu'un grand nombre de rapports avaient été provoqués par des gens voyant des ballons ou des corps astronomiques tels que des planètes, des météores, ou des étoiles. Ils se sont également rendus compte qu'avant qu'ils puissent arriver au coeur des problèmes d'OVNIS ils devraient tamiser ce type de rapport. Pour faire ceci ils avaient demandé de l'aide extérieure. Le service de météo de l'Air avait été invité à examiner les rapports et à vérifier ceux qui ont ressemblé à des ballons en utilisant leurs dossiers des vols de ballons. Le Dr. J. Allen Hynek, astrophysicien distingué et chef de département de l'astronomie de l'université de l'Etat de l'Ohio, avait été mis sous contrat à de sorte à filtrer ces rapports qui pourraient être blâmés sur des étoiles, des planètes, des météores, etc. En début mars le service météo de l'Air et le Dr. Hynek ont eu quelques identifications sans équivoque. Selon les vieux dossiers, avec ces solutions et celles que Sign avait déjà trouvées, environ 50 pour cent des OVNIS rapporté pourraient être maintenant franchement identifiés comme canulars, ballons, planètes, sundogs, etc. Il était maintenant temps de commencer la phase deux, la campagne de publicité.

Pendant de nombreux de mois les journalistes et les auteurs avaient essayé de passer derrière le mur de sécurité et d'obtenir l'histoire des OVNIS de la bouche du roi, mais aucune chance. Certains d'entre eux essayaient toujours mais ils n'avaient aucun succès parce qu'ils faisaient l'erreur de la laisser entendre qu'ils ne croyaient pas les pilotes des lignes aériennes, les pilotes militaires, les scientifiques, et tout simplement tous les citoyens fiables, qui avaient des "hallucinations," perpétraient des "canulars" ou étaient trompés par "l'identification erronée d'objets naturels." Les personnes du projet Grudge ne recherchaient pas ce type d'auteur, ils voulaient auteur qui les écouterait et écriraient la vraie histoire. Comme un officier de relations publiques me l'avait dit plus tard, "nous avons passé un sale moment. Tous les auteurs qui étaient après les histoires de soucoupes avaient fait leurs propres investigations des observations et nous ne pouvions pas les convaincre qu'ils se trompaient."

D'ici peu, cependant, la bonne personne es arrivée. C'était Sidney Shallet, un auteur pour le Saturday Evening Post. Il a semblé avoir les qualités nécessaires qui étaient désirées, ainsi sa visite à l'ATIC avait été autorisée par le Pentagone. Harry Haberer, l'homme des relations publiques de l'Armée de l'Air, a eu la tâche de veiller à ce que Shallet obtienne son histoire. J'ai entendu de nombreuses fois, des personnels civils et militaires à la fois, que l'Armée de l'Air a dit à Shallet exactement ce qu'il devrait raconter dans son article - éliminez les OVNIS - n'écrivez pas la moindre chose qui pourrait laisser penser qu'il pourrait y avoir quelque chose d'étranger dans nos cieux. Je ne crois pas que ce soit le cas. Je pense qu'il lui a juste écrit l'histoire des OVNIS comme elle lui a été dite, dite par le Projet Grudge.

L'article de Shallet, qui est paru en deux parties le 30 Avril et le 7 Mai 1949, dans les éditions du soir du Saturday Evening Post, est important dans l'histoire de l'OVNIS et dans la compréhension du problème des OVNIS parce qu'il a eu un effet considérable sur l'opinion publique. Beaucoup de gens ont eu, avec des degrés variables d'intérêt, de quoi s'interroger sur les OVNIS pendant plus d'un an et demi. Très peu avaient eu un avis définitif dans un sens ou l'autre. Le sentiment semblait être que l'Armée de l'Air travaille sur le problème et quand ils obtiendront la réponse nous saurons. Il y avait eu quelques brefs communiqués de presse ambigus de l'Armée de l'Air mais ceux-ci ne signifiaient rien. En conséquence quand l'article de Shallet est paru dans le Post on l'a largement lu. Il contenait des faits, et les faits venaient du renseignement de l'Armée de l'Air. C'était l'Armée de l'Air rendant compte officiellement des OVNIS pour la première fois.

L'article était typique des nombreuses histoires de soucoupe volantes qui devaient suivre dans les années suivantes de l'histoire des OVNIS, entièrement écrite avec du matériel obtenu à partir de l'Armée de l'Air. L'article de Shallet a en passant admis que quelques observations d'OVNIS ne pouvaient pas être expliquées, mais le lecteur n'a pas eu beaucoup de chance de penser à ce fait parce que 99 pour cent de l'histoire était consacré au côté anti-soucoupe du problème. C'était l'approche négative typique. Je sais que l'approche négative est typique de la manière dont le matériel est distribué par l'Armée de l'Air parce que l'on me disait continuellement "parlez-leur au sujet des rapports d'observation que nous avons résolus - ne mentionnez pas les inconnus." On ne m'a jamais ordonné de dire ceci, mais c'était une suggestion forte et chez les militaires quand de plus hauts quartiers vous font des suggestions, on les suit.

L'article de Shallet a commencé en conditionnant psychologiquement le lecteur en employant des expressions telles que "la grande peu des soucoupes volantes," "Un grand soufflé plein de vide," "des phénomènes effrayants," et ainsi de suite. Avant que le lecteur en arrive à la substance de l'article il se sentait comme un idiot de première grandeur d'avoir seulement osé penser aux OVNIS.

Il a précisé comment la "furie" au sujet des rapports d'OVNIS est devenue si grande que l'Armée de l'Air était "obligée" à étudier les rapports à contrecoeur. Il n'a pas mentionné que pendant deux mois après le premier rapport OVNI c'est l'ATIC qui a demandé la mise en place du Projet Sign puisqu'ils pensaient que les OVNIS existent. Il n'a pas non plus mentionné une seule fois l'évaluation top secrète de la situation qui a également conclu que les OVNIS étaient vrais. Il n'a pas non plus reflété dans son article la période d'excitation et d'inquiétude du Projet Sign quand les conférences secrètes ont précédé et ont suivi chaque voyage pour étudier un rapport d'OVNI. C'était cela, l'Armée de l'Air "obligée" d'étudier à contrecoeur les rapports d'OVNIS.

En sandwich dans l'histoire il y avait des détails de plusieurs observations d'OVNIS; certaines nouvelles et certaines anciennes, en ce qui concerne le public. Le rapport original d'OVNIS par Kenneth Arnold n'a pas pu être expliqué. Arnold, cependant, avait vendu son récit au magasine FATE et dans le même numéro de FATE il y avait des histoires avec des titres tels que "derrière le voile éthéré" et "des êtres invisibles se promènent sur la terre," suggérant que l'histoire d'Arnold pourrait entrer dans la même catégorie. Les observations où l'Armée de l'Air avait eu la réponse avaient les détails des explications. Ceux qui étaient des inconnus étaient mentionnés, mais seulement en passant.

Beaucoup de noms célèbres ont été cités. Le défunt Général Hoyt S. Vandenberg, alors chef du personnel de l'Armée de l'Air, avait vu une soucoupe volante mais elle était juste une réflexion sur le pare-brise de son B-17. L'OVNI du Général Lauris Norstad était une réflexion d'une étoile sur un nuage, et le général Curtis E. Le May a découvert qu'un OVNI sur six était un ballon; Le Colonel McCoy, alors chef de l'ATIC, avait vu un bon nombre d'OVNIS. Tous étaient des reflets d'avions éloignés. En d'autres termes, personne parmi ceux qui sont quelqu'un à l'Armée de l'Air ne croit aux soucoupes volantes.

Les personnalités dans les échelons militaires supérieurs avaient parlé.

Quelques rapports de canulars et de cinglés ont illustré l'article de M. Shallet.

La réaction à l'article ne fut pas celle que l'Armée de l'Air et l'ATIC attendaient. Ils avaient pensé que le public lirait l'article et le jetterait en même temps que toutes ses pensées d'OVNIS, dans la poubelle. Mais cela n'a pas été le cas. Dans les quelques jours la fréquence des rapports d'OVNIS a atteint une hauteur absolue. Les gens, militaires et civils, n'avaient de toute évidence pas accordé beaucoup d'attention au Généraux Vandenberg, Norstad, Le May, ni au Colonel McCoy; ils n'ont pas cru que ce qu'ils voyaient étaient des hallucinations, des réflexions, ou des ballons. Ce qu'ils voyaient étaient des OVNIS, quoi que les OVNIS puissent être.

J'ai entendu souvent des gens de l'ex-Project Grudge dire que Shallet "les avait trahi," qu'il a vaguement mentionné qu'il pourrait y a quelque raison dans les OVNIS. Ceci a fait de lui un pro soucoupe.

Quelques jours après la publication de la partie finale de l'article du Post l'Armée de l'Air a donné un long et détaillé communiqué de presse pour le debunking complet des OVNIS, mais ceci n'a eu aucun effet. Cela a seulement semblé ajouter à la confusion.

Une chose que l'article de Shallet a accomplie a été de planter une graine de doute dans les esprits de beaucoup de gens. L'Armée de l'Air indiquait-elle la vérité au sujet des OVNIS? Le public et un grand pourcentage des militaires ne savaient pas ce qui se passait derrière la barrière de barbelé de l'ATIC mais ils savaient qu'un bon nombre de gens dignes de confiance avait vu des OVNIS. Les pilotes de lignes aériennes sont considérés comme des gens responsables - les pilotes des lignes aériennes avaient vu des OVNIS. Les pilotes militaires expérimentés et les officiers au sol sont des personnes responsables - ils ont vus des OVNIS. Les scientifiques, les médecins, les avocats, les négociants, et le vieux Joe Doakes avait vu les OVNIS, et leurs amis savaient qu'ils étaient des gens responsables. De façon ou d'autre ces faits et la tonalité de l'article du Post n'étaient pas tout à fait dans le ton correct, et quand les choses ne sont pas dans le ton correct, les gens deviennent soupçonneux.

Parmi ces gens qui avaient une bonne idée de ce qui se passait derrière les barbelés de l'ATIC, les journalistes et des auteurs de journaux avec "des sources généralement bien informées, " l'article du Post a semé une plus grosse graine de doute. Pourquoi ce changement soudain de politique, se sont-ils demandés? Si OVNIS étaient si sérieux il y a quelques mois, pourquoi ce debunking soudain? Peut-être l'histoire de Shallet était un travail pour l'Armée de l'Air. Peut-être que la sécurité avait été renforcée. Leurs sources d'information signalaient que beaucoup de gens parmi les militaires n'ont pas vraiment été d'accord avec l'article de Shallet. La graine du doute a commencé à se développer, et certains de ces auteurs ont commencé à commencer "leurs propres investigations indépendantes" pour obtenir la "vraie" histoire. La recherche prend du temps, ainsi pendant l'été et l'automne de 1949 il n'y avait pas beaucoup d'activité apparente d'OVNIS.

Tandis que les auteurs ont commencé à pousser à droite et à gauche pour leurs obtenir leurs propres faits, le projet Grudge est arrivé de plus en plus à une période d'inactivité presque totale. Les bons rapports d'OVNIS ont continué à arriver au taux d'environ dix par mois mais ils n'étaient pas vérifiés ou n'étaient pas étudiés. La plupart d'entre eux étaient jetés. Il y a peu ou pas de rapports d'OVNIS pour la partie moyenne et finale de 1949 dans les dossiers de l'ATIC. Seul un carnet, montrant des rapports arrivant, donne la moindre idée de l'activité de cette période. L'effort maigre qui était fait était investi dans un rapport sur les vieux rapports d'OVNIS, ceux reçus avant le printemps de 1949. Le projet Grudge pensait qu'ils écrivaient le rapport final sur les OVNIS.

Du petit peu de la correspondance et des notes qui se trouvaient dans les dossiers de l'ATIC, il était évident que le Projet Grudge ait pensé que les OVNIS étaient finis. Tous les auteurs s'enquérant au sujet de l'activité d'OVNIS ont été mentionnés le communiqué de presse de debunking donné juste après que l'article du Post ait été publié. Il n'y avait plus rien à dire. Le projet Grudge a cru qu'ils avaient gagné la bataille des OVNIS; les auteurs ont pensé qu'ils dissimulaient une histoire terrible - l'histoire que l'Armée de l'Air savait ce qu'étaient les OVNIS et ne le disaient pas.

Vers la fin de l'automne 1949 le matériel pour plusieurs histoires d'OVNIS avait été rassemblé par des auteurs qui avaient voyagé partout aux Etats-Unis et avaient parlé aux gens qui avaient vu des OVNIS. Au début de l'hiver ce matériel avait été travaillé et était devenu des histoires d'OVNIS. En décembre les presses ont commencé à tourner. Le magazine TRUE fait son "scoop" mondial avec son histoire des OVNIS comme venant de l'espace.

L'article de TRUE, intitulé, "les soucoupes volantes sont réelles," était écrit par Donald Keyhoe. L'article s'ouvrait avec une forte frappe. Dans le premier paragraphe Keyhoe a conclu qu'après huit mois de recherches étendues il avait trouvé les preuves que la Terre était étroitement surveillée par des êtres intelligents. Leurs véhicules étaient les prétendues soucoupes volantes. Alors il a commencé à prouver son point de vue. Son argument s'établissait autour des trois classiques: le cas Mantell, le cas Chiles-Whitted, et les incidents de Gorman. Il a pris chaque observation, a détaillé les "faits," a mis en pièce les conclusions officielles de l'Armée de l'Air, et a présenté sa propre analyse. Il s'est lancé dans un assortiment divers des faits techniques qui ont donné à l'article une saveur distincte et bien fondée. Ceci, combiné avec le fait qui TRUE avait le nom qu'il fallait pour imprimer la vérité, a frappé le public comme un obus de 8 pouces. Dans les heures après qu'il soit apparu dans les boîtes aux lettres des abonnés et sur les kiosques à journaux, la radio et les commentateurs et les journaux de TV lui donnaient le grand jeu. Les OVNIS étaient de retour dans les affaires, pour y rester. TRUE était dans les affaires aussi. On dit parmi les éditeurs de magazines que l'article de Keyhoe dans TRUE a été un des articles de magazine les plus largement lus et les plus largement discutés de l'histoire.

L'Armée de l'Air avait aidé Keyhoe par inadvertance, en fait, ils ont fait de son histoire un succès. Lui et plusieurs autres auteurs étaient entré en contact avec l'Armée de l'Air en demandant des informations pour leurs articles de magazine. Mais, sachant que les articles étaient pro soucoupe, ces auteurs ont été éconduits sans cérémonie. Keyhoe a porté son combat jusqu'au sommet, jusqu'au Général Sory Smith, directeur du bureau de l'information publique, mais toujours rien à faire - l'Armée de l'Air ne divulguait pas davantage que ce qu'elles avait déjà dit. Keyhoe a interprété ceci comme significatif d'une sécurité serrée, le type le plus serré de sécurité. Keyhoe a eu une autre approche, cependant. Il était un diplômé d'Annapolis, et parmi ses compagnons de classe il y avait des gens tels que l'amiral Delmar Fahmey, alors un intervenant de la plus haute importance dans le programme des missiles guidés de la Navy, et l'amiral Calvin Bolster, directeur du bureau de la recherche navale. Il est allé les voir mais ils ne pouvaient pas l'aider. Il a su que ceci a signifié que la vraie histoire des OVNIS était d'importance et que ce pourrait être seulement une chose - des vaisseaux spatiaux interplanétaires ou des armes terrestres - et ses contacts ont nié qu'ils étaient des armes terrestres. Il a joué de cet angle de la sécurité dans son article de TRUE et dans un livre postérieur, et il a donné à l'histoire le coup de pouce nécessaire.

Mais l'Armée de l'Air n'essayait pas de dissimuler. C'était juste qu'ils ne voulaient pas de Keyhoe ni d'aucun autre fan des soucoupes dans leurs pattes. Ils ne voulaient pas être tracassés. Ils n'ont pas cru aux soucoupes volantes et ne pouvaient pas se figurer que quiconque d'autre y croyait. Croire, pour les gens de l'ATIC en 1949, signifiait émettre la simple idée qu'il pourrait y avoir quelque chose dans les rapports.

L'Armée de l'Air a eu un plan pour parer l'article de Keyhoe, ou n'importe quelle autre histoire qui pourrait paraître. Le plan a commencé à l'ATIC. Il a exigé un officier général pour tenir une courte conférence de presse, faire clignoter ses étoiles, et parler de la magie des "canulars, des hallucinations, et de l'identification erronée de phénomènes naturels." TRUE, Keyhoe et les autres resteraient sans le sou en essayant de fourguer leurs magazines. L'article de TRUE est paru, le Général a parlé, le public a ri, et Keyhoe est devenu riche. Seuls les autres magazines qui avaient projeté de publier des histoires d'OVNIS, et qui ont été devancés par True, ont perdu. Leurs histoires étaient tuées par le fait qu'elles auraient été une contre-louange à l'oeuvre alimentaire de Keyhoe.

La courte conférence de presse courte des forces aériennes a été suivie d'un communiqué de presse. Le 27 décembre 1949, on a annoncé que le Projet Grudge avait été fermé et que le rapport final sur les OVNIS serait publié pour la presse dans quelques jours. Quand il a été publié il a causé un grand intérêt parce que, censément, c'était tout ce que l'Armée de l'Air savait des OVNIS. De nouveau, au lieu de jeter de grandes quantités d'eau froide sur les OVNIS, il a seulement causé plus de confusion.

Le rapport a été officiellement intitulé "Projet Objet Volants Non Identifiés Grudge," numéro technique de rapport 102-AC-49/15-100. Mais il a été largement désigné sous le nom de rapport Grudge.

Le rapport Grudge était un rapport militaire typique. Il y avait le corps du rapport, qui a contenu la discussion, les conclusions, et de courtes recommandations. Ensuite il y avait plusieurs annexes qui étaient censées justifier les conclusions et les recommandations faites dans le rapport.

L'une des annexes était le rapport final du Dr. J. Allen Hynek, astronome en contrat avec le Projet Grudge. Le Dr. Hynek et son personnel avait étudié 237 des meilleurs rapports d'OVNIS. Ils avaient passé plusieurs mois à analyser chaque rapport. La recherche dans les journaux astronomiques et les vérifications de la localisation de divers corps célestes leur ont fait constater qu'un certain nombre d'OVNIS pourraient être expliqués. Des 237 rapports que lui et son personnel ont examinés, 32 pour cent pourraient être expliqués astronomiquement.

Le service de la météo de l'Armée de l'Air et le laboratoire de recherches de Cambridge de l'Armée de l'Air avaient filtré les rapports d'OVNIS qui pourraient avoir été des ballons. Ces deux organismes avaient des données sur les vols des ballons de météo réguliers et des énormes Skyhooks mis en l'air. Ils ont expliqué 12 pour cent des 237 rapports d'OVNIS comme étant des ballons.

Cela laissait toujours 56 pour cent d'inconnus. Par l'élimination des canulars, des rapports qui étaient trop nébuleux pour une évaluation, et des rapports qui pourraient bien être des avions mal vus, le Projet Grudge s'est débarrassés d'encore 33 pour cent des rapports. Ce qui laissait 23 pour cent de rapports qui sont tombés dans la catégorie "inconnu."

Il y avait plus d'annexes. La Rand Corporation, un des organismes les moins connus et pourtant des entrepreneurs fortement compétents de l'Armée de l'Air, a regardé les rapports et fait son rapport, "nous n'avons trouvé rien qui puisse sérieusement contredire des explications rationnelles simples des divers phénomènes en termes de ballons, avions conventionnels, planètes, météores, bouts de papiers, et optiques, de farceurs, de journalistes pathologiquement psychopathes, et ainsi de suite." Mais le commentaire de la Rand n'a pas beaucoup aidé parce qu'ils n'ont fourni aucune solution à aucun de ces 23 pour cent d'inconnus.

La branche de psychologie du laboratoire sanitaire de l'Air Force a fait une passe sur les aspects psychologiques. Ils ont dit, "il y a des explications psychologiques suffisantes pour les rapports des objets volants non identifiés pour fournir des explications plausibles pour des rapports autrement non explicables." Ils ont précisé que certains ont "des taches dans leurs yeux " du fait des petites particules qui flottent dans les fluides de l'oeil et forment des ombres sur la rétine. Ensuite ils ont précisé que certains sont juste des cinglés. Beaucoup de gens qui ont lu le rapport Grudge ont considéré ces deux points comme voulant signifier que tous les observateurs d'OVNIS avaient des taches devant leurs yeux ou étaient des cinglés. Ils ont analysés les rapports statistiquement. Les gens qui ont rédigé le rapport ont constaté que plus de 70 pour cent des gens faisant des observations ont rapporté un objet légèrement coloré. (je doute de cela, mais c'est ce que ce rapport a indiqué.) Ils ont dit qu'un grand essentiel de ces rapports d'objets légèrement colorés était que n'importe quel objet en vol à haute altitude paraître sombre contre le ciel. Pour cette raison les OVNIS ne peuvent pas exister.

Je propose que la prochaine fois que vous êtes dehors et voyez un bombardier passer à une altitude élevée vous le regardiez avec soin. A moins qu'il ne soit peint d'une couleur foncée il ne semblera pas foncé.

Le bureau de la météo des Etats-Unis a écrit un rapport extrêmement complet et intéressant sur tous les types de foudre. Il a été inclus dans le rapport Grudge mais il contenait une note: "aucun des incidents enregistrés ne semble avoir été de la foudre."

Il y avait une dernière annexe. Elle a été intitulée, "résumé de l'évaluation des rapports restants." Ce qui était signifié par ce titre, était "nous avons 23 pour cent de rapports que nous ne pouvons pas expliquer mais nous devons les expliquer parce que nous ne croyons pas aux soucoupes volantes." Cette annexe a contribué considérablement à mon utilisation de l'analogie avec le moyen âge, l'âge de la "stagnation intellectuelle."

Cette annexe était importante - c'était la partie charnue du rapport entier. Chaque observation d'OVNI avait été soigneusement vérifiée, et ceux avec des réponses avaient été éliminés. Alors ceux qui étaient énumérés dans le "résumé de l'évaluation des rapports restants" devraient être les meilleurs rapports d'OVNIS - ceux sans réponses.

C'était l'annexe que les journalistes ont saisi quand le rapport Grudge a été publié. Elle a contenait la grande histoire. Mais si vous vérifiez dans les vieilles archives des journaux vous trouverez à peine une mention du rapport Grudge.

On m'a dit que les journalistes ne m'ont pas cru quand j'ai essayé de découvrir pourquoi le rapport Grudge n'avait pas été mentionné dans les journaux. J'ai entendu l'histoire d'un correspondant de journal à Washington que je connaissais assez bien et qui me tenait au courant des derniers potins sur les OVNIS qui étaient diffusés dans les cercles de la Presse de Washington. Il était un de ces humains qui ont eu un cerveau comme une armoire à archives; il pouvait tout se rappeler sur tous les sujets. Les OVNIS étaient son passe-temps. Il se rappelait la sortie du rapport Grudge; en fait, il était parvenu à en obtenir sa propre copie. Il m'a dit que le rapport avait été tout à fait impressionnant, mais seulement dans son ambiguïté, ses raisonnements illogiques, et ses efforts très apparents pour expliquer tous les rapports d'OVNIS à n'importe quel prix. Lui, personnellement, pensait que c'était une faible tentative de sortie un "faux" rapport, plein d'informations fallacieuses, pour faire la dissimulation de la vraie histoire. D'autres, m'a-t-il dit, ne savaient simplement pas quoi en penser - ils étaient dans la confusion.

Et ils avaient tous les droit de se sentir en pleine confusion.

Comme exemple de la manière dont plusieurs des meilleurs rapports de la période 1947-49 ont été "évalués," prenons le rapport d'un pilote qui a intercepté un OVNI près de Washington, D.C, la nuit du 18 novembre 1948.

"A environ 09:45 EST j'ai remarqué une lumière se déplaçant généralement du Nord vers le Sud au-dessus d'Andrews AFB. Elle semblait être une lumière blanche continue incandescente. J'ai pensé que c'était un avion avec seulement un phare d'atterrissage donc je m'en suis rapproché pour le vérifier, car je voulais commencer mon atterrissage. Je volais bien au-dessus de l'altitude du trafic d'atterrissage à ce moment. Alors que je m'approchais de la lumière j'ai noté que ce n'était pas un autre avion. Juste à ce moment il a commencé à faire une manoeuvre évasive violente donc j'ai essayé de rapprocher de lui. J'ai fait un premier contact à 2.700 pieds au-dessus du terrain. J'ai commuté mes lumières de navigation en marche et en arrêt mais je n'ai obtenu aucune réponse donc je me suis rapproché encore plus - mais la lumière a rapidement volé vers le haut et au-dessus de mon avion. J'ai alors essayé de me rapprocher à nouveau mais la lumière a tournée. J'ai essayé de tourner à l'intérieur de son virage et en même temps, de placer cette lumière entre la lune et moi, mais même avec mes ailerons abaissés je n'arrivais pas à virer à l'intérieur du virage de la lumière. Je ne suis jamais parvenu à entrer dans une position où la lumière s'est silhouettée contre la lune."

"J'ai pourchassé la lumière en haut et en bas et autour pendant environ 10 minutes, puis pendant en dernier recours j'ai fait une passe en allumant mes phares d'atterrissage. Juste avant que l'objet ne fasse un virage serré final et ne se dirige vers la côte j'ai vu que c'était un objet ovale gris foncé, plus petit que mon T-6. Je ne pourrais pas dire si la lumière était sur l'objet ou si l'objet entier était incandescent."

Deux officiers et un chef d'équipage, et un sergent major, ont complètement corroboré le rapport du pilote. Ils s'étaient tenus sur la ligne de vol et avaient été témoin de tout l'incident.

Le service de météo de l'Air, qui avait été appelé comme experts en ballons météo, a lu ce rapport. Ils ont dit, "certainement pas un ballon." Le Dr. Hynek a dit, "aucune explication astronomique." Ce n'était pas un autre avion et ce n'était pas une hallucination.

Mais le Projet Grudge a eu une réponse, c'était un ballon météo. Il n'y avait aucune explication quant à pourquoi ils avaient avec tellement d'aisance renversé la décision du service de la météo de l'Air.

Ils avaient une réponse pour chaque rapport.

Des 600 pages des annexes, des discussions des annexes, et des études soigneuses des rapports d'OVNIS, il fut conclu ceci:

  1. L'évaluation des rapports des objets volants non identifiés ne constituent aucune menace directe à la sécurité nationale des Etats-Unis.
  2. Les rapports d'objets volants non identifiés de vol sont le résultat de:
    • a. Une forme bénigne d'hystérie de masse ou "d'angoisse de guerre."
    • b. Individus qui fabriquent de tels rapports pour perpétrer un canular ou à la recherche de publicité.
    • c. Personnes psychopathes.
    • d. Identification erronée de divers objets conventionnels.

Il fut recommandé que le projet Grudge "soit réduite dans sa portée" et que seulement "ces rapports indiquant clairement des applications techniques réalistes" soient envoyés à Grudge. Il y avait une note au-dessous de ces recommandations. Elle disait, "il est tout à fait évident que davantage d'étude le long des lignes actuelles confirmerait seulement les résultats présentés ci-dessus."

Quelqu'un a lu la note et a été d'accord parce qu'avec l'accomplissement et l'approbation du rapport Grudge, le projet a été laminé. Les gens pourraient rouspéter et protester, voir des soucoupes volantes, des éléphants roses, des serpents de mer, ou Harvey, mais ce n'était plus le problème de l'ATIC.


 |  Début    <  Chapitre précédent   Chapitre suivant  >  


Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 juillet 2010.