AccueilAcceuil

Le film couleur de Great Falls, Montana, 15 Août 1950:

"Filmez-donc ces fameux OVNIS," dirent les sceptiques. Eh bien voilà un film. "Les vidéos peuvent être truquées, avec toutes ces techniques modernes" répliquent les sceptiques. Bien sur, mais celui-ci n'est pas une vidéo faite sur PC mais un film couleur de 1950. "Ce ne sont que des avions ou des oiseaux ou des météores," dirent les sceptiques. "Non, c'est un NON IDENTIFIE," dit le Capitaine Edward Ruppelt en charge de l'étude des OVNIS de l'US Air Force, après analyses. "Ne parlons plus de ce film," fut la décision des sceptiques de 1950. "Filmez donc ces fameux OVNIS," continuent à marteler les sceptiques modernes.

DANS CE DOSSIER:

LE FILM, INTRODUCTION:

Francis Ridge:

(La teneur du début de ces pages a été essentiellement créée par Francis Ridge pour le site web du NICAP. La version française de ces pages dans la version française de ce site web en est ma traduction non officielle. La discussion qui suit n'engage que moi).

Le film a été pris le 15 Août 1950, par Nicolas Mariana, directeur général de l'équipe de base-ball des "Selectrics" de Great Falls. Ce film a été classé top secret, il est maintenant déclassifié et est toujours considéré comme "inexpliqué." Il convient de noter que dans la version du film déclassifiée par le gouvernement (par les Archives Nationales, etc...) les objets filmés n'apparaissent presque pas. Cependant, les versions intégrales du film (comme vous le verrez plus tard) prouvent que les objets étaient clairement visibles et ovales, particulièrement au début du film. Et tout suggère fortement que ce que Mariana nous a indiqué pendant longtemps est vrai, une grande partie du début du film a été apparemment censurée par l'Armée de l'Air.

LE SYNOPSYS PAR LE NICAP:

OVNIS: LES PREUVES, NICAP, 1964, Page 88:

Nick Mariana, de Great Falls dans le Montana, a pu filmer en couleur et 16 millimètres deux OVNIS qui apparaissent comme des points circulaires lumineux et brillants. Des images de ces OVNIS plus rapprochées, confirmant l'observation visuelle de deux disques avec un anneau tournant, ont été portées disparues une fois que le film fut rendu à Mariana par l'Armée de l'Air. La longueur restante a été inclue dans le film documentaire "OVNIS" de United Artists et comparée au film du 2 Juillet 1952, tourné à Tremonton, dans l'Utah, et montrant des images semblables. Mariana a employé un film de Kodachrome de jour dans une caméra de type tourelle de Revere et a obtenu 315 images montrant les OVNIS. Le film a été examiné par l'Armée de l'Air et la marine, mais rapport formel n'a pas été publié. Il y a cependant un rapport de l'analyse photogrammétrique par le Dr. Robert M.L. Baker, Jr., de Douglas Aircraft Corporation, dans nos archives au NICAP. L'explication de l'Armée de l'Air fut que les OVNIS étaient des réflexions d'avions à réactions au loin "très étirées," et l'analyste n'énonce aucune conclusion définie. Cependant, ces OVNIS n'ont pas pu être expliqué comme étant quelque objet conventionnel que ce soit.

Ceux qui désireraient une copie de bonne qualité de cet excellent film peuvent le commander sous forme du documentaire "OVNIS" de 1956, en envoyant 23$ (ce qui inclut le port) à:

UFO Documentary
618 Davis Drive, Mt.
Vernon, IN 47620.

LES TEMOINS:

Nicholas "Nick" Mariana a fait des études de journalisme à l'université d'état du Montana de 1935 à 1938. Il se marie en 1940 et s'installe à Great Falls en 1941. De Juin 1943 à Octobre 1945 il fait partie de l'US Army Air Force et en sort avec le grade de Caporal, il est le rédacteur du journal de la base aérienne militaire de Great Falls. En 1950, il dirige l'équipe de base ball des Selectrics à Great Falls et est un commentateur sportif, considéré comme une personne honnête et respectable par la communauté.

Sa secrétaire, présente au moment des faits, se nomme Viginia Raunig et avait alors 19 ans.

LES EVENEMENTS:

Le 15 Août, Mariana est au stade de baseball de Great Falls en préparation d'un match de l'après-midi en compagnie de sa secrétaire, Virginia Raunig, 19 ans.

A 11:25 il regarde vers le Nord-Nord-Ouest la cheminée de la Compagnie de Cuivre Anaconda pour observer la direction des vents. Il voit alors dans cette direction deux lumière brillantes stationnaires dans le ciel et se rend compte au bout de quelques secondes qu'elles ne peuvent pas être des avions. Il attire l'attention de sa secrétaire vers les objets, celle-ci les voit également. It court à sa voiture à 20 ou 50 mètres de là pour y chercher sa caméra. Il met 5 à 8 secondes pour charger sa caméra avec du film couleur Kodak pour film de jour. La caméra est du type Revere turret, de 16mm, avec chargement par magasin avec une lentilles F.1.9, et une longueur de focale de 3 pouces. Il règle le diaphragme à F.22 et la mise au point à l'infini. La vitesse du film était de 16 images/seconde. 30 secondes environ s'écoulèrent entre le moment de l'observation et le début du film. Près de sa voiture, il commença par filmer en panoramique lentement de droite à gauche tandis que les objets brillants quittaient leur position stationnaire pour aller disparaître de la vue vers le Sud-Ouest.

Mariana décrivit 2 lumières en forme de disque ayant l'aspect de l'aluminium poli, brillants et nets. Il estime leur taille à 50 pieds de diamètre, 3 pieds d'épaisseur et qu'ils étaient à environ 50 yards l'un de l'autre. Il pense qu'elles faisaient un bruit de sifflement ou de souffle. Il dit que les objets semblaient de temps en temps vibrer et perdre leur assiette quand ils étaient stationnaires et qu'alors ils effectuaient une correction de leur assiette. Il est certain que les disques étaient en rotation.

Dans le rapport Blue Book de 1950, il est dit qu'il estima leur vitesse à 200 mph quand ils partirent, tandis que dans le rapport Blue Book de 1952 cette vitesse estimée est donnée comme étant supérieure à 400 mph. Selon Mariana les objets étaient entre 5000 et 10000 pieds d'altitude et à un angle d'élévation de 30 à 35° au-dessus de l'horizon et à une distance de 0,75 miles ou de 2 à 5 miles de lui. Les analyses du film par Robert L. Baker indiquent que dans les premières images du film, les lumières étaient à une élévation d'environ 15° et descendaient lentement.

LE FILM:

L'observation aurait durée 3 minutes et demie entre le moment ou il a vu les objets et le moment ou il les a perdu de vue.

Mariana tourna près de 16 à 20 secondes de film, mais la première partie la plus intéressante montrant les objets encore proches et stationnaires fut selon lui confisquée par l'Air Force.

Une indication que cette affirmation est probablement vraie est que le rapport de Douglas Aircraft d'Avril 1956 indique que les objets stationnèrent en un point au-dessus d'un château d'eau durant un moment puis volèrent en dehors de vue avec un son de souffle. Or le film disponible publiquement aujourd'hui ne montre que les appareils en mouvement. Les premières 10 ou 20 images du film, montrent les objets au moment ou ils sont les plus proches donc les plus grands. Selon Mariana environ 30 images avant cela montraient ces lumières comme des objets discoïdaux dont le mouvement rotatif était visible. Durant cette séquence, les deux images ressortent du fond du ciel en raison de leur intensité, détail, et orientation relative constante, l'un précédant l'autre dans une progression fluide au travers du ciel et derrière le château d'eau. Il y a une lente disparition et une diminution en taille. Dans le film, les lumières se stationnent pas ni ne ralentissent près de la tour. D'après l'analyse photogramétrique du film [Baker], les lumières disparaissent complètement de vue vers la fin de la 16ème seconde du film. Une analyse ultérieure[Baker] indique que malgré leur disparition dans les dernières images (complètement à la 225ème), elles disparaissent assez soudainement à la fin pour ne pas être des réflecteurs isotropiques de luminosité constante (c'est à dire des ballons).

A tous moment les 2 objets présentent des formes elliptiques dont l'analyse de Robert L. Baker conclut qu'elle est exclusivement due au mouvement de la caméra (effectuant un panoramique de droite à gauche), mais d'autres mesures (voir plus bas) suggèrent que, à l'exception de quelques images, l'aspect elliptique n'est présent que parce que la source de réflexion n'est pas circulaire. L'aspect elliptique est mieux visible dans les premières images, où les objets apparaissent plus grands.

Mariana fit développer son film et le montra à divers amis intéressés et même à une réunion du club de base ball. Aucune mention de l'observation ne fut signalée dans aucun des journaux de Great Falls avant le 12 Septembre 1950, alors que Mariana était fréquemment mentionné dans les journaux de par son rôle de chef de l'équipe de base ball. Un journaliste du Great Falls Leader fut le lien pour rapporter l'observation aux autorités. Mariana soumit le film aux autorités de l'ATIC qui le lui demandaient. Il fut analysé par l'USAF dans le cadre du projet Grudge, puis également par l'U. S. Navy. Le rapport initial de l'USAF est daté du 5 Octobre. Edward Ruppelt, dirigeant le projet Blue Book rapporte que:

"Mariana a envoyé ses films à l'Air Force en 1950, mais en 1950 il n'y avait pas aucun intérêt pour les OVNIS et donc, après une rapide visualisation, le Projet Grudge les catalogua comme des "réflexions de deux chasseurs F-94 qui étaient dans la région. En 1952, à la demande du Pentagone, je rouvris l'enquête (...) Après l'étude originale, visiblement superficielle, du film en 1950, le QG de l'AMC conclut de manière écrite auprès de Mariana en un exemple de dissimulation militaire que "nos analystes de photographie n'ont rien pu identifier de nature inhabituelle. Notre rapport d'analyse doit donc être négatif.""

D'après Ruppelt l'enquête de l'ATIC de 1952 confirma rapidement que les objets n'étaient pas des oiseaux, des ballons, ou des météores. Les conclusions furent que, considérant que les objets étaient à une distance trop grande pour être explicités, ils se déplaçaient trop vite et de manière trop stable pour être des oiseaux, mais trop lentement pour être des météores. Les avions étaient la seule alternative possible (voir plus bas). Les objets furent décrits par Ruppelt comme d'origine inconnue. Albert Chop, employé de ATIC à cette époque et contacté en 1955 par Baker [Baker], se souvient que l'analyse ne put aboutir à une conclusion, ce qui confirme le rapport de Ruppelt.

Lorsque le film fut enfin restitué à Mariana à l'US Air Force, après qu'un journal ait rapporté que Mariana se soit plaint de cette confiscation, plus de 30 images sur les 290 avaient été supprimées. D'après Mariana, les 30 premières images montraient les objets de plus près au moment ou ils étaient stationnaires, on distingue qu'ils ont un anneau rotatif autour d'eux et il est clair selon Mariana que ces images ne montre ni des oiseaux ni des chasseurs à réaction.

Le film a par la suite été acheté par Green-Rouse Productions des Studios Sam Goldwyn à Hollywood, et fut intégré à un film documentaire sur les OVNIS difusé par United Artists en 1956.

Le docteur Robert L. Baker de la Douglas Aircraft emprunta une copie 35 mm du film aux Studios Sam Goldwyn en 1955 et en fit une nouvelle analyse.

CE QUE LES SCEPTIQUES NOUS DISENT:

De même tandis qu'il étudiait le problème de nouveaux examens de cas anciens, "classiques", le docteur Roy Craig du projet Colorado (qui aboutit au rapport Condon) interrogea plusieurs protagonistes du cas en 1967. Il rapporte:

Ce à quoi il peut être répondu:

Dans pratiquement toutes les premières publications, celles de Baker, celle de Ruppelt en 1956, la date de l'événement est donnée comme étant le 15 Août 1950. Cependant, le docteur Roy Craig note une première correspondance entre Mariana et le projet Blue Book qui pose une incertitude sur la date. Une lettre datée du 9 Janvier 1953, de la base de l'USAF de Great Falls (renommée plus tard Malstrom, une base qui est mentionnée régulièrement dans ce site) au projet Blue Book, transmettant les résultats d'une nouvelle interrogation demandée par Ruppelt du Projet Blue Book, indique:

La version de l'incident par Mariana est la suivante: "Le 5 ou 15 Août 1950, en tant que chef des Selectrics, une équipe de base ball locale, je marchais dans la tribune du stade local d'ici à Great Falls, Montana. Il était environ 11 h 30 et mon but était d'examiner la direction du vent en prévision de la partie de l'après-midi.'

Un examen ultérieur du cas par Blue Book, daté de fin 1956, donne la date comme étant le "5 ou le 15 Août 1950". Le docteur Craig détermina en vérifiant les archives des journaux de Great Falls qu'il n'y avait pas de match à domicile prévu pour le 15 Août et, qu'en fait, l'équipe du témoin jouait ce soir-là à Twin Falls (Idaho). Mrs. LaVern Kohl, Libraire de Référence à la Bibliothèque Publique de Great Falls, a déterminé, à la demande du docteur Craig, que l'équipe de base ball n'a pas joué de match à domicile entre le 9 et le 18 Août 1950. La date du 15 Août pour l'observation est donc certainement remise en question.

Roy Craig n'a cependant pas pris le soin de demander des explications à Nick Mariana sur ces points.

Philip Klass a procédé ainsi dans son attaque du cas: il y trouvé une photo d'un avion reflétant le soleil et a dit que l'aspect de cet avion est similaire à ce que l'on voit dans le film et selon lui celà suffit à prouver que le film montre des avions. Faut-il expliquer que comparer une image fixe à un film n'a aucun sens? La caractéristique intéressante du film est que la brillance des objets volant a une apparence constante, ce qui justement ne serait pas le cas si cette brillance était causé par un reflet du soleil. Dans sa discussion du cas, Philip Klass se montre incroyablement léger et peu intéressant. Par rapport au analyses effectuées par les experts véritables, sa proposition est, comme souvent, totalement sans intérêt voire lamentable. Le responsable de l'enquête sur ce cas au sein du rapport Condon à quant à lui étudié la réflectivité d'avions en mouvement et à conclu exactement à l'opposé de Philip Klass. Faut-il en déduire que Klass n'a pas lu le rapport Condon?

DISCUSSION:

L'US Air Force a menti à l'origine en déclarant que le film est trop sombre et qu'on y voit rien. C'est la réouverture du dossier par Ed Ruppelt dans le cadre du réexamen de cas anciens par Blue Book qui a permis de constater ce mensonge éhonté. Nous voyons bien que le film n'est aucunement trop sombre. Il est indispensable de lire le récit de Ruppelt présenté dans ces pages pour comprendre que ce film, comme d'autres, est au contraire extrêmement intéressant. De même, le parcours du film révèle l'attitude de la communauté scientifique non spécialisée dans le sujet des OVNIS par rapport au phénomène OVNI en général.

L'incertitude de la date semble se lever en seulement 5 minutes de recherches documentaires: il suffit de lire les journaux de l'époque, le premier article parait le 6 Août et parle de l'observation de la veille. Deux articles ultérieurs du 12 Septembre datent l'observation du 15. Par la suite, Mariana lors de la réouverture du dossier par Blue Book ne sait plus si la date est le 5 ou le 15. Il ne parait pas que ce soit une raison suffisante pour considérer que cette incertitude établirait que le film n'ait pas le sens qu'il a. La seule conséquence de cette incertitude est qu'il devient vain de citer la présence ou l'absence d'avions le 15, et qu'il s'agit d'évaluer si les objets pourraient être des avions en se contentant du film et du témoignage.

Si Raunig déclare à Roy Craig qu'elle n'a vu qu'un objet, cela ne signifie pas forcément qu'il n'y en avait qu'un, mais qu'elle n'en a vu qu'un. De toute façon, quoi que ce soit que montre le film, même s'il s'agit d'oiseaux ou d'avions, il est pourtant clair qu'il y en a bien deux. Il semble évident qu'elle soit arrivée "en courant derrière Mariana qui filmait" donc vers la fin de l'observation. Il est bien possible qu'elle n'ait vu que l'un des deux objets qui prenaient de la distance à ce moment.

Mariana dit que des images ont été supprimées du film par l'US Air Force. Les sceptiques bien entendu voient là non pas un témoin qui se plaint que des informations aient été perdues, mais une raison de considérer le témoin comme un fabulateur. Personnellement j'ai préféré vérifier s'il est possible de retrouver les images supprimées, et vous trouverez peut-être dans la page comportant le film au format MPEG de cette section des raisons de penser que je suis parvenu à retrouver un fragment du film dont il n'a pourtant jamais été question. Ce fragment s'il est authentique pourrait être d'une très grande importance. D'une part on n'y voit ce qui ne saurait être des avions, d'autre part on peut y voir quatre objets.

Quel est ce sens? Pour le Capitaine Ed Ruppelt du projet Blue Book, le film montre deux objets volants non identifiés. Ce ne sont ni des avions, ni des ballons ni des oiseaux, ni des nuages lenticulaires ou des météores. Les experts consultés sont d'accord. Le rapport Condon est d'accord. Mieux, l'analyse figurant dans le rapport Condon ajoute cet argument, que les disques sont bien des disques aplatis dans la réalité et non pas aplatis par quelque effet artificiel lié au mouvement de la caméra. On voit bien qu'avec le recul du temps, le film garde sa crédibilité, ce qui ne serait pas le cas pour un trucage de cette époque vu aujourd'hui. Est-il ici besoin de rappeler par exemple qu'il y n'y a aucune raison de penser que le rapport Condon aurait été une entreprise de promotion de l'ufologie?

Il faut bien comprendre les mécanismes du scepticisme:

Si Mariana avait simplement fait un récit d'une observation visuelle, les sceptiques auraient parlé de "simple récit sujet à caution."

Du fait de l'existence du film, les sceptiques tiennent le discours qu'il s'agit "simplement d'un film sujet à caution."

Si nous avions à notre disposition des éventuels enregistrements radar confirmant la nature non conventionelle de ce qui sembler voler là, les sceptiques nous parleraient "simplement d'échos radar causés par des 'inversions de températures'."

En réalité la seule raison de rester prudent est que les analyses n'excluent pas totalement qu'il puisse s'agir d'avions. Les analyses donnent de nombreuses raison de penser que ce n'en sont pas, mais ne peuvent l'établir de façon absolument incontestable.

C'est la volonté d'une majorité de scientifiques inquiets de risquer leur réputation de chercher à démontrer qu'il n'y a rien de réellement non conventionnel dans le phénomène OVNI plutôt que de participer activement à de réels projets de recherche qui fait que ce type d'affaire n'aboutit à rien d'autre qu'à laisser le peu de gens qui s'y intéressent à établir une conviction intime en un sens ou en un autre.

Le film de Nick Mariana est intéressant pour celui qui veut se forger une telle conviction, car les quatre analyses successives et indépendantes effectuées ne laissent quasiment aucune place à la seule alternative envisageable à l'extrême rigueur à savoir deux avions. Mais il ne permet pas, en absolue rigueur, du fait du contexte de la recherche OVNI telle qu'elle se fait, de considérer qu'il s'agit d'une preuve absolue d'un survol par des engins volants non terrestres ou non humains. Il est permis par contre de dire que les chances que ce ne soit pas le cas sont extrêmement réduites et les arguments en ce sens pathétiquement manquants.

REFERENCES:

En plus des références dont le texte est déjà intégralement disponible en traduction Françaide depuis la table des matières de cette page, il y a:


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 21.12.2001