Grudge -> Etudes US -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le projet Grudge:

Le projet "Grudge" ("rancune") a remplacé le projet Sign en Avril 1949 et fut donc le deuxième effort d'étude des OVNIS de l'US Air Force. En décembre 1949, un article de magazine sur les OVNIS rédigé par Donald Keyhoe, célèbre auteur de livres sur l'aviation, basé sur ses investigations et ses contacts privés avec des militaires, ont obtenu une attention considérable dans les médias. Dans son ouvrage, Keyhoe a insisté sur le fait que les OVNIS étaient des vaisseaux spatiaux extra-terrestres et que le gouvernement des Etats-Unis maintenait le secret. En réponse à la tourmente médiatique que l'article de Keyhoe a causé, et pour démontrer qu'il n'y avait pas de quoi s'affoler, l'Armée de l'Air à réduit le projet Grudge à une activité de renseignement routinière en lieu et place d'une étude scientifique. Cependant, en octobre 1951, le projet Grudge reprend son statut original de projet spécial. Cette recherche prend fin en mars 1952. Le rapport final a considéré que la plupart des observations ont été expliquées. Cependant, un grand pourcentage des rapports ont été laissés inexpliqués, ou expliqués conditionnellement seulement.

Un document en rapport avec le projet Grudge:

Le contexte:

Pendant 18 mois de 1949 À 1950, des objets volants non identifiés ont été aperçus au-dessus du Nouveau Mexique. Ils étaient les boules vertes de la lumière, généralement volant horizontalement dans le silence complet, et ils ont été souvent repérés près d'installations militaires sensibles, y compris des installations nucléaires.

En février et octobre 1949, deux conférences confidentielles entre des scientifiques et des officiers du renseignement de l'Army et de l'Air Force ont eu lieu à Los Alamos, Nouveau Mexique, pour évaluer ce qu'étaient les "aérolithes verts."

La conclusion était qu'ils n'étaient pas explicables en termes de phénomène ordinaires et que l'étude scientifique doit être poursuivie. Le document ci-dessous indique.

Le texte traduit:

La première page, photocopiée, scannée et traduite est ici.


Fichier No: (24-8)
Suj: Résumé d'observations de Phénomènes Aériens dans
la région du Nouveau Mexique, décembre 1948 - Mai 1950

directeur de l'Institut des Météorites et le chef du département des mathématiques et d'astronomie de l'université du Nouveau Mexique. Il avait été mathématicien dans la recherche aux zones d'essais du Nouveau Mexique sous contrat OSRD en 1943 et 1944, et directeur technique de la section des analyses opérationnelles, aux quartiers généraux de la deuxième Armée de l'Air, 1944-45. Depuis 1948, le Dr LaPaz a servi sur une base de volontariat comme conseiller pour le Projet Grudge en liaison avec les enquêtes sur les aérolithes verts.

4. Le 17 février 1949 et à nouveau le 14 octobre 1949, des conférences ont été tenus à Los Alamos, Nouveau Mexique, afin de discuter les phénomènes d'aérolithes verts. Les représentants des organismes suivants étaient présents lors de ces réunions: La Quatrième Armée, le Projet des Armes Spéciales des Forces Armées, l'Université du Nouveau Mexique, le Bureau Fédéral des Investigations [FBI], la Commission de l'Energie Atomique des Etats-Unis, le comité consultatif scientifique de l'université de la Californie, de l'Armée de l'Air des Etats-Unis, du commandement du Matériel de l'U.S. Air Force, du Département de Recherches Géophysique de l'Armée de l'Air, et du Bureau des Investigations Spéciales de l'U.S. Air Force (IG). Une explication logique n'a pas pu être proférée en ce qui concerne d'origine des aérolithes verts. On a généralement conclu, cependant, que les phénomènes existent et qu'ils devraient être étudiés scientifiquement jusqu'à ce que ces occurrences aient été expliquées d'une manière satisfaisante. De plus, l'occurrence continue des phénomènes non expliqués de cette nature dans le voisinage des installations sensibles est cause de soucis.

5. La Division de Recherches géophysique, Commandement du Materiel de l'Air, à Cambridge, Massachusetts, a récemment accordé un contrat à Land-Air, inc., Holloman AFB, Alamogordo, Nouveau Mexique, pour une étude scientifique limitée des aérolithes verts. Les résultats de l'approche scientifique du problème seront assurément de grande valeur pour déterminer l'origine de ces phénomènes.

6. Ce résumé de l'observation des phénomènes aériens a été préparé afin d'insister sur le fait et de réitérer le fait que ces phénomènes se sont produits sans interruption dans les cieux du Nouveau Mexique pendant les 18 derniers mois et continuent à se produire, et deuxièmement, que ces phénomènes se produisent dans la proximité d'installations sensibles des militaires et du gouvernement.

DOYLE REES
Lt. Colonel, USAF
District Commander

4 Inclus
 1. Résumés des observations
 2. Photo de l'observation N. 175
  avec commentaires
 3. Lettre du Dr LaPaz au Lt. Col
  Rees, datée du 23 Mai 1950
 4. Graphique indiquant le maximum

Reproduction du texte original:

FOIA document

La source:

L'original de ce document est aux Archives Nationales du Gouvernement des USA (National Archives and Records Administration, NARA) à Washington DC. Referez vous au site de la NARA sur www.nara.gov pour visiter les Archives Nationales.

Discussion:

La seule chose intelligente à faire à ce point est de répéter mot pour mot les paragraphes les plus intéressant du rapport:

"Les représentants des organismes suivants étaient présents lors de ces réunions: La Quatrième Armée, le Projet des Armes Spéciales des Forces Armées, l'Université du Nouveau Mexique, le Bureau Fédéral des Investigations [FBI], la Commission de l'Energie Atomique des Etats-Unis, le comité consultatif scientifique de l'université de la Californie, de l'Armée de l'Air des Etats-Unis, du commandement du Matériel de l'U.S. Air Force, du Départment de Recherches Géophysique de l'Armée de l'Air, et du Bureau des Investigations Spéciales de l'U.S. Air Force (IG). Une explication logique n'a pas pu être proférée en ce qui concerne d'origine des aérolithes verts. On a généralement conclu, cependant, que les phénomènes existent et qu'ils devraient être étudiés scientifiquement jusqu'à ce que ces occurrences aient été expliquées d'une manière satisfaisante. De plus, l'occurrence continue des phénomènes non expliqués de cette nature dans le voisinage des installations sensibles est cause de soucis."

Ce résumé de l'observation des phénomènes aériens a été préparé afin d'insister sur le fait et de réitérer le fait que ces phénomènes se sont produits sans interruption dans les cieux du Nouveau Mexique pendant les 18 derniers mois et continuent à se produire, et deuxièmement, que ces phénomènes se produisent dans la proximité d'installations sensibles des militaires et du gouvernement.

Le fond de l'histoire:

Voici ce que le Capitaine Edward J. Ruppelt, premier responsable du troisième projet d'étude des OVNIS de l'Armée de l'Air des USA, le célèbre projet Bluebook, censé être une recherche ouverte pour dire au grand public américain ce que sont les OVNIS, a écrit dans son livre publié concernant l'histoire des aérolithes verts et de la conférence de Los Alamos.

Avant ces paragraphes, Ed Ruppelt explique qu'il a commencé à s'intéresser aux "aérolithes verts" de 1948 - 1949 parce qu'ils venaient de réapparaître.

J'ai ajouté quelques emphases et [commentaires] de mon cru.

Quand j'ai organisé le Projet Blue Book lors de l'été de 1951 je n'ai jamais entendu parler d'un aérolithe vert. Nous avons quelques fichiers marqués "conférence de Los Alamos," "Aérolithes," "Projet Twinkle," etc., mais je ne leur ai prêté aucune attention.

Puis un jour j'étais à une réunion à Los Angeles avec plusieurs autres officiers de l'ATIC, et ai été présenté au Dr Joseph Kaplan. Quand il a appris que nous étions de l'ATIC, sa première question fut "que diable est-il donc arrivé aux aérolithes verts?" Aucun de nous n'avait jamais entendu parler d'eux, et il nous a donc rapidement raconté l'histoire. Nous avons fini par discuter lui et moi des aérolithes verts. Il a mentionné le Dr LaPaz et son opinion selon laquelle les aérolithes verts pourraient être artificiels, et bien qu'il ait respecté des capacités professionnelles de LaPaz, il n'était tout simplement pas convaincu. Mais il m'a fortement invité à contacter le Dr LaPaz et à entendre sa version de l'histoire.

Quand je suis revenu à l'ATIC j'ai passé plusieurs jours à creuser dans notre collection de rapports d'aérolithes verts. Tous ces rapports couveraient une période à partir de début décembre 1948 à 1949. En ce qui concerne les dossiers du projet Blue Book, il n'y avait pas eu un seul rapport d'aérolithe vert pour une année et une demie.

J'ai relu le rapport sur le projet Twinkle et les quelques notes que nous avions eues sur la conférence de Los Alamos, et décidé que la prochaine fois que j'irais à Albuquerque je contacterais le Dr LaPaz. Je suis allé à Albuquerque plusieurs fois mais mes visites étaient toujours courtes et j'étais toujours pressé ainsi je n'ai pas réussi à le voir.

Ce fut six ou huit mois plus tard que le sujet des aérolithes verts fut à nouveau soulevé. Je déjeunait avec un groupe de gens au laboratoire de l'AEC de Los Alamos quand un du groupe a mentionné les boules vertes flamboyantes mystérieuses. La discussion strictement officieuse et brutale qui a suivie a pris l'heure entière du déjeuner et plusieurs heures de l'après-midi. C'était une discussion intéressante parce que ces personnes, tous des scientifiques et techniciens du laboratoire, avaient quelques conjectures de gens instruits quant à ce que les aérolithes verts pourraient être. Tous avaient vu un aérolithe vert, certains d'entre eux en avaient vu plusieurs.

L'un des hommes, un pilote privé, avait rencontré un aérolithe pendant la nuit alors qu'il pilotait son Navion au Nord de Santa Fe et il avait une manière vive d'expliquer ce qu'il avait vu. "Prenez une balle molle et la peignez la avec une certaine sorte de peinture fluorescente qui brillera en ver clair dans l'obscurité," je me rappelle son énoncé, "faites alors tenir la balle par quelqu'un à environ 100 pieds devant vous et d'environ 10 pieds au-dessus de vous. Faites la jeter vers votre visage, aussi dur qu'il peut le jeter. C'est quel aérolithe vert ressemble."

La spéculation au sujet de ce qu'étaient les aérolithes verts a inclue l'éventail habituel des réponses, un nouveau type de phénomène naturel, un développement secret des Etats-Unis, et des météores psychologiquement exagérés. Quand la possibilité que les aérolithes verts soient des véhicules interplanétaires a été soulevée, le groupe entier est devenu sérieux. Ils avaient beaucoup réfléchi à ceci, ont-ils indiqué, et ils avaient une théorie.

Les aérolithes verts, ont-ils théorisé, pourraient être un certain type de véhicule de test non-piloté qui était projeté dans notre atmosphère depuis un "vaisseau spatial" planant à plusieurs centaines de miles au-dessus de la Terre. Il y a deux ans j'aurais été stupéfait d'entendre un groupe de scientifiques honorables faire un rapport si étonnant. Maintenant, cependant, je l'ai pris comme une chose qui va sans dire. J'ai entendu le même type de rapport é de nombreuses reprises provenant de groupes aussi qualifiés.

Inversez les rôles, ont-ils dit, supposez que nous allons essayer d'aller sur une planète lointaine. Il y aurait trois phases pour le voyage: sortir de l'atmosphère de la Terre, traverser l'espace, et ré-entrer dans l'atmosphère de la planète où nous projetons de débarquer. Les deux premières phases présenteraient évidemment des problèmes formidables, mais la dernière phase, la phase de ré-entrée, serait la plus critique. Arrivant de l'espace extra-atmosphérique, l'engin, à toute fins pratiques, serait semblable à une météorite sauf qu'il serait motorisé et ne tomberait pas en chute libre. Vous auriez très probablement des problèmes innombrables d'aérodynamique, d'échauffement, de charges élevées, et une myriade d'autres problèmes dont personne ne peut maintenant concevoir l'ampleur. Un certain nombre de ces problèmes pourraient être partiellement résolu par l'expérimentation en laboratoire, mais rien ne peut remplacer l'essai en vol, et les résultats obtenus par des essais de vol en notre atmosphère ne seraient pas valides dans un autre type d'atmosphère. La manière la plus logique de surmonter cette difficulté devrait être de construire notre véhicule interplanétaire, aller à la planète sur laquelle nous souhaiterions atterrir, et planer à plusieurs centaines de miles d'altitude. Depuis cette altitude nous pourrions envoyer des véhicules d'essais vers la planète. Si nous ne voulions pas les habitants de la planète, si elle étai habitée, sachent que nous sommes en mesure de faire voler des engins de destruction dans nos sondes, nous placerions des dispositifs d'auto-destruction dans nos sondes, ou bien nous nous arrangerions pour qu'ils brûlent à un certain point dû au chauffage aérodynamique.

Ils ont continué, chaque homme injectant ses idées.

Peut-être que les aérolithes verts sont des engins d'essai - ceux de quelqu'un d'autre. Les rapports réguliers des OVNIS pourraient être expliqués par le fait que les véhicules pilotés se risquaient vers le bas à à moins de 100.000 ou 200.000 pieds de la terre, ou à l'altitude à laquelle la ré-entrée de l'atmosphère commence à devenir critique.

J'ai dû descendre à la piste d'atterrissage pour prendre un avion des lignes aériennes CARGO de nouveau à Albuquerque ainsi je n'ai pas eu le temps de poser les nombreuses questions qui me venaient à l'esprit. Je suis parvenu à faire un commentaire. Des conversations, j'ai supposé que ces personnes ne pensaient pas que les aérolithes verts étaient quelque phénomène naturel que ce soit. Pas exactement, ont-ils dit, mais jusqu'ici les preuves qui auraient indiqué qu'ils étaient un phénomène naturel était énormément surpassées par les preuves qui indiquaient qu'ils n'étaient pas un phénomène naturel.

Pendant le voyage de retour à secouer les tripes dans la vallée de Los Alamos vers Albuquerque dans un des avions de la CARGO, j'ai décidé que je resterais un jour supplémentaire et que je parlerais au Dr LaPaz.

Il savait chaque détail qu'il y avait à connaître au sujet des aérolithes verts. Il a confirmé mes résultats, celui que les aérolithes verts véritables n'étaient plus vus. Il a dit qu'il avait reçu des centaines de rapports, particulièrement après qu'il ait écrit plusieurs articles concernant les aérolithes mystérieux, mais que tous les objets rapportés étaient juste de couleur verdâtre, couleur normale des météores normaux.

Le Dr LaPaz a dit que certaines personnes, y compris le Dr Joseph Kaplan et le Dr Edward Teller, ont pensé que les aérolithes verts étaient des météores normaux. Lui ne le pensait pas, cependant, pour plusieurs raisons. D'abord la couleur était tellement différente. Pour illustrer son point, le Dr LaPaz a ouvert son tiroir de bureau et sorti un diagramme du spectre des couleurs. Il a coché deux nuances de vert; l'une de vert pâle et presque jaunâtre et l'autre d'un vert vif beaucoup plus distinct. Il a pointé le vert clair et il m'a dit que c'était la couleur des aérolithes verts. Il avait pris ce diagramme avec lui quand il sortait pour parler aux gens qui avaient vu les aérolithes verts et tous avaient sélectionné cette couleur là. Le vert pâle, a-t-il expliqué, était la couleur rapportée lorsqu'il s'agit des météores verts documentés.

Ensuite, il y avait d'autres points de dissimilitude entre un météore et les aérolithes verts. La trajectoire des aérolithes était trop plate. Le Dr LaPaz a expliqué qu'un météore ne doit pas nécessairement descendre vers le bas à travers le ciel, sa trajectoire peut sembler être plate, mais pas aussi à plat que celle des aérolithes verts. Ensuite il y avait la taille. Presque toujours, des mots descriptifs tels que "terrifiant," "aussi grand que la lune," et "aveuglants" avaient été employés pour décrire les aérolithes. Les météores ne sont tout simplement pas grands et lumineux.

Non - Le Dr LaPaz ne pensait pas que c'était des météores.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 16 avril 2002