Projet Bluebook -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les cas "inexpliqués" du projet Blue Book avec les noms des témoins:

Année 1947:

Les paragraphes suivants sont en rapport avec la liste des cas "non expliqués" du projet "Blue Book" Pour l'U.S. Air Force, qui a conduit cette enquête "publique", ce sont les cas d'OVNIS qui n'ont pas pu être expliqués en termes conventionnels.

Introduction:

Avec un court résumé, les lieux, les dates et les noms des témoins sont donnés. Ceci pourrait surprendre mes lecteurs, car ces noms ont été biffés par la censure au moment de l'archivage de ces dossiers, bien avant qu'ils puissent être lus par le public du fait de la loi sur la liberté de l'information FOIA.

Voyez donc en fin de page les informations de référence si vous désirez savoir comment j'ai obtenu ces informations. Référez-vous à la page principale sur le Projet Blue book pour comprendre en quoi consistait de projet.

Aide:

Les cas que j'ai étudiés ou documentés de manière plus détaillée sont accompagnés de liens vers ces informations supplémentaires. Pour maintenir un temps de chargement court de ces pages, j'ai divisé ces cas en une page par année. Vous pouvez passer d'une année à l'autre en cliquant dans le tableau à droite:

Choisir: 1947 1948 1949
1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959
1960 1961 1962 1963 1964
1965 1966 1967 1968 1969

Cas de l'année 1947:

3 juillet 1947, Harborside, Maine, 14:30 EDT:

Témoin: l'astronome John Cole de South Brooksville.

Il a fait l'observation pendant 10-15 secondes de dix objets très clairs, avec deux formes foncées vers leur gauche, se déplaçant comme un essaim d'abeilles au nord-ouest. Un grondement fort a été entendu.


4 juillet 1947, au-dessus d'Emmet, Idaho, 20:17 PDT:

Témoins: Capitaine E.J. Smith de United Airlines, le co-pilote Ralph Stevens, l'hôtesse de l'air Marty Morrow.

Observation d'une durée de 12-15 minutes de quatre objets avec fonds plats et des dessus mal définis se déplaçaient à des vitesses variables, avec l'un d'entre eux plus haut et à la droite des autres.


6 juillet 6 1947, Fairfield-Suisan Air Base, Californie. Plein jour:

Témoins: Le capitaine de l'Armée de l'Air James Burniston et Mme James Burniston.

Observation pendant 1 minute d'un objet n'ayant aucune aile ou dérive qui à tangué sur le côté par trois fois et alors filé au loin très rapidement à la verticale vers le Sud-Est.


8 juillet 1947, Muroc Air Base, Californie. 21:30 PDT:

Témoins: 1er Lieutenant Joseph McHenry, T/Sgt Ruvolo, S/Sgt Nauman, Mlle Janette Scotte.

Observation d'une durée non spécifiée de deux objets en forme de disque ou sphériques - argentés et d'apparence métallique - volant en larges cercles, l'un d'eux à ensuite volé en un cercle plus serré.

Le 8 juillet 1947, séries d'observations au-dessus de MUROC AFB et Rogers Dry Lake, base secrète d'essai de l'Army Air Corps, en Californie.

Le matin: deux objets volants sphériques ont été rejoint par un troisième OVNI Une équipe de techniciens a vu un objet blanc-aluminium avec un contour distinctement ovale distincte, se déplaçant contre le vent.

L'après-midi: un mince OVNI "métallique" s'est élevé, a plongé, puis oscillé au-dessus du terrain, également vu par un pilote d'essai dans les environs. Un pilote de F-51 a observé le passage d'un objet plat "réfléchissant la lumière" au-dessus de son avion. Aucun avion connu ne se trouvait dans le secteur.

Voir ma page consacrée à ces événements, comprenant les témoignages déclassifiés.


9 juillet 1947, Meridian, Idaho, 12:17 PDT:

Témoin: homme d'état de l'Idaho, éditeur d'aviation ancien pilote de B-29 Dave Johnson.

Observation pendant plus de 10 secondes depuis un avion AT-6 de l'Idaho Air National Guard d'un disque noir, qui s'est tenu contre les nuages, fit un demi tonneau et se mit à s'élever en faisant des paliers comme s'il montait un escalier.


10 juillet 1947, Harmon Field, Terre Neuve, Canada, entre 15:00 et 17:00 heure locale:

Témoins: trois membres d'équipage au sol, y compris M. Leidy, de la compagnie aérienne Pan Am.

Observation brève d'un objet translucide en forme de disque ou de roue volant très rapidement, laissant une traînée bleu-foncé puis filant en laissant une trouée dans les nuages derrière lui.


29 juillet 1947, Hamilton Air Base, Californie, 14:50 PDT:

Témoins: le capitaine William Rhyerd, assistant des opérations de la base, ancien pilote en opération sur bombardier B-29.

Observation d'une durée inconnue de deux objets ronds, brillants et blancs avec des diamètres estimés de 15 à 25 pieds, volant à 3 ou 4 fois la vitesse apparente d'un P-80, un avion qui était également visible à ce moment. L'un des objets a volé en ligne droite et régulière, l'autre virait de gauche à droite comme un chasseur d'escorte.

Un rapport déclassifié concernant cet incident se trouve ici.


13 août 1947, Snake River, 09:30 du matin:

Témoins: A.C. Urie et ses deux fils.

Une soucoupe volante bleue ciel file au fond du canyon où les témoins pêchaient. Elle suit les reliefs du terrain et la description est celle d'un engin structuré qui ne peut pas être un engin volant terrestre.

Dossier sur ce cas.


3 septembre 1947, Oswego, Oregon, 12:15 PDT:

Témoin: Mme Raymond Dupui (Dupuis, sans doute), femme au foyer.

Observation d'une durée inconnue de 12 15 objets circulaires, argentés qui volaient, sans que leur trajectoire soit précisée.


Octobre, 1947, Dodgeville, Wisconsin:

Témoins: 11 civils anonymes.

Observation pendant 1 heure d'un objet non décrit qui a volé en cercles dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.


14 octobre 1947, 11 minutes au NNE de Cave Creek, Arizona, 12:00 MDT:

Témoins: l'ancien pilote militaire J.L. Clark, le pilote civil Anderson, un troisième homme.

Observation pendant 45 à 60 secondes d'un engin en forme d'aile volante de 3 pieds, qui a semblait de couleur noire contre les nuages blancs et rouge contre le ciel bleu, a volé directement à 380 miles par heures environ, à 8-10.000 pieds, du Nord-Ouest au Sud-Est.


Brève discussion et commentaires:

"Non identifiés" en dit long ... et ne veut rien dire tout à la fois.

L'aspect probablement le plus controversé de la recherche de l'Armée de l'Air Américaine sur les OVNIS était sa façon de gérer les cas individuellement.

Le moyen par lequel un cas était classé comme "identifié" ou "non identifié" a sans aucun doute été ce qui a jeté le doute et la suspicion sur la validité du projet Blue Book et de ses conclusions.

Pendant de nombreuses années, les adversaires les plus acharnés du projet Blue Book ont insisté sur le fait que les normes par lesquelles des cas ont été prétendument expliqués étaient excessivement non scientifiques. Le but de Blue Book, selon ceux qui le tiennent en basse estime, était de trouver une explication quelconque à chaque cas, indépendamment de la logique ou du bon sens. Les exemples de Blue Book indiquant un disque volant capable de manoeuvres violentes étaient donc "un avion", et l'on mettait sur le compte de "défauts de fonctionnement" un repérage radar embarrassant sans jamais réellement vérifier ce défaut de fonctionnement.

La hâte avec laquelle les fonctionnaires de Blue Book se prononçaient sur des cas sans avoir fait aucune recherche appropriée est visible, bien que non prouvée. Mais si l'Armée de l'Air était si désireuse de marquer les cas comme "identifiés", en dépit du manque de preuves à l'appui, c'est que ces quelques cas qu'il a marqués "non identifiés" ont vraisemblablement résisté à toute tentative d'appliquer une explication conventionnelle. Et ainsi il se peut que ces cas soient vraiment non identifiables dans le vrai sens du terme.

En effet, l'Armée de l'Air définit un cas comme "non identifiables" quand il "contient apparemment toutes les données convenables nécessaires pour suggérer une hypothèse explicative, mais que la description de l'objet ou de son mouvement ne peut pas être corrélée avec aucun objet ou phénomène connu."

Pour répondre à de tels critères, un rapport doit évidemment venir d'une source honorable, et il ne doit avoir aucune ressemblance avec avions, ballons, hélicoptères, engins spatiaux, oiseaux, nuages, étoiles, planètes, météores, comètes, phénomènes électriques, ou à toute autre chose connue pour fréquenter l'air, le ciel, ou l'espace proche.

Malheureusement, l'Armée de l'Air n'a pas suivi scrupuleusement ses propres règles. Certains des cas "non identifiables" peuvent certainement être corrélés avec des objets ou des phénomènes connus. Mais la plupart d'entre eux ne le peuvent pas. D'ailleurs, plusieurs des prétendus cas "identifiés" ne peuvent pas honnêtement être ainsi qualifiés. Mais nous sommes principalement concernés ici par les seuls cas que le projet Blue Book admet ouvertement ne pas avoir pu expliquer.

La quantité de détail dans ces cas varie énormément. Quelques cas - fréquemment ceux qui ont reçu suffisamment de publicité sur le moment - contiennent des informations considérables, alors que d'autres sont vagues et sérieusement inachevés. Le projet Blue Book a généralement accusé les témoins de ce manque de précision, mais il aurait dû reconnaître sa propre part de responsabilité. Dans des milliers de cas, il n'y a aucun questionnaire rempli dans les fichiers du projet, ni même la moindre indication qu'un questionnaire ait même été envoyé au témoin. Et dans la plupart des exemples où un questionnaire a été complété, il n'y a eu aucune suite pour obtenir des réponses plus complètes aux questions que les témoins n'ont pas traitées correctement. Pendant une grande partie de la durée du projet, et de ses prédécesseurs, il n'y avait aucune enquête satisfaisante du tout. Et on a tellement mal organisé ceux utilisés pendant une période très longue que les témoins ne devraient pas être blâmés pour des réponses inachevées.

Cependant, en dépit de tous ces accidents de parcours, beaucoup de rapports sont suffisamment complets pour que nous ayons un récit clair d'une expérience embarrassante. Avec ces données maintenant disponibles, n'importe qui peut étudier ces rapports "non identifiés" et se forger une opinion.

Références:

Les résumés de cas ci-dessus sont essentiellement le résultat du travail de Don Berliner, qui a compilé une liste des "non identifiés" du projet Bluebook. En janvier 1974, il a visité les archives de l'Armée de l'Air des États-Unis alors à Maxwell AFB, Montgomery, Alabama, pour passer en revue les dossiers du projet Blue Book, comme la première étape vers l'écriture d'un livre sur le sujet.

En une semaine de travail, il a lu tous les cas "non expliqués" dans les dossiers originaux et a pris ces notes, y compris les noms et toute autre information d'identification qui étaient donnés. La coopération du personnel des archives fut excellente, et aucune restriction n'a été mise en travers de son travail.

Quelques mois plus tard, les dossiers ont été retirés de la vue du public afin d'être préparés pour le transfert aux archives nationales à Washington. Ce processus a impliqué de tirer une copie Xerox de presque 30 classeurs de matériel, dans lesquels les noms et autres identifications de tous les témoins ont été biffés, le tout a été microfilmé. Les microfilms ont été à la disposition du public aux archives nationales depuis 1976. Les dossiers originaux restent sous clef aux archives.

A presque chaque page des dossiers de plus de 12.000 cas, il y a de grandes marques noires là où une information pourrait être employée pour contre-vérifier le travail controversé du projet Blue Book. Tout avait été censuré.

Ceci inclut les noms des témoins de cas auquel il a été donné beaucoup de publicité, et même des noms figurant dans les gros titres des journaux!

Il était parfaitement légal pour Don Berliner de copier les noms des témoins quand il a visité les archives de l'Armée de l'Air, ces noms peuvent être trouvés dans ce rapport de 585 (moins 13 manquant) cas non expliqués. Et depuis, le Privacy Act, qui a été le motif de la censure de ces noms par l'USAF à l'époque, ne s'applique plus aux journalistes ou à n'importe qui d'autre en dehors du gouvernement, ils peuvent donc être employés à la satisfaction du lecteur.

Puisque le livre qu'il a projeté écrire n'a jamais progressé au-delà de l'étape de manuscrit, il a considéré qu'il n'y a aucune raison de garder cette information pour lui plus longtemps, pensant que peut-être il encouragera d'autres à réexaminer des cas et à en faire connaître les résultats.

C'est pourquoi j'ai publié ici tous les résumés de près de 600 cas, et publié leur traduction française pour les chercheurs en ufologie de langue française.

Au fur et à mesure de mes recherches documentaires sur certain des cas, j'y ajoute les liens vers les pages de mon site qui sont en rapport avec ces cas.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 13 novembre 2003