Projet Bluebook -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les cas "inexpliqués" du projet Blue Book avec les noms des témoins:

Année 1964:

Les paragraphes suivants sont en rapport avec la liste des cas "non expliqués" du projet "Blue Book" Pour l'U.S. Air Force, qui a conduit cette enquête "publique", ce sont les cas d'OVNIS qui n'ont pas pu être expliqués en termes conventionnels.

Introduction:

Avec un court résumé, les lieux, les dates et les noms des témoins sont donnés. Ceci pourrait surprendre mes lecteurs, car ces noms ont été biffés par la censure au moment de l'archivage de ces dossiers, bien avant qu'ils puissent être lus par le public du fait de la loi sur la liberté de l'information FOIA.

Voyez donc en fin de page les informations de référence si vous désirez savoir comment j'ai obtenu ces informations. Référez-vous à la page principale sur le Projet Blue book pour comprendre en quoi consistait de projet.

Aide:

Les cas que j'ai étudiés ou documentés de manière plus détaillée sont accompagnés de liens vers ces informations supplémentaires. Pour maintenir un temps de chargement court de ces pages, j'ai divisé ces cas en une page par année. Vous pouvez passer d'une année à l'autre en cliquant dans le tableau à droite:

Choisir: 1947 1948 1949
1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959
1960 1961 1962 1963 1964
1965 1966 1967 1968 1969

Cas de l'année 1964:

3 avril 1964, Monticello, Wisconsin, 21:00:

Témoins: M. et Mme R. Wold (il était étudiant diplômé en anthropologie).

Quatre lumières rouges énormes dans une formation rectangulaire, avec une lumière blanche au-dessus, étaient près du sol, se sont inclinées et ont volé vers le lointain après 3 ou 4 minutes.


11 avril 1964, Homer, New York, 18:30:

Témoins: le physiothérapeute W. B. Ochsner et épouse.

Deux objets semblables à des nuages sont arrivés, ont filé au loin et sont revenus lors de cette observation de 30-45 minutes.


24 avril 1964, Socorro, Nouveau Mexique, 17:45:

Témoin: le policier Lonnie Zamora de Socorro.

Objet observé atterrissant dans le désert avec des flammes en dessous. Deux petits humanoïdes se sont mis à observer les environs depuis le sol près de leur engin ovale. L'objet a ensuite décollé à grand bruit, devint silencieux et vola au loin. Sol brûlé et carbonisé trouvé sur les lieux de l'atterrissage.

Un cas déterminant en ufologie. Voici le dossier complet sur cette affaire.

Voici un document déclassifié mais censuré (noms biffés), de l'Agent Spécial en Charge, décrivant cette rencontre du troisième type que ni l'US Air Force, ni le FBI ne mettent en doute.


9 mai 1964, Chicago, Illinois. 22:20:

Témoin: J.R. Betz, journaliste de la District Court des Etats-Unis.

Trois objets en croissant vert clair, de la moitié de la taille apparente de la lune, ont volé très rapidement en une formation serrée à partir de l'Est-Ouest, variant en taille et en couleur pendant 3 secondes.


18 mai 1964, Mont Vernon, Virginie, 17:15:

Témoin: ingénieur civil F. Meyers.

Un petit ovale blanc brillant s'est séparé en deux après s'être déplacé de la droite de la lune vers la gauche de la Lune. L'observation a durée 17 minutes.


26 mai 1964, Cambridge, Massachusetts, 19:43:

Témoin: P. Wankowicz, pilote de la RAF et ancien traqueur de satellite du Smithsonian.

Un mince ellipsoïde blanc (3,5 fois plus long que large) a volé en ligne droite et à l'horizontale pendant 3-4 secondes.


26 mai 1964, Pleasantview, Pennsylvanie, 23:00:

Témoin: le révérend H.C. Shaw.

Une lumière jaune-orange, formée comme le bas d'une balle, a été repérée dans un champ et poursuivi le long d'une route sur 2 milles.


13 juin 1964, Toledo, Ohio, 21:15:

Témoin: B.L. English, annonceur pour la station de radio WTOD.

Trois sphères blanches brillantes, rougeoyantes sur leurs côtés, se sont déplacées lentement, ont plané et se sont ensuite déplacées en cercles très rapides, tout en émettant un grondement sourd.


16 juillet 1964, 15 miles au Sud du lac Houghton, Michigan, 23:15:

Témoin: le pilote K. Jannereth de Nothern Air Services.

Quatre lumières blanches dans une formation avancée en échelon, ont été rejointes par deux autres. Elles se sont rapprochées de l'avion, puis ont brutalement ralenti et volé avec lui pour un total de 5 minutes d'observation.


20 juillet 1964, Littleton, Illinois, 16:45:

Témoin: J.J. Bigorneau.

Un objet rond sur son dessus de 60 pieds de diamètre, à fond plat avec une longue flamme couleur acétylène descend très vite, vole en ligne droite et à l'horizontale, fait une demie boucle, et remonte ensuite vers le haut. L'observation a durée une minute.


27 juillet 1964, Norwich, New York, 19:30:

Témoin: Duabert, ingénieur superviseur.

Une sphère en aluminium avec un anneau lumineux, resté stationnaire pendant 4-5 minutes.


27 juillet 1964, Denver, Colorado. 20:20:

Témoin: A. Borsa.

Une boule de feu blanche, de la taille d'une voiture, est montée lentement, et a alors accélérée. L'observation a durée 2 ou 3 minutes.


10 août 1964, Wake Island, 05:16:

Témoins: le Capitaine B.C. Jones commandant d'avion et le Lieutenant navigateur H.J. Cavender, dans un avion de transport de l'U.S. Air Force C-124 garé.

Une lumière rougeâtre, clignotante a approché la piste, s'est arrêtée et faite plusieurs inversions de course pendant 2 minutes.


15 août 1964, New York, New York, 01:20:

Témoin: S.F. D'Alessandro.

Un objet en forme de balle de fusil de 10 par 5 pieds avec des lignes courbes sur sa partie avant arrondie et six tuyaux le long de sa partie arrière droite, fait un bruit de "whishhh". Le chien du témoin a grogné lors de cette observation.


15 août 1964, Yosemite National Park, Californie, 20:15:

Témoins: E.J. Haug, de l'orchestre de San Francisco et du conservatoire de musique de San Francisco de la musique, et C.R. Bubb, un professeur de mathématiques de lycée.

Trois objets ronds argentés lumineux, dans une formation de pile, ont changé de positions très rapidement dans la formation. Le bruit de l'air qui se précipite a été entendu pendant cette observation de 3 à 4 secondes.



18 août 1964, Océan Atlantique, 200 miles à l'Est de Douvres, Delaware, 12:35:

Témoins: le Commandant D.W. Thompson et premier le Lieutenant pilote J.F. Jonke, sur un avion de transport C-124 de l'U.S. Air Force.

Un objet rond, flou, rougeâtre-blanc était sur un cours de collision avec le C-124 en avant et au-dessous. L'avion a éludé l'objet. L'observation a durée deux minutes.


10 septembre 1964, Cedar Grove, New Jersey, 19:09:

Témoin: le chimiste P.H. DePaolo.

Quatre lumières blanches, 3 ou 4 étant distantes, ont été vues au Nord, allant vers l'Ouest pendant 45 secondes.


14 novembre 14, 1964, Menominee Falls, Wisconsin. 9:40 p.m:

Témoins: Dr. G.R. Wagner, MD, et ses deux filles.

Trois lumières rougeâtres faibles ont volé sur 160 degrés de courbe dans le ciel en 5 ou 6 secondes.


19 novembre 1964, 1,400 miles à l'Est de Tokyo, Japon (34' 55' N., 164' 05' E.):

Témoins: personnes militaires non identifiées.

Une lumière clignotante blanche brillante a voyagé d'un bout à l'autre de l'horizon en 20 secondes.


Brève discussion et commentaires:

"Non identifiés" en dit long ... et ne veut rien dire tout à la fois.

L'aspect probablement le plus controversé de la recherche de l'Armée de l'Air Américaine sur les OVNIS était sa façon de gérer les cas individuellement.

Le moyen par lequel un cas était classé comme "identifié" ou "non identifié" a sans aucun doute été ce qui a jeté le doute et la suspicion sur la validité du projet Blue Book et de ses conclusions.

Pendant de nombreuses années, les adversaires les plus acharnés du projet Blue Book ont insisté sur le fait que les normes par lesquelles des cas ont été prétendument expliqués étaient excessivement non scientifiques. Le but de Blue Book, selon ceux qui le tiennent en basse estime, était de trouver une explication quelconque à chaque cas, indépendamment de la logique ou du bon sens. Les exemples de Blue Book indiquant un disque volant capable de manoeuvres violentes étaient donc "un avion", et l'on mettait sur le compte de "défauts de fonctionnement" un repérage radar embarrassant sans jamais réellement vérifier ce défaut de fonctionnement.

La hâte avec laquelle les fonctionnaires de Blue Book se prononçaient sur des cas sans avoir fait aucune recherche appropriée est visible, bien que non prouvée. Mais si l'Armée de l'Air était si désireuse de marquer les cas comme "identifiés", en dépit du manque de preuves à l'appui, c'est que ces quelques cas qu'il a marqués "non identifiés" ont vraisemblablement résisté à toute tentative d'appliquer une explication conventionnelle. Et ainsi il se peut que ces cas soient vraiment non identifiables dans le vrai sens du terme.

En effet, l'Armée de l'Air définit un cas comme "non identifiables" quand il "contient apparemment toutes les données convenables nécessaires pour suggérer une hypothèse explicative, mais que la description de l'objet ou de son mouvement ne peut pas être corrélée avec aucun objet ou phénomène connu."

Pour répondre à de tels critères, un rapport doit évidemment venir d'une source honorable, et il ne doit avoir aucune ressemblance avec avions, ballons, hélicoptères, engins spatiaux, oiseaux, nuages, étoiles, planètes, météores, comètes, phénomènes électriques, ou à toute autre chose connue pour fréquenter l'air, le ciel, ou l'espace proche.

Malheureusement, l'Armée de l'Air n'a pas suivi scrupuleusement ses propres règles. Certains des cas "non identifiables" peuvent certainement être corrélés avec des objets ou des phénomènes connus. Mais la plupart d'entre eux ne le peuvent pas. D'ailleurs, plusieurs des prétendus cas "identifiés" ne peuvent pas honnêtement être ainsi qualifiés. Mais nous sommes principalement concernés ici par les seuls cas que le projet Blue Book admet ouvertement ne pas avoir pu expliquer.

La quantité de détail dans ces cas varie énormément. Quelques cas - fréquemment ceux qui ont reçu suffisamment de publicité sur le moment - contiennent des informations considérables, alors que d'autres sont vagues et sérieusement inachevés. Le projet Blue Book a généralement accusé les témoins de ce manque de précision, mais il aurait dû reconnaître sa propre part de responsabilité. Dans des milliers de cas, il n'y a aucun questionnaire rempli dans les fichiers du projet, ni même la moindre indication qu'un questionnaire ait même été envoyé au témoin. Et dans la plupart des exemples où un questionnaire a été complété, il n'y a eu aucune suite pour obtenir des réponses plus complètes aux questions que les témoins n'ont pas traitées correctement. Pendant une grande partie de la durée du projet, et de ses prédécesseurs, il n'y avait aucune enquête satisfaisante du tout. Et on a tellement mal organisé ceux utilisés pendant une période très longue que les témoins ne devraient pas être blâmés pour des réponses inachevées.

Cependant, en dépit de tous ces accidents de parcours, beaucoup de rapports sont suffisamment complets pour que nous ayons un récit clair d'une expérience embarrassante. Avec ces données maintenant disponibles, n'importe qui peut étudier ces rapports "non identifiés" et se forger une opinion.

Références:

Les résumés de cas ci-dessus sont essentiellement le résultat du travail de Don Berliner, qui a compilé une liste des "non identifiés" du projet Bluebook. En janvier 1974, il a visité les archives de l'Armée de l'Air des États-Unis alors à Maxwell AFB, Montgomery, Alabama, pour passer en revue les dossiers du projet Blue Book, comme la première étape vers l'écriture d'un livre sur le sujet.

En une semaine de travail, il a lu tous les cas "non expliqués" dans les dossiers originaux et a pris ces notes, y compris les noms et toute autre information d'identification qui étaient donnés. La coopération du personnel des archives fut excellente, et aucune restriction n'a été mise en travers de son travail.

Quelques mois plus tard, les dossiers ont été retirés de la vue du public afin d'être préparés pour le transfert aux archives nationales à Washington. Ce processus a impliqué de tirer une copie Xerox de presque 30 classeurs de matériel, dans lesquels les noms et autres identifications de tous les témoins ont été biffés, le tout a été microfilmé. Les microfilms ont été à la disposition du public aux archives nationales depuis 1976. Les dossiers originaux restent sous clef aux archives.

A presque chaque page des dossiers de plus de 12.000 cas, il y a de grandes marques noires là où une information pourrait être employée pour contre-vérifier le travail controversé du projet Blue Book. Tout avait été censuré.

Ceci inclut les noms des témoins de cas auquel il a été donné beaucoup de publicité, et même des noms figurant dans les gros titres des journaux!

Il était parfaitement légal pour Don Berliner de copier les noms des témoins quand il a visité les archives de l'Armée de l'Air, ces noms peuvent être trouvés dans ce rapport de 585 (moins 13 manquant) cas non expliqués. Et depuis, le Privacy Act, qui a été le motif de la censure de ces noms par l'USAF à l'époque, ne s'applique plus aux journalistes ou à n'importe qui d'autre en dehors du gouvernement, ils peuvent donc être employés à la satisfaction du lecteur.

Puisque le livre qu'il a projeté écrire n'a jamais progressé au-delà de l'étape de manuscrit, il a considéré qu'il n'y a aucune raison de garder cette information pour lui plus longtemps, pensant que peut-être il encouragera d'autres à réexaminer des cas et à en faire connaître les résultats.

C'est pourquoi j'ai publié ici tous les résumés de près de 600 cas, et publié leur traduction française pour les chercheurs en ufologie de langue française.

Au fur et à mesure de mes recherches documentaires sur certain des cas, j'y ajoute les liens vers les pages de mon site qui sont en rapport avec ces cas.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 juin 2001