Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le film couleur de Tremonton, Utah, 2 juillet 1952:

Quand un officier et photographe de l'US Navy nommé Delbert C. Newhouse et son épouse roulaient le long d'une route à sept milles de Tremonton et ont repéré une formation d'objets brillants d'aspect métallique et en forme de disque contre un ciel bleu lumineux, vous avez un rapport d'observation intéressant par un observateur qualifié, digne de confiance et instruit, et son épouse.

Quand cet officier a la chance de pouvoir utiliser une caméra 16mm équipée d'un téléobjectif pour obtenir 12 mètres de film de ces objets manoeuvrant, et de soumettre le film au projet Bluebook pour évaluation, et quand ce film est étudié pendant trois mois au laboratoire de Reconnaissance Photographie du renseignement militaire, et quand leur conclusion convainc le chef du projet Bluebook que le film montre des engins volants extra-terrestres, vous avez plus qu'un bon rapport d'observation.

Quand l'équipe de Bluebook sent que c'est une preuve de la réalité des OVNIS en tant qu'engins extraterrestres, et juge qu'une équipe scientifique devrait être réunie pour regarder cette preuve parmi d'autres, vous pouvez espérer que cette preuve sera rendue publique et que certaines conclusions le seront également. Mais si cette réunion de scientifiques est organisée par la C.I.A, alors cela se transforme en preuve ... que le film montre des oiseaux.

En voici toute l'histoire entièrement documentée.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements: l'observation, le film, le témoin, les analyses, une discussion.
Cliquez! La transcription d'une interview filmée du témoin en 1956.
Cliquez! Le récit détaillé de toute l'affaire par le Capitaine Edward J. Ruppelt, chef du projet Blue Book de l'USAF.
Cliquez! Les commentaires par Kevin Randle.
Cliquez! Le cas résumé par le GEPAN, organisme d'étude des OVNIS organisé par le gouvernement Français.
Cliquez! L'analyse de l'Air Force publiée par Greene-Rouse.
Cliquez! La présentation de l'analyste Robert L. Baker aux auditions du Committee on Science & Astronautics, 1968.
Cliquez! La conclusion du Panel Robertson.
Cliquez! Informations additionnelles sur Thornton Page, du Panel Robertson.
Cliquez! The Condon Report, cas numéro 49.
Cliquez! Lettre des relations publiques de l'Air Force au Major Keyhoe du NICAP, 27 Novembre 57.
Cliquez! Lettre par le Pr. James E. McDonald à Arthur C. Lundahl, 4 Mai 1970.
Cliquez! Extrait de "Unconventional Flying Objects: A Scientific Analysis," par Paul R. Hill.
Cliquez! Article: "Les soucoupes brillantes de Tremonton sont l'une des meilleures observations d'OVNIS."
Cliquez! Article du journal Deseret News, 1996.
Cliquez! Images du film.
Cliquez! Le film en MPEG et des adresses pour le commander en vidéo.
Cliquez! Références.
Image d'une version informatique du film.

L'observation:

Le 2 juillet 1952, à 11:00 du matin, un matin clair et dégagé, l'officier Delbert C. Newhouse, accompagné de son épouse et de deux enfants âgés de 12 et 14 ans, conduisait sur l'autoroute à une douzaine miles de Tremonton, dans le Nord de l'Utah. Peu de temps après, il a fait ce témoignage à ses supérieurs de l'US Navy:

"Mon épouse a noté un groupe d'objets dans le ciel qu'elle ne pouvait pas identifier. Elle m'a demandé d'arrêter la voiture et de regarder. Il y avait un groupe d'environ dix ou douze objets qui n'avaient aucune ressemblance avec quoi que ce soit que j'ai jamais vu auparavant - manoeuvrant en une formation approximative et se déplaçant dans la direction de l'ouest. J'ai ouvert le coffre à bagages de ma voiture et ai sorti ma caméra de sa valise. La chargeant à la hâte, j'ai exposé approximativement trente pieds de film. Il n'y avait aucun point de référence dans le ciel et il était impossible que je fasse n'importe quelle évaluation de la vitesse, de la taille, de l'altitude ou de la distance. Vers la fin un des objets a inversé sa direction et s'est éloigné du groupe principal. Je tenais toujours la caméra et j'ai laissé l'objet isolé croiser le champ visuel, le filmant encore pour trois ou quatre passages. Pendant ce temps tous les objets avaient disparu."

Il a également écrit au Projet Blue Book, et un officier de renseignement de l'Air l'a alors interviewé et a appris que vus quand ils étaient à une distance relativement la plus proche, avant que Newhouse ne soit prêt à filmer, les OVNIS étaient:

"en forme de deux soucoupes, l'une inversée sur l'autre."

Le témoin a expliqué à l'officier du renseignement aérien qu'il n'avait entendu aucun bruit, vu aucun effets d'échappement ou de sillage émanant des objets. Avant, pendant, et après, il n'y a eu ni avions ni oiseaux, ni ballons, ni aucuns autres phénomènes reconnaissables apparaissent dans le secteur de visionnement des objets aériens non identifiés. Il a redit que l'inconnu qui est parti voler isolé a suivi un cours inverse de son cours original et du chemin de vol maintenu par le reste du groupe. Newhouse était convaincu que la lumière des objets résultait de la réflexion et qu'ils étaient "aussi longs qu'ils étaient larges et minces (c.-à-d. en forme de disque.)

Le témoin:

Delbert C. Newhouse, à l'époque de son observation, était diplômé de l'école photographique de l'US Navy, et était un vétéran avec dix-neuf ans de service en tant qu'officier de garantie, ayant loggé plus de mille heures sur des missions de photographie aériennes, et 2200 heures en tant que photographe en chef.

Il était considéré comme particulièrement digne de confiance et comme un observateur qualifié. Il n'avait eu aucune implication dans la recherche sur les OVNIS avant son expérience, et a rédigé un rapport sensé, notant par exemple que l'évaluation des distances était impossible à partir du film car les objets était disposés de telle manière qu'aucun point de référence n'avait pu être filmé. que les objets.

Le film:

L'équipement que Newhouse a utilisé dans son film cinématographique du vol des OVNIS contre le ciel bleu profond de matinée était une Bell and Howell Filmo Automaster professionnelle de 16 millimètres avec une tourelle de trois objectifs sur laquelle il a heureusement eu le temps de pivoter le téléobjectif de trois pouce f.1. Il a employé deux films de jour Kodachrome et la caméra était tenu dans la main pendant l'exposition des deux films à f/8 et f/16, réglée sur 16 images par seconde.

A une distance relativement rapprochée, les OVNIS lui sont apparus plats et circulaires, "en forme de deux soucoupes, une inversée sur l'autre." Mais Newhouse avait du déballer sa caméra d'une valise dans le coffre de sa voiture, et surtout trouver une cartouche de film dans une autre valise et c'est alors seulement qu'il avait pu commencer à filmer tandis que les objets étaient déjà partis dans le lointain. Il a déclaré en 1956: "quand je les ai vus la première fois ils étaient presque au-dessus, mais avant que j'aie eu la caméra prête ils s'étaient déplacés à une distance considérablement plus grande." Pendant le tournage, il a dû changer de film, le premier étant terminé, il a alors changé l'ouverture de la caméra de f/8 en f/16 parce qu'il avait peur que le film entier puisse être surexposé.

Il a déclaré dans une interview de 1956 par un membre de l'Armée de l'Air: "vers la fin, un des objets a renversé son cours et s'est éloigné du reste du groupe. Je tenais toujours la caméra et j'ai permis à cet objet isolé de traverser le champ visuel, le reprenant encore plus tard dans son cours." Il a expliqué que l'objet isolé n'a pas rejoint le groupe et que "j'ai tourné la caméra, balançant l'appareil juste à temps de voir le reste du groupe disparaître au-dessus de l'horizon ouest."

Il a ajouté: "j'ai étudié le film et je suis très déçu. Le film est très loin de ce que j'ai vu à l'oeil nu - à cause du retard pris pour chercher la caméra et de mon erreur dans l'exposition - si j'avais eu cette caméra sur le siège près de moi, chargée et prête à tourner, il n'y aurait aucun besoin de questions. L'Armée de l'Air aurait eu réponse." Et: "ils étaient d'une couleur argentée lumineuse" et finalement: "ils avaient un aspect métallique. Ils ont semblé être faits en un certain genre de métal poli."

Selon Newhouse, des images du début du film montrant les OVNIS ä une distance moins grande étaient absentes quand le film lui a été retourné, et ce qui lui a été retourné était une copie de qualité très inférieure et non ses deux films. Les deux films avaient à l'origine environ 1600 images, et la version restante n'en a plus que 1200 armatures, durant 90 secondes. (Il est évident que si le film complet avait pu être analysé par la commission Condon, elle aurait conclu comme les analyses de l'Air Force et de la Navy que les objets ne peuvent pas être des mouettes.) Newhouse n'a pas fait de scandale à ce sujet, il était amer, et a expliqué qu'il n'aurait pas pensé que l'Armée ne lui rendrait pas le film, sans quoi il aurait envoyé une copie et gardé l'original.

L'affirmation que le film a été coupé rappelle exactement la même affirmation par Nick Mariana, auteur d'une observation et d'un film très semblable dans le Montana en 1950, et d'autres nombreux récits par des témoins affirmant que l'Armée de l'Air ne renvoie pas les photographies et films.

En avril 1954, le journal Cleveland Press, une publication Scripps-Howard, a demandé aux autorités de l'ATIC la permission de voir le film de Tremonton, parce qu'il y avait eu de nombreuses autres observations consécutives par des Marines qui avaient créé de l'intérêt pour les OVNIS dans la Presse à ce moment. Le Pentagone a traîné des pieds, mais finalement convenu qu'un journaliste pourrait le voir à Dayton. Au moment ou ce journaliste était prêt à faire le voyage, l'ATIC lui a indiqué que leur unique copie venait juste de brûler. Aucun souci, a indiqué ATIC, car il y avait une copie master au Pentagone. Quand le journaliste a parlé avec un porte-parole de l'Armée de l'Air au Pentagone, il lui a été dit, "nous n'avons aucune copie ici, mais nous croyons qu'il y en a une à Dayton." Le journaliste a abandonné. La presse a publié ce titre le 6 Janvier suivant: "Un rideau de plomb cache les soucoupes volantes."

Les analyses:

Le film a été pris très au sérieux par l'Armée de l'Air et par la Marine des États-Unis. L'Armée de l'Air et la Navy étaient de fait suffisamment sûrs de la crédibilité de Newhouse pour dépenser un temps et un argent considérable en analyses et pour classer ce film comme "top secret."

L'Armée de l'Air a conduit une première analyse au terrain de Wright (le siège de l'ATIC, le renseignement aérien, et du Projet Blue Book.) L'analyse a conclu que les objets n'étaient pas des ballons ou des avions, et peu susceptible d'être des oiseaux. Le Capitaine Edward Ruppelt, chef de Blue Book, et le Major Dewey Fournet, officier de liaison entre Blue Book et le Pentagone, ont été assez convaincus par l'analyse pour décider que le film, ainsi que le film de Nick Mariana et une cinquantaine d'autres éléments probants devraient maintenant être présenté devant un groupe de scientifiques de sorte qu'ils examinent leur collection des meilleures preuves que des OVNIS qui ne sont pas des phénomènes insignifiants mais des machines volantes non terrestres existent bel et bien.

Le laboratoire d'interprétation photographique de l'US Navy à Anacostia a exécuté une seconde analyse, car l'Armée de l'Air leur a demandé une deuxième opinion. Cette équipe a consacré approximativement 1000 heures-homme de temps professionnel et semi professionnel dans la préparation de graphiques des différentes images du film, montrant le mouvement apparent et relatif des objets et leurs variation d'intensité lumineuse.

Puisque les analystes ont noté l'absence complète de n'importe quelle indication que ce seraient des oiseaux, tels que des battements d'ailes, les oiseaux furent la première suggestion mais aussi la première à être éliminée. Il y avait presque un consensus complet que les oiseaux ne pouvaient pas être l'explication; c'était si intenable que l'analyse s'est concentrée sur d'autres causes possibles plus raisonnables que les oiseaux, telles que les ballons ou les avions.

C'était l'opinion des représentants du P.I.L. que les objets aperçus n'étaient pas des oiseaux, des ballons ou avion, et n'étaient "pas des réflexions parce qu'il n'y avait aucun clignotement dans un parcours passant par 60 degrés d'arc" et étaient, donc, des objets lumineux par eux-mêmes. Des graphiques du mouvement et de la variation de l'intensité de la lumière des objets ont été effectués et montrés.

Il devrait être souligné encore une fois que ni l'une ni l'autre des deux analyses n'ont même suggéré que les objets filmés aient pu être des oiseaux de n'importe quel type. Au contraire, il y avait presque un consensus complet qu'une telle déduction était intenable.

Le panel Robertson:

Blue Book avait demandé qu'une première équipe d'évaluation composée de scientifiques qualifiés se penche sur leurs meilleures preuves, avant qu'ils leurs donnent une diffusion plus large et officielle auprès de la communauté scientifique. La C.I.A a pris en charge l'organisation de ce panel, dont la direction fut confié à un scientifique travaillant pour les militaires, H.P. Robertson. Le panel a étudié le film, l'interprétation de l'ATIC, et a reçu un briefing par des représentants du laboratoire d'interprétation photographique de la Navy sur leur analyse du film.

Tandis que les membres du Panel étaient impressionnés par l'enthousiasme, l'habileté et l'ampleur évidents des efforts de l'équipe du P.I.L., ils ont commencé à rechercher des failles et échappatoire dans leur conclusion implicite que le film était une preuve de l'existence d'engins extraterrestres.

L'astronome du panel a constaté qu'une procédure incorrecte a été employé par la Navy dans son utilisation du densitomètre. Il fut alors décidé que la Navy referait ces mesures, mais ceci n'a été jamais été fait et il est toujours impossible de savoir si ce procédé incorrect aurait affecté les résultats, et s'il les aurait affectés en renforçant ou en affaiblissant l'explication extraterrestre.

Le Dr. Thornton Page, un autre membre du Panel, a alors dit que les objets ressemblent à des mouettes. Ignorant les deux analyses et la description des soucoupes en volantes décrites par le témoin quand elles étaient plus proches de lui et avant qu'il ne commence à filmer. Son argument était simplement qu'il avait vu des mouettes près de son domicile, et dit qu'elles ressemblaient à ce que l'on voit dans le film. C'est devenu la conclusion du panel.

Finalement le panel a expliqué à Ed Ruppelt que Blue Book devrait recevoir plus de soutien et de moyen et augmenter ses activités, et que tous les rapports, analyses, films, et photographies devraient être accessibles au public. Cependant, dans le document écrit des démarches du panel, on recommande au contraire que le public soit "éduqué" de sorte perde tout intérêt pour les OVNIS, et quand Ruppelt a voulu donner une copie du film à la Presse, cela lui a été absolument refusé par le Pentagone. Peu après, Ruppelt abandonnait la direction du Projet Blue Book et quittait l'US Air Force.

L'analyse de Robert L. Baker, Jr:

Le rapport de l'analyse photogrammétrique par le Dr. Robert M.L. Baker Jr, de la Douglas Aircraft Corporation (qui a inclus une étude du film de Nick Mariana dans le Montana de 1950) a examiné la possibilité des mouettes. Il énonce: "Les mouvement des objets ne sont pas exactement ce qu'on attendrait d'une bande d'oiseaux ascendants (pas la plus légère indication d'une diminution de l'éclat dû à la rotation périodique avec le vent ou à l'agitation)." Le Dr. Baker rapporte qu'aucune conclusion définie ne pourrait être tirée, mais "les indications demeurent plutôt contradictoires et aucunes des hypothèses de phénomène naturels jusqu'ici suggérées ne semble expliquer complètement les OVNIS impliqués."

Le rapport Condon:

Le rapport de Condon consacre neuf pages au cas. Il précise que l'opinion de Menzel (un scientifique prétendant expliquer tous les OVNIS par des mirages, farces ou autres explications triviales) que le filme montre des oiseaux en raison de sa qualité inférieure est incorrecte. Mais les commentaires par Hartmann sont également en désaccord avec les faits, ignorant le rapport visuel de soucoupe volantes par le témoin, ignorant plusieurs points importants tels que la présence d'un téléobjectif sur la caméra, et essayant de distendre tous les chiffres de sorte qu'ils deviennent compatibles avec l'hypothèse de mouettes.

Ce qui est intéressant, c'est que j'ai la preuve que l'étude Condon faisait conduire ses analyses d'image secrètement au service du NPIC de la CIA. Tandis que Condon affirmait que "toutes les garanties" existent pour que les études du Comité Condon soient indépendantes de n'importe quelle influence militaire, le NPIC contribuaient secrètement à ses évaluations.

Le rapport de Condon n'a en fait conduit aucune nouvelle analyse, l'investigateur ne s'est pas soucié d'interviewer le témoin, ou de montrer le film à un ornithologue. Il a ignoré ce que le centre d'interprétation photographique de l'US Navy a trouvé, en bref, que les inconnus sont "une source lumineuse plutôt que de la lumière réfléchie," (Condon, p.423) et qu'aucune espèce d'oiseau ne pourrait être responsable de la lueur inhérente des objets. De plus il a estimé la vitesse des objets en partant d'une distance estimée arbitrairement à 2000 pieds, calculant qu'ils voleraient alors entre 20 et 95 miles à l'heure, et seraient ainsi des oiseaux; ce faisant, il est oublié qu'avec un téléobjectif, les oiseaux à 2000 pieds auraient été clairement reconnus sur l'original du film. Le téléobjectif est oublié, le compte rendu du témoin est rejeté, le fait que les manoeuvres des objets exigeraient une agitation des ailes qui se verrait est ignoré, et finalement l'investigateur a conclu que les objets sont des oiseaux parce qu'il a été à Tremonton et a observé des oiseaux et a constaté qu'ils paraissent semblables aux OVNIS du film.

En bref, la conclusion du rapport de Condon aurait du avoir été:

Mouettes lumineuses supersoniques probables ... Autres oiseaux hautement improbables et ne correspondant pas au récit de l'observation visuelle du témoin.

Additions et discussions:

Ce que quelques sceptiques disent:

Dans son livre "le mystère des OVNIS résolu," 1994, Explicit Books, au chapitre "Mirages: Les Mirages peuvent-ils expliquer les rapports d'OVNIS?", Stuart Campbell écrit:

"Les phares d'avions sont une source typique de mirages. En mai 1996, BBC Ecosse m'a montré une vidéo des lumières mystérieuses vues au-dessus d'Inverness quelques mois plus tôt. Il s'est avéré qu'ils étaient des mirages multiples des lumières d'un avion Nimrod qui s'exerce régulièrement de RAF Kinloss [Kinross en fait] sur le Moray Firth. (Les mirages) expliquent également les nombreuses lumières filmées au-dessus de Tremonton (Utah) en 1952. Dans ce cas, il y a des preuves de plusieurs inversions (thermiques), l'une sur l'autre."

"En conclusion: non seulement les mirages son une alternative à l'hypothèse extraterrestre, mais ils expliquent les rapports qui sont inexplicables autrement, particulièrement le reste de rapports qui résistent quand tous les autres rapports ont trouvé une explication. Le résultat est qu'aucun rapport d'OVNI ne demeure inexpliqué et qu'il n'y a aucun phénomène mystérieux derrière les rapports. En outre les rapports d'OVNIS n'ont rien à voir avec de l'intelligence extraterrestre."

C'est un exemple typique de baragouinage (ainsi, les phares d'avions ne sont pas des mirages ou des causes de mirages mais des causes d'illusions). Il n'y a aucune mention des analyses précédentes, aucune interrogation du témoin, aucune prise en compte des données météo réelles, aucune évaluations quantitatives. Il y a une invention de "preuves de plusieurs inversions de températures" qui n'ont jamais existé. Il y a une ignorance complète du fait que d'autres sceptiques ont expliqué le film avec l'hypothèse des mouettes et qu'aucun analyste n'a à aucun moment considéré des mirages comme explication possible pour les objets de Tremonton. Même Menzel n'a pas opté pour des inversions de température ou des sundogs dans ce cas-ci.

Un petit mot sur les conséquences du Panel Robertson:

Après le panel, une décennie plus tard, quand les militaires ont estimé que l'amnésie publique avait suffisamment fait son oeuvre, l'Armée de l'Air a plus ou moins publié un communiqué de Presse caustique intitulé: "Ode aux Mouettes." Il tentait de persuader la poignée minuscule de personnes qui verraient jamais le film que l'officier Newhouse avait filmé un vol d'oiseaux, et ne s'en était pas rendu compte.

La question du film de Newhouse, aussi bien que celui de Mariana, a été évaluée par de nombreux groupes, dont la majorité ont éliminé toute probabilité d'identification erronée de ballons, avion, oiseaux, nuages, bandes de brouillages radar, particules de glace, mirages, et toute autre chose connue trouvée dans le ciel. Des sceptiques de plus ou moins bonne foi et plus ou moins compétents, des organismes officiels comme la CIA ont cependant fait la promotion de la suggestion que Newhouse, un observateur professionnel s'il en est, n'a pas su ce qu'il voyait. Il le concède volontiers, mais, en plus, ces organismes officiels et les sceptiques tentent de nous convaincre que Newhouse et sa famille ont été incapable de savoir ce que les objets n'étaient PAS.

Ce que j'en pense:

Le film lui-même n'est pas une "preuve" de quoi que ce soit, sinon de ceci:

Le témoin et son épouse ont dit qu'ils ont vu des objets volants en forme de disque qui ne sont aucunement des oiseaux ou quelque chose d'insignifiant, mais bel et bien des soucoupes volantes.

Le témoin a tenté de les filmer. Le film ne s'est pas révélé assez bon pour démontrer ou réfuter absolument son observation visuelle, mais ajoute un poids considérable à son rapport d'observation visuelle.

Mon avis est: 90% a convaincu que Newhouse a vu des machines volantes d'origine extraterrestres, 2% convaincu qu'elles auraient pu être des mouettes et qu'il aurait menti au sujet de l'observation visuelle, 2% convaincu qu'il a filmé sciemment des mouettes avec l'intention de prétendre que ce soient des OVNIS, 6% incertain au sujet de la nature du cas.

Pour comprendre comment j'ai formé mon avis, vous devez lire non seulement les paragraphes ci-dessus qui sont un bref résumé, mais tout l'ensemble des documents disponibles en haut de la page depuis la table des matières.

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 mars 2002