Tremonton 1952 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le film couleur de Tremonton, Utah, 2 juillet 1952:

Quand un officier et photographe de l'US Navy nommé Delbert C. Newhouse et son épouse roulaient le long d'une route à sept milles de Tremonton et ont repéré une formation d'objets brillants d'aspect métallique et en forme de disque contre un ciel bleu lumineux, vous avez un rapport d'observation intéressant par un observateur qualifié, digne de confiance et instruit, et son épouse.

Quand cet officier a la chance de pouvoir utiliser une caméra 16mm équipée d'un téléobjectif pour obtenir 12 mètres de film de ces objets manoeuvrant, et de soumettre le film au projet Bluebook pour évaluation, et quand ce film est étudié pendant trois mois au laboratoire de Reconnaissance Photographie du renseignement militaire, et quand leur conclusion convainc le chef du projet Bluebook que le film montre des engins volants extra-terrestres, vous avez plus qu'un bon rapport d'observation.

Quand l'équipe de Bluebook sent que c'est une preuve de la réalité des OVNIS en tant qu'engins extraterrestres, et juge qu'une équipe scientifique devrait être réunie pour regarder cette preuve parmi d'autres, vous pouvez espérer que cette preuve sera rendue publique et que certaines conclusions le seront également. Mais si cette réunion de scientifiques est organisée par la C.I.A, alors cela se transforme en preuve ... que le film montre des oiseaux.

En voici toute l'histoire entièrement documentée.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements: l'observation, le film, le témoin, les analyses, une discussion.
Cliquez! La transcription d'une interview filmée du témoin en 1956.
Cliquez! Le récit détaillé de toute l'affaire par le Capitaine Edward J. Ruppelt, chef du projet Blue Book de l'USAF.
Cliquez! Les commentaires par Kevin Randle.
Cliquez! Le cas résumé par le GEPAN, organisme d'étude des OVNIS organisé par le gouvernement Français.
Cliquez! L'analyse de l'Air Force publiée par Greene-Rouse.
Cliquez! La présentation de l'analyste Robert L. Baker aux auditions du Committee on Science & Astronautics, 1968.
Cliquez! La conclusion du Panel Robertson.
Cliquez! Informations additionnelles sur Thornton Page, du Panel Robertson.
Cliquez! The Condon Report, cas numéro 49.
Cliquez! Lettre des relations publiques de l'Air Force au Major Keyhoe du NICAP, 27 Novembre 57.
Cliquez! Lettre par le Pr. James E. McDonald à Arthur C. Lundahl, 4 Mai 1970.
Cliquez! Extrait de "Unconventional Flying Objects: A Scientific Analysis," par Paul R. Hill.
Cliquez! Article: "Les soucoupes brillantes de Tremonton sont l'une des meilleures observations d'OVNIS."
Cliquez! Article du journal Deseret News, 1996.
Cliquez! Images du film.
Cliquez! Le film en MPEG et des adresses pour le commander en vidéo.
Cliquez! Références.
Image d'une version informatique du film.

Une lettre du professeur James E. McDonald:

Ceci est une documentation importante qui illustre clairement l'affirmation que les analystes de l'Armée de l'Air des États-Unis et de la marine américaine avaient des preuves fortes de la réalité et de la nature anormale des OVNIS dès 1952. En fait, elle suggère fortement qu'au moins certaines de ces personnes avaient eu la réponse il y a presque 50 ans. James E. McDonald était l'un des scientifiques qui était à la pointe en matière d'OVNIS dans les années 60, qui a travaillé en collaboration avec le NICAP et a joué un rôle dans les auditions congressionnelles à propos des OVNIS. Il était un météorologue, physicien senior, à l'institut pour la physique atmosphérique de l'université de l'Arizona. Il est décédé en 1971.

Francis L. Ridge
NICAP Website Coordinator

Arthur C. Lundahl était le chef du laboratoire de photographie de l'US Navy qui avait à l'origine analysé les images de l'Utah (le film de Newhouse), et dirigé ce travail d'analyse. Quand la C.I.A a formé son centre national d'interprétation photographique (NPIC), Lundahl est devenu son dirigeant de lui et est resté à cette fonction jusqu'à la retraite. Le NPIC est le service qui a détecté les missiles Russes à Cuba. Je n'ai jamais trouvé de biographie sur lui, mais me rappelle que son expérience de photoanalyse remontait à la deuxième guerre mondiale, et il nous a raconté un certain nombre de faits à ce sujet.

Richard Hall

La lettre:

Dr. James E. McDonald:

4 mai 1970

Mr. Arthur C. Lundahl
4401 Chestnut
Bethesda, Maryland, 20014

Cher Art:

Merci encore d'avoir consacré du temps à cette session très intéressante et instructive sur les OVNIS au Monument la semaine dernière. Certains de ces aspects de l'histoire passée du problème des OVNIS, sur lequel vous pouviez me renseigner, étaient des plus intrigants. J'espère que nous pourrons trouver quelques autres occasions de parler de façon informelle sur plus de ces sujets.

J'ai eu une longue discussion téléphonique avec Delbert Clément Newhouse hier soir. C'était lui à EL Cajon; l'autre, ce qui est assez amusant, était son fils. Son fils s'est récemment retiré du service dans l'Aviation Navale et vole maintenant avec United Airlines. Nous avons couvert beaucoup de points important, et j'essayerai d'indiquer les points culminants ici, pour votre information. Il y a un ou deux points qui émergent de la discussion sur lesquels vous pourriez pouvoir faire un peu plus de vérifications avec Bob Neasham.

Peu de temps après que je me sois identifié et que nous en soyons arrivé au coeur de la discussion, Newhouse a demandé à son épouse de venir au téléphone sur son second poste, ainsi j'ai eu le double avantage d'obtenir les commentaires de tous deux pendant que nous discutions des des détails de cet incident du 2 juillet de 1952. Il était particulièrement bien d'avoir Mme Newhouse au téléphone, puisqu'elle était celle qui a repéré les objets en premier et les a observé pendant à peu près une minute tandis qu'elle essayait de persuader Newhouse d'arrêter la voiture pour mieux les regarder. (elle a précisé en riant que Delbert a cru qu'il faut faire des arrêtes tous les 400 milles et seulement tous les 400 milles lors de tels trajets transnationaux.)

Les deux ont souligné qu'il doit avoir fallu deux ou trois minutes pour que Newhouse fouille dans leur bagages et pour qu'il y trouve la caméra et le film, qui étaient dans des valises séparées. Dans cette période initiale, les objets étaient considérablement plus près d'eux que lorsqu'il a finalement commencé à filmer, a insisté Newhouse. Selon sa propre évaluation les objets s'étendaient seulement à à peu près 10 degrés à l'Est du Zénith quand ils sont sortis de la voiture au début. Il a répété son évaluation de la taille angulaire qui a été notée ailleurs, à savoir, à peiu près de la taille comparative d'un B-17 à 10.000 pieds. (ceci nous donne environ un demi degré, approximativement 10 fois le diamètre angulaire maximum de n'importe laquelle des images comme mesuré par Baker ou Hartmann.)

Comme vous vous le rappellerez, l'un des points clés que j'ai voulu vérifier avec Newhouse concernait la description donnée par Ruppelt (et répétée dans l'analyse de Baker comme reproduite dans les auditions congressionnelles de 1968), à savoir, qu'ils ont paru être gris-argenté, "couleur acier à canon," et comme deux casseroles de pâté en croûte tête à tête. Newhouse et son épouse ont entièrement confirmé cela, Newhouse comparant la forme à un disque dans ses commentaires. Mme Newhouse a précisé qu'ils se sont de temps en temps incliné, de sorte que leur section paraissait rons, comme vu dans les parties initiales de l'observation quand ils étaient presque au dessus de leur têtes, c'était remplacé de temps en temps par une vue de côté montrant leur forme discoïde. Il n'y avait pas la plus légère équivoque ni aucun élément d'incertitude car l'un et l'autre ont insisté sur ce point très important.

J'ai demandé à Newhouse s'il était correct qu'il ait donné cette description à Ruppelt après le dernier avait quitté l'Armée de l'Air. Il a confirmé cela, disant que le seul cas où il a personnellement parlé avec Ruppelt était à une session de tournage pour ce film intitulé "UFO" produit en 1954 ou 1955. Il estimait que cette réunion devait avoir eu lieu en 1954, et que Al Chop était également présent à cette discussion. Il a apporté également le point important qu'il a également souligné la forme visuellement observée dans les débuts de l'observation, quand il a été interviewé à son poste d'affectation à Oakland par un officier de l'Armée de l'Air. Il a de plus fait la remarque qu'il a vu une copie de la transcription de l'officier de l'interview, et que ce point est apparu dans la transcription. J'ai dit Newhouse que je puis avoir une occasion de creuser dans les fichiers de Bluebook sur les films de Tremonton lors d'une prochaine visite à Maxwell AFB, et ai ajouté que j'essayerai de vérifier la présence de ce point important dans les dossiers de Bluebook.

Je devrais ajouter que Newhouse est revenu sur le point ci-dessus plusieurs fois au cours de notre conversation téléphonique de 50 minutes, puisque, comme il a remarqué, le fait de l'observation visuelle était extrêmement importante dans son évaluation. Il a présenté ses observations sur le fait que presque personne de ceux qui depuis lors ont discuté de son observation et du film n'a pris note de ce point. En particulier, il a offert quelques commentaires extrêmement négatifs au sujet de l'analyse dans le rapport de Condon, et, à mes questions, a répondu que personne de l'équipe du Colorado ne l'a jamais personnellement contacté. Quand je lui ai demandé, dans la foulée, s'il rejetait leur "hypothèse des mouettes," il a répondu par l'affirmative et dit que, s'il en avait eu l'occasion, il aurait dit à Condon la même chose que ce qu'il a dit à Ruppelt: "Vous feriez mieux d'aller voir de plus près certaines mouettes!"

Newhouse et son épouse ont tout deux précisé que le point de la route 30 où ils s'étaient arrêtés pour regarder les objets était un vaste espace ouvert rompu seulement par une basse colline au loin à leur Est. L'altitude angulaire des objets était si haute, a-t-il dit, qu'il n'a jamais eu aucune occasion de prendre aucune caractéristique du paysage ou d'objet de premier plan dans l'image. Comme je l'ai compris, les objets étaient d'abord vus un peu à l'Est de leur zénith, mais se déplaçant vers le Nord. Newhouse a déclaré qu'il tournait le dos au soleil (un peu avant midi) pendant qu'il tournait les premières parties de son film. Il était incertain sur l'altitude angulaire du groupe d'objets alors qu'il a commencé à les filmer au début, mais, après avoir réfléchi mentalement et verbalement, a estimé qu'ils pourraient avoir été à environ une altitude de 45 degrés. (noter que, si les objets s'étaient déplacés purement horizontalement de 10 degrés à partir du zénith à un point à environ 45 degrés d'angle du zénith, il n'y aurait eu aucune diminution telle que la différence de dix fois dans la taille angulaire aproximativement estimée par Newhouse entre ses mesures de l'observation visuelle directe et celles tourvées dans le film par Baker et Hartmann. Il est, naturellement, bien connu que la plupart des gens font des erreurs sérieuses dans les deux évaluations de taille angulaire et évaluations d'altitude angulaire. Ma propre conjecture actuelle serait que le diamètre angulaire maximum comme observé visuellement était probablement bien sous 30 minutes, la valeur que l'on obtient à partir de son "évaluation comme un B-17 à peu près à 10.000 pieds.")

Tous les deux ont discuté du mouvement "voletant" des objets et de leur inclinaison occasionnelle qui présentait une vue sur leur côté. Newhouse m'a indiqué qu'il a essayé de tenir la caméra fixe, autant qu'il le pouvait, et a laissé les objets se déplacer dans le champ. Il était particulièrement emphatique sur ce point en ce qui concerne l'épisode suivant quand un des objets s'est écarté du groupe et s'est déplacé vers l'Est à travers le ciel. Il se souvenait qu'il avait jugé que la caméra était fixe, et a laissé cet objet dériver à travers le champ, l'azimut décalé, etc., en trois plans, avant avant qu'il ne soit parti hors de portée.

Ce dernier épisode a eu lieu après le groupe d'objets avait fait un virage vers l'Ouest après s'être déplacé au Nord pendant un certain temps. C'était après qu'ils aient avancé à l'Ouest que l'un des objets s'est écarté au loin, ont-ils expliqué, et, avant qu'il ait fini de filmer l'objet isolé, les autres étaient trop lointain dans la distance pour les filmer encore, comme il s'en rappelait. (J'ai eu l'impression que les Newhouse n'ont pas passé en revue le film depuis un certain temps parce que Newhouse faisait attention à insérer des clauses de prudence en me disant que c'est ce dont il se rappellait d'après ses souvenirs des détails du film.)

Un point plutôt intéressant, que je n'avais jamais entendu mentionner auparavant a été mentionné presque par hasard. Il s'est avéré que le film que Newhouse a soumis à l'Armée de l'Air a été coupé d'environ 20 pieds qu'il a filmé sur la fin d'un magasin de 50 pieds, plus environ 40 pieds qu'il a filmé sur la première partie du prochain magasin. En d'autres termes, il a dû changer de magasins au milieu de son tournage. Je ne lui ai pas demandé s'il pourrait avoir fait le changement de l'ouverture pendant le changement du magasin; ce n'est pas une question trop importante, cependant.

Un point plus important duquel je n'étais pas au courant:

Newhouse a indiqué que l'Armée de l'Air ne lui a jamais renvoyé les originaux du film. Il a écrit à l'ATIC quand une longue période s'était écoulée, et ce qu'ils lui ont finalement renvoyé était une copie couleur qu'il a trouvée absolument inférieure en qualité à l'original. Non seulement cela, mais il était certain qu'ils avaient coupé les 10 ou 20 premiers pieds du film, qui ont été filmés quand les objets étaient beaucoup plus proches et ont été beaucoup plus nets sur le film. (Oh! cela me frappe justement maintenant que ceci peut expliquer l'anomalie apparente entre la taille maximum d'image sur le film analysé par Baker et dans le souvenir approximatif de Newhouse, quand il dit qu'il a commencé le tournage quand les objets étaient à un angle de zénith de 45 degrés. La longueur absente, de laquelle il était affirmatif que c'était la meilleure partie de son original, aurait montré les objets à un diamètre angulaire plus grand que les parties postérieures qui ont été utilisées dans des analyses suivantes. Vous me suivez, je présumez.)

Newhouse a remarqué qu'il ne lui était jamais venu à l'idée qu'il ne devrait pas envoyer les originaux à l'Armée de l'Air. Il a fait le bref commentaire que, s'il devait le refaire, il enverrait seulement une copie, mais qu'il avait alors pensé qu'il récupérerait ses originaux. J'ai fait une vague remarque que d'autres avaient eu une expérience semblable avec des négatifs et des films, et il a semblé se rendre vaguement compte de cela. Il a fait une certaine remarque à propos de son amertume sur la manière dont l'Armée de l'Air avait géré toute l'affaire.

(Par ailleurs, bien que ce soit d'importance secondaire, je pourrais préciser que j'ai appris que les Newhouse étaient en route vers Portland lors de ce voyage, et se dirigeaient de Salt Lake City à Boisé sur la partie du trjaet ou l'observation avait eu lieu. Il était en vacances, et prenait ces vacances à Portland, avant de continuer vers le bas de la côte vers sa prochaine affactation à Oakland. C'était d'Oakland qu'il a soumis ses films au projet Bluebook. Il m'a confirmé qu'il avait eu environ 2.000 heures de vol homologuées en tant que photographe d'aviation en 1952. Je pourrais ajouter qu'il semble qu'il se soit retiré avec le grade de Lieutenant. Je lui ai demandé, Art, s'il se rappelait de vous lors de journnées d'Anacostia, mais il se rappelait seulement votre nom.)

(En parcourant mes notes de téléphone, j'ai juste noté un autre point sur le film perdu. C'était à l'époque du tournage, vers le milieu des annéEs 50, qu'il a écrit à l'Armée de l'Air pour leur demander de lui retourner les originaux. Un officier de service à l'ATIC lui a dit que les originaux avaient été perdus dans un incendie. Je vois plus loin que j'ai pris notes du propos qu'il a tenu au sujet de l'envoi des originaux: "très naïvement, je leur ai envoyé l'original.")

Je l'ai questionné sur le sujet du changement de couleur des objets, mais à ce sujet il n'avait aucune réponse du tout. C'est-à-dire que Newhouse n'a aucun souvenir que le film n'ait montré quelque coloration que ce soit. Au moment ou j'a abordé cela, il avait déjà mentionné la longueur absente des premières et meilleures parties de son film, et j'ai pensé que ceci allait être le lien entre l'absence de n'importe quelle discussion sur les colorations dans les analyses de Hartmann et Baker contre votre souvenir d'un ordre aléatoire de couleur changeantes, rouge-bleu-vert, etc... Mais ce ne s'est pas avéré être le cas. Newhouse a indiqué que, dans la mesure où il pouvait se le rappeler, les films n'ont montré rien d'autre que des images blanches ou argentées-blanches dans tout la longueur entière, y compris la partie initiale absente. C'est un point qu'il serait intéressant de vérifier avec Neasham si vous le pouvez. Est-il possible que vous ayez mélangé vos pinceau à ce propos, peut-être? Newhouse a fait la spéculation qu'il n'a jamais eu une chance d'examiner les films sous un grossissement optique élevé, et a dit que peut-être il pourrait y avoir une certaine couleur qu'il n'a pas remarquée.

J'ai trouvé intéressant d'apprendre qu'aucun contact de n'importe quelle sorte n'a été fait avec Newhouse depuis que le film a été fait. Cela évidemment inclus Baker, aussi bien que Hartmann et l'équipe du projet Condon. J'ai été en particulier étonné que Bob Baker ne l'avait pas contacté, quand il a fait cette analyse pour Douglas en 1956.

Newhouse a eu quelques commentaires très négatifs à faire au sujet de Condon, dont il a senti nettement qu'ils avaient une opinion pré-établie. Il avait lu le rapport Condon, et a fait des commentaires dépréciants sur leur analyse de son film, aussi bien que sur le reste du rapport.

J'ai posé quelques questions pour essayer de savoit dans quelle mesure il avait suivi le problème des OVNIS, et j'ai conclu qu'il ne l'avait pas suivi. Il a mentionné qu'au cours de son affectation suivante dans la Navy, des gens ont reconnu son nom, principalement à cause du film, et lui parlaient souvent de leurs propres observations d'OVNI. J'ai pensé que je pourrais obtenir quelques pistes, mais il n'avait pas pris le soin de prendre note de noms ou de circonstances. Il a dit que certaines d'entre eux étaient des observations assez intéressants, quoique la plupart n'aient pas été trop impressionnantes. Il avait été sur un transporteur de la Navy qui était arrivé à Rio de Janeiro environ à la période du cas photographique de l'île de Trinidade en Janvier 1958. Il s'est rappelé le seulement vaguement des photos brésiliennes, mais il s'est donné la peine de me demander si je les avais jamais vues et si je savais quelque chose à leur sujet. Il a dit qu'il a pensé qu'elles étaient assez impressionnantes, et que les journaux Brésiliens les avaient prises au sérieux à ce moment-là. C'était le seul cas d'OVNI sur lequel il a posé des questions.

Il a mentionné, quelque part dans la dernière partie de notre conversation, que son fils et sa fille ont eu une assez bonne vues des objets, également. Le fils avait alors 14 ans, la fille, 12. Il a dit que, dans l'esprit de chacun d'eux quatre, il n'y avait pas le plus léger soupçon que ce qu'ils avaient vu était des mouettes. Ceci, a-t-il souligné, c'est parce que , une fois qu'il les ont d'abord vus, leur forme étaient très distincte et n'avait pas la moindre relation du tout avec des mouettes. Il a fait d'autres remarques de sorte qu'il suppose que d'autres qui ont eu un bon aperçu d'OVNIS doivent avoir un sentiment à peu près identique au sien, à savoir, qui si vous les voyez vraiment vous-même, il n'y a alors simplement aucun doute au sujet de leur réalité. Il a remarqué, en liaison avec ces observation de la Navy qu'il a entendues plus tard, qu'il savait qu'aucune d'entre elles n'avait été officiellement rapporté. Il dit que c'était en raison de la crainte du ridicule, et a fait la remarque supplémentaire intéressante qu'il n'aurait pas rapporté ce qu'ils ont vu le 2 Juillet 1952, s'il n'avait pas eu ces images pour le confirmer. Quand je lui ai demandé pourquoi, il était tout à fait franc en disant que personne ne l'aurait cru et que l'on se serait juste moqué de lui s' il n'y avait pas eu les photos. J'ai alors précisé que sa réaction était similaire à celle de la plupart des douzaines de témoins que j'ai interviewés ici et dans d'autres pays.

Voilà les points marquants de mon entrevue, du moins dans la mesure où je puis les repérer dans ma lecture de mes trois pages des notes griffonées en hâte. Je veux certainement vous remercier de m'avoir communiqué ces adresses. C'était un vrai privilège de parler à Newhouse, et je prévois d'asticoter Bill Hartmann sur son manque à entrer en contact personnellement avec Newhouse avant de prononcer son avis final au sujet des mouettes dans ce film.

Je vais rechercher une note me donnant l'adresse présente de Al Moore ou son numéro de téléphone, et j'essayerai de le contacter quand je descendrais à Maxwell.

J'ai vérifié le livre de Keyhoe de 1953 et j'ai trouvé la date de cette observation par le ministre de la Marine Kimball et l'amiral Radford (je crois que j'ai confondu Radford et Burke la dernière fois que nous avons bavardé la semaine dernière.) Elle est donnée comme printemps 1952 par Keyhoe (Flying Saucers from Outer Space, page 50). Je présume que cela voudrait dire que l'étude des OVNIS par l'ONR a été commencée autrefois dans le milieu ou la fin de 1952. Par hasard, auriez-vous quelque chose dans vos fichiers qui vous permettrait de trouver la date de début, aussi bien que la date de ce colloque qui, je le devine, à plus ou moins conclu l'étude des OVNIS par l'ONR? C'est une partie intéressante de l'histoire des OVNIS, et, si vous pouvez localiser n'importe quelles dates concernant cela, je serais tout à fait heureux de les avoir.

Je demande instamment que vous souscrivez à la revue britannique Flying Saucer Review, et je vous joins des copies des informations de commande pour ce magazine, aussi bien que pour trois publications spéciales qu'ilss ont toujours en vente. Ils sont un petit peu trop loin à mon goût, mais, qui sait, en final ils pourraient être ceux dont la gamme d'acceptation a été correctement reglée. Je crois que vous pourriez acheter l'abonnement d'un an pour la Flying Saucer Review et je vous inviter à le faire, puisque le prix est assez bas et la portée des articles qu'ils ont eus est très large. Il serait difficile que je vous donne n'importe quelle évaluation signicative de la façon dont ils vérifient leur matériel, mais je crois qu'on ne peut pas les accuser de publier n'importe quoi au hasard. D'autre part, je me rends compte que je trouve une partie de leur matériel douteux.

Je me demande s'il pourrait être possible que vous et moi passions une soirée avec Dick Hall, qui fut pendant de nombreuses années le directeur associé du NICAP. Il n'est plus au NICAP, et habite à Bethesda. Je le vois presque à chaque visite, et j'attends toujours avec intérêt mes rencontres avec Dick parce qu'il est l'un des personnes les mieux informées dans le pays en ce qui concerne le problème des OVNIS et son histoire. Nous trois, j'en suis sûr, auraient de nombreux sujets d'intérêt mutuel évident à aborder, si nous pouvons parvenir à nous renconontrer un soir. En fait, je dois assister à une session du Pentagone sur les formations d'ouragans le 15 Mai, et je serai amené à demander s'il pourrait être possible de nous réunir soit le Vendredi 15, ou peut-être le Samedi 16. Cela paraît-il faisable?

Meilleures salutations,
James E. McDonald

JEM/msr
Pièce jointe

P.S. J'ai juste fait mes réservations sur le vol dont je vous ai parlé plus haut vers Washington DC arriverai Jeudi vers 7:18 et partirai samedi après-midi à 16:00. Une chance de réunion avec Dick Hall et moi le jeudi ou vendredi dans la soirée, ou samedi avant ce départ de 16:00? Je pense que Dick pourrait avoir ces périodes libres aussi, mais peut-être que je devrais noter son numéro de téléphone à Bethesda ici: XXXXXXXXXX. S'il s'avère que vous pouviez libérer un peu de temps peut-être vous pourriez donner à Dick un coup de fil et établir un agenda mutuellement commode pour vous, qui tomberait quelque part dans ce qui précède.

J'ai encore reservé au Park Central, pour Jeudi et Vendredi soir.

Mon espoir que je puisse faire du reniflage à Maxwell AFB sur le chemin du retour semble mince maintenant - à moins que le Colonel Coleman n'envoye son mot pour me laisser accéder aux archives dans les jours qui viennent. C'est la troisième fois que l'on m'envoye promener depuis que j'ai commencé à tenter d'aller là bas pour travailler sur les dossiers de Bluebook.

Je vous donnerai un coup de fil depuis le Park Central de parc si je n'ai pas de vos nouvelles, puisqu'il reste peu de temps - jem

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 mars 2002