Tremonton 1952 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le film couleur de Tremonton, Utah, 2 juillet 1952:

Quand un officier et photographe de l'US Navy nommé Delbert C. Newhouse et son épouse roulaient le long d'une route à sept milles de Tremonton et ont repéré une formation d'objets brillants d'aspect métallique et en forme de disque contre un ciel bleu lumineux, vous avez un rapport d'observation intéressant par un observateur qualifié, digne de confiance et instruit, et son épouse.

Quand cet officier a la chance de pouvoir utiliser une caméra 16mm équipée d'un téléobjectif pour obtenir 12 mètres de film de ces objets manoeuvrant, et de soumettre le film au projet Bluebook pour évaluation, et quand ce film est étudié pendant trois mois au laboratoire de Reconnaissance Photographie du renseignement militaire, et quand leur conclusion convainc le chef du projet Bluebook que le film montre des engins volants extra-terrestres, vous avez plus qu'un bon rapport d'observation.

Quand l'équipe de Bluebook sent que c'est une preuve de la réalité des OVNIS en tant qu'engins extraterrestres, et juge qu'une équipe scientifique devrait être réunie pour regarder cette preuve parmi d'autres, vous pouvez espérer que cette preuve sera rendue publique et que certaines conclusions le seront également. Mais si cette réunion de scientifiques est organisée par la C.I.A, alors cela se transforme en preuve ... que le film montre des oiseaux.

En voici toute l'histoire entièrement documentée.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements: l'observation, le film, le témoin, les analyses, une discussion.
Cliquez! La transcription d'une interview filmée du témoin en 1956.
Cliquez! Le récit détaillé de toute l'affaire par le Capitaine Edward J. Ruppelt, chef du projet Blue Book de l'USAF.
Cliquez! Les commentaires par Kevin Randle.
Cliquez! Le cas résumé par le GEPAN, organisme d'étude des OVNIS organisé par le gouvernement Français.
Cliquez! L'analyse de l'Air Force publiée par Greene-Rouse.
Cliquez! La présentation de l'analyste Robert L. Baker aux auditions du Committee on Science & Astronautics, 1968.
Cliquez! La conclusion du Panel Robertson.
Cliquez! Informations additionnelles sur Thornton Page, du Panel Robertson.
Cliquez! The Condon Report, cas numéro 49.
Cliquez! Lettre des relations publiques de l'Air Force au Major Keyhoe du NICAP, 27 Novembre 57.
Cliquez! Lettre par le Pr. James E. McDonald à Arthur C. Lundahl, 4 Mai 1970.
Cliquez! Extrait de "Unconventional Flying Objects: A Scientific Analysis," par Paul R. Hill.
Cliquez! Article: "Les soucoupes brillantes de Tremonton sont l'une des meilleures observations d'OVNIS."
Cliquez! Article du journal Deseret News, 1996.
Cliquez! Images du film.
Cliquez! Le film en MPEG et des adresses pour le commander en vidéo.
Cliquez! Références.
Image d'une version informatique du film.

Les premièes analyses:

Le Dr. Robert L. Baker, Jr., était un conseiller à la Douglas Aircraft Company, il était également l'ancien chef du centre de recherches de Lockheed Astrodynamics, officier de projet sur un certain nombre de projets secrets de l'Armée de l'Air, et à ce moment là un scientifique senior de la Computer Sciences Corporation.

Robert L. Baker a écrit et a présenté le texte suivant aux auditions devant le Comité de la Chambre de la Science et de l'Astronautique, le 29 Juillet 1968, page 127:

Mon contact initial avec l'observation de phénomènes - OPA - a débuté en 1954 quand j'étais un conseiller chez l'avionneur Douglas à Santa Monica, Californie, servant d'assistant spécial au Dr. W. B. Kiemperer, directeur du personnel de la recherche chez Douglas. Les données se composaient de deux courts films: l'un tourné dans le Montana - et nous le désignions comme "le film du Montana" et celui tourné dans l'Utah - que nous appelion "le film de l'Utah. Ces films nous ont été fournis par le Centre Technique du renseignement aérien - l'ATIC, - maintenant appelé la Division des Technologie Etrangères - (Foreign Technology Division - à la base aérienne de Wright-Patterson; les copies en 35 millimètres ont été fournies par Green-Rouse Productions des studios de Samuel Goldwyn.

Les deux films avaient été pris par des gens apparemment fiable et impartiaux en utilisant des caméras de cinéma amateur et, dans chaque cas, il y avait un témoignage impliquant des témoins crédibles. Les films montraient le mouvement de points blancs plutôt brouillés, mais le film du Montana était remarquable du fait le premier plan était visible sur la plupart des images.

Les analyses préliminaires ont exclu la plupart des phénomènes normaux. Une étude plus détaillée a indiqué que le seul candidat normal restant pour le phénomène du film de l'Utah était des oiseaux en vol, et pour le film du Montana c'était des réflexions de fuselage d'avion du soleil. Après environ 18 mois d'études plutôt détaillées, quoique non continues, en utilisant divers équipements de mesures de films de chez Douglas et à l'UCLA, aussi bien que l'analyse d'une expérience photogrammétrique, il s'est avéré que ni l'une ni l'autre de ces dernières hypothèses conventionnelles n'expliquaient les phénomènes filmés, et un rapport a été publié par moi-même (Baker, 1956) et transmit au brigadier général Harold E. Watson, commandant, de l'ATIC. Puisque la description des circonstances des tournages et les analyses des données fournies sur les films est plutôt longue, et ont été depuis éditée dans le domaine public, il ne semble pas raisonnable de répéter les analyses ici.

Au jour d'aujourd'hui mes analyses de films cinématographique de données anormales sont plutôt peu fructueuses. Bien que je sois convaincu que plusieurs des films ont en effet démontré la présence de phénomènes anormaux, ils ont tous la caractéristique de gouttes de lumière plutôt mal définies, et on ne peut en fait gagner que peu de connaissances quand au vrai caractère des phénomènes. Par exemple, la distance, la vitesse, et l'accélération linéaires ne peuvent pas être déterminées avec précision, ni non plus les masses et les distances. Comme je vais le discuter dans un moment, cette situation n'a rien d'étonnant, puisque, sans système qui soit particulièrement conçu dans le but spécifique d'obtenir des informations concernant ces phénomènes d'observation anormales, ou sans système global de surveillance mise en ouvre pour ne pas négliger de telles données, la chance d'obtenir des données brutes de haute qualité est tout à fait réduite.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 mars 2002