Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB, 1953:

Ce cas visuel multiple, radar multiple, est également connu sous les noms de cas de Rapid City, Black Hawk, Black Hills, en raison des lieux où des observateurs l'ont repéré.

Dans cette section:

Cliquez! Le cas de Ellsworth AFB de 1953, discussion.
Cliquez! Le rapport officiel du projet Blue Book de l'US Air Force.
Cliquez! Les événements, par le Capitaine Ed Ruppelt, USAF, chef du projet Blue Book.
Cliquez! L'article dans TRUE Magazine par le Capitaine Ed Ruppelt, USAF, chef du projet Blue Book.
Cliquez! Un mot sur le cas par le Dr. J. Allen Hynek, astronome et consultant OVNIS de l'USAF.
Cliquez! L'étude du cas dans le Rapport Condon, et commentaires.
Cliquez! Un article sceptique dans le magazine Magonia, 1994, et commentaires.
Cliquez! Synthèse du cas par Robert Emeneger.
Cliquez! Références.

Discussion sur le cas d'Elsworth AFB de 1955:

Un membre du Ground Observer Corps rapporte un OVNI vu depuis Blackhawk:

Le 5 août 1953, à 20:05 peu de temps après la tombée de l'obscurité, une femme, Mme Kellian, membre volontaire du Ground Observer Corp, le Corps des Observateurs au Sol sous tutelle de l'USAF Force, était à son poste à Blackhawk, dans les Black Hills, Dakota du Sud, à environ 10 miles à l'ouest de la base de l'US Air Force d'Ellsworth. Elle fut la première personne à voir une lumière rouge incandescente dans le ciel.

Le temps était clair avec une excellente visibilité, c'était une nuit sombre et sans lune, dans des conditions météo stables, de légères inversions de température et une légère conduction des ondes radio.

Elle a vu que la lumière était basse sur l'horizon au nord-est de sa position. Elle a fait son rapport par téléphone au centre de filtrage du Ground Observer Corps de Rapid City, exactement de la manière dont les membres de GOC sont supposés le faire. Son appel a été mis passé au contrôleur de radar de Ellsworth AFB, et pendant le reste de son observation elle était au téléphone avec cet opérateur radar en service, auquel elle a décrit les mouvements du phénomène.

Elle a rapporté que l'objet était "une lumière rouge incandescente stationnaire," qui a bientôt commencé à se déplacer d'environ 30 degrés vers sa droite, a alors filé "droit vers le haut," puis s'est déplacée vers la gauche et est revenue à sa position originale, et alors a commencé à se déplacer au sud vers Rapid City.

Par la suite, l'enquêteur pour le Rapport Condon a déclaré qu'une personne qui observait le ciel avec pense que c'était "juste la lumière rouge de la tour, la lumière d'avertissement de la tour émettrice de radio FM normalement juste visible depuis leur emplacement." Aucune indication n'est donnée dans le Rapport Condon au sujet de la source de ceci, il n'y en a pas de mention dans le mémoire d'Edward Ruppelt ni dans le rapport de l'Armée de l'Air.

En outre, le Dr. J. Allen Hynek nous rappelle un point important: "ce qui a rendu ce rapport particulièrement significatifs était le fait que ces personnes étaient des observateurs qualifiés - elles faisaient partie du réseau national des civils qui exerçaient la surveillance pour repérer des bombardiers ennemis."

En effet, il n'y a que peu de sens dans l'idée du rapport Condon qu'un observateur du GOC rapporterait comme événement anormal une lumière rouge sur une tour d'émetteur radio, il y a encore moins même moins de sens à croire qu'un observateur du GOC décrirait les manoeuvres de la lumière d'une tour d'émetteur radio comme se déplaçant de 30 degrés vers sa droite, ou comme commençant "à se déplacer vers Rapid City dans le sud," et revenir à sa position initiale etc.." par la suite.

L'observation des aviateurs à la base d'Ellsworth:

Une fois informé de l'observation par téléphone, le contrôleur des radars de Ellsworth AFB a écouté la femme du GOC, qui lui a dit que l'objet ou la lumière se dirigeait maintenant vers Rapid City. Il a envoyé 3 aviateurs qui étaient sur l'emplacement de radar à l'extérieur pour le repérer visuellement. Ils ont rapporté une lumière se déplaçant généralement du nord au sud à une vitesse élevée.

Plus tard, l'investigateur du Rapport Condon a déclaré que ce qu'ils ont vu était "sans aucun doute un météore, à en juger par leur description."

Le rapport du radariste de la base d'Ellsworth, USAF:

Quand l'observatrice du GOC a fait son rapport au centre de filtrage du GOC de Rapid City, le centre du GOC avait appelé la station de radar d'Ellsworth AFB. Le radariste en service là a dit plus tard au Capitaine Ruppelt, investigateur de l'Armée de l'Air, qu'il y avait une cible indiquée par le radar exactement là où la dame a rapporté que la lumière se trouvait. Ruppelt a écrit dans ses mémoires:

"L'officier de garantie, qui était le contrôleur en service pour la nuit, m'a dit qu'il a étudié la cible pendant plusieurs minutes. Il savait que la météo pouvait affecter les radars mais cette cible était "bien définie, solide, et claire. "Elle a semblé se déplacer, mais très lentement. Il a réclamé une lecture de sont altitude, et l'homme du radar de mesure des altitudes a vérifié sonr écran. Il a également détecté la cible - elle était à 16.000 pieds."

Le rapport du projet Blue Book note que "à ce moment le contrôleur a observé 2 blips aller au sud sur son écran. Il ne pouvait pas obtenir un tracé complet à cause de l'image de fond de la terre dans le secteur." D'abord, il y avait eu un écho sur la portée de radar, et une confirmation de cet écho sur un autre radar destiné à mesurer les altitudes. En second lieu, l'investigateur du Rapport Condon et les sceptiques plus tard ont interprété que le tracé de son déplacement n'était pas distincte en raison de l'image de fond du sol, ce qui n'a rien de peu commun intrinsèquement, comme indication qu'il n'y avait aucun écho du tout, ce qui n'est pas ce qui est signifié dans le rapport de Bluebook.

L'investigateur du Rapport Condon a ignoré la mesure d'altitude et l'expérience du radariste au sujet des effets habituels de conditions atmosphériques particulières sur les ondes des radars, et a conclu que l'écho était dû à une couche d'inversion de la température. Dans le Rapport Condon, une couche d'inversion tout à fait habituelle de basse altitude est rapportée pour cette soirée et ces lieux, cependant, la notion qu'elle aurait comme conséquence une mesure de cible à 16,000 pieds avec détecteur d'altitude à l'endroit exact où le radar a localisé le phénomène est de la simple pseudo-science. En outre, les couches d'inversion de température ne créent pas de "cible définie, pleine et claire", elles produisent simplement plus d'image de fond du sol et rarement, créent des échos flous, intermittents, immobiles ou se déplaçant à la vitesse du vent, et certainement pas mesurés à 16.000 pieds pour une hauteur si basse de l'inversion de température, ni visibles comme des objets lumineux.

Parce que le rapport de l'Armée de l'Air note que le radariste insistait vraiment sur le fait qu'il y avait un écho radar corroborant l'observation visuelle par la femme du GOC, un petit nombre de sceptiques et le Rapport Condon ont proposé que le rapport du radariste soit dû à sa croyance aux soucoupes volantes. Leur point est logique et idiot en même temps, sonnant comme "si vous repérez un OVNI, ne signalez pas sur le moment, parce que quelqu'un d'autre peut le voir, ce qui démontre simplement que quelqu'un d'autre que vous croit aussi aux soucoupes volantes (qui n'existent pas, bien entendu)." Dans ce cas particulier, suivre la logique des sceptiques exigerait que la femme du GOC n'aurait pas du rapporter voir la lumière rouge, car cela a rendu hystérique le radariste, que le radariste n'aurait pas du avoir regardé son écran radar, car étant hystérique, il allait forcément y imaginer des choses, et qu'il n'aurait du envoyer personne dehors pour un contrôle visuel etc... Il y a en effet un équilibre délicat entre demander à d'autres de confirmer une observation au moment où ces autres personnes auraient une chance de la corroborer, et créer des conditions pour que les personnes croient que si elles voient quelque chose, ce doit être une confirmation d'un événement étrange. Cependant, dans ce cas-ci, le sceptique doit supposer que chacun impliqué dans le cas - la femme du GOC, le radariste et son collègue au radar de détection d'altitude, et plus tard les deux pilotes du F-84 etc. - étaient des "croyants au soucoupes volantes," tous assez pour voir des choses visuellement ou sur radar qui étaient en fait toutes "des étoiles et un météore et des effets de propagation anormale des ondes radar etc..."

La première tentative d'interception par un jet F-84:

Dans les quelques minutes le poste du GOC à Blackhawk a de nouveau appelé parce que la lumière était revenue presque à sa position originale, ce qui est certainement un comportement étrange pour une étoile ou la lumière d'une tour d'émetteur de radio FM. Les trois aviateurs à Ellsworth AFB ont également rapporté que l'objet a décrit une courbe autour de Rapid City et est revenu vers sa position originale.

Le radariste a alors appelé le pilote d'un avion de chasse à réaction F-84 qu'il avait en patrouille à l'ouest d'Ellsworth AFB, lui a dit de se tenir prêt pour une interception et l'a dirigé vers la cible, qui était stationnaire à 16,000 pieds d'altitude au sud de la base, à environ 15 milles au nord-est de Blackhawk.

Le pilote a vu la lumière à l'endroit indiqué par le radariste à partir de son écran radar et s'en est rapproché à environ 3 miles. A ce moment, l'objet a commencé à se déplacer. Le Capitaine Ed Ruppelt dit dans ses mémoires:

"Il a commencé à se déplacer. Le contrôleur a vu qu'il commençait à se déplacer, l'observatrice au sol a vu qu'il commençait à se déplacer et le pilote a vu qu'il commençait à déplacer - tous en même temps."

Et le rapport officiel de Blue Book indique:

"Un F-84 en vol a été dirigé vers le secteur et après une recherche a établi le contact visuel. Le F-84 a été dirigé vers l'écho. Le contrôleur a dit qu'il pense que ce que le pilote F-84 a vu était la cible qui était sur son écran. Peu de temps après l'observation visuelle par le pilote, la cible a commencé à se déplacer sur un cap d'environ 320 degrés magnétique. Quatre bons blips ont été obtenus; des photos de cette trace ont été prises mais l'appareil photo n'a pas bien fonctionné et les photos n'étaient pas bonnes. Le dernier blip s'est produit à 70 milles et à ce point l'avion a été renvoyé à la base. L'observateur du GOC a rapporté voir l'avion et l'objet, et tous les deux se déplaçaient. L'objet a semblé distancer le F-84."

On n'en sera pas surpris, le Rapport Condon qui a précédemment suggéré que l'objet est la lumière rouge d'une tour d'émetteur par radio, et a ensuite expliqué l'objet comme étant un météore, ne mentionne rien de précis de tout ceci et l'explique comme si c'était un objet différent, l'étoile Capella!

En outre, certains auteurs tardifs ont incorrectement interprété les "quatre blips" mentionnés dans le rapport de l'Armée de l'Air. Un blip est la tache lumineuse montrée sur le radarscope à chaque passage de l'antenne; quatre blips indiquent que l'antenne a fait quatre passages sur l'objet, et non pas qu'il y a eu là étaient quatre échos de quatre cibles différentes.

L'objet s'est déplacé rapidement et s'est dirigé vers le nord, suivi du F-84. Ruppelt écrit:

"Le pilote notera que la lumière devenait plus lumineuse, et il appelait le contrôleur pour le lui dire. Mais la réponse du contrôleur sera toujours identique, "Roger, nous pouvons le voir sur notre écran.""

Ruppelt, qui a interviewé le contrôleur de radar, dit également:

"Le contrôleur m'a indiqué que c'était juste comme si l'OVNI avait eu une certaine sorte de radar d'avertissement automatique lié à son alimentation d'énergie. Quand quelque chose venait trop près de lui, il reprenait automatiquement de la vitesse et s'écartait. La distance de séparation est toujours demeurée environ 3 milles."

L'investigateur du Rapport Condon propose que puisque la trace radar de l'objet et celle du F-84 gardent une distance constante de trois miles, alors la trace radar de l'objet doit être un écho de la trace radar du F-84 provoquée par la propagation anormale des ondes de radar à cause d'une couche d'inversion de la température cette nuit. Cependant, les échos du jet et de l'objet sont demeurés sur l'écran jusqu'à ce que les deux objets soient sortis de la portée du radar, à 120 miles au Nord d'Ellsworth AFB.

Car en effet la chasse a continué jusqu'au Dakota du Nord, à 120 miles du point de départ à proximité de Rapid City. Ceci n'est pas précisé dans l'interprétation du Rapport Condon de l'incident, son lecteur est laissé sur l'impression que la poursuite était simplement quelques passages par le jet.

Le Rapport Condon indique au sujet de la première poursuite:

"Le chasseur dans ce cas pourchassait probablement une autre étoile, dont l'image a pu avoir été légèrement tordue. Le rapport du pilote que l'OVNI visuel le "suivait" semble avoir renforcé la croyance de l'opérateur de radar qu'il dépistait réellement l'OVNI, et pas un écho fantôme. L'étoile dans ce cas peut très bien avoir été Mirfak (magnitude 1,9), qui, à 20:40 LST, était à l'azimut 15° et à peur près à une altitude angulaire de 5° à 7°."

Leur proposition est que le radariste a observé un écho fantôme tandis que le pilote chassait une étoile. Naturellement, il y a une étoile dans cette direction générale; mais après tout, dans quelle direction il n'y aurait-il pas une étoile?

L'OVNI et le F-84 étaient sortis de la portée du radar, mais en quelques minutes le jet était de retour dessus, se dirigeant vers sa base avant d'être à court de carburant, et l'OVNI était toujours vu sur l'écran de radar quand il a réintégré la couverture radar lui aussi, seulement cette fois il était de 10 à 15 miles derrière l'avion, et non plus à 3 miles comme lors de la poursuite vers le Nord. Ruppelt raconte:

"Quand l'OVNI et le F-84 sont arrivés à environ 120 miles au nord, le pilote a vérifié son carburant; il devait revenir. Et quand je lui ai parlé, il a dit qu'il était sacrément heureux qu'il ait manqué de carburant parce qu'être seul dehors au-dessus d'un pays plutôt désolé avec un OVNI peut causer un certain souci."

Apparemment, le pilote pensait avoir poursuivi quelque chose de plus impressionnant qu'une étoile. Cela se lit dans le rapport de l'Armée de l'Air:

"Le pilote qui était sur la première CAP [interception] a été interviewé après. Il a déclaré qu'il avait fait des passages sur un B-36 au nord de Rapid City, quand le GCI [contrôle radar à Ellsworth AFB] l'a appelé et a indiqué qu'ils avaient une cible à l'ouest de Rapid City. Il a recherché environ 20 minutes à l'ouest et au sud de Rapid City et n'a rien vu. Il est revenu à la base et était sur le point d'atterrir quand il a observé une lumière au nord-ouest de la base. Il s'est alors dirigé vers elle sur un cap de 350 degrés magnétique, l'objet était haut (30 degrés - 45 degrés) à 11 heures à partir de lui. Il a vérifié la possibilité d'une réflexion et a déterminé que ce n'était pas la cause. Il a continué son cours gardant l'objet à 11 heures pour en avoir une meilleure vue. Après environ 30 secondes, elle a disparu et est alors réapparue pendant encore 30 secondes au bout desquelles elle s'est abruptement fanée et n'a plus été vue. L'objet était de couleur argentée et a changé en intensité. Il a semblé "s'écarter" parce qu'il est devenu plus petit. Le commentaire quant à la taille était qu'il était "plus lumineux que l'étoile la plus lumineuse que j'ai jamais vue."

La deuxième tentative d'interception par un deuxième F-84:

Pendant que le premier F-84 projetait d'atterrir, le contrôleur a reçu un appel de l'escadron d'intercepteurs à réaction de la base. Ruppelt raconte:

"Les pilotes de veille à l'escadron avaient entendu les conversations sur leur radio et ne les ont pas crues. "Qui est le cinglé qui est là haut?" fit le commentaire qui est passé des pilotes vers les gens du radar. Il y avait un F-84 sur la piste prêt à décoller, à dit l'homme au téléphone, et un des pilotes, qui a fait la deuxième guerre mondiale et était un vétéran de la guerre de Corée, a voulu monter et voir une soucoupe volante. Le contrôleur a dit, "OK, go.""

Le résumé du cas dans le Rapport Condon dit:

"Le deuxième pilote, étant interviewé par le Dr. Hynek, a déclaré qu'il sentait bien qu'il avait chassé une étoile, bien qu'il y ait eu quelques aspects de l'aspect de l'objet qui l'ont dérangé."

Mais le rapport original de l'U.S. Air Force fournit des informations plutôt différentes:

"Il [le deuxième pilote] a déclaré qu'il a décollé et a commencé à s'élever quand le GCI lui a indiqué que le GOC a vu une lumière. Il était au nord d'Ellsworth AFB sur un cap de 360 degrés magnétique quand il a vu une lumière à 30-40 degrés à sa droite et à son niveau. Il a pensé que c'était une étoile ou une planète mais à un moment où il avait regardé ailleurs elle a semblé "sauter" de 15-30 degrés en altitude. (note: En raison de la vitesse de l'avion et le fait de ce que le pilote a eu l'intention d'identifier l'objet, il n'était pas exactement sûr de ses positions. Toutes les positions sont sujettes à une certaine erreur.) La lumière a semblé se mettre en parallèle à son cours. La première chose que le pilote a fait a été de vérifier les réflexions dans l'habitacle (c.-à-d., la verrière, la tête du viseur, etc.). Il était sûr que la lumière n'était aucunement une réflexion dans l'avion. La lumière, que le pilote a estimé être considérablement plus brillante qu'une étoile, a changé en intensité et changé en couleurs de blanc en vert. Quand l'objet a été aperçu la première fois, l'avion était à 15.000 pieds. Le pilote a commencé à s'élever et la lumière a semblé s'élever plus rapidement. C'était parce que l'angle de l'altitude a augmenté. Il s'est élevé à 26.000 pieds. Pendant tout ce temps le blip de l'objet et celui de l'avion étaient portés sur radar et le pilote parlait au contrôleur sur UHF."

Le pilote a explicitement dit que la lumière était "considérablement plus brillante qu'une étoile" et le rapport Condon n'indique rien d'autre sur la deuxième interception que: "il a pensé qu'il avait pourchassé une étoile."

Ruppelt a écrit dans son article pour TRUE Magazine:

"Il [le pilote du deuxième F-84] a été dirigé vers la position par la voix et a repéré la chose visuellement au-dessus de lui. Il est allé jusqu'à 20.000 pieds, a rapporté qu'il était de niveau avec la lumière, et l'objet s'est encore enlevé vers le nord avec le jet à sa poursuite. Et cette fois encore on a observé la poursuite avec le radar au sol, l'OVNI et le jet tout deux clairement montrés sur l'écran."

"Lors de la deuxième poursuite, le pilote a fait un certain nombre d'essais pour éliminer certains des phénomènes communs qui ont été pris à tort pour "des soucoupes volantes." Il a arrêté toutes ses lumières d'instrument et a donné des à-coups à l'avion pour s'assurer qu'il ne chassait pas une réflexion de verrière. Ce n'était pas le cas. Il a observé l'objet soigneusement par rapport aux étoiles, et jure que l'objet s'est déplacé par rapport à elles, de ce fait éliminant la possibilité qu'il chassait une planète ou une étoile. En conclusion, alors qu'il a pensé qu'il se rapprochait de l'objet, il a mis en route le radar de visée de son canon. Ce type de jet a une lumière sur le tableau de bord qui s'allume pour indiquer un "verrouillage" avec la cible par le viseur radar. La lumière s'est allumée."

Le pilote a explicitement déclaré qu'il a observé la lumière se déplacer par rapport au fond des étoiles ce qui exclut également que la lumière pourrait être une étoile. Ce n'est pas mentionné dans le Rapport Condon, et parce qu'il est évident que l'investigateur du Rapport Condon a lu le rapport de l'Armée de l'Air sur ce cas (des lignes entières en sont copiées dans le rapport Condon comme si elles avaient été écrites par l'investigateur de Condon), il semble évident que la recherche du Rapport Condon sur ce cas n'a eu aucune ambition de faire une évaluation objective mais a filtré les informations originales de sorte que seulement ces caractéristiques menant à leur explication, celle que le pilote a chassé une étoile, apparaissent dans leur rapport. Il semble évident qu'il y avait un désir intentionnel de duper le lecteur en cachant des informations importantes.

Le rapport de l'Air Force déclare clairement:

"Après la poursuite, sur le trajet du retour, la lumière a clignoté en marche et en arrêt plusieurs fois indiquant un défaut de fonctionnement possible. Le viseur n'a pas été vérifié par les gens de l'entretien au retour et n'a pas été vérifiée depuis."

L'investigateur du Rapport Condon n'a pas manqué ce fait important, et l'indique:

"Il a également déclaré que le verrouillage du radar de visée, qu'il avait rapporté par la radio pendant la poursuite, était dû à un défaut de fonctionnement de l'équipement, et que le radar de visée a continué à mal fonctionner sur son trajet de retour à la base. Cet équipement n'a jamais été examiné par la suite pour déceler un mauvais fonctionnement (c.-à-d., ni avant ni pendant l'enquête officielle de l'Air Force sur l'incident)."

Cela ne surprendra personne, le "défaut de fonctionnement possible" indiqué dans le rapport de l'Armée de l'Air est devenu un défaut de fonctionnement établi dans le Rapport Condon. Il est encore clair que l'investigateur du Rapport Condon a un désir de changer le rapport original pour l'adapter à ses théories. Cela dit, il doit être noté que les soupçons et les indices d'un défaut de fonctionnement du radar de visée du deuxième F-84 ne sont pas mentionnés dans la plupart des versions popularisées par la suite de cet incident dans la littérature OVNIS.

Je comprends de ce qui précède que:

Philip Klass, un auteur sceptique populaire dans un magazine d'aviation, s'est souvent amusé à récrire un rapport d'OVNI sous un angle moqueur de "premier degré," et je vais maintenant jouer à cette même technique à propos de l'explication du Rapport Condon:

Une dame qui est évidemment hystérique parce qu'elle voit des choses dans le ciel et en est saisie d'excitation voit une lumière rouge au dessus d'une tour d'émetteur radio. Elle en est tellement excitée qu'elle prend le téléphone et alerte les militaires à ce sujet, croyant que cela est quelque chose d'anormal, et de ce fait croyant que la lumière se déplace aux alentours dans le ciel. Les militaires deviennent bien trop passionnés et sont saisis d'hystérie. En raison de toute cette hystérie et en particulier parce qu'elle est contaminée par l'hystérie militaire, elle commence à imaginer que la lumière rouge de la tour d'émetteur commence à voyager dans la direction de Rapid City, à 15 miles de son lieu d'observation.

Puisqu'il est encore plus surexcités en entendant ceci, le radariste se met à regarder son écran et par hasard il voit des blips là où la dame en pleine confusion croit que se trouve un OVNIS. Ces blips sont naturellement provoqués par des inversions de la température. Le radariste est tellement hystérique qu'il envoie 3 aviateurs de sa base aérienne sur le toit pour "observer l'OVNI."

Puisqu'ils sont invités à trouver un OVNI, les 3 aviateurs croient qu'ils l'ont repéré; mais c'était en fait un météore qui a volé dans le coin à ce moment. Ils ne peuvent pas l'interpréter correctement. Le radariste demande à son collègue de détecter l'altitude de l'OVNI qui est en réalité une inversion de température et le radar de mesure de l'altitude est dupé par l'inversion de température d'une telle manière que la hauteur de cette inversion de température peut être mesurée. Le radariste maintenant totalement hystérique demande un jet pour l'intercepter.

Le pilote d'un premier jet commence à rechercher l'OVNI et parce qu'il est invité à en trouver un, son sens critique est anéanti par l'excitation et il repère une étoile et commence à la pourchasser, croyant que ce n'est pas une étoile. Il la pourchasse sur une distance de 120 miles et il est tellement hystérique qu'il croie que l'étoile se déplace. C'est parce qu'il y a beaucoup d'étoiles dans toutes les directions dans le ciel, donc partout où il veut "trouver l'OVNI" il peut repérer une étoile et la confondre avec une soucoupe volante.

Le radariste appelle des observateurs au sol à 120 miles vers le haut de nord là où l'étoile était encore poursuivie par le pilote, et les gens là rapportent une lumière bleue allant au nord, mais ils étaient simplement en train de rapporter des phénomènes sans aucun rapports à cause de l'hystérie et de l'excitation communiquée par le radariste.

Pendant la chasse, le radariste voit un deuxième écho devant le jet sur son radar, ce qui doit être causé par une inversion de la température qui se déplace. Quand le pilote du jet revient au sud à la base aérienne, l'inversion de la température change aussi de direction.

Quand le pilote de jet doit se réapprovisionner en combustible, un deuxième jet est envoyé et son pilote excité repère également une étoile, il est tellement affolé par toute l'affaire qu'il croit que l'étoile est considérablement trop lumineuse pour être une étoile et qu'elle se déplace. Le déplacement allégué de l'étoile dans la perspective de trois autres étoiles est une interprétation due à l'hystérie du pilote: cela peut être expliqué si les trois étoiles sur lesquelles il se repère sont en fait 3 météores qui sont passé là au même moment.

Puisque son radar de visée est par hasard défectueux à ce moment-là, il obtient un verrouillage radar qui est par accident dans la direction de l'étoile mal interprétée. Quand le pilote rapporte la lumière à un endroit différent, ce n'est pas parce qu'elle s'est déplacée, mais parce que chaque fois il a vraiment vu une étoile différente et l'a pris pour un vaisseau spatial extraterrestre, en raison de son hystérie.

Opinions:

Major Lawrence Tacker:

Le Major Laurence Tacker, U.S. Air Force, Division de l'Information au Public, a non seulement confirmé ce cas, mais il a écrit à un membre du NICAP et lui a dit que l'Armée de l'Air a eu des photos de la caméra de canon du F-84 et des photos des traces de l'objet sur l'écran de radar au sol. (FSTS, p243)

Francis Ridge:

Francis Ridge, du NICAP, a indiqué:

"Le compte rendu dans le Rapport Condon est trompeur parce qu'en attribuant faussement les observations de Rapid City à des ÉTOILES il omet intentionnellement le fait que le 2ème pilote du combattant F-84 a rapporté qu'il a observé le MOUVEMENT de l'OVNI SUR LE FOND DES ÉTOILES, en particulier de 3 étoiles spécifiques sur lesquelles il a concentré son attention."

(Francis Ridge, site web du NICAP)

NICAP:

Le NICAP écrit:

"L'officier de garantie en service à la station de radar a été en contact téléphonique direct avec l'observateur, et ils ont comparé leurs remarques pendant environ deux minutes. Au milieu d'une phrase, la femme a soudainement dit que l'objet commençait à se déplacer vers Rapid City. L'écran de radar a confirmé ceci, et l'officier de garantie a envoyé deux hommes dehors pour un contrôle visuel. Ils ont rapporté une grande lumière bleuâtre-blanche se déplaçant vers Rapid City. Les trois groupes - les gens au radar, les hommes à l'extérieur, et la femme des Observateurs - ont observé l'OVNI faire un tour rapide autour de Rapid City et puis retourner vers sa position originale. L'officier de garantie a alors appelé un chasseur à réaction en patrouille et l'a mis sur un cours d'interception. La lumière était toujours à 16OOO pieds. Le pilote a repéré la lumière visuellement, et s'était déplacé jusqu'à trois miles d'elle, quand la lumière s'est enlevée vers le nord vers les Badlands. Le pilote l'a suivie sur 120 milles, avec la lumière restant à quelques miles en avant; et puis, avec son carburant s'épuisant, le jet est rentré - avec l'OVNI à sa suite!"

"L'escadron de chasse à la base aérienne a alors déclaré qu'ils envoyaient un autre F-84, avec comme pilote un vétéran de la chasse la deuxième guerre mondiale et la Corée sceptique. Une fois qu'il fut en l'air, le radar l'a dirigé vers l'OVNI. Le pilote a rapidement rapporté un contact visuel, et a manoeuvré pour se placer au-dessus de la lumière. La lumière s'est dirigée vers le nord-est, avec le F-84 derrière mais à plusieurs milliers de pieds au-dessus de lui. Le pilote, quoique obtenant les rapports du radariste et voyant la lumière, était encore sceptique. Une fois loin de la région de Rapid City, il a arrêté toutes ses lumières pour voir si c'était une réflexion sur sa verrière. La lumière était toujours là. Ensuite il a fait tanguer son avion, pour voir si une certaine lumière au sol passée inaperçue causait l'OVNI. La position de la lumière n'a pas changé. Après il a vérifié son mouvement en prenant comme repère trois étoiles brillante - l'OVNI s'est déplacée relativement à elles. Il s'est alors figuré que si l'objet est réel, son radar de visée devrait le détecter. Il a activé ses caméras de canon, a branché son radar et a obtenu un blip net. A ce moment il a été plutôt effrayé - et rappelez-vous, c'était un des meilleurs pilotes qui avait combattus les avions de Hitler et avait lutté contre les MIG 15 au-dessus de la Corée. Mais cette grande lumière brillante, bleuâtre-blanche était plus qu'il ne voulait poursuivre plus longtemps. Il a demandé et a reçu la permission d'abandonner la chasse. L'OVNI s'est dirigé au loin vers Fargo, dans le Dakota du Nord, et les journaux de la base montrent que quelques minutes plus tard les postes d'observateurs entre Rapid City et Fargo avaient vu et avaient rapporté une lumière rapide et bleuâtre-blanche. Donc coilà où vous en êtes - deux visuels en série, un verrouillage d'un radar aérien, les observations de deux radars au sol, de nombreux visuels au sol depuis plusieurs endroits, et un film de caméra de canon qui, une fois développé, a montré un objet flou. Aucuns détails - juste une source lumineuse."

(Site web du NICAP)

Professeur James E. McDonald:

"On doit noter qu'il y a beaucoup de manières dont des faux échos de radars peuvent être vus sur les écrans radar, résultant non seulement de la canalisation de retours au sol mais également de l'interférence avec d'autres radars voisins, avec des signaux électroniques internes dans l'ensemble radar, des anges et des insectes (retours faibles), etc... Par conséquent chaque cas doit être examiné indépendamment. Après avoir étudié un certain nombre d'évaluations officielles de cas radar d'OVNIS, j'obtiens l'impression qu'il y aurait probablement plus d'inconnus de radar s'il y avait moins de tendance à les écarter en hâte par des arguments qualitatifs qui ignorent les aspects quantitatifs convenables. Même dans ce cas, il y a trop d'inconnus concédés dans les dossiers officiels pour que l'on puisse les ignorer. Un cas célèbre dans les annales des OVNIS concerne un B-29 au-dessus du Golfe du Mexique, où plusieurs inconnus ont été dépistés sur les écrans de radar de l'avion et ont été simultanément vus par les hommes d'équipage, se déplaçant sous l'avion pendant qu'ils passaient près (Réf. 4, 10, 25). Ce cas là est également toujours classé comme non identifié dans les dossiers officiels. Un autre cas, toujours radar-visuel combiné, célèbre, que Hynek a nommé "un des cas les plus embarrassants que j'ai étudié," s'est produit entre Rapid City et Bismarck le 5 Août 1953. Il a impliqué à la fois un radar aéroporté et des observations visuelles au sol et depuis le ciel, mais est beaucoup trop long et complexe pour être récapitulé ici."

"Peut-être ce qui précède suffit-il à indiquer que les OVNIS sont parfois vus sur les radars et qu'ils y ont été vus depuis de nombreuses années. La question de savoir pourquoi nous n'entendons pas beaucoup parler de telles observations, particulièrement avec des radars de surveillance nouveaux et plus raffinés, est une question légitime. Certaines des réponses à cette questions sont posées par le rapport du Dr. Robert M. L. Baker, Jr, dans ces procès verbaux. D'autres parties de la réponse doivent être omises ici."

(Déclaration de James E. McDonald, Physicien Senior, Institute of Atmospheric Physics, et professeur, Departement de Météorologie, The University of Arizona, Tucson, Arizona, to the House Committee on Science and Astronautics at July 29, 1968, Symposium on Unidentified Flying Objects, Rayburn Bldg., Washington, D.C.)

Michael David Hall:

"C'est en 1953 que s'est produit l'un des cas les plus mystérieux qu'il m'ait été donné d'étudier. Dans la nuit du 5 août, plusieurs personnes de Blackhawk, dans le Dakota du sud, signalèrent qu'elles avaient aperçu plusieurs objets étranges dans le ciel. Des échos non identifiés apparurent sur l'écran radar d'une base aérienne voisine. Un chasseur à réaction F 84, guidé par radio, s'envola dans leur direction. Bientôt, son pilote signala qu'il en voyait un, plus brillant que la plus brillante des étoiles, et qui allait deux fois plus vite que son avion. Lorsqu'il le prit en chasse, la lueur disparut purement et simplement. Au sol, cinq civils avaient assisté à la poursuite. Ils confirmèrent les dires du pilote. Un peu plus tard, on envoya un deuxième F 84 vers l'objet, qui continuait d'apparaître sur le radar au sol. Cette fois, le pilote vit une forme, qui émettait une luminosité variable. Quand il fonça dans sa direction, le voyant de son viseur s'éclaira: le radar de bord avait repéré l'objectif, mais aussitôt, la chose prit de l'altitude et fila vers le nord. La base aérienne avertit le centre d'observation de Bismarck, dans le Dakota du nord, à 350 km de là. Un sergent monta sur le toit, aperçut l'objet qui, bientôt, disparut. Je me suis occupé moi-même de cette affaire, sans pouvoir trouver d'explication."

(Michael David Hall in "Ufo's: a Century of observations", Galde Press Inc. 1999, p 210)

Conclusion:

C'est là une série d'observations visuelles multiples de divers points et d'observations multiples de radar d'un objet dont le comportement de vol est incompatible avec nos avions de ce temps, dont le comportement a des caractéristiques de contrôle intelligent. L'explication multiple par le Rapport Condon (hystérie, lumière de tour de radio, inversion de la température capable de créer des effets visuels et radars, défaut de fonctionnement de radar, étoiles multiples et au moins un météore), même si l'on ignore leur dissimulation des faits les plus importants, demande des efforts d'acceptations énormes et aurait été considérée comme une collection de stupidités, s'il s'était agi de quoi que ce soit d'autre à traiter qu'un cas d'OVNI.

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 mars 2003