Ellsworth 1953 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB, 1953:

Dans ce dossier:

Cliquez! Le cas de Ellsworth AFB de 1953, discussion.
Cliquez! Le rapport officiel du projet Blue Book de l'US Air Force.
Cliquez! Les événements, par le Capitaine Ed Ruppelt, USAF, chef du projet Blue Book.
Cette page L'article dans TRUE Magazine par le Capitaine Ed Ruppelt, USAF, chef du projet Blue Book (Cette page).
Cliquez! Un mot sur le cas par le Dr. J. Allen Hynek, astronome et consultant OVNIS de l'USAF.
Cliquez! L'étude du cas dans le Rapport Condon, et commentaires.
Cliquez! Un article sceptique dans le magazine Magonia, 1994, et commentaires.
Cliquez! Synthèse du cas par Robert Emeneger.
Cliquez! Références.

Article par le capitaine Edward J. Ruppelt, USAF Ret.:

Le Capitaine Edward J. Ruppelt était le chef du projet Blue Book, l'étude des OVNIS par l'Armée de l'Air des USA au moment de ce cas et il l'a étudié. Ceci est ce qu'il a écrit à propos de ce cas dans le magazine TRUE.

"Pourquoi est-ce que ces fichus machins ne sont pas sur l'eau -
on pourrait alors faire en sorte que ce soit la Marine qui doivent s'en occuper!"

par le
Capitaine Edward J. Ruppelt USAFR

"Voici comment un enquêteur de l'Armée de l'Air a résumé son exasperation en tentant de faire le tri entre les faits et les fantaisies au sujet des OVNIS. De 1951-53, l'auteur a dirigé le Projet Blue Book, la recherche officielle maintenant célèbre sur les OVNIS. Voici ce qu'il a appris."

[Photo, avec cette légende:]

Les officiers de L'Armée de l'Air en 1952 mettant en place une batterie de 200 appareils photo à travers le pays en réponse à beaucoup d'observations.

De gauche à droite:
Le Capitaine R. L. James, expert radar; Le Major Général Roger Ramey, chef des opérations adjoint; l'auteur, le Capiane Edward Ruppelt; Le Major Général John A. Samford, chef du renseignement aérien; le Colonel Donald L. Bowan, et l'expert civil B. L. Griffing.

LE 12 AOÛT 1953, une femme du corps des observateurs au sol dans les Black Hills dans le Dakota du Sud voit une lumière planant dans le ciel à l'est de sa position. Deux opérateurs d'une station de radar sont sortis pour vérifier la chose tandis que la femme était toujours au téléphone. Tandis qu'ils balayaient le ciel, la femme a rapporté que "la chose commence à se déplacer au-dessus de Rapid City." En même temps, les deux hommes du radar ont observé la chose commencer à se déplacer. Ils sont revenus à leur radar pour la détecter, et la femme a rapporté que l'objet se déplaçait de nouveau vers sa position originale. Le radar a pu le détecter à cet endroit.

Un F-84, qui était alors dans le ciel, a été dirigé vers la cible. Le pilote de jet a aperçu la lumière visuellement et a commencé à la suivre. L'objet s'est dirigé vers le nord avec le jet à sa suite, et les opérateurs de radar ont observé la poursuite sur leur écran. L'objet volant non identifié est resté en avant du jet et a semblé prendre de la vitesse à chaque fois que le pilote a expédié a accéléré gicleur. Après avoir chassé l'objet sur 120 miles, le pilote a été à court de carburant et il lui a été donné permission de revenir. Quand le gicleur a fait demi-tour, l'OVNI a également fait demis tour et l'a suivi sur le retour.

Après que le premier jet ait atterri, un deuxième F-84 est allé l'étudier. Il a été guidé par voix vers la position de l'OVNI et a repéré la chose visuellement au-dessus de lui. Il est allé jusqu'à 20.000 pieds, a rapporté qu'il était au même niveau que la lumière, et l'objet a encore filé vers le nord avec le jet à sa poursuite. On a encore observé la chasse sur le radar au sol, avec l'OVNI et le jet se montrant parfaitement sur l'écran.

Dans cette deuxième poursuite, le pilote a fait un certain nombre d'essais pour éliminer certains des phénomènes communs qui ont été pris pour des "soucoupes volantes." Il a arrêté toutes ses lumières d'instrument et a donné des à coups à l'avion de côté pour s'assurer qu'il ne chassait pas une réflexion de verrière. Ce n'était pas cela. Il a observé l'objet soigneusement par rapport aux étoiles, et jure qu'il s'est déplacé par rapport à elles, de ce fait éliminant la possibilité qu'il chassait une planète ou une étoile. En conclusion, quand il a pensé qu'il se rapprochait de l'objet, il a alimenté son viseur radar. Ce type de gicleur a une lumière sur le tableau de bord, laquelle indique un "verrouillage" avec la cible par le viseur radar. La lumière s'est allumée.

Le deuxième jet a chassé la lumière sur 160 miles vers le nord avant d'abandonner la poursuite. Cette fois l'OVNI a continuer à voler vers le Nord. Le centre de filtrage du corps des observateurs au sol en a été alerté, et les observateurs là ont rapporté une lumière filant vers le Nord.

C'était en effet une occurrence étonnante. Il y avait des observations visuelles simultanés depuis deux emplacements au sol reliés par le téléphone, des observations radars et visuelles simultanés entre radar au sol et aéroporté, les observations visuelles depuis les jets, une poursuite dans laquelle l'OVNI a surpassé le jet, une inversion dans son cours, une deuxième observation visuelle depuis le jet confirmée par le radar au sol, un verrouillage par un radar aéroporté et finalement une observation depuis le sol à des centaines de miles plus loin.

Quel était l'objet? Pendant deux années, de 1951 à 1953, j'ai volé 200.000 miles, conférés avec des douzaines de scientifiques américains de haut et une collection exotique de cinglés, trébuché dans les marais de palétuvier de la Floride, me suis traînée hors du lit à 3 heures du matin pour répondre à des appels téléphoniques transatlantiques, inspectés des montagnes de photographies étranges et observés un film d'amateur quatre vingt dix sept fois dans un effort de répondre cette question et des questions semblables.

Mes collègues et moi étions hués par des concitoyens américains pour cacher la plus grande nouvelle dans l'histoire de l'homme moderne, et par Radio Moscou pour préparer le terrain pour la guerre atomique.

J'ai été traité de dupe ignorant, de Charlie McCarthy manoeuvré par les puissantes forces du Pentagone. J'ai été consulté par la Maison Blanche, et j'ai donné des conférences aux gens du plus haut niveau dans l'Armée de l'Air, qui m'ont écouté avec respect et m'ont laissé parler sans m'interrompre.

Pendant deux années, avec l'aide des meilleurs cerveaux dans le pays, nous avons travaillé à un puzzle géant qui était soit tout à fait sans signification soit de nature à faire basculer le monde.

Pour chaque morceau du puzzle que nous arrivions à mettre à sa place, nous avons constaté que deux pièces de plus avaient été ajoutées au tas des pièces du puzzle.

[...]

Article intégral ici.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 22 février 2003.