France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

7 octobre 1954, Monteux, Vaucluse

Référence pour ce cas: 7-oct-54-Monteux. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Le Provençal du 9 octobre 1954 rapportait par sn correspondant de presse pour Avignon que "Jeudi" donc le 7 octobre 1954, vers 14:30, Mr. René Margaillon, 40 ans, habitant le quartier des Pourpiasses dans la commune de Monteux dans le département du Vaucluse, se rendait à ses occupations agricoles avec sa charrette.

Tout à coup, à environ une centaine de mètres dans un champ entre Monteux et Althen-les-Paluds, il avait aperçu un engin mystérieux. Il avait gardé tout son sang-froid, arrêté son attelage, bloqué le frein, et s'était avança en direction de l'engin, qui d'après lui mesurait 2 m 50 de hauteur et était phosphorescent.

D'un seul coup, il n'avait plus rien et il est resté suffoqué pendant quelques secondes.

Racontant son aventure à qui voulait l'entendre, Mr. Margaillon a été l'objet de plaisanteries en particulier des amis venus le voir, mais il est resté formel dans ses déclarations; il avait bien vu un engin mystérieux, qui n'avait laissé aucune trace.

Le journal concluait en disant que cette aventure avait fait grand bruit dans les environs.

Le cas a été publié largement par la suite dans la littérature ufologique, généralement en brefs résumés sans la source primaire ou sans source du tout.

Dans son livre de 1954 "Black-Out sur les Soucoupes Volantes", l'ufologue pionnier Jimmy Guieu, premier à citer le cas à partir de sa citation ce journal mais sans donner la source, inventera que l'engin était "à peu près sphérique" et "métallique." Il insistera sur la réelle disparition de l'engin, arguera que le témoin n'a pas halluciné puisqu'il avait calmement arrêté la charrette, mis le frein, et marché vers l'engin sans affolement. Il commentera alors que "l'astronef" devait soit être capable d'invisibilité, soit "venir d'une autre dimension", ce qui lui semblait plausible puisque "d'éminents savants" aux Etats-Unis "travaillent sur un procédé de transmission de la matière par ondes radio."

En 1958, c'est l'ufologue pionnier Aimé Michel qui évoque le cas, le plaçant "au" village de Monteux, renommant le témoin "Margaillan", ne parlant pas de la "disparition", et exagérant les effets, disant que Mr. Margaillan qui avait "couru" vers l'engin au lieu de se sauver avait ressenti "une paralysie suffocante" qui dura plusieurs secondes. Il citera vaguement comme source la "presse locale" d'octobre 1954.

Aimé Michel a surtout noté le cas comme faisant partie selon lui d'un "réseau orthoténique" en étoile, des séries d'observations de ce même jour qui selon lui avaient eu leur lieu disposés en lignes droites se croisant entre elles en un lieu d'observation.

Dans les années 1960, l'ufologue Jacques Vallée entrera l'heure comme 19:30 au lieu de 14:30 dans son catalogue informatique. Dans son catalogue des "atterrissages", citant Aimé Michel et lui-même comme sources, inventera que l'engin aurait eu la "forme d'un hémisphère" et changera sa hauteur en diamètre d'environ 2.50 mètres. Il brodera: "Le témoin a manqué l'air et s'est senti paralysé pendant qu'il examinait l'objet."

Dans les années 1970, les ufologues Charles Garreau évoquent le cas. Ils devaient disposer d'une autre source - ils ne disent pas laquelle - puisqu'ils donnent cette citation du témoin:

"Tout à coup, sans que je l'aie vu arriver, j'ai aperçu un engin bizarre, à une centaine de mètres. J'ai arrêté mon attelage. J'ai bloqué le frein de ma charrette. Je me suis avancé en direction de cet engin phosphorescent. Ça semblait métallique, et à peu près rond, avec un diamètre d'environ 2,50 m. Je le regardais tout en avançant. Il s'est alors passé une vraie "diablerie": d'un seul coup, il a disparu. Comme évaporé! Sans laisser la moindre trace! Et pourtant, tout ça, c'était bien matériel! Je n'ai pas rêvé!"

En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jaques Brucker explique que le cas de Monteux du 7 octobre 1954 à 14:30 se serait révélé être un canular par leur enquête. Ils ne donnent guère de détails, disant que le 7 octobre 1954 à Monteux dans le Vaucluse, un témoin a prétendu avoir été paralysé à l'atterrissage d'un "objet", et que c'était une invention de toute pièce par Mr. Margaillan, que l'on appelle encore "monsieur soucoupe" à la mairie.

A l'exception de Michel Figuet - ufologue devenu "sceptique" dans les années 1980 - qui considère le cas expliqué comme canular, la version de Barthel et Brucker sera largement ignorée dans les résumés des années suivantes et sur l'Internet.

Vers 2016, l'ufologue "sceptique" britannique Peter Rogerson, tout en me citant comme source, publiera une version fort tronquée de mes informations, et où ils s'attribue l'explication comme "possible canular" sans en créditer Barthel et Brucker

Rapports:

[Ref. lpl1:] JOURNAL "LE PROVENCAL":

ENTRE MONTEUX ET ALTHEN-LES-PALUDS

Un cultivateur affirme avoir vu un engin inconnu et phosphorescent dans un champ

Avignon (C.P.).

Jeudi vers 14 h. 30 M. René Margaillon, 40 ans, habitant dans la commune de Monteux (Vaucluse), quartier des Pourpiasses, se rendait à ses occupations agricoles avec sa charrette. Tout à coup, à environ une centaine de mètres dans un champ, il aperçut un engin mystérieux. Gardant tout son sang-froid, il arrêta son attelage, bloqua le frein et s'avança en direction de l'engin. Celui-ci, d'après lui, mesurait 2 m 50 de hauteur et il était phosphorescent. D'un seul coup, il ne vit plus rien et resta suffoqué pendant quelques secondes.

Racontant son aventure à qui voulait l'entendre, M. Margaillon fut l'objet de plaisanteries en particulier des amis venus le voir. Mais le cultivateur est formel dans ses déclarations. Il a bien vu un engin mystérieux qui n'a laissé aucune trace.

De quoi s'agit-il? Nous l'ignorons.

De toute façon, cette aventure a fait grand bruit dans les environs.

Une masse ovale incandescente sur la région d'Uzès

Observée par plusieurs personnes

Uzès (C.P.).

USSEZ (C.P.). -- Samedi dernier, vers 20 heures, M. Court, fermier au Mas Blanc, près d'Uzès, a aperçu en fermant le portail de sa maison une masse ovale, orange, incandescente, qui brillait d'un très vif éclat. Elle se trouvait approximativement entre Montaren et Cerviers, à 1 km environ du Mas Blanc et semblait légèrement surélevée au-dessus du sol.

Cette masse allongée était traversée d'un mouvement oscillatoire.

[illisible] appela sa femme en tout hâte. Cette dernière, après avoir vu le phénomène, appela à son tour le docteur Fabre, conseiller municipal, et sa famille qui dînait à ce moment-là.

Le docteur, Mme Fabre, et ses jeunes filles, Catherine et Claude, se rendirent compte de la réalité du phénomène. Au moment où le docteur Fabre s'apprêtait à téléphoner à la gendarmerie, la forme orangée s'amenuisa et disparut dans le lointain.

Un cigare dans le ciel de Saint-Menet

Saint Menet.

"Il était exactement 14 h. 16, je me trouvais avec ma femme dans la conciergerie de l'usine Nestlé, à Saint-Menet, quand l'engin m'est apparu." Ainsi s'exprime Panzani Pascal, concierge à la dite usine. Et M. Panzani qui jure sur son honneur d'ancien gendarme de dire toute la vérité ajoute: "De forme cylindrique, l'objet qui semblait en aluminium était très brillant. Après son apparition au-dessus de Saint-Menet et La Millière à environ 500 mètres d'altitude, il disparut en quelques secondes en direction des collines de Cassis."

[Ref. jgu1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu écrivit à propos de ce cas donné comme au 7 octobre 1954 à 14:30 avec comme témoin René M. habitant le quartier de la Pourpiasse à Monteux dans le Vaucluse et qui se rendait à ses occupations avec sa charrette:

"Tout à coup, à environ une centaine de mètres, dans un champ, il aperçut un engin bizarre, arrêta son attelage, bloqua le frein et s'avança en direction de l'appareil phosphorescent. Il était d'apparence métallique et mesurait environ 2,50 m de haut, et était de forme à peu près sphérique. Intrigué le témoin considéra longuement cet astronef, puis, tout à coup, il ne vit plus rien. L'engin avait spontanément disparu."

L'auteur insiste sur la réelle disparition de l'engin, arguant que le témoin n'a pas halluciné puisqu'il avait calmement arrêté la charrette, mis le frein, et marché vers l'engin sans affolement.

Il commente que l'astronef devait soit être capable d'invisibilité, soit venir d'une autre dimension, ce qui lui semble plausible puisque "d'éminents savants" aux Etats-Unis travaillent sur un procédé de transmission de la matière par ondes radio.

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique que le 7 octobre 1954, à 14:30, au village de Monteux, Mr. Margaillan a assisté à l'envol d'un engin posé dans un champ. Au moment où l'objet s'est envolé, M. Margaillan qui avait couru vers l'engin au lieu de se sauver, a ressenti une paralysie suffocante qui dura plusieurs secondes.

Aimé Michel indique que sa description de l'engin est rigoureusement la même que celle de René Ott, témoin de l'événement à Schwoben ce même jour [le lendemain].

[Ref. aml2:] AIME MICHEL:

[...]

A partir du 2 octobre, le nombre d'observations quotidiennes augmente de façon vertigineuse. Le 3 octobre, on compte des centaines, et probablement des milliers de "témoins". Et les lieux d'observations continuent à s'aligner, formant des réseaux très caractéristiques dont la disposition évoque une toile d'araignée, avec une sorte de centre en étoile d'où rayonnent la plupart des droites. Une forte proportion de cas se situent, en outre, sur plusieurs alignements différents (A leur intersection).

Un exemple de cette disposition aussi complexe que rigoureuse est offert par les observations du 7 octobre (voir carte).

Ce jour-là, sur le territoire de la France, des centaines de "témoignages" permettent de localiser 23 points d'observation, dont un seul erratique dans la région de Toulouse. Les 22 autres s'organisent en 17 alignements:

- Un de sept points: Cherbourg; La Ferté-Macé; Saint-Jean-d'Assé; Nationale 23, à l'est du Mans; Lavenay; Montlevic; et enfin Cassis.

- Trois de quatre points:

a) Marcillac; Puymoyen; Montlevic; Corbigny.

b) Isles-sur-Suippe; Montlevic; Bournel; Montpezat.

c) Saint-Savinien; Saint-Plantaire; Montlevic; Jettingen.

Enfin, treize alignements de trois points. On peut, à première vue, se demander si des alignements de trois points exigent une explication autre que le hasard. Mais à la réflexion, le hasard se révèle insuffisant. En effet:

  1. Sur la carte au millionième utilisée pour cette étude, la précision des alignements est de l'ordre du millimètre, équivalent à un kilomètre, pour des distances dépassant parfois 1000 kilomètres;
  2. Mais surtout, il faut souligner que la plupart des points se trouvent à la fois sur plusieurs alignements (A leurs intersections): quand on jette deux points sur une surface, on obtient une droite; si c'est quatre points que l'on jette, on obtient six droites (les côtés d'un quadrilatère et ses diagonales), déterminant, outre les quatre points primitifs, trois points d'intersection au maximum; dès lors, si l'on jette trois nouveaux points au hasard, combien de chances a-t-on que ces points tombent précisément sur les intersections? Pratiquement aucune. La réalisation par le hasard d'une telle disposition est donc très hautement improbable. Si la coïncidence se reproduit régulièrement chaque jour pendant des semaines, l'explication par le hasard devient pratiquement impossible.
  3. Enfin (et c'est peut-être là le côté le plus troublant de l'affaire), comment expliquer par le hasard que cette disposition ne dure que 24 heures?

L'analyse approfondie de tous ces alignements dépasse le cadre d'un article. Un simple coup d'oeil sur la carte correspondante est d'ailleurs plus éloquent qu'un long discours. On y découvre cette disposition, que j'ai appelée provisoirement "orthoténie" (2), en attendant que des études ultérieures permettent, s'il y a lieu, de la rattacher à quelque phénomène déjà connu et nanti d'un nom existant dans le dictionnaire.

Provisoirement, donc, l'"orthoténie" est la disposition rectiligne, engendrant des réseaux, de l'immense majorité des observations de soucoupes volantes de l'automne 1954. Cette disposition est si étonnante que l'on doit, à priori, adopter à son égard une méfiance systématique. Avant de la reconnaître pour un fait réel, on doit envisager tous les moyens possibles de la récuser.

Le 7 octobre 1954, la France est sillonnée d'observations en ligne droite

1. CHERBOURG ...On a vu des globes lumineux! (Paris-Presse - 10-10-1954)

2. DUCLAIR ...M. X, aveuglé par un faisceau lumineux, rouvrit les yeux, vit une boule qui disparut en quelques minutes. (Parisien Libéré - 9-10-54)

3. ISLES-SUR-SUIPPES ...au bord de la route, un objet de plus de 3 m de long comme un gros obus percé de hublots... (Paris-Presse - 10-10-54)

4. PLOZEVET ...vive lueur, fumée dense... (France-Soir - 10-10-54)

5. SAINT-BIHY ...des globes lumineux... (France-Soir - 9-10-54)

6. LA FERTÉ-MACÉ ...un engin mystérieux, qui s'élevait à la verticale, laissant derrière lui une traînée blanche... (Black out sur les soucoupes volantes, Jimmy Guieu, Éditions du Fleuve Noir)

7. HENNEZIES ...Un "astronef" et ses occupants aperçus par deux enfants... Objet en forme d'oeuf, rouge, le haut pointé vers le ciel... (Black out sur les soucoupes volantes, Jimmy Guieu, Éditions du Fleuve Noir)

8. SAINT-ÉTIENNE ...trois engins dégageaient une violente lumière blanche; - un des engins était rond comme une soucoupe, les deux autres allongés comme des cigares. (France-Soir - 9-10-54)

9. SAINT-JEAN-D'ASSÉ ...une lueur d'un bleu intense... (Aurore - 9-10-54)

10. BALLON ...des étoiles grosses comme la Lune (sic!). (France-Soir - 9-10-54)

11. LAVENAY ...un oeuf volant... (France-Soir - 9-10-54)

12. DORDIVES ...un objet bizarre... (France-Soir - 9-10-54)

13. CHALETTE ...un engin ovale lumineux. (France-Soir - 9-10-54)

14. LES AUBIERS ...un disque rouge... (France-Soir - 9-10-54)

15. CORBIGNY Appareils de forme cylindrique, émettant des lueurs rouge-orange lorsqu'ils se trouvaient à l'horizontale et d'un blanc éblouissant lorsqu'ils montaient à la verticale. (Aurore -8-10-54)

16. BERUGES ...un champignon illuminé... (France-Soir - 10-10-54)

17. SAINT-SAVINIEN ...un disque lumineux. (Sud-Ouest - 14-10-54)

18. SAINT-PLANTAIRE

19. MONTLEVIC ...soucoupes, cigares, globes lumineux et disques volants... (Paris-Presse - 9-10-54)

20. JETTINGEN ...une coupole demi-sphérique. (France-Soir - 10-10-54)

21. PUYMOYEN ...A l'endroit où avait atterri une soucoupe, douze petits tas de cendre au milieu d'un cercle de 1,50 m et, parmi les cendres, des bâtonnets... (Paris-Presse - 9-10-54)

22. MARCILLAC ...forme d'entonnoir renversé. (Combat - 12-10-54)

23. BOURNEL ...forme circulaire... (Combat - 12-10-54)

24. MONTPEZAT ...un cercle lumineux, orange... (Combat - 12-10-54)

25. BEAUVOIR ...un engin mystérieux évoluant à une assez faible vitesse. (Parisien Libéré - 9-10-54)

26. MONTEUX ...un engin phosphorescent et de 2, 50 m de hauteur... (Presse locale - oct. 54)

27. BOMPAS ...une formation de soucoupes... (Black out sur les soucoupes volantes, Jimmy Guieu, Éditions du Fleuve Noir)

28. CASSIS ...l'objet, qui semblait en aluminium, était très brillant. (Provençal)

Les alignements existent. Que signifient-ils? Mystère...

Le dossier n'est pas truqué

Première question à se poser: Est-il exact que les points d'observation s'alignent comme il est dit dans cet article?

Pour le contrôler, il suffit de rechercher les points en question sur une carte choisie de telle manière que les droites de la carte correspondent aussi exactement que possible aux grands cercles terrestres dans le lieu considéré. Pour la France, c'est la carte au millionième, projection Bonne, offerte dans le commerce par Michelin (carte Michelin n° 989). On localise les points en les cherchant dans un dictionnaire des communes, par exemple celui de Berger-Levrault.

Deuxième question: L'auteur n'a-t-il pas inventé tout ou partie de ces observations de façon à trouver des alignements? Pour permettre aux chercheurs de répondre à cette question, je n'ai utilisé dans mes recherches que les observations déjà rendues publiques.

Troisième question: L'auteur n'a-t-il pas choisi les observations qui s'alignent, créant ainsi un phénomène qui n'existerait pas si d'autres observations non rapportées rétablissaient le désordre exigé par le hasard?

Il est bien évident que je ne peux espérer avoir eu connaissance de toutes les observations, car beaucoup de témoins n'en ont rien dit. Mais j'ai utilisé dans mon travail toutes les observations rendues publiques, comme on pourra le contrôler en étudiant mon livre. Pour établir les cartes, je n'ai donc retenu que des cas publiés, et je les ai tous retenus. Il n'y a eu ni invention, ni choix. N'importe qui peut refaire intégralement le travail que j'ai fait: il lui suffira de consulter la collection des journaux de l'époque, en prenant bien garde toutefois aux dates de parution, non des journaux bien sûr, mais des phénomènes rapportés.

Nous en arrivons à l'aspect le plus délicat du problème posé par ces étranges alignements. Que signifient-ils?

J'ai montré en détail le résultat de mes recherches à plusieurs savants éminents, parmi lesquels deux Maîtres de Recherches au C.N.R.S. Il est bien fâcheux que l'orthoténie soit liée au "phénomène soucoupe", si discrédité, car tous ces savants, que je ne puis nommer, sont maintenant convaincus que les alignements trahissent un phénomène réel et original.

Réel, c'est-à-dire se déroulant objectivement dans l'espace, et non dans l'imagination des témoins.

Original, c'est-à-dire ne se rapportant à rien de connu jusqu'ici. Ni les avions, ni les ballons-sondes, ni les parhélies, ni les météores, ni les éclairs en boule, ni bien entendu les hallucinations, les mensonges, les inventions facétieuses, ne sont observées le long de lignes formant des réseaux. Il s'agit de quelque chose d'autre. Quoi?

A mon avis, nous ne sommes pas près de le savoir. Mais peut-être la mise en évidence de la superstructure géométrique révélée par la vague de 1954 incitera-t-elle enfin un plus grand nombre de savants à s'en inquiéter. Qu'il me soit permis d'en formuler ici le voeu. Personnellement, le discrédit qui s'attache à ces recherches commence à me peser. Il est accablant à la longue de porter sa curiosité comme un péché.

Aimé Michel

Notes:

  • (2) D'un mot grec signifiant "tendu en ligne droite".

[Ref. aml3:] AIME MICHEL:

Aimé Michel expliquait que depuis décembre 1957, il est convaincu que les "alignements" de cas sur des lignes droites, comme ceux du 7 octobre 1954 sont inexplicables, ou plus exactement, qu'ils ne s'expliquent que "par la réalité des soucoupes volantes", et que son opinion "est aussi celle d'un grand nombre de savants, parmi lesquels plusieurs de réputation mondiale."

Il publiait une carte de ces alignements pour cette date, en indiquant que la totalité des observations du 7 octobre 1954 y sont reportées:

Pour le cas de ce dossier, il indiquait:

26. MONTEUX: ..un engin phosphorescent et de 2,50 m de hauteur.. (Presse locale, Octobre 54).

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

264 -004.99761 48.49200 07 10 1954 19 30 1 MONTEUX-VAUCLUSE F 0011332 C 244

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

Le 7 octobre 1954, M. Margaillon aperçut un objet qui s'était posé dans un champ à Monteux, France. Il avait la forme d'un hémisphère d'un diamètre d'envviron deux mètres cinquante. Le témoin cherchait l'air et s'est senti paralysé pendant qu'il examinait l'objet.

[Ref. jve3:] JACQUES VALLEE:

208
Oct. 7, 1954
1430

Monteux (France). R. Margaillan a vu un objet qui avait atterri dans un champ. Il était hémispherique, d'environ 2.5 m de diamètre. Le témoin a suffoqué pour avoir de l'air et s'est senti "paralysé." (M 145; Magonia)

[Ref. jve4:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 7 octobre 1954, M. Margaillon a aperçu un objet qui s'était posé dans un champ à Monteux en France. L'objet avait la forme d'un hémisphère et un diamètre d'environ 2.50 mètres. Le témoin cherchait l'air et s'est senti paralysé pendant qu'il examinait l'objet. L'auteur note que le manque d'air subit revient souvent dans les dépositions des personnes témoins d'atterrissages d'OVNIS.

[Ref. pis1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "PHENOMENES INCONNUS":

Ce bulletin d'ufologie publiait une carte sensée montrée des alignements de cas du 7 octobre 1954, où figure un cas à Monteux:

Le magazine publiait encore une autre carte d'alignements du 7 octobre 1954, comprenant le cas de Monteux:

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

208) 7 octobre 1954, 14:30, Monteux (France):

R. Margaillan a vu un objet ayant atterri dans un champ. Il était hémisphérique et il avait environ 25 mètres de diamètre. Le témoin a manqué d'air et s'est senti "paralysé" (M. 145).

[Ref. ldl1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "LUMIERES DANS LA NUIT":

Ce magazine publiait une liste de cas de 1954 qu'ils suggéraient à leurs enquêteurs d'enquêter ou de ré-enquêter, dont:

"208 7-10-54 Monteux"

[Ref. jve6:] JACQUES VALLEE:

7 octobre 1954, 14:30, Monteux (France):

R. Margaillan a vu un objet ayant atterri dans un champ. Il était hémisphérique et il avait environ 2,5 mètres de diamètre. Le témoin a manqué d'air et s'est senti "paralysé".

[Ref. ous1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "OURANOS":

10) 07/10/1954 Monteux (Vaucluse) (14 h. 30)

Témoin Margaillan René, agriculteur.

Le témoin se rendait à ses occupations avec son cheval et sa charrette. A une centaine de mètres, posé dans un champ, il aperçut un engin phosphorescent d'apparence métallique, vaguement sphérique de 2,30 m. de diamètre. Soudain, le témoin manqua d'air et se sentit "paralysé". Puis l'engin s'évanouit sur place et tout redevint normal.

G. ["Black out sur les S. V.", J. Guieu, Fleuve Noir 56] 2 p. 173 - V.c ["Un siècle d'atterrissages", catalogue Vallée] N° 210 - V.2 ["Chroniques des apparitions extraterrestres", J. Vallée] p. 133.

[Ref. gal1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs indiquent qu'à Monteux dans le Vaucluse, le 7 octobre 1954, à 14:30, selon des coupures de presse et leurs dossiers personnels, un cultivateur de ce village, René Margaillou, 40 ans, travaillait dans ses champs, entre ce village et Althen-les-Paluds. Il a rapporté:

"Tout à coup, sans que je l'aie vu arriver, j'ai aperçu un engin bizarre, à une centaine de mètres. J'ai arrêté mon attelage. J'ai bloqué le frein de ma charrette. Je me suis avancé en direction de cet engin phosphorescent. Ça semblait métallique, et à peu près rond, avec un diamètre d'environ 2,50 m. Je le regardais tout en avançant. Il s'est alors passé une vraie "diablerie": d'un seul coup, il a disparu. Comme évaporé! Sans laisser la moindre trace! Et pourtant, tout ça, c'était bien matériel! Je n'ai pas rêvé!"

Les auteurs notent que toute l'attitude de René Margaillou prouve qu'il n'a pas été victime d'une hallucination, et se demandent si un démarrage à une vitesse proche de la lumière qui ne laisse aucune persistance rétinienne a eu lieu.

[Ref. pdl1:] PIERRE DELVAL:

Dans son chapitre sur les cas de paralysie ou de somnolences des témoins d'OVNI lors de leur expérience, Pierre Delval indique 12 cas relevant de la vague française de 1954, dont celui à Monteux dans le département du Vaucluse le 7 octobre 1954 à 14:30.

René Margaillan, agriculteur, se rendait dans ses champs sur sa charrette. A une centaine de mètres, posé dans un pré, il a aperçu un engin phosphorescent d'apparence métallique, vaguement sphérique, de 2,50 mètres de diamètre.

Soudain, il a "manqué d'air" et s'est senti "paralysé", puis l'engin s'est évanoui sur place, et tout est redevenu normal.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs notent ce cas au 7 octobre 1954:

"Monteux - 84 - 14 h 30: canular après enquête."

Ailleurs ils notent que le 7 octobre 1954 à Monteux dans le Vaucluse, un témoin a prétendu avoir été paralysé à l'atterrissage d'un "objet", et que c'était une invention de toute pièce par Mr. Margaillan, que l'on appelle encore "monsieur soucoupe" à la mairie.

[Ref. fru1] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que le 7 octobre 1954 à 14:30, René Margaillon, cultivateur se rend au travail. Dans le quartier de la Pourpiasse, entre Monteux et Althen-des-Paluds, à environ 100 mètres de lui, il voit, posé dans un champ un engin de forme à peu près sphérique, phosphorescent et d'apparence métallique d'environ 2 m 50 de haut ou de diamètre. Il racontera:

"J'ai arrêté mon attelage. J'ai bloqué le frein de ma charrette. Je me suis alors avancé en direction de cet objet phosphorescent et d'apparence métallique. Je l'ai regardé longuement et, d'un seul coup, il a spontanément disparu, comme évaporé."

Les auteurs notent les insuffisances des récits d'un effet possible sur le témoin chez les divers ufologues qui permettent plusieurs interprétations:

Le témoin a ressenti une paralysie suffocante qui a duré plusieurs secondes selon Aimé Michel dans A propos des S. V., p. 181.

Le témoin s'est mis à haleter et s'est senti "paralysé" selon Jacques Vallée, cas n°208, et groupe G.A.B.R.I.E.L. "spécial paralysie" revue Ouranos.

Il commente: "Jimmy Guieu, dans Black out sur les S.V.. p. 198 cite: le témoin fut suffoqué par cette effarante disparition. Dans ce cas, nous ne savons pas s'il s'agit d'effets physiques ou de peur?"

C. Garreau et R. Lavier dans Face aux E.T., page 165, ne parlent pas de paralysie ni de suffocation.

[Ref. vau1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "VAUCLUSE UFOLOGIE":

JEUDI 7 OCTOBRE 1954 - 14 Heures 30

MONTEUX

Référence 3 et 4

Monsieur René H. habitant Monteux, quartier Pourpiasse, allait travailler dans une de ses terres, avec son cheval et une charrette, lorsque il aperçut, dans un champ, à une centaine de mètres, un engin bizarre.

Arrêtant son attelage, bloquant le frein de la charrette, il s'avance en direction de l'appareil. Celui-ci était phosphorescent et semblait métallique, d'un diamètre d'environ 2.50 mètres, légèrement sphérique, hémisphérique.

Il le regardait tout en avançant. Soudain, l'appareil disparut de sa vue instantanément, comme une gerbe d'étincelle. Littéra1ement évanoui, sans que le témoin, suffoqué, puisse dire où il s'était dirigé. Ne laissant aucune trace.

Tous les enquêteurs qui ont rencontré Monsieur M. affirment son sang froid et son calme. Apercevant l'engin, sans s'affoler, il arrête sa charrette et blogue le frein de celle-ci afin que le cheval, pouvant prendre peur, ne l'entraine pas au risque d'accidents. Cela peut prouver qu'il n'a pas été l'objet d'une hallucination.

Lui même est formel, il a bien vu l'engin, solide, matériel et, soudain plus rien...

Les "Références 3 et 4" renvoient à "Face aux Extraterrestres - CHARLES GARREAU et RAYMOND LAVIER" et "Black Out sur les Soucoupes Volantes - JIMMY GUIEU."

[Ref. jge1:] JEAN-FRANCOIS GILLE:

ICOD DESIGNATION (57) DATE JV4 jve1 COMMENTS
048 1030 MONTEUX RF84 541007 208 264

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
048 145 Monteux 07/10 CE3 E canular 1 T

[Ref. mft2:] MICHEL FIGUET:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
145 CE2 07 10 1954 14.30 Monteux 84 170 C2 E canular B-B p. 1

[Ref. jve7:] JACQUES VALLEE:

Jacques Vallée indique que le 7 octobre 1954, M. Margaillon a vu un objet qui avait atterri dans un champ à Monteux, France. Il avait la forme d'un un hémisphère, d'environ deux mètres et demi de diamètre. Le témoin a haleté pour avoir de l'air et s'est senti paralysé pendant l'observation.

Vallée commente que le manque soudain d'air "est fréquemment rapporté" par des témoins des atterrissages, "de même que les yeux particuliers des petites entités: rougeâtre-orange, luminescents dans l'obscurité."

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

7 octobre. Monteux, France, (pas d'heure connue)

Un autre "atterrissage" aurait eu lieu au voisinage de Monteux, en France, le 7, quand un M. Margaillon a rencontré un objet en forme de meule de foin au sol qu'il estimait avoir environ 8 pieds de diamètre. M. Margaillon se sentait tellement paralysé pour une raison quelconque, que même sa respiration était affectée et il haletait pour avoir de l'air. 68.

  • 68. Vallee, Jacques. Passport to Magonia. Chicago, Ill.: Henry Regnery, 1969. p.85.

[Ref. hjf1:] MICHEL FIGUET ET HENRI JULIEN:

Dans leur livre commun, les deux ufologues rapportent que le 7 octobre 1954, à 14:30, M. René M., qui habite dans le quartier "la Pourpiasse" à Monteux, se rend à ses occupations avec son cheval et sa charrette.

Il se trouve entre Althen-les-Paluds et Monteux lorsqu'il aperçoit un engin de forme sphérique peu banal posé dans un champ à environ 100 mètres devant lui.

L'engin pourrait avoir 2 mètres 20, il est d'apparence métallique et paraît phosphorescent.

René M. a déclaré:

"J'ai arrêté l'attelage et bloqué le frein de la charrette. Et je me suis avancé, à pied, vers cet objet étonnant que j'ai pu observer pendant un bon moment. En m'approchant j'ai ressenti une suffocation; puis j'ai été comme paralysé. Ca m'a duré plusieurs minutes. Alors le phénomène a disparu d'un seul coup, comme s'il s'était évaporé sur place."

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que le 7 octobre 1954 à 14h30, à Monteux, dans le Vaucluse, Mr. René Margaillan roule en voiture entre Monteux et Althen-des-Paluds, et aperçoit soudain un objet bizarre posé dans un champ à cent mètres de lui. L'engin fait environ deux mètres cinquante de haut, est phosphorescent et d'aspect métallique. Ensuite, le phénomène a spontanément disparu, comme évaporé.

Jean Sider indique sa source comme "Source : Figuet, p. 132 "

Il note qu'Aimé Michel, en page 181, dit que le témoin, en voulant s'approcher, a ressenti une paralysie suffocante qui dura plusieurs secondes.

Il ajoute que Barthel et Brucker prétendent qu'il agit d'un canular, et que "donc il a de fortes chances d'être valable!"

Enfin il suggère que "le fait" que le phénomène se soit "évaporé" peut "dissimuler un autre type d'expérience" (une abduction, selon lui.)

[Ref. jsc1:] JOHN SCHUESSLER:

1954/10/07 FRANCE, MONTEUX

Source: Official UFO, Feb. 76

Un témoin a couru vers un OVNI qui avait atterri dans un champ. Quand il a décollé, il a été forcé d'haleter pour avoir de l'air et a éprouvé une paralysie suffoquante qui a duré pendant plusieurs minutes.

EFFETS:
Paralysie
Problèmes de respiration

[Ref. kbd1:] KEITH BASTERFIELD:

L'ufologue australien indique que le 7 octobre 1954, à 14:30 à Monteux, France, le témoin masculin Margaillan a vu un objet posé en train de décoller d'un champ. Il a couru vers lui et au moment où il a décollé il a souffert d'une paralysie qui a duré plusieurs minutes.

La source est indiquée être le catalogue Vallée.

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4008: 1954/10/07 14:30 15 5:00:00 E 44:02:20 N 3333 WEU FRN VCL 8:8

MONTEUX,FR:9' HEMISPHERE ATTERRI/CHAMP:FERMIER TEMP PARALYSE+SUFFOQUE MNQ D'AIR:/LDLN

Ref# 4 VALLEE:DIMENSIONS: Casebook/Contact. Page No. 95 : FARMLANDS

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue note qu'en 1954, le 7 octobre, en France, à Monteux (Vaucluse), René Margaillan, ou Margaillou, a vu à 14 h 30 un objet ayant atterri dans un champ. Il était hémisphérique et il avait environ 25 m. Le témoin a manqué d'air et s'est senti paralysé.

Elle indique que la source en est Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 271.

Van Overmeire note que toutes les autres sources notent un diamètre de 2.50 mètres et non pas 25 mètres. [1]

Elle indique que dans Jimmy GUIEU: "Black-out sur les S.V.", fleuve noir, page 198, le récit est: "Il aperçut un engin bizarre, arrêta son attelage, bloqua le frein et s'avança en direction de l'appareil phosphorescent. Il était d'apparence métallique et mesurait environ 2,50 m de haut, et était de forme à peu près sphérique. Intrigué le témoin considéra longuement cet astronef, puis, tout à coup, il ne vit plus rien. L'engin avait spontanément disparu."

[Note 1:] Toutes les autres sources disent 2.5 m, y compris toutes les autres versions par Jacques Vallée, van Overmeire étant tombée sur la seule où il y a cette évidente coquille non imputable à Vallée.

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

Donald Johnson indique que le 7 octobre 1954, à Monteux, France, à 14:30, Rene Margaillon, un fermier, voyageait entre Monteux et Althen-des-Paluds quand il a vu un objet métallique qui avait atterri dans un champ. Il était hémisphérique, environ 2,5 mètres de diamètre. Le témoin a haleté pour avoir de l'air et s'est senti "paralysé."

Les sources sont indiquées comme "Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 145; Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 220; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, p. 131."

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Jeudi 7 octobre 1954

[...]

14:30 A de Monteux (France), R. Margaillon observe un objet qui s'est posé dans un champ. Il a la forme d'un hémisphère d'environ 2,50 (25 ?) m de diamètre. Le témoin manque d'air et se sent paralysé pendant l'observation.

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Vaucluse à Monteux le 7 octobre 1954 à 14:30 heures, un témoin se rend au travail. Entre Monteux et Althen-des-Paluds, à environ 100 mètres de lui, il a vu, posé dans un champ, un engin de forme à peu près sphérique, phosphorescent et d'apparence métallique, d'environ 2 m 50 de haut ou de diamètre.

Il a dit: "J'ai arrêté mon attelage. J'ai bloqué le frein de ma charrette. Je me suis alors avancé en direction de cet objet phosphorescent et d'apparence métallique. Je l'ai regardé longuement et, d'un seul coup, il a spontanément disparu, comme évaporé."

Luc Chastan note que plusieurs interprétations d'un effet possible sur le témoin en fonction des auteurs:

Le témoin a ressenti une paralysie suffocante qui a duré plusieurs secondes selon Aimé Michel dans A propos des S. V., p. 181.

Le témoin s'est mis à haleter et s'est senti "paralysé" selon Jacques Vallée, cas n°208, et groupe G.A.B.R.I.E.L. "spécial paralysie" revue Ouranos.

Il commente: "Jimmy Guieu, dans Black out sur les S.V.. p. 198 cite: le témoin fut suffoqué par cette effarante disparition. Dans ce cas, nous ne savons pas s'il s'agit d'effets physiques ou de peur?"

C. Garreau et R. Lavier dans Face aux E.T., page 165, ne parlent pas de paralysie ni de suffocation.

Les sources sont indiquées comme "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. jbu2:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le 7 octobre 1957 à 14:30 à Monteux (France), R. Margaillon observe un objet qui s'est posé dans un champ qui a la forme d'un hémisphère d'environ 2,50 (25 ?) m de diamètre. Le témoin manque d'air et se sent paralysé pendant l'observation.

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 7 octobre 1954 à 14:30, à Monteux, France, R. Margaillan a vu un objet qui avait atterri dans un champ. Il était hémisphérique, d'environ 2,5 mètres de diamètre. Le témoin a haleté pour avoir de l'air et s'est senti "paralysé."

Le site commente: "on a observé un objet. Des effets physiologiques ont été notés. Un témoin masculin a observé une boule, d'environ 5 pieds de large, à une ferme pendant plus de 15 minutes."

Les sources sont indiquées comme "Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Sparks, Brad, Computer Catalog of Type 9 Cases (N=150); Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Vallee, Jacques, Passport to Magonia, Henry Regnery, Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Hall, Richard H., The UFO Evidence, NICAP, Washington, 1964; Vallee, Jacques, Dimensions: A Casebook of Alien Contact, Contemporary Books, Chicago, 1988, ISBN:0-8092-4586-8; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002."

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*7 oct. 1954 - Monteux, France. A 14h30 René Margaillon, un agriculteur, voyageait entre Monteux et Althen-des-Paluds quand vu un objet métallique qui avait atterri dans un champ. Il est hémisphérique, d'environ 2,5 mètres de diamètre. Le témoin eut le souffle coupé et se sentait "paralysé". (Source: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 145; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 220, cas n° 208; Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, pp. 131).

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 13 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE I
19541007 07.10.1954 Monteux France CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France 14.30 CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France Nachmittags CE II
19541007 07.10.1954 Monteux France CE II
19541007 07.10.1954 Montreux [sic, Monteux] France
19541007 07.10.1954 Montreux [sic, Monteux] France
19541007 07.10.1954 Monteux France CE II

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

7 octobre 1954. 1430hrs.

MONTEUX (VACLUSE [sic]: FRANCE)

Rene [sic] Margaillon [sic] (40) allait de ci de là dans sa charrette quand il a vu un étrange objet dans un champ à 100m de distance. Il s'est arrêté, est descendu et a approché l'objet lumineux de 2.5m de haut. Il a soudainement disparu, le laissant se sentant étouffé (et certaines sources disent paralysé) pendant quelques secondes. Aune trace n'a été trouvée

  • Gross 1954. citant le Provencal 9 octobre 1954. + Guieu 1956b

Evaluation - Possible canular

Explications:

Le cas au "11" octobre 1954 à Monteux et à 14:30 aurait été un canular selon Barthel et Brucker: même cas, confusion de dates?

Selon l'INSEE, il y a eu entre 1891-1915 seulement 3 naissances en France avec le nom "Margaillon", 2 avec "Margaillou", et 158 naissances avec le nom "Margaillan". Il est donc possible voir probable que lorsqu'Aimé Michel écrivait "Margaillan", il avait le nom correct.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Monteux, Vaucluse, Margaillan, Margaillou, objet, atterrissage, hémisphère, hémisphérique, grand, effets, paralysé, rond, disparition, champ, canular, charrette

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 5 avril 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 18 décembre 2008 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [kbd1], [djn1], [goe1], [jbu2], [lcn1], [uda1].
1.1 Patrick Gross 24 juin 2010 Addition [jsc1].
1.2 Patrick Gross 26 juin 2010 Addition [jve15].
1.3 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [prn1].
1.4 Patrick Gross 7 octobre 2014 Addition [nip1].
1.5 Patrick Gross 19 décembre 2016. Additions [lgs1], [ubk1].
1.6 Patrick Gross 13 octobre 2019. Additions [aml2], [aml3], [pis1], [ldl1], [ous1], [vau1], [jge1], [mft1], [mft2], [jsr1], [lhh1], [prn2], Résumé.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 13 octobre 2019.