France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

4 octobre 1954, Arnage, Sarthe:

Référence pour ce cas: 4-oct-54-Arnage. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. ppe1:] JOURNAL "PARIS-PRESSE":

Scan

Descendu de sa "soucoupe" à Loctudy (Finistère)

UN MARTIEN, PETIT, VELU ET LAID, TAPE SUR L'EPAULE
D'UN COURAGEUX MITRON

...Tandis qu'à Paris, un représentant en cartonnages voit un "disque volant" au-dessus de la porte Dorée

ENCORE un Martien. Chaque département aura bientôt le sien. C'est dans le Finistère qu'est apparu le dernier spécimen de l'espèce. Il s'est montré, cette fois, sans casque, à visage découvert. Il n'est pas beau.

Un ouvrier boulanger de Loctudy, M. Pierre Lucas, l'a vu débarquer hier, à 4 heures du matin, d'une soucoupe volante de trois mètres de diamètre, dans la cour de la boulangerie.

- Il n'avait pas plus de 1 m. 20, dit-il. Il s'est approché de moi et m'a tapé sur l'épaule en prononçant des paroles inintelligibles.

"J'ai réussi à garder mon sang-froid, poursuit le courageux mitron. Le visiteur m'a suivi jusqu'au fournil. A la lumière, j'ai pu le dévisager. Il avait la figure couverte de poils et les yeux de la dimension d'un œuf de corbeau. J'ai appelé mon patron, mais le Martien, quand il est arrivé, avait déjà disparu. Et la soucoupe s'était envolée".

Cette même nuit, un marchand de bière de Concarneau a vu dans le ciel deux tables rondes lumineuses, prolongées par une sorte de queue...

Dans le Nord, on n'a pas vu de Martien, mais les gendarmes de Beuvry-les-Béthune ont dressé procès-verbal contre un fabricant de soucoupes volantes. C'est un retraité, nommé d'Oliveira. Il n'est pas Martien, mais Portugais. On a trouvé dans son grenier tout un stock de soucoupes. En fait, c'étaient des montgolfières de papier, de 1 m. 50 à 5 mètres de diamètre, et de toutes couleurs.

J'en ai lancé des milliers, a-t-il dit. C'était si beau. Le soir, on aurait dit des boules de feu...

L'usine à soucoupes est désormais fermée. L'industriel va être poursuivi pour "avoir fait partir des engins enflammés à moins de 100 mètres des habitations".

Mauvais jour, hier, pour les soucoupes dans le Nord: une enquête, menée à Bray-Dunes, près de Dunkerque, a permis d'établir que les engins aperçus dans cette région étaient des avions à réaction de la base belge de Coxide.

"Tramway volant"

Un habitant de Haubourdin a pourtant observé un "tramway volant", et un enfant a vu atterrir à Cheny, près de Lille une soucoupe qui a laissé des traces "comme celle, a-t-il dit, d'un homme grenouille". Les gendarmes ont examiné ces traces; elles ont paru très semblables à celles des sabots de chevaux.

Paris, que les soucoupes négligeaient jusqu'ici, a été favorisé d'une apparition hier après-midi. Un disque volant, suivi d'un panache de fumée, a survolé à 16 h. 30 la porte Dorée sous les yeux de M. Allouis, représentant en cartonnages. Plusieurs autres personnes ont confirmé son témoignage. Mais un rabat-joie insinue que le disque volant, qu'il a également observé, était, semble-t-il, une aile volante.

On a vu hier une bonne vingtaine de soucoupes, de cigares, de boules de feu, de globes lumineux, à Limoges, à Brive, à Azat-le-Ris et à Magnac-Laval (Haute-Vienne), à Forgès et au Mazin (Corrèze), à Payzac (Dordogne), à Chàteau-Chinon, à Nassier, dans le marais poitevin, à Vix (Vendée), à La Rochelle, à Albi.

Près de Clermont-Ferrand, deux soucoupes qui, au passage, dégageaient une odeur de nitro-benzine; près de La Rochelle, une autre qui a laissé des taches d'huile en atterrissant dans un pré.

Enfin, un technicien de la station météorologique de Mans-Arnage a observé hier matin, à 6 h. 8, deux fortes lueurs d'un rouge foncé.

- Il ne s'agissait, dit-il, ni d'avions ni de ballons-sondes, ni de météores. Mais je n'irai pas jusqu'à prétendre qu'il s'agit de soucoupes volantes...

[Ref. fso1:] JOURNAL "FRANCE-SOIR":

Scan

Rayons pétrifiants, oeuf volants à travers la France

[Ref. jgu1:] JIMMY GUIEU:

L'auteur déplore que le témoignage d'un technicien n'est pas plus pris en considération que le témoignage de gens ordinaires, que les faits rapportés par des spécialistes n'impressionnent pas davantage les doctes assemblées. Il donne en exemple le cas suivant, citant le journal "Le Maine Libre":

"Hier (5 octobre), à 6 h 8 du matin, alors qu'il observait le ciel (comme l'exige sa profession) le technicien de la station météorologique le Mans-Arnage a officiellement constaté la présence au zénith de deux fortes lueurs d'un rouge foncé; elles se trouvaient à une très haute altitude, se déplaçaient sans aucun bruit. Aucune fumée n'était apparente; l'observation a été faite à plusieurs reprises dans un ciel très clair. Un procès-verbal a été établi par l'observateur et l'information transmise à Paris qui, à son tour, a alerté toutes les stations; nous croyons savoir que le même phénomène a été enregistré dans l'Yonne. Voilà donc une information digne de foi, faite et consignée par une personne qui ne peut se tromper."

"Nous avons rendu visite aux techniciens de la station Mancelle. La prudence y règne, car aucune erreur y est permise."

"- Nous avons vu un phénomène inconnu; il s'agit ni d'un avion, ni d'un ballon-sonde, ni d'un météore; de là à prétendre qu'il s'agit de soucoupes volantes ou cigares volants, il y a loin; nous n'affirmons ni n'infirmons rien: il appartiendra aux hommes de science de dire (s'il est possible) la nature exacte de nos observations".

Jimmy Guieu dit qu'il comprend fort bien la prudence de ce technicien de la météo, que même s'il avait vu, à trois pas de lui, un astronef au sol, la même prudence ne l'aurait pas surpris parce que le technicien aurait encouru des dangers en disant la vérité, car il se serait toujours trouvé un scientiste pour l'accabler de sarcasmes.

Il ajoute que les savants ont suffisamment prouvé, depuis 9 ans, leur hostilité ouverte envers tout ce qui touche au problème des soucoupes volantes, et que la crainte de "représailles" - c'est à dire des accusations de supercherie, de folie douce ou autres critiques visant à "éreinter" le témoin - est telle que les techniciens eux-mêmes sont les premiers à les redouter.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs ont enquêté sur l'affaire dont il indiquent que le journal "Le Maine Libre" a donné le compte rendu suivant:

"Hier (5 octobre 1954) à 6 h 08 mn du matin, alors qu'il observait le ciel (comme l'exige sa profession), le technicien de la station météorologique le Mans Arnage a officiellement constaté la présence au Zénith de deux fortes lueurs d'un rouge foncé; elles se trouvaient à une très haute altitude, se déplaçaient sans aucun bruit. Aucune fumée n'était apparente; l'observation a été faite à plusieurs reprises dans un ciel très clair. Un procès verbal a été établi par l'observateur et l'information transmise à Paris, qui à son tour a alerté toutes les stations; nous croyons savoir que le même phénomène a été enregistré dans l'Yonne. "Nous avons vu un phénomène inconnu; il s'agit ni d'un avion, ni d'un ballon-sonde, ni d'un météore; de là à prétendre qu'il s'agit de soucoupes volantes ou de cigares volants, il y a loin; nous n'affirmons ni n'infirmons rien; il appartiendra aux hommes de science de dire la nature exacte de nos observations."

Barthel et Brucker ont constaté que le témoin a effectivement consigné son observation, qu'ils ont retrouvé notée ainsi:

"5 h 08 mn TU. Observation au zénith de deux fortes lueurs rouge foncé.

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Num Base: 1287 Pas d'enquête officielle connu
Lieu d'observation: Arnage Sarthe: Sarthe (72) Lat. 47.933 Long. +0.183
Date d'observation: 04 octobre 1954 Heure: 06:08 heures
Type d'observation: Visuel: Eloigné Nbre de Témoins: 1
Un technicien de la station météo eu son attention attirée par deux fortes lueurs, d'un rouge foncé qui se déplaçait au zénith. Elles semblaient se situer à haute altitude. Aucun bruit ne fut entendu. Le ciel était très clair.
Nbre d'objet: 2 Type d'objet: Non-défini
Couleur principale: Rouge sombre Pas d'indication de luminosité Beau temps, ciel clair
Effets physiques: Non
Effets sur le témoin: Non
Présence entités: Non

Sources

par **

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 3 octobre 1954 à Arnage, France, "des objets non identifiés ont été aperçus, mais avec un aspect et un comportement qui très probablement auraient une explication conventionnelle. On a observé deux objets."

La sources est indiquée comme: Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073).

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré le cas deux fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541003 03.10.1954 Arnage France NL
19541005 05.10.1954 Le Mans-Arnage France

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Arnage, Sarthe, lumière, rouge, deux, haut, zénith, technicien, silencieux

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 6 mai 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 15 mars 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [bbr1], [uda1].
1.2 Patrick Gross 12 mars 2010 Addition [jgu1].
1.3 Patrick Gross 3 janvier 2017 Additions [fso1], [ubk1].
1.4 Patrick Gross 25 décembre 2019 Addition [ppe1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 décembre 2019.