France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

2 octobre 1954, Levroux, Indre:

Référence pour ce cas: 2-oct-54-Levroux. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. nr2:] JOURNAL "LA NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE OUEST":

Les sept ouvriers de la carrière de Marcilly-sur-Vienne nous ont raconté leur étrange aventure

Les sept témoignages concordants des ouvriers d'une carrière de Marcilly-sur-Vienne qui, jeudi, vers 16h30, ont vu tout près d'eux un engin mystérieux et son passager, ont intrigué les gens de la région.

Nous avons pu interroger M. Georges Gatey, chef du chantier et principal témoin de l'événement, ainsi que ses six camarades.

Nous en rapportons l'impression que ces hommes sont sincères et dignes de foi. Leurs déclarations, ils les ont confirmées vendredi et samedi à des enquêteurs professionnels qui n'ont pas manqué, à leur tour d'être impressionnés par l'accent de sincérité des témoins.

M. Gatey et ses cinq ouvriers étaient occupés à tirer du sable et du gravier dans une carrière en bordure de la route près de Marcilly. Chacun était à son poste, les uns à la pelle mécanique, les autres au monte-charge. M. Gatey se trouvait à l'écart, plus près de la sortie de la carrière. C'est lui qui, le premier, vit l'engin, un appareil de forme circulaire surmonté d'un dôme, équipé, semble t-il, de pales semblables à celles d'un hélicoptère.

L'engin se tenait en vol immobile à un mètre du sol, les pales tournant très rapidement. Il ne s'est d'ailleurs pas posé sur le terrain.

Un homme de petite taille, 1.50m à 1.55m environ

Coiffé d'un casque en matière opaque, ressemblant à du verre brouillé, vêtu d'une combinaison de ton neutre, chaussé de bottillons, se trouvait à côté. Il avait à la main une sorte de gros revolver ou un tuyau et sur la poitrine un disque très brillant, émettant un jet d'une lumière intense.

Personne, dans la carrière, qui se trouve en contrebas de plusieurs mètres par rapport à la route et aux terrains environnants, n'avait vu arriver l'appareil et ne l'avait entendu. Chacun était occupé d'ailleurs à son travail et les machines qui fonctionnaient en même temps étaient très bruyantes.

M. Gatey est formel: l'engin est resté une demi minute, temps largement suffisant pour pouvoir l'examiner. Le chef de chantier est un excellent dessinateur. Son premier réflexe, après son ébahissement, fut de courir à la tente du chantier pour prendre un papier, un crayon et tracer le croquis de

Scan

Le Courrier des soucoupes...

SUITE DE LA PAGE 1

l'extraordinaire machine et de son occupant.

J'avais les jambes coupées

"Mais j'avais les jambes coupées, nous a-t-il dit, et je ne pouvais pas faire un pas, cloué au sol certainement par les effets du rayon lumineux émis par l'homme.

M. Gatey se trouvait à ce moment-là à une quinzaine de mètres de l'engin et à deux mètres en contrebas. Il le voyait donc du dessous. L'engin, précisons-le, était à l'entrée de la carrière, sur le bord de l'excavation, à 3 mètres de la route. Sur cette route arrivait un camion qui venait charger à la carrière, conduit par M. Amirault, qui vit les carriers regarder vers l'entrée du chantier et il a regardé à son tour. Il a vu "quelque chose de gris" qui ne se trouvait pas là habituellement. Ce quelque chose s'est élevé dans l'air.

C'est bien ça

M. Gatey nous a encore dit: "L'homme est remonté dans son engin sans que je puisse dire par où, puis l'appareil a prit de la hauteur, à la verticale, par saccades en sifflant comme le font les moteurs à réaction des avions de chasse. A 200 mètres d'altitude, à peu près, il a émis un brouillard qui l'a dissimulé complètement et a disparu à nos regards."

"C'est bien ça", ont opiné les autres témoins de la scène.

Emus jusqu'au voisinage de la peur, les hommes ont tacitement tu leur aventure de l'après-midi quand le soir ils se sont retrouvés au petit restaurant de Parçay-aux-Vienne où ils prennent leur repas.

Ce n'est que bien plus tard, vers 19 h. 30 ou 20 h., qu'ils se sont décidé à parler.

Seul, je n'aurais rien dit

"J'aurais été seul, je n'aurais jamais rien dit de tout cela, nous disait M. Gatey, de peur d'être la risée du pays."

Le chef de chantier était allé sur le rebord de la carrière voir si l'engin avait laissé des traces. Il espérait trouver de l'herbe brûlée mais il n'y avait rien de semblable, que de l'herbe salie et foulée par les camions.

Les 7 hommes, dont 6 au moins de 30 ans, sont sympathiquement connus dans la région où ils travaillent déjà depuis quelque temps et rien ne permet de supposer qu'ils aient cherché à monter une énorme plaisanterie. M. Gatey a dessiné de mémoire la silhouette de l'engin et de son passager.

Ses camarades, MM. René Rougier, André Beurrois, André Sèche, Georges Lubanowich et Maurice Dubrocs, en présence du croquis, ont affirmé: "C'est bien cette forme qu'avait l'appareil en question". L'engin pouvait mesurer 4 m. 50 de diamètre et 2 mètres d'épaisseur. Il était de couleur grise.

Aux [?] de Bressuire

[Partie manquante]

[en]treprise Goursault de Melle, revenait de mettre en marche leur compresseur d'air.

Dans l'Indre

Châteauroux, 3. -- Mme veuve Janiki, demeurant au bourg du Cerisier, commune de Levroux (Indre), à déclaré à la Gendarmerie qu'elle avait aperçu dans le ciel un engin lumineux d'une diamètre d'environ 3 mètres et qui se trouvait à la hauteur des bâtiments.

Mme veuve Lacotte a été témoin du même phénomène.

Mme Baron de Vatan (Indre), a déclaré avoir aperçu, hier soir, une boule lumineuse dans le ciel.

Elle alerta son mari, ainsi qu'une quinzaine de personnes de son voisinage qui, toutes, ont vu évoluer à une très haute altitude, l'engin de couleur jaune-verdâtre, qui montait et descendait dans le ciel.

Dans la Nièvre

Nevers, 3. -- Un représentant d'une compagnie d'assurances de Clamecy ainsi que plusieurs habitants de Corbigny, ont déclaré avoir aperçu un disque lumineux de couleur orange qui se déplaçait dans le ciel./p

SAINT-BRIEUC

Plusieurs personnes ont affirmé avoir vu, à 300 ou 400 mètres d'elles, hier soir, vers 20 h. 45, un "cigare volant", à une altitude de 50 mètres environ.

LILLE

M. Anicet Corneille, ouvrier agricole, a déclaré avoir aperçu hier soir, à Comines, un engin ayant la forme d'un cigare, de 8 à 10 mètres de longueur sur 3 m. de largeur, qui évoluait à une quarantaine de mètres de hauteur et dégageait une vive lueur violette.

MONTCEAU-LES-MINES

Deux ouvriers maçons, MM. Romain Sébastiani et Buratto, tous deux coureurs cyclistes, ont déclaré avoir aperçu, en bordure de la route de Blanzy à Montceau, un engin décoller avec un sifflement strident.

Une question écrite au ministre de l'Air

Dans une question écrite, M. Jean Nocher, député de la Loire, a fait part au secrétaire de l'Air de l'émotion suscitée dans le public par les nombreux et divers témoignages concernant les "soucoupes volantes".

Il lui demande "si ses prédécesseurs au secrétariat d'Etat à l'Air s'étaient préoccupés, comme aux Etats-Unis et en U.R.S.S., d'ouvrir une enquête sur la présence dans notre atmosphère d'objets volants non identifiés?

"Si oui, il lui demande les résultats publiables de ces investigations. Sinon, il lui demande de constituer une commission largement étendue à toutes les branches scientifiques intéressées afin d'étudier objectivement ce phénomène".

[Ref. le1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN:"

Scan

AU COURS DU DERNIER WEEK-END

Les soucoupes volantes ont troublé le repos dominical d'un certain nombre de Français

Chamonix. -- La chronique des soucoupes volantes et autres "cigares" continue d'être abondamment fournie. Au cours du dernier week-end, les témoins qui ont, en effet, aperçu des engins mystérieux ne se comptent plus.

C'est, semble-t-il, à Chamonix qu'il faut donner la priorité, étant donné que, au même moment, des officiers de l'école de haute montagne, des gendarmes, et le pilote Guiron qui survolait la région ont aperçu pendant plus d'une heure un engin blanc brillant évoluer entre le mont Lachat et le mont Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que, volant à environ 2.000 mètres au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui, a-t-il dit, n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre, la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait un ballon-sonde.

A Corbigny (Nièvre), plusieurs habitants ont vu un disque lumineux de couleur orange qui se déplaçait dans le ciel et disparut à la verticale après avoir plusieurs fois changé d'altitude.

A Breuil-Chaussée, dans les Deux-Sèvres, M. Girardeau, 55 ans, se rendait à son travail lorsque, en détour de la route, il remarqua un engin circulaire "près duquel se trouvait un être qui lui apparut comme vêtu d'une sorte de scaphandre". L' "être" se dirigea vers lui et M. Girardeau s'enfuit, apeuré. Peu après, l'engin circulaire repartit à grande vitesse!

"On aurait dit une meule"

C'est également un engin curieux autour duquel rodaient deux individus bizarres qu'ont déclaré avoir vu deux jeunes gens de Vron (Somme). "Nous nous sommes approchés, ont-ils confié aux gendarmes. On aurait dit une meule. Soudain, l'engin décolla".

Dans l'Indre, tant à Levroux qu'à Vatan, une quinzaine de personnes ont longuement suivi les évolutions d'une boule lumineuse de couleur jaunâtre qui montait et descendait dans le ciel et pouvait avoir trois mètres de diamètre.

[Ref. nl1:] JOURNAL "LA NOUVELLE REVUE DE LAUSANNE":

Scan

Des engins mystérieux continuent à sillonner le ciel

Les "soucoupes volantes" continuent de sillonner le ciel. Quelques-unes atterrissent et leurs occupants tentent de faire connaissance avec les humains... C'est ainsi que M. Angelo Girardeau, demeurant à Breuil-Chaussée (Deux-Sèvres), a déclaré avoir aperçu hier matin un engin circulaire près duquel se trouvait un être qui lui apparut vêtu d'une sorte de scaphandre. L'être en question se dirigea vers M. Girardeau qui, effrayé, s'enfuit. Peu après, l'engin circulaire repartit à très grande vitesse.

Deux jeunes gens de Vron (Somme), affirment eux aussi avoir vu sur la route nationale, entre Crécy et Ligescourt, un engin curieux autour duquel rôdaient des individus de forme bizarre. Ils se rapprochèrent de l'engin qui, disent-ils, ressemblait à une meule, mais il décolla.

Les deux jeunes gens ont conté leur aventure aux gendarmes.

A Vic-sur-Cère, plusieurs personnes ont affirmé avoir aperçu, se dirigeant vers le sud, un engin ayant la forme d'un cigare et dégageant un léger panache de fumée.

Dans la Nièvre, un représentant d'une compagnie d'assurances de Clamecy ainsi que plusieurs habitants de Corbigny ont déclaré avoir vu un disque lumineux de couleur orange qui, après avoir plusieurs fois changé d'altitude, a disparu à la verticale.

Une habitante de Bourg-du-Cerisier, dans l'Indre, Mme Janiki, a déclaré aux gendarmes qu'elle avait aperçu, volant à la hauteur du toit d'un bâtiment, un engin lumineux d'un diamètre de 3 mètres. Mme Lacotte, qui demeure à 800 mètres de Mme Janiki, a déclaré avoir remarqué le phénomène.

[Ref. pv1:] JOURNAL "LE PETIT VAROIS":

Scan

UN AVIS AUTORISE

"SOUCOUPES VOLANTES?
PAS SERIEUX!"

déclare le professeur SCHATZMAN
maître de recherches à l'Institut d'Astro-Physique

Paris -- Les "soucoupes volantes", qui empoisonnent décidément les ciels occidentaux chaque fois que se produisent d'importants événements internationaux, étendent leur champ d'action au-dessus du continent africain.

Un rapport officiel adressé au gouvernement de la Côte-d'Ivoire par l'administrateur de la subdivision de Danane, à 500 kilomètres au nord-ouest d'Abidjan, fait état d'un "phénomène" observé le 19 septembre, de 20 h. 30 à 21 h. 05, par ledit chef de subdivision, M. Vernhet, sa femme et le R.P. Yvard, réunis dans la cour de la Résidence.

Il s'agissait d'un point lumineux entouré d'un halo qui d'abord grandit rapidement, se déplaçant en se rapprochant ou s'écartant de l'horizon. Les témoins virent l'engin allumer un phare puissant, tantôt dirigé en haut, tantôt en bas. L'engin, de forme ovoïde, était surmonté d'une coupole et des rayons lumineux semblaient se détacher de chaque côté.

Lorsqu'il disparut au bout d'une demi-heure, les témoins virent nettement - selon le rapport - deux halos lumineux, de forme ovale, se former à l'endroit présumé de l'engin qui se déplaçait sans aucun bruit.

Le même jour, à Soubre, à 250 kilomètres au nord-ouest d'Abidjan, des phénomènes semblables ont été observés par le chef de subdivision.

En France, la floraison s'épanouit, passant par toutes les formes de la vaisselle volante: à Corbigny (Nièvre), c'est un disque lumineux orange se déplaçant à la verticale; à Breuil-Caussée [sic] (Deux-Sèvres) c'est un scaphandrier monté sur une assiette qui a effarouché un employé du centre d'abattage; à Vron (Somme), c'est une meule autour de laquelle rôdent d'étranges individus et qui s'envole; à Levroux (Indre), c'est un engin lumineux de 1 mètre de diamètre qui est repéré "à hauteur des bâtiments" par deux veuves du cru, et à Vatan (toujours dans l'Indre), c'est une boule que 15 personnes voient danser comme un ludion. A Milly-la-Forêt (S.-et-O.) c'est une demi-lune surmontée d'un anneau qui apparaît à un restaurateur.

Enfin, lundi, à Chamonix, pendant plus d'une heure, les officiers de l'école de haute montagne, de nombreux gendarmes de Chamonix et un pilote spécialiste du vol en haute montagne qui survolait la région à ce moment-là ont suivi l'évolution d'un engin brillant de forme bizarre entre le mont Lachat et le mont Blanc.

L'opinion d'un scientifique

Si l'on s'adresse aux milieux scientifiques les plus qualifiés, on rencontre deux attitudes: celle qui consiste à refuser de répondre sous prétexte que le problème ne se pose pas et celle qui consiste à soumettre à un examen critique les témoignages publiés et à fournir à l'opinion publique, égarée et excitée par la presse, l'élément positif lui permettant de reconnaître les phénomènes naturels.

Cette dernière attitude est celle de M. Evry Schatzman, maître de recherches à l'Institut d'astrophysique et chargé de cours en Sorbonne, à qui nous avons demandé d'éclairer nos lecteurs.

- Est-il vrai que des savants commencent à prendre au sérieux les soucoupes volantes?

- Je n'ai jamais rencontré aucun astronome pour ajouter foi aux histoires de soucoupes volantes [ast]. J'ai personnellement lu bon nombre d'ouvrages sur ce sujet, en cherchant à saisir les significations exactes des témoignages rapportés. En admettant les descriptions faites de bonne foi - ce qui est toujours à mettre en doute - il en résulte toujours une perplexité quant aux éléments que l'on peut en tirer. Dans la majorité des cas ils sont incompréhensibles: on ne sait ni l'heure précise, ni la durée, ni la direction exacte du "phénomène", ni même sîl s'est produit de jour ou de nuit. Ou alors ils sont rendus infidèles par des détails impossibles à distinguer. Et ils sont rapportés avec l'intention de faire croire au mystère. Quand on a une description précise et complète, on peut ce dont il s'agit et qui peut faire illusion pour l'imagination échauffée d'un public sciemment trompé pour des buts à la fois commerciaux et politiques [pol.].

- Pouvez-vous nous décrire de tels phénomènes?

- La liste en est longue et pas encore épuisée, car il faut tenir compte des phénomènes atmosphériques et météorologiques encore inconnus. Parmi les phénomènes qui peuvent ainsi donner lieu à des méprises, voici les plus caractéristiques, sans parler des "visions" suscitées par les causes d'inquiétude populaire, comme ces parachutistes repérés par des artilleurs en mai 1940 qui, tous les soirs tiraient sur... Vénus!

1. Le lever et le coucher des planètes (Surtout Vénus et Jupiter).

2. Les "étoiles filantes" et les "bolides": il en arrive une tonne par jour sur la terre. La lumière est produite par l'échauffement de l'ait sur la trajectoire météorique. Les plus petits étoiles filantes, visibles à l'oeil nu sont des grains de matière de 1 milligramme qui se volatilisent totalement entre 120 et 90kilomètres. Seule, la chute rapide au sol limite la destruction complète des bolides, qu'un parcours plus long dans l'atmosphère anéantirait également.

3. Les phénomènes de "parhélie", qui font apparaître de feux soleils, en même temps que des halos, et qui s'expliquent par la présence en haute atmosphère d'aiguilles de glace prismatiques hexagonales. La concentration des rayons lumineux (soleil et lune) en air calme sur ces cristaux produit des taches lumineuse, à droite et à gauche du soleil ou de la lune, à une distance égale du rayon de halo de 22 degrés 5. Il se produit plus souvent un halo avec d'autres soleils ou d'autres lunes, d'un diamètre angulaire double.

C'est ainsi que les habitants de Péronne ont "cru voir" une éclipse de soleil imprévue les 20 et 21 juin. Il s'était produit un halo normal d'une intensité exceptionnelle, dont M. Daniel Roguet, correspondant astronomique. à décrit les effets en ces termes:

"A certain moments, selon la variation des cirrhus [sic], l'intérieur du halo était gris-noir très foncé et les couleurs irisées du halo aussi éclatantes que celles d'un très bel arc-en-ciel, avec, au-delà, un ciel laiteux, légèrement ocré, formant un magnifique contraste avec la partie centrale".

4. Les boules de lignes à haute tension qui servent de repère aux aviateurs ont été prises récemment pour des engins mystérieux par des cyclistes qui, la nuit, voyaient ces boules balayées par le phare d'un aérodrome.

5. Les ballons sondes des météorologistes.

6. La foudre en boule: ce sont des configurations qui se produisent à de certains orages, avec un équilibre de charge précaire.

7. Le phénomène du mirage en atmosphère. Vous savez comment il se produit au sol: les rayons lumineux ne se propagent pas en ligne droite dans l'air chaud, mais ils viennent de réfléchir sur la pellicule d'air surchauffée, par exemple par le goudron des routes l'été. Vous croyez voir alors des flaques d'eau devant vous [mir1]. L'inversion de température en altitude provoque également un changement de l'indice de réfraction: d'où l'effet pour un aviateur de voir un point lumineux se diriger droit devant lui, alors que ce point a sa source réelle au sol. [mir2]

L'objet, qui semble toujours aller à la vitesse de l'aviateur, est, d'ailleurs, caractéristique de l'objet situé à de très grande distances.

- Mais n'est-il pas possible de concevoir scientifiquement des engins terrestres comparables aux "soucoupes" aperçus ici et là?

Non, car les grandes vitesses dont les "témoins" prétendent ces "engins" animés ne pourraient être atteintes que dans les régions d'air raréfié, à la limite de l'atmosphère. L'action mécanique de l'air sur leur surface aurait tôt fait de disperser les molécules de la substance dont ils seraient faits.

En somme, pour résumer la pensée du savant, il y a dans ces histoires de soucoupes volantes trois éléments à distinguer:

1. Un élément scientifique: discussion des observations, explication des phénomènes naturels, explication sociologique des phénomènes d'hallucination collective [hal].

2. Un élément logique: incohérence des opinions et des témoignages.

3. Un élément politique: excitation de l'opinion publique, substitution de problèmes imaginaires à des problèmes réels, etc. [pol]

M. Evry Schatzman a énuméré, on le voit, les phénomènes de vision, de fausse perception et d'hallucinations qui peuvent expliquer les témoignages les plus précis et les plus complet - lesquels sont une infirme minorité et toujours sujets à caution.

Il n'est pas de savant pour prendre au sérieux les hypothèses émises par les littérateurs scientifiques, les spécialistes de science-fiction et les membres du Pentagone [pol.], lesquels ont d'ailleurs renoncé à la théorie des engins extra-terrestres, ainsi que le révèle le dernier ouvrage de M. Keyhoe.

Le musée des soucoupes est toujours vide de pièces à conviction. Et il est difficile d'admettre, si les "soucoupes" sont des engins terrestres, qu'on n'en ai jamais recueilli un seul fragment [fra], jamais entendu la détonation supersonique [sup], jamais constaté une perturbation dans l'air.

Remarquons également pour mémoire que les "soucoupes" et "autres cigarillos" semblent 'écarter systématiquement des ciels soviétiques, chinois et des pays de démocratie populaire... [pol] [est]

Ce n'est pas le lieu pour commenter les "vrais" - il y en a - et les "faux" dans les propos attribués à Evry Schatzman; je voulais toutefois faire quelques brèves remarques:

[ast] C'est littéralement vrai: Evry Schatzman n'a certainement jamais rencontré un astronome "ajoutant foi aux histoires de soucoupes". Ce qui serait faux est de faire croire qu'il n'en existait pas (Hynek, La Paz, Tombaugh...)

[pol.] Comme beaucoup d'autres scientifiques français de cette époque, Evry Schatzman était marxiste, avec une inféodation à l'idéologie de l'URSS. Avait été émise dans ces milieux l'idée que les "soucoupes" étaient "politiques", c'est-à-dire que le "Pentagone" les utilisait opur rendre les gens anxieux, tandis que les pays communistes ne se seraient pas livrés à cela.

[est] Il est totalement faux qu'il n'y aura pas eu de "soucoupes" dans les démocraties populaires. Lire Boris Shurinov, Felix Zigel, par exemple.

[mir1] Il doit être bien compris que les mirages au sol ne font pas apparaître des "soucoupes" ni des "engins".

[mir2] Evry Schatzman a cru correctes les idées de l'astronome américain "sceptique" Donald Menzel. Elles sont sans fondement sur ce point; il n'y a jamais eu de "mirages aérien lumineux" d'une telle sorte. Ce qui peut se produire est une réfraction des ondes radars faisant détecter des objets au sol (camion, bateaux) et les montrant alors sur les écrans radars - mais avec la vitesse de déplacement et la trajectoire de l'avion, du bateau... Les radaristes de l'époque devaient les distinguer, plus tard, ces "faux échos", ces retours radar d'objets lents au sol ont été filtrés électroniquement pour ne pas gêner.

[sup] C'est le scientifique français Jean-Pierre Petit qui montrera comment même avec nos technologies déjà connues (MHD), il serait possible de supprimer le "bang" supersonique. L'argument pouvait tenir en 1954, il ne devrait plus être maintenu.

[fra] Il ne manque pas de cas avec "fragments"; certes souvent discutables si pas démontés. Le musée de la soucoupe reste à construire, nul ne s'étant jamais soucié ne serait-ce que de préserver correctement les fragments les plus intrigants.

[hal] Les méprises ne sont évidemment pas des "hallucinations collectives", le journaliste ne semble pas le comprendre. Les méprises et méprises collectives existent, les "hallucinations collectives" n'existent tout simplement pas. Le problème n'est que très rarement une "fausse perception", il est souvent une "fausse interprétation".

[Ref. gb1] GRAY BARKER:

Deux femmes de Cerisier, près de Châteauroux, ont dit à la police qu'elles avaient vu un "bol lumineux" d'environ neuf pieds de diamètre juste au-dessus de leurs toits.

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

177

2 octobre 1954. Levroux (France)

Au bourg du Cerisier, deux femmes (Mmes Janicki et Lacotte), ont chacune de leur côté, signalé à la police qu'un disque lumineux d'environ 3 mètres de diamètre avait survolé le village à très basse altitude. (32) (Le Figaro, 4 octobre 1954; France-Soir, Libération, La Croix, 5 octobre 1954.)

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 2 octobre 1954, deux femmes de Levroux dans l'Indre firent des rapports indépendants concernant un disque lumineux d'environ 3 mètres de diamètre, qui volait très bas au-dessus des maisons du village.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Levroux dans l'Indre, le 2 octobre 1954 à une heure non connue, deux femmes, Mmes Janicki et Lacotte, ont séparément signalé à la police la présence d'un disque lumineux estimé à trois mètre de diamètre survolant le village à basse altitude au lieu dit "Le Cerisier".

Les auteurs indiquent que les sources sont le catalogue Vallée, cas 177; Le Figaro du 4 octobre 1954; France-Soir, Libération et La Croix du 5 octobre 1954.

[Ref. lg1] LOREN GROSS:

Levroux, France. 2 octobre.

Un objet en forme de disque a rasé les toits de Levroux le 2 et a été signalé à la police locale par deux des femmes du village. Les rapports, faits indépendamment, décrivent l'objet comme de trois mètres de diamètre et lumineux. 15.

  • 15. Paris, France. Le Figaro. 4 octobre 54.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge Godelieve van Overmeire note dans son catalogue qu'en France, en 1954, le 2 octobre, à Levroux, au bourg du Cerisier, deux femmes (Mmes Janicki et Lacotte), ont chacune de leur côté signalé à la police qu'un disque lumineux d'environ 3 mètres de diamètre avait survolé le village à trés basse altitude.

Les sources sont indiquées comme "Le Figaro, 4 Oct. 1954; France-Soir, Libération, la Croix, 5 Oct. 1954. et: Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 264, 265.

[Ref. dj1:] DONALD JOHNSON:

Ce jour là

2 octobre

[...]

1954 - A Levroux, France, deux femmes célibataires (Janicki et Lacotte) ont indépendamment rapporté à la police qu'un disque lumineux d'environ trois mètres de diamètre avait volé très bas au-dessus de leur village de Cerisier. (Sources: Jacques Vallee, Passport to Magonia, p. 215; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, p. 106).

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le Samedi 2 octobre 1954, à "Levroux (France), au bourg du Cerisier, Mmes Janicki et Lacotte signalent chacune de leur côté signalé à la police qu'un disque lumineux d'environ 3 m de diamètre a survolé le village à trés basse altitude".

Jérôme Beau indique comme sources Le Figaro, 4 octobre 1954; France-Soir, Libération, la Croix, 5 octobre 1954; Vallée, J., cas n° 39, "Rapport sur l'analyse de 200 observations documentées faites en 1954".

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique dans sa base de données que dans l'Indre à Levroux le 2 octobre 1954 à une heure non connue, "Deux femmes ont séparément signalé la présence d'un disque lumineux estimé à trois mètre de diamètre survolant le village à basse altitude au lieu dit 'le cerisier'."

La source est indiquée comme "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 2 octobre 1954 à 19:00 à Levroux, France, "un disque lumineux de trois mètres de diamètre". "A Levroux, France deux femmes célibataires [ou "uniques"] (Janicki et Lacotte) ont indépendamment rapporté à la police qu'un disque lumineux d'environ trois mètres de diamètre avait volé très bas au-dessus de leur village de Cerisier. "

"Au Bourg du Cerisier, deux femmes (Janiki et Lacotte) ont indépendamment rapporté à la police qu'un disque lumineux d'environ trois mètres de diamètre avait volé très bas au-dessus du village."

"Un objet non identifié a été aperçu, mais avec un aspect et un comportement qui très probablement auraient une explication conventionnelle. Une soucoupe a été observvée par deux témoins pendant 20 minutes."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 2 octobre 1954 à 15:45 à Les Rousses, France, "on a observé un objet planant. Un objet en forme de cigare, d'environ 10 pieds de large, a été observé par sept témoins pendant cinq minutes (Guiron; Jaillet)."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Poher, Claude, Etudes Statistiques Portant sur 1000 Temoignag, l'Auteur, non daté; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

* 2 oct. 1954 - A Levroux, France deux femmes célibataires (Janicki et Lacotte) ont déclaré indépendamment à la police qu'un disque lumineux d'environ trois mètres de diamètre avait volé très bas au-dessus de leur village de Cerisier. (Sources: Jacques Vallée, Passeport to Magonia, p 215; Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochees en France, p 106).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 5 fois:>/p>

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540000 00.00.1954 Cerisier France CE II
19541001 01.10.1954 Cerisier Bourg Du France NL
19541002 02.10.1954 Levroux France
19541002 02.10.1954 Levroux France CE I
19541002 02.10.1954 Levroux France CE I

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Levroux, Indre, Janicki, Lacotte, disque, lumineux, bas, multiple

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 27 mars 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 27 février 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [jb1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 29 juillet 2010 Addition [le1].
1.2 Patrick Gross 2 octobre 2014 Addition [ni1].
1.3 Patrick Gross 29 octobre 2016 Addition [ln1].
1.4 Patrick Gross 12 décembre 2016 Additions [lg1], [ub1].
1.5 Patrick Gross 7 janvier 2017 Addition [gb1].
1.6 Patrick Gross 11 janvier 2017 Addition [nr2].
1.7 Patrick Gross 17 février 2017 Addition [pv1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 17 février 2017.