Kelly-Hopkinsville -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Rencontres rapprochées du 3e type:

Le cas de Kelly-Hopkinsville, 1955:

Voici des informations et documents que je suis parvenu à rassembler sur le cas d'une famille de fermiers Américains qui pensent avoir été attaqués par des créatures extra-terrestres pendant tout une nuit, du 21 au 22 août 1955.

Dans ces pages:

Articles:

Extrait du "BLUEGRASS BULLETIN" un article de Annie McFie à propos du cas de Kelly-Hopkinsville en 1955.

LES CLASSIQUES DU KENTUCKY:

L' "invasion" des Monstres de KELLY-HOPKINSVILLE

par Annie MacFie

Le terme "haute étrangeté," fréquemment utilisé dans les discussions sur les OVNIS, s'applique bien à un incident RR-III (rencontre rapprochée du troisième type) dans le du Kentucky il y a plus de 30 ans. C'est le cas généralement désigné sous le nom de "cas de Hopkinsville," bien qu'il ait eu lieu à sept miles au Nord dans le hameau de Kelly.

En raison de l'exagération vers l'exotique et du traitement moqueur et ridiculisant effectué par la presse, l'histoire ne fut généralement pas crue à l'époque, mais les recherches soigneuses par des enquêteurs responsables n'a trouvé aucune indication de canular ou de duperie de la part des témoins. Le fait qu'il s'agissait de "hillbillies" peu éduqués semble avoir été la principale raison pour la plupart des gens de douter de leur parole.

Nous en revenons maintenant à cette soirée chaude et claire du 21 août 1955, un des nuits les plus animées dans l'histoire des OVNIS...

Billy Ray Taylor de Pennsylvanie rendait visite à la famille de Cecil Sutton dans leur maison louée au Kentucky occidental. La mère des Sutton, Glennie Lankford, 50 ans, vivait avec la famille, et quelques membre de la famille en plus, formant un groupe de huit adultes et de trois enfants à la ferme.

Aux alentours de 19:00, Taylor est allé chercher de l'eau au puits de l'arrière-cour et est revenu excité, disant qu'il vu une soucoupe volante brillante qui était venue du Sud-Ouest et s'était posée dans une ravine pas loin de la maison. Les autres ont refusé d'y croire et ont évoqué une étoile filante, mais dans l'heure, les aboiements violents du chien des Sutton ont attiré les hommes au dehors, à temps pour voir l'animal aller se cacher sous la maison.

Approchant depuis les champs, il y avait une forme lumineuse - une silhouette humanoïde de trois pieds et demi de haut, brillant de partout comme si "elle était plaquée de nickel." Des grande oreilles pointues s'étendaient autour de sa tête surdimensionnée, et ses yeux, placés plus latéralement que les yeux humains, brillaient avec une lumière jaune. Ses bras minces atteignaient presque le sol, montrant de larges mains avec des serres aux extrémités des doigts.

Apparemment, la créature avait vu des westerns: elle a levé ses mains haut au-dessus de sa tête dans une attitude de reddition. Ignorant des réclamations de Mme Lankford qui ne voulait pas que l'on tire, son fils et Taylor ont ouvert le feu sur l'intrus avec un fusil de chasse et un 22 long rifle. A leur étonnement, il a été renversé par terre, s'est redressé et a filé dans l'obscurité.

Puis il réapparut, ou un autre semblable réapparut, cette fois regardant dans la maison par une fenêtre. Le plus jeune frère J.C. Sutton a déchargé son fusil de chasse par le grillage de la fenêtre, renvoyant l'être hors de vue.

Certain qu'il l'avait été touché, Taylor a suivi de Cecil Sutton (surnommé "Lucky", chanceux) pour le retrouver au dehors. Pendant qu'il hésitait sous le porche, ceux qui étaient dans la maison ont commencé à crier à la vue d'une main griffue descendant pour toucher ses cheveux. Il a été rapidement tiré vers l'intérieur, et Lucky Sutton sauta dehors dans la cour et tira vers la créature qui était sur le toit avec son fusil de chasse. Taylor repéra un autre de ces êtres, et les deux hommes ont tiré vers l'érable dans lequel il était perché. Il a flotté, au lieu de tomber à terre, et fila au loin, montrant des jambes qui ne semblaient flexibles qu'au niveau des hanches.

Tout de suite, une autre entité (probablement celle qui avait été sur le toit) est apparue au coin de la maison près des Sutton. Les balles de fusil de chasse l'ont touché en plein, avec un bruit comme celui qui se produirait en tirant sur un seau en métal. Néanmoins, il a sauté sur ses jambes et a couru sans avoir été affecté par les balles.

A plusieurs reprises les étrangers se sont avancés vers la maison, ne faisant jamais aucun bruit et ne se comportant jamais avec aucune hostilité manifeste, et à chaque fois ils ont été repoussés par une grêle de tir. Finalement, à bout de nerfs, les défenseurs de la ferme se sont sauvés dans deux voitures et rendus au commissariat de police de Hopkinsville où, dans un état proche de l'hystérie, ils ont raconté leur histoire bizarre.

Vers minuit 30 la famille encore effrayée était de retour sur la scène, accompagnée de policiers de l'état et de la police locale, un shérif adjoint, un photographe de journal, et deux policiers militaires de Fort Campbell. Une fouille complète de la maison et du terrain a permis de ramasser beaucoup de douilles de fusil de chasse et de constater le trou soufflé dans le grillage de la fenêtre, mais aucun petit homme brillant ne fut trouvé. Une parcelle d'herbe lumineuse a été observée là où une des créatures avait été renversée par les tirs d'une barrière, mais aucune cause de cette tache n'a pu être déterminée. Apparemment, aucun échantillon n'a été collecté.

Le chef de la police Russel Greenwell a déclaré que lui et les autres investigateurs ont admis ressentir une "impression d'étrangeté" qui imprégnait le secteur entier cette nuit. Bien qu'il n'avait pas pu trouver la moindre preuve de ce qui s'était réellement produit, il a dit que "quelque chose a effrayé ces gens, quelque chose au-delà de la raison - rien d'ordinaire."

Avec l'appaisement de l'excitation et pas grand-chose de plus à tenter, chacun à part les occupants de la ferme sont partis vers 2 heures du matin. La famille Sutton épuisée s'est endormie, mais vers 3:30, les petits bonshommes métalliques jetaient à nouveau des coup d'oeils par les fenêtres. Sutton chanceux a tiré encore à travers la grille de la fenêtre, sans aucun effet. Les visiteurs investigateurs ont persisté dans leurs incursions jusqu'a peu avant l'aube.

Le matin a vu arriver les divers enquêteurs qui ont conduit un examen poussé, mais stérile, de la ferme. Il a également apporté une foule de journalistes, et après que leurs histoires - certaines d'entre elles étant d'une manière flagrante sensationnalistes et incorrectes - aient été publiées, les chercheurs de curiosité sont arrivés. Lassés d'être harassés et ridiculisés, les témoins ont bientôt refusé de parler de l'incident et, dans un délai de 48 heures, ont emballé leurs affaires et quitté le secteur.

Heureusement, un des premières personnes qui avait interviewé les participants était Andrew "Bud" Ledwith de la station par radio WHOP, un homme avec des talents artistiques et une attitude d'esprit ouvert à propos des OVNIS. Avant que l'affaire ait été rendue opaque par les exagérations de tant de rapports négligents, Ledwith a obtenu de première main la majeure partie de la "récolte" informationnelle à partie de laquelle les chercheurs d'aujourd'hui peuvent retrouver le compte rendu exact et complet de ce qui s'est vraiment passé à Kelly. Il a également fait des dessins basés sur des descriptions des témoins et a reçu des rapports signés de leur témoignage.

Presque un an après, Isabel Davis arrive, localise et interviewe Glennie Lankford, épouse de J.C. Sutton, Alene Sutton, et aussi le Chef Greenwell. Le rapport de sa recherche, de 196 pages "La rencontre rapprochée de Kelly et d'autres cas de 1955," écrit avec Ted Bloecher, est disponible au CUFOS (le Centre pour les Etudes des OVNIS).

Loin du conte totalement absurde de "hillbillies tirant à travers la nuit sur une douzaine de monstres verts" que la presse de cette époque a colporté, l'affaire de Kelly-Hopkinsville est entrée dans la littérature sérieuse sur le phénomène OVNI en tant que l'une des affaires les plus crédibles, bien que fortement peu commune, de rencontre rapprochées de ce siècle.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour 1er janvier 2003