Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Documents ufologiques:

Des sceptiques ont employé le "Rapport Condon," une évaluation du phénomène OVNI par une équipe de l'Université du Colorado en 1966 comme "preuve scientifique" que les OVNIS ne sont que des interprétations fausses de phénomènes insignifiants et des canulars. Mais il y a beaucoup de choses dans ce rapport et à propos de ce rapport que les sceptiques passent sous silence ou ignorent tout simplement, comme la conclusion négative sur les OVNIS proclamée par l'équipe dirigeante avant même que l'étude ne débute, la collaboration secrète avec les services de renseignement US, le fait que la près de la moitié de l'équipe a été mis à la porte quand elle a découvert que la conclusion était formulée et qu'il n'y avait pas d'intention de véritablement faire de larecherche, les imperfections scientifiques terribles des soi-disant recherches scientifiques et ainsi de suite.

Déjà en 1966, la plus grande organisation privée d'investigation des OVNIS, le NICAP, avait réfuté la conclusion du rapport Condon. Dans The UFO investigator de janvier 1969, vol. IV, édition spéciale, le NICAP a expliqué pourquoi le rapport de Condon n'est qu'une farce.

Note:

Dans le paragraphe d'introduction ci-dessus, je fais quelques affirmations. Certains sont expliquées dans la réfutation du NICAP reproduite dessous, d'autres sont des affirmations de scientifiques ou le miennes, et d'autres sources. Les détails de ces affirmations sont dans la section science de mon site. J'ai placé quelques liens vers d'autres documents en rapport de mon site dans le texte ci-dessous.

La réfutation du rapport Concon par le NICAP, 1969:

The U.F.O. Investigator
FAITS CONCERNANT LES OBJETS VOLANTS NON IDENTIFIES
Publié par le National Investigations Committee on Aerial Phenomena

Vol. IV, No. 9 (Ceci remplace l'édition de Nov-Déc 68) NUMERO SPECIAL Janvier 1969

LA VERITE A PROPOS DU RAPPORT CONDON

Les conclusions du projet OVNI de l'Université du Colorado sont entièrement négatives, comme nous l'avons prévu.

Cependant, certains des chapitres contiennent des contradictions étranges dans ce que le directeur du projet, le Dr Edward U. Condon, a énoncé dans ses deux sections d'introduction. Plusieurs rapports énoncent l'existence probable d'objets structurés, intelligemment commandés, inconnus, capables de manoeuvres précises et de vitesses extrêmement élevées.

Dans un cas (le numéro 46, Bantam, 396-407), une évaluation scientifique des photographies a été effectuée avec des interrogatoires détaillées des témoins. Après une évaluation de 11 pages dans l'édition de Bantam (intitulée étude scientifique des objets volants non identifiés...), l'analyste donne la conclusion

"l'interprétation le plus simple, la plupart directe des photographies est qu'elles confirment avec précision ce que les témoins ont dit qu'ils ont vu."

"C'est un des quelques rapports d'OVNIS dans lesquels tous les facteurs étudiés, géométriques, psychologiques, et l'examen médical semblent être conformes à l'affirmation qu'un objet volant extraordinaire, argenté, métallique, en forme de disque, de dizaines de mètres de diamètre, et évidemment artificiel, a volé devant les yeux de deux témoins,"

conclu l'analyste. (Bantam, 407).

En ce qui concerne ce cas, le Dr Condon affirme,

"ces photos d'OVNIS se sont révélées être trop floues pour qu'on puisse en faire une analyse photogramétrique qui en vaille la peine."

Un pilote de la compagnie aérienne Mohawk Airlines a calculé une vitesse d'un OVNI qu'il a vu entre 4.500 et 4.800 miles par heure. L'analyse du projet déclare que cet observation

"doit certainement être classée comme un objet inconnu en attendant davantage d'étude, ce que le cas mérite de façon certaine."

(Bantam, 143) pourtant la conclusion générale du Dr Condon est qu'aucune investigation supplémentaire des OVNIS n'est justifiée.

Un OVNI a poursuivi un avion de chasse de la RAF pendant 10 minutes tandis que les radars au sol le détectaient. Le rapport de l'Université du Colorado a écrit de ce cas que

"la probabilité qu'au moins un OVNI véritable était impliqué semble être assez haute."

(Bantam, 248-256).

Au moins 20 pour cent des moins de 100 cas dans le rapport sont énumérés comme non identifié.

Condon n'a pas enquêté sur les cas

Le Dr Condon, bien qu'il soit indiqué dans le contrat de l'Armée de l'Air comme étant l'investigateur principal du projet, n'a pas fait une seule enquête sur le terrain. Il n'a pas non plus interviewé ne serait-ce qu'un seul des centaines de pilotes, astronomes, ingénieurs aérospatiaux, opérateurs de tour de contrôle, et d'autres témoins fortement compétents envoyés à lui par le NICAP à la demande de l'Université du Colorado.

De grands volumes de matériel de cas ont été apparemment complètement ignorés (voir page 2), y compris les décès de trois pilotes de l'Armée de l'Air impliqués dans la poursuite d'un OVNI et une rencontre avec un OVNI par un capitaine du transport de l'Armée de l'Air qui a dit qu'il pense qu'ils "ont été descendus" par l'OVNI.

Le Dr Condon a déclaré qu'il ne devrait y avoir aucune attaque sur l'intégrité des personnes ayant différents avis sur les OVNIS. Cependant, il a ridiculisé des témoins d'OVNIS, des scientifiques bien informés sur le sujet, et le NICAP, (Bantam, Section I).

Les témoins ont été discrédités

En ce qui concerne les témoins, il a dit

"Les phénomènes sont souvent remarqués par un témoin qui est inexpert, inepte ou excessivement excité."

Les rapports, a-t-il affirmé, sont habituellement vague et imprécis. Il a également dit que les témoins changent souvent leurs histoires jusqu'à ce qu'ils soient tous d'accord entre eux. Même des rapports par plusieurs astronautes sont considérés comme douteux par le directeur de projet. Dans un cas il dit que le hublot était taché et les astronautes très occupés, et indique que le rapport n'est pas authentique.

Condon continue:

"Quand des études sur le terrain sont faites par des organismes amateurs comme... le NICAP, il y a là souvent plusieurs membres présents dans une équipe, mais habituellement ce sont des gens sans formation technique et souvent avec une préférence forte pour les aspects sensationnels du sujet."

Condon et Low font la louange du NICAP

Le 1er décembre 1967, le Dr Condon a écrit au directeur du NICAP pour lui demander instamment que nous continuons la coopération avec leur projet:

"Nous apprécions profondément la coopération que vous avez accordée à notre propre étude scientifique des OVNIS," écrit-il, "autant de la part de votre bureau central que des équipes du NICAP sur le terrain. Je souhaite sérieusement que nous puissions continuer à travailler en pleine collaboration avec le NICAP parce que l'aide que vous nous avez donnée jusqu'ici a été de grande importance..."

Davantage de confirmation de la compétence du NICAP a été indiquée par le Coordinateur du projet Robert Low le 8 Décembre.

"L'aide du NICAP a été d'une valeur inestimable,"

a-t-il déclaré.

"Je vous ai dit ceci à de nombreuses reprises et je voudrais le répéter ici. Vos dossiers, en raison du calibre élevé des investigations sur le terrain que le NICAP a mené, sont de très bonne qualité. Nos relations de travail avec les bureaux des sièges sociaux et les membres du NICAP sur le terrain ont été de notre point de vue excellent, et elles ont fournies un appui valable à notre effort de recherches. Ce serait grand dommage si elles se terminaient."

Des cas de fabulateurs reçoivent une grande attention

Le Dr Condon accorde un espace considérable dans des discussions de nombreux rapports de canulars et de voyages de "contactés" vers Venus mais n'a pas inclus, dans ses sections, ne serait-ce qu'un seul cas fort, avec témoin responsable. Il accepte également des idées fausses du Dr Donald Menzel et déclare que les témoins devraient être examinés pour vision défectueuse (taches devant les yeux).

De 1947 à 1966, ajoute Condon, presque aucune attention n'a été prêtée au sujet par les scientifiques compétents. Ce n'est pas vrai. En 1949, par exemple, le projet Grudge a utilisé, bien que de manière qu'insuffisate, de nombreux organismes gouvernementaux, des laboratoires et des industries privées, y compris la Rand Corporation. Le Dr Condon a également ignoré le fait que l'Armée de l'Air, pendant plus de 20 années, a eu un consultant en matière scientifique pour leur projet OVNI, le Dr J. Allen Hynek. Il y a eu de nombreux autres scientifiques, tels que Dr James E. McDonald, qui ont fait une étude soigneuse du sujet.

Le maintient du secret est nié

Dans le rapport, le Dr Condon a nié dans le rapport qu'il y ait eu la moindre indication d'un maintien du secret. Le NICAP lui a démontré des cas qui ont été dissimulés, des rapports dont l'existence même avait a été niée, et des observations dont les conclusions ont été changées des années après.

Deux jours après que l'Université du Colorado ait signé le contrat avec l'Armée de l'Air, le Dr Condon a été renseigné sur le secret possible maintenu par l'Armée de l'Air. Il a répondu que certains y croient, mais que personnellement il n'y croit pas.

"Peut-être qu'ils le font [nous tromper]..."

déclara-t-il.

"Mais je ne m'en soucie guère."

(Rocky Mountain News, 5 Novembre 1966).

Bien que les auditions congressionnelles du 29 juillet 1968, devant le comité de la Chambre de la Science et de l'Astronautique aient été mentionnées dans le rapport (Bantam, 49), pratiquement toute les preuves qui y ont été présentées par les participants qui étaient des scientifiques fortement qualifiés ont été ignorées.

Le rapport inadéquat de la NAS

Une déclaration forte de la part des 32000 membres du très prestigieux American Institute for Astronautics and Aeronautics (AIAA), exigeant une vraie étude scientifique des OVNIS a été présenté au Dr Condon avant qu'elle ne soit publiée, mais il n'y a aucune indication qu'elle ait été transmise à l'Académie Nationale des sciences (NAS) pour y être prise en considération.

Le rapport de la NAS acceptant entièrement les conclusions et les recommandations de Condon a été basé seulement sur le rapport de l'Université du Colorado lui-même. Les scientifiques de la NAS n'ont entrepris aucune étude et n'ont interviewé aucun témoin. Ils doivent également avoir lu le rapport rapidement parce qu'il n'y a aucune mention des anomalies entre la conclusion "aucune preuve" du rapport et les cas non identifiés énumérés. Le Dr James E. McDonald a déclaré au NAS que l'acceptation du rapport Condon par l'Académie se révélera "une source sérieuse d'embaras futur" (voir p. 7).

Le NICAP estime que le corps collectif de la critique du rapport, en dernière analyse, discréditent les conclusions de l'Université du Colorado et exigent que le sujet soit davantage ouvert par rapport à ce qu'il a jamais été.

En plus de de un demi-millionde dollars, l'Université du Colorado reçoit également des droits d'auteur sur le livre contenant le rapport vendu par les éditions Bantam.

QU'EST-IL ARRIVE AUX TEMOINS CLES?

Parmi les omissions dans le rapport Condon, il y a celle des centaines d'observations détaillées d'OVNI par des témoins honorables dont intelligence et les qualifications rendent l'examens de leurs rapports essentiels. Sans évaluation de ces cas d'OVNIS de haute qualité, toutes les conclusions sont sans signification.

Leur exclusion du rapport officiel ne peut pas être prétendue être causée parce que le Dr Condon n'aurait pas su que ce matériel source existe ou qu'il n'y aurait pas eu accès. Non seulement le NICAP, mais des chercheurs indépendants, tels que le Dr James E. McDonald, ont fait des efforts particuliers pour être sûrs que les scientifiques de l'Université du Colorado se rendent compte de ces cas.

Le fait que le projet a eu ces rapports dans ses dossiers est établi sans équivoque par l'examen du listing de l'ordinateur du projet, énumérant des références de cas avec un numéro de code assigné chaque cas. Évidemment, le projet a dû choisir certains rapports et en omettre d'autres, mais quand on examine les 59 histoires des que le projet a passé en revue dans la section IV, les chapitres 1-3, une question importante émerge: pourquoi certaines observations à faible priorité, facilement expliquées ont-elles été choisies pour les recherches et les discussions plutôt que les cas tels ceux énumérés ci-dessous?

Dans la Section II, résumé de l'étude (6. Enquêtes sur le terrain), Condon offre une partie de la réponse.

"Nous avons conclu qu'il y avait peu à gagner de l'étude de vieux cas, à moins peut-être pour avoir des idées sur des erreurs a éviter dans les études de nouveaux cas. Nous avons donc décidé de ne faire aucun voyage sur le terrain pour étudier les cas qui étaient vieux de plus d'un an, bien que dans quelques cas nous ayons effectué un certain travail sur de tels cas quand leur étude pouvait être combinée avec une recherche sur le terrain sur un nouveau cas."

(Bantam, 15-16).

A cause de cette décision arbitraire, un grand corps de rapports importants a été laissé sans étude et n'ont pas été expliqué.

Une autre explication est offerte par le Dr Roy Craig quand il discute des études sur le terrain:

"En général, le témoignage des témoins enregistrés peu de temps après leurs expériences peut être considéré plus fiable que leur narration renouvelée d'histoires anciennes de deux à 20 ans, en raison de la mémoire et en raison d'une tendance à la cristallisation de l'histoire à force de la redire. Pour cette raison, le réexamen des témoins dans des cas 'classiques' n'a pas été considéré comme une manière utile d'investir le temps pour le projet. La recherche sur le terrain sur des cas classiques a été donc limitée à ceux dans lesquelles les rapports existants ont contenu une anomalie sérieuse qui pourrait être résolue."

(Bantam, Section III, Chapitre 1, p. 52).

C'est un argument spécieux. Par ce principe, tout les témoignages dans les tribunaux seraient annulés quand il restent inchangés dans le temps. En référence au cas de rapports radar à Washington D.C de juillet 1952, par exemple, Craig écrit:

"Les interviews sur place n'avaient apporté aucune nouvelle information. Puisque notre expérience a généralement prouvé que les nouvelles interviews des témoins dans des cas classiques n'ont pas produit de nouvelles informations sûres, peu d'enquête sur le terrain pour de cas ont été entreprises."

(Bantam, 55).

Les témoins crédibles ignorés

Des centaines de témoins crédibles ont donc ignorées parce que

"ils n'avaient rien de neuf à ajouter"

à leurs rapports originaux. Mais est-ce que c'est réellement le cas? Au contraire. Le NICAP et différents investigateurs comme le Dr McDonald ont découvert de nouvelles informations et témoignages concernant des cas importants, bien que travaillant avec un budget autrement plus modeste que celui de l'Université du Colorado. Dans le cas même que Craig mentionne, les observations de Washington de 1952, de nouvelles informations additionnelles ont été données explicitement aux scientifiques du projet par le NICAP - par exemple, le rapport d'un employé de ligne aérienne qui était présent pendant les observations et dont le témoignage n'avait été jamais entendu. L'information a été ignorée par l'Université du Colorado.

Ainsi, discutant à partir de préconceptions fausses, le Comité Condon s'est autorisé à jeter de côté la plupart des rapports importants et non expliqués par des témoins fortement crédibles. Est-ce que c'est cela, la méthode scientifique?

Cas importants omis

Parmi les cas qui ont été ignorés se trouvaient de nombreux cas rapportés par des scientifiques - du matériel qui répondait certainement aux propres exigences de l'Université du Colorado quant à la fiabilité des témoins. Ces cas non expliqués comprennent ceux qui suivent:

  • Un OVNI rond et argenté qui a volé vers le Nord près du centre d'essais de White Sands, vu par le Dr Carl J. Zohn et trois autres experts en missiles (29.06.1947);
  • un OVNI ellipsoïde s'élevant rapidement, vu près de l'horizon par le Dr Lincoln LaPaz, astronome, et sa famille près de Fort Sumner, Nouveau Mexique (10.07.1947);
  • un objet ovale à grande vitesse suivi avec théodolite par l'aérologue Charles E. Moore et son personnel pendant le suivi d'un ballon à Arrey, Nouveau Mexique (24.04.1949);
  • le passage au-dessus d'eux d'une formation de lumières rectangulaires vues par le Dr Clyde Tombaugh, astronome, et son épouse à Las Cruces, Nouveau Mexique (20.08.1949);
  • les observations de plusieurs objets incandescent exécutant "des manoeuvres dirigées" deux jours consécutifs par l'expert en rayonnement cosmique J.J. Kaliszewski et ses associés dans le ciel au-dessus du Wisconsin et du Minnesota (10-11.10.1951);
  • les observations par l'ingénieur aéronautique Paul R. Hill et un de ses collègues à Hampton, Virginie, du vol et des manoeuvres de quatre objets (16.07.1952);
  • trois OVNIS ronds vus par le Dr H.P. Wilkens, astronome, au-dessus du Nord de la Géorgie nordique pendant un vol de Charleston, Ouest de la Virginie, vers Atlanta (11.96.1954);
  • une observation par le Dr Vasil Uzunoglu, physicien, d'un OVNI lumineux volant à basse altitude s'approchent d'Andrews AFB, Md (01.08.1966);
  • un objet en forme de boomerang au-dessus de Houston, Texas, observé par le Dr Albert Kuntz, psychologue de l'Université de Houston (21.01.1967);
  • l'observation par Bryce M. Hand, professeur de géologie d'un OVNI ovale et argenté s'approchent d'Amherst, Massachussets (23.09.1967);
  • et un objet stationnaire à basse altitude, blanc brillant, vu par Lewis Hollander, physicien et son épouse à Mendota, Californie (14.10.1967).

Les observations des pilotes ont été ignorées

Les rapports par des scientifiques n'ont pas été pas la seule catégorie rejetée par les investigateurs du projet sur la base de leurs critères d'exclusion. Il y a eu élimination en masse des observations par des ingénieurs et tout autre personnel technique, y compris de nombreux pilotes de compagnies aériennes. Tandis que le rapport inclut plusieurs des rapports plus récents de pilote de compagnies aériennes, l'omission des cas plus anciens et bien connus constitue un défaut flagrant. Une liste complète de tels cas, débutant avec les observations de United Airlines le 4 juillet 1947, lors desquelles le capitaine E.E. Smith et son copilote Ralph Stevens ont vu deux groupes d'objets en forme de disque alors qu'ils volaient entre Emmett, dans l'Idaho, et Ontario, dans l'Orégon, rempliraient plusieurs colonnes. Même un choix restreint aurai du inclure les cas suivants, dont pas un n'a été considéré:

  • Le cas Eastern Airlines du 24.07.1948, au-dessus de Montgomery, Alabama, dans lequel le capitaine C.S. Chiles et son copilote John Whitted a vu le passage d'un objet ressemblant à une fusée près de leur DC-3, et filer vers le haut ensuite en une élevation brutale;
  • l'observation de la TWA (et des rapports associés depuis le sol et d'autres pilotes) près de Dayton, Ohio (08.03.1950);
  • l'observation d'un OVNI circulaire avec un anneau de "hublots" lumineux au-dessous par les pilotes Adams et Anderson de Chicago and Southern Airlines au-dessus de Stuttgart, Arkansas. (20.03.1950);
  • l'observation de Mid-Continent Airlines par les pilotes Laurent Vinther et James Bachmeier, à Sioux City, Iowa (20.01.1951);
  • l'observation de la Pan-Am de huit disques en manoeuvres vus par les pilotes William Nash et William Fortenberry au-dessus de New Port News, Virginie (14.07.1952);
  • et l'observation du par Capitaine Raymond Ryan, pilote de American Airlines, d'un OVNI orange incandescent au-dessus du centre de New York (08.04.1956).

D'autres observations toutes aussi notables ont été faites par beaucoup de pilotes privés et militaires. La liste est trop longue pour être détaillée ici.

Un cas de ligne aérienne discuté de manière assez détaillée par Gordon Thayer (Bantam, section III, chapitre 5, pp 139-40) est l'observation bien connue BOAC du 29 juin 1954, au-dessus de la région de Québec-Labrador, dans laquelle l'avion de ligne a été suivi pendant un certain nombre de minutes par un grand objet qui s'est déformé et jusqu'à six objets plus petits, lesquels ont émergé et fusionné avec l'OVNI principal. La solution du projet pour ce rapport est un classique en soi:

"Un certain phénomène presque certainement naturel, qui est si rare qu'on ne l'a jamais rapporté auparavant ou depuis."

Rapports par la Police

Parmi les omissions, il y a les rapports par des officiers de police et des shérifs et adjoints. Dans plusieurs cas, les fonctionnaires de l'administration fédérale de l'aviation (FAA) ont également figuré dans les rapports, tels que celui de Redmond, Oregon, (24.09.1959), dans lequel un grand disque a été vu poursuivi par une formation de F-102, alors que son vol était dépisté sur le radar de la FAA; et les observations répétées, certaines à courte distance, d'un grand OVNI lumineux en forme de cigare à Red Bluff, Californie, à mi-août, 1960.

D'autres qui ont été exclu sont des cas dans lesquels des officiers de Police étaient impliqués, tel le cas très connu de Socorro, Nouveau Mexique, rapporté par l'Officier Lonnie Zamora, qui a observé l'atterrissage d'un objet en forme d'oeuf qui a laissé des traces (24.04.1964); et le rapport de police également bien connu d'une poursuite d'un OVNI sur 80 miles entre le comté de Portage, Ohio, et la Pennsylvanie (17.04.1966).

Le nombre de cas importants impliquant des témoins clé n'est pas du tout limité aux exemples énumérés ci-dessus. La décision du projet de les ignorer était peu judicieuse. Elle a non seulement enlevé du champ de l'étude certaines des données les plus fortes et pour la plupart potentiellement très significatives qui ont été accumulées dans les 20 dernières années; elle également a considérablement affaibli les conclusions du projet. Aucune étude qui n'examinerait pas soigneusement ces cas classiques avec des témoins compétents ne peut être considérée comme complète ou même être prise au sérieux.

QU'EST-IL ARRIVE AU MATERIEL DES CAS?

Données significatives omises

Un autre défaut principal du projet de l'Université du Colorado était la maigre utilisation qu'il a fait de l'énorme réservoir du matériel de cas qui lui a éTé rendu disponible. Au cours des 20 années précédant le projet, entre 10.000 et 15.000 rapports d'observation d'OVNIS avaient été enregistrés. Pourtant le rapport traite seulement 50 cas de cette période, soit la moitié de 1% du matériel disponible.

La vague de mars 1966, principalement dans le Michigan, a reçu une large publicité dans tout le pays et avait été la cause immédiate de l'établissement du projet de l'Université du Colorado. Des centaines d'observations ont été enregistrées, y compris de nombreuses par des officiers de police; mais pas un seul des cas de 1966 dans le Michigan n'est examiné dans le rapport. Un cas en particulier de cette période, l'observation du 31 mars près de Kalamazoo, Michigan, dans laquelle un OVNI en forme de disque s'avance au-dessus de la route, manoeuvre autour de la voiture du témoin, la secouant violemment, a été fourni au projet, à la demande spécifique de M. Low, juste après que le projet ait débuté. Le cas, bien qu'il ait certainement justifié un examen soigneux, n'apparaît pas dans le rapport.

La vague d'observation de juillet - septembre 1965, qui suscité d'innombrables critiques éditoriales de l'Armée de l'Air, a également impliqué des centaines de rapports. Seulement trois sont traités dans le rapport. Le cas radar du 2 août, à Wichita, Kansas,

"pourrait probablement"

être dû à de faux échos de radar; l'observation visuelle associée

"pourrait avoir été rendue plus vive"

par des inversions de la température. L'analyse des photographies de Heflin le 3 août à Santa Ana, Californie, ne conclut pas. Les photographies août de 8 dans le castor, Pennsylvanie, sont considérées un canular probable. Parmi les cas omis il y a les remarquables observations rapprochées près de Damon, Texas (septembre 3) par deux shérif (dossier transmis au projet par NICAP et par le Dr J. E. McDonald). Les observations à Exeter, New Hampshire, de la même date et celles plus tard, sont brièvement mentionnés mais pas analysés.

Un des vagues d'observations les plus extraordinaires de toute les temps, en novembre 1957, a eu lieu à Kirtland AFB dans le Nouveau Mexique, mais au moins 118 observations ont été signalés ce novembre (voir The UFO Evidence, pp 163-67), et 20 de ces dernières ont eue lieu au Nouveau Mexique et dans l'avancée adjacente du Texas; aucune n'est mentionné dans le rapport.

La vague de l'été 1952 est pareillement négligée. Elle a inclus un grand nombre d'observations radar-visuelles embarassants par l'Armée de l'Air et la FAA, et des poursuites d'OVNIS par les jets. Le rapport discute seulement de cinq cas, avec des "explications" qui sont sujettes a remise en cause (certaines seront contestés dans un rapport ultérieur du NICAP). Une omission importante est l'observation classique (14 juillet 1952) par deux pilotes de lignes aériennes de la Pan-American, qui ont vu 8 disques se déplacer en formation à des vitesses élevées au-dessus de New Port News; ce cas avait été recommandé au projet par le NICAP et par le Dr McDonald. Des cas radar-visuels importants de poursuite de d'OVNIS par des jets le 23 juillet (dans le Massachusetts), le 26 juillet (en Californie), et le 29 juillet (dans le Michigan) sont omis.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 décembre 2005.