Les cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le cas radar/visuel de la poursuite d'OVNIS de Bentwaters, 1956:

Le cas est bien connu de la plupart des ufologues mais le grand public n'en a jamais vraiment eu connaissance. C'est assurément un des événements OVNI parmi les plus importants dans les dossiers du Projet Blue Book, mais, faut-il s'en étonner, il ne fait pas partie des cas "inexpliqués" de cette enquête de l'USAF. Le cas a impressionné au plus haut point les scientifiques James E. McDonald et J. Allen Hynek, et ce qui est encore plus notable, le Comité Condon. C'est encore un cas d'une mission d'interception où un pilote est confronté à une certaine réalité, confirmée par de multiples détections radars au sol et en l'air.

Résumé:

Il s'agit d'observations d'objets volants non identifiés par le personnel de l'USAF et de la RAF, se prolongeant pendant plus de 5 heures, et impliquant des détections par plusieurs radars au sol et dans les avions, des observations visuelles, les objets manoeuvrant à de très grandes vitesses et étant capables de manoeuvres impossibles pour les appareils volants connus, dictées par une intelligence, le tout à proximité de deux bases de la RAF pendant la nuit. C'est le cas numéro 2 du Rapport Condon, destiné en principe à dénier la réalité du phénomène, et qui a pourtant bien concédé que ces événements restent "non expliqués."

Dans ce dossier:

Cette page. Le récit de cas de Bentwaters, 1956 (Cette page).
Cliquez! Le récit du contrôleur aérien de la RAF.
Cliquez! L'étude de James E. McDonald.
Cliquez! Le texte du rapport Condon à propos de ce cas.
Cliquez! L'article de Gordon Thayer.
Cliquez! Références.

Les événements:

Dans la nuit du 13 au 14 Août 1956, les opérateurs de radar de deux bases militaires de l'Est de l'Angleterre ont à plusieurs reprises détecté des objets définis et multiples d'une très grande rapidité et ayant une capacité de changer rapidement de vitesse et de direction. Deux jets d'interception ont été envoyés à leur poursuite, et ont pu voir et détecter une brève série de leurs manoeuvres. Selon des rapports officiels de l'Armée de l'Air des États-Unis, les observations n'ont pas pu être expliqués par une défaut de fonctionnement de radar ou par un phénomène météorologique inhabituel. I

Cela a commencé à 21:30 quand un aviateur, le 2ème classe John Vaccare de l'Armée de l'Air des États-Unis à la base de la RAF à Bentwaters, a dépisté un OVNI sur son radar de contrôle de l'approche du sol (type AN/MPN-11A), lequel OVNI a parcouru de 65 à 80 kilomètres en 30 secondes, ce qui indiquait que sa vitesse était de 7.500 à 9.500 kilomètres à l'heure.

Quelques minutes plus tard Vaccare a rapporté au Sergent L. Whenry qu'il détectait un groupe de 12 à 15 cibles non identifiées de 13 kilomètres au Sud-Ouest de Bentwaters à 65 kilomètres au Nord-Est, qui ont semblé converger pour former un objet très grand, selon la taille du blip sur l'écran du radar, ou il apparaissait plusieurs fois plus grand qu'un B-36, lequel est plus grand bombardier opérationnel dans l'histoire, avec son envergure de 70 m. Ce grand écho unique s'est immobilisé deux fois pendant plusieurs minutes tout en étant détecté, puis il vola hors de la portée du radar.

A 22:00, une cible non identifiée unique a été détectée depuis Bentwaters pendant qu'elle couvrait 90 kilomètres en juste 16 secondes, ce qui établi sa vitesse à plus de 19.000 kilomètres à l'heure.

Puis, à 10:55 P.M., le radar GCA de Bentwaters a détecté une cible non identifiée sur le même parcours Est-Uuest que le précédent, à une vitesse apparente de "3.200 à 6.400 km/h." Quelqu'un dans la tour de commande de Bentwaters a rapporté son observation visuelle: "une lumière brillante passant au-dessus du terrain d'Est en Ouest à environ 1.200 mètres." A peu près au même moment, le pilote d'un avion de transport de troupes bimoteur C-47 au-dessus de Bentwaters déclare: "une lumière brillante à filée en dessous de la trajectoire de mon avion d'Est en Ouest à une vitesse fantastique." Chacun des trois rapports coïncide.

Peu après, les radars de Bentwaters et de la RAF à Lakenheath ont rapporté un objet stationnaire à 30-40 kilomètres au Sud-Ouest de la base de Lakenheath. Elle a soudainement commencé à se diriger vers le Nord à 400 à 600 km/h, mais "il n'y avait aucune préparation vers cette vitesse - il est passé de l'immobilité à cette vitesse instantanément et s'est ensuite arrêté instantanément." Il a effectué plusieurs changements brusques de son cap sans sembler ralentir pour ses virages. II

Vers 21:30, la RAF a envoyé un jet de Havilland Venom, depuis la base RAF de Waterbeach. Selon le rapport OVNI de l'Armée de l'Air des États-Unis:

"Le pilote a signalé qu'il avait une lumière blanche brillante en vue et allait l'étudier. A 20 kilomètres à l'Ouest il a rapporté la perte de la cible et de la vision de la lumière blanche. Le radar de Lakenheath l'a dirigé vers 16 kilomètres à l'Est de Lakenheath et le pilote a rapporté que la cible était sur son radar et "verrouillée." Le pilote alors rapporté qu'il a perdu la cible sur son radar."

"Lakenheath GCA signale que comme le Venom a dépassé la cible sur son radar, elle a entamé une poursuite de l'avion à réaction. Le radar a demandé au pilote de confirmer cette chasse. Le pilote l'a confirmée et a annoncé qu'il essayerait de virer pour se replacer derrière la cible. Le pilote l'a tenté mais n'est pas parvenu à repasser derrière la cible et a demandé de l'assistance."

"Un Venom additionnel fut dépêché de la base de la RAF. Le premier pilote original indiqué: "C'est la cible la plus nette que j'ai jamais vue sur mon radar."

La conversation suivante entre les deux pilotes de chasseurs Venom a été entendue par le contrôleur de la station de Lakenheath:

"As-tu vu quelque chose?" [Pilote #2]

"J'ai vu quelque chose mais que je sois damné si je sais ce que c'était." [Pilote #1]

"Qu'est-ce qui s'est passé?" [Pilote #2]

"Il est passé derrière moi et j'ai fait tout ce que je pouvais pour passer derrière lui et je n'y suis pas arrivé. C'est la chose la plus dingue que j'ai jamais vu." [Pilote #1] III

Le rapport de 1969 par l'étude des OVNIS demandée par l'US Air Force à l'Université du Colorado sous la direction du Dr. Edward U. Condon a conclu:

"En résumé, c'est le cas le plus embarrassant et le plus extraordinaire dans les dossiers radar-visuels. Le comportement raisonnable et intelligent apparent de l'OVNI suggère un dispositif mécanique d'origine inconnue comme l'explication la plus probable de cette observation. Cependant, en raison de la faillibilité inévitable des témoins, des explications plus conventionnelles de ce rapport ne peuvent pas être entièrement éliminées." IV

Notes:

  1. USAF Air Intelligence Information Report rempli par le Capitaine Edward L. Holt, 31 août 1956.
  2. Ibid.
  3. Ibid.
  4. Gillmor, Daniel S., ibid.

LE RECIT DU CONTROLEUR DE LA RAF:

Ceci le compte peu connu mais définitif du contrôleur F.H.C. Wimbledon, de la RAF, en service à la base RAF de Neatishead, Norfolk:

"J'étais contrôleur en chef en service à la station principale de radar de la RAF dans l'East Anglia la nuit en question. Mes fonctions étaient de surveiller l'image des radars et d'envoyer au combat les avions qui étaient en service 24 heures sur 24, pour arrêter n'importe quel intrus dans l'espace aérien Britannique qui ne serait pas correctement identifié dans le secteur sous ma responsabilité."

"Je me rappelle qu'appel téléphonique de la base de l'U.S. Air Force de Lakenheath m'a annoncé qu'il y avait là une certaine chose "filant" au dessus de leur circuit de terrain d'aviation. J'ai dépêché un chasseur de nuit Venom depuis le terrain de mon secteur et mon contrôleur dans la cabine d'interception a assuré son guidage. L'équipe de commande d'interception se composait d'un contrôleur de combat (un officier), d'un caporal, d'un traqueur et d'un lecteur de l'altitude. C'est-à-dire, quatre personnes fortement qualifiés, en plus du fait que l'on pouvait maintenant clairement voir l'objet sur nos écrans radar."

"Après avoir été dirigé à la poursuite de l'objet par mon contrôleur d'interception, le pilote a signalé "contact", puis peu de temps plus tard, "Judy", ce qui signifie qu'il avait la cible de façon nette son propre écran de radar et n'a plus besoin du guidage depuis le sol. Il a continué à se rapprocher de la cible mais après un ou deux balayages de son radar la cible était apparue derrière lui. Notre pilote a signalé la "perte de contact" et demanda de l'aide et lui a été dit que la cible était maintenant derrière lui et il lui a été donné un nouveau cap."

"J'ai alors envoyé un deuxième Venom qui a été dirigé vers le secteur mais avant qu'il soit arrivé sur la scène la cible avait disparu de nos écrans et bien que nous ayons continué à observer soigneusement elle n'a plus été vue par nous."

"Le fait demeure qu'au moins neuf personnes de la RAF et deux équipages aériens de la RAF étaient conscients d'un objet suffisamment "concret" pour causer des échos sur le radar. Naturellement, tout ceci a été rapporté et un officier supérieur du ministère de l'air est venu et nous a interrogés."

Le Rapport Condon:

"En résumé, c'est le cas le plus embarrassant et le plus extraordinaire dans les dossiers radar-visuels. Le comportement raisonnable et intelligent apparent de l'OVNI suggère un dispositif mécanique d'origine inconnue comme l'explication la plus probable de cette observation. Cependant, en raison de la faillibilité inévitable des témoins, des explications plus conventionnelles de ce rapport ne peuvent pas être entièrement éliminées." IV

Voici le texte intégral du rapport Condon à propos du cas de Bentwater, 1956.

L'étude du Pr. James E: McDonald:

Voici l'étude du physicien de l'atmosphère James E. McDonald sur ce cas.

Le rapport de Gordon Thayer:

Voici le texte intégral du rapport de Gordon Thayer sur ce cas.

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 juin 2001.