Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Arrey, Nouveau Mexique, USA, 24 avril 1949

Charles B. Moore.

"Je connaissais les deux pilotes du C-47; les deux croient maintenant aux soucoupes volantes. Et ils ne sont pas les seuls; il en était de même des gens de la Division Aéronautique de General Mills qui lancent et suivent les grands ballons Skyhook. Ces scientifiques et ingénieurs ont tous vu les OVNIS et savent que les OVNIS ne sont pas leurs propres ballons. J'ai été presque jeté dehors des bureaux de General Mills dans une tempête de neige d'une janvier froid de Minneapolis pour avoir suggéré une telle chose mais cela vient plus tard dans notre histoire des OVNIS."

Capitaine Edward J. Ruppelt, chef des investigations des rapports d'OVNIS à l'US Air Force.

La carte du Project Blue Book:

1. GROUPE DATE ET HEURE
24 avril 1949 24/ 17:20 Z [10:20 du matin, heure locale]
2. LOCALISATION
Arrey, Nouveau Mexique
3. SOURCE
Militaire
10. CONCLUSION
NON IDENTIFIE
4. NOMBRE D'OBJETS
UN
5. DUREE DE L'OBSERVATION
60 secondes
11. BREVE DESCRIPTION ET ANALYSE
Les observateurs ont vu un ellipsoïde blanc avec une lumière jaune [Erreur de l'USAF, "un léger jaune sur un côté".].
Il dérivait rapidement vers l'Est.
6. TYPE D'OBSERVATION
Sol-Visuel
COURS
Est
PHOTOS
Non
PREUVES PHYSIQUES
Non

Résumé des événements:

A la fin des années 40, une méthode alternative aux souffleries supersoniques, chères, très demandées et rares, pour examiner l'aérodynamique des avions et des fusées supersoniques a été conçue par le lieutenant-commandant George Hoover du Special Devices Center de l'Office of Naval Research (ONR): emmener l'objet à tester à altitude stratosphérique en utilisant des ballons de haute altitude, le laisser tomber et observer son comportement dans sa descente supersonique.

Hoover a constaté que les nouveaux ballons en plastique de haut-altitude développés par le groupe des ballons de General Mills à Minneapolis pourraient effectivement enlever des charges utiles significatives assez haut, et les expériences, désignées "Free Fall Test Vehicle (FFTV)" ont débuté avec trois ballons en plastique Skyhook de soixante-treize pieds de diamètre une fois entièrement gonflées, disposées en cluster et reliées au projectile FFTV de quinze pieds de long par des attaches, et laissant tomber ce FFTV à une altitude d'environ 100.000 pieds.

Ces ballons ont été lancés de près de Las Cruces au Nouveau Mexique et dérivaient au-dessus de la zone d'essai de White Sands où les systèmes optique et de repérage radar pourraient observer le véhicule d'essai lâché au-dessus de la zone.

Le 24 avril 1949, une équipe de techniciens de White Sands étudiait les vents de la haute atmosphère de la zone d'essai, à environ trois miles au nord d'Arrey, Nouveau Mexique. Le professeur Charles B. Moore, ingénieur à General Mills - qui plus tard est devenu dû célèbre à son implication avec le projet de ballon Mogul en 1947 - avec quatre hommes de troupe de l'US Navy, le chef Akers, et trois hommes nommés Davidson, Fitzsimmons et Moorman, lançait de petits ballons de néoprène pour mesurer les directions et les vitesses des vents pour aider à prévoir le chemin de vol du système FFTV programmé pour être largé de ballons Skyhook quelques jours plus tard.

Un des quatre hommes enrôlés par marine aidant Moore à observer le ballon sonde à travers un théodolite (le théodolite est un télescope de triangulation, utilisé pour dépister et mesurer le déplacement vertical et horizontal angulaire de leur cible). Moore a vu un objet blanc qu'il a pensé être le ballon et a remarqué que le théodolite était pointé vers une autre partie du ciel. Il a pensé que l'homme de troupe avait perdu la trace du ballon, et il le lui a fait remarquer. Mais l'homme de troupe a insisté sur le fait qu'il avait le ballon en vue, et donc Moore a pris le théodolite et l'a dirigé vers cet objet différent. A travers le télescope d'agrandissement 25x, il a pu voir que c'était un objet ellipsoïdal blanc avec un peu de jaune. Moore a indiqué que l'objet était environ trois fois plus long qu'il n'était large, et avait environ une minute d'arc en diamètre angulaire, autrement dit, à travers le théodolite, il apparaissait comme d'environ les trois quarts de la taille de la pleine lune vue sans instrument. L'objet se déplaçait à une vitesse angulaire rapide de 5 degrés par seconde vers le nord-est, mais avant qu'il ne soit sorti du champ de vision dans le nord-est, il a commencé à s'élever dans le ciel.

Un autre ballon a été lancé pour déterminer s'il y avait un courant d'air à grande vitesse qui aurait porté l'objet du sud-ouest au nord-est. Il a été constaté qu'il n'y avait aucun courant d'air se déplaçant dans cette direction, seulement un faible vent se déplaçant perpendiculairement au trajet de l'objet, et Moore a donc compris que l'objet avait sa propre force de propulsion.

Le magazine LIFE:

L'incident est parvenu aux oreilles des journalistes, puis en 1950, l'officier de l'US Navy McLaughin publia un article dans TRUE magazine qui fit sensation.

Un an après, le magazine LIFE l'a brièvement décrit dans son fameux article Avons-nous des visiteurs de l'espace?:

INCIDENT 3:

Le 24 avril 1949 à 10:20 heure du matin, un groupe de cinq techniciens sous la supervision générale de J. Gordon Vaeth, un ingénieur aéronautique employé par le bureau de la recherche navale (ONR), se préparaient à lancer un ballon Skyhook près d'Arrey, Nouveau Mexique. Un ballonnet a été d'abord été lâché pour vérifier la météo. Charles B. Moore Jr., un aérologue de General Mills inc. (pionniers dans la recherche sur les rayonnement cosmiques) suivait le ballon météo par un théodolite - un instrument télescopique 25x, qui donne les degrés d'azimut et d'altitude (position horizontale et verticale) pour n'importe quel objet qui est observé. A 10:30 heure du matin, Moore a cessé de d'utiliser le théodolite pour jeter un coup d'oeil nu sur le ballon. Soudainement il a vu un objet elliptique blanchâtre, apparaissant beaucoup plus haut que le ballon, et se déplaçant dans la direction opposée. Immédiatement il a mesuré l'objet dans son théodolite, à 45 degrés d'altitude et à 210 degrés d'azimut, et l'a suivi vers l'Est au taux phénoménal de 5 degrés de changement d'orientation par seconde alors qu'il a rapidement chuté à une altitude de 25 degrés. L'objet a semblé être un ellipsoïde à peu près deux fois et demie plus long que large. Soudainement il a balancé abruptement vers le haut et s'est mis hors de la vue en quelques secondes. Moore l'avait dépisté pendant environ 60 secondes en tout. Les autres membres de son équipage ont confirmé son rapport. Aucun bruit n'a été entendu, aucune traînée de vapeur a été vu. L'objet, selon des évaluations approximatives par Moore et ses collègues, ont indiqué qu'il était à environ 56 milles au-dessus du sol, avait 100 pieds de long et voyageait à sept milles par seconde.

EVALUATION:

Aucun phénomène optique ou atmosphérique connu ne s'adapte à ces faits. Un objet normal voyageant à sept milles par seconde n'a été jamais vu faire un virage ascendant brusque. Il n'y a aucune source connue ou projetée d'énergie silencieuse et ne laissant aucune traînée pour une telle machine. Aucun être d'humain ne pouvait avoir soutenu la charge énorme de "G" appliquée sur l'engin pendant sa montée verticale brusque.

L'US Air Force:

L'US Air Force enquêtait sur les rapports d'observation d'OVNI au travers de leur programme Blue Book, dont le seul dirigeant qui ait été motivé à arriver au bout des choses était le Capitaine Edward Ruppelt. Il raconte dans son livre:

Je connaissais les deux pilotes du C-47; les deux croient maintenant aux soucoupes volantes. Et ils ne sont pas les seuls; il en était de même des gens de la Division Aéronautique de General Mills qui lancent et suivent les grands ballons Skyhook. Ces scientifiques et ingénieurs ont tous vu les OVNIS et savent que les OVNIS ne sont pas leurs propres ballons. J'ai été presque jeté dehors des bureaux de General Mills dans une tempête de neige d'une janvier froid de Minneapolis pour avoir suggéré une telle chose mais cela vient plus tard dans notre histoire des OVNIS.

Et:

Tandis que je voyageais autour des Etats-Unis pour mettre en place le projet, les rapports d'OVNIS continuaient à arriver et tous étaient bons. Une série de rapports était particulièrement bonne, et elles sont venues d'un groupe de gens qui avaient eu beaucoup d'expérience d'observation de choses dans le ciel - les gens qui lancent les grands ballons Skyhook pour General Mills, inc. Les rapports de ce que les gens de General Mills avaient vu tandis qu'ils suivaient leurs ballons couvraient une période d'une année. Ils les avaient juste envoyés parce qu'ils avaient entendu que le Projet Grudge était réorganisée et adoptait une position différente sur les rapports d'OVNIS. Eux, comme tant d'autres observateurs dignes de confiance, avaient été dégoûtés par l'attitude précédente de l'Armée de l'Air envers les rapports d'OVNIS, et ils avaient refusé d'envoyer tous leurs rapports. J'ai décidé que ces gens pourraient être une bonne source d'information, et j'ai voulu obtenir d'autres détails sur leurs rapports, donc j'ai pris des ordres pour aller à Minneapolis. Un scientifique de Projet Bear est venu avec moi. Nous sommes arrivés le 14 Janvier 1952, au milieu d'une vague de froid et d'une tempête de neige.

La Division Aéronautique de General Mills, Inc., connue par les Wheaties et les Betty Crocker, avait lancé et avait dépisté chaque ballon Skyhook qui avait été lancé avant mi 1952. Ils savaient à quoi leurs ballons ressemblaient vus de dessous sous toutes les conditions d'éclairage et ils connaissaient également la météorologie, l'aérodynamique, l'astronomie, et aussi les OVNIS. J'ai parlé à ces gens une bonne partie de la journée, et chaque fois que j'ai essayé d'impliquer qu'il pourrait y avoir une certaine explication naturelle pour les OVNIS je me suis retrouvé dans les congères fraîches.

Qu'est ce qui a rendu ces gens si sûrs que les OVNIS existent? En premier lieu, ils avaient vu un bon nombre d'entre eux. Un homme m'a dit qu'un équipage de pistage en avait vu tellement que la vue d'un OVNI de plus ou de moins ne les intéressaient même plus. Et les choses qu'ils ont vues ne pouvaient pas être expliquées.

Par exemple: 16 Janvier 1951, deux personnes de General Mills et quatre personnes d'Artesia, Nouveau Mexique, observaient un ballon Skyhook depuis l'aéroport d'Artesia. Ils avaient observé le ballon au loin et pendant environ une heure quand l'un dans le groupe a vu deux points minuscules sur l'horizon, au loin au nord-ouest. Il les a signalés aux autres parce que deux avions étaient prévus à l'aéroport, et il a pensé que ces points pourraient être les avions. Mais pendant qu'ils les observaient, les deux points ont commencé à se déplacer rapidement, et en quelques secondes les observateurs ont pu voir que " les avions " étaient réellement deux objets ronds blancs, mats, volant en formation rapprochée. Les deux objets ont continué à s'approcher et se dont dirigés directement vers le ballon. Quand ils ont atteint le ballon ils ont fait un tour autour de lui et ils ont volé au loin au nord-ouest, où ils ont disparu au-dessus de l'horizon. Pendant que les deux OVNIS entouraient le ballon, ils se sont incliné sur le bord et les observateurs ont vu qu'ils étaient en forme de disque.

Quand les deux OVNIS étaient près du ballon, les observateurs ont également eu une chance de comparer la taille des OVNIS à la taille du ballon. Si les OVNIS étaient aussi près du ballon qu'ils semblaient l'être ils auraient eu 60 pieds de diamètre.

Après ma visite à General Mills, Inc., je ne pouvais pas m'empêcher de le rappeler un article de magazine que j'avais lu environ un an avant. Il indiquait qu'il n'y avait pas un seul rapport d'OVNI qui ne pourrait pas être expliqué par un ballon Skyhook.

Dans les deux semaines, les gens de l'AFOSI, le bureau d'enquête scientifique de l'Air Force, ont bel et bien interviewé les témoins et soigneusement recueilli leurs dépositions. Ensuite, le rapport de Moore avait atterri sur le bureau du projet Grudge, et un Dr. Fitts était sensé en faire l'évaluation. Mais à cette période, l'Armée de l'Air était censée rejeter les OVNIS somme ridicules et le Dr. Fitts n'a pas étudié le rapport et simplement répondu par écrit que le sujet n'était pas digne d'une telle recherche à cause du manque de données fiables.

Cependant, bien que le colonel Watson, dirigeant de Grudge, ait été totalement "anti-OVNIs", il a dû admettre que l'observation de Moore n'a aucune explication banale. L'observation a été également étudié à l'AMC (Commandement du Matériel de l'Air), et la conclusion par leur chef de sa section des projets d'avions de leur Division de Technologie, le colonel George F. Smith, avait été, le 27 juillet 1949:

"Ce Service est incapable de donner une indication ou un identification ou une origine possible de ces objets tels qu'ils sont décrits."

Les gens de General Mills ont été choqués du traitement par-dessus la jambe de cette observation, puisque rien ne leur était dit, et leurs fonctionnaires ont écrit au secrétaire adjoint de l'Air Force au sujet de l'observation et de quelques autres par leurs scientifiques et techniciens. Simultanément, le projet Grudge avait été revampé et renommé Project Blue Book, et confié au capitaine Edward Ruppelt. Ruppelt a commencé par rouvrir d'anciens cas du projet Grudge qui avaient été maltraités et c'est pourquoi il a rendu visite aux gens de General Mills. Cependant, il a essayé de convaincre Moore que son observation était celle d'un ballon, et c'est pourquoi les scientifiques de General Mills l'ont presque jeté dehors. Ruppelt a failli à demander que d'autres observations soient rapporté à son service, et a leur simplement donné un certain nombre de formulaires CIRVIS. En conséquence, les gens de General Mills on été totalement insatisfaits et ont cessé de rapporter d'autres observation à l'Armée de l'Air.

Donald Menzel:

Ceci est "l'explication" de cette observation par le Dr. Menzel en son livre "Flying Saucers" à la page 31:

"Cet incident, conservé dans les dossiers secrets pendant plus de deux ans, ne présente aucune difficulté grave à la personne qui comprend le système optique de l'atmosphère de la terre. L'air peut, dans des conditions spéciales, produire des formations semblables à des lentilles. Et, tout comme du verre brûlant peut projeter le soleil en un point de lumière, ces lentilles d'air le peuvent, aussi imparfaites qu'elles soient, forment une image. Ce que Moore a vu était un une image floue et hors de foyer du ballon au-dessus. S'il vous arrive de porter des verres très fort dans vos lunettes, si vous êtes myope ou presbyte, vous les enlevez et les tenez à la longueur du bras et essayez de regarder un objet éloigné et lumineux comme une bougie, une lumière électrique, ou un réverbère. Vous verrez, loin au-delà du vrai objet et à un angle considérable avec lui, une image apparente de la bougie elle-même. Quand vous déplacez l'objectif, l'image semblera manoeuvrer. Comme cité précédemment, nous ici devons reporter la discussion de la façon dont des lentilles d'air jouent un rôle important dans la formation de nombreuses variétés de soucoupes volantes. Nous devons nous rappeler que ces objectifs sont tordus et coudés, et souvent également "sales". La saleté se compose de couches de la poussière ou de brouillard entre nous et l'objet que nous regardons. Il n'y a rien d'étonnant à ce que parfois nous obtenions une vue distordue, et imaginons que les soucoupes que nous voyons sont réelles!"

Naturellement l'explication par un "mirage" par une "lentille formée par l'air dans des conditions spéciales" n'est pas du tout compatible avec les données de l'observation, et d'autres scientifiques ont démontré dans les détails et de façon quantitative les multiples raisons pour lesquelles cette explication est absurde, mais naturellement, le caractère de "héro du debunking" acquis par le Dr. Menzel en donnant n'importe quelle explication absurde quand quelque chose d'hors du commun a pu avoir été une cause possible d'un rapport d'OVNI n'a jamais suscité le moindre doute de la part de ses admirateurs "sceptiques", qui auraient du, s'ils étaient impartiaux, dénoncé la pseudoscience qui est au travail ici. Mais pour eux, n'importe quelle "explication" pseudo-scientifique est meilleure que la perspective de faire face ce qu'ils appellent "irrationnel", - pour eux -, comme la notion intolérable des visites extraterrestres.

Le Dr. Menzel n'a pas parlé aux témoins et les données qu'il a utilisés pour traiter de ce cas étaient uniquement un bref article dans le magazine LIFE. Beaucoup plus tard, le Dr. Maccabee, un scientifique qui a consacré beaucoup de temps à l'examen détaillé de ce cas et de beaucoup d'autres a précisé que le Dr. Menzel aurait néanmoins du comprendre que l'explication de mirage ne s'accorde même pas avec les données publiées dans LIFE. Maccabee commente en outre, "il est important de noter qu'une personne intelligente, même sans connaissance de la physique atmosphérique, aurait pu découvrir l'erreur dans l'explication de Menzel si Menzel avait inclus les données effectives de l'observation dans son livre."

A la différence du Dr. Menzel, le Dr. Maccabee a contacté le témoin principal Charles B. Moore en 1986, et lui a demandé ce qu'il pensait de l'explication du Dr. Menzel. Moore a répondu:

"Bien que j'avais rencontré Donald Menzel durant la fin des années 50 en rapport avec des études de Vénus par John Strong, il n'a jamais parlé de notre rapport d'un objet volant bizarre au-dessus d'Arrey, Nouveau-Mexique en 1949. Ce que j'ai vu n'était pas un mirage; c'était un engin avec une manoeuvrabilité fortement non conventionnelle. Ce n'était pas un ballon; à ce moment-là nous étions les innovateurs et les fabricants des nouveaux ballons et j'aurais avec certitude connu tous les nouveaux développements pendant que j'étais nouvellement responsable des opérations de ballons de General Mills. Ce n'était pas le X-1, qui était dans son hangar à Muroc ce dimanche. Ce n'était rien qui proviendrait de White Sands ou d'Alamogordo AFB parce que nous étions en contact par radio avec le Commandement de Secteur et étions au courant que notre opération ait été la seule active ce dimanche. Pour ces raisons, je suis cynique au sujet de Menzel et de son approche de la science."

Une autre explication banale a été tentée, certainement moins absurde que celle de Menzel, par l'ufologue Brad Sparks: l'objet pourrait avoir été un météore rebondissant. Le rebond est a prendre en compte nécessairement puisque l'objet a changé de cours et est allé vers le haut à la fin de sa trajectoire observée. De fait, en de rares occasions, un météore peut rebondir vers l'espace quand il frappe l'atmosphère de la terre à un certain angle. Cependant, les météores, y compris les météores rebondissants, laissent une traînée provoquée par leur frottement avec l'atmosphère, et dans ce cas-ci absolument aucune traînée n'a été observée. D'autres facteurs, tels que la durée de l'observation, rendent également déraisonnable de proposer un météorite rebondissant. Après des discussions et des évaluations de la possibilité du météore rebondissant parmi des ufologue, cette explication a donc été rejetée.

Les documents officiels:

La lettre à l'Office of Naval Research, archives de la CIA:

SPECIAL DEVICES CENTER
SANDS POINT, PORT WASHINGTON
LONG ISLAND, NEW YORK

20 MAY 1949

De:Officier en Commandement et Directeur
A:Le Chef des Opérations Navales
Attn:Office of Naval Intelligence
Via:Le Chef de la Recherche Navale
Sujet:Observation d'un Objet Non Identifié -- Rapport
Pièce jointe:(A) Déclaration de C.B. Moore, Recherches Aéronautiques, General Mills, Minneapolis

1. Ci-joint (A) un rapport soumis à ce service par Me. C. B. Moore (Recherche Aéronautique de General Mills) qui a aperçu et a dépisté un objet non identifié le 24 avril 1949 tandis qu'il était engagé sur le programme P-U-J-1 du Special Device Center à proximité des zones de tests de White Sands.

2. Le rapport de Mr. Moore est expédié comme significatif en raison des données de traçage détaillées par théodolite qu'il contient et parce que la variation de l'azimut et de l'altitude l'objet pourrait indiquer un certain degré de vol contrôlé.

3. L'observateur est connu du Special Device Center comme étant un ingénieur mécanicien diplômé avec un grade de capitaine de réserve dans la météorologie au sein de l'Armée de l'Air. Mr. Moore, avant son emploi par General Mills, dirigeait le programme de recherche de ballon à altitude constante de l'université de New York pour l'Armée de l'Air [c.-à-d., Mogul], et peut être considéré un observateur compétent, mûr, et très expérimenté.

J. R. Ruhsenberger

cc:
(avec pièce jointe)
Directeur
Central Intelligence Agency

Le rapport de C.B. Moore:

RAPPORT SUR UN OBJET

Le 24 avril 1949, à 3 miles au nord d'Arrey, Nouveau-Mexique, (107 degrés 19½ Ouest, 300 degrés 52½ Nord) 4 hommes de troupe de l'US Navy de la zone d'essai de White Sands, (Akers, Davidson, Fitzsimmons et Moorman en chef) et moi avons vu un objet se déplaçant rapidement, alors que nous lâchions des ballons météo de mesure des vents. Nous avions lâché un ballon de 350 grammes à environ 1020 MST et le suivions avec un théodolite standard ML-47 (de David White). Après la lecture à 1030, Davidson a pris le théodolite, et Akers et moi avons regardé jusqu'à trouver le ballon à l'oeil nu. Nous avons pensé que nous avons eu le ballon quand nous avons vu un objet sphérique blanchâtre dans la direction où le thédolite pointait à altitude de 45 degrés et azimut de 210 degrés. L'objet dérivait à l'est rapidement (5 degrés/sec. comme estimé par le chronomètre et la largeur des doigts) mais nous avions pensé rencontrer les vents semblables avec le ballon. Quand la différence de l'angle entre le théodolite et le ballon supposé est devenue évidente, j'ai pris le théodolite et j'ai trouvé que le vrai ballon était toujours là, sur quoi je l'ai abandonné et j'ai suivi l'objet après qu'il soit sorti du soleil. (le cap calculé du soleil était de 127 degrés d'azimut et 60 degrés d' altitude). L'objet se déplaçait trop rapidement pour mettre en marche le théodolite pour le suivre, donc un des hommes a dirigé le théodolite et j'ai regardé.

L'objet était à peu près un ellipsoïde d'aspect ratio 2½:1, d'une longueur d'à peu près 02 degrés d'angle visuel, et blanc de couleur, excepté un jaune-clair d'un côté comme s'il était dans l'ombre. Je ne pouvais pas faire une très bonne mise au point sur l'objet à cause de la vitesse à laquelle les angles ont changé. Par conséquent je n'ai vu aucun bon détail du tout.

L'angle d'azimut a continué à diminuer pendant que l'objet continuait sur un cap vers le nord, devenant plus petit en taille. A environ 20 - 25 degrés d'azimut, l'azimut est devenu constant et l'angle d'altitude a commencé à augmenter d'un minimum de 25 degrés à environ 29 degrés. L'objet alors a apparemment disparu en raison de la distance après un temps total d'observation d'environ 60 secondes.

L'objet n'était pas un ballon et était à une certaine distance. Estimant sa vitesse de fuite, un tracé qui a mis son altitude par rapport à la station é environ 300.000 pieds pendant la période observée. Si c'est correct, le vol devrait probablement être passé au-dessus de la zone d'essai de White Sands, la base aérienne de Holloman et Los Alamos.

Nous avons lâché un autre ballon pour mesurer le vent 15 minutes plus tard. Ce ballon a éclaté après un vol 88 minutes à 93.000 pieds seulement à 13 miles à notre sud. Par conséquent cet objet n'a pas pu avoir été un ballon perdu se déplaçant à une telle vitesse angulaire en-dessous de 90.000 pieds.

Nous désirons des informations pour savoir si c'était un certain avion nouveau ou expérimental ou n'importe quelle autre explication.

C.B. Moore
Recherche Aéronautique de General Mills
2010 H. Hennepin Avenue
Minneapolis, 13, Minnesota
Geneva 0371 X 385

NOTE:
Pas de nuages dans le ciel, pas de brumes.
Pas de bruit, secteur très silencieux
(pas de voitures, avions ou autres moteurs en fonctionnement)
Pas de traînée, aucun échappement visible.
Pas d'odeurs.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 décembre 2005