Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les photographies de Paul Trent en 1950:

Deux photographies aussi impressionnantes que discutées ont été prises par Mr. et Mme Trent tôt dans la soirée, juste avant le coucher du soleil, le 11 mai 1950, à McMinnville dans l'Orégon aux USA. Selon le récit de Mr. Trent l'objet, tel qu'il est apparu au-dessus de leur ferme, fut d'abord repéré par Mme Trent tandis qu'elle nourrissait les lapins de la ferme. Elle alors a rapidement appelé son mari qui a pris l'appareil photo de la famille et effectué deux clichés à des positions distantes de seulement de quelques mètres.

Les images sont apparues la première fois dans un journal local et par la suite dans Life. Dix-sept ans plus tard les photos furent soumises à une analyse détaillé pour l'étude sur les ovnis de l'université du Colorado. William K. Hartmann, un astronome de l'université de l'Arizona exécuta une étude photométrique et photogrammétrique méticuleuse sur les négatifs originaux, et créa un système de gradations pour déterminer la distance approximative de l'ovni. Hartmann utilisa des objets proches, tels une maison, une arbre, le réservoir d'eau, le poteau du téléphone dont les images pouvaient êtres comparées avec celles de l'ovni. Il y avait également des collines, des arbres, et les bâtiments dans le lointain dont les détails et le contraste avaient été obscurcis par la brume atmosphérique.

Voyez les agrandissements des deux photographies dans ma collection des photographies des archives du projet Blue Book.

Photographie Trent

Hartmann avait l'habitude d'utiliser les distances connues de divers objets dans les photographies pour calculer le facteur atmosphérique approximatif d'atténuation. Il a alors mesuré les brillances relatives de divers objets dans les photos Trent, et a démontré que leurs distances pourraient généralement être calculées avec une exactitude d'environ +/- 30%. Dans le cas le plus extrême, il y aurait une erreur d'un facteur quatre. Il a alors écrit: "On conclut que par l'étude soigneuse des paramètres mesurés dans le cas des objets reconnaissables des photographies, des distances peuvent être mesurées dans les limites d'une erreur de facteur quatre... Si une telle bonne mesure pourrait être faite pour l'ovni, nous pourrions faire la différence entre un objet extraordinaire éloigné et un petit objet servant de faux ovni et donc placé à faible distance."

Hartmann a alors noté que ses mesures photométriques indiquent que l'ovni est intrinsèquement plus lumineux que le réservoir métallique et la surface peinte blanche de la maison, conformément à la description de Trent que l'objet brillant. De plus, la surface ombragée de l'ovni est beaucoup plus lumineuse que la région ombragée du réservoir d'eau, ce dont la plus simple explication est que l'ovni est un objet éloigné éclairé par la lumière dispersée de l'environnement.

"Il apparaît de façon significative que l'explication la plus simple et la plus directe est que l'étude des photographies confirme exactement ce que les témoins ont rapporté avoir vu."

Hartmann a écrit en outre "dans la mesure où l'analyse est fiable, (et les mesures semblent être consistantes), les photographies indiquent un objet avec une surface brillante lumineuse à une distance considérable et ayant une dizaine de mètres de diamètre. Tandis qu'il serait exagéré de dire que nous avons totalement éliminé la possibilité d'une fraude, il est évident que la plus simple des explications est que les photographies confirment avec précision ce que les témoins ont dit a vu."

Dans sa conclusion, Hartmann a réitéré ceci, insistant sur le fait que tous les facteurs qu'il a étudié, photographiques et testimoniaux, étaient conformes à l'affirmation qu'"un objet volant extraordinaire, d'aspect métallique, en forme de disque, d'une dizaine de mètre de diamètre, et évidemment artificiel, volait devant deux témoins."

Le point de vue sceptique:

Insatisfait des résultats de Hartmann et totalement opposé à ce que n'importe quelle indice puisse montrer que l'ovni soit autre chose qu'un canular, une boite à camembert pendue à des fils, le debunker Robert Sheaffer a argué que la brume dans les photos (la brume qui voile l'ovni à permis à Hartmann d'évaluer sa distance à 1.3 km) pourrait être due à de la saleté sur l'objectif de l'appareil photographique, et que l'objet pourrait donc être ainsi tout de même près de l'appareil photo. Il argua aussi du fait que des ombres sur le garage montrent un long intervalle de temps entre les deux photos.

Il omet bien entendu d'expliquer pourquoi si l'objectif est sale, certains objets proches sont tout de même nets, la saleté se devant d'affecter tous les objets proches ou supposés proches, pas seulement le supposé "faux ovni"!

Le Dr. Bruce Maccabee, un physicien en optique qui a travaillé pour l'US Navy, analysa aussi les négatifs originaux et ne put trouver la moindre preuve qu'un long intervalle de temps séparait les photo, il confirma au contraire les conclusions d'Hartmann. Maccabee évalua la distance de l'ovni à 1 kilomètre et sa taille à environ 30 mètres de diamètre et 4 mètres d'épaisseur.

"Repeaters":

Dans son livre "Les ovnis expliqués", Klass a argué du fait que les Trent étaient des "répéteurs," citant une histoire éditée dans le journal Portland Oregonian le 10 juin dans lequel Mme Trent est citée comme disant au journaliste Lou Gillette qu'"elle avait vu des objets semblables sur la côte à plusieurs reprises mais que personne n'aurait voulu la croire." Klass parle aussi d'un article d'un autre journal écrit il y a 17 ans après, où elle seraient cités ses propos: "nous en avons vu un certain nombre depuis lors mais nous n'avons aucune photo, ils disparaissaient trop rapidement."

L'acte d'accusation de "répéteur" de Klass est basé seulement sur des citations de propos attribuées à Mme Trent dans un journal. En admettant que ceci soit vérifié, un détail important cependant est que M. Trent apparemment n'était pas d'accord avec son épouse. Pour des raisons que nous pouvons seulement deviner, Klass n'a pas inclus dans son livre la réponse de M. Trent à la question suivante (paru le 11 juin 11 1950 dans le Los Angeles Examiner:

"Pourquoi avez-vous attendu ainsi longtemps avant de parler de vos photos?"

Trent a admis qu'il était "assez effrayé." Il a dit: 'Vous savez, on entend tellement de choses au sujet de ces ovnis... Je ne croyais pas au soucoupes volantes avant, mais j'ai dans l'idée maintenant que l'armée sait ce qu'elles sont."

Ceci suggère que M. Trent n'ait vu aucun ovni auparavant avant qu'il ait été sceptique au sujet des soucoupes volantes (ce qui explique les propos de sa femme qui dit que "personne ne me croira")... jusqu'à ce qu'il en ait vu une lui-même. On entre dans une confusion logique ici. Si, comme Klass le croit, il n'y a aucune soucoupe et donc les Trent ne pouvaient pas en avoir vu une, alors Mme Trent doit voir menti quand elle a dit qu'elle en a vu plusieurs précédemment. Mais par contre, M. Trent disait la vérité au sujet de son scepticisme, alors qu'il aurait pu renforcer la déclaration de son épouse en disant qu'il en avait aussi vu. (Mme Trent en a vu plusieurs, M. Trent aucune et donc il ne croit pas aux soucoupes). Naturellement, les observations précédentes de Mme Trent pourraient avoir été des identifications erronées honnêtes... et dans ce cas l'accusation de "repeater" ne tient plus à moins de classer comme "repeater" une personne qui interprète mal à plusieurs reprises et en toute honnêteté.

Dans la presse quotidienne:

Telephone-Register, McMinnville, Oregon, USA, 8 juin 1950.
News-Register, McMinnville, Oregon, USA, 9 mai 2000.
News-Register, McMinnville, Oregon, USA, 13 mai 2000.
News-Register, McMinnville, Oregon, USA, 15 mai 2000.
News-Register, McMinnville, Oregon, USA, 9 mai 2001.

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 11 mai 2002