Colares 1977 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Colares 1977:

En fin de 1977 et pendant des mois, l'île brésilienne de Colares et la région du delta de l'Amazone ont la visite d'objets volants inconnus. On en voit tous les jours de toutes sortes, de toutes tailles, toutes formes, soucoupes, cigares, cylindres, arrivant généralement par le Nord, depuis le ciel, voir sortant des eaux. Trente-cinq habitants de l'île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L'Armée de l'Air intervient, voit aussi, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, des habitants évacuent des villages entiers. Vous n'en avez jamais entendu parler? Et bien lisez ce dossier, tout simplement.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements de Colares, 1977.
Cliquez! Le rapport secret de 200 pages des militaires brésiliens.
Cliquez! Un dossier d'enquête complet par Daniel Rebisso Gliese.
Cliquez! L'enquête par Jacques Vallée.
Cliquez! L'expérience des journalistes.
Cliquez! Le Colonel Hollanda de l'Armée Brésilienne parle.
Cliquez! Le docteur Wellaide Cecim de Colares parle.
Cliquez! L'implication des autorités militaires.
Cette page L'implication des autorités militaires, un témoignage (Cette page).
Cliquez! L'Armée de l'Air Française.
Cliquez! Photographies.
Cliquez! Articles de la presse.
Cliquez! Références.

Colares 1977, l'implication des militaires:

Introduction, par A.J. Gevaerd, rédacteur en chef de UFO Magazine, Brésil, 2005:

Chers collègues:

Je me suis fais l'engagement ainsi qu'aux lecteurs de UFO Magazine Brésil de ne rien entreprendre concernant la question des mensonges que nous obtenons de nos militaires et autorités au sujet des OVNIS au Brésil. Mais ces mensonges sont simplement indignes et nous ne pouvons pas rester silencieux.

Donc j'ai décidé de poursuivre cette question quoi qu'il arrive. Je croule sous les informations qui contredisent les menteurs et je publie maintenant un message récent reçu d'un lecteur du magazine, qui est également en colère en raison de la politique de dissimulation mise en application par les militaires. Il y aura d'autres choses à venir et je le diffuserai au Brésil et outre-mer.

Si les lecteurs veulent vérifier les plus de 200 pages des documents officiels de l'Opération Soucoupe dans l'Amazone en 1977, voire:

http://www.ufo.com.br/documentop.php

et téléchargez autant que vous voudrez.

A. J. Gevaerd


Le Porte-parole Du Département Brésilien De l'Armée de l'Air Pour La Communication Sociale Ment Au sujet des OVNIS

Lettre à UFO Magazine Brésil:

Le journal Correio Braziliense a publié toute une page au sujet des OVNIS dans son édition du 30 janvier 2005 sous le titre "sécurité" et le sous-titre "Chasseurs d'ET". Le rapport a été signé par Ullisses Campbell. Entre d'autres sujets, le texte décrit la campagne effectuée par UFO Magazine Brésil [www.ufo.com.br]: Liberté d'Accès à l'Information Maintenant!, et rapporte que les ufologues brésiliens veulent voir l'ouverture des archives secrètes du gouvernement au sujet de l'Opération Soucoupe, le cas de Varginha, et ce que les chercheurs ufologues brésiliens appellent "la nuit officielle des OVNIS au Brésil". Cette demande est incluse dans le document appelé Manifeste de l'Ufologie Brésilienne, qui est une partie intégrale de la campagne, et est publié par le magazine et son site Internet.

Dans le rapport mentionné ci-dessus, sous le sous-titre "archives de Brasilia", Campbell présente des parties de son entrevue avec le major Antonio Lorenzo de l'Armée de l'Air, du département brésilien de l'Armée de l'Air pour la communication sociale. Le texte dit: "le ministère de l'Armée de l'Air admet l'existence des rapports au sujet des objets volants non identifiés dans les archives du Commandement Brésilien pour la Défense Aérienne (Comdabra), un corps militaire basé dans la région du Lac du Sud." Le rapport du Major Lorenzo se poursuit par: "mais aucun de ces derniers n'a une approche investigatrice. Nous ne sommes jamais sortis à la recherche des soucoupes volantes dans les cieux brésiliens."

L'officier continue en disant que les ufologues n'ont pas besoin de recueillir 30.000 signatures, ce qui est l'intention de la campagne mentionnée ci-dessus - pour faire révéler ces documents. Il termine: "un ordre du commandant de l'Armée de l'Air, da Silva Bueno de Luiz Carlos, ou du ministre de la défense, Jose Alencar, est suffisant pour ouvrir les archives."

Le texte continue en informant que le rapport de Opération Soucoupe, qui a été lu par des ufologues partout dans le monde et est publié sur le site Internet de UFO Magazine Brésil [www.ufo.com.br], aurait été libéré par l'officier qui dirigeait l'opération, Uyrange Hollanda, interviewé par le rédacteur du magazine, A. J. Gevaerd. Dans les documents, dit le Correio Braziliense, il y aurait des rapports des personnes attaquées par des lumières venant du ciel qui ont brûlé leurs peaux, les dénommés chupa-chupa (*).

Pour finir, le rapport informe le lecteur que, selon le Major Lorenzo, il n'y aurait là aucune évidence d'observation d'OVNIS dans n'importe lequel des rapports de l'Armée de l'Air. L'officier déclare: "pour autant que je le sache, il y a seulement des rapports au sujet de gens qui disent: j'ai vu ceci, j'ai vu cela dans le ciel, dans ces rapports, l'Armée de l'Air n'a jamais mis en place la moindre opération afin de surveiller des lumières qui sont Mars ou Jupiter."

L'officier ment.

Je voudrais informer UFO Magazine Brésil que j'ai reçu l'information vérifiée que les déclarations faites par le Major Antonio Lorenzo, à partir du département de l'Armée de l'Air brésilienne pour la communication sociale, sont fausses. Il ne dit pas la vérité dans ses déclarations au journaliste Ullisses Campbell et, en conséquence, dans la position qu'il occupe, il commet une faute sérieuse envers la société brésilienne qui demande à être réparée.

Je déclare qu'en 1977 j'étais un membre du Centre brésilien pour les Etudes d'Ufologie (CNEU), fondé et dirigé par le Général Alfredo Moacyr de Mendonca Uchoa, qui était basé dans l'université Uniao Pioneira de Integracao Social (UPIS). J'ai occupé une position élevée dans l'établissement, que je ne vais pas indiquer afin de maintenir mon nom dans le secret. Une nuit, à 20:30, j'étais en dans le bureau du général Uchoa, assis à sa table, quand trois hommes se habillés en tenues noires et tenant des valises énormes sont apparus. Depuis la porte, ils ont dit: "général, nous sommes là". "Je viens", fut sa réponse.

Alors les trois hommes sont sortis attendre dans le couloir. Le Général Uchoa m'a dit à voix basse: "ce sont des agents de sécurité de l'Armée de l'Air et ily apportent de bonnes nouvelles de Colares, état de Para." Il m'a alors demandé de le suivre lui et les hommes, et nous nous sommes dirigés vers les archives classées de l'UPIS. Le premier des officiers avait une clef dans les mains, il a ouvert la porte et s'est écarté de sorte que les autres puissent passer. Il était le dernier, mais quand ce fut mon tour d'entrer, j'ai été arrêté sous le prétexte que le sujet était secret et il ne m'a pas été permis d'aller plus loin.

Le Général Uchoa, qui était déjà à l'intérieur de la salle, s'est retourné et a dit: "c'est un homme en qui j'ai toute ma confiance. S'il ne peut pas entrer, je n'entre pas non plus." Alors, les officiers n'ont pas eu d'autre choix et m'ont laissé entrer. Nous nous sommes assis tous autour d'une grande table et ils ont commencé par expliquer en détails tout ce qui devrait parvenir au Général Uchoa - et entre autres questions, il y avait le fait que la mission qu'ils ont effectué était dans Colares, une ville de la côte de l'état de Para. Ce qu'ils nous ont montré étaient les images et les documents au sujet de l'Opération Soucoupe, qui étaient impressionnants.

J'ai été stupéfié avec la quantité de films et de plus de 200 photographies qu'ils ont présentées. C'était une source sans fin de matériel de haute qualité. Des soucoupes volantes ont été filmées et photographiées de près par ces officiers - j'imagine des distances de 100 m à 200 m. Dans cette grande quantité d'évidences se trouvaient des clichés de lumières éloignées, qui sont venues vers eux jusqu'à très prèS. Tout a été filmé et bien photographié en images de haute qualité et de bon contraste. Tous les faits se sont produits pendant plusieurs nuits. Il y avait un expert en matière de photo et de film parmi les hommes, qui a expliqué les détails techniques des images au Général Uchoa, les conditions dans lesquelles elles ont été prises, le type de pellicule, et les durées d'exposition.

Il y avait un autre expert qui a expliqué des aspects physiques au sujet des OVNIS au Général Uchoa, et nous avons passé plus de trois heures à examiner tout le matériel. Cependant, pendant tout ce temps, je n'ai dit rien, puisque j'ai été perçu en tant qu'intrus et n'ai pas été vraiment invité. Les hommes ne se sont pas adressés à moi non plus. En fin de compte, la conclusion d'Uchoa était: "il n'y a aucun doute que ce sont réellement des engins interplanétaires présents sur notre planète. Nous devrions les recevoir afin de comprendre leur intentions réelles."

Voilà, c'est mon rapport, qui j'espère être utile pour UFO Magazine Brésil et la Communauté brésilienne d'Ufologie dans leur campagne pour la liberté d'accès aux informations ufologiques. Mon intention est de contribuer à montrer à quel point il est important que le gouvernement demande aux forces armées d'ouvrir leurs archives immédiatement.

R (nom et adresse dans nos archives)

(*) Chupa-chupa - Mots répétés brésiliens signifiant sucer. Se rapporte aux lumières qui ont sucé le sang des gens.

Traduit [portugais/anglais] par Eduard Rado, de la rédaction de UFO Magazine Brésil.

Publié par A. J. Gevaerd, éditeur de UFO Magazine Brésil (gevaerd@ufo.com.br)

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 26 mars 2005