Colares 1977 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Colares 1977:

En fin de 1977 et pendant des mois, l'île brésilienne de Colares et la région du delta de l'Amazone ont la visite d'objets volants inconnus. On en voit tous les jours de toutes sortes, de toutes tailles, toutes formes, soucoupes, cigares, cylindres, arrivant généralement par le Nord, depuis le ciel, voir sortant des eaux. Trente-cinq habitants de l'île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L'Armée de l'Air intervient, voit aussi, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, des habitants évacuent des villages entiers. Vous n'en avez jamais entendu parler? Et bien lisez ce dossier, tout simplement.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements de Colares, 1977.
Cliquez! Le rapport secret de 200 pages des militaires brésiliens.
Cliquez! Un dossier d'enquête complet par Daniel Rebisso Gliese.
Cliquez! L'enquête par Jacques Vallée.
Cliquez! L'expérience des journalistes.
Cette page L'implication des autorités militaires (Cette page).
Cliquez! L'implication des autorités militaires, témoignage.
Cliquez! Le Colonel Hollanda de l'Armée Brézilienne parle.
Cliquez! Le docteur Wellaide Cecim de Colares parle.
Cliquez! L'Armée de l'Air Française.
Cliquez! Photographies.
Cliquez! Articles de la presse.
Cliquez! Références.

L'implication des militaires:

Deux facteurs ont apparemment été essentiels pour déterminer la participation de l'Armée de l'Air Brésilienne (FAB) dans l'enquête du phénomène des Chupas-chupas: l'invasion évidente de l'espace aérien national par des engins volants étrangers et la pression constante dont ont souffert de nombreux habitants de la région qui était un souci profond pour la plupart des maires des villes touchées.

Ces raisons ont été suffisantes pour que le premier commandement aérien régional de l'aéronautique (COMAR), installé à Belém, élabore un rapport circonstancié sur le phénomène, qui devait être complètement analysé d'une façon objective.

Pour créer cette documentation, un groupe de militaires sous la commandement de Uyrangê Bolivar Soares Nogueira de Hollanda Lima, alors Capitaine, qui avait pour mission pour diriger l'opération Prato, est venu examiner les villages touchés et rassembler les dépositions des témoins et des victimes, et pour enregistrer des manifestations du phénomène d'UFO dans le secteur.

L'opération a durée de Septembre à Décembre 1977, et a eu comme conséquence l'élaboration d'un document d'approximativement 1000 pages, y compris des centaines de photographies des engins volants, des schémas, des cartes et de copies des articles de journaux. L'opération est parvenue à prendre environ cinq heures de films en format 8 millimètres démontrant la présence des engins extraterrestres dans l'Amazonie, mais aucune de ces données n'a été alors publiée publiquement.

Naturellement à cette époque de nombreux d'officiers ont fait face au phénomène OVNI en tant que sceptiques, comme étant chose de douteux et même une simple croyance populaire. Selon le Colonel Hollanda, les engins volants ont été considérés avec beaucoup de prudence, comme étantquelque chose d'improbable, et étaient une raison de conflits entre les militaires.

Revista UFO, le magazine d'ufologie Brézilien, a édité en Septembre 1991 un numéro contenant des descriptions des commentaires et des données rassemblées par ces agents de l'Armée de l'Air Brésilienne. Quelques photos de cette époque avaient été également divulguées. Cependant, le développement vraiment nouveau était que les événements ont été occasionnellement confirmés d'une façon plutôt transparente, pour la première fois dans l'histoire des FAB. Évidemment les militaires étaient divisés, quelques hauts officiers audacieux voulant déclarer que les OVNIS sont réels, d'autres étant enclin à remettre le sujet sous le boisseau.

Dans des interviews et des conférences à Rio De Janeiro, à l'invitation de l'ufologue Marco A. Petit, le Colonel Hollanda a dit qu'il avait pensé que l'opération fut mise sur pied grâce à la présence du général de brigade le Général Protásio Lopes De Oliveira, du 1er COMAR, qui avait un grand intérêt pour le sujet. "Ce fut une chance qu'à ce moment-là, dans cette région, un officier de l'aéronautique, un général de brigade General, qui croyait aux soucoupes volantes, était le responsable. S' il y avait eu un autre officier, un autre général de brigade, l'opération n'aurait pas peut-être eu lieu."

La raison pour laquelle le Brigadier General Protásio Lopes de Oliveira était interressé par les OVNI est fort simple: il fut lui même un témoin dans un cas d'observation d'OVNI et il en pedrit tout ses doutes quant à la réalité et même à la nature du phénomène.

Hollanda a présenté un échantillon de la vaste quantité de données que les militaires, lui-même et d'autres sources ont rassemblées, dans l'anonymat complet au moment des faits.

A cette époque simple Capitaine, Hollanda rvenait d'un cours à Brasilia quand il s'est présenté à la tête de la deuxième section du 1º COMAR, au Colonel Ferraz de Barros de Camilo. Il lui a été demandé d'abord s'il croyait aux soucoupes volantes. Il donna un réponse affirmative, et c'est alors que Ferraz de Barros lui dit "dans ce cas vous serez responsable de cette opération." Dans les dossiers que Hollanda a reçus il y avait des documents liés à l'opération, qui n'avait pas encore reçu de nom de code, mais était déjà en cours par l'utilisation d'agents privés.

La pression des autorités municipales:

La situation dans les diverses régions des états de Pará et de Maranhão demandait une action. En juin, Juillet et Août les journaux portaient à la connaissance des autorités principales des villes de Pine, Cajapió, Are Vicente et Are Bento, que les gens ont dit avoir été attaqué par ce qu'ils ont décrit comme des "rayons lumineux" venant "de lumières mystérieuses." En raison d'un certaine ostentation dans la presse, et du fait des quelques rapports de décès liés au phénomène, il y avait une agitation tout à fait considérable.

Par exemple le journal "Le libéral" de Belém, le 14 Juillet, a signalé que le 22 Juin 1977, les frères Apolinário Firmino et Jose Correia, ainsi que leur beau-frère Aureliano Alves, ont ancré leur bateau sur l'Ile des Crabes, dans la ville d'Alcântara. Pendant la nuit, Firmino, Jose et Aureliano étaient allés dormir, Apolinário ayant décidé de dormir sur la partie supérieure du bateau. Peu de temps après minuit, selon ce que rapportent Jose et Aureliano, un grand objet a produit un flash puissant qui les a tant térrifié qu'il n'ont même plus pu crier jusqu'à ce que Firmino ait percé le silence en hurlant. A ce moment Apolinário s'est réveillé et est descendu pour aider ses frères et beau-frère. Quand il est arrivé, il a trouvé Firmino mort et ses autres deux parents en pleine crise de douleur. Tous présentaient des marques de brûlure sur le thorax. La police a examiné les lieux et n'a rien trouvé d'anormal. Les médecins qui avaient traité Aureliano et Jose, à l'hôpital Socorrão à Sao Luiz, n'ont communiqué aucune conclusion. Les jurisconsultes qui avaient effectué l'autopsie du corps de Firmino ont conclu leur rapport en écrivant qu'il "a été brûlé" par "une décharge électrique", sans autres explications.

"La Lettre," un périodique de la région du Pará a également rapporté en 1977 les soucis des habitants quand cette histoire a été connue. Effrayé par les apparitions d'OVNIS et de ses effets sur la population, Maneco Paiva, maire de la ville de Pine, a envoyé une demande d'aide au commandement des forces aériennes à Sao Luiz. Selon le journal régional, le commandement a dirigé sa note vers la base aérienne de Belém, où l'information a été retransmise au ministère de l'air.

Le phénomène s'est propagé aux villes de Vizeu et de Bragança, le long du fleuve Gurupi. En peu d'heure il a atteint les environs de Belém. La plupart du temps la région centrale du phénomène était Colares, une ville de 2000 habitants qui, selon le Colonel Hollanda, a suscité une plus grande attention de la part de l'opération Prato.

Le maire de Vigia, dans le Pará, dans le deuxième semestre de 1977, a informé le 1ère commandement aérien régional des événements et a demandé l'action des forces armées. Cela a créé des querelles au conseil municipal de Belém. Quand ils ont appris que l'enquête "des autorités compétentes" avait conclu que le phénomène a été provoqué par des ballons et des satellites météorologiques, des conseillers municipaux de Belém se sont plaint devant le tribunal, étant de plus irrité par les commentaires maintenant ridiculisant parus dans la presse.

Au village de Saint Antonio de Umbituba, à côté de la ville de Vieja, l'ancien commissaire de police Alceu Marcílio de Souza se rappelle parfaitement les faits qui se sont abbatus sur la population. Lors de nuits passées à Umbituba, dans des enquêtes de police, il peu constater l'inquiétude des gens. Il se rappelle qu'une équipe de "l'aéronautique" enquêtait également et que certain de ses membres étaient venus parler avec lui à propos des apparitions. Il se peut qu'il s'agisse en fait de l'équipe de Jacques Vallée, lequel ayant été contractant pour la NASA en informatique était souvent présenté à tort comme "une personne de la NASA."

Vingt ans après:

Dans une interview accordée à un magazine Brésilien d'ufologie en 1997, presque vingt ans après le cas, le Colonel Hollanda a commencé à faire des déclarations étonnantes. Il était maintenant un Colonel en retraite, et a affirmé que son équipe OVNIS n'avait rien pu révéler en raison du risque de sanctions personnelles par les autorités de l'Armée de l'Air.

"Maintenant," déclara-t-il "Je me sens dans l'obligation de dire ce qui s'est produit en Amazonie." Il a déClaré à l'éditeur de Revista UFO J. Gevaerd que "l'opération a eu l'objectif initial de démystifier ces phénomènes. J'étais sceptique moi-même au sujet de la nature extraterrestre de ces faits. Mais après quelques semaines, quand les disques de vol avaient commencé à apparaître dans tous les sens, je n'ai plus eu aucun doute."

Les documents de l'armée non encore accessibles:

NOTE: Le paragraphe qui suit est tel que publié en 2002.

Les documents ont enfin été diffusés, en 2005; voir la page principale pour ce dossier.

L'épais dossier de l'Armée Brésilienne n'est toujours pas accessible au public et aux chercheurs, toutefois, certains militaires on laissé filtrer quelques éléments reproduits tels qu'ils les avaient fournis pour le dossier. Ci dessous, un document manuscrit qui serait une reconstitution d'un des témoignages dans le dossier officiel:

Date, heure, localisations sont clairement indiquées, l'objet à été estimé être à 500 mètres du lieu d'observation.

Il y est indiqué l'émission de rayons verts et rouges dirigés de l'avant du disque, d'un échappement rouge sur l'arrière et d'une luminosité rouge au dessous, d'une coupole transparent sur le dessus, l'objet étant proche de la couleur blanche.

Les conditions météos sont données comme: ciel clair, rien à signaler.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 17 mars 2002