Colares 1977 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Colares 1977:

En fin de 1977 et pendant des mois, l'île brésilienne de Colares et la région du delta de l'Amazone ont la visite d'objets volants inconnus. On en voit tous les jours de toutes sortes, de toutes tailles, toutes formes, soucoupes, cigares, cylindres, arrivant généralement par le Nord, depuis le ciel, voir sortant des eaux. Trente-cinq habitants de l'île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L'Armée de l'Air intervient, voit aussi, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, des habitants évacuent des villages entiers. Vous n'en avez jamais entendu parler? Et bien lisez ce dossier, tout simplement.

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements de Colares, 1977.
Cliquez! Le rapport secret de 200 pages des militaires brésiliens.
Cliquez! Un dossier d'enquête complet par Daniel Rebisso Gliese.
Cliquez! L'enquête par Jacques Vallée.
Cette page L'expérience des journalistes (Cette page).
Cliquez! L'implication des autorités militaires.
Cliquez! L'implication des autorités militaires, témoignage.
Cliquez! Le Colonel Hollanda de l'Armée Brézilienne parle.
Cliquez! Le docteur Wellaide Cecim de Colares parle.
Cliquez! L'Armée de l'Air Française.
Cliquez! Photographies.
Cliquez! Articles de la presse.
Cliquez! Références.

Ce que les journalistes ont vécu à Colares:

Premiers cas:

Les premiers rapports de "lumière vampire" au-dessus de Mosqueiro sont venus de Tapiapanema, une petite communauté dans l'isolement sur un des bras du Rio Pratiquara. Les habitants, la plupart du temps des pêcheurs, ont commencé à être confronté à la terreur après les expériences de certains des leurs. Les journalistes du journal O Estado font Pará (ce journal ne parait plus) ont rapporté:

"C'était tard dans la soirée de Samedi dernier (29 Octobre 1977). A Tapiapanema, Benedito Campos (24 ans) et son épouse, Sílvia Mara (17 ans), se reposaient dans leurs hamacs après leur journée de travail, et ils étaient seuls. Le reste des gens vivant dans la maison était allé à Mosqueiro, une petite ville éloignée de 16 kilomètres, et accessibles par bateau."

Peu de temps après 18:00 ils ont repéré un objet ovale et argenté émettant un faisceau verdâtre comme une lampe torche vers la pièce où ils se trouvaient. Rempli de curiosité, ils ont approché une petite fenêtre et, alors qu'ils faisaient cela, le rayon entra par cette fenêtre et directement sur Sílvia, la jetant dans une sorte d'état de transe ou de paralysie. Inquiet pour son épouse (elle était enceinte) Benedito a immédiatement essayé de la protéger et de la déplacer, mais elle s'est lentement écroulée sur le plancher.

Mais il y eut plus que cela dans cette histoire. Benedito indique que deux "personnes" sont alors entrées dans la maison, portant un objet de couleur dorée (comme une lampe torche) sondant toutes les ouvertures de la maison, et le rayon émit par cette objet a frappé de nouveau Sílvia, cette fois au niveau du poignet de son bras gauche. Ses veines ont semblö "se soulever vers le haut", comme gonflées par le faisceau les heurtant. En grande détresse Benito cria pour appeller à l'aide, Benedito l'a soulevée et l'a portée dans le salon et l'a cachée derrière une cloison.

A ce moment, son voisin, José Do Nascimento Sobral, l'avait entendu crier et avait accouru à l'intérieur de la maison, avec un fusil de chasse, dans la salle où les deux êtres se trouvaient et il parvint de toute évidence à les en chasser. (Sa préoccupation immédiate était de savoir comment Benedito et son épouse se portaient, et donc il n'a pas réellement vu le départ des entités).

Benedito et Sílvia ont transportés vers la maison de Sobral, a quelque 500 mètres de là. Les deux hommes, Benedito et Sobral, ont tenter de calmer Sílvia, craignant elle soit sur le point de perdre son bébé, et tandis qu'ils étaient occupés à cela l'OVNI est réapparu, volant cette fois très bas. Benedito s'est dirigé vers la port pour mieux le voir, et le rayon l'a alors également frappé, le paralysant pendant un moment, alors que Sílvia n'a pas été touchée par cette deuxième "attaque", (voir l'article, "Une femme attaquée par une soucoupe volante: terreur sur l'île de Mosqueiro," dans le journal "O Estado Do Pará," 1 Novembre 1977, page 7).

Benedito et sont épouse ont été immédiatement emmenés par leurs parents à la clinique médicale de Mosqueiro. Ils s's sont rendus en bateau, en pleine nuit, et un OVNI les a accompagnés pendant tout le trajet. A un moment pendant le voyage l'OVNI a projeté un rayon brillant vers le bas sur le fleuve. Selon le journal O Estado Do Pará ceci a été accompagné d'un bruit énorme. L'OVNI a alors disparu.

Le couple est resté à la clinique pendant trois jours, recevant des traitements médicaux. Sílvia a été apaisée et calmée, et la perte de son bébé a été évitée. Quant à Benedito, il resta dans un état de grave dépression pendant quelques jours, ses fonctions motrices perturbées, et, selon le récit de sa mère, pleurant fréquemment. Le personnel de l'hôpital a maintenu une grande réserve au sujet de ce cas et seuls les membres de la famille ont été autorisés a voir le couples. Le journal O Estado Do Pará a commenté:

"Les médecins étaient peu disposés à exprimer une opinion au sujet de l'affaire. Cependant, le matin du 31 Octobre (hier) un homme blond se trouva à la clinique et demanda qu'il n'y ait aucune discussion des événements."

Les membres de la famille de Sílvia, apprenant cette histoire, ont demandé l'assistance des autorités de police de Mosqueiro. Le responsable officiel local, Orlando Pantoja, a expliqué les difficultés qu'il y aurait a tenter de prendre toutes les mesures contre la "lumière vampire" et les engins étranges, et a déclaré qu'il enverrait naturellement un rapport "confidentiel" sur le sujet à l'Etat-Major central de la Police à Belém, pour demander conseil quant à la façon procéder dans ce genre de cas.

Observations au-dessus de Vaia do Sol, les journalistes sur la piste des OVNIS:

Plus tard, à partir de Mai 1977 jusqu'à Juin de l'année suivante en 1978, la deuxième vague d'OVNIS est survenue à Baía Do Sol.

Le "Jornal do Pará" envoya un journaliste, Biamir Siqueira, et un photographe, José Ribamar, pour assurer la couverture de la situation, et un résumé de leurs résultats a été édité dans le journal au cours des jours à partir du 25 Juin de jusqu'au 29 Juin 1978.

Ils ont plus tard ont expliqué aux enquêteurs sur les OVNIS en 1984:

"Nous sommes restés dans les zones intérieures de Pará, étudiant, pendant 41 jours, particulièrement sur l'île de Mosqueiro, et nous avons vu plusieurs OVNIS et avions réussi à les photographier. D'abord rien d'intéressant ne s'était produit, mais à partir du moment ou nous avons mis une raie rouge et noire et blanche sur le capot de notre voiture nous avons eu plus de chance dans nos observations. Cette question de la raie colorée nous a été précisée par une connaissance à nous qui travaillait alors avec les équipes de l'Armée de l'Air qui étudiaient le phénomène. Selon lui, ces couleurs avaient été vues sur un certain nombre d'OVNIS. Quand nous avons eu notre première rencontre avec un engin nous étions dans une voiture appartenant au rédacteur du journal O Estado Do Pará. Je me rappelle que Biamir et moi avions fait une courte sieste quand nous avons été soudainement réveillés par un flash intense - allant vers le grisâtre - de lumière bleuâtre. Nous avons senti un impact puissant, comme s'il y avait eu une force dans ce flash. Nous sommes immédiatement sortis de la voiture et avons vu un engin volant au dessus de nos têtes. Il devait avoir une taille de 20m environ. Alors il a éteint son faisceau lumineux et a filé au loin. A cette occasion nous n'avions pas pu prendre de photographies car nous étions sous le choc de la surprise."

"Nous devrions a ce point mentionner qu'à aucun moment pendant nos propres enquêtes nous n'avions pu obtenir quelque confirmation que ce soit, par les militaires ou quelque autre agence impliquées dans les investigations, que des rayons tricolores auraient été vus. Le 25 Juin 1978, l'Estado Do Pará publia certains détails qui exigent une rectification. Il fut publié:

"Le 24 Mai 1978, l'incroyable s'est produit sur les pentes des plages de Baía Do Sol. La nuit était sombre, sans étoiles visibles dans le ciel. A 2 heures du matin, alors qu'ils se reposaient dans leur voiture à l'abri des fortes pluies, les journalistes de l'Estado Do Pará ont été réveillés par un faisceau de lumière puissant qui - aussi incroyable que cela puisse paraître - traversa la structure métallique du toit du véhicule. Alarmés, ils sont rapidement sortis de la voiture. Puis, quand ils furent à une petite distance de la voiture, ils a vu qu'un faisceau lumineux en forme de tube, d'environ dix pouces de diamètre, descendait d'au dessus sur le toit de la voiture et traversait le panneautage en métal. Tout ceci a continué pendant environ deux minutes. Quand ils ont commencé à prendre des photographies, l'engin qui émettait les faisceaux lumineux et flottait silencieux et stationnaires dans le ciel, a immédiatement éclairé toutes les cimes des arbres aux alentours."

"Nous avons réussi à photographie les OVNIS une autre nuit. Je pense qu'en tout pendant ces veilles de nuit nous sommes parvenus à prendre plus de 200 photos. Pour commencer, nous avons perdu beaucoup d'images. Nous employions un film de très haute sensibilité, et un appareil-photo de Nikon muni d'un téléobjectif. Je n'ai gardé aucune de ces photos, et plus tard, sur des ordres du bureau du journal, la collection entière de nos photos a été vendue à un groupe Nord-Américain - je ne sais pas pour quelle somme."

"Des choses très curieuses se sont produites pendant ces veilles. Au début, les engins apparaissaient la nuit, les marées hautes. Leur arrivée était annoncée par des flashes répétés, en moyenne de 7 à 9. A ce moment, nous commencions à nous sentir très endormis, et j'ai en particulier commencé à ressentir des sortes de nausées. Peu de temps après, l'engin commençait à apparaître. Nous n'avons jamais entendu le plus léger bruit provenant d'eux pendant leurs manoeuvres dans le ciel, qui étaient habituellement très rapides."

Un témoignage donné par le journaliste Biamir Siqueira confirme les récits de Ribamar:

"Une des caractéristiques qui ont immédiatement réveillé ma curiosité était les signaux lumineux qui annonçaient l'arrivée de l'engin. Ces faisceaux de lumière ont traversé le ciel horizontalement et ont été répétés entre 7 et 9 fois, pendant un intervalle de 10 à 45 secondes. Les OVNIS sont toujours apparu avec précision de cette direction (du Nord)."

"En particulier, je suis convaincu que le but des faisceaux lumineux était de préparer l'itinéraire du vaisseau principal, et ce dernier n'a jamais produit le moindre bruit pendant son passage - comme si ces "flashes" étaient conçus peut-être pour balayer toute la matière existant le long de la trajectoire prévue de l'engin."

"Nous avons vu les vaisseaux mère plusieurs fois, et certains d'entre eux avaient une rangée de fenêtres éclairées. Les engins plus petit sortaient d'eux par l'intermédiaire d'une sorte d'habitacle qui s'ouvrait dans la partie la plus basse de l'engin le plus grand."

"En plus de l'éclat lumineux intense des engins, un autre détail intéressant était le fait qu'il était impossible d'employer un flash pour les photographier - nous avons été informés de cela par un collègue de l'Armée de l'Air."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 3 novembre 2001