France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

16 octobre 1954, Ham, Somme:

Référence pour ce cas: 16-oct-54-Ham. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Le Courrier Picard rapportait en page 3 le 21 octobre 1954:

"Deux jeunes gens de Croix-Moligneaux, MM. Marc et Gilles Lemaire, et un troisième, M. Jean Yvart, de Douilly, sont formels: ils ont vu un engin mystérieux."

"Le samedi 16 octobre, au soir, MM. Marc et Gilles Lemaire, ainsi que M. Jean Yvart, se rendaient à leur travail, à Ham. Tous trois sont employés de nuit à la fabrique du sucre, à la S.I.A.S. M. Yvart avait déjà remarqué dans le ciel, vers 21 h. 23, du côté de la ferme de M. Mulliez, un disque rouge suivi d'un cône enflammé qui naviguait, selon ses dires, à la hauteur d'un avion postal."

"M. Marc Lemaire et M. Jean Yvart arrivaient à motocyclette au lieudit le bois de Sancourt; M. Gilles Lemaire suivait à une certaine distance, monté sur une cyclomoteur. Les frères Lemaire aperçurent alors, loin dans l'atmosphère, une petite masse orangée dont ils ne sauraient préciser la forme en raison de l'éloignement, mais qui se dirigeait d'Est en Ouest."

"Comme le phénomène se trouvait à la verticale de M. Marc Lemaire, la motocyclette de ce dernier tomba en panne subite d'allumage et le phare cessa de fonctionner. Même perturbation dans le fonctionnement de la machine de M. Yvart."

"Une seconde après, peut-être seulement une fraction de seconde, et les motos, qui bénéficiaient de leur lancée, repartirent. Les phares, à nouveau, balayèrent la route de leur faisceau lumineux."

"Les deux hommes sont médusés. Ont-ils vu une soucoupe volante? Faut-il établir une corrélation entre le passage de cette soucoupe et l'incident mécanique?"

"Autant de questions qui se posent actuellement."

"La gendarmerie, de son côté, enquête sur ces faits assez troublants."

En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker indiquaient dans donner de source ni plus de détails, qu'à Ham dans la Somme, le 16 octobre 1954 vers 21 h 30: "enquête. Les témoins sont pour la plupart décédés, les autres sont introuvables."

Plus loin dans leur livre, ils affirment que "le peu d'enquêteurs sérieux" qui avaient admis le fait que les cas du 16 octobre 1954 vers 21:30 était causé par un météore étaient les techniciens du bureau scientifique de l'Armée de l'Air. (En réalité, l'ufologue Aimé Michel avait également expliqué cela, avant Barthel et Brucker, dans son livre de 1958).

En 1997, c'est l'ufologue Jean Sider qui sonne plus d'informations. Il indique avoir trouvé le cas dans le journal Le Courier Picard du 21 octobre 1954, et en donner la synthèse:

Le 16 octobre 1954, à 21:25, au Bois de Sancourt près de Ham dans la Somme, Mr. G. Lemaire, Mr. M. Lemaire et Mr. Jean Yvart roulaient en vélomoteurs, quand un disque rouge est passé à leur verticale, à la hauteur d'un avion postal.

Jean Sider dit: "L'allumage et l'éclairage des cyclomoteurs sont coupés."

Une ou deux secondes plus tard, sur leur lancée, les moteurs des deux cyclomoteurs repartent et leurs phares se remettent à fonctionner.

Rapports:

[Ref. cpd1:] JOURNAL "LE COURRIER PICARD":

Scan

Qui n'a pas vu sa soucoupe?

N'en déplaise à certains esprits chagrins qui accusent les journaux d'entretenir une psychose collective par la relation quotidienne de "visions" dans le ciel, nous continuons de faire notre devoir d'information en signalant ici - avec les réserves d'usage - les témoignages que chaque jour nous apporte.

Au reste, des personnes parfaitement dignes de foi parce qu'offrant leurs garanties morales ou mentales, nous viennent entretenir de phénomènes insolites dont elles ont été témoin.

La plupart désirant conserver l'anonymat, ne peuvent donc être taxées de "raconter des histoires pour avoir leur nom sur le journal".

Cette discrétion renforce donc, semble-t-il, le degré de crédibilité que l'on peut accorder à leurs récits.

***

C'est ainsi qu'un jeune fonctionnaire des Finances, circulant lundi soir, à scooter entre Moreuil et Amiens, a pu observer un étrange engin circulaire posé à une centaine de mètres de la route et qui s'éleva soudain dans une gerbe de lumières. Effrayé, le témoin, qui avait arrêté sa machine, reprit la route sans demander son reste...

***

Mardi, à Amiens, entre 12 heures et 12 h. 15, à l'angle de la rue Jules-Barni et de la rue de Croy, plus de 70 personnes assemblées ont pu constater la présence à une haute altitude, d'un engin qui paraissait tournoyer sur lui-même et était "truffé" de feux de différentes couleurs.

Avant de disparaître, l'appareil émit un faisceau de rayons verts qui éblouit tous les observateurs. A tel point que ceux-ci constatèrent (entre eux) qu'il se manifestait encore, quelques instants après, une persistance rétinienne qui leur faisait tout voir, non pas en rose... mais en vert!

Notons, d'autre part, que la veille, c'est-à-dire lundi, vers 9 h., un phénomène identique avait été observé au-dessus de Saint-Acheul.

***

A Curchy, hier matin, un convoyeur des P.T.T., qui se trouvait dans un train, a aperçu, dans le ciel, un disque tantôt visible à pleine surface, tantôt seulement par la "tranche", ce qui lui donnait l'aspect des fameux "cigares".

L'apparition était argentée.

***

Lundi soir, peu avant 21 h., Mlle Francine Leblond, demeurant rue Croix-Saint-Firmin, à Amiens, s'était rendue dans sa cour afin d'y tirer de l'eau, lorsqu'elle aperçut, dans le ciel, une sorte de cigare lumineux qui évoluait à vive allure dans la direction du Nord.

La jeune fille rentra chez elle quelque peu effrayée.

***

Deux jeunes gens de Croix-Moligneaux, MM. Marc et Gilles Lemaire, et un troisième, M. Jean Yvart, de Douilly, sont formels: ils ont vu un engin mystérieux.

Le samedi 16 octobre, au soir, MM. Marc et Gilles Lemaire, ainsi que M. Jean Yvart, se rendaient à leur travail, à Ham. Tous trois sont employés de nuit à la fabrique du sucre, à la S.I.A.S. M. Yvart avait déjà remarqué dans le ciel, vers 21 h. 23, du côté de la ferme de M. Mulliez, un disque rouge suivi d'un cône enflammé qui naviguait, selon ses dires, à la hauteur d'un avion postal.

M. Marc Lemaire et M. Jean Yvart arrivaient à motocyclette au lieudit le bois de Sancourt; M. Gilles Lemaire suivait à une certaine distance, monté sur une cyclomoteur. Les frères Lemaire aperçurent alors, loin dans l'atmosphère, une petite masse orangée dont ils ne sauraient préciser la forme en raison de l'éloignement, mais qui se dirigeait d'Est en Ouest.

Comme le phénomène se trouvait à la verticale de M. Marc Lemaire, la motocyclette de ce dernier tomba en panne subite d'allumage et le phare cessa de fonctionner. Même perturbation dans le fonctionnement de la machine de M. Yvart.

Une seconde après, peut-être seulement une fraction de seconde, et les motos, qui bénéficiaient de leur lancée, repartirent. Les phares, à nouveau, balayèrent la route de leur faisceau lumineux.

Les deux hommes sont médusés. Ont-ils vu une soucoupe volante? Faut-il établir une corrélation entre le passage de cette soucoupe et l'incident mécanique?

Autant de questions qui se posent actuellement.

La gendarmerie, de son côté, enquête sur ces faits assez troublants.

***

Enfin, on nous a signalé en de nombreux endroits le passage de boules lumineuses à peine plus grosses que les étoiles et qui traçaient dans le ciel d'impressionnants sillons multicolores. Il semble, si l'on veut un jour éclaircir le "mystère des soucoupes" qu'il ne faut plus s'attarder sur de tels phénomènes, à moins que leur trajectoire n'offre des particularités vraiment curieuses.

L'un de nos collaborateurs a observé, à Amiens, lundi soir, la chute d'un "objet" vert pâle, mais il n'a pas pensé un seul instant à un engin interstellaire. "Aérolithe", a-t-il dit sans s'émouvoir. Il était sans doute dans le vrai et il serait à souhaiter que chacun fasse désormais preuve du même sang-froid, lorsqu'il aura la chance de se trouver en présence d'une manifestation céleste inédite...

[Ref. vdn1:] JOURNAL "LA VOIX DU NORD":

Scan

Une nouvelle cause
de panne
pour les moteurs:
le passage d'une soucoupe

Si, devant l'abondance des soucoupes volantes dans nos département, nous avons renoncé à présenter, dans cette page, toutes les "visions" dignes de foi ou non qui couvriraient chaque jour plusieurs colonnes, nous n'en signalons pas moins les cas qui sortent de la banalité courante.

C'est ainsi que près d'Ham, le passage d'un engin mystérieux a été marqué par un curieux phénomène. Deux habitants de la région circulaient côte à côte, l'un sur une moto, l'autre sur un vélomoteur, quand ils aperçurent une masse orangée qui se déplaçait dans le ciel. Lorsque cette masse fut au-dessus d'eux, les deux moteurs tombèrent brisquement en panne pour ne reprendre que quand la masse de fut éloignée.

Ce phénomène a déjà été observé en France, mais c'est à notre connaissance la première fois qu'il se produit dans notre région.

[Ref. jdh1:] JOURNAL "JOURNAL DE HAM":

Scan

Etait-ce une
soucoupe volante?

Roulant à bicyclette sur la route de Saint-Quentin samedi soir, près de la ferme Picart à St-Sulpice, M. Paul Vinl, de St-Sulpice, aperçut un engin sphérique illuminé suivi d'un jet lumineux. L'apparition fur brève. Le temps de descendre de vélo et le phénomène avait disparu.

D'autre part, M. Raymond Fernet, habitant rue de l'Arquebuse à Ham, a vu, de sa rue, une lueur dans le ciel qui disparut à vive allure.

Le même soir, MM. Marc et Gilles Lemaire de Croix-Moligneux et Jean Yvart, de Douilly, se rendaient à Ham à leur travail et se trouvant sur la route de Péronne vers le bois de Sancourt, ont aperçu le même phénomène. Une petite masse orangée, dont ils ne sauraient préciser la forme, qui se dirigeait d'Est en Ouest.

Plusieurs personnes de la région auraient également observé le même phénomène.

Etait-ce une soucoupe volante!

[Ref. nnm1:] JOURNAL "LE NOUVEAU NORD MARITIME":

Scan

Encore une pile de soucoupes...

Peu de soucoupes volantes se sont manifestées en France durant les dernières 24 heures, et celles qui sont apparues, aux dires des personnes qui les ont vues, évoluaient sans grande fantaisie. L'une d'elles, près de Luzy, s'est même contentée, affirment un retraité des chemins de fer de Nevers, sa femme et son fils, de prendre la forme d'un dirigeable métallique volant à très faible altitude, mais, il est vrai, à une vitesse "vertigineuse"...

Stop!
Priorité aux engins
mystérieux

Près d'Ham (Somme), le passage d'un engin mystérieux a été marqué par un curieux phénomène. Deux habitants de la région circulaient côte à côte, l'un sur une moto, l'autre sur un vélomoteur, quand ils aperçurent une masse orangée qui se déplaçait dans le ciel. Lorsque cette masse fut au-dessus d'eux, les deux moteurs tombèrent brusquement en panne pour ne reprendre que quand la masse se fut éloignée.

L'engin
éclairait le sol

Sur la route nationale 393, près de Turquestein, le moteur d'un camion a de nouveau été arrêté brusquement par une "apparition lumineuse". Le chauffeur, M. Schonbrenner, les mains rivées au volant comme s'il était paralysé, a vu une sorte de cône à base phosphorescente, dont la pointe était jaune-orange, qui se déplaçait dans le ciel en éclairant le sol.

M. Schonbrenner a déclaré qu'il avait ressenti une sensation de chaleur, comme déjà d'autres personnes dans des circonstances similaires.

- D'autre part à Lorient, un retraité de la marine, M. Jean Roignant, a vu un engin circulaire de couleur blanche qui émettait des lueurs blanches et violettes. C'est un disque, de couleur orange cette fois, qu'a aperçu M. Leonard Roumy, adjoint au maire de Raveau. A Chevenon, près d'Imphy, M. Guy Chevrier n'a vu qu'un sorte de fusée.

Les chevaux
intriguent
les "Martiens"

Melun, 22. -- De très nombreux témoins, habitants des régions de Bray-sur-Seine, Lagny, Moret, Thomery ont déclaré avoir vu, à la nuit tombée, un phénomène étrange: un engin de forme ovale, de couleur jaune orange, mesurant plus de 20 mètres, à 300 ou 400 mètres d'altitude. Précision: les 20 mètres seraient la mesure réelle de l'objet et non sa dimension telle qu'elle leur est apparue.

L'engin est resté immobile pendant un certain temps et a disparu à une vitesse vertigineuse.

Un des témoins, M. André L..., spécialiste de la météo, qui habite Thomery, estime que la vitesse de l'engin était de l'ordre de 10.000 kilomètres-heure, tout simplement. M. L. a précisé:

"Je suis absolument certain, car je connais bien cette question, qu'il ne s'agit ni d'un avion, ni d'un ballon-sonde".

De leur côté, plusieurs cavaliers d'un centre hippique de la Rochelle affirment avoir vu un personnage s'enfuir de leur parc. "Il était étrange, disent-ils. Ce ne pouvait être qu'un Martien".

[Ref. pat1:] JOURNAL "LE PAYS D'AUGE - TRIBUNE":

Scan

Chronique interplanétaire???

EN FLANDRES UN ENGIN ROND...

A Audruicq (P.-de-C.), MM. Maurice Ramette et Léon Gégnier ont aperçu, haut dans le ciel, un objet de forme ronde et de couleur blanche qui se dirigeait vers eux. Brusquement, l'engin obliqua et disparut à une vitesse vertigineuse.

UN APPAREIL INCONNU...

A Hesdin (P.-de-C.)., M. Jean Gambier, agent de police, se rendait à son service lorsque son attention fut attirée par un embrasement du ciel. Au-dessus de la forêt, un engin de couleur rouge semblait descendre de la voûte étoilée. La partie inférieure de l'appareil laissait derrière elle une trainée lumineuse.

De nombreux habitants d'Huby-Saint-Leu, village proche d'Hesdin, ont été également témoins de ce phénomène.

EN ROUSSILLON LA PEUR DES MARTIENS...

Un habitant du vil1age de Prades (Pyrénées-Orientales), à qui deux motocyclistes voulaient demander un renseignement, s'est enfui, l'autre jour, en criant: "Les Martiens arrivent". Rattrapé par les motards, qui, pour le rassurer, avaient enlevé leur casque, le cultivateur avoua que s'il avait eu un fusil entre les mains il les aurait tués.

EN LORRAINE UNE SOUCOUPE...

Une soucoupe a été vue par le surveillant d'un centre pénitentiaire d'Ecrouves, M. Roger Thiriet, demeurant à Blénod-les-Toul (Meurthe-et-Moselle). La soucoupe du geôlier n'est d'ailleurs pas précisément fraiche puisqu'elle serait apparue le 10 octobre. Mais M. Thiriet a gardé longtemps le silence "craignant d'être la risée de ses collègues". Or son secret lui a paru trop pesant et voici le récit qu'a fait aux gendarmes cet homme pondéré:

- Je regagnais à moto le centre, quand vers 6 h. 30, près du pont de chemin de fer, près de Charmes-la-Côte, mon phare fit surgir du brouillard une soucoupe couleur aluminium, posée sur le sol. L'engin avait 2 mètres de diamètre et 1 m 40 de haut. Il était surmonté d'une coupole percée de deux hublots.

"J'ai arrêté aussitôt mon moteur; mais comme je m'approchais, la soucoupe d'éleva sans bruit."

Il se trouve que, ce même 10 octobre, un engin identique a [Suite en page 3]

EN ITALIE DISQUE A ROME ET PANIQUE A LIVOURNE!...

Un disque volant très lumineux, a été aperçu par un groupe d'ouvriers au-dessus d'une rue de Rome. C'est une des innombrables apparitions des "soucoupes volantes" qui visitent, en ce moment l'Italie. Leur venue provoque une vive émotion. A Livourne, un jeune homme, Bruno Senesi, a été envoyé d'urgence dans une maison de tous. Il s'était présenté, très agité, à l'hôpital de la ville en criant: "Ils viennent me prendre... Je les ai vus atterrir dans un champ... Des disques grands comme ça, tout en lumière et en fumée, pleins de Martiens, petits et rouges".

EN INDONESIE UNE ASSIETTE...

La population de Bondowoso, dans l'est de Java, a été frappée de terreur en apercevant un disque blanc et vert, qui passa à grande vitesse au-dessus de la ville et disparut en une demi-minute. Les témoins ont décrit l'objet comme une "grande assiette" animée d'un mouvement rotatif.

DANS LA VALLEE DU RHONE DES AVIATEURS FONT UNE EXPERIENCE

Un avion "Stratojet" qui survole chaque jour la vallée du Rhône, à une altitude d'environ 10.000 mètres a été pris l'autre jour, par plusieurs habitants de Vienne, pour une soucoupe volante.

Un étrange phénomène se produisit en effet, après le passage du puissant avion à réaction. Il se forma dans le ciel des sortes de parachutes, animés de mouvements bizarres, qui bientôt atteignirent le sol.

Les témoins du phénomène se saisirent de cette matière et l'un d'eux mit un peu de la substance dans une boite et la fit photographier aussitôt. Quelques heures après, le contenu de la boite, pourtant étanche, s'était évaporé.

Il semble que la condensation dans l'atmosphère raréfiée et froide de certains éléments du carburant du "stratojet" puisse provoquer des formations blanches ou irisé se déplaçant à grande vitesse et donne lieu ainsi à des interprétations diverses.

Cette observation faite au-dessus de l'aérodrome de Vienne, est identique à celle déjà relatée en son temps, par un habitant d'Oloron.

Scan

Chronique interplanétaire???

(suite de la page 1)

A AUSSAY: UN CIGARE...

Aussay, petite ville située près de Dieppe, a été survolée par un engin mystérieux qui émettait un sifflement bizarre. Il avait la forme d'un gigantesque cigare pouvait atteindre 15 à 18 mètres de long; au centre de l'appareil se trouvait un disque surmonté d'une coupole.

DANS L'AUDE: UNE SOUCOUPE...

A Villepinte (Aude), M. Henri Rouquet, 22 ans, revenait chez lui quand il remarqua une forme lumineuse qui évoluait à haute altitude. Brusquement, l'engin atterrit non loin de la ferme où habite le jeune homme. Mr Bouquet s'empressa alors d'avertir sa famille et plusieurs voisins, qui purent observer distinctement la soucoupe. Au bout de quelques minutes, le disque s'éleva sans bruit et disparut rapidement.

EN PICARDIE LES MOTEURS S'ARRETENT... LES PHARES S'ETEIGNENT!

A Ham (Somme), trois motocyclistes, MM Marc et Gilles Lemaire, et Jean Ivard, se rendaient à leur travail lorsqu'ils remarquèrent dans la voûte céleste un disque rouge suivi d'un cône enflammé qui avançait à la vitesse d'un avion. Au moment précis où l'engin se trouvait au-dessus des motocyclistes, les moteurs de leurs machines s'arrêtèrent brusquement et les phares s'éteignirent. Tout, redevint normal quand l'objet mystérieux s'éloigna.

UNE SOUCOUPE IMMOBILISE UNE AUTO

Un automobiliste de la région de Cherbonnières roulait en compagnie de son fils âgé de 3 ans et demi, sur la route de Sérifère à Paillé lorsque, vers 21 heures 30, l'enfant et lui ressentirent des picotements douloureux, semblables à des décharges électriques, qui s'accentuaient au fur et à mesure qu'ils avançaient.

Le moteur de la voiture s'arrêta brutalement et les phares s'éteignirent. L'enfant se mit à pleurer. Une lueur vive, passant du rouge vif à l'orange, éblouit les occupants de la voiture, qui virent un engin immobile dans l'espace. Puis, ce qu'ils avaient reconnu pour une soucoupe volante, disparut dans la nuit.

été vue à Longwy, dans le nord du département.

- Il doit s'agir d'une arme secrète, a commenté M. Thiriet (qui ne croit pas aux Martiens), construite par une puissance étrangère. A mon idée, l'engin viendrait de l'Antarctique.

EN AUVERGNE UNE "BALANCE"

Deux automobilistes de Royan, M. Labestière et sa femme, ont vu dans le ciel "une sorte de balance qui se dandinait".

- Le fléau était d'un vert éblouissant, ont précisé les témoins. L'un des plateaux était rouge, l'autre orange. Après être restés immobiles, les deux plateaux se détachèrent; se posèrent dans un champ. Deux petits êtres en sortirent et, après s'être croisés, changèrent de plateau. La "balance volante" disparut ensuite, plateaux compris, dans un éclair éblouissant.

EN ILE DE FRANCE UN CIGARE...

A Ollainville, près d'Arpajon six habitants de la localité ont remarqué un engin incandescent qui ressemblait tout d'abord à une étoile et se révéla en approchant en forme de cigare. Venu d'ouest, l'objet a disparu à l'est.

... ET UNE ETOILE

A Saint-Fiacre, non loin d'Etampes, plusieurs personnes ont vu un engin ayant la forme d'une gigantesque étoile tourner au-dessus du village pendant 20 minutes.

EN LIMOUSIN UNE DEMI-SPHERE...

Le maire de Nexon (Haute Vienne) a vu une demi-sphère métallique très brillante qui planait à, une vitesse vertigineuse, sans bruit.

ET UN DISQUE...

Un disque très brillant a même été vu à Boulogne-sur-Seine, par une dizaine d'ouvriers de la Régie Renault. Le phénomène avait été observé en plein jour pendant une demi-heure.

EN BRETAGNE UNE SOUCOUPE...

A Trevedec (C.-du-N.), plusieurs personnes ont vu planer au-dessus de la mer une soucoupe volante.

A AIRE-SUR-LA-LYS UNE SPHERE...

Près d'Aire-sur-Lys, un ouvrier des aciéries d'Isbergues a vu une sphère lumineuse descendre lentement. Quand elle toucha le sol, le ciel s'illumina.

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel écrit du météore du 16 octobre 1954 à 21:30:

LE TEST DU METEORE. Le 16 octobre, comme par un fait exprès, un splendide bolide traversa le nord de la France vers 21:30. Il fut observé sur une vingtaine de départements par des milliers de personnes, depuis l'Allier jusqu'à la Lorraine et de la frontière Suisse à Paris. Naturellement de nombreux témoins crurent avoir vu une Soucoupe Volante et le dirent. Les journaux imprimèrent "Soucoupe Volante à Orly", ou "à Montididier" ou "à Metz." Mais une fois encore la description faite par toutes ces cervelles débiles se révéla d'une remarquable honnêteté.

[...]

Les innombrables témoignages recueillis montrent en effet que même quand les témoins ont appelé "Soucoupe Volante" l'objet observé, leur description est identique sur 200.000 kilomètres carrés où le phénomène fut visible: une "boule orange suivie d'une traînée", une "grosse boule lumineuse avec une queue", un "oeuf volant suivi d'une traînée", un "cul de bouteille avec une traînée de trente fois son diamètre", etc. Le même phénomène est uniformément décrit.

[...]

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs notent ce cas au 16 octobre 1954:

"Ham - 80 - vers 21 h 30: enquête. Les témoins sont pour la plupart décédés, les autres sont introuvables."

Plus loin dans leur livre, ils affirment que "le peu d'enquêteurs sérieux" qui avaient admis le fait que c'était un météore qui avait généré ce type d'observations étaient les techniciens du bureau scientifique de l'Armée de l'Air.

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Jean Sider a découvert ce cas dans le journal "Le Courier Picard" du 21 octobre 1954, et en donne la synthèse:

Le 16 octobre 1954, à 21:25, au Bois de Sancourt près de Ham dans la Somme, M. G. Lemaire, M. M. Lemaire et M. Jean Yvart roulent en vélomoteurs.

Un disque rouge passe à leur verticale, à la hauteur d'un avion postal.

L'allumage et l'éclairage des cyclomoteurs sont coupés.

Une ou deux secondes plus tard, sur leur lancée, les moteurs des deux machines repartent et leurs phares se remettent à fonctionner.

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4163: 1954/10/16 21:30 2 3:04:20 E 49:44:20 N 3333 WEU FRN SMM 8:7

HAM,FR:2 OBS:DISQUE+CONE >E DANS SEQUENCE:ORG OBJ FROLE VELOMOTEUR qui S'ARRETE/EME

RefN°194 LUMIERES dans la NUIT.(LDLN France) Numéro No. 321 : ROUTE+RAILS

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans la Somme à Ham le 16 octobre 1954 à 21:25 heures "Au Bois de Sancourt 3 personnes roulent en vélomoteurs. Un disque rouge passe à leur verticale, à la hauteur d'un avion postal. L'allumage et l'éclairage des cyclomoteurs sont coupés. Une ou deux secondes plus tard, sur leur lancée, les moteurs des deux machines repartent et leurs phares se remettent à fonctionner."

La source est indiquée comme étant mon site web: "Les OVNI vus de près par Gross Patrick ** http://ufologie.net"

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 16 octobre 1954 à 21:30, à Ham, France, des "Lumières Nocturnes ont été rapportées sur une route."

La source est dite être "Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002".

Explications:

Ce soir-là vers cette heure-là était bien passé au-dessus de cette région notamment le "gros météore" qui avait généré de nombreux rapports.

Les points à considérer ici me semblent êtres:

La version de Barthel et Brucker est d'un totale pauvreté. Aucune indication de ce qui se serait passé, aucune source.

Barthel et Brucker semblent donner une indication que leur "enquête" ait pu avoir été fictive. Il y aurait eu trois témoins selon la presse citée par Sider plus tard. Barthel et Brucker disent que les uns, donc au moins 2, sont décédé, et les autres, donc au moins 2, sont introuvables. Ce qui nous fait au moins 4 témoins, pour une affaire ou les témoins sont ensemble en train de rouler donc avec peu de probablité d'un nombre indéterminé de témoins, ou d'un témoin que l'on aurait "oublié" de compter. Je trouve cela curieux pour le moins, voire suspect.

Barthel et Brucker ne donnent pas de noms de témoins, alors qu'il semble qu'ils aient été donnés dans la presse auparavant, donc que le témoins n'avaient pas exigé d'anonymat. Ils disent alors de pas en avoir trouvé, mais en ne donnant pas les noms, ils empêchaient alors quiconque d'autre de tenter de faire mieux qu'eux. Voila encore une chose qui me seble suspecte - et également très habituelle de leur part.

L'indication de la hauteur du phénomène donnée par les témoins (ou au moins l'un d'eux) que l'on trouve chez Sider ne signifie pas grand chose. A la hauteur d'un avion postal, cela peut seulement suggérer que cela nest pas passé à quelques mètres au-dessus d'eux, mais plutôt à quelques centaines de mètres ou bien plus au-dessus d'eux. Les témoins ignorant la taille du "disque", il ne peuvent donner de distance précise.

On comprend que pour Sider, l'extinction des moteurs et des phares des deux mobylette et leur rallumage apparamment spontanés donnent son étrrangeté à l'affaire, que l'on classerait aisni en RR2 au lieu de LN.

Il y a un certain nombre de cas "d'arrets de moteur" et "d'extinction de phares" ou autres "parasites sur la radio" lors du passage de phénomènes non identifiés par leur témoins, lors de la vague française de 1954, et en d'autres pays et d'autres années.

On fait parfois remarquer à juste titre que sous le coup de l'émotion, un témoin peut faire caler son moteur involontairement voire inconsciemment.

Ici, nous avons deux mobylettes différentes pur lesquelles à la fois le moteur se coupe et le phare s'éteint, et pour lesquelles moteur et phares se remettent à fonctionnier spontanément, si du moins on en croit la version donnée par Jean Sider. Est-ce que cela peut se produire involontairement et inconsciemment? Peut-être, mais je n'en suis pas sûr.

Mais est-ce rapporté correctement par Sider et par le journal sur lequel il se base? Faute d'avoir l'original à ce jour, je préfère en rester sur un "possible météore de 21:30".

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Ham, Somme, Lemaire, Jean Yvart, bois de Sancourt, moteur, phare, panne, multiple, route, nuit, disque, rouge, avion, moto, vélomoteur

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 23 octobre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 27 décembre 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lcn1], [uda1].
1.1 Patrick Gross 24 novembre 2019 Additions [lhh1], Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchée. Peut-être le météore du 16 octobre 1954 à 21:30."
1.2 Patrick Gross 30 janvier 2020 Additions [cpd1], [pat1].
1.3 Patrick Gross 26 février 2020 Addition [nnm1].
1.4 Patrick Gross 13 mars 2020 Addition [jdh1].
1.5 Patrick Gross 22 avril 2020 Addition [vdn1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 22 avril 2020.