AccueilAcceuil
This page in English

Ufologie officielle:

L'US Air Force, Blue Book, et l'ufologie civile, une rencontre en 1952:

Voici les minutes de la rencontre du 2 avril 1952, qui a réuni le Colonel Kirkland et le Lieutenant Ruppelt de l'Air Technical Command (ATIC) de l'US Air Force et les membres du Civilian Saucer Investigations (CSI) de Los Angeles, pour discuter du problème des OVNIS et leur étude par l'Air Force.

Une brève présentation des participants est:

Les invités furent:

MINUTES DE LA RENCONTRE AVEC CIVILIAN SAUCER INVESTIGATIONS TENUE LE JEUDI, 2 AVRIL 1952, 20:00,
AU MAYFAIR HOTEL, LOS ANGELES, CALIFORNIE

La réunion a été ouverte par le Président, E.J. Sullivan, qui a présenté le Colonel Kirkland et le Lieutenant Ruppelt, représentants du Commandement Technique de l'Air [ATIC].

1. Col. Kirkland: Quand nous avons entendu parler pour la première fois de votre groupe, nous avons été très désireux de venir à votre rencontre et de vous faire savoir ce que nous essayons de faire. L'Armée de l'Air est passée par une suite d'attitudes sur ces trucs. Le Lieutenant Ruppelt et moi ne nous en sommes pas occupé très longtemps; cependant, nous étions au Centre Technique du Renseignement quand l'intérêt a semblé être renouvelé pour ces choses. En examinant la situation à ce moment-là, nous avons constaté qu'il y avait un ensemble d'environ 800 cas. Bon nombre d'entre eux n'avaient pas été évalués. L'effort général a semblé aller vers l'idée de prouver que ces choses étaient des objets connus - avions, ballons, etc. L'attitude officielle de l'Armée de l'Air est que nous voudrions savoir ce qu'ils sont. Nous ne voulons pas nous faire attraper dans le piège de ce monsieur qui s'est pointé et a dit qu'ils étaient tous les ballons Skyhook. Il est évident qu'il y a un éventail trop large pour qu'on désigne une seule cause.

L'effort que nous faisons maintenant est d'obtenir plus de faits. Nous ne savons pas ce que sont ces choses - nous n'en avons pas la plus légère idée. En parcourant l'article de LIFE, j'ai remarqué une conclusion que nous n'avions pas pu atteindre, qui est l'indication que ces choses sont faites par une intelligence que nous ne comprenons pas. Dans l'histoire de ce programme, nous avons essayé d'employer des spécialistes dans divers domaines. Jusqu'ici, rien de significatif n'est sorti de notre recherche. Nous avons estimé que nous devrions avoir un groupe de scientifiques disponible comme une sorte de panel que nous pouvons inviter. En d'autres termes, quand nous avons un cas qui pourrait être d'intérêt pour un homme dans un certain domaine, nous pouvions le lui refiler. Il est possible que si nous avions confié les aérolithes verts à un scientifique et qu'il était favorable sur le cas, que les résultats auraient été différents. Nous faisons bon accueil à n'importe quelle suggestion quant à la façon dont nous pourrions obtenir plus de faits. Nous n'entendons pas parler de tous les cas. Il y a un système de rapport mis en place pour cela, cependant, et si n'importe qui voit des objets non identifiables dans le ciel et ferait rapport à la base aérienne la plus proche, l'information nous arriverait. Environ 15% de tous les rapports défient l'explication. Ils la défient probablement parce que nous n'avons pas assez de faits. Mais nous ne le saurons pas jusqu'à ce que nous obtenions les faits.

2. Lt. Ruppelt: Nous essayons d'adopter une politique pas trop influencée par le fait que les idées précédentes ont été que tout est des ballons ou que tout ceux qui les rapportent sont des fous. Nous essayons de rester dans le concret et le précis. Nous n'avons jamais eu assez de données pour dire qu'il y avait quelque chose. Il y a toujours un ou deux facteurs manquant que nous devions avoir. Nous n'avons jamais eu une mesure d'altitude sur n'importe quoi. Je suis très au courant de tous les rapports au cours de la dernière année. Nous n'en avons jamais eu un sur lequel ils ont pu obtenir la triangulation de deux stations en même temps. Si quelque chose est à plus de 5.000 pieds et vous ne savez pas quelle taille elle a, vous n'avez aucune idée de la hauteur à laquelle elle est. Le facteur principal final est le jugement de quelqu'un. Nous ne disons pas que ces personnes ne sont pas de bons juges, mais nous voulons avoir les faits noir sur blanc. La première chose que nous allons faire est d'employer un réseau de diffraction pour essayer de déterminer la composition de ces choses. Si nous pouvons obtenir des photographies des observations de lumières, cela nous donnera un spectre - une bonne avancée. Si ces lumières ne sont pas des météores, nous pouvons aller vers les radars ou à d'autres dispositifs de ce genre. Nous n'avons jamais eu d'observation visuelle et de signal de radar ensemble. Nous avons eu des observations depuis le sol et des avions de chasse envoyés sur place. Les avions de chasse obtiennent un écho radar mais ils n'ont jamais pu voir de quoi c'était l'écho. Nous en avons eu deux ou trois à Oak Ridge comme cela. Une bonne observation que nous avons eu était à Dayton où un certain pilote de ligne aérienne a rapporté voir cet objet et il s'est avéré que c'était un très mince couche de nuages de glace. En même temps Vénus était très exceptionnelle dans cette partie du ciel. Les pilotes voyaient Vénus et l'écran du radar détectait le nuage de glace.

Nous avons pensé essayer d'attacher des caméras sur les ensembles de radar. Alors si nous obtenons n'importe quelle image sur le film nous saurons que le radar détecte réellement une image. Mais nous n'avons aucun cas du tout où nous avons des faits concrets.

Cette image dans LIFE des lumières en forme de V est une bonne trouvaille. Nous ne soutenons pas que ces personnes ne disent pas la vérité au sujet de ces images. Mais nous n'avons aucune photo prise dans des conditions contrôlées, et nous devons avoir des photos prises dans de telles conditions de sorte que nous sachions comment elles ont été faites. Nous en avons pris à White Sands, mais il est difficile de dire si elles étaient des météores. Ces choses peuvent ressembler à des météores mais elles peuvent ne pas être des météores. La seule chose que nous avons sur des objets nocturnes est le propos de l'observateur.

Il y a des ensembles entiers dans les inconnus qui font partie d'observations de ce type. Tout ce que nous voulons est de bons faits concrets, et nous sommes ouverts à toutes les suggestions. Nous n'essayons pas de promouvoir l'idée que ces choses pourraient venir de Russie ou qu'elles pourraient être interplanétaires - nous ne le savons tout simplement pas. Nous avons besoin de faits pour justifier l'argent que nous avons dépensé à cela. Nous avons développé un système de reportage dans l'Armée de l'Air qui a été en vigueur pendant les cinq dernières années. Dans les deux dernières années, la plupart de nos rapports sont venues des sources militaires. Dans beaucoup de cas, nous avons pu résoudre ces objets comme étant des ballons météo.

Il y a eu beaucoup de polémiques sur ce cas où les pilotes ont vu cette chose en Alabama. Les astronomes disent qu'ils pensent que beaucoup des détails sont imaginés. Maintenant je ne sais pas. Je ne vais pas me ranger à un côté ou l'autre sur cela. J'ai parlé à un pilote il y a environ deux mois qui a donné du fil à retordre à l'Armée de l'Air pour des tirs de missiles dans les voies aériennes. Je ne l'ai jamais convaincu que ce n'était pas un de nos missiles qu'ils avaient mis à feu au centre d'essai du Michigan. C'est l'impression que quelques pilotes obtiennent de ces choses. Je voudrais être très juste avec ces choses et en comprendre chaque aspect.

3. Col. Kirkland: Une des façons dont nous avions géré le matériel est de le classer et de le trier en types et en lieux, etc... Nous avons dans le dossier tous ces cas qui sont expliqués avec certitude. Ensuite y a un plus petit groupe certainement non expliqué. Ensuite il y a une groupe qui pourrait être expliqué. Pour parler de l'aspect coûts, c'est terriblement difficile quand vous considérez que la chance de voir une de ces choses est assez mince. Une observation radar, à moins qu'elle soit celle d'un objet connu, ne signifie rien. Une des façons dont les gens de l'électronique l'abordent, en plus d'obtenir une photographie réelle, est d'avoir deux radars sur différentes fréquences détectant la même chose. Ce sont ces sortes de problèmes auxquels nous nous heurtons. Il est difficile pour nous de dire que nous sommes convaincus que le problème est tellement sérieux que nous devons avoir chaque radar réglé et concentré sur ce travail. Ce que nous faisons maintenant a une base limitée. Mais si nous trouvons que nous n'obtenons aucun fait, nous irons un petit peu plus loin.

4. Lt. Ruppelt: Nous avons environ 800 rapports qui sont arrivés depuis 1947. Nous circulons à travers le pays vers tous les organismes gouvernementaux qui pourraient avoir reçu des signaux que nous n'avons jamais obtenus et nous classons ceux-ci en un endroit. En 1947, plus de rapports sont venus Washington et d'Orégon. En 1948, ils ont semblé se déplacer plus vers la côte Est dans une certaine mesure. Pour le reste du temps, ils ont semblé étendre au-dessus de tous les Etats-Unis. Il y a concentration autour d'Oak Ridge, de Los Alamos, White Sands, Dayton et Columbus. Il y a des concentrations dans une certaine mesure autour des de ports tels que la Nouvelle-Orléans, New York, San Francisco. Nous ne savons pas ce que cela pourrait signifier. La région de White Sands et d'Albuquerque est l'endroit le plus logique pour que nous commencent à installer nos caméras, et c'est où nous allons les mettre.

Nous avons classé ces choses selon la forme. Je pense qu'environ 27% ont cette forme familière de sphère ou de soucoupe. Ce type de rapport a diminué. Nous avons un certain pourcentage, 35%, qui pourrait très bien être des météores ou des étoiles brillantes. A peu près 2% pourrait réellement être une certaine sorte d'engin volant comme une aile delta. A peu près 5% sont des groupes de lumières. A peu près 10% ont une forme de cigare ou de fusée. N'importe quelle lumière brillante qui se déplace à travers le ciel formera une image sur votre oeil et sera ovale. Environ 15% sont juste divers - juste quelque chose que vous pouvez imaginer. Nous avons essayé d'établir un certain genre de pattern pour ces derniers, mais nous avons tellement de formes que c'est peu un difficile. Les lumières la nuit sont très communes. Nous avons à des rapports de ce genre tout le temps.

Cet aérolithe vert est le seul type d'observations qui a uniformément le même modèle tout du long. C'est la première chose sur laquelle nous allons faire travailler notre réseau de diffraction. Ils semblent arriver par cycles. Décembre et janvier semblent être les grands mois. Il se trouve que j'en ai vu un comme cela là bas dans le Texas. Ils sont très impressionnants. En fait, ils vous effrayent. Une idée est qu'ils ont quelque chose en rapport avec les aurores boréales. Une autre suggestion est que c'est un nouveau genre de météore dont nous n'avons jamais entendu parler avant, et ça c'est possible. Même les astronomes bien connus estiment qu'il y a assez d'inconnu au sujet de ces choses, que nous devrions concentrer sur elles, et nous allons faire cela.

Un grand pourcentage des rapports tombe dans la catégorie civile mais un bon nombre a été rapporté par des pilotes de l'Armée de l'Air. A peu près 5% sont rapportés par des scientifiques à White Sands, et des gens dans cette catégorie. Nous sommes sincèrement intéressés par ceux-là. Nous avons quelques rapports de pilotes civils volant à travers le pays. Nous estimons que le personnel militaire constitue des observateurs assez dignes de confiance. Quand ils déposent leurs rapports par des canaux de l'Armée de l'Air, cela élimine toute possibilité d'une plaisanterie. Si ces des militaires sont pris à faire des plaisanterie par des canaux...!

Un bon nombre de gens ont été très intéressé par les virages à 90 degrés que ces choses font et elles d'un certain nombre de G qu'elles subissent en faisant ces virages. Les quelques formes de soucoupe que nous avons eue rapportées se sont avérées être en réalité des ballons. Un ballon montant semblera être plat. Mais le vieux rapport standard d'une forme définie de soucoupe a beaucoup diminué. Nous avons essayé de faire un petit sondage et de découvrir si ces rapports ont commencé réellement en 1947 ou si les gens sont juste devenus conscients d'eux et ont commencé à les rapporter alors. Si nous ne pouvons pas trouver la moindre mention de ces choses avant 1947, cela doit être qu'ils ont commencé à se produire en 1947. Ce livre par Charles Fort - nous avons eu quelques astronomes pour se pencher dessus. Ils ne peuvent pas réfuter ces trucs, mais ils ne peuvent pas les prouver noir sur blanc non plus.

5. Knoll: Ses sources d'information sont-elles authentiques?

6. Ruppelt: Cela nous n'avons pas encore pu le vérifier. Mais nous avons pensé que nous le vérifierions.

7. Williams: Nous avons reçu quelques lettres dispersées de rapports vus il y a des années.

8. Ruppelt: Il est possible que nous en obtenions aussi. Nous avons jeté beaucoup de lettres que nous avons reçues avec des informations comme cela. Une raison pour laquelle nous n'avons pas voulu beaucoup de publicité sur ceci est en raison des lettres de cinglés. C'est notre règle que de répondre à chaque lettre que nous recevons, peu importe ce qu'elle indique. Nous recevons quelques lettres honorables mélangées à des lettres de cinglé. Nous n'avons pas eu trop de lettres honorables avec des rapports remontant à avant 1947. Nous en avons eu une d'un montagnard du Tennessee se reposant devant sa cheminée et une roue du feu est passée à travers sa pièce avant et il a surmonté son arthrite. Nous obtenons quelques rapports de partout dans le monde. Je dirais qu'une toute les vingt vient de l'extérieur des Etats-Unis.

9. Ireman: Quelle est la fréquence des observations actuellement?

10. Ruppelt: Il y a une certaine apparence d'un pattern pour la fréquence de ces choses. Nous n'avons pas réussi à le déterminer. Nous avons comparé avec les essais de bombes atomiques de bombe pour voir s'il y avait la moindre corrélation mais il n'y en avait pas. Par ailleurs, nous allons commencer à mettre ces choses sur carte IBM parce que nous en avons tellement que nous ne pouvons pas les manipuler avec le fichier que nous avons maintenant.

11. Kirkland: Les gens ont proposé toutes les sortes d'idées sur des corrélations. Un camarade que nous avons rencontré dit qu'il avait constaté que ces cas qu'il connaissait se sont tous produits aux marées hautes et basses. En vérifiant ceci, nous n'avons trouvé aucune corrélation. Mais il y a toutes les sortes d'idées.

12. Ruppelt: Nous avons des données très petites que nous pouvons utiliser excepté ces tendances en test. Si nous faisons un graphique de ces choses, nous avons un pic, puis une chute, puis un autre pic. Je ne sais pas pourquoi c'est comme ça. Une chose est que dans les trois dernières années il y a eu très peu de publicité dans les journaux sur ça. Mais les rapports continuent à nous arriver en un nombre à peu près identique. Nous ne pouvons pas y donner une explication à moins qu'il soit quelque chose qui se produit sur un certain cycle défini.

13. Kirkland: Nous avons eu plusieurs rapports par semaine au cours des dernières années. Nous n'avons pas les figures exactes. Je prends fréquemment un journal et y vois une observation dont nous n'avons jamais entendu parler. Il y en avait une intéressante au-dessus de Columbus il y a quelques semaines qui a été expliquée par les journaux. Comme la plupart d'entre vous le savent, les pilotes de ligne aérienne sont plutôt peu disposés à rapporter ces choses. Ils sentent que cela pourrait leur retomber dessus d'une manière ou d'une autre. Bon nombre d'entre nous ont parlé à divers pilotes de ligne aérienne que nous connaissons et nous constatons qu'ils ont vu des choses nous ne pouvions pas expliquer mais qu'ils n'en ont pas fait de rapport.

14. Nelson: Cette tonalité se retrouve dans beaucoup de nos lettres: "je n'ai parlé de ceci à personne, parce qu'on me traiterait de fous, donc je vous écris."

15. Ruppelt: La rumeur est que ces pilotes de ligne aérienne voient beaucoup de choses. Nous allons essayer de travailler avec les lignes aériennes et d'établir un certain genre de système de sorte que les noms du pilote n'apparaissent jamais sur les rapports. Dans certains exemples nous avons su qu'un pilote a vu quelque chose et nous allions parler au pilote et lui a nié avoir jamais vu quoi que ce soit.

16. Ireman: Ces choses sont-elles jamais entrées dans une action finale qui correspondrait à un pattern?

17. Kirkland: Non, excepté dans des types spécifiques tels que les aérolithes verts.

18. Ireman: Y avait-il un pattern de soucoupes qui explosent?

19. Kirkland: Il y avait eu des cas de ces choses explosant, mais pas beaucoup d'entre elles.

20. Williams: Avez-vous jamais abordé l'affaire de Farmington? Elle s'est produite il y a deux ans ce mars pendant trois jours dans les airs. Près des deux tiers de la population totale sont sortis dans les rues aux environs de midi chaque jour et ils ont vu des centaines d'objets aériens. Nous n'avons jamais pu obtenir d'information du rédacteur de journal qui les a rapportées. Il travaille toujours là et nous nous étions réellement demandés s'il avait été fermé par une certaine agence gouvernementale.

21. Ruppelt: Nous n'avons jamais à ma connaissance, dit à quiconque de ne pas parler de ce qu'ils ont vu. Nous avons dit à des gens de ne pas se mettre en avant et de ne pas faire trop d'histoires à ce sujet. Et je puis dire que le FBI n'est pas impliqué là dedans. Nous n'impliquons pas le FBI parce que nous n'opérons tout simplement pas de cette façon.

22. Knoll: Avez-vous jamais trouvé comment le fermier à Portland qui a pris une photo a obtenu son image?

23. Ruppelt: Non. Et l'autre là bas en en Oregon où des gars ont ramassé un fragment d'une d'elles et volaient sur le chemin du retour quand leur avion a disparu était un canular. Le type a imaginé toute l'histoire. Deux types dans un avion ont été certainement tués, mais il n'y avait aucun rapport avec les soucoupes volantes. C'était juste une de ces choses qui arrivent. En dernier recours, quand quelqu'un imagine une histoire comme ceci, nous y allons et nous leur parlons et leur disons que si vous avouez maintenant nous le garderons confidentiel. Nous avons fait cela dans plusieurs cas.

Nos photographies auxquelles nous accordons de la crédibilité n'ont jamais assez de détails pour que nous puissions dire ce qu'elles montrent.

24. Bryson: Comment avez-vous obtenu vos meilleures images jusqu'ici?

25. Ruppelt: Je pense que ces images de Lubbock sont les meilleures que nous ayons jamais reçu. Ce gosse a semblé être très honnête au sujet de toute la chose. Le seul truc qui m'a turlupiné était que son père était avec lui chaque fois nous lui avons parlé. Il a pu avoir commencé comme une plaisanterie et avoir juste eu peur d'y renoncer.

26. Sullivan: Une chose intéressante est que ces lumières sont presque en forme de coeur. Dans quelques lettres nous avons obtenu, l'auteur s'est donné beaucoup de peine pour dessiner exactement la même forme.

27. Ruppelt: Êtes-vous au courant du fait que le professeur d'université dit que ces images sont des trucages?

28. Ireman: A quoi les intensités ont-elles été comparables?

29. Ruppelt: Nous avons vérifié des intensités soigneusement. En gros elles se comparent à celle d'une planète brillante la nuit.

30. Ireman: Comment espérez-vous obtenir un spectre de ces objets en mouvement?

31. Kirkland: Nous avons confié cela à l'un des professeurs qui travaille là-dessus maintenant. Ils n'ont pas encore fait d'essai pour le moment; ils ne savent pas.

32. Ruppelt: Nous partons sur la base de ces rapports visuels que les gens ont faits où ils comparent les intensités avec la pleine lune. Si elles deviennent beaucoup plus faibles, nous n'y arriverons pas.

33. Ireman: Je suis très impressionné du manque d'intensité. Ces mesures dans les mains de personnes inexpertes, je crains que cela ne rende ce programme très difficile à mener.

34. Kirkland: Cela va être plutôt intéressant de le suivre parce que jusqu'ici ils sont sacrément encourageant. Si nous obtenons n'importe quoi qui approcherait même de la lune, nous aurons quelque chose.

35. Knoll: Est-ce l'Armée de l'Air ou n'importe quelle agence se soucie d'essayer d'établir franchement qu'il y a deux astéroïdes dans l'orbite de la terre - de petits corps qui pourraient être idéaux comme station spatiale. Elle pourrait être artificiellement placée là. Si c'est vrai, est-ce que cela ne serait pas payant d'observer ces corps avec les meilleurs télescopes?

36. Ruppelt: L'Armée de l'Air, dans un autre projet, a des astronomes qui travaillent à diverses choses, et je pense que si cela existait, ils s'en rendraient compte et travailleraient là-dessus. On a pensé à cela dans une certaine mesure.

37. Knoll: Une autre hypothèse serait si la lune a été employée comme station spatiale. Ce serait le premier arrêt normal pour quelqu'un venant de l'espace extra atmosphérique.

38. Nelson: Est-ce qu'une corrélation a été faite de la fréquence de ces observations avec la position de la terre par rapport à d'autres planètes?

39. Ruppelt: Cela a été fait il y a plusieurs années. J'ai oublié les résultats mais cela n'était rien d'exceptionnel parce que nous nous en serions rappelés. Pour en revenir à votre question, M. Knoll, je ne puis pas répondre à cela.

40. Bryson: Avez-vous jamais eu des rapports du personnel qui travaille au Mont Palomar?

41. Ruppelt: Non, nous n'avons pas eu. Nous n'avons jamais [demandé] là officiellement, cependant. Nous avons eu un rapport d'un astronome très digne de confiance. Un autre endroit dont nous n'avons eu aucun rapport est ces stations de rayons cosmiques qui sont réparties à travers les Rocheuses.

42. Ireman: Un bon nombre de ces gens sont peu disposés à discuter des choses. Ont-elles été alertées?

43. Ruppelt: Non, ils n'ont jamais été officiellement alertés.

44. Bryson: Pourriez-vous nous donner des détails sur les photos qui ont été prises d'une station arctique, d'une traînée qui s'est imprimée dans la couverture nuageuse?

45. Ruppelt: Ca a été vérifié par les astronomes ils conviennent tous que c'était un grand aérolithe.

46. Bryson: Voulez-vous dire une comète ou un aérolithe?

47. Ruppelt: Et bien, je ne sais pas comment nous définirons cette limite. Un grand météore a pu partir de cette traînée. Est-ce que c'est celui qui a été rapporté en 1948?

48. Knoll: Avez-vous été en contact avec la base de Brown-Townsend? Ils peuvent faire la démonstration d'une soucoupe, son effet corona et tout ça.

49. Kirkland: Nous en avons beaucoup entendu à ce sujet. Cela a été rapporté en détail par un monsieur qui avait passé un certain temps avec eux, et j'ai appris qu'il est toujours intéressé à cela.

50. Ruppelt: Certaines de nos meilleures observations ont eu cette décharge. C'est une chose qui nous intrigue. Vous ne voyez pas un objet défini.

51. Dr Riedel: Mon contact personnel avec cette fondation n'est pas profond. La fondation a un jour contacté avec North American Aviation, mais ils n'ont jamais montré l'expérience, ils en ont seulement discuté, et cela en est arrivé à un désintérêt total de la part de North American. M. Knoll et moi avons vu deux soucoupes qu'elles nous ont été montrées. Ces décharges corona sont très intéressantes. Le diamètre de toute l'unité est de presque toute la largeur de cette pièce.

52. Ruppelt: Une compagnie a découvert ceci et ils ont employé quelques physiciens pour l'examiner. Ils ont proposé comme conclusion qu'il n'y a pas assez d'information de l'une ou l'autre manière pour leur permettre de mettre plus d'argent là dedans. Mais ils l'observent toujours.

53. Kirkland: Fréquemment, es sociétés viennent chez nous et elles suspectent fortement que ce soit quelque chose que nous avons qui est vu, et c'est comme cela que nous avons entendu parler de celui-ci.

54. Knoll: Cette chose est montée sur feuille de plexiglas d'environ 1/16.

55. Sullivan: Nous avons entendu parler la première fois de ceci dans une lettre que nous avons reçue dans notre boîte postale.

56. Bryson: Pourriez vous nous donner une idée au sujet de la façon dont l'Armée de l'Air a changé sa politique concernant les soucoupes.

57. Kirkland: Il est très difficile de dire que l'Armée de l'Air a changé sa politique. Je suis arrivé au Centre aux environs d'août 1950. Nous avions continué à rassembler des données même après que l'impression ait été que nous avions renoncé. Nous avions toujours ce groupe de cas que nous ne pouvions pas expliquer. Nous les avons toujours eus. Dans la dernière année, les gens hauts placés dans l'Armée de l'Air sont devenues plus intéressées, probablement parce qu'elles se sont rendues compte de certains de ces cas qui n'ont pas été expliqués. En conséquence, quand la presse ou quelqu'un d'autre sont arrivés pour discuter, ils ont obtenu l'histoire. En ce qui me concerne, à mon niveau, il n'y a jamais eu le moindre changement de politique. Je pense que l'attitude au sommet a probablement changée. Notre supérieur immédiat à Washington a été intéressé et est concerné autant que nous à notre niveau.

58. Bryson: Je veux dire après que quatre ou cinq ans de non-reconnaissance que de telles choses existent, pourquoi ont-ils renversé leur décision, par exemple, avec les observations au-dessus de la Corée? [Voir 1952, Corée sous ce lien à gauche] C'était la première fois que l'Armée de l'Air a franchement admis que les objets non expliqués volaient là dehors.

59. Kirkland: Je suis raisonnablement sûr qu'il y avait là de nombreux cas non expliqués. A notre niveau il n'y a jamais eu aucune tendance à le nier. Pour quelque raison le projet était très fortement classifié. Je suppose que c'était une hésitation à faire apparaître la moindre vague d'hystérie. Je suis tout à fait sûr que l'impression a été que l'Armée de l'Air rejettait ces choses. Le chef de notre Centre a été cité comme ne croyant pas en ces choses - je veux dire qu'il a vraiment estimé qu'elles étaient explicables. Je connais le Lieutenant Ruppelt, lui et moi, depuis que nous avons été exposés à cette chose, avons eu le sentiment qu'il y a de l'inexplicable là dedans et nous voudrions avoir des faits. Il a pu y avoir eu un raisonnement au niveau de l'état major de l'air que je n'ai pas connu à ce sujet qui a motivé cette annonce publique.

60. Bryson: Il n'y avait aucune politique définie du tout?

61. Kirkland: En ce qui me concerne, il n'y en a jamais eu.

62. Ireman: Que diriez-vous de la fois ou Truman est sorti de ses gons, quand il a dit absolument et franchement non?

63. Kirkland: Je ne m'en rappelle pas.

64. Williams: Une des choses le plus largement éditées était rapport d'Henri J. Taylor dans le Reader's Digest.

65. Ruppelt: Je m'en rappelle.

66. Williams: Mon expérience a été que cela, plus que n'importe quel facteur unique, a donné l'impression au public que ces choses doivent être les nôtres.

67. Kirkland: Nous rencontrons encore toujours cette attitude.

68. Bryson: Peut-être il y a quelque chose que la marine possède et que l'Armée de l'Air ne connait pas.

69. Ruppelt: Ce n'est pas à totalement impossible que ce soit quelque chose à nous, mais si ça l'est, c'est un super-Manhattan, parce que nous avons essayé par tous les moyens de le découvrir.

70. Bryson: Vous dites qu'il y a d'autres programmes où de nombreux astronomes travaillent pour l'Armée de l'Air. Obtenez-vous des rapports de ces programmes qui se rattacheraient à celui-ci?

71. Ruppelt: C'est exact. Mais nous n'en avons pas eu beaucoup.

72. Kirkland: Nous estimons que ce serait sûrement quelque chose de superbe si c'était quelque chose à nous. Naturellement nous serions idiots si nous n'admettions pas que c'est une possibilité, mais ce n'est pas très probable.

73. Bryson: Pourriez-vous nous donner des détails sur la station d'observation qui a été établie à Vaughn, Nouveau Mexique?

74. Ruppelt: Cela est encore classifié dans une certaine mesure. Ils ont eu un système pour l'usage d'un réseau de diffraction sur un appareil photo. La chose a été installée juste au moment où la guerre de Corée a commencé, beaucoup de personnel a été perdu à cause de la Corée. Ils ont eu une observation, c'est tout ce qu'ils ont eu. Ces gens peuvent s'asseoir là pendant environ six mois et ne rien voir du tout. Lors d'une nuit cette chose est venue et ils l'ont manquée.

75. Kirkland: Cela a été plutôt mal géré. L'idée était bonne.

76. Bryson: Est-ce que la Recherche et Développement ont des programmes à propos de ces mêmes choses?

77. Ruppelt: Dès que nous identifions quelque chose alors cela quitte le domaine des objets non identifiés. Le Colonel Kirkland a fait un commentaire au sujet de la classification de cette chose. En même temps ils ont eu une classification aussi haute que top secret. Maintenant nous essayons de le descendre à "restreint" de sorte que nous puissions offrir cette information à quiconque en a besoin. Si c'était déclassifié complètement, tout le monde aux Etats-Unis y aurait accès. Cela nécessiterait beaucoup de travail. Nous rédigeons un rapport une fois par mois qui est classé SECRET. Le projet soucoupe lui-même n'est pas SECRET. Si vous entendez qu'il y a rapport classifié qui sort à ce sujet, c'est la raison de sa classification.

78. Kirkland: Nous le faisons classifier moins fortement maintenant pour que nous puissions en parler à tout le monde. La chose importante est que nous nous mêlons de temps en temps à un programme classifié. Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas discuter le cas avec vous.

79. Knoll: L'Armée de l'Air a-t-elle établi un formulaire ou un questionnaire standard pour les rapports?

80. Kirkland: Oui.

81. Knoll: Est-ce que ce serait disponible pour notre usage?

82. Kirkland: Oui, bien sûr.

83. Nelson: Serait-il possible d'obtenir que notre groupe soit autorisé à travailler avec les données classifiées?

84. Kirkland: Je ne pense pas qu'il y aurait le moindre problème à leur faire avoir l'autorisation. Il y avait eu de grandes hésitations - dans certains cas - à nous faire savoir ce qu'elles étaient. Mais sur ceci je ne pense pas qu'il y aurait le moindre problème.

85. Ruppelt: En fait beaucoup de ces choses, nous les ramènerons en dessous de RESTREINT pour vous les donner. Nous ne pouvons vous donner aucune information de fond sur des gens, qui pourraient trop en dire sur son caractère, par exemple. Mais nous pouvons indiquer beaucoup de choses.

86. Knoll: Avez-vous jamais eu un rapport sur une observation sur la terre ou près du sol?

87. Ruppelt: Nous avons eu quelques-uns mais ils sont toujours venus de ce type de personnages douteux. Il y en avait eu une dans le Minnesota où deux trois gamins en ont vu un atterrir et décoller et il a réellement laissé une indentation dans la terre. Là encore nous n'avons aucune preuve. Nous ne pouvons tirer aucune conclusion à moins que nous ayons réellement quelque chose entre nos mains. J'ai parlé à un sacré nombre de ces gens, et vous pouvez, pour vous même, faire vos propres conclusions juste en les écoutant parler. Parfois ils sont très sincères. Vous savez qu'ils ont vu quelque chose, mais vous n'êtes pas sûr de ce qu'ils ont vu. Nous avons maintenant quelques psychologues qui travaillent avec nous. Ils essayent de se figurer juste ce qu'une personne peut imaginer de voir en un certain objet. Quand vous entrez dans des sujets comme cela, vous travaillez avec quelque chose de très intangible.

Le même jour que celui où les photos ont été prises à Lubbock, il y a eu là deux dames qui roulaient en voiture à environ 60 miles plus au Nord. Elles ont vu cette chose en forme de poire. Elles l'ont comparée à la taille d'une station de pompage de pétrole. Cette chose a plané aux alentours, puis s'est soudainement élevée. Ces femmes n'essayent pas de nous vendre des salades ou quelque chose comme ça. Mais toute l'information que nous avons eue était juste leur récit. Nous ne pouvions pas la prouver.

88. Bryson: Est-ce que vos modèles montrent une activité allant vers une tentative de contact de rapprochement vers nous? Ou une tendance à partir quand ils sont aperçus?

89. Kirkland: Les gens ont pensé qu'ils ont vu des modèles comme cela. Vous pourriez penser que puisque chacune de nos bases ou zones importantes ont eu des observations, cela serait significatif, mais là encore vous ne pouvez pas en faire la démonstration.

90. Bryson: Ma question était, n'y a-t-il pas là une tendance à ce qu'ils disparaissent quand il y a n'importe lequel de nos engins dans le coin?

91. Kirkland: Il y a cette tendance.

92. Ruppelt: En d'autres termes, vous voulez dire qu'il n'y a jamais eu un rapport où ça a tendu à rester dans le coin? Il y en a eu un dans le Dakota du Sud qui a eu tendance à rester dans le coin - s'il y avait du vrai là-dedans.

93. Bryson: Prenez par exemple, votre rapport de Lubbock. Lubbock se trouve dans la zone de la défense d'Albuquerque. Amarillo a un grand contingent d'avions de chasse. Est-ce que des rapports ont été reçus par l'Armée de l'Air? Lubbock a une base aérienne. Est-ce que n'importe qui a téléphoné la base à ce moment?

94. Ruppelt: Non. À ce moment-là des choses ont été mal gérées et nous n'avons pas obtenu ce rapport.

95. Kirkland: Je ne sais pas pourquoi ils n'ont pas appelé la base à Lubbock. Je suspecte fortement que cela a été fait et qu'ils sont juste tombés sur quelqu'un qui n'a pas rédigé le rapport. Vous pouvez faire établir une politique, mais si vous n'en assurez pas le suivi les gens oublient juste de la suivre.

96. Bryson: Ne pouvez-vous pas indiquer que les officiers de l'Armée de l'Air soient informés de ceci?

97. Kirkland: Ce que nous avons l'intention de faire est de faire un suivi périodique et s'assurer que toutes ces personnes entendent le message.

98. Bryson: Cet article de LIFE y aidera probablement.

99. Ruppelt: Cela diffusera le message que nous voulons ces rapports. Vous êtes tous au courant des canaux militaires. Les choses font presque le tour du monde avant qu'elles arrivent aux personnes concernées. Maintenant nous avons changé cela. Chacun est autorisé à venir à nous directement avec ces choses.

100. Bryson: On pourrait penser que les radars les détecteraient. Quelle est la situation là?

101. Ruppelt: Il n'y avait aucun radar du tout dans la région de Lubbock qui était alors concernée. Maintenant nous devons, nous allons y envoyer de l'équipement radar. Là encore c'est une question de jugement, s'il serait intéressant de le faire.

102. Bryson: Un certain gars a rapporté que chaque fois qu'ils ont tiré une fusée dans la stratosphère ces petits disques se groupaient autour et que l'Armée de l'Air a eu des machins spéciaux pour les dépister. Que savez-vous à ce sujet?

103. Ruppelt: Non, je ne pense pas que ce soit exact.

104. Bryson: Et bien, il a également dit que ces petits disques se sont groupés autour des avions fréquemment - les foo fighters.

105. Ruppelt: C'est quelque chose que je ne connais pas. J'en ai vu dans le Pacifique moi-même et moi suis complètement convaincu que c'était un certain genre de décharge d'électricité statique.

106. Williams: En parlant de ces petits disques et lumières et ainsi de suite, il y avait un excellent rapport il y a un an ou deux de la tour de contrôle de Hamilton. Vous rappelez-vous ce rapport?

107. Ruppelt: Non, je ne rappelle pas ceci. Vous constaterez qu'il va y a un paquet de rapports qui jamais n'ont été étudiés à fond. C'était au temps où l'Armée de l'Air renâclait et ils n'avaient juste pas le personnel pour vérifier ces choses. Si nous pouvions finalement obtenir deux stations de radar sur un objet en même temps, nous obtiendrions beaucoup d'information.

108. Sullivan: Avez-vous jamais eu quelque sorte de contact dans les poursuites qui ont eu lieu en l'air de temps en temps?

109. Ruppelt: Non, pas quand ils ont vraiment volé à la poursuite de quelque de réel.

110. Sullivan: Une bonne possibilité s'est présentée au-dessus de notre usine à Downey. Mais personne n'est sorti muni d'un appareil photo.

111. Nelson: Vous ne pouvez pas avoir des appareils photo là-bas.

112. Sullivan: Il a été stationnaire à un endroit et ensuite s'est déplacé et est resté là pendant quinze minutes, puis il a bougé et il est parti. Il était juste une tache lumineuse.

113. Ruppelt: Les ballons météo nous donnent beaucoup de mal parce qu'ils reflètent le soleil. Un ballon est lancé à des heures définies pendant le jour. Ils restent très rarement en l'air plus d'une heure après qu'ils aient été lancés. Ils sont lancés toutes les six heures, 4 l'après-midi et 10 la nuit, heure standard Est. Normalement les ballons ne peuvent pas être vus au-dessus de 6.000 ou 8.000 pieds, mais s'ils prennent le soleil juste comme il faut, ils peuvent être vus jusqu'à 10.000 pieds.

114. Bryson: Quel est le plus proche auquel un avion ait jamais approché une soucoupe selon les rapports que vous avez?

115. Kirkland: C'est une bonne question parce qu'ils ne connaissent pas quelle est la taille de l'objet qu'ils regardent. Un homme de la Navy a volé au-dessus d'un d'eux pour voir si c'était un ballon, mais il n'a jamais été sûr que c'en était un.

116. Knoll: A-t-il pu estimer sa taille?

117. Kirkland: Oui, il l'a pu parce qu'il a volé au-dessus de lui et connaissait son altitude. Il a dit que c'était une sphère. Je suis toujours convaincu que c'était un ballon, mais il a fait quelques choses que nous ne pouvons pas expliquer. Il a jugé qu'il avait 30 pieds de diamètre. Si c'était le cas il aurait été seulement à deux ou trois cents pieds de haut. Il était au-dessus d'un secteur très peuplé et quelqu'un d'autre l'aurait vu si ces faits étaient vrais.

118. Sullivan: Pour montrer que les gens ne voient pas trop bien, il y avait un coin particulier à l'usine où chaque matin pendant une semaine j'ai posé un dixième de dollar par terre, et tous les soirs il y était encore. Je ne l'ai jamais perdu.

119. Ruppelt: Nous avons beaucoup pensé à cela. Nous avons pensé mener quelques expériences pour savoir à quel point nous pourrions faire voler un objet sans bruit ou des lumières et les gens ne regarderaient pas.

120. Bryson: Avez-vous un pic des observations ce janvier?

121. Ruppelt: Oui, dans une certaine mesure nous l'avons eu. Nous pouvons encore obtenir des rapports des choses qui ont été vues en janvier.

122. Kirkland: Les pics avaient lieu, comme je me rappelle, après et autour de la saison de vacances et vers la fin du printemps. Je n'ai aucune idée réelle de combien d'observations en tout nous avons dans le dossier.

123. Bryson: Vos activités accrues actuellement viennent-elles d'une pression plus forte d'un niveau hiérarchique plus élevé?

124. Kirkland: C'est une combinaison de choses. Dans mon cas, gérer la Division des Analyses est comme de gérer une chaîne de production. Il est assez difficile pour moi de retirer beaucoup de capacité d'un autre projet pour le mettre dans quelque chose pour laquelle nous ne pouvons pas même nous sentir justifiés de dépenser beaucoup d'argent. En fait, ce projet a été le travail d'un seul homme pendant un moment. La mise en catalogue, nous l'avons faite tout seuls pendant l'année dernière et demie. Maintenant je pense que la chose la plus importante que nous allons sortir qui ait plus d'intérêt est de venir avec des idées pour obtenir plus de faits.

125. Bryson: Vous voulez dire que pendant tout ce temps, le Commandement de la Défense Aérienne n'a jamais été mis à contribution?

126. Kirkland: Oui, ils obtiennent chaque rapport que nous rédigeons. Mais quand on en a été au point d'obliger quelqu'un à prendre une certaine mesure, pour obtenir plus de faits, nous avons habituellement du en faire la vente. Le Lieutenant Ruppelt devait fréquemment aller voir une base et il a eu un mal de chien à trouver des personnes motivées. Ils avaient rapporté leur récit, et ils n'étaient simplement plus intéressés. Ce n'est pas une mission normale pour notre organisation.

127. Davies: Ce n'est pas normal pour la race humaine, et quelqu'un doit devoir imaginer ce qu'ils sont.

128. Kirkland: Dans notre cas, nous avons fait autant effort là-dessus que nous pensons que nous pouvions nous le permettre. La chose la plus importante est que nous pouvons maintenant aller vers d'autres services et obtenir l'information plus aisément que nous ne le pouvions dans le passé.

129. Bryson: Est-ce qu'en votre qualité de chef de ce projet, diriez-vous catégoriquement qu'à votre avis qu'il y a quelque chose dans ces 15% dont nous ne savons rien?

130. Kirkland: Je dirais quelque chose du genre, nous n'avons pas pu le définir parce que nous manquons de faits pour le faire. Prenez les aérolithes verts. Ils ne sont comme aucun météore connu. Peut-être que c'est quelque phénomène aérien que nous avons observé pour la première fois. Il est également possible que certaines de ces choses qui ont été vues, comme les lumières - je suis sûr que les gens ont vu quelque chose - si nous avions des faits additionnels, ils pourraient être expliqués comme quelque chose que nous connaissons, ou quelque chose que nous ne connaissons pas - je ne puis pas le dire. Quand des hommes comme La Paz sont positifs que ce ne soit pas un météore, je ne sais pas. Nous n'avons aucun rapport direct avec La Paz sur ce programme. Nous avons toutes sortes de rapports sur lui de ses collègues. La plupart d'entre eux en viennent à dire qu'ils trouvent qu'il est un météorologue compétent mais un drôle d'oiseau.

131. Meryman: L'Armée de l'Air a-t-elle essayé de l'appeler pour évaluer votre matériel à un certain moment?

132. Ruppelt: Non. A un moment il a aidé l'Armée de l'Air. Il lui a été offert un contrat pour effectuer une part du travail, mais il ne l'a pas voulu en raison de sa charge de travail à l'école. Il prend vraiment la tangente de temps en temps. Il est très intéressé par ces aérolithes verts et il pense qu'en faisant des déclarations il va attirer l'attention du public là-dessus. Il a beaucoup aidé.

133. Bryson: Qu'en est-il des échantillonnages de cuivre dans le ciel dans ce secteur?

134. Ruppelt: Je ne sais pas. Ils ont pris un échantillon. Je ne me rappelle rien d'exceptionnel dans les conclusions. Cela s'est produit aux alentours de 1948 et c'est trop flou pour que je m'en rappelle. Cela a été passé en revue par un bon nombre de gens mais cela n'a pas prouvé grand chose.

135. Bryson: Ont-ils attaché une signification à la teneur élevée du cuivre dans le ciel?

136. Kirkland: Tel que je m'en rappelle, ils ne l'ont pas fait.

137. Ruppelt: Nous avons eu cet échantillon provenant de Lubbock qui a été analysé. C'était juste un morceau d'argile.

138. Bryson: Pouvez-vous énoncer les avis du Dr Kaplan à ce sujet?

139. Ruppelt: Non, nous préférons plutôt ne pour ne pas le citer à ce sujet.

140. Kirkland: Il n'a pas voulu être cité parce qu'il n'en sait réellement pas davantage que nous à ce sujet.

141. Ruppelt: En fait ses spéculations sont identiques à celles que vous feriez. Elles ne sont pas vraiment classifiées.

142. Sullivan: Je pense qu'il y a quelques choses comme une organisation que nous serions beaucoup intéressés à obtenir de vous. Notre groupe se compose d'un conseil de dix personnes maintenant, mais nous allons augmenter cela à quinze. Ce sera le corps dirigeant. Nous allons appeler des personnes avec des connaissances spécialisées pour nous aider. Nous trouvons beaucoup d'intérêt partout le pays - des gens qui ont un très bon background technique, qui sont très impatients de nous aider dans les endroits où ils se trouvent. Nous avons l'intention de nous servir de certaines personnes en tant qu'associés directs, qui pourraient correspondre directement avec nous et qui seraient disponibles pour sortir et pour vérifier des cas dans leur proximité. Nous avons une boîte postale à la branche principale à Los Angeles, BP [-]. Nous avons eu pas mal de veine jusqu'ici.

TRUE Magazine vrai a fait un chouette petit éditorial à notre sujet. M. Williams est un des rédacteurs du MIRROR et il a publié un article sympathique. Nous avons eu un article sur deux éditions dans un journal de Long Beach et nous recevons même des lettres de gens qui disent qu'elles ont entendu parler de nous sur une certaine station de radio amateur. Le London Daily News a appelé et elles sont vraiment intéressées à obtenir une bonne histoire. L'organisation a débuté d'une façon fabuleuse et elle a grandi et grandi et grandi.

143. Williams: Il semble y avoir un certain nombre de petits groupes de cette nature en activité. Nous pourrions avoir une réunion ouverte à une certaine date ultérieure et inviter tous ces groupes.

144. Kirkland: Si vous le faites, faites-le nous savoir et nous viendrons.

145. Ruppelt: Nous avons entendu parler la première fois de vous les gars il y a quelques mois et nous avions essayé de venir ici.

146. Nelson: Franchement, nous nous demandons comment diable nous allons obtenir l'argent pour faire des enquêtes. Je me demandais si nous pourrions travailler ensemble, faisant circuler l'information dans les deux sens, et aider pour l'analyser de cette façon.

147. Kirkland: Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas. Je pense que ce serait une bonne idée, si vous êtes intéressés. Nous serions heureux de vous donner les résultats que nous obtenons, et nous voudrions inclure toutes vos données dans notre système à cartes. Si vous obtenez ensuite vraiment une grande augmentation de volume, vous devrez probablement employer un système à cartes également.

148. Sullivan: Pourriez-vous nous donner une répartition approximative de vos classifications?

149. Kirkland: Nous n'avons pas conçu une carte qui corresponde au questionnaire. Je pense qu'il y a beaucoup de travail à faire là.

150. Sullivan: Nous voudrions employer les mêmes classifications que celles que vous employez.

151. Kirkland: Si nous allions vers les cartes IBM nous pourrions obtenir beaucoup de choses que nous ne n'avons pas maintenant, je pense que peut-être quand vous verrez notre questionnaire vous en aurez une certaine idée.

152. Williams: Je passe à Dayton à peu près chaque été. Peut-être que nous pourrions voir vos dossiers.

153 Sullivan: Plusieurs des hommes de North American viennent de temps en temps.

154. Kirkland: Nous serions heureux de vous montrer nos dossiers à chaque fois que vous viendrez.

155. Knoll: Y a-t-il une Armée de l'Air ou d'autres agences gouvernementales à qui nous pourrions donner nos communications de l'extérieur, les faire reproduire et vous les envoyer à vous?

156. Kirkland: Je verrais plutôt la communication directe. Vous les gars êtes un point focal.

157. Knoll: Pour le moment nous pouvons manipuler ces rapports personnellement. Plus tard nous ne pourrions ne plus y arriver.

158. Sullivan: Nous recevons déjà des lettres de gens demandant si nous faisons la même chose que l'Armée de l'Air. Ils veulent savoir quand nous allons faire connaître l'information. Il y a le sentiment que nous pourrions sortir un genre de bulletin qui pourrait même nous assurer des rentrées pour la boîte postale et d'autres dépenses ultérieures. Dans ce cas nous espérons qu'il pourrait y avoir de l'information que vous pourriez nous donner que nous pourrions probablement y inclure.

159. Kirkland: Je ne puis pas prévoir ce qui pourrait se présenter à l'avenir qui exigerait plus de restrictions. Mais en ce moment je ne vois rien. Le fait que nous vous parlons, à vous les gars, ici, en ce moment des gens est une indication très bonne que le projet n'est pas trop classifié. Je ne vois aucune raison en ce moment pourquoi vous ne pourriez pas diffuser un bulletin. Je vous donnerai certaines des choses que les gens nous amènent. Certains pensent que ces machins pourraient vraiment être d'origine russe. N'est-ce pas un service merveilleux qu nous pourrions leur rendre en leur faisant savoir que nous suivons ces choses? En ce qui nous concerne, maintenant, tout est possible parce que nous n'avons de toute façon pas les faits à croire.

160. Knoll: Ils sont trop loin de leurs bases - même pour des Russes.

161. Kirkland: Mais je veux dire que telles sont le genre de choses que nous devons envisager.

162. Ruppelt: Ainsi, en d'autres termes, il y a une possibilité qu'ils peuvent mettre en place la sécurité sur le projet si nous découvrions qu'ils sont de Russie.

163. Sullivan: Ceci pourrait être une association très très intéressante.

164. Ruppelt: Et bien, nous vous aiderons autant que nous le pourrons.

165. Kirkland: Et nous estimons que vous pourriez nous être d'une grande aide.

166. Williams: Etes-vous seulement intéressé par des rapports actuels?

167. Kirkland: Nous sommes plus intéressés par les rapports actuels, mais nous voudrions avoir les autres aussi. Je pense qu'ils auraient de la valeur.

168. Knoll: Voulez-vous une copie de tout que nous obtenons?

169. Kirkland: Ce sera à vous d'en juger.

170. Nelson: Je voudrais nous voir établir une certaine sorte d'arrangement où notre méthode d'évaluation serait valide.

171. Ruppelt: Nous ne voulons pas leurrer les gens, le fait est que nous voulons vraiment coller aux faits purs et durs dans ces affaires.

172. Sullivan: Je voudrais nommer un comité pour établir la méthode d'analyse pour la gestion de ces lettres. Dr Riedel en sera Président et messieurs. Knoll, Nelson et Dames travailleront avec lui.

173. Ruppelt: Nous pouvons vous obtenir autant de questionnaires que vous voulez et nous pouvons probablement employer des enveloppes pré affranchies.

174. Sullivan: Nous avons deux membres qui ne sont pas accrédités. Devrions nous obtenir qu'ils le deviennent?

175. Ruppelt: Je crains que seules les personnes qui travaillent sous contrat avec l'Armée de l'Air puissent obtenir une accréditation. Nous vérifierons ceci.

176. Nelson: Est-ce que la façon dont nous sommes organisés ferait une différence, par exemple si nous sommes une société etc.?

177. Kirkland: Cela se pourrait. Je pense que c'est une des choses que nous devrons vérifier.

178. Nelson: Il y a eu un certain sentiment que nous ne voudrions pas être trop liés avec les services.

179. Kirkland: Je ne vois aucune raison du tout pourquoi nous ne pourrions pas travailler ensemble. Je pense que ce serait très bête de ne pas le faire. Quant à quel point nous devons être liés et en rapport régulier, c'est quelque chose sur quoi nous pouvons travailler.

180. Ruppelt: Il y a une autre chose dans cet ordre d'idées. Si vous obtenez votre matériel par courrier, vos rapports sont probablement un peu datés. Si jamais vous obtenez à quelque chose de vraiment "chaud" et voulez davantage de recherche, vous pouvez nous appeler et vous rassemblez et je puis venir, ou envoyer quelqu'un dehors tout de suite pour vérifier la chose. Vous trouverez, j'en ai peur, que ceci va devenir un travail à temps plein. Nous sommes limités dans nos investigations. Nous devons en avoir un joliment chaud avant que nous puissions venir et en faire la vérification. Nous essayons de vérifier chaque aspect et cela nous prend habituellement environ une semaine, dépendant de l'observation, naturellement.

La Procédure de Service est en vigueur depuis longtemps maintenant. C'est une directive à tous les pilotes sur la façon dont rapporter quoi que ce soit qui est intéressant du point de vue du renseignement.

181. Knoll: Le manque de réponse pourrait être dû à la mauvaise image que l'Armée de l'Air a eue.

182. Ruppelt: Je pense que c'est vraiment cela.

183. Sullivan: Vous pourriez être intéressé par le fait que Gerald Hurd habite à Santa Monica et il rend ses dossiers entiers disponibles pour nous. Un groupe d'entre nous va aller le voir.

184. Ruppelt: Un autre point intéressant, très très peu de gens ont jamais rapporté du bruit avec leurs observations.

185. Sullivan: Nous avons entendu parler de quelques bruits de souffle.

186. Bryson: Combien d'observations radar avez-vous eues?

187. Ruppelt: Disons 7,5%. Oak Ridge en a envoyé beaucoup. Goose Bay, dans le Labrador, en a eu. Les autres étaient dispersés.

188. Newton: Est-ce que ces deux psychologues ont pu faire des expériences pour savoir si le public répéterait un rapport qui a été diffusé en un certain lieu?

189. Ruppelt: Quand nous nous mettons à faire des tests sur le grand public, nous marchons dur le feu.

190. Newton: Et bien, ce que veux dire, par exemple, ce serait de rapporter un aérolithe rouge et voir si cela ramène d'autres aérolithes rouges.

191. Bryson: Le rapport d'Arnold était-il le premier que vous avez jamais eu?

192. Kirkland: C'était le premier que nous avons eu dans notre dossier. Mais vous pouvez prendre un grand nombre de livres qui mentionnent des phénomènes aériens loin dans le passé dans l'histoire. Je sais que pendant la guerre que beaucoup d'hommes en service ont vu quelque chose qui n'a jamais été complètement expliqué. Personnellement, je ne considère pas que ces choses aient commencé en 1947, mais ça a été le début de notre programme.

193. Williams: Avez-vous jamais obtenu un rapport d'un atterrissage dans le Golfe du Mexique avec quelques pêcheurs l'ayant vu?

194. Ruppelt: Un gamin a rapporté cela. Il a admis plus tard qu'il a inventé cette histoire juste pour le fun.

195. Bryson: Avez-vous jamais obtenu un rapport d'un OVNI filmé d'un avion de transport en Afrique?

196. Ruppelt: Nous avons demandé le film mais c'était un de ces cas où nous n'avons jamais pu localiser le type qui l'a filmé. Nous n'avons jamais trouvé le film. Il y avait censément quelques films pris en Alaska. Ca s'est aussi avéré être un canular.

197. Bryson: Aviez-vous essayé d'obtenir beaucoup de rapports d'outre-mer?

198. Ruppelt: Nos directives sont globales. Il y a eu une grosse vague quelque part en Afrique du Sud il n'y a pas si longtemps. Il s'est avéré que c'était des canulars.

199. Bryson: Où avez-vous eu le plus de rapports à l'étranger?

200. Ruppelt: Ils sont dispersés.

201. Dr Riedel: A l'époque où la station de Peenemunde était en activité, il y a eu des rapports de ces choses au-dessus de Peenemunde. Puis ils ont surgi en d'autres endroits; la Turquie, l'Angleterre, l'Italie.

202. Ruppelt: Une augmentation des rapports aux USA est généralement suivie d'une augmentation des rapports dans d'autres pays.

    [Signé]
    Ruby C. Pryor, Secrétaire, CSI

    [Signé]
    E.J. Sullivan, Président, CSI

    LES MINUTES DE CETTE REUNION TOMBENT DANS LES LIMITATIONS DE L'INFORMATION PAR SOUCI DE SECURITE ET COMME TELLE DOIVENT ETRE TRAITEES STRICTEMENT CONFIDENTIELLEMENT.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 14 octobre 2004