France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

7 septembre 1954, Marseille, Bouches-du-Rhône:

Référence pour ce cas: 7-sep-54-Marseille. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. lp1:] JOURNAL "LE PROVENCAL":

[Illisible]

Encore une soucoupe volante
au-dessus de Marseille

Avant-hier, de 20 h à 20 h 07, trois personnes ont vu une sphère de lumière s'arrêter 30 secondes et décrire dans le ciel une boucle élégante

[Dessins:] La soucoupe volante telle que la virent les habitants du cours Franklin-Roosevelt.

Marseille va-t-elle devenir la capitale internationale des soucoupes volantes?

Depuis plus de deux mois, les "visions" se succèdent avec une rare intensité. Des dizaines de correspondants nous ont longuement écrit pour nous affirmer qu'il y a effectivement "de la soucoupe dans l'air".

Chaque semaine, avec une méritoire obstination, un photographe amateur nous apporte des clichés - d'une vérité criante - du phénomène supra-céleste.

On pourrait même, bientôt, instituer un championnat de France des "regardeurs" de soucoupes.

Dans une telle compétition, les Marseillais pourraient avoir leurs chances...

Mais laissons-là la facile moquerie et tentons de garder une attitude neutre dans l'âpre controverse qui s'instaure entre les "visionnaires" et les autres, ceux qui, farouchement, ont les pieds... et les yeux sur terre.

Comme une étoile fantaisiste

C'est donc de la manière la plus objective possible que nous allons rapporter un témoignage sérieux, d'une personnalité sérieuse. Un homme qui, jusqu'ici, n'est pas classé parmi les plaisantins a vu, mardi soir, de 20 h à 20 h 7, une soucoupe volante évoluer au-dessus de la ville, lentement comme en promenade, s'arrêtant 30 secondes et traçant sur le "plafond" une boucle lumineuse, comme une étoile qui pourrait avoir des velléités de coquetterie. Il s'agit de M.. Guibert, secrétaire administratif de l'Institut Colonial, domicilié 45, cours Franklin-Roosevelt, anciennement cours Devilliers.

Nous avons bavardé près d'une heure hier avec M. Guibert. Nous pouvons attester de la sincérité de son accent. Il a réellement vu ce qu'il va nous décrire. Laissons-lui donc la parole:

Trente secondes d'arrêt et une belle boucle

"J'habite cours Franklin-Roosevelt, dans un immeuble dont les façades sont respectivement orientées Sud-Sud-Est et Nord-Nors-Est.

"A 20 heures précises, alors que je lisais mon journal dans ma chambre, ma femme qui fermait les volets m'appela. Elle se trouvait alors sur la terrasse de la façade nord. Elle me déclara voir, à l'oeil nu, une sorte d'étoile anormalement grosse, couleur rouge vermillon, étincelante de lumière et se déplaçant lentement.

"Je m'approchais à mon tour de la fenêtre et vis moi-même le phénomène, à 45 degrés environ à mi-chemin de l'horizon et du zénith. Effectivement, la boule lumineuse avançait. Je n'en pouvais situer exactement l'altitude. N'en croyant pas mes yeux, je pris une paire de jumelles.

"Je vis évidemment "l'objet" plus distinctement. Parti du plein Nord il progressa lentement, marqua un temps d'arrêt de trente secondes, et continua sa course. Soudain, il dessina dans le ciel une grande boucle (voir le plan) et repartit dans la même direction pour disparaître à l'aplomb dans un banc de brume, direction Nord-Nord-Est cette fois, à haute altitude semble-t-il.

"Ma femme, moi-même, et mon fils Francis âgé de douze ans, avons observé la course de l'engin pendant exactement sept minutes, chronomètre en main.

La sphère de lumière bascula sur son axe

"J'ai dessiné ma vision", au fur et à mesure qu'elle passait dans mon champ visuel.

"Je l'ai vue, grâce à mes jumelles, grossir peu à peu, basculer sur son axe. Enfin, je n'ai plus aperçu qu'une sphère de lumière, devenant de plus en plus intense.

"Même le noyau de la soucoupe - si soucoupe il y a - scintillait extraordinairement.

"J'ai longuement étudié l'art de la céramique et je m'intéresse évidemment aux couleurs. Le rouge est devenu plus intense, rouge vermillon. A ce moment j'ai évalué ce rouge vermillon éclatant comme correspondant à une température industrielle de 700 à 800 degrés.

"L'espace d'un éclair, le phénomène a pris une couleur blanche, incandescente, équivalent à une température de 1200 à 1800 degrés. Ce soir là, si vous vous en souvenez, la brume était assez épaisse. Et la lumière dégagée perçait cette brume!

Ma femme, mon fils et moi sommes restés pantois. Avions-nous assisté au passage d'un météore? Dans l'affirmative, pourquoi cette lenteur d'évolution, cet arrêt de trente secondes et cette grande boucle élégante décrite dans le ciel?

"Avons-nous été les victimes d'une vision collective?

"Je ne le pense pas. Ma femme a vu la première. J'ai ensuite scruté le ciel à la jumelle et ai observé les mêmes caractéristiques.

"Nous livrons notre constatation aux spécialistes de la question."

***

7 septembre 1954, de 20 h à 20 h 7, un objet lumineux a paru dans le secteur Nord du ciel de Marseille... Soucoupe ou météore bizarre?

Le témoignage que nous venons de citer s'ajoute à ceux, dûment autorisés, de nombreux savants et aviateurs de tous les pays.

Les sceptiques ont encore le droit de douter, mais personne ne peut plus nier le fait qu'il y a quelques chose d'inexpliqué, sinon d'anormal dans l'air.

Jean-Marcel PAVEC.

[Schéma à droite:] M. Guibert a eu le temps de faire un croquis de la trajectoire de la boule lumineuse.

[Ref. jg1:] JIMMY GUIEU:

L'écrivain de science-fiction et également pionnier de l'ufologie en France Jimmy Guieu donne les détails suivants sur une observation à Marseille le 7 septembre 1954.

Le témoin est M. Guibert, secrétaire administratif de l'Institut Colonial à Marseille, bien connu dans les milieux de la Chambre de Commerce. M. Guibert a longuement étudié l'art de la céramique, et indique que grâce à cela, il peut donner des indications précises sur les couleurs, dont il a pu jauger correctement les variations dans ce qu'il a observé. Jimmy Guieu note que M. Guibert est un homme calme et au-delà des soupçons de supercherie, et qu'il lui a rapporté les faits suivants:

M. Guibert se trouvait dans sa chambre, lisant son journal, à 20:00 précises. Les façades de son immeuble donnaient au Sud-Sud-Est et au Nord-Nord-Est. C'est son épouse qui en fermant les volets depuis la terrasse sur la façade Nord l'a appelé car elle avait vu à l'oeil nu une sorte d'étoile anormalement grosse de couleur rouge vermillon et qui se déplaçait lentement.

M. Guibert s'est approché de la fenêtre et l'a vu, notant que son élévation était de 45 degrés, que la boule avançait lentement et qu'il ne pouvait pas en donner l'altitude exacte.

N'en croyant pas ses yeux, M. Guibert a cherché des jumelles et l'a mieux vu.

L'objet était parti du plein Nord, a progressé lentement, a marqué un temps d'arrêt de trente secondes et a continué sa course, puis a soudainement dessiné dans le ciel une grande boucle, pour reprendre ensuite son cap initial et "disparaître à l'aplomb", dans un banc de brume, direction Nord-Nord-Est cette fois et à ce qui lui a sembla être une haute altitude.

M. Guibert, suivant la chose des yeux avec sa femme et son fils, a chronométré sur le moment à l'aide d'un chronomètre, que la durée de son observation a été de sept minutes précises. Il a également dessiné l'objet au fur et a mesure de ses évolutions dans son champ visuel.

M. Guibert note qu'au moment ou le rouge de l'objet est devenu vermillon, cette couleur éclatante correspondrait selon lui à une température de four industriel de céramique porté à 700 - 800 degrés. Il indique qu'en l'espace d'un éclair, cette couleur est passée au blanc incandescent équivalent à 1200 à 1300 degrés C dans un tel four. Il note qu'il y avait une brume épaisse et que la lumière de l'objet perçait la brume.

Grâce aux jumelles, il a pu voir que l'objet avait grossi peu à peu, et qu'il avait basculé sur son axe, pour prendre progressivement l'aspect d'une simple sphère lumineuse de luminosité de plus en plus intense, avec un noyau scintillant extraordinairement.

Jimmy Guieu note que l'explication de la presse, qui fut qu'il s'agissait d'un météore, est insensée, et que l'observatoire de Marseille est resté muet sur la question.

Jimmy Guieu indique qu'il y a dans son ouvrage un schéma de la trajectoire de l'engin à la page 177, mais je ne l'ai pas trouvé.

[Ref. am1] AIME MICHEL:

Aimé Michel rapporte qu'une observation d'une durée de 7 minutes ayant eu lieu le 7 septembre 1954 à Marseille a été signalée, avec trois témoins, M. Guibert, secrétaire administratif de l'Institut Colonial, son épouse, et son fils de 12 ans.

M. Guibert a suivi le déplacement de l'est vers l'ouest d'un objet qui a suivi une trajectoire compliquée comportant une boucle. Il a observé l'objet à l'aide de jumelles et a parfaitement vu qu'il avait une forme circulaire plate, lumineux de couleur rouge, qui, lors des virages, tournait au blanc incandescent tout en basculant.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Marseille dans les Bouches-du-Rhône, le 7 septembre 1954 à 20:00, trois personnes ont observé une sphère lumineuse durant sept minutes. Elle est restée stationnaire à un moment pendant trente secondes dans le ciel.

Les auteurs indiquent comme source le journal "Le Provençal" du 9 septembre 1954.

[Ref. lg1] LOREN GROSS:

Le même soir [7 septembre 1954] près de Marseille. L'heure exacte n'est pas connu.

Une observation prolongée d'un OVNI par quelques personnes près de la ville de Marseille dans le sud de la France était un autre point culminant du 7 septembre. Une famille de trois personnes, M. Guibert, secrétaire général de l'Institut Colonial, Mme. Guibert, et leur fils de 12 ans, ont Observé un objet étrange se déplacent d'ouest en est à travers le ciel. L'objet rouge, circulaire, plat, lumineux (les témoins avaient des jumelles) effectuait un parcours compliqué à travers les cieux qui l'a gardé sous leur vue pendant près de sept minutes, à un moment il a même exécuté une boucle. M. Guilbert a également dit que lorsque l'objet faisait un virage, il se "balançait" et devenait teinté d'un blanc incandescent. 40.

  • 40. Guieu, Jimmy. Blackout sur les Soucoupes Volantes. Paris, France: Fleuve Noir, 1956.

[Ref. fj1:] MICHEL FIGUET ET HENRI JULIEN:

Ces deux auteurs et ufologues indiquent que le 7 septembre, à Marseille, entre 20:00 et 20:07, un ballet lumineux a été vu dans le ciel, lequel a été l'objet d'un article dans le journal Le Provençal.

Ils indiquent également que "à cette même date", M. C. son épouse et leur fils de 12 ans ont observé depuis leur terrasse orientée au Nord, une forme circulaire plate devenant vermillon, puis blanc incandescent, qui était une masse lumineuse se déplaçant lentement d'Est en Ouest. Le phénomène s'était immobilisé pendant trente seconde puis avait décrit une large boucle avant de reprendre sa progression.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 7 septembre en France à Marseille, "A 20 h 00 M. Guibert est appelé par son épouse qui se prépare à fermer les volets en façade nord, pour venir voir une étoile anormalement grosse et de couleur rouge vermillon. Cette chose avançait, marquait un temps d'arrêt de 30 secondes, puis continuait sur sa trajectoire, dessina soudain une grande boucle dans le ciel et disparut vers l'ESE à haute altitude. Les témoins ont pu voir cette chose, chrono en main, pendant exactement 7 minutes."

Les sources sont indiquées comme "Jimmy GUIEU: 'Black-out sur les S.V.' - Fleuve Noir 1956 - p. 124, 125.

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique dans sa base de données que dans les Bouches du Rhône à Marseille le 7 septembre 1954 à 20:00 heures "Trois témoins de la même famille observent un objet circulaire, plat lumineux de couleur rouge. L'objet se déplace d'est en ouest avec de nombreuses arabesques dont une boucle. Au moment des virages l'objet bascule et prend une couleur blanche. Une partie de l'observation a été faite à la jumelle."

Les sources sont indiquées: Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979" et "M.O.C. par Michel Aimé ** Arthaud 1958".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 7 septembre 1954 à 20:00 à Marseille, France, "Objet lumineux rouge plat circulaire, cours compliqué, vu par des jumelles, a balancé quand il a tourné." Et: "On a observé un disque volant. Un disque rouge a été observé par trois témoins dans une ville pendant sept minutes (Guibert)."

Les sources sont indiquées comme Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Hatch, Larry, *U* computer database, Author, Redwood City, 2002.

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*7 sep. 1954 - A huit heures du soir, trois membres de la famille Guibert dans la ville de Marseille, France ont aperçu un objet sphérique lumineux rouge qui a plané pendant 30 secondes, puis a volé en un parcours compliqué. Il a été vu à travers des jumelles, et se balançait quand il tournait. L'observation a duré toute sept minutes. (Sources:Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 39; Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le Premier Dossier Complet des Rencontres Rapprochees en France, p. 73).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas cinq fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540907 07.09.1954 Marseille France 20.00 NL
19540907 07.09.1954 Marseille France 20.00 NL
19540907 07.09.1954 Marseille France 20.00 NL
19540907 07.09.1954 Marseille France NL
19540907 07.09.1954 Marseille France

Explications:

Michel Figuet et Henri Julien gardent le nom du témoin confidentiel dans leur livre de 1993, mais il est assez évident qu'il s'agit de M. Guibert, le témoin indiqué par Aimé Michel en 1958.

Si l'on veut bien considérer que la boucle décrite par M. Guibert a été acceptablement peu rapide, que la brume n'était pas si épaisse que cela, alors, je ne comprends pas pourquoi ceci ne serait pas un ballon de haute altitude, lesquels se déplacent lentement, pouvant être immobile un temps ou décrire des courbes, et avoir précisément ce type de changement de couleurs au fur et à mesure que le soleil se couche, y compris au-delà de l'horizon visible.

Conclusion: Ballon probable sauf fait nouveau le contre-indiquant.

Quelques explications génériques peuvent être utiles.

Le 22 avril 2002, j'ai reçu plusieurs rapports indépendants d'un objet étrange dans les cieux de la France méridionale. Ces rapports ont été provoqués par un ballon de haute altitude, qui a été reconnu ensuite officiellement par le CNES. Le ballon avait été lancé par Météo France, l'information confirmée par les techniciens de l'aéroport de Toulouse Blagnac.

Aucun des témoins n'a parlé de petits hommes verts, ni de hublots, ni d'antennes, ni d'aucun autre détail inexistant pour un ballon. Certains se sont même demandés si ceci aurait pu avoir été un ballon.

Je veux répéter de nouveau que dans ce cas-ci, les descriptions et les croquis par les témoins ont été totalement corrects dans chaque détail; il n'y avait aucun mensonge, aucune fausse photographie, aucun cultisme OVNI, aucune panique, aucun effet physiologique, aucune stupidité et aucune affirmation de preuve de présence extraterrestre. C'est seulement l'interprétation qui a été manquée, souvent de peu, par exemple avec ce témoin qui a bien pensé à un ballon, mais ne pouvait pas savoir qu'il serait visible su un secteur aussi large, et en raison de cette erreur technique très compréhensible, a pensé que ce devrait être autre chose qu'un ballon.

Des croquis et des photographies de l'événement ont été faits par des témoins indépendants et ils me les ont envoyés.

Voici un premier croquis, fait sur ordinateur par un témoin, pour mieux expliquer ce qu'il a vu:

Noter le changement de couleur.

La couleur est blanche au début, parce que la lumière blanche du soleil est renvoyée par l'enveloppe brillante du ballon. Tandis que le soleil se couche, le soleil jette une lumière de plus en plus rougeâtre. Le ciel s'obscurcit. Le ballon devient également orange, rougeâtre, plus sombre.

Un deuxième témoin l'a vu plus tard. Il a pris plusieurs photographies numériques, dont celles ci, l'une avant la tombée de la nuit, et l'autre après la tombée de la nuit:

Quelqu'un d'autre a pris cet instantané du même ballon plus tôt.

Andorra, 2002

Et finalement un astronome d'amateur est parvenu à prendre un cliché du ballon agrandi par son télescope:

Notez comment le ballon brille d'abord en blanc, puis en orange, puis rouge, et reprend sa brillance blanche quand la nuit est tombée.

Hypothèse du coucher du soleil:

Il est temps de faire un peu de science.

L'hypothèse est que le ballon vire au rouge un certain temps après le coucher du soleil. Ce serait parce que le ballon est haut; ce n'est pas exactement à l'heure du coucher du soleil indiquée pour une personne au sol, que le changement de couleur se produit, mais plus tard, quand le coucher du soleil se produirait s'il était vu par quelqu'un qui serait accroché au ballon.

Si cet intervalle de temps correspondait entre un certain cas avéré de ballon et l'observation de 1954 présentée ici, un cas de ballon probable pour des raisons indiquées ci-dessus, alors les chances que ce n'ait pas un ballon sont si minces que je demande à ceux qui maintiennent que ce n'était pas un ballon de me fournir une preuve que c'était autre chose.

Il se trouve justement que ce cas de ballon plus récent que je donnais en illustration plus haut a toutes les données dont j'ai besoin, de même que le cas de 1954.

Pour le cas 1954, les données sont:

Lieu: Marseille
Date: 7 septembre 1954
Fuseau horaire: CET; UTC/GMT +1 heure
Latitude: 43.18 N
Longitude: 5.24 E
Heure de l'observation du changement de couleur: Entre 20:00 et 20:07
Coucher du soleil: 19:04

Ceci signifie que l'effet de coucher du soleil qui fait passer le ballon au rouge dans le ciel se produit une heure après le coucher du soleil sur la terre, avec une précision de quelques minutes, puisque 19:04 plus 1 heure est 10:04, bien entre 20:00 et 20:07, limites temporelles de l'observation.

Dans le cas récent que j'ai employé comme exemple d'une observation d'un ballon, les données sont:

Lieu: Toulouse
Date: 22 avril 2002
Fuseau Horaire: CET; UTC/GMT +1 heure
Latitude: 43.37 N
Longitude: 1.27 E
Heure de l'observation du changement de couleur: A à peu près 21:00 (*)
Coucher du soleil: 19:57

Ceci signifie que l'effet du coucher du soleil qui fait rougir le ballon est également survenu une heure après l'heure du coucher du soleil au sol.

(*) Un témoin m'a écrit: "Je pense que c'etait eclaire par le soleil, puisque au alentour de 21h (pas precis) la lumiere est devenue orangeatre." Un autre témoin également à Toulouse m'a écrit: Another witness also at Toulouse wrote to me: "...je confirme avoir également vu l'objet dans le ciel hier soir vers 20h50. ...il faisait encore bien jour. ... Elle est restée fixe jusqu'à la tombée de la nuit, où elle est devenue rouge ... Puis son éclat a baissé progressivement pour ressembler de plus en plus à une étoile normale tout en commençant à dériver assez vite ... L'éclat s'est atténué pour disparaître vers 22h15."

L'hypothèse est vérifiée: elle fournit une évidence raisonnable de plus pour la théorie du ballon. A mon avis, c'est maintenant aux opposants de ma théorie du ballon, s'il s'en trouvait, que revient la charge de démontrer que ce n'était pas un ballon.

Par conséquent ma conclusion:

Il est pratiquement certain que ce que M. Guibet a observé en 1954 ait été un ballon.

Dans ce cas-ci encore, la description du témoin est tellement correcte qu'elle a permis l'identification de la cause de l'observation. Tous devraient garder cet exemple - et beaucoup d'autre - à l'esprit quand les descriptions de témoins sont celles d'engins extraterrestres et/ou de leurs occupants. Les descriptions que font les gens sont généralement assez précises pour que la cause, qu'elle soit un ballon, un avion, Vénus, ou un engin extraterrestre, soit déterminable.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Marseille, Bouches-du-Rhône, Guibert, multiple, objet, manoeuvres, boucle, jumelles, circulaire, plate, lumineux, rouge, blanc, incandescent

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 23 mars 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 5 janvier 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 19 octobre 2014 Addition [ni1].
1.2 Patrick Gross 29 novembre 2016 Additions [lg1], [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 novembre 2016.