France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

4 octobre 1954, Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme:

Référence pour ce cas: 4-oct-54-Clermont. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. lml1:] JOURNAL "LE MERIDIONAL":

LES ENGINS MYSTERIEUX
se multiplient dans le ciel

LYON. -- Plusieurs personnes ont déclaré avoir aperçu dans la région d'Epinac-les-Mines (Saône-et-Loire), une sorte de grosse boule lumineuse évoluant lentement de façon bizarre dans le ciel. Des automobilistes intrigués s'arrêtèrent sur la route et purent observer cette boule pendant plusieurs minutes avant de la voir disparaître brusquement en direction du Creusot.

Un phénomène analogue a été observé dans l'Ain et dans le nord du département du Rhône, vers le col des Echarmeaux, ainsi que dans l'Isère, près de Morestel.

Près du Havre

LE HAVRE. -- M. André Lefebvre, chauffeur de taxi, qui stationnait vers 20 heures, sur le port, a aperçu un disque incandescent qui, à l'Ouest de Deauville, montait dans le ciel, laissant derrière lui une traînée phosphorescente et une légère fumée. Ce phénomène, qui a été visible pendant dix minutes, a eu également pour témoins plusieurs marins regagnant leur bateau.

En Haute-Loire

LE PUY. -- M. et Mme Teyssier, de St-Etienne, qui campaient à Aurec-sur-Loire (Haute-Loire) ont aperçu dans le ciel un objet lumineux donnant l'impression d'un gros phare qui se déplaçait à vive allure à environ 2.000 mètres d'altitude. L'engin émettait un faisceau lumineux de couleur rouge orange, et suivait une trajectoire nord-sud. Lorsqu'il eut disparu, un deuxième engin semblable au premier et paraissant le suivre apparut, suivit la même direction et disparut à son tour.

A peu près au même moment plusieurs personnes ont aperçu, au-dessus du clocher d'Aurec, des engins semblables, qui après s'être immobilisés un instant traversèrent le ciel à vive allure en direction du Sud-Ouest.

Un croissant se partage en deux

LENS. -- Dimanche soir, vers 21 h. 30, à Ablain-St-Nazaire, un engin qui avait la forme d'une marmite et qui tournait sur lui-même a été aperçu dans le ciel par deux personnes. Il dégageait une lueur rougeâtre et s'est rapidement déplacé.

A la même heure, un engin qui, cette fois, avait la forme d'un croissant a été aperçu dans le ciel à Liévain. Après avoir plané pendant quelques minutes, le croissant se partagea en deux. La partie supérieure est alors restée immobile, tandis que l'autre atterrissait dans un champ, entre deux meules, d'où elle s'envolait peu après pour aller se rattacher à la partie restée en l'air.

En Charente

ANGOULEME. -- Dimanche soir, vers 23 h. 15 sur la route de Montecreau-Ville-Bois-Lavalette (Charente), M. Jean Allary, 22 ans, a vu très nettement, à la lueur du phare de son cyclomoteur, une sorte de tonneau haut d'environ 1 m. 80, piqué de clous dorés, qui se balançait sur le bord de la route. Lorsque M. Allary eut dépassé l'engin mystérieux, il se retourna à une distance d'environ dix mètres, mais il ne vit plus rien.

Des témoins ont vu, à l'endroit même indiqué par M. Allary, des traces d'environ sept mètres de longueur dans l'herbe qui borde la route.

D'autre part, la même nuit, Mme Bellanger, demeurant à Cognac, a aperçu à une altitude d'environ 300 mètres, un engin en forme de cigare, de couleur orange, se déplaçant lentement au-dessus de la ville.

Sur Clermont-Ferrand

CLERMONT-FERRAND. -- Des Clermontois ont aperçu, vers 19 heures, dans le ciel, un point lumineux de la dimension d'une grosse étoile, qui changeait fréquemment de couleur, passant du blanc au vert en se teintant d'orange. Le point lumineux paraissait animé d'un mouvement rotatif. En disparaissant il laissa derrière lui un panache orange.

[Ref. ler1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Soucoupes - cigares et boules de feu

Après le survol de la Maison Blanche par des soucoupes l'enquête révéla que les radars s'étaient trompés.

Des milliers de personnes ont réellement vu des "objets lumineux" se promener dans le ciel de façon déroutante. Certes, le 28 septembre dernier, la "soucoupe" aperçue au-dessus du mont Revard par le Dr Martinet et une quinzaine d'autres personnes n'était qu'un vol d'étourneaux. Le bon médecin admit son erreur le lendemain lorsqu'un aviateur, M. Michel Guyard, vint lui révéler que lui aussi avait été intrigué par ce tournoiement scintillant, mais qu'en s'approchant avec son avion il n'avait effarouché que de paisibles oiseaux - faisant, du même coup, fondre le disque parfait qu'ils formaient.

Il est impossible, par contre, de mettre sur le compte de l'hallucination collective certains phénomènes observés... bien qu'il soit juste de noter dès l'abord que ces "soucoupes" se manifestent sous des aspects extrêmement divers.

Dans les quelques cent cinquante cas que nous avons pu cataloguer en France, elles ressemblaient à des boules de feu rondes ou oblongues, mates ou lumineuses, grosses ou petites, bleues, vertes, rouges, jaunes ou blanches, nues ou ceintes d'un anneau, bruyantes ou silencieuses, produisant des étincelles (ou de la fumée) ou ne laissant nul sillage, lorsqu'elles n'avaient pas la forme de disques, de cigares, voire de demi-cigares.

On en a vu de jour et de nuit, mais comme si leurs occupants préféraient les heures troubles du crépuscule. On les a surtout vues évoluer de toutes les façons: lentement ou vite, horizontalement ou verticalement, en ligne droite ou en ligne brisée.

Comment s'y reconnaître?

Les avions à réaction font la chasse dans le vide

Y aurait-il donc tant de soucoupes différentes et d'origines si variées? Si elles nous viennent de l'espace cosmique, y a-t-il tant d'autres mondes habités... et qui s'intéressent à nous?

A la vérité, rien de bien précis n'a pu être tiré des observations rapportées et souvent les témoins d'un même phénomène ne sont pas d'accord entre eux quant à la taille, à la forme et à la couleur de l'objet. Nous en sommes donc au même stade que les Américains en 1952, lorsque le nouveau radar installé depuis quelques jours seulement à Washington détecta un vol de "soucoupes", plaçant enfin l'affaire sur le plan scientifique. Cet appareil ne pouvait se tromper et jouait le rôle d'arbitre de façon inattendue mais inquiétante.

Les spécialistes de service assuraient leur veille dans leurs locaux neufs, lorsqu'un beau matin l'homme de garde sursauta: un écho lumineux apparaissait sur l'écran alors qu'un avion n'était signalé. Ils crurent d'abord - c'était déjà arrivé - qu'un appareil commercial avait enfreint les règlements de la navigation aérienne et survolait la zone interdite de la Maison Blanche. Ils alertèrent les escadrilles de "Shooting Star", qui décollèrent aussitôt. Mais l'"objet" s'évanouit avant l'arrivée des chasseurs. La chose s'était donc enfuie à une vitesse inimaginable, accréditant du même coup l'existence de tous ces objets folâtrant en zig-zag à des milliers de kilomètres à l'heure avant de se dissoudre dans le ciel. L'émotion monta singulièrement et il fut officiellement décidé de renforcer les dispositifs de surveillance. L'ordre n'était pas inutile, car quelques jours plus tard, une nouvelle alerte était donnée.

Les chasseurs décollent et se ruent de toute la puissance de leurs réacteurs vers le point du ciel qui leur est indiqué par radio, mais parvenus sur place, ils annoncent à nouveau: - Le ciel est vide.

"Pour l'amour de Dieu, ne tirez pas sur les soucoupes!"

Cette fois les hommes du radar bondissent. La tache lumineuse est là sur leur écran, indiscutable et provocante. Les petite taches des "Shooting Star[s]" s'en rapprochent jusqu'à la recouvrir. Soucoupes, cigares et boules de feu.

- Attention, vous êtes en contact, hurlent les radaristes. Mais les chasseurs foncent à 800 km-h, dans un ciel toujours aussi désert, présentant peut-être à cet endroit une transparence un peu plus laiteuse.

Les fameux "objets" ne seraient-ils que des ectoplasmes?

Une fois de plus l'opinion publique s'émeut. Des lettres parviennent à l'U.S. Air Force pour demander qu'on "n'irrite pas les visiteurs". "Pour l'amour de Dieu, ne tirez pas sur les soucoupes", implore un correspondant. Les techniciens, bien sûr, ne croient guère aux revenants. Une nouvelle commission est nommée. Pendant six mois, aérodynamiciens, astronomes, météorologistes et savants de toutes les disciplines ayant quelque rapport possible avec les "soucoupes" étudient des dizaines de cas. Et leur conclusion éclate soudain, étonnante mais indiscutable, libérant l'Amérique d'une partie de sa crainte, en révélant que le radar, lui aussi, s'était trompé. Chaque fois qu'une image fantôme avait marqué les chasseurs météorologistes avaient constaté, en altitude, la présence d'une couche d'air froid entre deux couches d'air chaud. La densité (et l'indice de réfraction) de l'air variant avec la température, ce "sandwich" s'était comporté comme un miroir pour les ondes radioélectriques et les avions avaient été guidés, après une descente aussi rapide que la montée, vers des hangars ou des ouvrages métalliques bien terriens. Le phénomène peut aussi bien refléter le soleil dans la journée et la lune ou les lumières d'une ville la nuit. Souvent même, l'image est double ou triple, chaque surface de séparation jouant un rôle distinct; "Soucoupes par paires".

Certes les inversions de température n'expliquent pas tout. Mais les spécialistes américains estiment qu'elles furent responsables de près de 80% des apparitions lumineuses signalées Outre- Atlantique, et de nombreux engins mystérieux observés en France peuvent sans doute leur être attribués.

On peut noter, par ordre chronologique, deux lueurs parallèles à Antibes, en août 1949, deux boules argentées à Poitiers, le 10 mai 1952, deux disques blancs à la Roche-sur-Yon, douze jours plus tard, de "nombreuses soucoupes rouges" volant en zig-zag, deux par deux, le 17 octobre 1952, à Oloron-Sainte-Marie (le radar de Mont-de-Marsan en perçoit l'écho comme ses frères américains). Bien d'autres cas seraient à citer jusqu'aux plus récents: le 24 septembre dernier furent signalés trois objets ovales à Bayonne, trois en Charente-Maritime et six "cigares" évoluant deux par deux à Lantefontaine, en Lorraine.

Les cas de phénomènes isolés sont plus nombreux encore. - Quoi! s'écrient les "pro-soucoupistes" déçus, ce n'était donc que cela? Constatons honnêtement que nous retrouvons dans cette catégorie de manifestations la plupart des caractéristiques signalées par les "témoins": lueurs floues, quelquefois entourées d'un halo, apparition et disparition (avec la complicité des nuages ou par suite de l'évanouissement des conditions) et surtout évolutions aussi capricieuses que rapides. La surface de séparation des deux couches d'air n'est pas immobile, bien sûr ; elle se vide et se gondole sous l'influence des remous de l'atmosphère et l'image est rejetée d'un coin à l'autre du ciel.

Poussières cosmiques très fines

On peut regretter que les observations soient généralement trop imprécises pour permettre au technicien de trancher avec autorité; mais seules des manifestations immatérielles peuvent être douées des vitesses vertigineuses, instantanées, prêtées aux "soucoupes" dont la plupart des cas. Quelle que soit leur origine, les visiteurs terrestres ou extra-terrestres seraient soumis aux lois universelles de la gravitation (et par conséquent de l'accélération) puisque toutes les planètes de toutes les galaxies les subissent. Quels que soient la puissance de leurs machines et leur génie, les "soucoupes" ne pourraient s'affranchir de leur propre poids. Et tous les courants magnétiques ou autres rayons cosmiques qu'ils sont réputés utiliser ne peuvent en faire des êtres immatériels. Mais les météorologistes ont encore dans leur arsenal les nuages nocturnes lumineux que Vestine et Störmer estiment composés de poussières cosmiques très fines provenant de l'espace sidéral. Ces météores qui se tiennent à 75 ou 80 kilomètres de hauteur, deviennent de plus en plus brillant à mesure que la nuit s'avance et présentent leur éclat maximum à minuit environ. Le très sérieux "Atlas international des nuages" indique qu'ils peuvent être entraînés par les courants aériens puissants régnant à ces altitudes, à des vitesses de 50 à 250 mètres par seconde, soit 180 à 900 kms. Rappelons à notre tour qu'il suffit d'un petit cumulus, bien classique, mais caché dans la nuit, pour que la "soucoupe" s'évanouisse et réapparaisse.

- Mais, protestent les "pro-soucoupistes" vous n'avez encore démoli que des apparitions simplistes et décevantes avec ces arguments. Qu'ils se rassurent: il est d'autres réponses, plus variées et aussi sûres, aux manifestations plus étonnantes.

Tonneaux, disques, phares, marmites et boules volantes sont en passe de détrôner les soucoupes et autres cigares.

Le temps n'est plus, nous en sommes loin, où une banale "soucoupe" traversait l'azur à grande allure et disparaissait à l'horizon en laissant une trace bleuâtre. Depuis, il y a eu les "cigares" qui, en même temps que leur forme, prenaient généralement des teintes chatoyantes permettant aux témoins de ne pas se tromper.

Tout cela est périmé, si l'on en juge par les dernières observations faites en France par des personnes dont la bonne foi ne peut-être mise en doute. Les engins mystérieux qui suscitent tant de controverses et sont en passe de mettre la discorde dans bien des familles entre ceux qui y croient et ceux qui y croient pas, prennent maintenant des formes extrêmement variées et plaisantes. Quant aux couleurs, elles virent du jaune au rouge en passant par l'orange avec toutes les teintes et demi-teintes possibles. C'est ainsi qu'on a pu voir au cours des dernières vingt-quatre heures, dans le ciel de France, plusieurs disques, un gros phare, une grosse boule, une marmite, un croissant, un tonneau et une grosse étoile, sans parler des "soucoupes" et autres "cigares" dont l'énumération serait trop longue.

De la Normandie...

Les disques ont éveillé l'attention à la fois d'un chauffeur de taxi havrais, au-dessus de Deauville, et d'un journaliste lyonnais au sud de la basilique de Fourvière. Dans les deux cas, ils étaient rouge-orange et brillants. ils ont disparu au bout de dix minutes seulement. Le gros phare se déplaçait au-dessus d'Aurec-sur-Loire (Haute-Loire) à vive allure en émettant un faisceau lumineux rouge-orange également. "Lorsqu'il disparut, racontent les témoins, M. et Mme Teyssier, de Saint-Etienne, un deuxième engin, semblable au premier et paraissant le suivre, disparut dans la même direction".

A Epinac-les-Mines (Saône-et-Loire), des automobilistes, intrigués, s'arrêtèrent au bord de la route pour suivre les lentes et gracieuses évolutions d'une grosse boule lumineuse dont la couleur, malheureusement, n'est pas précisée.

...A l'Auvergne

La marmite et le croissant ont trouvé la quiétude d'un bon nombre d'habitants du Nord. La première, à Ablain-Saint-Nazaire, tourna sur elle-même et dégagea une lueur rougeâtre. Le second, dans le ciel de Liévin, plana quelques minutes, avant de se partager en deux. C'est alors que, la partie supérieure restant immobile, l'autre atterrit dans un champ entre deux meules, puis soudain, s'envola pour se rattacher à la partie restée en l'air!...

Il faisait nuit à Montecreau-Villebois-Lavalette (Charente) lorsque M. Jean Allary, 22 ans, aperçut, à la lueur du phare de son cyclomoteur, une sorte de tonneau haut de 1m80 et piqué de clous dorés! Il se balançait sur le bord de la route et s'enfuit quand le témoin approcha. Le lendemain, à l'endroit même indiqué par M. Allary, des témoins ont repéré des traces d'environ sept mètres de longueur dans l'herbe qui borde la route.

Ce sont les Clermontois qui ont, aujourd'hui, le mot de la fin avec la grosse étoile passant du blanc au vert et du jaune au rouge qui, animée d'un mouvement rotatif, laissa derrière elle un panache orange, lundi soir, vers 19 heures dans le ciel de Clermont-Ferrand.

Controverses scientifiques...

Ces phénomènes célestes donnent lieu, nous l'avons dit, à des controverses passionnées. Ainsi; un professeur de l'Université de Bonn, Joseph Meurès, a déclaré au cours d'une conférence: "Le livre de l'auteur américain Key Hoc [sic, Keyhoe]sur les soucoupes volantes ne vaut même pas le papier sur lequel il a été imprimé". M. Duneau Fletcher, vice-président de l'Association Astronomique du Kenya est d'un tout autre avis: "L'existence des soucoupes" n'est pas à mettre en doute, estime-t-il, des observateurs très expérimentés en ont vu aux quatre coins du globe. Et M. Fletcher donne sa petite idée sur la question: "Des visiteurs d'un autre monde observent la Terre et en dressent probablement la carte géographique".

Et joyeuses plaisanteries

Ces savantes remarques n'empêchent par les farceurs de s'amuser à bon compte aux dépens de leurs concitoyens. Les gendarmes viennent ainsi de mettre fin au passe-temps d'un retraité de Beuvry-lès-Bethune qui fabriquait des engins de trois mètres de diamètre avec des feuilles de papier fort soigneusement collées et disposait à leur base un petit réceptacle contenant une touffe d'étoupe imbibée d'un liquide inflammable. Dès qu'il mettait le feu à l'étoupe, la "soucoupe" s'élevait dans le ciel et disparaissait au gré des vents avec des reflets jaunes, oranges et rouges. Hélas! le pot aux roses fut découvert quand un engin commença à mettre le feu à une meule de paille...

[Ref. nmn1:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan

La valse des soucoupes
continue

UN BOULANGER
DU FINISTERE AFFIRME
AVOIR RENCONTRE
UN "MARTIEN"
LE VISAGE COUVERT DE POILS

Vers 4 h. hier matin, M. Pierre Lucas, ouvrier boulanger à Loctudy (Finistère) qui était occupé à puiser de l'eau dans a cour de la boulangerie, aperçut soudain dans la nuit un engin de la forme d'une soucoupe de 2 m. 50 à 3 mètres de diamètre. Il en vit sortir un individu mesurant environ 1 m. 20 qui s'approcha de lui et lui tapa sur l'épaule en articulant des paroles inintelligibles. L'ouvrier-boulanger réussit à garder son sang-froid en rentra au fournil où l'individu le suivit.

A la lumière M. Lucas put dévisager le visiteur: il avait le visage ovale, tout couvert de poils et des yeux de la grosseur d'un oeuf de corbeau Le jeune homme appela sont patron mais, avant que celui-ci ait eu le temps de descendre, l'inconnu avait disparu ainsi que se soucoupe dont on ne retrouva aucune trace.

Un marchand de bière de Concarneau a, de son côté déclaré avoir vu dans le ciel deux disques lumineux de la forme de tables rondes prolongées d'une sorte de queue. L'un des disques était immobile tandis que l'autre évoluait à proximité. Les deux disques disparurent au bout de dix minutes après avoir lancé une fusée.

Des soucoupes... partout

Deux soucoupes ont été aperçues mardi vers 18 h. 45 près de Clermont-Ferrand, la première, à 10 kilomètres de Beaumont. Les témoins ont déclaré que l'engin s'approcha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres, ils ressentirent une "curieuse sensation" et furent comme cloués sur place. A ce moment se dégageait une odeur de nitro-benzine. Bientôt l'engin s'éloigna. Le malaise cessa et la "soucoupe" disparut.

L'autre soucoupe a été aperçue au-dessus des côtes de Chanturgue, près de Clermont. Elle évoluait à la verticale et était d'un blanc brillant.

Une soucoupe a également été aperçue à Billom par un groupe de 30 personnes.

- Plusieurs habitants de Saint-Brieuc ont aperçu dans la nuit de mardi à mercredi, une soucoupe volante qui prit la forme d'un cigare avant de disparaître. Ils ont pu l'observer pendant plus d'une heure.

Le même phénomène a été constaté à Trégueux où un cycliste est rentré chez lui effrayé par ce qu'il avait vu.

- Plusieurs personnes de Thouare-sur-Vie (Vendée) ont également aperçu dans le ciel une dizaine d'objets lumineux ayant une forme allongée et qui passaient à une très grande vitesse et à haute altitude.

DANS LA REGION

Lueur blanche... à Dunkerque

Lundi dernier, vers 20 h. 10 alors qu'il manoeuvrait le S8 américain, le docteur Leven, dans le sas de l'écluse Watier à Dunkerque, le capitaine Emmanuel Dubois, 20 ans, 34 rue Carnot à Mers-les-Bains aperçut une lueur blanche qui longeait la côte, se dirigeant d'Est en Ouest.

Observant ce phénomène pendant plusieurs secondes, il pensa tout à coup aux soucoupes volantes et appela son équipage pour lui faire vérifier ce qu'il voyait. Mais quand le premier matelot arriva, la lueur avait brusquement disparu.

Disque rougeâtre... à Cassel

Hier, vers 10 h. 15, alors qu'ils attendaient l'autobus, 3 habitants de Cassel, MM. Guy Ver[?]ghe, 27, Grand-Place, Romain Scheerf, rue de Lille et Guy M[?] rue Constant Moncelay, virent un disque rougeâtre en forme de soucoupe qui évoluait à quelques centaines de mètres au-dessus de leurs tête.

Après avoir observé le phénomène pendant une bonne minute, ils le virent brutalement disparaître à l'horizon.

... et orange dans le ciel Picard

Dans la soirée de dimanche un "disque" orange évoluant en rase-motte a été aperçu et longuement observé par plusieurs habitants de Boves et de Demuin près d'Amiens. Les déclarations de ces personnes receuillies séparément, sont absolument concordantes. Le "disque orange" suivait presque au ras du sol, une direction Ouest-Est.

Un autre témoignage vient encore confirmer la présence de cette soucoupe dans le ciel picard. C'est un boulanger de Moreuil, cette fois, qui l'apporte. M. et Mme Dédier, revenaient en effet de Moreuil, en compagnie de leurs enfants M. et Mme Quenneben, quand, vers 21 h. 15, entre Foucaucourt et Estrées, ils aperçurent l'objet lumineux.

Même description que celle faite par les témoins précédents, mêmes observations sur le sens de la marche.

Etonnant récit
d'une commerçante amiénoise

Mais le plus étonnant récit est celui qu'a fait une commerçante amiénoise, Mme Nelly Mansart, épicière, 8 rue de la Mari[]e qui, dimanche revenait de Hérissart. Mme Mansart était accompagnée de voisins, M. et Mme Delaf[?]rée.

Les automobilistes venaient de quitter Hérissart lorsqu'ils aper4urent, dans le ciel, une boule éclatante qui, mieux observée leur apparut ensuite comme une collerette de champignon de couleur orange vif. Le diamètre était d'environ 6 à 8 mètres. Le "champignon" laissait échapper à sa partie supérieure, des flammes tournant du violet au verdâtre, tandis que des sortes de câbles pendaient au dessous.

Mme Mansart, qui conduisait la voiture, eut peur, d'autant plus que la "soucoupe" paraissait suivre la marche de l'auto, se tenant à une distance d'environ 130 mètres et volant en rase-motte.

Lorsque nous traversions un village, déclara Mme Mansart, l'engin le contournait et réapparaissait é la sortie, Il nous suivit ainsi pendant dix kilomètres environ.

A la sortie de Pierregot, je m'arrêtai. La soucoupe s'immobilisa et attendit, tournant en spirale pendant trois ou quatre cent mètres. Comme je redémarrais, elle nous suivit de nouveau.

Ce n'est qu'à Raineville, aux approches d'Amiens, que l'engin nous quitta définitivement, en direction de l'Ouest pour se perdre dans l'infini à une vitesse prodigieuse."

On conviendra que c'est là un récit impressionnant. Il faut encore y ajouter celui d'un boucher de Rue (Somme), M. Galland qui avec sa femme et son fils, revenaient de Berck en auto. Eux aussi furent suivis, pendant un certain temps, par un engin mystérieux de forme allongée et de couleur orange.

L'objet volait à basse altitude à une vitesse ne dépassant pas 30 à l'heure. Il disparut finalement dans la direction de St-Quentin-en-Tourmont, vers la mer.

D'autres personnes ont également observé le phénomène, toujours à la même heure, vers 21 h., dimanche soir.

Le Beuvrygeois facétieux a-t-il
commis des infractions au Code
qui n'avait point prévu
LE PROBLEME DES SOUCOUPES?

La découverte des généreuses distributions de (fausses) soucoupes par un retraité beuvrygeois a fait gros bruit et les services de la police, comme ceux de la gendarmerie se sont évertués à chercher hier les troubles qu'auraient pu causer la persistante facétie de M. D'Oliveira.

Combien de personnes ont-elles pu prendre pour de mystérieux engins de Mars les montgolfières de papier, habilement ajustées par le Portugais? On ne le saura sans doute jamais.

Il était possible que les nombreuses apparitions de dimanche dans tout le nord de la France aient eu le beuvrygeois pour auteur. Mais non, il faut, pour cleles-là, trouver une autre explication. Car, ce dimanche, M. D'Oliveira n'avait pas consacré à son passe-temps favori. Ce point a pu être rapidement vérifié. Qu'a donc bien pu troubler le brave santennais?

Certes, si un de ces engins avait percuté contre une meule, il courait le risque de provoquer un incendie. M. D'Oliveira protesta d'ailleurs avec force: il emploie, dit-il, de l'amiante, prenant ainsi toutes précautions. Et, pourtant, la montgolfière atterrie à Sailly-Labourse commençait bel et bien à brûler, à trois mètres d'une meule de paille d'ailleurs.

Et c'est pourquoi M. D'Oliveira "bénéficiera" d'une contravention. Serait-ce le terme de son invention? Une vieille loi, du 31 mai 1924, régit l'utilisation des aéronefs, établissant qu'on ne pourra en lancer dans le ciel qu'avec autorisation du préfet, sur avis du maire.

Et les prescriptions légales définissent que doit être considéré comme aéronef tout objet capable de s'élever dans les airs.

Ce sont donc 5.000 aéronefs que M. D'Oliveira a livré aux nuages!

Qu'il se rassure il ne sera pas contrevenant pour la totalité, il a commencé ses exploits avant 1918, à une époque où la loi en question n'existait pas. Et il y a prescription pour les délits antérieurs à 1931.

Ceci énoncé fort sérieusement, bien sûr.

[Ref. cdn1:] JOURNAL "LA CROIX DU NORD":

Scan

Toute la "vérité"
sur les "Martiens"

L'explication partielle que nous avons donnée hier des "cigares volants" n'a pas arrêté la ronde des "soucoupes". Un peu partout, des engins mystérieux ont encore attiré les regards des témoins qui assurent tous n'avoir pas rêvé.

Ils ont le visage couvert de poils
et les yeux en "oeuf de corbeau"

L'aventure la plus extraordinaire du jour est arrivée mardi, à 4 heures du matin, à M. Pierre Lucas, un ouvrier boulanger de Loctudy, dans le Finistère.

M. Lucas était occupé à puiser de l'eau dans la cour de la boulangerie, lorsqu'il aperçut soudain, dans la nuit, un engin de la forme d'une soucoupe de 2 m. 50 à 3 mètres de diamètre. Il en vit sortir un individu mesurant environ 1 m. 20 qui s'approcha et lui tapa sur l'épaule (sans doute, en se hissant sur la pointe des pieds), en articulant des paroles inintelligibles. L'ouvrier boulanger réussit garder son sang-froid et rentra au fournil où l'individu le suivit.

A la lumière, M. Lucas put dévisager le visiteur: "Il avait le visage ovale, tout couvert de poils, et des yeux de la grosseur d'un oeuf de corbeau".

Le jeune homme appela son patron mais, avant que celui-ci ait eu le temps de descendre, l'inconnu avait disparu, ainsi que sa soucoupe, dont on ne retrouva aucune trace.

Ils s'habillent de rouge

Les "Martiens" semblent vouloir visiter aussi l'Italie. Un pêcheur de Roverbella, en province de Mantoue, a déclaré avoir été approché, toujours dans la nuit de mardi à mercredi, par un "mystérieux individu", vêtu de rouge, qui lui aurait adressé "des mots inintelligibles", et se serait rapidement éloigné, avant que le pêcheur ait eu le temps d'appeler sa femme.

A Mantoue, d'ailleurs, le trafic a été interrompu pendant plus d'une heure par des groupes de personnes rassemblées pour observer un étrange "objet blanc" qui, à une forte hauteur, se détachait nettement sur le fond du ciel bleu. Après avoir effectué des évolutions extrêmement rapides, l'engin, de forme sphérique - et qui, d'après certains témoins, faisait partie "d'une formation de soucoupes volantes" - est resté pendant quelques temps immobile dans le ciel, avant de disparaître à l'horizon.

Ils marchent à la nitro-benzine

"Soucoupes" également dans le ciel du Massif Central. Mardi après-midi, un "engin mystérieux" a été aperçu à 10 km de Beaumont, se déplaçant vers l'Est. Les témoins ont déclaré que l'engin s'approcha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres, ils ressentirent une "curieuse sensation" et furent comme cloués sur place. A ce moment se dégageait une odeur de nitro-benzine. Bientôt l'engin s'éloigna. Le malaise cessa et la "soucoupe" disparut.

Une autre soucoupe a été aperçue au-dessus des côtes de Chanturgue, près de Clermont. Elle évoluait à la verticale et était d'un blanc brillant.

Ils dressent une carte de la terre

"D'après tous les renseignements disponibles, les occupants des soucoupes dressent la carte de toute la surface de la terre" a précisé pour sa part, le plus sérieusement du monde, M. Fletcher, vice-président des astronomes du Kenya.

"Des visiteurs d'un autre monde observent la terre. Ils ont dernièrement porté leur attention sur l'Afrique Orientale. Le trait le plus encourageant de l'affaire est que les objets volants non-identifiés ne paraissent pas pilotés par des êtres ayant des intentions hostiles à l'égard des habitants de notre planète" estime M. Fletcher, qui a formulé son hypothèse à la suite du déluge d'informations fournies par de nombreux Européens, Asiatiques et Africains établis au Kenya, et se refuse à croire que tous ces "témoins" soient victimes d'hallucination.

Ils prélèvent des échantillons

Parmi ces "témoins", un Français... M. Jean Allary, cultivateur en Charente.

Dimanche soir, en rentrant chez lui, vers 23 h. 15, alors qu'il circulait à cyclomoteur sur la Route Départementale 16, il aperçut soudain dans le rayon de son phare un engin étrange posé sur le bas-côté. Il eut peur et ne s'arrêta pas. Lorsqu'il se retourna dix mètres plus loin, il ne vit plus rien. Il était passé à 1 m. 50 environ d'une sorte de tonneau de 1 m. de diamètre et 1 m. 50 de hauteur., qui, at-t-il raconté, se balançait comme s'il avait été monté sur un [??]. Le tonneau était de couleur brune, piqué de "clous" jaunes qui brillaient dans la lumière.

Après la "soucoupe" et le "cigare", voici le "tonneau volant". Dans "l'autre monde", on semble ainsi apprécier ce breuvage que nous appelons sur terre "vin". Peut-être un "Martien" astucieux a-t-il profité des vendanges pour venir sur notre planète "faire le plein" avec un engin adéquat...

Ils font tourner les tables

Peut-être... Mais il y a mieux encore, dans les escadrilles "Martiennes" que les tonneaux...

Un marchand de bière de Concarneau, affirme avoir vu lui, dans le ciel deux disques lumineux "de la forme de tables rondes prolongées d'une sorte de queue". L'un des disques était immobile, tandis que l'autre évoluait à proximité. Les deux disques disparurent au bout de dix minutes, après avoir lancé une fusée.

A Saint-Brieuc, plusieurs Briorhains ont aperçu une "soucoupe volante" qui prit la forme d'un cigare, avant de disparaître. Ils ont pu l'observer pendant plus d'une heure.

Le même phénomène a été constaté à Trégueux où un cycliste est rentré chez lui, effrayé par ce qu'il avait vu.

Près de La Rochelle, d'autre part, une dizaine "d'objets lumineux" se déplaçant à une très grande vitesse, ont été aperçus. M. et Mme Guillemoteau ont même vu, à un mètre environ du sol, juste devant leur ferme une "soucoupe sphérique" pouvant mesurer de 2 à 3 mètres de hauteur et d'un diamètre de 5 mètres. L'engin, qui ne produisait aucun bruit, s'arrêta quelques minutes, puis monta à la verticale. M. Guillemoteau, le lendemain, se rendit à l'endroit où il avait vu l'engin et put relever des traces huileuses sur l'herbe.

[Ref. nll1:] JOURNAL "NORD LITTORAL":

Scan

Le "Martien" du Finistère
a le visage couvert de poils et des yeux
comme un "oeuf de corbeau"

Quimper, 6 octobre. -

- Vers 4 heures, hier matin, M. Pierre Lucas, ouvrier-boulanger à Loctudy (Finistère), qui était occupé à puiser de l'eau dans la cour de la boulangerie, aperçut soudan dans la nuit un engin de la forme d'une soucoupe de 2 m. 50 à 3 m. de diamètre. Il en vit sortir un individu mesurant environ 1 m. 20 qui s'approcha de lui et lui tapa sur l'épaule en articulant des paroles inintelligibles. L'ouvrier-boulanger réussi à garder son sang-froid et rentra au fournil le où l'inconnu le suivit.

A la lumière, M. Lucas put dévisager le visiteur: il avait le visage ovale, tout couvert de poils et des yeux de la grosseur d'un oeuf de corbeau. Le jeune homme appela son patron mais, avant que celui -ci ait eu le temps de descendre, l'inconnu avait disparu ainsi que sa soucoupe dont on ne retrouva aucune trace.

Un marchand de bière de Concarneau a, de son côté, déclaré avoir vu dans le ciel deux disques lumineux de la forme de tables rondes prolongées d'une sorte de queue. L'un des disques était immobile tandis que l'autre évoluait à proximité. Les deux disques disparurent au bout de dix minutes après avoir lancé une fusée.

Soucoupes à l'Italienne

Mantoue, 6 octobre. -

Le trafic a été interrompu pendant plus d'une heure au centre de Mantoue par des personnes rassemblées pour observer un étrange "objet blanc" qui, à une forte hauteur, se détachait nettement sur le fond du ciel bleu.

Après avoir effectué des évolutions extrêmement rapides l'engin, de forme sphérique - et qui d'après certains témoins, faisait partie "d'une formation de soucoupe volante" -, est resté pendant quelque temps immobile dans le ciel, avant de disparaître à l'horizon.

D'autre part, les "Martiens" semblent vouloir visiter aussi l'Italie. En effet, un pêcheur de Roverbella, en province de Mantoue, a déclaré avoir été approché, la nuit dernière, par un "mystérieux individu", vêtu de rouge, qui lui aurait adressé "des mots inintelligibles", et qui se serait rapidement éloigné avant que le pêcheur ai eu le temps d'appeler sa femme.

"Cloués sur place"

Clermont-Ferrand, 6 oct. -

Deux soucoupes ont été aperçues hier dans le ciel clermontois. La première, à 10 km. de Beaumont, à 15 h. 45. Elle se déplaçait en direction ouest-est. Les témoins ont déclaré que l'engin se rapprocha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres ils ressentirent une "curieuse sensation" et furent comme cloué ssur place. A ce moment se dégageait une odeur de nitro-benzine. Bientôt l'engin s'éloigna le malaise cessa et la soucoupe disparut.

L'autre soucoupe a été aperçue au-dessus des côtes de Chanturgue, près de Clermont. Elle évoluait à la verticale et était d'un blanc brillant.

Une soucoupe a également été aperçue à Billom par un groupe de 30 personnes. L'engin évoluait au-dessus de la ville. Il se déplaçait à l'horizontale. Il a été visible pendant 3 ou 4 minutes avant de disparaître. Une lumière intense se dégageait de l'appareil.

[Ref. ner1:] JOURNAL "NORD-ECLAIR":

Scan

LA RONDE DES SOUCOUPES
CONTINUE A FAVORISER
DES CENTAINES DE TEMOINS

LA RONDE DES SOUCOUPES continue à décrire de gracieux entrelacs, de Mantoue, en Italie, jusque Peros-Guirec [sic], et de Clermont à Dunkerque. Peut-on mettre tous ces témoignages sur le compte de l'hallucination? Ou les plaisantins se répandent-ils dans tous les azimuts?

A Mantoue, le trafic a été interrompu pendant plus d'une heure au centre par des groupes de personnes rassemblées pour observer un étrange "objet blanc" qui, à une forte hauteur, se détachait nettement sur le fond du ciel bleu.

Après avoir effectué des évolutions extrêmement rapides, l'engin, de forme sphérique, est resté pendant quelque temps immobile dans le ciel, avant de disparaître à l'horizon.

UNE ODEUR DE NITRO-BENZINE...

Deux soucoupes ont été aperçues, hier, dans le ciel clermontois. La première se déplaçait en direction Ouest-Est. Les témoins ont déclaré que l'engin se rapprocha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres, il ressentirent une "curieuse sensation" et furent comme cloués sur place. A ce moment, une odeur de nitro-benzine se dégagea et l'engin s'éloigna. Le malaise cessa et la soucoupe disparut.

L'autre soucoupe évoluait à la verticale au-dessus des côtes de Chantorgues [sic] et était d'un blanc brillant.

Des fermiers de La Rochelle ont également constaté après le départ d'une soucoupe sphérique, de 2 à 3 mètres de hauteur et un diamètre de 5 mètres, des traces d'origine huileuses sur l'herbe, non loin de leur ferme.

Dans la même région, plusieurs personnes ont aperçu une escadrille d'objets lumineux allongés passant à très grande vitesse et haute altitude.

Deux habitants de Lézignan qui roulaient en camion ont affirmé avoir aperçu un engin en forme de disque se poser dans un champ entre le village de Lagrasse et le hameau de Villemagne (Aude).

L'appareil, ont-ils déclaré, mesurait environ dix mètres de diamètre. Mais avant qu'ils aient pu s'en approcher, il les enveloppa d'une lueur éclatante et disparut.

DE LA TAILLE D'UN ENFANT

Plus heureux, un jeune cultivateur de Mégrit (Côtes du Nord) a affirmé avoir vu dans la cour de sa ferme un appareil d'un diamètre d'un mètre environ à l'intérieur duquel se tapissaient deux formes humaines, immobiles, de la taille d'un enfant. Néanmoins il n'a pas eu la chance de vivre l'aventure d'un autre Breton.

M. Pierre Lucas, ouvrier boulanger à Loctudy (Finistère) aperçut soudain, dans la nuit, un engin de la forme d'une soucoupe de 2 mètres 50 à 3 mètres de diamètre. Il en vit sortir un individu mesurant environ 1 m. 20 qui s'approcha de lui et lui tapa sur l'épaule en articulant des paroles inintelligibles. L'ouvrier boulanger réussi à garder son sang-froid et rentra au fournil où l'inconnu le suivi.

A la lumière, M. Lucas pu dévisager son visiteur. Celui-ci avait le visage ovale, tout couvert de poils et des yeux de la grosseur d'un oeuf de corbeau. Le jeune homme appela son patron mais, avant que celui –ci ait eu le temps de descendre, l'inconnu avait disparu ainsi que sa soucoupe dont on ne retrouva aucune trace.

Un négociant de Dunkerque avait, il y a plusieurs jours, déclaré avoir aperçu d'étranges objets lumineux dans le ciel de Bray-Dunes. Une enquête avait été ouverte qui a conclu qu'il s'agissait de deux avions militaires dont le revêtement métallisé avait fait illusion !!!

LA RECOLTE QUOTIDIENNE

Et les autres témoignages s'accumulent. A Bergerac, un pompier affirme avoir vu un disque lumineux soutenu par trois béquilles se poser dans son jardin.

A Paris, une soucoupe laissant dans son sillage un panache de fumée, tout comme une fusée, a été aperçue près de la Porte Dorée, dans le Faubourg Saint-Antoine, rue de la Pompe.

Au Bourget, l'on explique qu'il est impossible, étant donné l'intensité de la circulation aérienne, de confirmer par radar le passage de l'engin.

Enfin, soucoupes, disques, cigares, sphères de tout diamètres et autres objets volants ont été aperçus à Quend, Grandvillars (Belfort), à Forges (Corrèze) et Perros-Guirec (Côtes du Nord).

LE TEMOIGNAGE D'UN INGENIEUR

Le journal de Coulommiers, "Le Pays Briard", publie une lettre adressée par l'un de ses lecteurs, M. E. Farnier, membre de la Société des ingénieurs civils de France, au sujet d'une soucoupe volante.

M. Farnier précise qu'il a vu au-dessus de sa propriété, à Jouy-sur-Morin, un gros disque de 8 à 10 mètres de diamètre, "tournant sur place en laissant échapper des lueurs rouges-violettes, avec un sifflement rappelant un peu l'arrivée d'un avion à réaction. L'engin était à environ 400 mètre de hauteur et plana plus de vingt minutes au-dessus de moi. J'ai donc, dit M. Farnier, eu le loisir de bien l'examiner. L'engin disparurent ensuite en direction de Coulommiers".

Dans sa lettre, M. Farnier ajoute:

"Ancien commissaire auprès de l'Aéro-Club de France, ayant servi dans l'aviation, je n'ai pas été victime d'une hallucination et cet engin était pas un ballon sonde, mais une aile épaisse circulaire planant sur place et se déplaçant à très grande vitesse en prenant progressivement de la hauteur."

[Ref. jps1:] JOURNAL "LE JOURNAL DU PAS-DE-CALAIS ET DE LA SOMME":

Scan

SOUCOUPES VOLANTES
dans le ciel de Paris
...et d'ailleurs

Paris, 6. -- Plusieurs parisiens ont vu des soucoupes volantes évoluant dans le ciel de la capitale. Des passants ont affirmé en avoir aperçu une près de la Porte Dorée.

M. Pierre Allouis, représentant en cartonnage, se rendait à ses affaires en taxi, lorsque le véhicule fut arrêté par un feu rouge. Entendant, dit-il, un sifflement strident, il regarda par la portière et vit un engin volant qui fuyait en hauteur, laissant dans son sillage un panache de fumée.

M. Allouis décrit la soucoupe comme un disque plus gros qu'un avion normal et de couleur argentée.

Le même témoignage est apporté par M. Gilbert Bacon, demeurant 25, faubourg St-Antoine, et par M. Paul Julien, peintre en bâtiment qui habite 3, rue de la Pompe. Ce dernier, toutefois, il estime qu'il s'agit non d'une soucoupe mais d'une aile volante qui affecte la forme d'un triangle aux bords arrondis.

Au Bourget, on explique qu'étant donné l'intensité de la circulation aérienne, il est impossible de confirmer par radar le passage de l'engin à une heure insuffisamment précisée. D'autre part, le radar ne saurait enregistrer le passage d'un plus lourd que l'air que par une tâche lumineuse quel que soit la nature de l'engin.

Clermont - Ferrand. -- Deux soucoupes ont été aperçues dans le ciel clermontois. La première à 10 kms de Beaumont. Elle se déplaçait en direction Ouest-Est. Les témoins ont déclaré que l'engin se rapprocha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres, ils ressentirent une "curieuse sensation" et furent com-

SUITE EN PAGE 6

Scan

'Soucoupe volantes'

(Suite de la première page)

me cloués sur place". A ce moment se dégageait une odeur de nitro-benzine. Bientôt l'engin s'éloigna, le malaise cessa et la soucoupe disparut.

L'autre soucoupe a été vue au-dessus des côtes de Chanturgues près de Clermont. Elle évoluait à la verticale et était d'un blanc brillant.

Une soucoupe est également apparue à Billom à un groupe de 30 personnes. L'engin évoluait au-dessus de la ville. Il se déplaçait à l'horizontale. Il a été visible pendant 3 ou 4 minutes avant de disparaître. Une lumière intense se dégageait de l'appareil.

Saint - Brieuc. -- Plusieurs Briocains ont aperçu une soucoupe volante qui prit la forme d'un cigare avant de disparaître. Ils ont pu l'observer pendant plus d'une heure.

Le même phénomène a été constaté à Trégueux où un cycliste est rentré chez lui effrayé par ce qu'il avait vu.

La Rochelle. -- Plusieurs personnes de Thouare-sur-Vie (Vendée) ont aperçu dans le ciel une dizaine d'objets lumineux ayant une forme allongée et qui passaient à très grande vitesse et à haute altitude.

La Rochelle. -- M. et Mme Guillemoteau se trouvaient devant leur ferme lorsqu'ils ont vu, à un mètre environ du sol, une soucoupe sphérique pouvant mesurer 2 à 3 mètres de hauteur et d'un diamètre de 5 mètres. L'engin, qui ne produisait aucun bruit, s'arrêta quelques minutes, puis monta à la verticale. M. Guillemoteau, le lendemain, se rendit à l'endroit où il avait vu l'engin et put relever des traces huileuse sur l'herbe.

Enfin des soucoupes, disques, cigares, sphères et autres objets volants ont été vus à Quend (Somme), Grandvilliers (territoire de Belfort), à Magnac-Laval (Haute-Vienne), à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime), à Forges (Corrèze), Perros-Guirec (Côtes du Nord), etc., etc.

Soucoupes
à l'italienne

Mantoue, 6. -- Le trafic a été interrompu pendant plus d'une heure au centre de Mantoue par des groupes de personnes rassemblées pour observer un étrange "objet blanc" qui, à une forte hauteur, se dégageait nettement sur le fond du ciel bleu.

Après avoir effectué des évolutions extrêmement rapides, l'engin, de forme sphérique - et qui d'après certains témoins, faisait partie "d'une formation de soucoupes volantes" - est resté pendant quelque temps immobile dans le ciel, avant de disparaître à l'horizon.

D'autre part, les "Martiens" semblent vouloir visiter aussi l'Italie. En effet, un pêcheur de Roverbella en province de Mantoue, a déclaré avoir été approché par un "mystérieux individu", vêtu de rouge, qui lui aurait adressé "des mots inintelligibles" et qui se serait rapidement éloigné avant que le pêcheur ait eu le temps d'appeler sa femme.

[Ref. ldl1:] MAGAZINE "LUMIERES DANS LA NUIT:"

Le magazine indique que le 6 Octobre 1954, à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, des habitants ont vu un point lumineux changeant fréquemment de couleur: blanc, vert, en se teintant d'orange.

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Puy de Dômes à Clermont Ferrand le 6 octobre 1954 à une heure non connue, des habitants ont vu un point lumineux changeant fréquemment de couleur: Blanc, vert, en se teintant d'orange.

Luc Chastan indique que la source est mon site web à ufologie.net.

[Ref. lcn2:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que "Il y a 4 observations où une explication de l'observation peut-être possible" en France, et indique que pour "Clermont Ferrand (63) le 06 octobre 1954", "Cette observation pourrait être une confusion avec Vénus".

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541004 04.10.1954 Clermont Ferrand France 19.00

Explications:

Non encore recherchée. Vénus?

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, point, lumineux, blanc, vert, orange, Vénus, étoile, planète, panache, multiple

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 9 mars 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 20 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lcn1].
1.1 Patrick Gross 17 juin 2010 Addition [lcn2].
1.2 Patrick Gross 10 février 2017 Addition [ler1].
1.3 Patrick Gross 15 février 2017 Addition [ubk1].
1.4 Patrick Gross 4 avril 2020 Addition [cdn1].
1.5 Patrick Gross 14 avril 2020 Addition [nmn1].
1.6 Patrick Gross 3 juin 2020 Addition [ner1].
1.7 Patrick Gross 7 juin 2020 Addition [nll1].
1.8 Patrick Gross 7 juillet 2020 Addition [jps1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 juillet 2020.