France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

14 octobre 1954, Saint-Ambroix, Gard:

Référence pour ce cas: 14-Oct-54-Saint-Ambroix. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Le Provençal du 14 octobre 1954 avait rapporté une histoire à dormir debout, soi-disant survenue près de Saint-Ambroix dans le Gard: "Sept êtres bizarres et minuscules auraient semé des graines mystérieuses avant de disparaître dans un engin phosphorescent - Plusieurs chasseurs de la région l'affirment".

Leur correspondant de presse à Nîmes disait que des "témoignages de diverses sources" informent que dans les bois de la commune, plusieurs chasseurs auraient vu sept petits êtres ayant une forme vaguement humaine, et lorsque les chasseurs se sont approchés, ces homuncules se seraient précipités vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt et disparut.

Les chasseurs seraient "revenus quelques instants plus tard" et auraient trouvé sur les lieux où ils avaient vu les "Martiens", un certain nombre de graines d'aspect bizarre parsemées sur le sol.

Ces graines auraient été présentées à divers grainetiers de Saint-Ambroix, qui n'auraient pu identifier aucune espèce connue.

Le journal ajoutait que "d'après divers renseignements", elles auraient été envoyées à un laboratoire pour contrôler l'exactitude de cette information, "que certains démentent et que d'autres confirment."

De nombreux journaux avaient alors repris cette nouvelle en résumés, lesquels sont apparus via Jacques Vallée dans la littérature ufologique.

En 1975, le magazine INFO-OVNI avait indiqué, sans aucun détail, qu'il s'agissait d'un canular. En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker indiquaient que "cette parodie avait été inventée par quelques habitants de la localité", et qu'un collaborateur de l'Association des Amis de Marc Thirouin (l'AAMT, une association d'ufologie), lors d'une contre-enquête, "avait déjà flairé le canular."

En 1980, un groupe d'ufologie de la région, le GREPO, publiait dans son bulletin Vaucluse ufologie N° 18-19, la solution documentée, parue dans le journal Le Midi Libre du 16 octobre 1954:

Un groupe de chasseurs de St Ambroix (Gard) a prétendu, quant à lui, avoir rencontré des Martiens qui, sortant d'une Soucoupe, leur avait remis de mystérieuses graines. Ces graines furent présentés au grainetier du pays qui affirma ne pas en connaitre l‘origine. Bien entendu, il était de connivence avec eux: ces graines étaient destinées à produire des plants de ricin. Quant aux nemrods, ils n'avaient, naturellement vu de Martiens que dans leur imagination.

En 1997, Jean Sider se demande pourquoi Barthel et Brucker avaient "exhumé ce cas de sa tombe" puisqu'il avait déjà été expliqué il y a bien longtemps, deux jours après que l'histoire ait été diffusée dans la presse nationale, quand le journal régional Midi Libre du 16 octobre 1954 avait admis que l'histoire n'était rien d'autre qu'une plaisanterie jouée par un grainetier et quelques amis.

Sider ajoutait qu'une association d'ufologie, l'A.A.M.T, avait également indiqué clairement en 1970 que l'histoire n'a aucune autre réalité que celle d'une plaisanterie.

Ceci n'empêche pas que d'aucuns continuent à diffuser cette histoire, sur le Web notamment, sans son explication; et ce bien que ladite explication figure ici depuis la création de ma page sur ce cas en 2003.

Rapports:

[Ref. lon1:] JOURNAL "L'OISE-MATIN":

Scan

ETRES MYSTERIEUX ET
PLANTES EVOLUEES...

...sont-ils les pilotes
des soucoupes volantes?

D'après les derniers rapports de témoins venus hier grossir, d'une façon devenue habituelle, le dossier des "soucoupes volantes", celles-ci sont:

- 1. Phosphorescentes et pilotées par des êtres minuscules qui plantent sur terre des graines mystérieuses;

- 2. Des torpilles de quatre mètres renfermant des êtres velus;

- 3. Des sphères lumineuses d'où descendent des scaphandriers de l'espace, de petite taille;

- 4. Des engins pouvant réaliser 300.000 kilomètres à la seconde et pilotés par des plantes intelligentes surveillant les progrès de l'humanité.

Ce sont plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix, dans le Gard, qui avancent la théorie des mystérieux planteurs. Ces chasseurs ont déclaré à la presse qu'ils ont aperçu récemment sept êtres minuscules "dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain."

Lorsque les chasseurs tentèrent de s'approcher de ces êtres, ces derniers, disent-ils, se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

Les chasseurs ne précisent pas la forme de l'engin; ils affirment, par contre, qu'ils découvrirent, à l'endroit de l'envol de celui-ci, un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

Rencontre nocturne

C'est avec un "mystérieux individu velu" sortant d'une torpille qu'un employé de la gare de Montluçon, M. Laugère, fit, dit-il, une curieuse rencontre, dimanche soir.

M. Laugère a précisé qu'il quittait son travail et traversait les voies à proximité du pont de la S.N.C.F., lorsqu'il vit, déclara-t-il, un engin métallique posé à peu de distance d'un réservoir de gas-oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil, qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mètres de long, se trouvait, a ajouté M. Laugère, un homme tout couverts de poils "à moins qu'il ne fut vêtu d'un manteau à poil un peu longs."

Surpris je lui ai demandé ce qu'il faisait mais il m'a répondu en termes intelligibles où il me semble à distinguer cependant les mots "gas oil", a déclaré en substance le cheminot.

Un scaphandrier de petite taille, avec une tête grosse par rapport au corps, deux yeux énormes. Telle est la description qu'a fait avant-hier soir un Toulousain, M. Olivier, d'un mystérieux personnage descendu, dit-il, vers 19 h. 35, d'un engin sphérique qui venait de se poser sur un terrain vague.

M. Olivier, un industriel, était, dit-il, accompagné d'un employé, M. Perano, et d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années lorsque l'engin, lumineux et de couleur rougeâtre, se posa. Les témoins virent ensuite, disent-ils, venir vers eux le personnage dont le scaphandre brillait comme du verre.

Des plantes
nous surveillent?...

Enfin, pour le savant Hermann Oberth, constructeur des tristement célèbre "V-2", les "pilotes des soucoupes sont des plantes douées de raison."

Selon Oberth, qui a exposé avant-hier cette théorie a un correspondant de l'A.F.P., les "Uranides" - nom dont il a baptisé ces plantes - ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens tant en ce qui concerne leur évolution spirituelle que leur technique.

Les "Uranides", affirme Oberth, se déplacent dans des "soucoupes" capables d'atteindre à une vitesse proche de celle de la lumière: 300.000 kilomètres à la seconde.

Ils survolent la terre, conclut le savant, pour surveiller les progrès de l'humanité dans les sciences atomiques parce que ces progrès "représentent, dit-il, un danger pour l'ensemble du cosmos."

[Ref. lpl1:] JOURNAL "LE PROVENCAL":

Scan.

PRES DE SAINT-AMBROIX (GARD)

Sept êtres bizarres et minuscules auraient semé des graines mystérieuses

avant de disparaître dans un engin phosphorescent
Plusieurs chasseurs de la région l'affirment

Nîmes (C.P.).
Des témoignages de diverses sources nous informent que dans les bois de la commune de Saint-Ambroix (Gard), plusieurs chasseurs auraient [...] ayant une forme vaguement humaine. Lorsque les chasseurs s'approchèrent, les homuncules se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt et disparut. Revenus quelques instants plus tard les chasseurs constatèrent qu'à la place où ils avaient vu les "Martiens", un certain nombre de graines d'aspect bizarre étaient parsemées sur le sol.

Ces graines auraient été présentées à divers grainetiers de Saint-Ambroix, qui n'auraient pu identifier aucune espèce connue.

D'après divers renseignements, elles auraient été envoyées à un [...] contrôler l'exactitude de cette information, que certains démentent et que d'autres confirment.

UNE SOUCOUPE VOLANTE DANS UNE RUE DE NIMES

Nîmes (C.P.).
M. Pitot, demeurant à Nîmes, a aperçu hier dans la nuit "quelque chose d'anormal" dans une rue de la périphérie, la rue d'Edgar Mouton. Cet engin qu'il n'a pu identifier de façon absolue, s'est élevé brusquement dans les airs et a disparu sans aucun bruit ni lumière.

UNE "ASSIETTE VOLANTE" SUR SAINT CHAMAS

Saint-Chamas (C.P.).
Le samedi 9 octobre, à 20 h. 15, un engin mystérieux, venant du côté de Cornillon et allant en direction d'Istres, est passé au-dessus de Saint-Chamas à environ une altitude de mille à quinze cent mètres.

Cet engin avait la forme d'un disque de la grandeur environ d'une assiette vu à cette distance. Il était incandescent, laissant échapper une fumée très épaisse couleur de feu qui formait une longue traînée lumineuse.

Après avoir traversé Saint-Chamas, elle prit de l'altitude et disparut soudainement au-dessus d'Istres.

Une "pile de cigares" à deux couleurs dans le ciel gardois

Nîmes (C.P.).
Après le gardien de la paix nîmois qui aperçut une pile de cigares bientôt transformés en quadrilatère d'où s'échappaient des lueurs rouge et orange, un employé de la S.N.C.F., M. Martinet, demeurant aux cités ouvrières au mas Mathieu, route d'Avignon, eut son regard attiré par une boule de feu qui se déplaçait dans le ciel, en direction du plateau de Garons.

M. Martinet qui s'apprêtait à se rendre à la pêche à Bellegarde et s'était levé pour cela à 5 h. eut [...]

[Ref. cxn1:] JOURNAL "LA CROIX DU NORD":

Scan.

Graine de soucoupes

NIMES, [?]. -- Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard), auraient récemment aperçu sept être minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un être humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les être se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils frent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

[Ref. cpd1:] JOURNAL "LE COURRIER PICARD":

Scan.

LES "SOUCOUPES"
évoluent maintenant
dans le Sud de la France

et l'on a vu des "Martiens"
à Toulouse et dans le Gard

TOULOUSE, 14 octobre. -- M. Jean Marty, 42 ans, habitant Leguevin (Haute-Garonne), a déclaré qu'il avait vu dans la nuit de mardi à mercredi, se poser au milieu d'un champ un disque lumineux mesurant de 6 à 7 mètres de diamètre et 2 m. 50 de hauteur, le disque était de couleur orange.

M. Marty travaillait vers 22 h. 30, dans son atelier situé sur la route de Toulouse, en face d'un champ, à 1 km. 300 de Leguevin. En levant la tête, il aperçut un jet lumineux.

Intrigué, il est sorti, a traversé la route et s'est dirigé vers le disque qui s'est alors élevé dans les airs, sans bruit, verticalement, et a disparu à une vitesse prodigieuse.

M. Marty a gagné le milieu du champ afin d'examiner l'endroit où l'engin avait atterri. Il n'y relevé aucune trace mais a trouvé, posés sur l'herbe, deux feuillets de papier glacé, blancs, couverts de lettres d'imprimerie.

Les feuillets n'étaient ni souillés, ni humides, ni froissés, mais d'une netteté absolue comme s'il venaient d'être arrachés d'une brochure neuve. M. Marty les a remis à la gendarmerie. Ils ont été examinés par un ancien militaire qui a passé de longues années en Indochine et qui vit retiré à Leguevin, M. Maggy. Celui-ci a déclaré qu'il s'agissait d'un texte en kuoc-nu, dialecte annamite, et que ce texte traitait des questions intéressant le Vietminh et le Vietnam. Il a été établi ensuite qu'il s'agissait d'extraits d'un journal vietnamien, sans doute déposés à cet endroit par des Indochinois qui y ont campé. Il y a, en effet, dans la région de Toulouse, de nombreux Indochinois.

Suite en 2e page sous le titre

LES SOUCOUPES

Scan.

LES SOUCOUPES

(Suite de la 1re page)

D'autre part, des traces huileuses ont été relevées ce matin en plusieurs endroits d'un terrain vague situé dans un faubourg de Toulouse.

Selon les déclarations de trois témoins, un engin mystérieux piloté par un personnage vêtu d'un scaphandre, se serait posé sur ce terrain hier à 10 h. 35.

La police de l'Air a interrogé ces trois personnes, parmi lesquelles figue un industriel, qui ont maintenu leurs déclarations en précisant que le mystérieux individu, mesurant environ 1 mètre 20 dépassait l'engin de la tête et devait, par conséquent, se courber pour y pénétrer.

L'un des témoins a assuré que la "soucoupe" était entourée de reflet irisés et émettait autour d'elle un léger brouillard. Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que, lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violemment jeté à terre.

Des "Martiens" dans le Gard

NIMES, 14 octobre. -- Plusieurs chasseurs de la commune de St-Ambroix (Gard), auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les occupants de la "soucoupe", les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

[Ref. cmn1:] JOURNAL "CENTRE-MATIN":

Scan.

Nîmes. -- Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent de s'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvait les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de grains d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

[Ref. nmn1:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan.

Descendu d'un engin mystérieux
un scaphandrier,
aux yeux énormes et de petite taille,
est apparu à un
ancien aviateur toulousain

Toulouse. -- Un scaphandrier de petite taille avec une tête grosse par rapport au corps, des yeux énormes, telle est la description donnée par un toulousain, M. Olivier, d'un mystérieux personnage, descendu d'un engin sphérique qui venait de se poser à 19 h. 35, sur un terrain vague.

M. Olivier, propriétaire des établissements Javel-Neto, rue des Fontaines, à Toulouse, était accompagné d'un employé, M. Perano, et d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années. Tous trois virent se poser l'engin lumineux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre. Puis, [ils] aperçurent venir vers eux le personnage dont le scaphandre, aux dires des témoins, brillait comme du verre.

Le mystérieux individu, mesurant environ 1 m. 20, dépassait l'engin de la tête et devait, par conséquent, se courber pour y pénétrer.

L'un des témoins a assuré que la soucoupe était entourée de reflets irisés et émettait autour d'elle un léger brouillard. Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que, lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violemment jeté à terre.

Par la suite, M. Olivier, ancien pilote d'aviation, dessina à la craie, d'une manière saisissante, sur une porte, le scaphandrier. "Je n'y croyais pas, ajouta M. Perano, mais je l'ai vu comme je vous vois. Cela fait un sacré choc".

Après un temps très court, environ une minute, le scaphandrier regagna la sphère lumineuse, qui s'envola à la verticale, sans bruit, et disparut dans le ciel à une vitesse prodigieuse en laissant un sillage de feu.

Une torpille à Montluçon

De son côté, M. Laugère, de Montluçon, quittait son travail et il traversait les voies à proximité d'un pont de la S.N.C.F., lorsqu'il vit un engin métallique posé à peu de distance d'un réservoir de gas-oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil, qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mètres, se trouvait un homme tout couvert de poils, à moins qu'il ne fut vêtu d'un man-

Lire la suite en dernière page sous le titre:
SOUCOUPES

Scan.

SOUCOUPES

teau à poil un peu long. M. Laugère, surpris, lui demanda ce qu'il faisait. L'inconnu lui répondit en termes inintelligibles, mais le cheminot sembla cependant distinguer les mots "gas-oil".

M. Laugère ne leur demandera pas davantage et s'en alla alerter ses camarades. A peine avaient-ils fait 100 mètres qu'il vit l'appareil s'élever à la verticale, sans aucun bruit. Il disparut bientôt à sa vue. Seule la crainte de l'ironie de ses camarades l'avait empêché de compter son aventure, qui remonte à dimanche soir.

Sept êtres minuscules
et des graines bizarres

Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscule dont la forme rappelé vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

L'armée dit "Non"

Comme suite à l'enquête ce qui avait été ouverte par l'autorité militaire, après la parution d'informations annonçant que les soldats chargés et du maniement d'un phare installé à la foire de Metz, avait aperçu, et dimanche soir, un cercle lumineux mystérieux, le gouverneur militaire publie le communiqué suivant:

"Il est fait état dans la presse de l'observation d'engins inconnus par un poste des forces antiaériennes déployées à la foire-exposition de Metz. Il n'y a pas lieu de prendre en considération ces informations dans ce cas particulier".

Précisons que les autorités militaires ont rarement reconnu l'existence de ces soucoupes, même si les témoignages de nombreux et souvent sérieux sont parfois bien troublant.

Des plantes douées de raison

"Les pilotes des "soucoupes volantes" sont des plantes doué de raison" - telle est la théorie qu'a exposé à un correspondant de l'Agence France-Presse le professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée "V 2".

Selon le savant allemand, les "Uranides" (tel est le nom dont il baptisa ces plantes) ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens, tant en ce qui concerne leur évolution spirituelle que leur technique. La patrie d'origine des Uranides serait une planète où n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animale. Les plantes par contre, tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxydes contenus dans le sol.

La planète en question se trouverait en dehors du système solaire, mais les engins mystérieux dans lesquels se déplacent les plantes intelligentes pourraient se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (200.000 kilomètre à la seconde).

Ceux de ces engins vu au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité terrienne dans les sciences atomiques, parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du Cosmos".

Deux avions à réaction
prennent en chasse
une soucoupe

MARSEILLE. -- Dans le ciel du Vaucluse, deux avions à réaction ont pris en chasse une soucoupe volante.

Vers 14 heures, à Fontaine-de-Vaucluse, hier après-midi, deux enfants signalaient dans le ciel un disque blanc surmonté d'une calotte sphérique. Cet engin qu'une partie de la population a pu voir pendant un long moment lançait deux feux puissants, variant du blanc au violacé.

Alertée, la base aérienne de Caritat fit décoller deux avions à réaction. Peu après, les aviateurs annonçaient par radio : "Avons repéré l'engin qui s'est échappé à une vitesse supérieure à celle de nos appareils".

La vision de l'appareil dura près de dix minutes au-dessus de Fontaine-de-Vaucluse.

[Ref. jps1:] JOURNAL "LE JOURNAL DU PAS-DE-CALAIS ET DE LA SOMME":

Scan.

UN SCAPHANDRIER
aux yeux énormes,
descendu d'un engin
mystérieux apparaît
à trois Toulousains

Toulouse, 14. -- Un scaphandrier de petite taille et, avec une tête grosse par rapport au corps, deux yeux énormes, telle est la description que vient de faire un Toulousain, M. Olivier, d'un mystérieux personnage, descendu d'un engin sphérique qui venait de se poser sur un terrain vague.

M. Olivier, propriétaire des établissements Javel-Meto, rue des Fontaines, à Toulouse, était accompagné d'un employé, M. Perano, et d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années. Tous trois virent se poser l'engin lumineux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre. Puis ils aperçurent venir vers eux un personnage dont le scaphandre, aux dires des témoins, brillait comme du verre.

Par la suite, M. Olivier, ancien pilote d'aviation, dessina à la craie, d'une manière saisissante, sur une porte, le scaphandrier.

"Je n'y croyais pas, ajouta M. Perano, mais je l'ai vu comme je vous vois. Cela fait un sacré choc."

Après un temps très court, environ une minute, le scaphandrier regagna la sphère lumineuse qui s'envola à la verticale, sans bruit et disparut dans le ciel à une vitesse prodigieuse en laissant un sillage de feu.

Des traces huileuses ont été relevés ce matin en plusieurs endroits du terrain vague, situé dans un faubourg de Toulouse.

Selon les déclarations de trois témoins, l'engin mystérieux, piloté par un personnage vêtu d'un scaphandre, ce serait posée sur ce terrain hier, à 19 h. 25.

La police de l'Air a interrogé ces trois personnes, qui ont maintenu leur déclaration en précisant que le mystérieux individu, mesurant environ 1 m. 20, dépassait l'engin de la tête et devait, par conséquent, se courber pour y pénétrer.

L'un des témoins a assuré que la soucoupe était entourée de reflets irisés et émettait autour d'elle un léger brouillard. Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que, lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violemment jeté à terre.

LA SUITE EN PAGE 8

Scan.

Les soucoupes

(Suite de la première page)

LES "MARTIENS ONT
PEUR DES TERRIENS"...

Nîmes. -- Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

LES "URANIDES" DU
CONSTRUCTEUR DES "V-2"

Hambourg. -- "Les pilotes des "soucoupes volantes" son des plantes douées de raison" - telle est la théorie qu'à exposée à un correspondant de l'Agence France Presse le professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée V-2.

Selon le savant allemand, les "Uranides" (tel est le nom dont il baptise ces plantes) ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens, tant en ce qui concerne leur évolution spirituelle que leur technique. La patrie d'origine des "Uranides" serait une planète où n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animale. Les plantes, par contre, tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxyde contenu dans le sol.

La planète en question se trouverait en dehors du système solaire […] de celle de la lumière (300.000 kms à la seconde).

Ceux de ces engins vu au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité terrienne dans les sciences atomiques parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du cosmos".

[Ref. vmr1:] JOURNAL "VAR-MATIN - REPUBLIQUE":

Descendu d'un engin mystérieux, un scaphandrier de petite taille, mais aux yeux énormes, apparaît à trois toulousains

Les pilotes des soucoupes sont des plantes douées de raison" déclare le constructeur des V2.

Toulouse, 14 octobre. -- Un scaphandrier de petite taille avec une tête grosse par rapport au corps, deux yeux énormes, telle est la description que vient de faire ce soir, un toulousain, M. Olivier, d'un mystérieux personnage, descendu d'un engin sphérique qui venait de se poser sur un terrain vague.

M. Olivier, propriétaire des établissements Jaret Netis, rue des Fontaines à Toulouse, était accompagné d'un employé, M. Perano et un jeune garçon d'une quinzaine d'année.

Tous trois virent se poser l'engin mystérieux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre. Puis ils aperçurent venir vers eux, le personnage, dont le scaphandre, aux dires des témoins, brillait comme du verre. Par la suite, M. Olivier, ancien pilote d'aviation, dessina à la craie, d'une manière saisissante, sur une porte, le scaphandrier. "Je n'y croyait pas, dit M. Perano, mais je l'ai vu comme je vous vois, cela fait un sacré choc".

Après un temps assez court, une minute, le scaphandrier regagna la sphère lumineuse, qui s'en alla à la verticale, sans bruit dans le ciel à une vitesse prodigieuse en lançant un sillage de feu.

Des traces

Des traces huileuses, ont été relevées ce matin en plusieurs endroits du terrain, selon les déclarations des témoins, l'engin se serait posé la veille sur ce terrain à 19h35.

La police de l'Air a interrogé ces trois personnes qui ont maintenu leurs déclarations. En précisant que le mystérieux individu mesurant environ 1,20 m, dépassait l'engin de la tête, par conséquent se courbait pour y entrer.

L'un des témoins a assuré que la soucoupe était entouré de reflet irisé et émettait autour d'elle un léger brouillard.

Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres, par une force paralysante. Lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violement jeté à terre.

Etrange contact près de la gare de Montluçon

Le dossier des soucoupes volantes s'est augmenté de plusieurs témoignages dont le plus important semble être celui d'un employé de la gare de Montluçon, M. Laugère, qui prit contact dimanche soir, avec un individu sorti d'un appareil en forme de torpille.

M. Laugère quittait son travail et traversait les voies à proximité du pont de la SNCF, lorsqu'il vit un engin métallique posé à peu de distance du réservoir de Gas-oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mètres de diamètre, se trouvait un homme, tout couvert de poils, à moins qu'il ne fût vêtu d'un manteau à poils un peu long.

M. Laugère, surpris, lui demanda ce qu'il faisait. L'inconnu lui répondit en termes inintelligibles, mais le cheminot sembla cependant distinguer les mots "Gas-oil".

M. Laugère ne lui en demanda pas d'avantage et s'en alla alerter ses camarades. A peine avait-il fait cent mètres, qu'il vit l'appareil s'élever à la verticale sans aucun bruit. Il disparut bientôt à ses yeux. Seule la crainte de l'ironie de ses camarades l'avait empêché, jusqu'à aujourd'hui, de conter son aventure.

Le disque n'a pas atterri...

Un second témoignage a été recueilli: celui d'un jeune homme de 17 ans, Marc Germain, habitant Pontault, qui a déclaré au commissariat de cette localité, qu'il avait aperçu dans la nuit, pendant environ une demi-heure, un engin qui était à son avis, une soucoupe volante. Cet engin se trouvait dans le ciel à 200 ou 300 mètres d'altitude et avait la forme d'un disque très brillant. Il resta trente minutes immobile puis partit à une vitesse vertigineuse, laissant derrière lui une traînée de feu. Le jeune homme déclara qu'il n'avait pas alerté plus tôt le commissariat car il avait tenu à rester sur place au cas où la soucoupe aurait atterri.

Une boule dans le ciel de la Creuse

A St Marc-de-Lombaud (Creuse), des habitants de Vallières ont aperçu, dans la nuit de lundi à mardi, une boule blanche qui se déplaçait dans le ciel. La boule changea de couleur, disparut et réapparut avant de disparaître définitivement.

Un simple ballon

Par contre, une mise au point vient d'être faite aujourd'hui par une personne, concernant la "soucoupe" qui fut aperçue au-dessus de la région de St André, à la limite du Eure de l'Eure et de l'Eure et Loire, samedi vers 18h30.

Mme Amonts de Groth-Soret a affirmé que l'objet n'était qu'un simple ballon. "Un dessin, dit-elle, paraissait peint en couleur rouge sur le sommet du ballon et des cordages maintenant la nacelle".

Sept minuscules êtres aperçus dans le Gard...

Plusieurs chasseurs de la commune de St Ambroise (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certains nombres de graines d'aspect bizarre qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

Les "pilotes" sont des plantes:

Hambourg - "Les pilotes des "soucoupes volantes" sont des plantes douées de raison". Telle est la théorie qu'a exposée à un correspondant de l'Agence France Presse, le Professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée "V.2".

Selon le savant allemand, les "Uranides" (tel est le nom dont il baptise ces plantes) ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens tant en ce qui concerne leur évolutions spirituelle que leur technique. La patrie d'origine des Uranides serait une planète où il n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animal. Les plantes par contre, tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxydes contenus dans le sol.

La planète en question se trouveraient en dehors du système solaire, mais les engins mystérieux dans lesquels se déplacent les plantes intelligentes pourraient se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (300 000 km/s). Ceux de ces engins vus au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité terrienne dans les sciences atomiques parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du cosmos".

[Ref. nnm1:] "LE NOUVEAU NORD MARITIME" NEWSPAPER:

Scan.

ENCORE DEUX HISTOIRES
DE "SOUCOUPES"
FANTASTIQUES

Sept nains

Nîmes, 14. -- Plusieurs chasseurs de la commune de St-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volantes, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

Une force paralysante

Toulouse, 14. -- Des traces huileuses ont été relevées ce matin en plusieurs endroits d'une terrain vague situé dans un faubourg de Toulouse.

Selon les déclarations de trois témoins, l'engin mystérieux, piloté par un personnage vêtu d'un scaphandre, se serait posé sur ce terrain, hier, à 19 h. 35.

La police de l'Air a interrogé ces trois personnes, parmi lesquelles figure un industriel, qui ont maintenu leur déclaration en précisant que le mystérieux individu, mesurant environ 1 m. 20 dépassait l'engin de la tête et devait, par conséquent, se courber pour y pénétrer.

L'un des témoins a assuré que la soucoupe était entourée de reflets irisés et émettait autour d'elle un léger brouillard. Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violemment jeté à terre.

[Ref. ner1:] JOURNAL "NORD ECLAIR":

Scan.

EN DECOLLANT

Les "soucoupes" laissent
des taches huileuses
et des graines inconnues

Les soucoupes ne se contentent plus d'apparaître et de disparaître. Elles abandonnent aussi, au décollage, des traces suspectes qui intringuent les enquêteurs officiels.

A Toulouse, M. Olivier, industriel, accompagné d'un employé, M. Perano, et d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années, virent, mercredi soir, se poser un engin lumineux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre. Puis ils aperçurent venir vers eux un scaphandrier de petite taille avec une tête disproportionnée aux yeux énormes.

Par la suite, M. Olivier, ancien pilote, dessina à la craie, d'une manière saisissante, sur une porte, le scaphandrier. "Je n'y croyais pas, ajouta M. Perano, mais je l'ai vu comme je vous vois. Cela fait un sacré choc."

Le scaphandrier regagna la sphère lumineuse, qui s'envola à la verticale, sans bruit, et disparut dans le ciel à une allure prodigieuse, en laissant un sillage de feu.

Hier matin, des traces huileuses ont été relevées en plusieurs endroits.

La police de l'air a interrogé les trois témoins, qui ont maintenau leurs déclarations et précisant que le mystérieux individu, mesurant environ 1 m. 20, dépassait l'engin de la tête.

L'un d'eux a même ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres par une force paralysante et que, lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il avait été violemment jeté à terre.

Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard), auraient aperçu sept êtres minuscules qui se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui décolla lorsqu'ils s'approchèrent.

Près du lieu d'atterrissage se trouvaient des graines d'une espèce inconnue.

Des "plantes intelligentes"

Selon le professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée "V-2", les pilotes des "soucoupes volantes" seraient des plantes douées de raison et qui auraient des milliers d'années d'avance sur les terriens, tant en ce qui concerne leur évolution spirituelle que leur technique. Leur patrie d'origine serait une planète où n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animale. Mais les plantes, par contre tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxydes contenus dans le sol.

Cette planète se trouverait en dehors du système solaire. Les engins mystérieux, dans lesquels voyagent les plantes intelligentes, pourraient se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (300.000 kilomètres à la seconde).

Ils seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité dans les sciences atomiques, parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du cosmos".

[Ref. lcx1:] JOURNAL "LA CROIX":

Scan.

Soucoupes, cigares, etc.

Un disque lumineux poursuivi
(mais en vain) par deux
avions à réaction

Au début de l'après-midi de jeudi, la population de Fontaine-de-Vaucluse était mise en émoi par la présence au dessus de la petite cité d'un disque blanc surmonté d'une calotte sphérique.

La bordure circulaire inférieure de ce disque portait, par intermittence, deux feux puissants, variante du blanc au violacé, passant par le rouge.

La base aérienne de Caritat (Vaucluse), alertée, dirigea immédiatement deux avions à réaction qui, bientôt, après deux virages sur Fontaine-de-Vaucluse, prirent de l'altitude et piquèrent sur le "disque".

Par radio, les pilotes des avions annoncèrent que l'engin était en vue, qui le prenaient en chasse, mais qu'il s'échappait avec une vitesse supérieure à la leur.

De Vaucluse, on pouvait voir nettement le disque s'éloigner en flèche, poursuivi par les deux avions à réaction.

Les sept nains
de Blanche-Neige "motorisés"?

Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des spécialistes.

Ces derniers n'ont pu en préciser l'espèce.

Blanchi par une soucoupe

Un habitant du bourg de Méral (Mayenne) a déclaré avoir vu dans le ciel une boule brillante de couleur orange qui se posa sur le sol. Le disque est, aplati et en forme de dôme, d'un diamètre de 5 à 6 mètres, dégageait une lueur aveuglante, éclairant la campagne dans un rayon de 200 mètres.

L'engin était transparent et à l'intérieur ont observait une forme noire. Le disque elle resta ainsi une dizaine de minutes, rougit, et disparut rapidement vers le Nord. L'observateur se rendit alors à l'endroit où l'objet s'était posé. Il y avait, assure-t-il, une sorte de nuage brillant qui tombait lentement sur le sol. Arrivé à son domicile, il s'aperçut que ses vêtements étaient recouverts d'une couche blanche d'une matière un peu collante, comme de la parafine.

Un engin se pose
à "Saint-Pierre-Halte"

Un garçon boulanger de Calais a affirmé qu'il avait vu, à 3 h. 40 du matin, jeudi, au lieu-dit "St-Pierre-Halte", sur la route de Saint-Omer, un engin jaune et brillant se poser sur la voie ferrée.

L'objet, de forme curieuse, avait, selon le boulanger, deux mètres de haut et quatre mètres de diamètre.

Le quotidien Maroc-Presse, de Casablanca, annonce qu'un ingénieur de Meknès qui se rendait à Port Lyautey en auto, a déclaré avoir été arrêté sur la route, dans la forêt de la Mamora, par un homme vêtu d'une combinaison brillante.

Cet homme, qui mesurait 1 m. 20 environ, s'est ensuite dirigé vers un engin arrêté sur la droite de la route. A peine utile pris place intérieure que l'engin disparu à grande vitesse.

[Ref. lqh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE":

[...]

SEPT ETRES MINUSCULES

Plusieurs chasseurs de la commune de St Ambrois (Gard), auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt. A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

[...]

Article complet ici.

[Ref. lcp1:] JOURNAL "LA CROIX DE PICARDIE":

Scan.

ET POURTANT ELLE TOURNE

Les Martiens aux quatre coins de France

Si la sarabande des soucoupes volantes sur la France se maintient à la cadence actuelle, on aura bien du mal à trouver d'ici quelques temps un français n'ayant pas vu un tel "engin". En effet, tous les jours, des dizaines de disques sont signalés aux quatre coins du pays. Non content de les avoir vu évoluer dans notre ciel de France, des témoins oculaires ont raconté avoir vu, de leurs propres yeux, atterrir de curieux engins, dont descendirent de non moins curieux êtres vivants, drôlement habillés, très affables, mais qui étaient peu loquaces, à moins qu'ils ne parlent un langage incompréhensible. Ces mystérieux hôtes reprenaient l'air presque aussitôt, silencieusement et verticalement.

Ainsi, tout récemment, M. Labassière et sa femme, qui revenaient de Saintes (Charente-Maritime), ont vu une sorte de balance se dandinant à basse altitude. Le fléau était d'un vert éblouissant; l'un des plateaux était rouge et l'autre orange. Après avoir pris une position immobile, ces deux plateaux se détachèrent pour se poser dans un champ. Deux petits êtres sortirent alors de chaque boule et, après s'être croisés, changèrent d'engin. Les deux appareils reprirent ensuite let place initiale et le phénomène disparut dans un éclair éblouissant.

A Livry-sur-Seine, deux cultivateurs ont aperçu un être étrange de la taille d'un homme, sans oreilles, mais dont le corps était recouvert de poils marrons abondants. Il leur fit signe d'approcher, mais, pris de panique, les deux hommes s'enfuirent de toutes leurs jambes.

A Saint-Ambroix, dans le Gard, plusieurs chasseurs ont affirmé avoir vu divers petits "Martiens" qui ressemblaient vaguement à des êtres humains. Ils volaient dans une machine phosphorescente. Les chasseurs ont recueilli, à l'endroit où les "Martiens" avaient atterri, de curieuses graines que personne n'a encore réussi à identifier.

Rêves, hallucinations, mauvaises plaisanteries? Question difficile à trancher pour le moment. Mais si certains sont convaincus de l'arrivée des Martiens sur notre planète, si d'autres hochent la tête, incrédules, il y en a a qui cette obsession des soucoupes volantes a bien failli jouer un mauvais tour.

C'est le cas notemment de M. M. Ruant, cultivateur à Sinceny, près de Chauny (Aisne). Dans la soirée du 17 octobre, il était occupé à dépanner sa voiture dans un pré proche de chez lui, quand deux coups de fusil furent tirés dans sa direction. Les plombs s'écrasèrent sur la carrosserie de son véhicule, non loin de sa tête. M. Ruant porta plainte, et l'enquête aussitôt ouverte permit de retrouver rapidement l'auteur des coups de feu: un voisin, M. Faisan, qui avait cru "voyant une silhouette évoluant dans la lumière des phares, être en présence d'un Martien occupé à réparer sa soucoupe volante".

Moins "soucoupophobe" que M. Faisan, M. Raymond Rodel, président du "Comité de bienvenue aux Martiens", a promis au premier d'entre eux qui viendrait dans la capitale une série de festivités en son honneur, y compris un déjeuner chez Maxim's, une réception au Conseil municipal de Paris et une audience à l'Elysée. De plus, 1 million de francs serait payé à celui qui, le premier, pourra prouver irréfutablement avoir vu un Martien.

Evidemment si, croyant rencontrer un habitant de la planète Mars et que vous lui demandiez: "Etes-vous Martien?" il vous réponde: "Non, je suis Français", comme cela est arrivé à l'un de nos compatriotes, vous pourrez repasser pour la prime.

[Ref. cgt1:] BULLETIN "LA REVUE DES TRAVAILLEUSES":

Scan.

Bouche bée!

Il y a de quoi rester bouche bée: rencontrer un Martien! A croire qu'ils se sont donné le même mot d'ordre, nos voisins (de planète): visite à la terre, mais où? Sur le petit bout que représente la France.

Pensez donc! Le Martien de l'employé de chemin de fer de Montluçon était couvert de poils... un seul mot prononcé: gas oil.

A l'Ambroix (Gard), ils étaient sept. On peut supposer que c'était une délégation se rendant au ministère du Travail pour de meilleurs salaires.

Il est possible de s'égarer quand on voyage en soucoupe, cigares, tonneaux, disques, boules de feu, champignons, cercles, entonnoirs et autres engins.

Près de Châteaubriand, il était vêtu d'un chapeau gris, chaussés de bottes et aurait déclaré en français: "Regarde. mais ne touche pas."

Messieurs et dames de Mars, ne soyez pas prétentieux. Si vous avez de quoi nous éberlués, nous aussi:

Ah! Rencontrer un Martien et l'ahurir!

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges indique comme un cas avec petits occupants mais manquant de précisions celui dont les témoins sont des chasseurs de Saint-Ambroix dans le Gard, le 14 octobre 1954. Il y aurait eu 7 petits êtres, mais il n'y a aucun détails sur eux.

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

297 -004.20030 44.27100 11 10 1954 ST AMBROIX-GARD F A
324 -004.20030 44.27100 13 10 1954 ST AMBROIX-GARD F 167 A

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

250) 14 octobre 1954, Saint-Ambroix (France):

Plusieurs témoins virent sept petits êtres qui s'enfuirent dans un objet phosphorescent lorsqu'ils s'approchèrent. Il décolla immédiatement. L'on dit que l'on trouva des graines inconnues à cet emplacement (P 62). (La Croix, 16 oct. 1954).

[Ref. jve3:] JACQUES VALLEE:

14 octobre 1954, Saint-Ambroix (France):

Plusieurs témoins virent sept petits êtres qui s'enfuirent dans un objet phosphorescent lorsqu'ils s'approchèrent. Il décolla immédiatement. L'on dit que l'on trouva des graines inconnues à cet emplacement (La Croix, 16 oct. 1954).

[Ref. jpa1:] JADER U. PEREIRA:

Cet ufologue a indiqué dans un listing de cas de RR3 "non admis à la classification" que le cas N°27 du 14.10.54 à St. Ambroix dans le Gard en France avec comme témoins des chasseurs est à classer dans les cas aux "soucrces imprécises" ou "enquête insuffisante."

[Ref. cbn1:] CHARLES BOWEN:

L'auteur indique que le 14 octobre 1954, à Saint-Ambroix dans le Gard, plusieurs témoins ont vu sept petits êtres qui s'enfuirent dans un objet "phosphorescent" quand ils s'approchèrent. L'objet s'envola immédiatement.

[Ref. tps1:] TED PHILLIPS:

Ted Phillips listait "082 OCT 14, 1954 FRANCE, St. Ambroix" parmi des cas avec "traces physiques" pour lesquels, indiquait-il, il n'y avait pas de détails disponibles.

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

425 14 octobre 1954

ST AMBROIX (FRANCE) Plusieurs témoins ont vu sept petits êtres s'enfuir dans un objet phosphorescent quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. Des graines inconnues auraient été trouvé sur le site. (M250: La Croix, 16 oct 54)

[Ref. agd1:] ALAIN GAMARD:

052 13/10/1954 - Saint-Ambroix. 30 (plusieurs)

[Ref. ezr1:] ERICH ZUERCHER:

Cet auteur dit que l'affaire était "un canular monté par les chasseurs."

[Ref. ioi1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "INFO-OVNI":

Nous pouvons encore ajouter que pour la journée du 14/10/1954, deux cas qui se révélèrent être, l'un une invention (celui de Biot) et l'autre un canular (Saint Ambroix) sont toutefois parfaitement orthoténiés. A ce sujet, il convient de signaler qu'ils ne figurent pas dans le livre d'Aimé Michel car ce dernier n'avait pas connaissance de toutes les observations de la journée. Nous avons repris à titre personnel le réseau orthoténique de ce jour et il figure dans le document annexe concernant la journée du 14/10/54.

[Ref. gal1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs écrivent sur le cas de Saint-Ambroix dans le Gard, le 13 octobre 1954, donnant comme source la presse et leurs dossiers:

"Plusieurs chasseurs aperçoivent sept êtres minuscules, d'aspect humanoïdes. Ils tentent de s'en approcher. Mais les êtres se précipitent vers un engin phosphorescent qui s'envole aussitôt. Les chasseurs recherchent immédiatement des traces. Ils n'en trouvent pas, mais découvrent des espèces de graines bizarres, qu'ils font examiner à des grainetiers. Ceux-ci furent incapables de les identifier."

"Faut-il conclure de cette étrange rencontre que les chasseurs ont dérangé un commando horticole chargé de tester l'acclimatation sur terre de graines venues d'une autre planète?"

[Ref. tbw1:] TED BLOECHER ET DAVID WEBB:

Scan.

54-74 14 oct. 1954 Nuit St. Ambroix, France Type B

Plusieurs témoins ont vu 7 petits êtres s'enfuir dans un objet phosphorescent lorsqu'ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. On prétend que des "graines inconnues" ont été trouvées sur le site.

Enquêteur:

Source: Vallee, Magonia, p. 227.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent que le récit suivant est paru dans le journal "Le Provençal" du 14 octobre 1954:

"Sept êtres bizarres et minuscules auraient semé des graines mystérieuses - avant de disparaître dans un engin phosphorescent. Plusieurs chasseurs de la région l'affirment."

"Nîmes (C.P.) Des témoignages de diverses sources nous informent que dans le bois de la commune de Saint-Ambois (Gard), plusieurs chasseurs auraient aperçu, il y a plusieurs jours, sept êtres minuscules ayant une forme vaguement humaine. Lorsque les chasseurs s'approchèrent, les homoncules se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt et disparut. Revenue [sic] quelques instant plus tard les chasseurs constatèrent qu'à la place où ils avaient vu les "Martiens", un certain nombre de graines d'aspect bizarre parsemaient le sol."

"Ces graines auraient été présentées à divers grainetiers de Saint-Ambroix, qui n'auraient pu identifier aucune espèce connue."

"D'après divers renseignements, elles auraient été envoyées à un laboratoire pour expertise. Il nous a été impossible de contrôler l'exactitude de cette information, que certains démentent et d'autres confirment."

Les deux auteurs indiquent que "cette parodie avait été inventée par quelques habitants de la localité."

Ils précisent qu'un collaborateur de l'Association des Amis de Marc Thirouin (AAMT, une association d'ufologie), lors d'une contre-enquête, "avait déjà flairé le canular."

[Ref. lon1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "VAUCLUSE UFOLOGIE":

Scan

LA GALEJADE DES CHASSEURS DE St AMBROIX

Un groupe de chasseurs de St Ambroix (Gard) a prétendu, quant à lui, avoir rencontré des Martiens qui, sortant d'une Soucoupe, leur avait remis de mystérieuses graines. Ces graines furent présentés au grainetier du pays qui affirma ne pas en connaitre l‘origine. Bien entendu, il était de connivence avec eux: ces graines étaient destinées à produire des plants de ricin. Quand [sic] aux nemrods, ils n'avaient, naturellement vu de Martiens que dans leur imagination.

MIDI LIBRE du Samedi 16 OCTOBRE 1954 - N° 3 412 -

[Ref. gep1] GEPAN:

(x) LIEU LOCALISATION JJV MODIFICATION
LOCALISATION JCF
[... autres cas ...]
73 142.3 St AMBROIX 4.200 44.271
[... autres cas ...]

[Ref. mft1:] FRANCAT, MICHEL FIGUET:

13.10.1954

Saint-Ambroix

Presse, les journaux de l'époque titraient "Blanche-Neige et les Sept Nains". Canulars des chasseurs relaté dans "INFO OVNI" N.0: "le lapin et le renard" et "OVNI" p. 669-670. LDLN N° 249-250 p. 2.

[Ref. jge1:] JEAN-FRANCOIS GILLE:

ICOD DESIGNATION (57) DATE JV4 jve1 COMMENTS
079 1423 ST-AMBROIX RF30 54 10 13 or 14 250 324 @, CE2, CE3 CS

[Ref. cme1:] CLAUDE MAUGE:

St Ambroix 13.10.54 E [="cas expliqué"] : F. p.669-670; F3

La source "F." est indiquée être le livre de Michel Figuet; la source F3 est indiquée être "M. FIGUET, Francat-Humcat, listing 1982."

[Ref. mft2:] MICHEL FIGUET:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
078 191 Saint-Ambroix 13/10 CE3 E canular 4-p. 86 +T

[Ref. mft4:] MICHEL FIGUET:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
191 CE3 13 10 1954 hnp [=heure non précisée.] Saint-Amboix [sic] 30500 D3 E (canular) "OVNI"

[Ref. mft3:] MICHEL FIGUET:

LES ECHOS.

30 - ST-AMBROIX le 13/10/1954
31 - TOULOUSE LEGUEVIN nuit du 12 au 13.

Blanche-Heige est-elle "Martienne"?

Sept nains d'aspect bizarre s'envolent dans un engin phosphorescent près de Nîmes...

NIMES, 14 -- Plusieurs chasseurs de la commune de Saint-Ambroix (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de ladite soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibiité de les classer dans une espèce connue.

LES "MARTIENS" S'INTERESSENT AUX QUESTIONS VIETNAMIENNES...

TOULOUSE, 14. -- M. Jean Marty, 42 ans, mécanicien, habitant Leguevin (Haute-Garonne), a déclaré qu'il avait vu, dans la nuit de mardi à mercredi, au milieu d'un champ, un disque lumineux mesurant de 6 à 7 mètres de diamètre et 2 m. 50 de hauteur; le disque était de couleur orange.

M. Marty travaillait, vers 23 h. 30, dns son atelier situé sur la route de Toulouse, en face d'un champ, à 1 km. 500 de Lèguevin. en levant la tête, il aperçut l'objet lumineux. Intrigué, il est sorti, a traversé la route et s'est dirigé vers le disque, qui s'est alors élevé dans les airs, sans bruit, verticalement, et a disparu à une vitesse prodigieuse. M. Marty a gagné le milieu du champ afin d'examiner l'endroit où l'engin avait atterri. Il n'a relevé aucune trace mais a trouvé, posés sur l'herbe, deux feuillets de papier glacé, blanc, couverts de lettre d'imprimerie en caractères indochinois.

L'enquête ouverte par la Sécurité aérienne a fait apparaître qu'il s'agissait simplement de deux feuillets provenant d'une brochure éditée par les services du prince Buu Loc et laissés probablement à Leguevin par des Vietnamiens venus y faire un pique-nique.

DES TRACES HUILEUSES

Des traces huileuses ont été relevées ce matin en plusieurs endroits d'un terrain vague situé dans un faubourg de Toulouse.

Selon les déclarations de trois témoins, un engin mystérieux, piloté par un personnage revêtu d'un scaphandre, se serait posé sur ce terrain, hier, à 19 h. 35.

La police de l'air a interrogé ces trois personnes, parmi lesquelles figure un industriel, qui ont maintenu

- LA SUITE EN DERNIERE PAGE

Francat n° 191 cas 079 4-p.86

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

En son livre de 1997 sur la vague française de 1954, le chercheur et auteur Jean Sider exerce son talent à l'encontre des deux débunkers Barthel et Brucker.

En effet - dit-il - les deux fameux infâmes débunkers ont écrit un livre dont ils ont prétendu qu'il explique des cas jusqu'ici non expliqués.

Cependant, note Sider, ce cas avait déjà été expliqué il y a bien longtemps: deux jours après que l'histoire ait été diffusée dans la presse nationale, le journal régional "Midi Libre" du 16 octobre avait admis que l'histoire n'était rien d'autre qu'une plaisanterie jouée par un grainetier et quelques amis.

Sider ajoute qu'une association d'ufologie, A.A.M.T, avait également indiqué clairement en 1970 que l'histoire n'a aucune autre réalité que celle d'une plaisanterie.

Donc, demande Sider, pourquoi les deux débunkers exhument-ils ce cas de sa tombe?

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 14 octobre, en France, à St Ambroix, plusieurs témoins virent sept petits êtres qui s'enfuirent dans un objet phosphorescent lorsqu'ils s'approchèrent. Il décolla immédiatement. L'on dit que l'on trouva des graines inconnues à cet emplacement.

Les sources sont notées "La Croix, 16 oct 1954" et "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 279, 280".

Elle indique qu'une autre version est: "En réalité: canular monté par les chasseurs."

La source en est donnée comme "Erich ZURCHER: "Les Apparitions d'Humanoïdes" - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 181,182".

[Ref. met1:] CNEGU - "LES MYSTERES DE L'EST":

L'Ardennais, vendredi 15 octobre 1954. (Page 1)

[... autre cas...]

La 'chronique des soucoupes'

(Suite de la première page)

NIMES - Plusieurs chasseurs de la commune de Sait-Ambroix [sic] (Gard), auraint récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent, qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certain nombre de graines d'aspect bizarre, qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

[Ref. lhh2:] LARRY HATCH:

13/10/1954 St. AMBROIX, CHER, FR: OVNI atterri

+ 7 personnages. Une blague journalistique / Samedi Soir.

[Ref. ars1:] ALBERT ROSALES:

165.

Lieu. St Ambroix France

Date: 14 octobre 1954

Heure: nuit

Plusieurs témoins ont vu 7 petits êtres se sauver dans un objet phosphorescent quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. On prétend que des "graines inconnues" ont été trouvées à l'emplacement. Aucune autre information.

Humcat 1954-97

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia

Type: B

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Jeudi 14 octobre 1954

A Saint-Ambroix (France), plusieurs témoins voient 7 petits êtres qui s'enfuirent dans un objet phosphorescent lorsqu'ils s'approchent. Il décolle immédiatement. On dit que l'on trouva des graines inconnues à cet emplacement.

Jérome Beau comme source "La Croix, 16 octobre 1954".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 14 octobre 1954 à 21:00 à St Ambroix, France, "plusieurs témoins ont vu 7 petits êtres se sauver dans un objet phosphorescent quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. On affirme que des 'graines inconnues' ont été trouvées à l'emplacement. Aucune autre information."

La source est un lien vers une page web inexistante.

[Ref. djn2:] DONALD JONHSON:

Donald Johnson indique que le 14 octobre 1954, en France du sud-est "plusieurs témoins à Saint-Ambroix, Gard, ont vu sept petits êtres se sauver dans un objet lumineux quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. On a affirmé que des 'graines inconnues' ont été trouvées à l'emplacement".

Les sources sont indiquées comme "Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, cas N.250; Michel Carrouges, Les Apparitions de Martiens, p. 104."

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON:

14 octobre 1954

ST AMBROIX (GARD : FRANCE)

Plusieurs témoins ont vu sept petits êtres fuir dans un phosphorescent [sic] quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. Des graines inconnues auraient été trouvés à l'endroit. Selon Bonabot citant Dubois et Giraud cette histoire était un canular

Vallee cas 250, citant La Croix 16 oct 1954.

[Ref. tai1:] "THINK ABOUT IT" WEBSITE:

Lieux: St Ambroix France

Date: 14 octobre 1954

Heure: nuit

Plusieurs témoins ont vu 7 petits êtres se réfugier dans un objet phosphorescent quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. Il est affirmé que des "semences inconnues" ont été trouvés sur le site. Aucune autre information.

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*14 oct. 1954 - Plusieurs témoins dont un nommé Chasseurs à Saint-Ambroix, Gard, France virent sept petits êtres se réfugier dans un objet phosphorescent quand ils ont été approchés. Il a décollé immédiatement. Il est affirmé que des semences inconnues" ont été trouvés sur le site. (Sources: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, case # 250; Michel Carrouges, Les Apparitions de Martiens, p. 104).

[Ref. jgz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une fausse rencontre rapprochée du troisième type près de Saint-Ambroix, Gard, le 14 octobre 1954 à une heure inconnue.

Dans les bois de la commune, plusieurs chasseurs ont aperçu sept êtres minuscules ayant une forme vaguement humaine. Lorsque les témoins se sont approchés, les homoncules se sont précipités vers un engin phosphorescent qui s'est envolé aussitôt et a disparu. Un certain nombre de graines d'aspect bizarre ont été retrouvées sur les lieux et les grainetiers interrogés ont été dans l'incapacité de les classer dans une espèce connue.

Les sources sont indiquées comme C. Garreau et R. Lavier, "Face aux Extra-Terrestres", page 119; Le Provençal du 14 octobre 1954; La Dépêche du Midi du 15 octobre 1954; La Croix du 16 octobre 1954.

Julien Gonzalez indique qu'en réalité, il s'agissait d'un canular. Les journaux de l'époque avaient titré: "Les sept nains de Blanche-neige motorisés", "Blanche-neige est-elle martienne? Sept nains d'aspect bizarre s'envolent dans un engin phosphorescent près de Nîmes". Dès le 16 octobre 1954, Le Midi Libre admettait qu'il s'agissait d'une farce montée par un grainetier et quelques-uns de ses amis chasseurs. Cela n'a pas empêché des ufologues comme C. Garreau et J. Vallée de reprendre ce cas fantaisiste dans leurs catalogues.

Il indique que les sources de l'explication sont Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, "OVNI: le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France", pages 669-670; Eric Zurcher, "Les apparitions d'humanoïdes", pages 181-182.

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 14 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541011 11.10.1954 St. Ambroix France
19541013 13.10.1954 St. Ambroix France RR III
19541013 13.10.1954 St. Ambroix France
19541014 14.10.1954 St Ambroix France Nuit RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR II
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR II
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France Nuit RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France RR III
19541014 14.10.1954 St. Ambroix France

[Ref. prn3:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

14 octobre 1954.

ST AMBROIX (GARD : FRANCE)

Plusieurs chasseurs ont vu sept petits êtres s'enfuit dans un phosphorescent [sic] quand ils ont étés approchés. Il a décollé immediately. Desgraines inconnues ont été prétendument trouvées à cet endroit.

Evaluation - Selon to Bonabot et Giraud le cas est un canular. Le cas était en fait dénoncé comme tel dans Midi Libre 16 octobre 1954.. Cela aurait pu être une blague publicitaire pour une société de graines

Explications:

Avant de trouver le cas dans le catalogue "Francat" en mai 2003, j'écrivais déjà:

"Le magazine hebdomadaire "Samedi Soir" aurait par la suite annoncé que l'affaire était une farce de journalistes (à vérifier.) Il me semble plus plausible que ce soit une farce des chasseurs eux-mêmes (les "graines inconnues" examinée par des "grainetiers" experts inconnus)."

Francat confirme mon impression qu'il s'agissait d'un canular monté par les chasseurs eux-mêmes.

Francat donne la date du 13 et non du 14.

25 novembre 2004: je lis le compte rendu de Jean Sider dans son livre, voir au-dessus. Maintenant, deux sources de plus, (sous réserve de vérifications) comprenant un journal de l'époque, indiquent le canular, effectivement pas par des journalistes, par le grainetier et quelques amis (les chasseurs?).

Ensuite, j'ai pu lire le compte rendu de Gérard Barthel et Jacques Brucker comme souvent - mais pas toujours - dans leurs recherches, il semble que Gérard Barthel et Jacques Brucker n'aient pas jugé utile de donner la moindre précision concernant leur explication de l'affaire comme une invention, la phrase "cette parodie avait été inventée par quelques habitants de la localité" constituant la somme totale de ce qu'ils en disent. Ils indiquent que quelqu'un d'autre l'avait déjà "flairé" mais en l'occurrence je ne me sens pas trop gêné de soupçonner qu'eux-mêmes ne savent rien de précis sur les circonstances du canular et n'aient fait que donner leur opinion sans grand risque puisqu'ils ont vu que quelqu'un d'autre, de l'AAMT, avait fait le travail précédemment.

Carte.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Saint-Ambroix, Gard, êtres, humanoïdes, occupants, petits, objet, phosphorescent, lumineux, atterrissage, multiple, canular, farce, grains, graines

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 14 mai 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 8 avril 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [jbu1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 28 février 2010 Addition [djn2].
1.2 Patrick Gross 9 mars 2010 Addition [gep1].
1.3 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jve5].
1.4 Patrick Gross 27 juillet 2010 Addition [lpl1].
1.5 Patrick Gross 17 août 2010 Addition [vmr1].
1.6 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [prn1].
1.7 Patrick Gross 17 septembre 2014 Addition [cmn1], [lhh2], [tai1], [nip1].
1.8 Patrick Gross 28 décembre 2016 Additions [cxn1], [jpa1], [ubk1].
1.9 Patrick Gross 20 février 2017 Addition [jgz1].
2.0 Patrick Gross 15 juillet 2019 Additions [ioi1], [prn1], [mft3], [mft2], [met1], [prn2].
2.1 Patrick Gross 24 juillet 2019 Addition [mft4].
2.2 Patrick Gross 24 février 2020 Addition [nnm1].
2.3 Patrick Gross 4 mars 2020 Additions [cpd1], [ner1].
2.4 Patrick Gross 9 mai 2020 Addition [lcp1].
2.5 Patrick Gross 16 mai 2020 Addition [nmn1].
2.6 Patrick Gross 1 novembre 2020 Addition [jps1].
2.7 Patrick Gross 6 mars 2021 Additions [cgt1], [agd1].
2.8 Patrick Gross 11 mai 2021 Additions [lon1], [tps1].
2.9 Patrick Gross 5 septembre 2021 Additions [tbw1], [cme1], [jge1], [vau1]. Dans le Résumé, addition des informations de [vau1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 2021.