-> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

A propos de l'élément 115:

La découverte de l'élément 115 ouvrirait la route vers la compréhension du contrôle de la gravitation, selon Bob Lazar.

Annonces relatives aux éléments superlourds, février 2001:

Durant février 2001, un certain nombres d'annonces intéressantes paraissent sur divers sites ufologiques:

DECOUVERTE D'UN ELEMENT SUPERLOURD:

L'élément 115, la clef vers la compréhension de la façon dont les 'black projects' auraient créé la propulsion par anti gravitation a été identifié, et la découverte récente de l'élément 118, qui se désintègre en élément 114, ouvre d'autres pistes.

L'attribut le plus important de cet élément plus lourd et stable est que l'onde de gravitation B y est si abondante qu'elle se prolonge réellement au delà du périmètre de l'atome. Ces éléments plus lourds et stables auraient littéralement leur propre champ de gravité A autour d'eux, en plus du champ de la pesanteur B qui est intrinsèque à toute la matière.

Element 115 - Unupentium

LA CLE POUR LE CONTROLE DE LA GRAVITATION:

Aucun atome naturel sur terre n'a assez de protons et de neutrons pour que l'onde cumulée de gravitation A prolonge la gravitation au delà du périmètre de l'atome. Maintenant, quoique la distance à laquelle l'onde de gravitation de prolonge au delà de ce périmètre soit infinitésimal, il est accessible et elle a une amplitude et une longueur d'onde, juste comme n'importe quelle autre onde dans le spectre électromagnétique. Une fois que l'on peut accéder à cette onde de gravitation A, on peut l'amplifier juste comme nous amplifions d'autres ondes électromagnétiques.

De façon similaire, les ondes gravitationnelles A sont amplifiées et dirigées de manière à causer les distorsions de l'espace temps désirées.

Cette onde A de pesanteur amplifiée serait si puissante que la seule source naturelle de pesanteur qui pourrait faire se tordre l'espace temps de telle manière serait un trou noir.

TRANSMUTATION:

Nous synthétisons des éléments plus lourds et instables en employant des éléments plus stables comme cibles dans un accélérateur de particules. Nous bombardons alors l'élément cible avec diverses particules atomiques et sub-atomiques. En faisant ceci, nous forçons réellement des neutrons dans le noyau de l'atome et fusionnons dans certains cas deux noyaux différents. A ce moment, la transmutation se produit, faisant de l'élément cible un élément différent et plus lourd.

Comme exemple, au début des années 80, le laboratoire pour la recherche d'ions lourds à Darmstadt, Allemagne, synthétisait un certain élément 109 en bombardant le bismuth 203 avec du fer 59. Et pour vous montrer comme il difficile est de faire ceci, ils ont dû bombarder l'élément de cible pendant une semaine pour synthétiser 1 atome d'élément 109. Et sur ce sujet, ce même laboratoire a projeté qu'à l'avenir ils devraient pouvoir bombarder le curium 248 avec du calcium 48 pour aboutir à l'élément 116 qui se désintégrera alors en une série de nucléides qui leur sont inconnus, mais qui sont bien connus des scientifiques à S4 situé dans le complexe de l'installation de Groom Lake.

La durée pendant laquelle un élément existe avant qu'il se désintègre détermine sa stabilité. Les atomes de certains éléments se délabrent plus rapidement que les atomes d'autres éléments, ainsi plus un élément se délabre rapidement, plus l'élément est considéré comme plus instable. Quand un atome se délabre, il libère ou rayonne des particules et de l'énergie sub-atomiques, qui sont le rayonnement qu'un compteur Geiger détecte.

Vaisseaux extraterrestres:

Le réacteur trouvé dans l'engin extraterrestre allégué à S4, comme largement mentionné par le physicien Robert Lazar est principalement basé sur un élément superlourd avec un nombre atomique de 115. L'élément 115 est nommé "Ununpentium" dans des directives de l'IUPAC. Sa désignation périodique de sa configuration électronique apparaîssent dans le diagramme au début de la page.

PROPRIETES GENERALES:
Nom: Ununpentium Symbole: Uup
Numéro atomique: 115 Masse atomique: Inconnue
Densité à 293K: 31.5g/cm&sup3 Volume atomique: 13.45cm&sup3/mol
Groupe: Eléments superlourds Découvert: 1989
ETATS:
Etat: Solide    
Point de fusion: 1740°C Boiling Point: 3530°C
Température de fusion: (Inconnue) kJ/mol Température de vaporisation: (Inconnue) kJ/mol
ENERGIES:
1st Ionization Energy: 531 kJ/mol Electronégativité: (Inconnue)
2nd Ionization Energy: 1756 kJ/mol Affinité électronique: (Inconnue) kJ/mol
3rd Ionization Energy: 2653 kJ/mol Chaleur spécifique: (Inconnue) J/gK
Heat Atomization: kJ/mol atoms    
APPARENCES ET CARACTERISTIQUES:
Structure: FCC Face-centered cubic Couleur: Rouge - orangee
Usages: Reactor Fuel Toxicité: (Inconnue)
Dureté: (Inconnue) mohs Caractéristiques: Stable
CONDUCTIVITE:
Conductivité thermique: 6.1 J/m-sec° Conductivité électrique: 7.09 1/mohm-cm
Polarisabilité: 20.5 A&sup3    

Une nouvelle de la BBC:

Les éléments 118 et 114 sont mentionnés mais rien n'apparaît au sujet de l'élément 115:

Sci/Tech:

De nouveaux éléments superlourds sont créés.

The collision of lead and krypton leads to the new elements

LA COLLISION DU PLOMB ET DU KRYPTON MENE AU NOUVEL ELEMENT:

BBC News Online Science Editor Dr David Whitehouse

Deux nouveaux éléments "superlourds" ont été réalisés en bombardant des atomes de plomb avec des atomes de krypton gonflés d'énergie au taux de deux trillions par seconde.

Après 11 jours, les scientifiques travaillant au laboratoire national Lawrence Berkeley, USA, avaient produit juste trois atomes de l'élément 118. Ceux-ci ont contenu 118 protons et 175 neutrons dans tous leurs noyaux.

Les nouveaux éléments se sont délabrés presque immédiatement en élément 116, qui lui-même était de courte durée. Mais, pendant ce bref moment, ils étaient les seuls trois atomes de ces éléments a jamais avoir existé sur terre.

Ken Gregorich, le chimiste nucléaire qui a mené l'équipe de cette découverte, dit: "notre succès inattendu à produire ces éléments superlourds ouvre tout un monde de possibilités en utilisant des réactions semblables: de nouveaux éléments et isotopes."

Le ministre de l'énergie des USA, Bill Richardson, a commenté: "cette découverte étourdissante ouvre la porte d'autres percées à propos de la structure du noyau atomique."

UNE COMBINATION INSTABLE:

Les atomes se composent d'un noyau central entouré par un nuage d'électrons. Le noyau se compose de protons et de neutrons.

Mais toutes les combinaisons de neutrons et de protons ne sont pas stables. Dans la nature, aucun élément plus lourd que l'uranium, avec 92 protons et 146 neutrons, ne peut normalement être trouvé.

Les scientifiques peuvent en faire de plus lourds faisant se heurter deux grands noyaux et en espérant qu'ils formeront un nouveau noyau, plus lourd, pendant une courte période.

Un des aspects les plus significatifs des nouveaux éléments est que vitesse de désintégration est en accord avec les théories qui prévoient un "îlot de stabilité" pour des atomes contenant approximativement 114 protons et 184 neutrons.

"Nous avons sauté par-dessus une mer d'instabilité sur un îlot de stabilité que les théories avaient prévue depuis les années 70," a dit le physicien nucléaire Victor Ninov. Il est le premier auteur d'un papier sur la découverte, soumise au journal Physical Review Letters.

STRUCTURE ATOMIQUE:

Les éléments synthétiques ont souvent une vie de courte durée, mais fournissent à des scientifiques des perspectives valables sur la structure des noyaux atomiques. Ils sont également l'occasion d'étudier les propriétés chimiques des éléments plus lourds que l'uranium.

I-Yang Lee, directeur scientifique du collisionneur atomique du Laboratoire National Lawrence à Berkeley, déclare "de par la découverte de ces deux nouveaux éléments superlourds, il est maintenant clair qu'un îlot de stabilité puisse être atteint. De plus, des réactions semblables peuvent être employées pour produire d'autres éléments et isotopes, fournissant une nouveau terrain pour l'étude des propriétés nucléaires."

PROGRES RAPIDES:

L'élément 118 prend moins qu'un millième d'une seconde pour se désintégrer en émettant une particule Alpha. Ceci laisse un isotope de l'élément 116 qui contient 116 protons et 173 neutrons.

Cet élément est également radioactif, aboutissant lui même à l'émission d'une particule Alpha et a un isotope de l'élément 114.

Et les désintégrations continuent jusqu'à aboutir à l'élément 106.

Discusssions ajoutées en octobre 2002:

Un lecteur m'écrit:

Je veux réagir sur ce fameux élément 115 ... et l'antigravité ...

J'avais déjà réagi à cet article sur IPANI il y a un peu plus d'un an. En voici la copie ci-dessous.

Je voudrais rajouter quelques points:

1- Les seuls endroits ou l'on trouve mention de cet élément sont dans les Sites "UFO" mais absolument pas dans les revues et sites scientifiques: cet élément n'a jamais été synthétisé.

2 - J'ai moi même contacté l'auteur de la nouvelle à l'époque, aux USA, sa réponse a été: je peux m'autoriser la liberté d'écrire ce que je veux (et donc n'importe quoi), puisqu'il s'agit du domaine du rêve... (aveu complet du "fake")

C'est ainsi que les rumeurs naissent et que les uns et les autres reprennent sans aucune base réelle et scientifique.


Ma réponse de l'année dernière :

Vu l'importance scientifique de la nouvelle, je me suis un peu penché sur le sujet (je suis physicien). Lu les quelques articles liés (sur le B-2 et l'élément 115). Cela peux vous aider dans le cadre d'une information objective et sans trop de "canulars."

En effet: l'ensemble de l'information repose sur d'abord un élément de la table périodique des éléments, le 115. (Magnifique!).

En résumé, l'article affirme que cet élément a des caractéristiques de champ externe à lui même, surtout pour l'onde de gravité A, différente de l'onde de gravité B, lui conférant ainsi des caractéristiques d'antigravité.

Où sont les éventuels points "canulars" de cet article?

1 - On connait la course folle et la compétition des différentes équipes de recherche fondamentale en physique et voici les dernières nouvelles en la matière (toute avancée signifie des fonds, des prix comme le Nobel, la notoriété, des postes importants pour les chercheurs ...):

a) une équipe de Darmsdat (Allemagne) a pu observer l'élément 112 avec une stabilité correspondant au calcul théorique, au siècle dernier, soit en 1996.

b) au début de ce siècle, soit en 2000 le labo russe de Dubna a annoncé la découverte (synthèse) de l'élément 114 qui a une durée de vie de plusieurs secondes.

c) Berkeley a annoncée, courant de l'été 2000 la découverte (synthèse) des éléments 116 et 118. Mais viennent de se rétracter pour le 118 (Août 2001).

d) on a depuis pas pu reproduire les expériences permettant l'observation des éléments 114, et 116. On ne confirme donc rien de stable ou même d'existant au dela de l'élément 112. Et pendant ce temps là un gros bombardier B2 se balladerai avec des tonnes d'élément 115, depuis donc plusieurs années de travaux, qu'aucun labo ne se serait empressé d'annoncer?

PS: ces infos sont accessibles à travers n'importe quelle revue de physique et de science en général. Et sur le NET.

2- je suis heureux d'apprendre qu'il y a deux types de gravité A et B , plus precisément d'onde de gravité... ou est-ce enseigné? (car l'article en parle comme d'un fait normal, connu de tous). Juste pour info, les gouvernements dépensent des milliards juste pour détecter l'onde de gravité toujours "hypothétique" à ce jour , quant à en distinguer deux .... (car deux théories s'opposent à leur sujet) ... dont bien sur les américains (qui doivent dépenser ces milliards, juste pour donner le change et cacher la vérité ...).

Voilà, cela peut aider beaucoup de monde à être plus vigilant et moins crédule sur certains types d'informations difficilement compréhensible au niveau du public ... (je suis étonné par la qualité de "l'affabulation")


Ce que je remarque, c'est que 18 mois environ plus tard, c'est une foison de documents qui se renvoient la balle à qui mieux mieux, avec même certains qui indiquent ou l'on peut en trouver (S4 et qui dissertent sur tout cela!)

Encore une fois, comment veut on que l'on prenne au sérieux des observations ou des assertions qui utilisent le langage de la science, mais qui sont fausses de A à Z (n'importe quel étudiant en Licence ou Maîtrise de Physique est capable de lire le canular dans le texte) afin d'induire en erreur (faire croire) tous ceux qui "aimeraient" y croire mais n'ont pas le niveau permettant de comprendre le charabia scientifique (et faux) utilisé.

C'est le pire service que l'on peut rendre à la cause de la vérité et la meilleure façon de se discréditer !

meilleures salutations (vous pouvez publier ma réaction et me citer sans aucun problème)

C'est fort aimable à ce lecteur physicien de m'indiquer son opinion que l'élément 115 n'existe pas; et je suis reconnaissant de sa communication. J'ose cependant espérer qu'il a noté l'article de la BBC ci dessus, que j'introduis bien avec le commentaire "Les éléments 118 et 114 sont mentionnés mais rien n'apparaît au sujet de l'élément 115."

Cette page n'est pas une sorte d'opération de promotion des idées de Bob Lazar. Elle est une page qui donne des informations sur ce que Bob Lazar affirme au sujet de l'élément 115 et des informations sur ce que d'autres sources indiquent au sujet de cet élément. Dans mon esprit, il est parfaitement légitime de communiquer les dires de Bob Lazar, qu'ils soient vérifiés, non vérifiés ou clairement erronés, du moment que les autres points de vue sont également donnés.

Mon lecteur physicien semble en légère contradiction sur d'une part son étonnement à propos de la qualité de l'affabulation, et d'autre part sur son opinion de ce qu'elle n'est qu'un charabia scientifique. Il me semble que la qualité de l'affabulation se trouve au niveau de la proposition de l'existence d'un élément 115, et que le charabia se retrouve au niveau des "ondes gravitationnelles A et B." Toutefois, ce genre de chose n'est pas propre au nouvelles "extraordinaires" touchant au domaine de l'ufologie; on retrouve dans beaucoup d'annonces vulgarisées de découvertes scientifique ce mélange d'un "fond" d'information éventuellement correcte et d'un nappage d'ajouts extraordinaires quelquefois sans rapport avec la portée réelle de la découverte. Je garderai à propos des gravitations A et B l'oreille ouverte: que nos scientifiques ne soient pas encore très avancés dans tous les aspects de la compréhension de la gravitation me suggère fortement que des surprises restent possibles.

Pour le reste, il y a la question de l'approche de ce type de problèmes. Pour une partie monde scientifique, celle dont les OVNIS ne font pas partie de leur préoccupation, toute affirmation ayant la moindre portée favorable à la thèse de l'existence du phénomène est une fausse affirmation par définition, puisqu'ils posent que le phénomène n'a aucune réalité (autre que triviale). Pour cette partie de la communauté scientifique, le simple fait de s'intéresser au sujet est déjà éliminatoire, celui qui s'y intéresse est discrédité d'office. La simple mention d'OVNIS, d'un élément 115, ou d'un Bob Lazar, appellera de toute façon une condamnation telle celle qui pourra être lue plus loin, "personne ne se donnera la peine de répondre à un tel non-sens."

Pour d'autres, scientifiques ou non, toute affirmation extraordinaire telle celle-ci mérite d'être largement publiée, sans que cela n'implique une caution, et en sachant pertinemment que certain lecteurs prendront la publication comme preuve de la vérité de l'affirmation tandis que d'autres sauront voir les réserves et conditionnels qui y sont ajoutés, ou sauront comprendre que si un ufologue écrit "untel affirme telle chose," cela ne vaut aucunement dire "untel affirme telle chose, et puisque je vous le transmet, c'est que ce qu'untel affirme est vrai (ou faux)." A fortiori dans le cas de cette page, sa nature est plutôt celle de "untel affirme une chose, et tel autre affirme que cette chose n'est pas exacte (et je ne donne pas d'avis personnel)."

Dans cette page, j'ai reproduit ci dessus qu'il n'y a pas à priori d'élément 115, mais qu'il y a bien un élément 114 et un élément 116. Il n'est donc - à première vue - pas ahurissant de se demander si un élément 115, comme le prétend Bob Lazar, ne serait pas également possible. Si cela était le cas, cela ne "prouverait" évidemment en aucune façon que l'ensemble des affirmations de Bob Lazar soient avérées correctes. Par contre, si l'élément 115 pouvait d'une manière ou d'une autre être considéré comme définitivement et absolument impossible, irréalisable, et que ceci soit au moins raisonnablement sinon définitivement prouvé alors, cela jetterait un discrédit raisonnable sur l'ensemble des affirmations de Bob Lazar. S'il s'avérait totalement instable, il en irait de même.

Ceci étant dit, voici quelques additions sur le thème de cet élément 115.

Une page de vulgarisation scientifique à ce sujet nous résume la situation telle que l'exprime un certain consensus de la vulgarisation scientifique en date de 2002:

Element 110 (discovered November 1994), Element 111 (discovered December 1994), Element 112 (discovered February 1996), Element 114 (October 1997), and Element 116 and Element 118 (discovered June 1999) have been observed but have not yet been named. Elements 113, 115, and 117 have not been made yet, nor has any element with atomic number greater than 118.

Soit:

L'élément 110 (découvert en Novembre 1994), l'élément 111 (découvert en Décembre 1994), l'élément 112 (découvert en Février 1996), l'élément 114 (Octobre 1997), les éléments 116 et 118 (découverts en Juin 1999) ont été observés mais pas encore nommés. Les éléments 113, 115, et 117 n'ont pas encore été faits, et aucun élément au delà du 118 non plus.

Source: CCMR, Ask a scientists, Controversy over Element 105 sur www.ccmr.cornell.edu/education/ask/qna.html?question_id=138

A collaboration of Russian and Livermore scientists has added two new elements, 114 and 116, to the periodic table. It took 40 days of almost continuous effort in 1998 to produce the first atom of element 114, which was a fusion of plutonium-244 and calcium-48. Its lifetime was 30.4 seconds before decay began. Daughter particles survived for a total of 34 minutes before the final decay product fissioned. A subsequent experiment produced a single atom of a different isotope of element 114. In 2000 and 2001, experiments using calcium-48 and curium-248 resulted in a single atom of element 116. Previously, Livermore’s collaboration with the Joint Institute for Nuclear Research in Dubna, Russia, which began in 1989, produced new isotopes of elements 106, 108, and 110. Upcoming experiments hope to result in the new elements 113 and 115.

Soit:

Une collaboration de scientifiques de Russie et de Livermore a ajouté deux nouveaux éléments, 114 et 116, à la table périodique. Cela a pris 40 jours d'effort presque continu en 1998 pour produire le premier atome de l'élément 114, qui était une fusion de plutonium 244 et de calcium 48. Sa durée de vie a été de 30,4 secondes avant que sa désintégration ait commencé. Les particules résultantes ont survécue pendant un total de 34 minutes avant que l'on en arrive produit final de la fission. Une expérience suivante a produit un atome simple d'un isotope différent de l'élément 114. En 2000 et 2001, les expériences utilisant le calcium 48 et le curium 248 ont eu comme conséquence un atome simple de l'élément 116. Précédemment, la collaboration de Livermore avec l'Institut pour la Recherche Nucléaire en Commun de Dubna, en Russie, qui a ouvert en 1989, a produit de nouveaux isotopes des éléments 106, 108, et 110. Les expériences prochaines se font dans l'espoir d'avoir comme résultat les nouveaux éléments 113 et 115.

Source: Lawrence Livermore National Laboratories, sur www.llnl.gov/str/JanFeb02/JanFeb02.html

Ceci datant de Février 2002. Voire également une présentation plus détaillée sur www.llnl.gov/str/JanFeb02/pdfs/01_02.3.pdf Cette présentation indique sur sa première page que "il y aurait une plage de stabilité autour de l'élément 114."

En d'autres termes, quand mon lecteur écrit:

"1- Les seuls endroits ou l'on trouve mention de cet élément sont dans les sites "UFO" mais absolument pas dans les revues et sites scientifiques: cet élément n'a jamais été synthétisé."

il y a risque de confusions, de généralisation, d'amalgames et de simplifications:

  1. les seuls endroits ou l'on trouve mention de cet élément non sont pas les sites d'ufologie uniquement; ce sont aussi des sites comme celui des Livermore Labs, et des publications scientifiques.
  2. il y a une confusion entre mentionner l'élément 115 et affirmer qu'il existe: dans le cas de cette page, je n'avais pas affirmé que cet élément existe; j'avais indiqué que quelqu'un affirme que cet élément existe, que d'autres affirment qu'il n'existe pas, et je n'avais pas indiqué d'opinion personnelle.
  3. il y a en ce qui me concerne une différence entre "n'a jamais été synthétisé" et "ne sera jamais synthétisé." Dans ma page, j'indique que puisque l'on tente de le synthétiser, et que l'on a synthétisé 114 et 116 entre autre, il n'est pas exclu que 115 soit synthétisable bien que cela n'ait pas encore été réalisé.

Quand mon lecteur écrit:

d) on a depuis pas pu reproduire les expériences permettant l'observation des éléments 114, et 116. On ne confirme donc rien de stable ou même d'existant au delà de l'élément 112.

il a raison en un sens, et tort en un autre sens. Il est exact que des découvertes scientifiques alléguées (Livermore labs) ont été rétractées; en ce qui concerne le Lawrence Berkeley Bell National Laboratory l'affaire a fait quelque bruit, et un scientifique qui a truqué son travail a été licencié. Ceci indique qu'il n'y a pas que des falsificateurs parmi les promoteurs de théories de conspiration, mais également parmi les scientifiques, la motivation, comme le note mon lecteur, étant généralement la "course aux annonces" qui génère des annonces quelquefois prématurées, et, très rarement, des annonces franchement mensongères. Il est possible que nous autres ufologues accordions quelquefois une confiance exagérée aux annonces fracassantes des scientifiques. Mais, encore une fois, en ce qui me concerne j'avais dans cette page simplement présenté des affirmations, sans vraiment affirmer moi-même (comment le pourrai-je? Je ne dispose pas des équipements nécessaires ;-)) que l'élément 115 existe ou n'existe pas.

(Source pour la rétractation au sujet de l'élément 118, le 27 Juillet 2001: www.lbl.gov/Science-Articles/Archive/118-retraction.html )

(Dans certain cas, il m'a effectivement été possible de vérifier des affirmations extraordinaires de la science car cela ne nécessitait ni grande compétence ni équipement particulier, voir cet exemple.)

Mais d'un autre côté, il reste l'idée que l'on pourrait peut-être réellement parvenir à réaliser l'élément 115, et ceci est accompagné de l'idée qu'il y aurait peut-être une "plage de stabilité," qui, pourquoi pas, pourrait inclure l'élément 115: il n'est pas réalisé, nous ne savons donc pas s'il serait stable ou non. (Je suis d'ailleurs étonné de la durée de vie de 30 secondes pour 116 donnée par Livermore: vrai ou faux, je ne peux le vérifier, mais 30 secondes, ce n'est peut être pas très long dans le sens ordinaire, pourtant j'aurais pensé qu'un élément qualifié d'instable se désintégrerait en des fractions de secondes ou moins.)

C'est cela qui intrigue des ufologues: "voyons, un type fait des affirmations extraordinaires. Que peut-on vérifier? Qu'il a réellement vu une soucoupe volante dans un hangar secret? Il est aussi difficile de prouver que ceci est vrai que de prouver que ceci est faux. Qu'il y a un élément 115 impliqué là dedans? Voilà un point que nous pouvons peut-être vérifier en consultant des informations provenant de sources scientifiques sérieuses." Exactement comme le dit mon lecteur, "En effet: l'ensemble de l'information repose sur d'abord un élément de la table périodique des éléments, le 115."

De fait, les ufologues sont à l'affût de telles nouvelles sensationnelles: il ne s'agit pas pour eux de s'en offusquer d'emblée, ni d'en proclamer la véracité, mais de les faire connaître, les débats, les investigations et les échanges constants entre ufologues permettant ensuite de les commenter, de les évaluer, et finalement de les rejeter ou de les inclure dans la casuistique OVNI ou de les laisser finit sur un point d'interrogation faute de mieux. Ceci est une pratique légitime dans la recherche des ufologues, et si des lecteurs perçoivent quelquefois à tort qu'il s'agisse la d'une crédulité des ufologues, c'est presque inévitable, et ce n'est aucunement quelque chose de particulier à le recherche sur le phénomène OVNI.

Après tout, de nombreuses personnes considèrent comme "prouvée" un grand nombre de choses (l'astrologie, la parapsychologie, les torsions de cuillères, les fantômes) sans que les ufologues ni les scientifiques n'y puissent mais.

(Par exemple, s'il est clair que l'annonce de la découverte de l'élément 118 a été rétractée, des annonces originales sont toujours publiées sans mention de cette rétractation sur des sites de publications scientifiques, tel par exemple Science News sur http://www.sciencenews.org/sn_arc99/6_12_99/fob2.htm ceci est un problème général: tout auteur d'information, et pas seulement les ufologues, devraient constamment réévaluer chaque information passée... Tâche colossale pour les auteurs! La seule alternative, c'est de laisser le soin au lecteur de lire la date de publication - qui figure toujours en bas de page dans mon site - et de s'assurer, pour toute information ancienne, de l'absence de démenti ultérieur. C'est parce que je ne compte pas trop sur cette prudence de mes lecteurs, que comme je le fais ici, je préfère inclure les correctifs dans la page à corriger que de créer une nouvelle page en laissant telle quelle la page obsolète sans y mentionner la nouvelle information.)

Mes vérifications à l'époque ont inclut la consultation de la table des éléments des Los Alamos National Laboratories (LANL), que vous trouverez sur pearl1.lanl.gov/periodic/default.htm J'avais été assez étonné d'y trouver effectivement 110 111 112 114 116 et 118 avec, pour 114 et 116 et 118 le commentaire qu'ils ont été produits, mais que les informations "ne sont pas encore disponibles" mais que l'on peut s'attendre à les obtenir vers l'an 2000. J'étais donc dans l'expectative, particulièrement au sujet du "trou" à propos de l'élément 115. Son absence signifiait-elle que l'élément 115 est "impossible" au contraire de 114, 116, 118, ou plus raisonnablement, qu'il n'a simplement pas encore été réalisé?

Au 31 Octobre 2002, écrivant ces lignes, j'ai pu constater que rien n'avait été mis à jour:

(Source: pearl1.lanl.gov/periodic/default.htm au 31 Octobre 2002. Cliquer sur les éléments sur leur table pour lire les informations étonnantes du type "l'élément 118 a été produit," et gardez à l'esprit que LANL a des liens avec la recherche militaire US que les scientifiques à Darmstadt n'ont pas.)

Voici la réponse du Dr. Muenzberg du Heavy Ion lab à Darmstadt au Dr. Paynter quand celui-ci, occupé à vérifier si oui ou non un élément 115 pourrait avoir une stabilité comme l'affirme Bob Lazar:

Dear Dr. Paynter,

thanks for your email. I am not sure whether the socalled "Lazar notes" are a joke, we have such at 1sr of april, now you have Halloween. I remember an earlier request from Glenn Seaborg referring to this radio transmission.

Nobody in our group knows or even contacted Lazar, whoever he maybe.

Indeed we found the three heaviest known elements and found an increase of stability against fission, which could be fully explained in the frame of macroscopic-microscopic calculations e. g. by Peter Moeller and Adam Sobiczewski (See e. g. Nucl Phys A502, conference volume).

Sincerely
Gottfried Muenzenberg

Soit:

Cher Dr. Paynter,

merci pour votre email. Je ne suis pas sûr que les soi-disant "notes de Lazar" soient une plaisanterie, nous avions le 1er Avril, maintenant nous avons Halloween. Je me rappelle une demande précédente de Glenn Seaborg se référant à cette annonce de la radio.

Personne dans notre groupe ne connaît ni n'est même entré en contact avec Lazar, qui que celui-ci puisse être.

En effet nous avons trouvé les trois éléments connus les plus lourds et avons trouvé une augmentation de stabilité s'opposant à leur fission, qui pourrait être entièrement expliquée dans le cadre des calculs macroscopique-microscopiques de Peter Moeller et Adam Sobiczewski par exemple (voir par exemple Nucl. Phys. A502, volume des conférences.)

Sincèrement
Gottfried Muenzenberg

Quand le Dr. Paynter a insisté pour avoir une réponse précise concernant l'élément 115, il a reçu ces précisions supplémentaires:

Dear Dr. Paynter,

I mentioned already our contact with Glenn Seaborg in this subject of Lazar, and I gave him the same reply as you.

I personally am the first author of the heavy element publications, you can find them in Z. Physik, and know all group members, nobody would have answered such a nonsense to any request.

The (calculated) stability of the heaviest elements based on recent theories refined with our experimental data predict the maximum stability for Z=106 and N=160 and Z=110 and N=180, half lives are of the order of hours. According to predictions no isotope of element 115 would live longer than seconds.

Please read our publications I gave you as reference.

Sincerely
Gottfried Muenzenberg

Soit:

Cher Dr. Paynter,

J'ai déjà mentionné notre contact avec Glenn Seaborg au sujet de Lazar, et je lui ai donné la même réponse que ce celle que je vous donne.

Je suis personnellement l'auteur principal des publications sur les éléments lourds, vous les trouverez dans Z. Physik, et je connais tous les membres du groupe, personne n'aurait répondu à un tel non-sens quelle que soit la demande.

La stabilité (calculée) des éléments les plus lourds basés sur des théories récemment affinées par nos données expérimentales prévoient une stabilité maximum pour Z=106 et N=160 et Z=110 et N=180, avec une demi-vie de l'ordre d'heures. Selon des prédictions aucun isotope de l'élément 115 ne subsisterait plus longtemps que quelques secondes.

Veuillez lire nos publications que je vous ai donné comme référence.

Sincèrement
Gottfried Muenzenberg

Source de ces deux correspondances: www.geocities.com/Area51/Corridor/8148/hines.html

En d'autre termes, j'avais a l'origine donné le nouvelle de la BBC avec le commentaire que l'on n'y mentionne pas d'élément 115; ces deux courriers disent que la stabilité calculée de l'ordre de quelques heures mais que l'élément 115 les calculs indiquerait une stabilité de l'ordre de secondes. Ceci complète cette indication de mon lecteur:

a) une équipe de Darmsdat (allemagne) a pu observer l'élément 112 avec une stabilité correspondant au calcul théorique, au siècle dernier, soit en 1996.

Si l'on considère l'élément 110, on apprend que les premiers isotopes obtenus au Heavy Ion lab Darmstadt avait une période de l'ordre du millième de secondes, mais que l'on espère avoir une stabilité bien plus longue avec d'autres isotopes à venir de l'élément 112. Ce qui s'est bien produit pour 106 avec N=160 et 110 avec N=180. Muenzenberg, pour l'élément 115, dit dans son courrier que 115, d'après les calculs, ne serait stable que pendant quelques secondes; et ceci quel que soit l'isotope.

J'ai finalement le sentiment que Lazar aurait pu "parié" sur l'élément 115 simplement en profitant de son inexistence dans la table des éléments de l'époque de ses affirmations, et que son pari est perdant en un sens: eut-il choisi 110, ou 118, qu'il aurait peut-être eu un élément dont des isotopes stables ont maintenant été plus ou moins découverts, ou calculée. D'un autre côté s'il a "parié" sur 115, c'est peut-être parce que son absence dans la table du LANL suggère quelque mystère à ce sujet, et laisse latitude à l'imagination quant à ses caractéristiques "gravitationnelles" alléguées.

Vous trouverez la liste des expériences réalisées au GSI Heavy Ion lab Darmstadt, leurs publications, séminaires etc dans leurs rapports annuels pour 2000 et 2001 sur www.gsi.de/gsi.html

A propos du B-2:

Mon lecteur physicien considère que le B-2 n'est aucunement équioé de dispositifs "anti-gravitation."

C'est un point sur lequel mon opinion personnelle est la même, je ne l'avais pas donnée car je n'en ai pas encore rédigé un argumentaire précis et complet.

Cependant, cette discussion met permet de préciser que je ne pense pas que les OVNIS qui restent inexpliqués en terme de causes triviales soient des B-2 (ou variantes) propulsés par quelque dispositif antigravitationnel; notamment, je ne suis pas d'accord à ce sujet avec des ufologues qui l'affirment, ou avec des personnes sceptiques au sujet de l'origine extraterrestre des OVNIS qui l'affirment.

Je ne souhaite pas développer ici un argumentaire complet; je cite cependant quelque uns de ces arguments. L'explication "B-2 avec antigravitation" a été invoquée pour des OVNIS vus en très grand nombre au-dessus de la Belgique en 1989 - 1990 et également un peu partout dans le monde par la suite; avec comme argument par exemple le silence, le vol lent ou sur place ou des luminosités. Mais elle ne s'adapte pas a un grand nombre de ces observations: la taille ("grand comme un stade de football"), les disparitions sur place, les changement de forme (une masse sombre plate devient une sphère orange). En outre, la présence de tels engins allégués, d'origine US, en masse, au dessus d'un pays étranger, ne fait pas sens en terme de tactique militaire.

En ce qui me concerne, et jusqu'à preuve du contraire, le B-2 reste un avion certes peu détectable au radar mais aussi un avion subsonique, qui décroche avec une vitesse au dessous des 220 km/h, qui n'est pas équipé de phares illuminant la nuit comme en plein jour, qui est particulièrement bruyant, n'a pas la taille d'un stade de football, ne vole pas à 120 km/h au ras des toits ou des cimes d'arbres, est incapable de manoeuvres au-delà de celles d'avions conventionnels subsoniques, incapable de voler "à la vitesse d'une bicyclette," et tout à la fois de virer à angle droit ou disparaître sur place, et surtout, pour lequel il n'y a aucune raison tactique sérieuse à sa présence en masse au-dessus d'un pays étranger, ni l'infrastructure logistique et financière colossale qui serait nécessitée par une telle opération.

Mea culpa:

Au vu d'informations récentes, y compris fournies par mon lecteur physicien, ce que j'aurais présenter autrement dans la première partie de cette page est:

Article dans the Guardian, 12 mai 2005:

The Guardian R-U, 12 mai 2005 "Retour aux soucoupes", nouvelles de l'élement 115.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 mai 2005.