Stupidités -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Extra-terrestres et stupidités:

En fait, cette page traite davantage de l'incapacité de certains astronomes à communiquer clairement et la tendance des journaux à exagérer les nouvelles scientifiques astronomiques qui sont à peine comprises par les profanes...

Le mythe de la détection de la "planète X" par IRAS:

L'histoire commence par un article intitulé "Probablement aussi grand que Jupiter; un corps céleste mystérieux découvert," par Thomas O'Toole, auteur de la rédaction du Washington Post, Vendredi 30 Décembre 1983; Page A1.

L'article du Washington Post:

Probablement aussi grand que Jupiter;
un corps céleste mystérieux découvert

Un corps merveilleux probablement aussi grand que la planète géante Jupiter et probablement si proche de la Terre qu'il ferait partie de notre système solaire a été trouvé dans la direction de la constellation d'Orion par un télescope orbital à bord du satellite d'astronomie infra-rouge des Etats-Unis.

L'objet est tellement mystérieux que les astronomes ne savent pas si c'est une planète, une comète géante, une "proto-étoile" voisine qui n'est jamais devenue assez chaude pour devenir une étoile, une galaxie éloignée si jeune qu'elle est toujours en train de former ses premières étoiles ou une galaxie tellement entourée de poussières qu'aucune lumière de ses étoiles ne peut en sortir.

"Tous ce je puis vous dire qu'est que nous ne savons pas ce que c'est," a déclaré dans une interview le Dr. Gerry Neugebauer, le scientifique en chef d'IRAS pour le Jet Propulsion Laboratory de l'Institut de Technologie de Californie.

L'explication la plus fascinante pour ce corps mystérieux, qui est tellement froid qu'il n'émet aucune lumière et n'a été jamais vu par les télescopes optiques sur Terre ou dans l'espace, est que c'est une planète gazeuse géante aussi grande que Jupiter et aussi proche de la Terre que 50 trillion de miles. Tandis que cela peut paraître une grande distance en termes terre à terre, c'est un pavé dans la mare en termes cosmologiques, si proche en fait que ce serait le corps céleste le plus proche de la Terre au-delà de la planète extérieure Pluton.

"Si il est vraiment si proche, il ferait partie de notre système solaire," a dit le Dr. James Houck du centre pour la recherche radio-physique et spatiale de l'université de Cornell et membre de l'équipe scientifique d'IRAS. "S'il est si proche, je ne sais pas comment les scientifiques planétaires dans le monde pourraient même imaginer sa classification."

Le corps mystérieux a été vu deux fois par le satellite infra-rouge pendant qu'il balayait le Nord du ciel à partir de janvier passé jusqu'en novembre, quand le satellite a épuisé l'hélium super-réfrigéré qui a permis à son télescope de voir les corps les plus froids dans le ciel. La deuxième observation a eu lieu six mois après la première et a suggéré que le corps mystérieux ne s'était pas déplacée de son point dans le ciel près du bord Ouest de la constellation d'Orion pendant ce temps.

"Ceci suggère que ce ne soit pas une comète parce qu'une comète ne serait pas aussi grande que celle que nous avons observée et une comète se serait probablement déplacée," a dit Houck. "Une planète peut s'être déplacée si elle était aussi proche que 50 trillion de milles mais elle pourrait être une planète plus éloignée et toutefois ne pas s'être déplacée dans un délai de six mois."

Quoi que ce soit, a dit Houck, le corps mystérieux est tellement froid que sa température ne dépasse pas les 40 degrés au-dessus du zéro "absolu," qui est de 456 degrés Fahrenheit en-dessous de zéro. Le télescope à bord d'IRAS est tellement refroidi et il est si sensible qu'il peut "voir" des objets dans le ciel qui sont seulement 20 degrés au-dessus du zéro absolu.

Quand les scientifiques d'IRAS ont vu le corps mystérieux la première fois et ont calculé qu'il pourrait être aussi proche que 50 trillion de milles, il y eut des spéculations qu'il pourrait déplacer vers la terre.

"Ce n'est pas comme une lettre à la poste," a dit Neugebauer de Cal Tech. "Je veux tempérer cette idée autant que cela est possible."

Alors, qu'est-ce que c'est? Qu'en est-il s'il est aussi grand que Jupiter et si près du soleil qu'il ferait partie du système solaire? Cela pourrait peut-être être la 10ème planète que les astronomes ont recherché en vain. Ce pourrait également être une étoile semblable à Jupiter qui a commencé à devenir une étoile il y a des éternités mais n'est jamais devenu assez chaude pour devenir comme le soleil.

Tandis qu'ils ne peuvent pas réfuter cette idée, Neugebauer et Houck la trouvent tellement diabolique qu'ils ne veulent pas l'accepter. Neugebauer et Houck "espèrent" que l'objet mystérieux est une galaxie éloignée soit tellement jeune que ses étoiles n'ont pas commencé à briller soit tellement entourée par de la poussière que sa lumière stellaire ne peut pénétrer ce linceul.

"Je pense que c'est l'un de ces galaxies sombres et jeunes que nous n'avons jamais pu observer avant," a dit Neugebauer.

"Si c'est le cas, puis c'est un pas en avant important dans notre compréhension de la taille de l'univers, comment l'univers s'est formé et comment il continue à se former au fil du temps."

La prochaine étape pour indiquer exactement ce qu'est le corps mystérieux, dit Neuegebauer, est de le rechercher avec les plus grands télescopes optiques du monde. Déjà, le télescope de 100 pouces de diamètre de Cerro del Tololo au Chili a commencé sa recherche et le télescope de 200 pouces du Mont Palomar en Californie a affecté plusieurs nuits de l'année prochaine pour le rechercher. Si le corps est assez proche et émet même un soupçon de lumière, le télescope de Palomar devrait le trouver puisque le satellite infra-rouge a indiqué exactement sa position.

Edition Finale (ITEM 127)

La distance entre la Terre et un objet mystérieux dans l'espace a été rapportée inexactement dans quelques éditions hier. Le chiffre correct est 50 milliards de milles.

Des scans de l'article original sont disponibles ici. Il n'y a absolument aucun doute sur l'authenticité de l'article, ce n'est pas un faux concocté par des "conspirationnistes" mais un article véritable. Il est en fait tout à fait bien connu parmi des astronomes en raison des nombreuses questions posées par ses lecteurs étonnés à de nombreux astronomes qui ont un site web de questions et réponses en astronomie par exemple.

Article du New York Times:

Le New York Times a publié l'article suivant le 30 janvier 1983. Il ne parle pas directement de ce qui précède, mais il est néanmoins d'intérêt similaire.

Quelque chose là dehors au-delà des limites les plus lointaines du système solaire connu semble attirer Uranus et Neptune. Une certaine force de gravité continue à perturber les deux planètes géantes, causant des irrégularités dans leurs orbites. Cette force suggère une présence lointaine et invisible, un grand objet qui peut être la planète X longtemps cherchée... La dernière fois qu'une recherche sérieuse des cieux a été faite, cela a mené à la découverte de Pluton, la neuvième planète, en 1930. Mais l'histoire commence plus d'un siècle avant cela, après la découverte d'Uranus en 1781 par l'astronome et le musicien anglais William Herschel. Jusque-là, le système planétaire avait semblé se finir avec Saturne.

Tandis que les astronomes observaient Uranus, notant des irrégularités dans son trajet orbital, beaucoup ont spéculé qu'ils étaient témoin de l'attraction gravitationnelle d'une planète inconnue. C'est ainsi qu'a commencé la première recherche planétaire basée sur les prévisions d'astronomes, ce qui s'est conclu en 1840 avec la découverte de Neptune presque simultanément par des astronomes Anglais, Français, et Allemands. Mais Neptune n'était pas assez massif pour expliquer entièrement le comportement orbital d'Uranus. En effet, Neptune elle-même a semblé être affectée par une planète encore plus distante. Au 19ème siècle, deux astronomes américains, Willian H. Pickering et Percival Lowell, ont prévu la taille et l'emplacement approximatif du corps trans-Neptunien, que Lowell a appelé planète X. DEs années plus tard, Pluton a été détectés par Clyde W. Tombaugh travaillant à l'observatoire de Lowell en Arizona. Plusieurs astronomes, cependant, ont suspecté que ce pourrait ne pas être la planète X de la prévision. L'observation suivante à prouvé qu'ils avaient raison. Pluton était trop petite pour changer les orbites d'Uranus et Neptune, la masse combinée de Pluton et son satellite récemment découvert, Charon, étant seulement 1/5 de celle de la Lune de notre terre.

Les calculs récents par l'Observatoire Naval des Etats-Unis ont confirmé la perturbation orbitale montrée par Uranus et Neptune, dont le Dr. Thomas C. Van Flandern, un astronome de l'observatoire, dit que cela pourrait être expliqué par "une unique planète non découverte." Lui et un collègue, le Dr. Richard Harrington, calculent que la 10ème planète devrait être deux à cinq fois plus massive que la Terre et aurait une orbite fortement elliptique qui l'emmènerait à environ 5 milliards de miles au-delà de celle de Pluton - pas vraiment la porte à coté mais toujours sous l'influence de la gravité du soleil...

Brève nouvelle par US NEWS:

Cette brève est une sorte de mélange des deux articles ci-dessus.

La Planète X - Est-elle vraiment là? 10 Septembre 1984

Enveloppé de la lumière du soleil, mystérieusement attirante pour les orbites d'Uranus et de Neptune, il y a une force invisible dont les astronomes suspectent qu'elle pourrait être la planète X - un 10ème résidant du voisinage céleste de la Terre. L'année dernière, le satellite astronomique infra-rouge (IRAS), en orbite polaire à 560 miles de la terre, a détecté la chaleur d'un objet à environ 50 milliards de miles de distance qui est maintenant le sujet de spéculations intenses. "Tout que je puis dire est que nous ne savons pas encore ce que c'est," dit Gerry Neugesbeuer, directeur de l'observatoire de Palomar pour l'Institut de Technologie de la Californie. Les scientifiques sont pleins d'espoir que les voyages sans retour des sondes spatiales pionnier 10 et 11 puissent aider à localiser le corps inconnu."

Retrour vers la réalité:

IRAS:

IRAS est fondamentalement un télescope infra-rouge lancé dans l'espace en 1983. Pendant sa mission de 11 mois, il a acquis les images infra-rouges de nuages de matière, d'étoiles, de comètes, et d'astéroïdes de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter.

L'objet dont on parle ici:

Il y a plusieurs sources pour cette idée qu'IRAS a observé un corps mystérieux:

La première est un papier scientifique édité le 1er Mars 1984 dans Astrophysical Journal Letters par Houck et autres intitulé "des sources ponctuelles non identifiées par la mini-surveillance d'IRAS discussion sur neuf sources de 60 µm qui n'ont "aucune contrepartie dans une variété de catalogues d'objets non-stellaires. Quatre objets n'ont aucune contrepartie évidente."

On spécule dans cet article que les sources pourraient être l'une ou l'autre une galaxie émettant à rayonnement infra-rouge relativement plus puissant que d'habitude par rapport au rayonnement dans le spectre optique; ou être un objet nouveau dans le système solaire externe; ou être une naine brune juste en dehors du système solaire; ou être autre chose.

Mais avant même que le papier ne soit paru dans la littérature scientifique revue par les pairs, l'idée a été rapportée dans plusieurs journaux, la responsabilité en incombant aux astronomes bavards ou voulant faire sensation, et ayant donné des interview. Bien qu'apparemment spectaculaires, ces articles doivent être lus correctement avant que n'importe quelle interprétation puisse être commencée. Par exemple, voici mon approche de l'article du Washington Post ci-dessus:

  1. Le corps est peut-être aussi grand que la planète géante Jupiter.
  2. Le corps est peut-être si près de la Terre qu'il ferait partie du système solaire (ce qui ne signifie aucunement qu'il soit proche de la Terre, mais qu'il soit peut-être dans le système solaire, et le système solaire est absolument plus grand que la distance de la Terre jusqu'à la dernière planète connue, Pluton). Il est évident que les lecteurs naïfs auront cru comprendre: "il y a une grande planète près de Jupiter."
  3. Les Astronomes ne savent rien de l'objet ("parce qu'il est mystérieux"), en particulier, il pensent que ce pourrait être une étoile bizarre, ou une galaxie distante. Ce qui n'a rien d'une nouvelle planète solaire...
  4. Voici le meilleur morceau: "une comète aurait probablement bougé" indique que l'objet n'a pas bougé. "Une planète aurait dû bouger si elle avait été aussi près que 50 trillion (corrigé en milliards) de miles mais elle pourrait être encore plus distance et n'avoir toutefois pas bougé en six mois," ce qui nous dit que ce ne peut pas être une planète si c'est seulement à 50 milliards de miles.
  5. "Ce pourrait également être une étoile comme Jupiter qui a commencé à devenir une étoile il y a des éternités mais n'est jamais devenue assez chaude pour devenir une étoile comme le soleil" est non-sens complet. Jupiter n'est pas une étoile mais une planète; d'ailleurs, la notion que Jupiter serait une sorte "d'étoile avortée" est incorrecte, elle est très en dessous de la masse exigée pour avoir pu devenir une étoile (cette idée est un vieux cliché qui traîne partout, je me demande pourquoi...)
  6. "Si c'est réellement si proche (...)" commence par un "si" et le reste est de la spéculation.
  7. "Si c'est si proche, je ne sais pas comment les planétologues pourraient même commencer à le classer" suggère que quelque chose d'étrange et nouveau a été découvert, mais il aurait au contraire fallu dire: "il est improbable que cela soit si proche parce qu'aucun objet connu ne pourrait l'expliquer pour l'instant, donc à moins que nous prouvions que ce soit si proche, il est bien plus probable que ce ne soit pas du tout proche."

Il semble dans cette affaire que certain scientifique pratique un art étrange en manière de communication. Ainsi:

"L'explication la plus fascinante (...) est que c'est une planète gazeuse géante, aussi grande que Jupiter et aussi proche de la terre que tant que 50 milliards de miles" est une communication fortement inadéquate. Imaginez la réaction des scientifiques si un ufologue racontait à un journaliste "une lumière a été vue dans le ciel, nous ne savons pas ce que c'est, c'est peut-être une étoile, mais l'explication la plus fascinante est que c'est un vaisseau spatial d'origine extraterrestre." Simplement parce qu'une possibilité très peu probable ne peut pas être éliminée au moment des recherches, notre scientifique crée ici l'exagération médiatique, faisant du moins probable le plus fascinant, dont le journaliste fera le gros titre, donc l'information, pour le lecteur.

"Tout ce que je peux vous dire c'est que nous ne savons pas que ce que c'est" est la phrase essentielle et n'est pas de la bonne communication scientifique. Les scientifiques devraient communiquer des résultats, non pas des spéculations basées sur l'ignorance.

"Alors qu'ils ne peuvent pas réfuter cette idée (que ce serait une planète solaire), Neugebauer et Houck sont tellement ensorcelés par cette idée qu'ils ne veulent pas l'accepter. Neugebauer et Houck "espèrent" que le corps de mystère est une galaxie éloignée (...)"

Ce n'est là nullement une attitude scientifique valide. Les scientifiques ne devraient pas refuser des idées, ils devraient en fait prouver ou réfuter des idées. Les scientifiques ne devraient pas "espérer," ou être "ensorcelés" non plus. Ils devraient étudier, ils devraient établir des hypothèses et les expériences pour les valider ou réfuter. Ils ne devraient pas non plus "croire."

Puisque ces scientifiques ont accumulé une collection impressionnante de "si" et de "peut-être" que les auteurs de la presse ne peuvent placer dans leur titre, il n'y a pas à s'étonner que l'article ait créé une vague de spéculations parmi les profanes fervents de "planète Nibiru" ou de "Planète-X." C'est la faute des scientifiques, qui ne savent pas communiquer correctement leurs idées, ou veulent les présenter d'une façon sensationnaliste pour leur propre publicité, peut-être.

Puisque les mêmes scientifiques et les mêmes journalistes ne se sont pas soucié de suivre l'affaire, il n'y avait eu aucun article suivant. Que diriez-vous de la "prochaine étape" de recherche mentionnée à la fin de l'article? Il était alors très probable que cette prochaine étape allait avoir comme conséquence la découverte que l'objet est une galaxie à forte émission infra-rouge éloignée. Naturellement, les scientifiques et les journalistes ne pensent pas que cela mérite alors un nouvel article... Cela n'a plus rien de sensationnel. Mais ils seront les premiers à railler les spéculations de la "frange lunatique" et de "pseudoscience" dont ils sont en fait l'origine.

Voici un exemple de ce qui a été publié sur un site web appelé "planète Niburu:"

Le gouvernement des Etats-Unis a démenti l'histoire immédiatement! Pour une certaine raison mystérieuse et top secrète, le gouvernement ne veut pas alarmer ou paniquer le grand public en révélant cette découverte. Pourquoi? Parce qu'une race d'êtres supérieurs habite cette planète, et si on le révélait les gens se mettraient à courir dans les rues en criant.

Le gouvernement des USA n'a en réalité jamais dit quoi que ce soit sur ce sujet.

Le fait:

"La deuxième observation a eu lieu six mois après la première et suggéré que le corps mystérieux ne s'était pas déplacée de sa position dans le ciel près du bord Ouest de la constellation d'Orion pendant cette durée."

Ce que nous apprenons ici est que cela ne peut pas être une planète... N'importe quel astronome et même astronome amateur ou même la plupart des profanes pourraient voir que s'il ne s'est pas déplacé en six mois, alors les chances que ce puisse être une planète même à 50 milliards de milles sont si proches du zéro que toute la spéculation est totalement absurde. Beaucoup d'agitation pour strictement rien!

Mais au lieu de laisser tomber leurs spéculations, nos scientifiques ajoutent plus de spéculations: "il y a des spéculations qu'elle pourrait se déplacer vers la terre." En effet, une planète se doit de tourner autour de son étoile. Si elle ne tourne pas, ce n'est pas une planète. A moins que, aha! coup de génie: c'est une planète qui au lieu de tourner, se dirige vers la Terre! Je dois m'admettre suis assommé par le raisonnement de ces scientifiques. Voici un autre raisonnement similaire qui devrait leur convenir: "Nous n'avons pas vu de petits hommes verts sur Mars avec le lander Pathfinder. Et bien, ceci signifie que les petits hommes verts vivent à l'intérieur de Mars, plutôt que sur la surface de Mars." Et le presse annoncera alors: "mystérieux petits hommes verts découverts sur la planète Mars!"

Neugebauer a indiqué: "je veux tempérer cette idée autant que possible." Très bien. Mais les lecteurs manquent ce genre de précautions, et les scientifiques responsables devraient savoir cela. La presse place les clauses de précaution à la fin de ses articles, comme si c'était une formule habituelle. Dans ce cas-ci, Neugebauer devrait avoir indiqué "c'est une idée totalement folle, et je ne sais pas ce qui m'a pris de la mentionner à un journaliste."

De la façon dont cette clause de précaution apparaît dans l'article, le lecteur qui apprécie les mystères de l'espace la perçoit non pas comme la chose la plus important de l'article, mais comme l'expression minoritaire de quelque sceptique de service qui ne vaut pas croire "les faits" mesurés par un instrument "objectif", lui, c'est à dire "une mystérieuse planète découverte."

Dans les années suivantes, plusieurs astronomes plus responsables ont traité de cet "objet mystérieux" et d'autres objets semblable et les ont expliqués. Je suis néanmoins tout à fait critique avec leur façon de dire qu'il y a eu une "rumeur" fausse et de se poser en glorieux dénonciateurs de cette "rumeur." L'affaire entière n'a pas débutée comme "une rumeur de la frange lunatique." Elle a été créée par des scientifiques, et elle a été d'abord diffusée non pas comme une "rumeur" mais en tant que "journalisme." S'il y a des critiques à formuler contre des fanatiques de Niburu et les amis de la Planète-X, je dirais que ces derniers ne sont juste pas des astronomes qualifiées ni des lecteurs critiques et placent trop confiance dans les journaux et les scientifiques qui s'y expriment.

Conclusion:

Beaucoup de bruit pour rien.

Et effectivement en 1985 et dans les années suivantes, plusieurs papiers scientifiques ont prouvé que l'objet et d'autres tels objets étaient des galaxies éloignées émettant des infra-rouges. Naturellement, la pression n'a pas donné l'information. Naturellement, les scientifiques n'ont pas demandé à être interviewés à nouveau. Ils se sont juste moqués de ceux qui y avaient un peu trop cru.

Encore quelques mots:

Ce qui précède n'implique pas qu'il n'y a aucun astéroïde au-delà de Pluton.

IRAS a catalogué 250.000 sources dans le catalogue des sources infra-rouges ponctuelles, complété par 100.000 entrées additionnelles dans le catalogue des sources infra-rouges faibles, et la grande majorité de ces derniers n'ont pas été étudiés jusqu'ici. Ce qui l'ont été se sont révélés être soit des objets de 1000 kilomètres de diamètre (en moyenne) de la Ceinture de Kuiper, rarement, et généralement ils se sont révélés être des galaxies éloignées ayant de fortes émissions infra-rouges.

Si chaque fois qu'une nouvelle telle source est découverte, les scientifiques se mettent à crier au sujet d'une certaine nouvelle planète mystérieuse... vous devinez la suite.

Voici un diagramme montrant une partie des objets maintenant connus de la Ceinture de Kuiper et leurs tailles:

Objets de la ceinture de Kuiper

Comme vu de la terre ces faibles compagnons lointains de Pluton apparaissent comme des comètes sombres. Il est difficile de savoir exactement de quoi elles sont faites parce que leurs intérieurs sont cachés par une couche de débris organiques. Ils sont probablement un mélange de glace, de roche, et de poussières. La plupart sont à peu près de la taille de petits astéroïdes (quelques kilomètres à quelques cent kilomètres de large), et quelques-uns ont émergé récemment qui sont 30% à 50% aussi grands que la planète Pluton (2274 kilomètres de diamètre). Et effectivement les astronomes pensent que c'est juste une question de temps avant que l'on en observe un qui soit aussi "grand" que Pluton. [Cette phrase écrite en 2002, découvertes effectivement faites en 2005.]

Le premier de ces corps, que les astronomes appellent les objets de la Ceinture de Kuiper (ou KBOs), a émergé en 1992, découvert par Dave Jewitt et Jane Luu - des scientifiques qui pensent que le système solaire externe n'est pas aussi vide que ce que l'on pensait généralement. Commençant en 1987 ils avaient patiemment balayé les cieux à la recherche de faibles objets au-delà de Neptune. Il leur a fallu cinq ans d'observations par le télescope de 2,2 m d'Hawaï, mais ils ont finalement trouvé par la suite ce qu'ils cherchaient, bien plus loin que Pluton. Jewitt (de l'Université d'Hawaï) et Luu (de Berkeley) leur trouvaille a été cataloguée "QB1 1992."

Il y a donc bien plusieurs "planètes X" et Niburus si vous voulez. Quant à leurs tailles, et aux conditions qui y règnent, vous comprendrez facilement qu'ils sont les candidats plutôt improbables pour n'importe quelle forme de vie indigène, et encore plus improbables comme planète d'origine de nos fameux "reptiliens" et autres "êtres avancés." Ils pourraient être employés comme des "bases extra-terrestres avancées," naturellement, tout comme n'importe quelle autre planète ou satellite solide. Qui sait?

Références:

En supplément des articles de journaux reproduits dans cette page, vous pouvez consulter:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 mai 2002