France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

2 octobre 1954, Faverges, Haute-Savoie:

Référence pour ce cas: 2-oct-54-Faverges. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. off1:] SOURCE OFFICIELLE INDETERMINEE:

Note: ce rapport officiel rédigé à une date non précisée de 1954 par une personne ou un organisme ou entité indéterminée a été publié vers 2015 sur le site Web du GEIPAN ("Groupe d'Etudes et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés"), le groupe officiel français chargé de l'étude des rapports d'observation de "Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés".

Samedi 2 octobre 1954.

PILOTE: []

AVION: NORD 1203 F-BEMV.

54700454

2-10-1954

I. - Verticale de FAVERGES, Haute-Savoie, altitude de 2000 mètres, cap 250°, vitesse 220 KMS heure, 16h.20 heure locale, vent W, vitesse 8 noeuds?

2. - Observations à tribord d'un engin de forme circulaire se déplaçant au même cap avec une altitude supérieure d'environ 6.000 pieds et d'une distance 10 kms. Sa trajectoire affectait une courbe ascendante avant de disparaître à l'horizon. Ce disque à ma vue, avait une inclinaison sur son axe d'environ 30 à 40 degrés, une lueur phosphorescente frangeait l'arête arrière de l'engin.

En établissant une comparaison à l'envergure d'un F.84 ou d'un Vampire et à la même distance, il me semble que cet appareil devait avoir un diamètre de 3 à 4 mètres.

3. - La durée de l'observation a été de 1 minutes 10 secondes.

[] est spécialiste du vol dans les alpes, qu'il connaît à fond. Il a quelque 10 000 heures de vol.

Bien à vous.

signé: []

[Ref. ler1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Scan.
Scan.

Une vague "d'objets" étranges déferle sur la France

Des Martiens amateurs
d'obscurité jouent
les passe-murailles

Mais tous ceux qui ont
vu des "soucoupes"
ne sont pas des rêveurs

Par Gabriel Heres

Une invasion de soucoupe volante et autres engins mystérieux déferle sur l'Europe, et le nombre de témoignages enregistrés montre que la France semble être particulièrement visés. Il n'est guère de jour depuis des semaines, que plusieurs de ces manifestations ne soient signalées de la Vendée à la Moselle et du Quiévrain à la Bidassoa.

L'abondance de ces apparitions étranges est telle que la peur finit par régner.

Dans le Limousin, notamment, où un cultivateur fut embrassé, le 10 septembre dernier, par un inconnu pourtant bien pacifique, la terreur s'est installée, surtout dans la région de Roches (Creuse), où les enfants n'osent plus aller seuls à l'école et où les bergères ne veulent plus garder leurs troupeaux depuis qu'une ombre inquiétante a été signalée se cachant dans les fourrés. On redoute que les Martiens aimable ne se soient embarqués en laissant sur la terre un de ses compagnons.

A Diges (Yonne), deux femmes ont vu, chacune de leur côté, un cigare posé dans une prairie et son pilote penché, peut-être sur son moteur. L' "être" était de taille normale, vêtu de kaki et coiffé d'un calot, mais elles eurent si peur que, par un réflexe identique, elles s'enfuirent et s'enfermèrent.

Les soucoupes volantes
ont troublé le repos dominical
d'un certain nombre de Français

Chamonix. -- La chronique des soucoupes volantes et autres "cigares" continue d'être abondamment fournie. Au cours du dernier week-end, les témoins qui ont, en effet, aperçu des engins mystérieux ne se comptent plus.

C'est, semble-t-il à Chamonix qu'il faut donner la priorité, étant donné que, au même moment, des officiers de l'école de Haute montagne, des gendarmes et le pilote Guiron qui survolait la région ont aperçu pendant plus d'une heure un engin brillant évoluer entre le mont Lachat et le mont Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que volant à environ 2000 mètre au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui, a-t-il dit, n'avait aucune ressemblance avec un avion normale. En outre la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon sonde.

A Corbigny (Nièvre), plusieurs habitants ont vu un disque lumineux de couleur orange qui se déplacer dans le ciel et disparus à la verticale après avoir plusieurs fois changé d'altitude.

A Breuil-Chaussée, dans les Deux-Sèvres, M. Girardeau, 55 ans, se rendait à son travail lorsque, en détour de la route, il remarqua un engin circulaire "près duquel se trouvait un être qui lui apparut comme vêtu d'une sorte de scaphandre". L' "être" se dirigea vers lui et M. Girardeau s'enfuit, apeuré. Peu après, l'engin circulaire repartit à grande vitesse!

"On aurait dit une meule"

C'est également un engin curieux autour duquel rôdait deux individus bizarres qu'ont déclaré avoir vu deux jeunes gens de Vron (Somme). "Nous nous sommes approchés, ont-ils confié aux gendarmes. On aurait dit une meule. Soudain l'engin décolla."

Dans l'Indre, tant à Levroux qu'à Vatan, une quinzaine de personnes ont longuement suivi les évolutions d'une boule lumineuse de couleur jaunâtre qui montait et descendait dans le ciel et pouvait avoir trois mètres de diamètre.

Eisenhower et Malenkov
se serrant la main
autour d'une "soucoupe"...

Un pseudo-littérateur, au contraire tout heureux que ces êtres fantastiques viennent rejoindre ses divagations philosophiques, assimile les "anti soucoupistes" à des trublions

[Légende image:] Les Etats-Unis se préparent à construire une soucoupe volante dont le projet a été établi par un ingénieur britannique, M. John C. M. FROST. L'engin, représenté ci-dessus par un dessinateur américain, serait capable de décoller verticalement et d'atteindre une vitesse de 3000 kilomètres-heure. Le pilote est installé au centre. Pour décoller, il déclenche 180 propulseurs placés tout autour de la soucoupe. Une fois qu'il est à la hauteur souhaité, pour avancer il se contente d'actionner les propulseurs placés à l'arrière de l'engin. La soucoupe volante s'inspire des expériences faites en 1930 par le français Henri LOANDA [sic, Coanda].

[Ref. ads1:] JOURNAL "L'ARDENNAIS":

UN ETRANGE ENGIN EVOLUE AU-DESSUS DU MONT-BLANC PENDANT PLUS D'UNE HEURE

CHAMONIX. -- De très nombreuses personnes, parmi lesquelles se trouvaient des officiers de l'Ecole de Haute Montagne, des gendarmes de Chamonix et le pilote Guiron, spécialiste du vol en haute montagne qui survolait la région à ce moment, ont déclaré avoir vu pendant plus d'une heure un engin évoluer entre le Mont Lachat et le Mont Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que volant à environ 2 000 mètres au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui, a-t-il dit, n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon sonde.

Une invasion de soucoupes

Par ailleurs, on continue - plaisanteries, hallucinations ou témoignages dignes de foi - à signaler un peu partout la manifestation dans le ciel de soucoupes ou autres cigares.

VIC-SUR-CERE. -- Plusieurs personnes ont affirmé avoir aperçu, se dirigeant vers le sud, un engin ayant la forme d'un cigare dégageant un léger panache de fumée.

NEVERS. -- Un représentant d'une compagnie d'assurances de Clamecy, ainsi que plusieurs habitants de Corbigny, ont déclaré avoir aperçu un disque lumineux de couleur orange qui se déplaçait dans le ciel et qui, après avoir plusieurs fois changé d'altitude, a disparu à la verticale.

BRESSUIRE. -- Un employé du centre d'abattage, M. Angelo Girardeau, 55 ans, demeurant Breuil-Chaussée (Deux Sèvres), a déclaré avoir aperçu dimanche matin, en se rendant à son travail, un engin circulaire près duquel se trouvait un être qui lui apparut comme vêtu d'une sorte de scaphandre. L'être en question se dirigea vers M. Girardeau qui, effrayé, s'enfuit. Peu après l'engin circulaire repartit à très grande vitesse.

ABBEVILLE. -- Deux jeunes gens de Vron (Somme) ont dit avoir vu sur la route nationale, entre Crécy et Ligescourt. un engin curieux autour duquel rôdaient des individus de forme bizarre. Ils se rapprochèrent de l'engin. qui, disent-ils, ressemblait à une meule, mais il décolla. Les deux jeunes gens ont conté leur aventure aux gendarmes.

CHATEAUROUX. -- Mme Vve Janiki, demeurant au Bourg du Ceris1er, commune de Levroux (Indre), a déclaré à la gendarmerie qu'elle avait aperçu dans le ciel un engin lumineux d'un diamètre d'environ 8 mètres et qui se trouvait à hauteur des bâtiments. Mme Vve Lacotte, habitant à environ 800 mètres de Mme Janiki a déclaré avoir été témoin du même phénomène.

(Voir la suite en 5e page.)

Un étrange engin évolue...

(Suite de la première page.)

CHATEAUROUX. -- Mme Baron, habitant Vatan (Indre), a déclaré avoir aperçu, dimanche soir, une boule lumineuse dans le ciel. Elle alerta son mari ainsi qu'une quinzaine de personnes de son voisinage qui, toutes, ont vu évoluer, à une très haute altitude, l'engin de couleur jaune verdâtre qui montait et descendait dans le ciel.

Un rapport officiel

Si ces différentes apparitions peuvent faire sourire les sceptiques, plus sérieuses semblent les informations venues d'Afrique. Car, ne voulant sans doute dédaigner aucun continent, les soucoupes volantes ont été aperçues en Côte d'Ivoire. La nouvelle a été connue par un rapport officiel adressé au gouverneur de la Côte d'Ivoire par M. Vernhet, administrateur en chef de la subdivision de Danane, ville située à 500 kilomètres au nord-ouest d'Abidjan. Les faits remontent au 19 septembre, mais ils n'ont été rendus officiels qu'aujourd'hui à la suite de demandes de renseignements précis et d'une enquête.

Outre la population, le chef de poste de gendarmerie, le médecin-chef du centre médical, le révérend père Vyard, des missions de Lyon, chef de la subdivision, et sa femme, réunis dans la cour de la résidence, aperçurent le 19 septembre, de 20 h. 30 à 21 h. 05, un engin correspondant exactement à ceux observés en France, mais qui ne se posa pas.

Il s'agissait d'un point lumineux, entouré d'un halo qui d'abord grandit rapidement, se déplaçant en se rapprochant ou s'écartant de l'horizon. Les témoins virent l'engin allumer un phare puissant, tantôt dirigé vers le haut, tantôt en bas. L'engin, de forme ovoïde, était surmonté d'une coupole et des rayons lumineux semblaient se détacher de chaque côté.

Lorsqu'il disparut, après avoir évolué une demi-heure, les témoins virent très nettement deux halos lumineux de forme ovale, se former sur l'endroit présumé de l'engin. Celui-ci se déplaçait sans aucun bruit. L'administrateur Vernhet a joint à son rapport un croquis détaillé des différentes phases observées, ainsi que de ln forme de l'appareil.

Le même jour, à Soubre, à 250 kilomètres au nord-ouest d'Abidjan, et dans la même direction, des phénomènes semblables ont été observés. Le chef de la subdivision de Soubre a confirmé l'existence du phénomène auquel il a assisté.

"Les Uranides"

Par ailleurs, les savants qui jusqu'alors avaient gardé le silence sur l'affaire des soucoupes volantes, vont-ils sortir de leur prudente réserve?

"Les soucoupes volantes existent et représentent au moins dix pour cent des engins observés dans le ciel" a affirmé le professeur Oberth, spécialiste allemand des fusées et président d'honneur de la "Société Allemande d'Astronautique", au cours d'une conférence prononcée à Hambourg.

Le professeur Oberth a ajouté qu'il était possible, à son avis, que ces engins contiennent des équipages de créatures semblables aux humains, et a proposé, pour désigner ces êtres inconnus, le terme d' "URANIDES". Les Uranides, poursuivit le savant allemand, sont probablement en avance de plusieurs milliers d'années sur notre époque.

Pour expliquer pourquoi aucune "soucoupe volante" ne s'est encore écrasée sur la terre, le professeur Oberth suggère que les pilotes ont peut être une maîtrise parfaite de leurs machines et que, pour une raison qu'une intelligence humaine ne peut imaginer, ils peuvent ne désirer aucun contact avec les créatures terrestres.

Envisageant une autre possibilité, le professeur Oberth a rappelé que les soucoupes observées pourraient être considérées comme un perfectionnement des V7, fusées allemandes de la fin de la seconde guerre, dont plusieurs prototypes seraient tombés, d'après le savant, entre les mains des Russes en 1945.

[Ref. lqh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE:"

D'après un spécialste allemand des fusées

"LES SOUCOUPES VOLANTES SERAIENT MONTEES PAR LES URANIDES"

Les soucoupes volantes existent et représentent au moins dix pour cent des engins observés dans le ciel, a affirmé le professeur Hermann Oberth, spécialiste allemand des fusées et président d'honneur de la société allemande d'Astronautique, au cours d'une conférence prononcée à Hambourg. Le professeur Oberth ajoute qu'il était possible à son avis, que ces engins contiennent des créatures semblables aux humains et a proposé pour désigner ces êtres inconnus, le terme "d'Uranides". Les Uranides, a poursuivi le spécialiste allemand, sont probablement en avance de plusieurs milliers d'années sur notre époque. Pour expliquer pourquoi aucune soucoupe volante ne s'est encore écrasée sur la terre, le professeur Oberth suggère que les pilotes ont peut-être une maîtrise parfaite de leurs machines et que pour une raison qu'une intelligence humaine ne peut imaginer, ils peuvent ne désirer aucun contact avec les créatures terrestres.

En envisageant une autre possibilité, le professeur Oberth a rappelé que les soucoupes volantes observées pourraient être considérées comme un perfectionnement des V -7, fusées allemandes de la fin de la guerre, dont plusieurs prototypes seraient tombés d'après le savant entre les mains des Russes en 1945.

Un appareil étrange aurait évolué au-dessus du Mont-Blanc

De très nombreuses personnes, parmi lesquels se trouvaient les officiers de l'école de haute montagne, des gendarmes de Chamonix et le pilote Guiron, spécialiste du vol en haute montagne, qui survolait la région à ce moment là, ont déclaré avoir vu un engin brillant évoluer entre le mont Lachat et le mont Blanc.

Le pilote Guiron a indiqué que volant à environ 2000 mètres au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre, la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon sonde.

Soucoupe volante en Côte-d'Ivoire

Des soucoupes volantes ont été aperçues en Côte-d'Ivoire. Il s'agissait, aux dires des témoins, d'un point lumineux entouré d'un halo qui d'abord grandit rapidement, se déplaçant en se rapprochant ou s'écartant de l'horizon. Les témoins virent l'engin allumer un phare puissant, tantôt düigé en haut, tantôt en bas.

L'engin de forme ovoïde était surmonté d'une coupole et des rayons lumineux semblaient se détacher de chaque côté. Lorsqu'il disparut après avoir évolué une demi-heure, les témoins virent très nettement deux halos lumineux, de forme ovale se former sur l'endroit présumé de l'engin. Celui-ci se déplaçait sans aucun bruit.

Des objets lumineux dans le ciel du Puy

A deux reprises hier dans la nuit, des objets brillants ont été aperçus dans le ciel du Puy sans qu'on ait pu déterminer exactement leur nature. Vers 20h30, plusieurs de nos concitoyens ont vu évoluer au-dessus de la place du Breuil et de la place Michelet un engin qui ressemblait à un ballonnet auquel aurait été attaché à une lumière. Cet engin qui volait sensiblement dans la direction est - ouest passa à une quinzaine de mètres au dessus du tribunal et sensiblement à la même hauteur au-dessus des immeubles nouvellement construits place Michelet. Sa vitesse pouvait être de 7 à 8 kilomètres à 1 'heure puisque plusieurs personnes suivirent un moment l'engin lumineux dans ses évolutions. Un peu plus tard, à la sortie du cinéma, plusieurs Ponots virent également dans le ciel, un autre objet dont l'intensité lumineuse était variable, d'un diamètre apparent inférieur à celui d'un ballon de football.

Cet engin qui évoluait, semble-t-il, assez rapidement à haute altitude suivait une trajectoire rectiligne. Venant du côté de Ronzon, cet engin disparut quelques minutes après au-dessus de Mons. Cet après-midi encore vers 15 h. 15 de nombreux passants boulevard Mal-Fayolle ont aperçu au-dessus de leur tête un objet blanc brillant, qui s'élevait dans le ciel à la verticale.

[Ref. cpr1:] CLAUDE POHER, GROUPE DE RECHERCHE SUR LES OVNI "GEPA":

En 1968-1969, avant que l'effort d'ufologie officielle du GEPAN ne soit mis en place, son futur dirigeant le Dr Claude Poher avait été un membre du groupe officieux d'ufologie GEPA, et a rassemblé et encodé sur ordinateur plus de 700 rapports d'OVNIS sur lesquels des calculs statistiques sur des facteurs multiples pouvaient être menés. Dans le fichier se trouvaient un certain nombre de rapports français d'OVNIS pour 1954, dont celui-ci.

Pour la lisibilité, une interprétation décodée des données est fournie ici après le code original qui était une chaîne de 80 caractères. Le décodage a été fait selon les indications originales, le numéro de code et sa signification générique sont données. N'oubliez pas que la signification générique de chaque code est une catégorie prédéfinie, et non pas le détail spécifique effectif. Par exemple, si l'âge du témoin principal était de 33 ans, le codage aurait alloué le nombre "3" qui correspond à la catégorie "adulte de 21 à 59 ans."

Code original:0604550210195416201IA110701046A0120300001000107000000000000000000000000000000000
Lieu:Faverges (Hte Savoie) - France
N. de cas:0604
Code source:55
Nature source:Rapports de sources officielles françaises: Police, Gendarmerie, Armée, pilotes
Jour:02
Mois:10
Année:54
Heure:16
Minutes:20
Type d'heure:1 = heure locale
Nombre de témoins:1 = 1
Témoin principal connu nominativement:1 = nom(s) indiqué(s)
Age du témoin principal:0 = pas d'indication
Occupation du témoin principal:7 = pilote civil, militaire ou privé
Enquête officielle:1 = une enquête officielle a été menée
Météo:0 = pas d'indication
Durée:4 = de 1 à 19 minutes
Distance minimale témoin - phénomène:6 = plus que 3 km
Méthode d'observation:A = à l'oeil nu depuis un avion
Nombre "d'objets" observés simultanément:01 = 1
Forme "d'objet" (terminologie des témoins):2 = rond, circulaire, bol
Dimensions du phénomène:0300 = 3 mètres de diamètre
Couleur du phénomène observé:00 = pas d'indication
Luminosité du phénomène:1 = lueur, faible luminosité
Lumières ou projecteurs sur le phénomène:0 = pas d'indication
Vitesse de déplacement du phénomène:0 = pas d'indication
Accélération du phénomène:0 = pas d'indication
Trajectoire du phénomène:1 = ligne droite ou très large courbe
Sons perçus durant l'observation:0 = pas d'indication
Hauteur angulaire maximale de l'observation (horizon = 0°):7 = l'altitude est indiquée
Nature du lieu d'atterrissage:0 = pas d'indication
Nombre de points de contact avec le sol:0 = pas d'indication
Traces d'atterrissage:0 = pas d'indication
Observation "d'occupants":0 = pas d'indication
Taille des "occupants" observés:00 = pas d'indication
Tenue des "occupants":00 = pas d'indication
Tenue:0 = pas d'indication
Comportement général des "occupants":0 = pas d'indication
Interaction des "occupants" avec le(s) témoins(s):0 = pas d'indication
Tête, cheveux:0 = pas d'indication
Voix, respiration, menton:0 = pas d'indication
Peau:0 = pas d'indication
Yeux:0 = pas d'indication
Bouches:0 = pas d'indication
Détails divers:0 = pas d'indication
Effets thermiques:0 = pas d'indication
Effets lumineux:0 = pas d'indication
Effets magnétiques (ou électromagnétiques):0 = pas d'indication
Odeur perçue par le(s) témoin(s):0 = pas d'indication
Effets physiologiques sur le(s) témoin(s):0 = pas d'indication
Effets psychologiques sur le(s) témoin(s):0 = pas d'indication
Effets sur des animaux:0 = pas d'indication
Autres effets rapportés:0 = pas d'indication
Nébulosité:0 = pas d'indication
Oscillations, émission de matière:0 = pas d'indication
Rotation, vol en formation:0 = pas d'indication
Disparition instantanée:0 = pas d'indication
Halo autour du phénomène:0 = pas d'indication
Interaction témoin / phénomène (en complément des autres rubriques):0 = pas d'indication
Dessin ou photo:0 = pas d'indication
Détails de structure observés:0 = pas d'indication

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique dans sa base de données qu'en Haute Savoie à Faverges le 2 octobre 1954 à 16:20 heures, "un pilote, spécialiste du vol en haute montagne, qui survolait la région à ce moment la, a indiqué que volant à environ 2,000 mètres au-dessus de Faverges, il a vu un engin qui n'avait aucune ressemblance avec un avion normal. En outre, la direction suivie à grande vitesse par cet appareil excluait l'hypothèse d'un ballon sonde. L'objet était sphérique, faiblement lumineux et évoluait en ligne droite. Son diamètre a été estimé à trois mètres. L'observation a durée un peu moins de 20 minutes."

Les sources sont indiquées comme mon site à "http://ufologie.net"; "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979"; "Les Universons par Poher Claude ** http://www.premiumwanadoo.com/universons/".

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas deux fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541002 02.10.1954 Faverges France 16.20 DD
19541002 02.10.1954 Faverges France 16.20 DD

[Ref. gei1:] "GROUPE D'ETUDES ET D'INFORMATIONS SUR LES PHENOMENES AEROSPATIAUX NON IDENTIFIES":

(AERO MIL) FAVERGES (74) 02.10.1954
Observé le: 02-10-1954
Région: Rhône Alpes
Département: Savoie (Haute)
Classe: C
Résumé: Observation lointaine par un pilote du déplacement d'un objet circulaire: manque d'information.
Description:

Le 2 octobre 1954, un pilote expérimenté (environ 10 000 h de vol, spécialiste du vol dans les Alpes), aux commandes d’un Nord 1203 vole au cap 250°, à 220 km/h et à une altitude de 2000 m. A 16h20 il observe sur sa droite un « engin » se déplaçant au même cap à une altitude d’environ 4000 m, situé à une distance qu’il évalue à environ 10 km. Sa trajectoire suit une courbe ascendante. Sa forme est celle d’un disque incliné sur son axe de 30 à 40° dont l’arête arrière présente une lueur phosphorescente. Son diamètre est estimé à 3-4 m. Il disparaît à l’horizon au bout de 70 s. Le pilote fait un rapport succinct de son observation. Aucun autre témoignage n'est recueilli.

Le soleil (azimut 245°, site 18°) est dans l’axe du vol. L’avion parcourt ~4 300 m pendant la durée de l’observation. L’objet est vu à une élévation d’environ 11° dans un azimut voisin de 340° (pas de confusion astronomique repérée dans cette zone, voir carte du ciel). Il suit une trajectoire ascendante puis disparaît à l’horizon ce qui indique que le témoin omet de décrire la partie descendante.

Le témoin interprète ce qu’il voit comme un disque incliné de 30-40° « sur son axe » mais de quel axe s’agit-il ? On peut imaginer un disque dont l’avant est plus bas que l’arrière (ou inversement) ou bien dont le bord gauche est plus bas que le droit (ou inversement). Dans ce dernier cas, l’objet aurait la forme d’une ellipse. Le témoin a-t-il des raisons objectives de décrire un « disque incliné » ou s’agit-il d’une simple interprétation ? En outre la taille angulaire de l’objet est très petite puisqu’un objet de 3-4 m à 10 km de distance est vu sous un angle de 1’ à 1.4’ (0,15 à 0,2 mm à bout de bras), ce qui est la limite de résolution de l’œil (en forts contraste et luminance).

Le pilote qui vole au cap 250 est presque face au soleil (azimut 244°, élévation 18°): on ne peut pas exclure un reflet du soleil sur un petit objet bien plus proche (ballon) ou même un reflet du soleil sur la verrière. Le GEIPAN classe ce cas en C par manque d'information et de recoupement.

Compte-rendu: Aucun.

Détails du témoignage
Témoignage aeronautique
Référence du CR
Date du CR 02-10-1954
Type d'appareil Nord 1203
Provenance
Destination
Réaction Curiosité Active
Comportement
Conditions
Position estimée Faverges (74)
Date et heure TU 02/10/1954 16:20:00
Tranche horaire 16 heures - 18 heures
Altitude - Type 6500
Altitude - Phase Stable
Nuage Hors Nuages
Distance verticale du nuage
Distance horizontale du nuage
Soleil / Lune
Face / Dos
Visibilité >= 10 km
Localisation
Cap 250 - 289
Trajectoire Montante
Vitesse apparente Rapide, grande, vite
Durée De 1 à 5 minutes
Description
Couleur Autres (autres couleurs)
Luminance
Taille Chiffrée
Effet sur l'environnement Non-précisé
Détection radar de bord NON
Détection radar sol NON

Le dossier du GEIPAM comporte également la pièce [off1] publiée plus haut, et cette carte du ciel:

Explications:

Possible ballon.

Carte.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Faverges, Haute-Savoie, officiel, journée, diurne, pilote, avion, lueur, rond, ballon

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 12 décembre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 12 février 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Addition [lcn1].
1.1 Patrick Gross 2 janvier 2017 Addition [ubk1].
1.2 Patrick Gross 27 janvier 2017 Addition [gei1].
1.3 Patrick Gross 20 février 2021 Additions [ads1], [ler1], [lqh1], [off1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 février 2021.