Enquêtes -> Roswell 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Roswell 1947 - Recherches des ufologues

Thomas J. Carey et Donald R. Schmitt à propos de William "Mack" Brazel, 1999:

L'article ci-dessous par Thomas J. Carey et Donald R. Schmitt a été publié par le J. Allen Hynek Center for UFO Studies (CUFOS) dans le numéro de l'hiver 1999 de leur bulletin International UFO Reporter (IUR).

L'auteur Thomas J. Carey était un membre du conseil d'administration du CUFOS spécialisé dans l'incident de Roswell et l'auteur Donald R. Schmitt a été enquêteur et co-auteur de deux livres sur l'incident de Roswell.

Mack Brazel Reconsidéré

Par THOMAS J. CAREY et DONALD R. SCHMITT

Maggie et Mack Brazel en 1951,
quatre ans après l'incident de Roswell.
Crédit photo Bill Brazel Jr.

S'il n'y avait pas eu William Ware "Mack" Brazel (1899-1963), il n'y aurait jamais eu d'incident de Roswell - du moins pas connu du grand public. En juillet 1947, Brazel, âgé de 48 ans, se démenait pour gagner sa vie comme contremaître du ranch de moutons J. B. Foster situé à 30 miles au sud-est de la petite ville d'élevage bovin de Corona, au Nouveau-Mexique. La famille vivait à Tularosa, tandis que Mack était resté sur le ranch dans une cabane sans téléphone, ni électricité ni même eau courante. Le voisin le plus proche était à 10 miles.

Comme cela a été signalé plusieurs fois auparavant, un jour, il a découvert une quantité de matériaux parsemant une partie des vastes pâturages et les a jugé assez étranges et importants pour justifier d'en avertir le shérif du comté de Chaves, probablement le 6 juillet, qui a appelé à son tour le Terrain d'Aviation de l'Armée de Roswell. Il l'a fait non seulement en raison d'un sentiment de patriotisme, mais aussi parce que le matériel entravait les activités du ranch, car les moutons ne voulaient pas traverser le champ des débris.

Les militaires, en les personnes du Maj. Jesse Marcel et du Capitaine Sheridan Cavitt, suivirent Brazel au ranch ce même jour. Après y avoir passé la nuit, ils ont passé le lendemain à inspecter et à collecter les débris, qu'ils ont emmenés à la base au plus tôt le 8 juillet. Très vite, le colonel William Blanchard, commandant de Roswell, a publié un communiqué de presse indiquant qu'un "disque volant" avait été récupéré. Presque immédiatement après l'affirmation étonnante de Blanchard, le Brig. Général Roger Ramey, son supérieur hiérarchique dans la chaîne de commandement, a tenu une conférence de presse à Fort Worth, dans le Texas, dans laquelle un réflecteur radar démoli a été présenté comme étant le "disque" trouvé par Brazel.

Un article de suivi dans le journal de Roswell le 9 juillet est le seul document publié contemporain de ce que Brazel a dit ("l'éleveur harcelé qui a localisé la 'soucoupe' regrette d'en avoir parlé"). Il s'agissait d'une entrevue menée dans les bureaux du Roswell Daily Record l'après-midi du 8 juillet. La description des débris qu'il a apportés ressemble beaucoup à une petite partie d'un train de ballon du Programme Mogul, similaires à des ballons météorologiques, qui est l'explication sceptique acceptée aujourd'hui pour l'événement. Bien que le programme Mogul ait en effet été un projet très secret, les ballons en caoutchouc néoprène et les cibles radar de papier aluminium utilisés ne l'étaient pas. Dans l'article, Brazel décrit une collection de "feuille d'étain", "bande", "bâtonnets" et "caoutchouc", qui était tellement limité en taille que cela pourrait être rassemblé en un petit paquet. Mais ensuite, il a déclaré que les débris couvraient une superficie d'environ 200 mètre de diamètre, largement supérieure aux restes qu'un train de ballon Mogul produirait.

Passé apparemment inaperçu et certainement méconnu par les journalistes à l'époque, il y a eu les derniers commentaires de Brazel. L'article a conclu en notant que Brazel avait déjà trouvé des ballons météorologiques sur le ranch au moins deux fois, et il a déclaré fermement: "Je suis sûr que ce que j'ai trouvé n'était pas un ballon d'observation météorologique.

Brazel avait conclu en montrant une frustration évidente, en disant qu'à l'exception possible d'une bombe, il ne signalerait jamais un autre objet trouvé sur le ranch. La contradiction entre sa description banale des débris et son affirmation que ce n'était pas un ballon météorologique rebondira presque sans fin lorsque la controverse de Roswell éclatera dans la conscience publique.

LE MACK BRAZEL HISTORIQUE

Avec cela, Brazel et le disque de Roswell se sont évanouis dans l'obscurité. Ce n'est que 31 ans plus tard que Marcel a parlé, disant que ce qu'il a trouvé sur le ranch Foster n'était "pas de cette Terre". Roswell a été revisité par des chercheurs, qui ont produit des preuves circonstancielles persuasives indiquant que l'histoire originale du disque par Blanchard était plus proche de la vérité que l'explication du ballon météorologique.

Ce qui suit est une tentative de rapporter l'histoire de Mack Brazel et son rôle dans les événements de Roswell. A cette fin, nous nous sommes appuyés sur les souvenirs de la famille, des amis et de quelques autres personnes qui avaient eu des contacts avec lui pendant les jours critiques de juillet 1947. Vous avez peut-être déjà lu certaines de ces informations, mais dans cet article, nous affinons notre image du rôle de Brazel et présentons de nouveaux résultats sur ce qu'il a peut-être découvert.

En préparant cet aperçu, nous nous sommes appuyés sur les interviews originales réalisées et publiées par William Moore, Stanton Friedman, Kevin Randle et Donald Schmitt lorsqu'il était le partenaire de recherche de Randle, ainsi que notre propre travail sur le terrain.

W. WARE "MACK" BRAZEL

Nous commencerons par son surnom. La plupart des compte-rendus se réfèrent à lui comme "Mac", en partie parce que les chercheurs ont entendu le nom et appliqué l'orthographe phonétique la plus logique. Et sa famille nous dit qu'il avait été nommé ainsi d'après l'ancien président William McKinley. Cependant, les documents familiaux montrent que l'orthographe "Mack" a toujours été utilisée. De fait, l'inscription sur sa pierre tombale dit W. Ware Mack Brazel.

La tome de Brazel
à Tularosa, Nouveau Mexique

En plus de l'interview de première main avec Brazel au Roswell Daily Record, nous connaissons trois autres interviews. La première a eu lieu dans l'impulsion du moment par l'annonceur de la station de radio KGFL de Roswell, Frank Joyce, le dimanche 6 juillet. Joyce avait pris l'habitude d'appeler le shérif George Wilcox du comté de Chaves pour avoir des informations. Il s'est trouvé que Brazel était dans le bureau de Wilcox à ce moment, relatant sa découverte de débris étranges. Wilcox a mis Brazel au téléphone, et Joyce l'a interviewé.

La deuxième instance a été une interview menée au domicile de Walt Whitmore, le propriétaire de KGFL. Cela a probablement été fait tard le lundi 7 juillet. L'interview a été enregistrée sur un enregistreur filaire, qui était la technologie disponible à l'époque. L'entrevue devait être diffusée comme un scoop, mais n'a jamais été diffusée. Malheureusement, l'enregistrement a été perdu pour nous parce qu'il a été confisqué par l'armée dans l'après-midi du 8 juillet et n'a jamais été rendu de par les opérations pour démolir l'histoire originale de récupération de disque et supprimer toutes les preuves contraires.

La troisième et dernière entrevue a été menée par une station de radio d'El Paso. Nous savons seulement que cela a eu lieu, et ne pouvons que deviner que Brazel a répété l'histoire qu'il a donnée au Roswell Daily Record.

Sur la base de nos enquêtes et de nos déductions raisonnables, il semble presque certain que seuls les interviews de Joyce et Whitmore ont présenté l'histoire de Brazel de manière honnête et sans distorsion. A un moment donné du 7 au 8 juillet, Brazel a été placé en garde à vue à la base. Ses déclarations au cours de cette période sont donc suspectes et peuvent être le résultat d'une coercition. Les membres de sa famille pensent que Brazel a été effrayé ou acheté par l'armée, et que son interview au Roswell Daily Record du 8 juillet, en particulier, était, au moins dans les grandes lignes, dictée par l'armée. L'un des objectifs de notre nouvelle recherche sur Brazel a été de déterminer pourquoi il a été le seul parmi les témoins de Roswell à avoir été détenu par les militaires.

L'ELEVEUR HARCELE

Le nom de Mack Brazel a d'abord été diffusé en public dans l'article du 9 juillet dans le journal Roswell Daily Record. Bien que le document n'ait pas imprimé de photo de Brazel, beaucoup d'autres articles ont été rédigés dans tout le pays. Apparemment, sa photo a été la première Wirephoto transmise électroniquement [photo scannée et transmise numériquement par modem sur une ligne téléphonique- celle-ci n'était pas la première] depuis Roswell. Lorsque cette image est apparue dans l'Albuquerque Journal, elle a alerté son fils Bill Jr. sur le fait que son père était le centre d'une grande controverse et qu'il pourrait avoir besoin d'aide.

La même page du Journal racontait l'histoire déconcertante du bureau de Ramey à Fort Worth, intitulé "Le Gén. Ramey Descend la Soucoupe de Roswell". Brazel est également mentionné par son nom dans cet article.

SAGA FAMILIALE

Mack Brazel est décédé en 1963 à l'âge de 64 ans et sa femme Maggie est décédée en 1975 à l'âge de 73 ans. Ainsi, les deux étaient morts bien avant que tout chercheur ne les interviewe sur les événements de 1947.

Mais il reste un certain nombre de membres de la famille qui peuvent nous parler du personnage et de la personnalité de Mack. Ils nous disent qu'il était un "cowboy traditionnel". Frank Joyce, l'annonceur de KGFL, l'a décrit au chercheur William Moore comme un type du genre "poussière sur la peau". Joyce poursuivait: "Il ne parlait pas beaucoup", et "(il) était un homme à la parole rare," mais "sa parole et sa poignée de main étaient fermes."

Le fils de Mack Bill a été interviewé par divers chercheurs, dont Moore, Friedman, Randle et Schmitt. Bill a soutenu qu'il n'a pu apprendre que très peu de choses directement de son père à propos des événements de Roswell. De plus, Bill dit que son père n'a rien confié à sa mère. Mais Bill croit que Mack a transmis au moins quelques fragments de l'histoire à l'épouse de Bill, Shirley, mais qu'elle n'a jamais reçu tous les faits. Shirley Brazel est décédée en 1996. Randle et Schmitt l'ont interviewée à plusieurs reprises avant sa mort. Il n'a jamais été clair que les détails des souvenirs de Bill sur les aventures de Roswell de son père proviennent de discussions avec Mack ou de ce que Shirley lui a dit.

Bill Jr. pense que son père "... a emmené l'essentiel de ce qu'il a su dans la tombe". Son père lui a dit qu'il était énervé et amère d'avoir été "mis en prison" pendant une semaine pour simplement avoir fait ce qu'il pensait être une "bonne action". Tous les membres de la famille interrogés par Moore ont donné comme une vérité que Mack avait été assermenté au secret pour des raisons patriotiques, et qu'il a pris son serment très au sérieux parce qu'il était un homme de parole. D'autres parents jurent que les militaires ont menacé sa famille. Une autre histoire de la famille disait que Mack a été particulièrement irrité d'avoir subi un examen physique "des pied à la tête" par les militaires avant qu'ils ne le libèrent et lui permettent de rentrer chez lui.

La soeur aînée de Mack, Lorrene Ferguson, est décédée en 1983, mais elle a confirmé pour Moore l'extrême répugnance de son frère à parler des événements. Ceci est également confirmé par la fille de Mack, Bessie Brazel Schreiber, âgée de 14 ans au moment des événements de Roswell. Elle a déclaré à Carey et Schmitt dans une interview de juillet 1999: "On nous a dit de ne pas en parler". Elle a témoigné avec force que son père disait vrai en disant: "Si papa disait que quelque chose s'était passé, ça s'était passé! Pas de si, et pas de mais." Le plus jeune enfant de Mack, Vernon, avait 7 ans au moment de l'incident. Malheureusement, il a disparu dans des circonstances mystérieuses en 1960 et n'a jamais été entendu de nouveau. Un autre fils, Paul, est décédé en 1997. Il a travaillé dans un ranch au Texas pour le même J. B. Foster qui a employé son père en 1947, mais lorsqu'il a été interrogé, il n'avait pas de connaissance directe des événements.

AMIS ET VOISINS

Les amis et les voisins de Brazel avaient beaucoup à dire, en particulier sur son "changement de vie" après son retour de la garde à vue par les militaires. Selon son voisin le plus proche, Floyd Proctor (décédé en 1987), interrogé par Moore en 1979, Mack était dans un état d'excitation et très bavard à propos de sa découverte quand il a vu Proctor un jour ou deux avant son voyage à Roswell et au bureau du shérif. Selon Proctor, Mack "n'arrivait tout simplement pas à se taire." La femme de Proctor, Loretta, a déclaré que Mack ramenait son fils Dee de 7 ans, qui avait visité le Ranch Foster ce jour-là. Il avait apporté un petit morceau de l'épave avec lui pour le montrer aux Proctor, qui l'ont encouragé à le signaler aux autorités pour la récompense de 3000 $ offerte pour une preuve de "disques volants".

Floyd et Loretta Proctor,
Les voisins les plus proches de Brazel
en 1947, qui ont vu un morceau de débris
et conseillé à Mack d'aller voir les autorités de Roswell.

Proctor a confirmé pour Moore que Brazel avait été gardé sous garde militaire pendant environ une semaine, après quoi il ne parlait plus de l'événement, préférant plutôt changer de sujet ou répéter brièvement l'histoire du ballon si on insistait. Proctor a également décrit être à Roswell avec un autre voisin, L. D. Sparks, pendant la période de détention de Brazel. Brazel était entouré d'une demi-douzaine de militaires d'escorte alors qu'il marchait dans la rue. Il se comportait étrangement, selon Proctor, et prétendait qu'il n'avait pas reconnu Proctor et Sparks quand ils sont passés. Cet épisode a été corroboré dans un entretien de 1988 que nous avons mené avec Sparks dans sa maison de Roswell, ainsi que par Leonard Porter et Bill Jenkins, deux autres voisins de Brazel qui étaient là à l'époque.

L. D. Sparks, qui a vu Brazel dans les mains des militaires en 1947.

Dans un entretien de 1998, l'ancien vendeur immobilier Howard Scoggin de Las Cruces, au Nouveau-Mexique, a décrit une rencontre de 1959 avec Mack Brazel. Scoggin était allé à un restaurant local pour déjeuner avec un ami qui a montré Brazel assis seul à une autre table. Contre les conseils de son ami, Scoggin se leva et s'approcha de Brazel et lui posa des questions sur l'incident de 1947. Sans dire un mot, Brazel serra fermement son poing, fit une grimace, et déforma son visage, puis se leva lentement de sa chaise. Craignant pour sa sécurité personnelle, Scoggin, surpris, recula, tandis que Brazel passait lentement devant lui et sortit du restaurant, laissant sa nourriture sur la table. C'était comme regarder un de ces films de loup-garou, quand la star se transforme en monstre", a déclaré Scoggin, près de 40 ans après la rencontre.

Un ancien aide du ranch de Brazel, Ernest Lueras, a récemment été interviewée par les auteurs dans sa station-service de Corona. Lueras s'est rappelé un moment où lui et Mack roulaient de Corona à Tularosa, un trajet qui, sur les routes modernes d'aujourd'hui, prend trois heures pour se terminer. Le voyage a été effectué quelque temps après les événements de 1947, mais avant que Mack ne quitte Corona pour de bon pour ouvrir sa propre entreprise à Las Cruces (une entreprise d'emballage de viande). La raison pour laquelle Lueras se rappelle ce trajet si vivement après toutes ces années est le comportement très étrange de Brazel. Après plusieurs tentatives de conversation, Lueras a finalement abandonné. Le reste du voyage a été fait en silence total. Lueras était embarrassé et ne savait pas quoi faire du traitement silencieux de son patron. Aujourd'hui, Lueras affirme sa conviction que "ils (l'armée) l'ont vraiment perturbé".

CE QUE BRAZEL AVAIT TROUVE

Comme l'a raconté William Moore dans The Roswell Incident, Mack a dit à ses amis et à sa famille que les débris provenaient d'une explosion aérienne, pas d'un crash au sol - car il s'agissait de pièces séparées réparties sur une grande surface. La végétation dans la zone des débris a été marquée. Les débris n'étaient comme rien qu'il ait jamais vu auparavant: "très étrange... les choses les plus étranges qu'il ait jamais vues". Le métal était différent de n'importe quel métal qu'il connaissait parce qu'il ne pouvait pas le couper, le rayer ou l'abimer avec son couteau.

Des écrits étranges ou des symboles sur certains des débris de Roswell ont été décrits par d'autres témoins, comme le major Marcel et son fils, Jesse Marcel Jr. Mack a dit à ses amis et à leur famille avoir vu des marques similaires, y compris à Bill Jr., la soeur aînée de Mack, Lorrene Ferguson, et à Proctor. Bill se rappelait son père décrivant l'écriture comme de "figures", et pensait que son père voulait dire que cela ressemblait aux anciens pétroglyphes indiens ou aux figures sur les rochers communes dans le sud-ouest. D'autre part, Ferguson et Proctor se sont rappelés que la description de Mack ressemblait davantage à des "gribouillis" qu'on trouve sur des enveloppes de pétards chinois ou japonais, et qu'ils étaient de diverses couleurs pastel.

La déclaration de Bill Jr. que son père lui a dit que l'armée avait reconnu avoir définitivement établi que "ce n'est pas quelque chose fabriqué par nous" est d'une grande importance. Mack pourrait bien avoir été informé pendant sa détention comme un moyen de le convaincre de la nécessité de sa coopération. Cependant, il n'y a rien dans le dossier pour indiquer que Mack, sa famille ou ses amis ont jamais soulevé ou abordé le sujet des corps.

BRAZEL VA VOIRE LE SHERIFF

Ces descriptions très fragmentaires sont tout ce que nous pouvons rassembler de la famille et des amis de Brazel, qui leur ont été transmises d'abord avec enthousiasme, et plus tard à contrecoeur. Quoi qu'il en soit qui est tombé sur le ranch, Brazel en avait emballé une petite quantité dans une boîte et l'a livré au shérif du comté de Chaves. Lorsque les militaires ont été informés de la découverte, ils ont trouvé cela si important qu'ils ont immédiatement envoyé deux officiers supérieurs pour suivre Brazel vers le site distant pour enquêter - le dimanche du week-end du 4 juillet.

De manière significative, ces agents étaient l'officier de renseignement principal du 509e groupe de la bombe et l'officier responsable de l'unité du Corps de contre-interrogatoire à Roswell. Ils n'étaient accompagnés par aucun autre personnel enrôlé, un autre fait soulignant l'importance et la sensibilité extraordinaires que les militaires prêtaient à l'histoire de Brazel. Une spéculation justifiée est que la découverte du ranch Foster n'était pas le premier débris anormal dans la région de Roswell. Cela expliquerait la réponse militaire rapide et à haut niveau au compte-rendu de Brazel.

FRANK JOYCE SE RAPPELLE "W. W."

Joyce n'a été interviewée qu'en 1982 lorsque Moore, suivant un conseil, l'a localisé à Albuquerque. En 1947, Joyce était un annonceur de 24 ans pour KGFL à Roswell. Il était également un télégraphiste pour le service de câble de l'United Press, ce qui signifie qu'il mettait des histoires intéressantes sur le câble de presse pour une centralisation nationale. C'est dans cette mesure qu'il a eu des problèmes avec l'armée de l'air de l'Armée de terre pour avoir placé l'annonce du "disque capturé" de Blanchard sur le câble de l'UP. Cela a fait de l'annonce une sensation internationale, au lieu d'une histoire confinée à Roswell. Joyce a quitté la ville en 1948 pour ne jamais revenir, et s'est installée à Albuquerque où il a travaillé à la radio et à la télévision comme annonceur et présentateur depuis plus de 40 ans.

Frank Joyce de nos jours.

Joyce a déclaré que le communiqué de presse de Blanchard lui avait été remis à la main par le Lieut. Walter Haut, l'agent d'information publique de Roswell. Au moment de l'entrevue avec Moore, Joyce est encore hésitant à parler de son implication dans les événements de 1947, citant sa réticence à révéler des informations sur ce qui semblait être un sujet top-secret qui pourrait nuire à la sécurité nationale s'il était divulgué, ainsi que des préoccupations concernant son métier de personnalité médiatique. Il semblerait que, de manière compréhensible, Joyce a dit la vérité à Moore alors, mais pas toute la vérité.

Selon Joyce, il "jouait des disques" et rendait compte des nouvelles locales dans son émission de radio du dimanche après-midi le 6 juillet. Comme il en avait l'habitude, il avait appelé le Sheriff Wilcox alors qu'il jouait un disque pour se renseigner sur des faits d'actualité. Wilcox a mis Brazel au téléphone et Joyce l'a interviewé sans diffusion radio. Joyce a ensuite suggéré à Wilcox que les militaires soient contactés, et Wilcox a suivi les conseils.

Curieusement, Joyce a détaillé pour Moore savoir ce que Brazel ne lui a pas dit qu'il a trouvé lors de cette première entrevue, comme les "parties de ballon" et les "pièces de balsa". Mais il n'y a rien sur la description de ce que Brazel a trouvé, ce qui devait avoir été l'essentiel de l'entretien. Au lieu de cela, Joyce a parlé de l'état d'esprit de Brazel pendant la conversation, le qualifiant de "terrifié", mais sans élaboration ni explication.

Il a ensuite discuté d'une deuxième entrevue qu'il avait eu avec Brazel. Nous n'avons pas mentionné cela plus tôt parce que, contrairement aux quatre autres entrevues discutées précédemment, cette deuxième entrevue avec Joyce est la seule où Brazel a admis avoir été contraint. Joyce a décrit comment Brazel est entré dans la station de radio quelques jours après l'appel téléphonique du dimanche pour changer son histoire. En entendant la nouvelle version, Joyce affronta Brazel hors diffusion. "Attendez une minute!" a déclaré Joyce, "Vous savez que cette histoire que vous me l'avez racontée ne correspond en rien à l'histoire que vous m'avez raconté au téléphone." Après une pause, Brazel s'est penché plus près et a dit à Joyce: "Ecoute, mon gars. Tu gardes ça pour toi. Ils m'ont dit de venir ici et de te raconter cette histoire ou ça irait très mal pour moi et toi" (italiques ajoutés pour notre entretien avec Joyce en 1998).

"JE NE PEUX PAS PARLER DE CELA"

Moore demanda à Joyce si Brazel lui avait mentionné des corps au téléphone. La réponse cryptique de Joyce était, je ne peux pas parler de ça. Je ne veux pas parler." Moore a insisté pour en apprendre plus, mais Joyce a conclu en disant: "Je pense que j'ai dit tout ce que je veux dire sur cela. J'ai décidé depuis longtemps que je n'irais pas plus avant dans cette partie de l'histoire. Ce rancher est apparemment mort avec ce qu'il savait... Quoi qu'il en soit, le rancher a tout vu, et cela ne venait pas de cette planète. Ce que j'ai entendu plus tard selon quoi l'Armée de l'Air avait des corps de petits hommes de l'espace... était totalement compatible avec ce que j'avais entendu à l'époque." Nous devons nous interroger sur cette dernière déclaration. Entendu de qui à l'époque?

Il est intéressant de constater que, lors de l'entrevue, le sujet des corps de Roswell n'a jamais été soulevé. Le seul compte-rendu de soucoupe volante qui mentionnait des corps et qui semblait être adapté à Roswell / Corona était celui de Barney Barnett (1969), qui avait localisé un accident avec des corps sur les Plaines de San Agustin, à 150 milles à l'ouest de Roswell.

Bien que Moore ait beaucoup écrit sur Roswell après cette entrevue, il n'a apparemment jamais interviewé Joyce, car l'information contenue dans ses articles à propos Joyce est demeurée essentiellement inchangée.

JOYCE PARLE A RANDLE ET SCHMITT

Joyce a été approché à nouveau en 1989 par l'équipe Kevin Randle et Donald Schmitt. Joyce était encore nerveux à propos de parler et a refusé d'autoriser l'enregistrement de l'interview. Il a répété la même histoire que celle qu'il a donnée à Moore sept ans auparavant, mais a fourni quelques ajouts mineurs. Joyce a déclaré que le shérif Wilcox n'était pas impressionné par l'histoire de Brazel et ne l'a pas cru. Pour cette raison, Brazel a demandé conseil à Joyce, et Joyce lui a dit d'appeler la base aérienne. Il s'agit d'un changement mineur par rapport à sa première version, où Joyce a affirmé qu'il avait dit à Wilcox directement d'appeler la base.

Joyce a déclaré à Randle et Schmitt que Brazel avait raconté "tout" au téléphone, mais, comme dans l'interview de Moore, a refusé d'en dire plus ou de répondre à des questions spécifiques sur ce que Brazel avait trouvé. Maintenant, il ajoutait que lorsque Brazel a visité la station de radio plusieurs jours plus tard, il y avait plusieurs militaires qui attendaient dehors dans le hall. Et dans ce récit, Joyce a ajouté un détail nouveau et extrêmement provocant. "Alors qu'il partait, Brazel se retourna et dit: "Vous savez comment ils parlent de petits hommes verts? Et bien, ils n'étaient pas verts".

Randle et Schmitt ont interviewé Joyce de nouveau en 1990. Joyce semble être plus ouvert, mais peu de nouveautés ont été apprises, bien que Joyce ait encore réitéré que Brazel lui avait raconté toute l'histoire lors de ce premier appel téléphonique. Et il a terminé son compte-rendu avec Brazel prononçant la même phrase sur les "petits hommes verts".

Joyce a été interviewée quatre fois de plus par Randle et Schmitt entre mars 1991 et septembre 1992. Il a ajouté des détails à ses compte-rendus précédents, comme par exemple où Brazel se tenait debout lors de la discussion à la station, et comment il s'est conduit lui-même pendant ce qui semble avoir été une discussion très animée entre les deux hommes. Il a ajouté que Brazel n'avait rien dit pendant la conversation téléphonique au sujet de sa famille qui se trouvait au ranch (un point important, posée par Bessie Brazel Schreiber à propos de sa présence là-bas). En outre, la taille du champ de débris que Brazel a décrit dans la conversation téléphonique était beaucoup plus grande que celle transmise lors de la réunion ultérieure.

Et quand Joyce a raconté la partie où il a confronté Brazel au sujet des divergences entre le premier et le deuxième récit, il se cite lui-même en disant: "L'histoire est différente, en particulier sur les petits hommes verts". A quoi Brazel a répondu: "Sauf qu'ils n'étaient as verts".

Le chercheur Karl Pflock a interviewé Joyce en 1992 et a obtenu le même compte-rendu. Joyce a répété cette version pour l'Albuquerque Journal lors du 50e anniversaire de l'incident de Roswell, en concluant la déclaration sur les "petits hommes verts" par "Et c'est la vérité".

Donc, il y a eu une évolution au cours des années "Je n'en parlerai pas", "Les histoires sur les corps sont compatibles avec ce que j'ai entendu à l'époque", "Brazel a déclaré: 'Vous savez comment ils parlent de petits hommes verts?' A Joyce en demandant: "Et les petits hommes verts?" Ce témoignage en évolution a pris 10 ans pour que Joyce produise la version actuelle, et vraisemblablement finale. Fait intéressant, Joyce a dit qu'il n'a pas parlé de Roswell durant 20 ans après l'événement. Pourquoi a-t-il lentement révélé qu'il en savait plus? Les changements dans son compte-rendu initial sont-ils crédibles? Peut-être se sent-il plus en sécurité à mesure que les années se sont écoulées et que l'incident de Roswell est connu d'un vaste public. A notre avis, la tendance de l'histoire de Joyce a été dans le sens d'un compte-rendu plus complet de ses échanges avec Mack Brazel, plutôt que de confabulation ou de mensonge. Nous concluons que Joyce est un témoin crédible, dont l'histoire est essentiellement correcte.

Compte tenu du témoignage de Joyce, nous devons considérer sérieusement l'idée que Brazel a vu des corps associés au crash. Peut-être que les militaires ont montré à Mack un corps pour le convaincre de se taire. Mais cela n'a pas de sens. Pourquoi montrer la découverte du millénaire à un civil? Donc, malgré toutes les interviews avec Joyce, nous avons estimé qu'une autre chose était importante pour clarifier cette question.

JOYCE PARLE A CAREY ET SCHMITT

En mai 1998, nous avons rendu visite à Frank Joyce. Après des politesses préliminaires, Joyce s'est transformée en un homme en mission. "Je vais vous dire mes amis quelques choses que je n'ai jamais dit à personne. Ne m'arrêtez pas une fois que je commence, ou je pourrais réaliser ce que je fais et me taire".

"Lorsque Wilcox a mis WW (Joyce appelle Brazel "WW") au téléphone, j'ai dire tout de suite qu'il y avait un homme en grande détresse à l'autre bout de la ligne. Il a commencé à se plaindre de beaucoup de choses éparpillées sur son ranch, et que les moutons ne voulaient pas y passer pour arriver à leur endroit d'abreuvement habituel."

Voici une reconstruction de la conversation téléphonique d'origine entre Brazel et Joyce, basée sur les commentaires que Joyce nous a fait dans cette interview.

Brazel: [en colère) Qui va nettoyer toutes ces choses? C'est ce que je veux savoir. J'ai besoin de quelqu'un pour les nettoyer.

Joyce: quoi de neuf? Qu'est-ce que tu racontes?

Brazel: (sobrement) Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que c'est. C'est peut-être une de ces soucoupes volantes.

Joyce: Oh, vraiment? Alors, vous devriez appeler la base aérienne de l'armée. Ils sont responsables de tout ce qui vole dans l'air. Ils devraient pouvoir vous aider ou vous dire ce que c'est.

Brazel: (A ce stade, selon Joyce, Brazel a vraiment commencé à "perdre la tête".) Oh, dieu. Oh mon dieu. Que vais-je faire? C'est horrible, horrible, juste horrible.

Joyce: Qu'est-ce que c'est? Qu'est-ce qui est horrible? Qu'est-ce que vous racontez?

Brazel: La puanteur! Tout simplement horrible.

Joyce: La puanteur? De quoi? Qu'est-ce que tu racontes?

Brazel: Ils sont morts.

Joyce: Quoi? Qui est mort?

Brazel: Le petits gens.

(A ce stade, Joyce pensait en lui-même: "C'est fou!" Il a décidé de jouer le rôle d'avocat du diable pour une histoire qu'il ne croyait pas.)

Joyce: Qu'est-ce que...? Où sont-ils? Où les as-tu trouvés?

Brazel: Quelque part ailleurs.

Joyce: Eh bien, vous savez, l'armée lance toujours des fusées et expérimente avec des singes et des choses. Alors peut-être...

Brazel: (Criant) Bon dieu! Ce ne sont pas des singes, et ils ne sont pas humains.

Avec cela, Brazel a mis fin à la conversation.

Joyce a continué: "Un jour, plus tard, WW m'a appelé à la station pour me dire qu'il n'avait pas raconté l'histoire tout à fait correctement la première fois. Alors, je l'ai invité à la station. Quand il est arrivé, j'ai pu voir que l'armée l'attendait à l'extérieur dans le hall, et il semblait être très stressé. Il m'a ensuite raconté la nouvelle histoire, et c'est à ce moment-là que je l'ai contesté à ce sujet et lui ai fait remarquer les petits hommes verts, en se référant à notre conversation téléphonique initiale. C'est à ce moment-là qu'il a répondu qu'ils n'étaient pas verts et qu'il est parti.

KGFL tel qu'elle se présentait dans les années 1940
(à gauche);
de nos jours l'ancienne station de radio
est un salon de coiffure.

BRAZEL ET LES CORPS

Brazel a-t-il trouvé des corps? Bien que nous considérions Joyce comme un témoin crédible, son témoignage nécessite une corroboration indépendante, en particulier avec une affirmation aussi importante. C'est une chose à dire, comme l'a dit Marcel plusieurs fois, que les débris n'étaient "pas de cette Terre". Mais ajouter des corps - pas non plus de cette terre - augmente énormément les enjeux.

Juste avant sa mort en 1985, la veuve de Wilcox, Inez, a déclaré que son mari avait été informé de l'incident par "quelqu'un qui est venu en ville". Ensuite, son mari "est allé sur le site. Il y avait une grande zone brûlée, et il a vu des débris. C'était le soir. Il y avait des "êtres de l'espace". Leurs têtes étaient grandes. Ils portaient des costumes comme de la soie.

Rappelons que la famille, les voisins et les amis de Mack Brazel n'ont rien dit sur des corps selon Mack. D'autre part, il existe une collection de témoignages selon lesquels des corps extraterrestres ont été récupérés. Certains déclarent cela clairement, d'autres sont circonspects. Un examen de tous ces témoignages dépasse le cadre de cet article. Il suffit de dire que la version de Joyce des déclarations de Brazel trouve un soutien considérable, y compris de nouvelles informations que nous avons révélées. Voici deux exemples.

Nous avons localisé une femme qui vit actuellement à Ruidoso, au Nouveau-Mexique, qui a raconté une histoire intrigante concernant son ex-mari, qui était un homme enrôlé à Roswell. C'était l'été de 1947, et elle se souvient qu'il est rentré à la maison un soir dans une grande excitation. Elle a essayé de l'apaiser, et c'est alors qu'elle a remarqué une odeur inhabituellement sale venant de son uniforme. Après avoir réussi à le calmer, elle a pu en tirer de lui qu'il avait été envoyé avec un détachement dans un ranch "près de Corona" où certains corps avaient été trouvés. Elle a immédiatement lavé ses vêtements et il a pris une longue douche pour enlever l'odeur qui y était attachée.

Nous sommes en contact avec la famille de feu Meyers Wahnee, qui était pilote et commandant de l'équipage aérien du 714e Bomb Squadron, 448th Bomb Group. Sa photo est estampillée sur le dos, "Photo officielle, Air Force Photo Services, Roswell, Nouveau Mexique". Le "Chef", comme il était appelé, a raconté à sa famille les événements de Roswell de 1947 au cours de la dernière année de sa vie (il est décédé en 1981). Il leur a dit que l'incident était vrai et qu'il était impliqué. Il a dit qu'il y avait trois sites distincts. Des corps ont été trouvés et ont été envoyés au Texas. D'intérêt particulier pour nous ici, outre sa mention d'un troisième site, son témoignage à son épouse et à ses deux enfants au sujet des "parties de corps en décomposition" trouvées parmi les débris du ranch Foster. "Cela s'est réellement passé", a-t-il déclaré. Nous pouvons spéculer qu'il se sentait libre de parler des événements en 1981 parce que Roswell était devenu largement connu.

Enfin, il y a ce bout d'indice. Il y a cinq ans, Loreta Proctor, 81 ans, est tombée très malade. Avec un caillot de sang dans son cou qui menaçait sa vie, son fils unique, Dee, s'est senti obligé de l'emmener dans un endroit éloigné de l'ancien élevage Foster où il lui a dit que Mack Brazel avait trouvé "autre chose". Ce site est situé à environ 4 km à l'est-sud-est du champ de débris. Loretta Proctor a finalement récupéré, mais qu'est-ce qui a pu faire qu'un fils risquerait la santé de sa mère en se lançant dans un voyage dangereux et inconfortable? La question nous semble maintenant avoir sa réponse. Loretta ne fera aucune déclaration au-delà que "autre chose" pour le moment, et Dee, qui a maintenant 59 ans, ne parlera plus à personne.

ON FAIT MIEUX D'OUBLIER CERTAINES CHOSES

De toute évidence, à la lumière des nouvelles informations présentées ici concernant le rôle de Mack Brazel, il y a plus de questions qui nécessitent des réponses. Nous sommes convaincus que notre enquête va dans la bonne direction, quel que soit le résultat. La réticence de certains témoins ne fait qu'ajouter à la suspicion que quelque chose de plus a été trouvé que les débris.

Comme tant d'autres personnes impliquées, l'ancien propriétaire de KGFL, Walt Whitmore, a emmené ses secrets dans sa tombe. Peu avant sa mort, Joyce lui avait rendu visite et la conversation s'est tournée vers Roswell. Joyce posa la question critique: y avait-il des corps? Whitmore a répondu: "Il vaut mieux ne pas parler de certaines choses." Et il n'en a pas dit plus.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 mai 2017.