Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LES SOUCOUPES EN FRANCE EN 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien L'Est Républicain, France, le 16 octobre 1954.

Scan

TEMOIGNAGES CONTRADICTOIRES DANS LE VAUCLUSE

Visible du sol, un disque blanc disparaît devant deux avions à réaction

Paris. -- On a pu espérer un moment jeudi après-midi, que l'un de ces objets mystérieux qui sillonnent le ciel de France et de Navarre allait livrer son secret. Hélas! Il n'en a rien été, et les affirmations des uns et des autres sont tellement contradictoires qu'on ne sait plus qui parle sérieusement et qui plaisante.

Vers 13 h. 30, jeudi, la population de Fontaine-de-Vaucluse fut mise en émoi par les évolutions d'un disque blanc planant lentement au-dessus de la cité, et que l'on pouvait nettement distinguer à la jumelle.

Ce disque blanc était surmonté d'une calotte sphérique de même couleur, et la bordure circulaire inférieure portait, par intermittence, deux feux puissants, variant du blanc au violacé, passant par le rouge.

Alors, qui croire?

La base aérienne de Caritat (Vaucluse) fut aussitôt alertée et deux chasseurs à réaction prirent l'air. Quelques instants plus tard, ils viraient au-dessus de Fontaine-de-Vaucluse.

C'est ici que les témoignages ne concordent plus: les habitants ont déclaré "les deux avions ont pris tout de suite de l'altitude et ont piqué droit sur le disque qui était toujours visible. Mais ils n'ont pu le rejoindre, car leur vitesse était inférieure à la sienne. Bientôt, avions et disque ont disparu à l'horizon".

Ce récit fait l'objet d'un communiqué du secrétariat d'Etat à l'Air qui affirme: "Les deux pilotes de la base d'Orange [base d'Orange-Caritat] qui ont survolé à différentes altitudes Fontaine-de-Vaucluse le 14 octobre après-midi, n'ont observé aucun engin inconnu au cours de leurs recherches.

"Les deux pilotes sont des officiers expérimentés et leur compte rendu est formel."

Alors, qui croire?

Explosion mystérieuse dans le ciel de Graulhet

Le témoignage d'un habitant de Graulhet (Tarn) mérite également qu'on s'y arrête pour ce qu'il apporte d'inédit au dossier "soucoupes". Cet homme, qui est artisan a déclaré avoir aperçu mercredi soir, à haute altitude, un engin argenté qu'il prit tout d'abord pour un avion à réaction.

Mais il aperçut bientôt, jumelles aux yeux, un large disque flexible qui ondulait sur lui-même tout en se déplaçant à grande vitesse.

C'est alors que l'engin sembla exploser en plein vol. Une boule argentée, de un mètre de diamètre environ, s'échappa de la masse et disparut bientôt aux regards, tandis que le reste de l'engin tombait en plusieurs morceaux semblables à des draps de diverses dimensions qui planaient dans le ciel, et dont certains s'accrochèrent aux fils télégraphiques.

Une quinzaine de personnes ont recueilli des fragments de cette matière qui se présentait sous la forme de filament argentés agglomérés qui s'effritaient au toucher.

Ballon de rugby et êtres étranges

En dehors de ces constatations d'un certain intérêt, les autres déclarations de témoins de bonne foi diffèrent peu de celles déjà maintes fois contées.

Deux personnes, près de Nîmes, ont vu dans un champ, à la tombée de la nuit, un engin absolument semblable à un ballon de rugby et paraissant reposer sur des béquilles.

L'étrange appareil d'éleva dans les airs en émettant des rayons lumineux qui formèrent bientôt un écran de teinte orange.

Un ingénieur de Meknès, qui se rendait à Port-Lyautey en auto, a déclaré avoir été arrêté jeudi après-midi sur la route, dans la forêt de la Mamora, par un homme revêtu d'une combinaison brillante.

Cet homme, qui mesurait 1 m 20 environ, s'est ensuite dirigé sur la droite de la route. A peine eut-il pris place à l'intérieur que l'engin s'envola et disparut à grande vitesse.

Un habitant de Bourg-de-Méral (Mayenne) a aperçu un engin transparent qui dégageait une lueur aveuglante dans un rayon de deux cent mètres au ras du sol. A l'intérieur de l'engin on pouvait distinguer une forme noire.

Le disque resta ainsi une dizaine de minutes, rougit et disparut vers le nord. L'observateur se rendit alors à l'endroit où l'objet s'était posé. Il y avait, assure-t-il, une sorte de nuage brillant qui tombait lentement sur le sol. Arrivé à son domicile, il s'aperçut que ses vêtements étaient recouverts d'une matière un peu collante, comme de la parafinne.

Le bon sens des Savoyards

Les Savoyards, gens posés s'il en fut, ne se sont pas laissés prendre à l'engin qui a survolé leurs montagnes jeudi. Il avait trop la forme d'un ballon-sonde pour n'en être pas un. Et voir descendre un parachute auquel étaient accrochés des appareils scientifiques ne les a pas surpris autrement. Le ballon-sonde a continué sa route vers Gap où, aujourd'hui sans doute, sera signalée la présence d'un engin mystérieux qui... etc., etc...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 août 2010