Redmond 1959 -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'incident OVNI de Redmond, USA, 24 septembre 1959:

Le 24 septembre 1959, il y a eu un important incident au-dessus de la ville et de l'aéroport de Redmond, dans l'Oregon, USA, quand un policier a observé un grand OVNI capable de manoeuvres qui ne sont pas dans les possibilités d'avions on d'engins volants conventionnels, et que cet objet volant a été observé par du personnel de l'Administration de l'Aviation à l'aéroport, dépisté sur radar depuis Seattle, et pourchassé par des chasseurs à réaction de l'US Air Force.

Dans ce dossier:

Cliquez! Bref résumé des événements.
Cliquez! Recherches et brève discussion.
Cliquez! Lettre de la Federal Aviation Agency au NICAP.
Cliquez! Le résumé du cas par le NICAP.
Cliquez! Le résumé par le MUFON.
Cliquez! Références.

Le résumé du cas par Richard Hall du NICAP:

Source: The UFO Evidence (1964), page 113.

Observation Radar-Visuelle à Redmond
24 septembre 1959
Redmond, Oregon

Quand un OVNI observé par le personnel de l'Agence Fédérale de l'Aviation (FAA) le 24 Septembre 1959 à l'aéroport de Redmond, Oregon, [voir la section V] a été rapporté dans les journaux, le NICAP a fait une recherche complète. Les informations ont été obtenues à partir de la FAA, du bureau de la météo, et du Centre de Calculs de l'IGY à l'université de Cornell. Une interview enregistrée sur bande magnétique des témoins a été obtenue par des membres du NICAP dans ce secteur. L'essence du rapport était qu'un objet rond était descendu et a plané stationnaire, s'est déplacé rapidement vers une nouvelle position, et s'est alors élevé dans des nuages en émettant une traînée de flamme quand des chasseurs à réaction se sont approchés. Les jets avaient été envoyés car , selon le log de la FAA, une station de radar de l'Armée de l'Air détectait également un OVNI à ce moment.

Une fois questionnée au sujet de l'explication officielle pour cette observation, l'Armée de l'Air a répondu: "l'observation de l'OVNI à Portland, Oregon le 24 Septembre 1959 est enregistrée dans les dossiers de l'ATIC en tant que 'information insuffisante.' Le compte rendu de l'observation à l'ATIC ne donne aucune indication de quelque repérage radar ni aucun succès de l'interception qui a été tentée. C'est l'opinion de l'ATIC que cet objet était probablement un ballon comme démontré par sa présence relativement longue dans le secteur (plus qu'une heure), et le fait que, à moins d'être équipés de réflecteurs, les ballons ne sont pas de bons réflecteurs de radar. La direction et la force moyennes du vent à l'heure de l'observation était du Sud à 15 noeuds [NICAP: L'OVNI s'est censément déplacé vers le Sud, où il a été montré sur le radar après que l'observation visuelle ait finie]." (commandant. Laurent J. Tacker, U.S. Air Force, bureau de la Division de l'Information du Public, 1-19-60).

Le NICAP a obtenu les données sur les vents du Bureau de la Météo des États-Unis montrant les vents réguliers du Sud-Est tout au long du matin, de 3 à 7 noeuds, jusqu'à presque cinq heures après l'observation. Aucun ballon n'avait été lancé localement au moment de l'observation, et même si cela avait été le cas, il aurait presque certainement voyagé dans la direction du Nord. Plus tard, l'Armée de l'Air a laissé tomber l'explication par un ballon.

Après que la publicité que le NICAP a réalisée sur ce cas ait attiré l'attention du Congrès, l'Armée de l'Air a publié un compte rendu beaucoup plus détaillé (admettant que six chasseurs à réaction avaient été dépêchés, mais niant que le radar avait détecté un OVNI). Des lettres de l'Air Force envoyées aux membres du Congrès ont attribué l'observation radar à une erreur de la part de leur station de radar d'interception de maîtrise des terrains. "Il a été déterminée par les quatre contrôleurs senior en service pendant la période de la recherche que cet écho de radar sur l'écran de la station au sol était un écho de radar d'une antenne de relai située sur une montagne à une hauteur de 8010 pieds. Cet écho de radar ne s'est pas déplacé pendant la période entière de la recherche. [NICAP: Le log de la FAA note, "altitude a été mesuré sur le radar de calcul d'altitude comme ayant été changeante, ayant des valeurs qui ont changée de 6000 à 54.000 pieds."] Le fait que cet écho radar ne s'est pas déplacé est en désaccord complet avec les observateurs au sol qui ont aperçu l'OVNI visuellement. Ils ont tous témoigné qu'il a manoeuvré rapidement et a parfois été stationnaire." (Colonel Gordon B. Knight, chef, Division des Enquêtes Congressionnelles, bureau de liaison législative, au Sénateur Warren G. Magnuson, 4-27-60.)

Le 25 mars 1960, le porte-parole concernant les OVNIS du Pentagone avait écrit au NICAP que "... en raison de l'information contenue dans les logs de la FAA, votre correspondance et des copies des logs ont été expédiées à ATIC pour une possible prise en compte additionnelle."

"Basé sur toutes les données actuelles sur cette observation, la conclusion de "données insuffisantes" est certainement valide." En date du 27 Avril 1960, dans la lettre du Colonel Knight au Sénateur Magnuson, le cas était encore classifié en tant que "données insuffisantes."

Une feuille d'information de l'Armée de l'Air mise en circulation en 1963 attribue l'OVNI à "la réfraction de la lumière de la planète Vénus." (la feuille accuse également le NICAP d'avoir "exploité" les logs de la FAA qui contredisent l'histoire de l'Armée de l'Air). Les conseillers en astronomie du NICAP avaient déjà vérifié cette possibilité, et savaient que Vénus était bien visible dans le ciel de l'Ouest ce matin. Les témoins ont été questionnés sur ce point spécifique et ont indiqué ils n'ont pas vu Vénus pendant l'observation de l'OVNI, mais l'ont vu et l'ont identifié ensuite.

Le NICAP concède que, si la cible de radar était parfaitement stationnaire tout le temps, ce n'était pas l'OVNI observé visuellement. En essayant d'établir l'explication par un ballon, l'Armée de l'Air a souligné la longue période de l'observation (le log de la FAA indique que l'observation visuelle a durée environ 10 minutes.) En dissociant l'observation radar de l'observation visuelle, l'Armée de l'Air a mis l'emphase sur la manoeuvrabilité élevée de l'OVNI. Finalement, l'OVNI dont ils disent qu'il "a manoeuvré rapidement et parfois plané" a été expliqué comme étant la planète Vénus.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 1 juin 2002