Mars -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

Dernières nouvelles des sondes martiennes Spirit et Opportunity:

Voir aussi:

Cliquez! La section "Mars" de ce site.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la recherche de la vie sur Mars.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Global Surveyor.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Odyssey.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Express et de l'atterrisseur Beagle 2.
Cette page Les dernières nouvelles des sondes martiennes Spirit et Opportunity (Cette page).


29.03.2009Les deux robots sont toujours en activité.
01.01.2008Les évidences de l'ancienne niche habitable trouvée en surface de Mars sont maintenant dans un journal scientifique professionnel.
01.01.2008Le robot Spirit trouve une ancienne niche habitable en surface de Mars.
12.02.2006Les découvertes de Spirit continuent.
08.09.2005Preuves par la chimie du cratère Gusev pour des scénarii de l'eau sur Mars trouvées par les scientifiques.
13.01.2005Opportunity trouve une probable météorite.
22.12.2004Opportunity va mieux, Spirit moins bien.
08.10.2004Le JPL: Les rovers explorent l'histoire de l'eau aux deux sites.
18.08.2004Des roches aux abords du cratère Gusev indiquent le passé aqueux de Mars.
09.06.2004Des sels, indices d'eau liquide dans le passé de Mars, également trouvés par le rover Spirit.
23.03.2004Une étendue d'eau permanente a laissé ses traces dans les roches martiennes.
21.03.2004La NASA va annoncer une découverte majeure des rovers sur Mars.
02.03.2004Meridiani Planum était "trempée".
02.03.2004Opportunity a trouvé de fortes indications de ce que Meridiani Planum était mouillée.
01.03.2004Conférence de presse de la NASA concernant les trouvailles d'Opportunity demain.
20.02.2004Le microscope du robot montre des sortes de filaments au sol au site d'Opportunity.
19.02.2004Possibles indications de traces d'eau liquide salée sur le site d'Opportunity, Mars.
13.02.2004Un filtre rouge avait été activé par erreur et a causé l'aspect trop rouge de toutes les images de la mission.
24.01.2004Le deuxième robot, Opportunity, atterrit correctement sur Mars.
16.01.2004Le microscope de Spirit montre de nombreux grains de sable creux.
15.01.2004Conditions pour l'eau sur le site d'atterrissage de Spirit.
15.01.2004Des carbonates et minerais hydratés, et peut-être de l'argile, trouvés sur le site d'atterrissage de Spirit.
09.01.2004Spirit mesure les températures au sol.
07.01.2004Une image de Spirit montre ce qui ressemble à un sous-sol boueux sous la poussière de Mars.
03.01.2004Spirit atterri sans problèmes et transmet de premières images.

Les robots toujours en activité:

En janvier 2004, la NASA a posé les deux robots identiques Spirit et Opportunity sur la surface de Mars pour une mission de trois mois de recherche de signes de l'eau passée.

Plus de cinq ans après, les deux robots parcourent toujours la planète.

Opportunity est maintenant envoyée vers le grand cratère Endeavour, un trajet de deux ans au moins.

Endeavour est une cible intéressante parce que les roches aux alentours semblent différentes de celles entourant d'autres cratères qu'Opportunity a visité, et ce cratère est plus profond, exposant des roches plus anciennes.

Spirit se rend à un plateau rocheux nommé Von Braun, d'aspect intéressant, qui se trouve seulement à environ 250 mètres de lui mais prendra des mois à être atteint. Ensuite Spirit se dirigera vers une fosse de 30 mètres diamètre qui pourrait être un cratère d'explosion volcanique et peut-être un lieu d'activité hydrothermique.

Les évidences de l'ancienne niche habitable en surface sont maintenant dans un journal scientifique professionnel:

Science, Vol. 320. no. 5879, pp. 1063 - 1067, May 23, 2008:

Détection de dépôts riches en silices sur Mars

S. W. Squyres,1* R. E. Arvidson,2 S. Ruff,3 R. Gellert,4 R. V. Morris,5 D. W. Ming,5 L. Crumpler,6 J. D. Farmer,3 D. J. Des Marais,7 A. Yen,8 S. M. McLennan,9 W. Calvin,10 J. F. Bell, III,1 B. C. Clark,11 A. Wang,2 T. J. McCoy,12 M. E. Schmidt,12 P. A. de Souza, Jr.13

Abstract:

Les dépôts de minerai sur la surface martienne peuvent élucider les conditions environnementales antiques sur la planète. Des gisements opalins de silice (de non moins que 91 pour cent de SiO2) ont été trouvés en association avec des matériaux volcaniques par le robot Spirit sur Mars. Les dépôts sont présents en tant que sols de tonalité plus claire et comme roches en place. Nous interprétons ces matériaux comme ayant été formé dans des conditions hydrothermiques et donc comme étant des indicateurs forts d'un ancien environnement aqueux. Cette découverte est importante pour comprendre l'habitabilité passée de Mars parce que les environnements hydrothermiques sur Terre sont des écosystèmes microbiens prospères.

Spirit trouve une ancienne niche habitable en surface de Mars:

Spirit, qui roule à reculons depuis que sa roue avant droite a cessé de fonctionner en mars 2006, explorait les abords d'un plateau dans le cratère de Gusev connu sous le nom de Home Plate, quand les scientifiques ont noté que le sol retourné par sa roue traînante a semblé exceptionnellement clair.

Des mesures par le spectromètre de rayon X de particules d'alpha du vagabond et le spectromètre mini-thermique d'émission ont alors montré que ce sol était pour environ 90 pour cent de la silice amorphe, une substance associée à des environnements supportant la vie sur terre.

Steve Squyres, professeur de Planétologie à l'Université de Cornell et qui est l'investigateur principal pour la mission de ces rovers d'exploration de la NASA, a qualifié la découverte comme étant "une des plus significatives" des découvertes de la mission jusqu'ici lors d'une interview par la BBC le 11 décembre 2007. Squyres et ses collègues ont rapporté la découverte lors de la réunion annuelle de l'union géophysique américaine en début décembre à San Francisco, Etats-Unis.

Elle est une nouvelle indication pour un environnement antérieurement habitable dans le cratère de Gusev sur Mars. Sur terre, des gisements de silice sont trouvés aux sources chaudes, où l'eau chaude dissout la silice dans la roche sous de la surface, puis s'élève et se refroidit, entraînant le surgissement de la silice près de la surface; et dans les fumerolles, où l'eau ou les vapeurs acide chaude s'infiltrent par la roche, dissolvant et emportant d'autres éléments mais laissant la silice derrière eux. Sur terre, ces endroits grouillent de vie microbienne.

Les robots Spirit et Opportunity de la NASA en sont maintenant à leur quatrième année de mission sur Mars, et fonctionnent toujours, tandis qu'à l'origine il avait été estimé qu'ils survivraient seulement durant environ 3 mois.

Les découvertes de Spirit continuent:

Le robot Spirit sur Mars a roulé au bord d'un endroit qui q été baptisé "Home Plate" au cratère de Gusev, et ce que l'équipe scientifique a vu là les a fait s'exclamer et a suscité des discussions:

Preuves par la chimie du cratère Gusev pour des scénarii de l'eau sur Mars trouvées par des scientifiques:

Une grande équipe de scientifiques de la NASA menés par les scientifiques en science planétaire et terrestres de l'Université Washington à St-Louis ont détaillé le premier ensemble de preuves solides pour l'eau ayant existé sur Mars au cratère de Gusev, qui est actuellement exploré par le rover Spirit.

En utilisant les données récoltées par la série d'équipements sophistiqués du rover Spirit, Allan Wang, Ph.D., le scientifique senior pour les recherches terrestres et en sciences planétaires de l'Université Washington, et le défunt Larry A. Haskin, Ph.D., ainsi que Ralph E. Morrow, professeur distingué de l'Université pour les science de la terre et les sciences planétaires, ont constaté que la roche volcanique au cratère de Gusev près de l'emplacement de l'atterrissage de Spirit étaient exactement comme les roches basaltiques riches en olivine sur la terre, et que certains d'entre elles ont été enrichies d'un enduit en soufre, brome, chlore et hématite, ou de fer oxydé.

Les preuves chimiques de plusieurs roches étudiées indiquent un scénario dans lequel l'eau a gelé et a fondu à un certain point dans l'histoire de Mars, dissolvant les éléments de soufre, de chlore et de brome dans le sol. Un peu de fluides acides ont alors réagi avec la roche enterrée dans le sol et ont formé des enduits fortement oxydés.

Après que les résultats aient été confirmés, Spirit a traversé les collines Colombiennes, où il a trouvé plus de preuves indiquant l'eau. L'équipe scientifique projette maintenant de planifier les opérations du rover au jour de sol 551, rover qui est à seulement 55 mètres du sommet des collines de Columbia.

L'autre rover, Opportunity, avait déjà détecté une histoire d'eau ancienne à Meridiani Planum, l'autre emplacement exploré sur Mars.

Opportunity trouve une possible météorite:

Le robot Opportunity de la NASA a trouvé par hasard un objet intéressant, qui est probablement une météorite, reposant sur la surface de Meridiani Planum. Les données initiales prises par le mini-spectromètre d'émission thermale du robot (Mini-TES) sont suggestives de ce que la "roche" bizarre soit faite de métal.

Opportunity va mieux, pas Spirit:

Les scientifiques de la mission MER (Mars Exploration Rovers) à la NASA ont fourni un bilan de santé pour les deux robots sur Mars Opportunity et Spirit.

Le rover Spirit - qui a déjà eu une roue inutilisable depuis des mois a maintenant un nouveau problème: un vérin d'orientation qui commande l'angle des paires de roues est tombé en panne. Les conséquences ne sont pas dramatiques; les ordres de commande ne se sont pas exécutés à plusieurs occasions au cours des trois dernières semaines, et à l'avenir, les mouvements du rover devront être effectués en des séquences plus compliqués que dans le passé quand il est sur du terrain difficile.

Le rover Opportunity, au contraire, va mieux maintenant que précédemment. Il semble que quelque chose - probablement des vents, ou du givre qui a peut-être regroupé la poussière en paquets de sorte qu'une surface plus importante des panneaux solaires soit exposée - a nettoyé les panneaux solaires lors d'une nuit récente, de sorte que plus de puissance que prévue soit disponible au rover qu'avant: depuis un mois maintenant, les panneaux fournissent presque leur maximum de 900 watts par heures, alors qu'on s'attendait à ce que la poussière ait comme conséquence une baisse à 500 watts-heure. De fait, l'autre rover, Spirit, obtient seulement 400 watts-heure actuellement.

Opportunity a maintenant atteint un parcours total de 1619 mètres, et Spirit a parcouru 3647 mètres. On ne s'est jamais attendu à ce que les deux rovers survivent tellement longtemps.

Le JPL: Les rovers explorent l'histoire de l'eau aux deux sites:

Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA communique le 8 octobre, "Les rovers explorent l'histoire de l'eau aux deux sites."

Ils disent, "Spirit et Opportunity de la NASA ont exploré Mars environ trois fois plus longtemps qu'il n'était programmé à l'origine. Plus ils regardent, plus ils découvrent les évidences de l'eau liquide passée. Les membres de l'équipe ont rapporté les nouveaux résultats en un briefing aujourd'hui."

"Il y a environ six mois, Opportunity a établi que son secteur d'exploration était humide il y a longtemps. Le secteur avait été humide avant de sécher et de s'éroder en une vaste plaine. Les nouveaux résultats de l'équipe suggèrent que certaines roche ont pu être rendues humides une deuxième fois, après qu'un impact ait excavé un cratère de la taille d'un stade."

"L'évidence de cette possibilité passionnante a été identifiée dans un rocher plat appelé "Escher" et une certaine roche voisine près du fond du cratère. Ces roches plates comportent des réseaux de fissures divisant la surface en pattern polygonaux, quelque peu semblables dans leur aspect à la boue craquelée après l'eau ait séché comme ici sur terre."

Des histoires alternatives, telles que la rupture par la force de l'impact de ce qui a causé le cratère, où la dessiccation finale de l'environnement humide original qui a formé la roche, pourraient également expliquer les fissures polygonales.

"Les scientifiques des rovers espèrent qu'un rocher grumeleux surnommé "Wopmay," la prochaine cible des inspections d'Opportunity, pourra aider à réduire la liste des explications possibles.

"'Quand nous avons vu ces patterns de fissures polygonales, nous avons tout de suite pensé à un événement aqueux secondaire, sensiblement plus tard que l'épisode qui a créé la roche," a dit le Dr John Grotzinger, un géologue du Massachusetts Institute of Technology de l'équipe des rovers."

"Ces fissures ont-elles formé après que le cratère ait été créé? Nous ne savons pas vraiment encore," a dit Grotzinger. Si c'est le cas, une source possible d'humidité pourrait être des accumulations de gel fondant partiellement pendant les changements de climat, tandis que Mars a vacillé sur son axe de rotation, en des cycles de dizaines de milliers d'années."

"Selon Grotzinger, une autre possibilité a pu être la fonte de la glace ou des dégagement de l'eau souterraine en d'assez grande quantité pour créer un petit lac dans le cratère."

"Un type d'évidence que Wopmay pourrait ajouter à cette idée de conditions humides après que le cratère se soit formé, serait une croûte de minerais hydrosolubles."

"Après avoir examiné cette roche, les plans de l'équipe pour Opportunity sont d'atteindre une haute pile de rochers surnommée "falaise de Burns" depuis la base de la falaise.

Ils disent, "après avoir trouvé des roche en place qui avaient été intensivement changée par l'eau, les scientifiques ont utilisé le rover pour rechercher des roches relativement inchangée comme comparaison pour comprendre la gamme complète des changements environnementaux du secteur."

"Au lieu de cela, même les rochers d'aspect plus récent examinés par Spirit dans les collines de Columbia ont montré des signes du changement dominant de l'eau."

"Nous n'avons pas vu une seule roche volcanique inaltérée, depuis que nous avons traversé la frontière des plaines dans les collines, et je commence à suspecter que nous n'en trouverons pas," a dit le Dr Steve Squyres de l'Université de Cornell à Ithaque USA, investigateur principal pour les travaux scientifiques des deux rovers."

"Toute la roche dans les collines a été sensiblement changée par l'eau. Nous avons des moments passionnants en essayant d'établir exactement ce qui s'est produit ici," a-t-il ajouté.

Plus d'indices pour déchiffrer l'histoire environnementale des collines pourraient se trouver plus haut dans la pente d'affleurements rocheux plus lointains, les prochaines cibles de Spirit.

"Tout comme nous travaillions de plus en plus profond dans le cratère Endurance avec Opportunity, nous travaillerons de plus en plus haut dans les collines avec Spirit, examinant les roches en couches et construisant une histoire géologique plausible," a dit Squyres.

Jim Erickson, directeur du programme des rovers au JPL a indiqué que Spirit et Opportunity ont seulement des problèmes mineurs, et qu'il n'y a vraiment aucun moyen de savoir combien de temps ils continueront à fonctionner.

Des roches aux abords du cratère Gusev indiquent le passé aqueux de Mars:

Communiqué de la NASA, original à http://www.jpl.nasa.gov/news/news.cfm?release=2004-204

Des roches aux abords du cratère Gusev indiquent le passé aqueux de Mars

18 août, 2004

Maintenant que les rover Spirit de la NASA examine finalement la roche en place dans les "collines de Columbia," il trouve des indications que l'eau a complètement changé une certaine roche dans le cratère de Gusev de Mars.

Spirit et son jumeau Opportunity ont terminé avec succès leurs missions initiales de trois mois sur Mars en avril et renvoient des résultats supplémentaires venant de la prolongation des missions. Ils restent en bonne santé, commençant cependant à montrer des signes d'usure.

Sur Opportunity, un outil pour exposer les intérieurs de la roche a cessé de fonctionner dimanche, mais les ingénieurs sont optimistes sur le diagnostic qu'il s'agit d'un problème qui peut être réparé bientôt. "Cela est comme s'il y a un caillou coincé entre les têtes de découpage de l'outil d'abrasion de la roche," a dit Chris Salvo, directeur de mission du rover au laboratoire de propulsion à réaction [JPL] propulsion de la NASA à Pasadena, Californie. "Nous pensons que nous pouvons le traiter en faisant tournant les têtes à l'envers, mais nous évaluons toujours la meilleure approche pour remédier à la situation. Nous avons plusieurs options disponibles."

Opportunity à l'origine a atterri tout près d'un affleurement rocheux et a promptement trouvé les traces là d'une ancienne étendue d'eau de mer. D'autre part, il a fallu à Spirit la moitié d'une année pour traverser une plaine martienne de roches au fond du Cratère de Gusev. Maintenant, l'inspection initiale par Spirit d'un affleurement appelé "Clovis" sur une colline d'environ 9 mètres au-dessus de la plaine suggère que l'eau ait pu une fois avoir été en activité dans Gusev.

"Nous avons la preuve que l'interaction avec de l'eau liquide a changé la composition de cette roche," a dit le Dr Steve Squyres de l'Université de Cornell, Ithaca, N.Y., investigateur principal pour les instruments scientifique sur les deux rovers. "C'est différent de la roche dehors sur la plaine, où nous avons vu des enduits et des veines apparemment dues aux effets d'un peu d'eau. Ici, nous avons un changement plus complet et plus profond, suggérant beaucoup plus d'eau."

Squyres a indiqué, "pour comprendre vraiment les conditions qui ont changé Clovis, nous voudrions savoir comment il était avant le changement. Nous avons 'l'après.' Maintenant nous voulons 'l'avant.' Si nous sommes chanceux, il peut y avoir des roches tout près qui nous donneront cela."

Le Dr Doug Ming, un membre de l'équipe scientifique du rover au centre de l'espace Johnson de la NASA à Houston, a dit que les indications de l'eau affectant Clovis viennent de l'analyse de la surface et l'intérieur avec le spectromètre à rayon X à particules alpha de Spirit et de la découverte de niveaux relativement élevés de brome, de soufre et de chlore à l'intérieur de la roche. Il a dit, "celle-ci est également une roche très molle, pas comme la roche basaltique vue en arrière sur les plaines du cratère de Gusev. Elle semble être fortement altérée."

Les membres de l'équipe du rover ont décrit le statut et les résultats récents des robots de la taille d'un chariot de golf dans un briefing au JPL aujourd'hui.

Opportunity a accompli une section dans des couches de roche exposées dans la pente intérieure méridionale du cratère "Endurance" qui est de la taille d'un stade. Le secteur de roche examiné va des affleurements près du bord vers le bas par des couches progressivement plus anciennes des affleurements accessibles, appelées "Axel Heiberg" d'après une île arctique canadienne. "Nous avons trouvé différentes compositions dans différentes couches," a dit le Dr Ralf Gellert, de de l'Institut de Chimie Max-Planck à Mayence, Allemagne. La concentration en chlore a augmenté jusqu'à tripler dans les couches moyennes. Le magnésium et du soufre ont diminués presque parallèlement l'un à l'autre dans des couches plus anciennes, suggérant que ces deux éléments ont pu avoir été dissous et enlevés par l'eau.

Les petites sphères en pierre grises surnommées "myrtilles" sont abondantes dans Endurance juste comme elles l'étaient dans un plus petit cratère du site de l'atterrissage d'Opportunity, "Eagle." Les images du microscopique du vagabond montrent une nouvelle variation sur les myrtilles, toutes rougeâtres-bronze dans un affleurement appelé "Bylot" dans Axel Heiberg. "Elles sont plus rugueuse, elles varient plus en taille, et elles sont de la couleur de la roche, au lieu de grises," a dit Zoe Learner, une collaboratrice de l'équipe scientifique de Cornell. "Nous avons remarqué que dans certains cas où celles-ci sont érodées, vous pouvez voir une myrtille régulière ou un fragment de baie à l'intérieur." Une possibilité est qu'un processus lié à l'eau a ajouté une couche externe plus brute aux myrtilles, a-t-elle dit, ajoutant, "c'est toujours vraiment un mystère."

Le JPL, une division de l'Institut de Technologie de Californie à Pasadena, contrôle le projet des rovers d'exploration de Mars pour la direction des missions scientifiques de la NASA, à Washington. Les images et les informations additionnelles sur le projet sont fournies par le JPL à http://marsrovers.jpl.nasa.gov et par l'université de Cornell à http://athena.cornell.edu.

Guy Webster (818) 354-6278
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Californie.

Donald Savage (202) 358-1727
Quartiers Généraux de la NASA,Washington, D.C.

Des sels indice de l'eau liquide passée de Mars également trouvés par le rover Spirit:

Tout comme Opportunity qui avait trouvé plusieurs preuves de l'eau liquide passée sur Mars, le rover Spirit a trouvé des sels concentrés quand il a analysé une tranchée qu'il avait creusé dans la surface de son propre site d'atterrissage, le cratère de Gusev, une évidence de plus de l'activité de l'eau passée, ont dit les scientifiques de la mission ce mardi.

L'astronome Steve Squyres, le scientifique principal de la mission, de l'université de Cornell, a dit que l'équipe scientifique pense que le sel a pu avoir été déposé après que l'eau se soit écoulée dans le sol, dissolvant des matériaux dans la roche. Squyres a indiqué que c'est "une des meilleures preuves que nous ayons trouvé par rapport à partout ailleurs" dans la vaste région du cratère de Gusev.

Une étendue d'eau permanente a laissé ses marques dans les roches de Mars:

Communiqué de presse de Science@NASA (traduction non officielle par l'auteur de ce site, original en anglais: cliquez sur This page in English en haut de la page.) pour la VO.

Donald Savage
Quartiers généraux, Washington
(Téléphone: 202/358-1547)

23 mars 2004

Guy Webster
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Californie.
(Téléphone: 818/354-5011)

COMMUNIQUE: 04-100

UNE ETENDUE D'EAU PERMANENTE A LAISSE SES MARQUES DANS LES ROCHES DE MARS

Le rover Opportunity de la NASA a démontré que certaines roches sur Mars se sont probablement formées en tant que dépôts au fond d'un corps d'eau de mer salée coulant lentement.

"Nous pensons qu'Opportunity est parquée sur ce qui était par le passé le rivage d'une mer salée sur Mars," a dit le Dr. Steve Squyres de l'Université Cornell, à Ithaca, New York, investigateur principal pour la partie scientifique des rovers d'exploration de Mars Opportunity et son jumeau Spirit.

Les indices recueillis jusqu'ici n'indiquent pas combien de temps ou il y a combien de temps il y a eu de l'eau liquide couvrant le secteur. Pour recueillir plus de preuves, les contrôleurs du rover projettent d'envoyer Opportunity à travers une plaine vers des roches exposées plus épaisses dans la paroi d'un cratère.

L'Administrateur Associé de la NASA pour les Sciences de l'Espace, le D. Ed Weiler, a dit, "cette confirmation spectaculaire d'une eau stable dans la constitution de l'histoire de mars est la continuité de découvertes sur cette ancienne planète qui est la plus ressemblante à la Terre. Ce résultat nous donne l'impulsion pour augmenter notre programme ambitieux d'exploration de Mars pour apprendre si des microbes ont jamais vécu là et, finalement, si nous le pouvons."

"Des patterns en couches dans certaines roches finement déposées indiquent que des sédiments du type de grains de sable qui se sont par la suite collé ensemble ont été formés en des ondulations par de l'eau d'au moins cinq centimètres de profondeur, probablement beaucoup plus profonde, et coulant à une vitesse de 10 à 50 centimètres par seconde," a dit Dr. John Grotzinger, membre de l'équipe scientifique des rovers du Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, Massachusetts.

Dans des patterns suggestifs, appelés des couches croisées et des festons, Certaines couches de la roche se trouvent faire des angles avec les couches principales. Les couches en festons ont des courbes en forme de sourire produites par le glissement des sédiments les plus lâches sous l'action d'un courant d'eau.

"Les ondulations qui sont formées par le vent ont un aspect différent de celui fait par les ondulations de l'eau," a dit Grotzinger. "Certains patterns vus dans l'affleurement qu'Opportunity avait examiné pourraient avoir résulté du vent, mais d'autres sont des preuves fiables de l'écoulement de l'eau," a-t-il dit.

Selon Grotzinger, l'environnement lorsque les roches se formaient pourrait avoir été une saline, ou playa, parfois couverte par de l'eau peu profonde et séchant. De tels des environnements sur terre, au bord des océans ou dans des bassins désertiques, peuvent avoir des courants d'eau qui produisent le type d'ondulation vu dans les roches de Mars.

Un deuxième type de preuve, les découvertes de chlore et de brome dans la roche, suggère également ce type d'environnement. Les scientifiques des rovers ont présenté à une partie de ces nouvelles il y a trois semaines comme preuve que la roche avait au minimum été imbibée dans une eau riche en minerai, probablement l'eau souterraine, après qu'ils se soient formés. La plus grande certitude des résultats pour le brome renforce la cause de particules constituantes de roches formées de particules précipitées de l'eau de surface puisque les concentrations en sel augmentaient au-delà de la saturation tandis que l'eau s'évaporait.

Le Dr James Garvin, le scientifique en chef pour l'exploration de Mars et de la lune au siège de la NASA, à Washington, a dit: "beaucoup de caractéristiques sur la surface de Mars que le vaisseau spatial orbital nous avait indiqué dans les dernières trois décennies ressemblent à des signes de l'eau liquide, mais nous n'avons jamais eu auparavant cette collection de preuves définitives venant de la roche martienne elle-même. Nous avons projeté le programme des rover d'exploration de Mars pour rechercher des preuves comme celles-ci, et cela a réussi mieux que nous nous ne l'avions espéré. Un jour nous devrons collecter ces roches et les rapporter aux laboratoires terrestres pour lire leurs indices du potentiel biologique de Mars."

Squyres a dit que "le type particulier de roches trouvées par Opportunity, avec l'évaporite de sédiments déposés par une étendue d'eau, offre d'excellentes possibilités pour préserver les traces de n'importe quel matériel biochimique ou biologique qui a pu avoir été dans l'eau."

Les ingénieurs au Laboratoire de Propulsion à Réaction de la NASA (JPL), à Pasadena, Californie, s'attendent à faire fonctionner Opportunity et Spirit plusieurs mois plus longtemps que les missions principales initiales de trois mois des rovers sur Mars. Pour analyser les indices de sédiments croisés, les contrôleurs de la mission ont programmé qu'Opportunity déplace son bras robotique plus de 200 fois en une journée, prenant 152 images de microscope d'une couche dans une roche appelée la "dernière chance."

Le JPL, une division de l'Institut de Technologie de Californie à Pasadena, contrôle le projet des rovers d'exploration de Mars pour le Bureau des Sciences Spatiales de la NASA, Washington. Pour des images et des informations sur le projet sur l'Internet, visitez:

http://www.nasa.gov

http://marsrovers.jpl.nasa.gov

http://athena.cornell.edu

-fin-

La NASA va annoncer une découverte majeure des rovers sur Mars:

La NASA annoncera une conclusion scientifique importante à une conférence de mise à jour en Science de l'Espace (SSU) le mardi 22 mars à 14 heures EST, dans l'auditorium Webb de leurs quartiers généraux 300 E Street Washington D.C.

Meridiani Planum était "trempée":

Communiqué de presse de Science@NASA (traduction non officielle par l'auteur de ce site, original en anglais: cliquez sur This page in English en haut de la page.) ou science.nasa.gov/headlines/y2004/02mar_meridianiwater.htm?list159275 pour l'original et les illustrations.

Meridiani Planum: "Trempée"

Il y a bien longtemps, des parties de Mars ont été imbibées dans l'eau liquide, disent les scientifiques qui analysent des données du rover Opportunity de la NASA sur Mars.

2 mars 2004: Certaines roches à l'emplacement de l'atterrissage d'Opportunity dans Meridiani Planum sur Mars ont été par le passé imbibées dans l'eau liquide. Les membres de l'équipe scientifique internationale des Robots d'Exploration de Mars ont présenté les évidences aujourd'hui aux journalistes d'information aux quartiers généraux de la NASA à Washington, D.C.

"L'eau liquide a par le passé traversé ces roches. Elle a changé leur texture, et elle a changé leur chimie," a dit Steve Squyres, l'investigateur principal de l'université de Cornell pour les instruments scientifiques sur Opportunity et son jumeau Spirit. "Nous avons pu lire les indices indicateurs de l'eau laissés là, nous donnant confiance en cette conclusion."

Voici certains des indices que l'eau a autrefois arrosé un affleurement de roches où Opportunity a travaillé:

(1) Le spectromètre de particules alpha du Rover a trouvé une bonne quantité de soufre dans l'affleurement. Les indices en rapport de cet instrument et du spectromètre thermique miniature d'émission suggèrent que le soufre soit sous forme de sels de sulfate (semblables aux sels d'Epsom). Sur terre, les roches contenant tellement le sel sont soit formées dans l'eau ou, après formation, ont été imbibées dans l'eau longtemps.

[Image] Ces spectres prouvent qu'une roche surnommée "McKittrick" près de l'emplacement de l'atterrissage du rover d'exploration de Mars Opportunity à Meridiani Planum, Mars, possède la concentration la plus élevée du soufre jamais observée sur Mars.

(2) Le spectromètre Moessbauer du rover a détecté de la jarosite, un minerai hydraté de sulfate de fer qui pourrait résulter du séjour de la roche cible dans un lac acide ou un environnement de sources acides chaudes.

(3) Les images de la caméra panoramique et de la caméra du microscope d'Opportunity montrent des trous minces, plats - "à peu près de la taille de pièces de monnaies," dit Squyres - dans un affleurement de roches choisies pour examen rapproché. Ces trous, ou "vugs," correspondent à l'aspect distinctif des vugs des roches terrestres qui se forment là où les cristaux des minerais de sel croissent à l'intérieur des roches qui reposent dans l'eau saumâtre, et disparaissent ensuite par érosion ou la dissolution.

(4) Les caméras ont indiqué des sphères de la taille de myrtilles intégrées dans les affleurements de roches. Les chercheurs les appellent des "myrtilles" - bien qu'elles ne soient pas bleues, elles sont grises. Les sphérules ne sont pas concentrés dans des couches particulières dans la roche, comme ce serait le cas si elles provenaient d'en dehors de la roche et avaient été déposées en s'accumulant en couches tandis que la roche se formait. Au lieu de cela, les sphérules sont dispersées. Ceci signifie qu'elles sont probablement ce que les géologues appellent des "concrétions" qui se sont formées par l'accumulation de minéraux sortant de solutions à l'intérieur d'une roche poreuse et imbibée d'eau.

[Image] A droite: Une sphérule dans une région de l'affleurement rocheux surnommé "EL Capitan." Le secteur dans cette image, prise à la date de Sol 28 de la mission Opportunity, est de 1.3 centimètre (un demi-pouce) de large.

(5) Certaines des sphérules dans les images du microscope semblent avoir des raies qui correspondent aux couches de la matrice rocheuse autour d'elles. Ce serait conformé à l'interprétation que les sphérules sont des concrétions qui se sont formées à l'intérieur d'une roche humide.

Il reste beaucoup à apprendre: quand ce secteur était-il mouillé? Et combien de temps les conditions humides ont-elles duré? Comment était cette eau - par exemple, était-elle sous forme de lac ou de mer salée? Quelle était la profondeur de cette eau? Les scientifiques et les ingénieurs projettent d'occuper Opportunity dans les jours qui viennent à chercher plus d'indices qui pourraient répondre à certaines de ces questions.

Visitez http://marsrovers.jpl.nasa.gov pour les dernières informations concernant Spirit et Opportunity.

Crédits & Contacts
Source: NASA press release
Responsible NASA official: Ron Koczor
Production Editor: Dr. Tony Phillips
Curator: Bryan Walls
Media Relations: Steve Roy

Opportunity trouve de forts indices que Meridiani était humide:

Communiqué de presse de la NASA (traduction non officielle par l'auteur de ce site, original en anglais: cliquez sur This page in English en haut de la page.)

Donald Savage
Quartiers Généraux, Washington
(Phone: 202/358-1547)

2 mars 2004

Guy Webster
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
(Phone: 818/354-5011)

COMMUNIQUE: 04-077

LE ROVER OPPORTUNITY TROUVE DE FORTES TRACES DE CE QUE MERIDIANI PLANUM ETAIT MOUILLEE

Les scientifiques ont achevé la partie de l'exploration du rover Martien Opportunity qui était de savoir si Mars était détrempée dans le passé.

Les indications que le rover a trouvées dans un affleurement rocheux ont mené les scientifiques à cette conclusion. Des indices venant de la composition des roches, telle que la présence de sulfates, et l'aspect physique des roches, tel que des niches ou des cristaux se sont formés, on aidé à émettre la conclusion que Mars a une histoire aqueuse.

"L'eau liquide a par le passé traversé ces roches. Elle a changé leur texture, et elle a changé leur chimie," a dit le Dr Steve Squyres de l'Université de Cornell, Ithaca, N.Y., investigateur principal pour les instruments scientifiques à bord d'Opportunity et de son jumeau Spirit. "Nous avons pu lire les indices indicateurs d'eau qui ont été laissés, nous donnant la confiance pour cette conclusion," a-t-il dit.

Le Dr James Garvin, le scientifique en chef pour l'exploration de Mars et de la Lune au siège de la NASA à Washington, a dit, "La NASA a lancé la mission des rovers d'exploration de Mars spécifiquement pour vérifier si au moins une part de Mars aurait eu un environnement constamment humide qui pourrait probablement avoir été hospitalier pour la vie. Aujourd'hui nous avons les évidences fortes pour une réponse passionnante: Oui."

Opportunity a encore du travail. Il essayera de déterminer si, à part avoir été exposé à l'eau après qu'elles aient été formées, les roches auraient pu avoir été à l'origine constituées par des minerais précipités à partir d'une solution au fond d'un lac ou d'une mer salé.

Le premier panorama envoyé par Opportunity depuis son site d'atterrissage dans la région de Meridiani Planum de Mars cinq semaine auparavant avait enchanté les chercheurs au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA (JPL), à Pasadena, Californie, en raison de la bonne fortune qui a fait arriver le vaisseau spatial à côté d'une tranche de roches exposées sur la pente intérieure d'un petit cratère.

Le géologue de terrain robotique a passé la plupart des dernières trois semaines à examiner l'affleurement entier, et puis est revenu pour une inspection en plan rapproché de parties choisies. Le rover a trouvé une concentration très élevée de soufre dans l'affleurement avec son spectromètre à particules alpha, qui identifie les éléments chimiques dans un échantillon.

"La forme chimique de ce soufre semble être sous forme de sulfates de magnésium, de fer ou d'autres sels de sulfate," a dit le Dr Benton Clark, des Lockheed Martin Space Systems de Denver. "Des éléments qui peuvent former des sels de chlorure ou même de bromure ont également été détectés."

Au même endroit, le spectromètre Moessbauer du rover, qui identifie des minerais à base de fer, a détecté un minerai hydraté de sulfate de fer appelé jarosite. L'Allemagne a fourni ces deux instruments. Le spectromètre miniature à émission thermique d'Opportunity a également fourni les preuves de sulfates.

Sur terre, les roche avec autant de sels que ce roc Martien ont soit été formées dans l'eau ou, après formation, ont été fortement changées par de longues expositions à l'eau. La jarosite peut indiquer une histoire humide de la roche ayant été dans un lac acide ou un environnement de source chaude acide.

Les indications de l'eau provenant de l'aspect physique des roches se décline en au moins trois catégories, a dit le Dr John Grotzinger, géologue des sédiments du Massachusetts Institute of Technology, Cambridge: des impressions appelées des "vugs," des sphérules et des sédiments entrecroisés.

Les images de la caméra panoramique et l'encre et de la caméra du microscope du rover indiquent que la roche cible, surnommée "EL Capitan," est complètement marquée par des impressions d'environ un centimètre de long et un d'un quart de cela en largeur au moins, avec des orientations apparentes aléatoires. Cette texture distinctive est bien connue des géologues comme celle de sites où les cristaux des minerais de sel se forment dans la roche qui reposent dans l'eau saumâtre. Quand les cristaux disparaissent plus tard, par érosion ou par la dissolution dans de l'eau moins salée, les vides laissés derrière s'appellent des vugs, et dans ce cas-ci ils se conforment à la géométrie d'anciens minerais d'évaporite possibles.

Des particules rondes la taille de myrtilles sont incrustées dans l'affleurement. De leur seule forme, ces sphérules pourraient être formées par des éruptions volcaniques, être des gouttelettes de roc fondu par un impact de météore, ou de l'accumulation des minerais sortant d'une solution à l'intérieur d'une roche poreuse et imbibée d'eau. Les observations d'Opportunity que les sphérules ne sont pas concentrés en des couches particulières dans l'affleurement pèsent contre une origine volcanique ou d'impact, mais n'éliminent pas complètement ces origines.

Des couches dans la roche qui reposent penchées par rapport aux couches principales, un modèle appelé crossbedding, peuvent résulter de l'action du vent ou de l'eau. Les vues préliminaires Opportunity montrent des effets caractéristiques de l'action de l'eau, tels que la petite échelle des modèles concaves du crossbedding et de possibles patterns concaves constitués par des lignes de crête sinueuses des arêtes sous-marines.

Les images obtenues jusqu'ici ne sont pas adéquates pour une réponse définitive. Ainsi les scientifiques projettent de faire manoeuvrer Opportunity plus près de ces caractéristiques pour une meilleure vue. "Nous avons des indices époustouflants, et nous projetons d'évaluer cette possibilité dans un proche avenir," a dit Grotzinger.

Le JPL, une division de l'Institut de Technologie de la Californie à Pasadena, contrôle le projet des rovers d'exploration de Mars pour le Bureau des Sciences spatiales de la NASA à Washington.

Pour des informations sur la NASA et la mission de Mars sur l'Internet, visitez:

http://www.nasa.gov

Des images et des informations additionnelles sur le projet sont également disponibles sur l'Internet à:

http://marsrovers.jpl.nasa.gov

et

http://athena.cornell.edu

-fin-

Communiqué de la NASA à propos d'Opportunity - 2 mars 2004:

Les quartiers généraux de la NASA annoncent la présentation de résultats demain, ce qui a déjà suscité des spéculations:

"Des résultats significatifs du rover d'exploration de Mars Opportunity, qui explore en ce moment Meridiani Planum sur Mars, seront annoncés à une conférence de presse à 14 heures EST, mardi 2 mars 2004, aux quartiers généraux de la NASA à Washington."

"Le briefing sera donné au James E. Webb Auditorium, la rue de 300 East St, S.W., Washington, et sera diffusé sur NASA TV avec des possibilités de questions et réponses bi-directionnelles pour les journalistes couvrant l'événement depuis les centres participants de la NASA."

"Le Dr. Ed Weiler, Administrateur Associé, bureau de la Science de l'Espace au siège de la NASA siège, fera des remarques préliminaires. Les membres du panel incluent:

-Le Professor Steve Squyres, Investigateur Principal de Mars Exploration Rover (MER), Cornell University, Ithaca, N.Y.
-Le Professor John Grotzinger, géologue scientifique de l'équipe MER, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, Mass.
-Le Dr Benton C. Clark III, membre de l'équipe scientifique de MER et scientifique en Chef de l'Exploration Spatiale, Lockheed Martin Space Systems Astronautics Operations, Denver
-Le Dr Joy Crisp, scientifique du programme MER, Jet Propulsion Laboratory de la NASA, Pasadena, Californie
-Le Dr Jim Garvin, Scientifique en Chef pour Mars et la Lune, quartiers généraux de la NASA

"NASA TV est disponible sur AMC-9, transpondeur 9C, C-Band, situé à 85 degrés de longitude occidentale. La fréquence est de 3880,0 mégahertz. La polarisation est verticale, et le son est monaural à 6,80 mégahertz. Le son de l'émission sera disponible sur le circuit de vocal au centre de l'espace de Kennedy sur 321/867-1220."

"Pour un webcast du briefing et des informations sur NASA TV sur l'Internet, visitez: http://www.nasa.gov/ntv "

Le miscroscope du robot montre de sortes de filaments sur le sol au site d'Opportunity:

Les scientifiques du rover ont trouvé de très fines choses filamenteuses dans le sol à l'emplacement de l'atterrissage d'Opportunity, repérées dans plusieurs photos au microscope. Les objets vont de quelques millimètres à quelques centimètres de taille. Steve Squyres, scientifique dirigeant dans la mission, dit que les objets peuvent venir de la Terre, transportés vers Mars à bord d'Opportunity, tel que des fibres projetées en l'air dans le secteur par les airbags d'atterrissage de la sonde spatiale.

Squyres a indiqué aux journalistes à un briefing du JPL, "avant que je me mette à trop me passionner au sujet de quelque chose comme ceci, je rappellerais que ce véhicule a atterri en utilisant une sorte de grossier tissu. Ce tissu a pris des coups terribles dans le processus" de l'atterrissage.

"Je serai honnête avec vous," a-t-il dit, "nous ne savons pas ce que sont ces choses. Nous en avons vu juste un nombre très limité et ils nous troublent."

Possibles indications de traces d'eau liquide salée sur le site d'Opportunity:

Les petites sphères trouvées sur la surface ont été également été trouvées au-dessous de la surface dans un tranchée creusée par le robot Opportunity. Des indications possibles de traces d'eau salée ont été également trouvés dans le fossé, mais les scientifiques de l'équipe disent que beaucoup plus d'analyse est nécessaire pour apprendre la composition véritable.

Dans une conférence de presse aujourd'hui, des scientifiques de la NASA ont dit que le sol aux deux emplacements explorés pourrait contenir un peu d'eau mélangés à du sel dans une saumure qui peut exister sous forme liquide à des températures très basses. Ils ont insisté sur le fait que seulement des quantités minuscules d'eau seraient nécessaires pour créer la saumure.

On a également montré que le sol a collé sur les roues du robot, ce qui peut être expliquée si le mélange de sable, de poussière avec un peu d'eau salée donne au sol des propriétés telles celle d'un ciment.

Une erreur explique la coloration trop rouge des images de Mars par Spirit et Opportunity:

Jim Bell a déclaré dans une interview au New York Times que si les images prises par les rovers Spirit et Opportunity apparaissent tellement rouge voire bordeaux, c'est parce qu'un filtre rouge avait été activé par une erreur de raison inconnue sur les caméras des deux robots.

Jim Bell est un astronome bien connu, spécialisé en planétologie, s'occupant notamment du traitement des images du télescope spatial Hubble et qui est le responsable des réglages des caméras panoramiques des missions Spirit et Opportunity.

Bell parle d'une "énorme erreur" et de "beau gâchis".

Opportunity se pose sur Mars:

Le deuxième robot de la mission courante de la NASA, Opportunity, a atterri sur Mars tard ce samedi, arrivant sur la planète exactement trois semaines après que son jumeau Spirit se soit posé.

Le microscope de Spirit voit de nombreux grains de sable creux:

Un premier ensemble complet de mesures scientifiques par les instruments sur le bras robotique du rover indique que certains grains du sol sont mystérieusement creux.

Parmi les particules qui sont la plupart du temps de la taille de grains de sable, un grand nombre de sphères et de tubes apparemment creux ont été repérés. Ces grains étaient complètement inattendus. John Grotzinger, un géologue su Massachusetts Institute of Technology, dit qu'ils ressemblent étroitement à des formations qu'il a vues dans les sols de déserts du sud-ouest des USA. Il a dit: "il y a là de petits tubes qui s'accumulent par l'action capillaire, quand l'eau salée s'évapore du quasi-sec."

Conditions pour l'eau sur le site de Spirit:

Les conditions de pression et de température à l'emplacement d'atterrissage de Spirit sont près du triple point de l'eau, a dit John Grotzinger du MIT. Ceci signifie que n'importe quel état de l'eau pourrait changer de phase entre l'état solide, liquide et gazeux en réponse à de petits changements des conditions, et Spirit est dans un secteur dont les températures changent largement pendant les cycles quotidiens et saisonniers.

L'eau liquide pure ne peut pas être stable sur le site dans les conditions actuelles, dit Grotzinger. Mais il a ajouté qu'une saumure pourrait l'être car les sels dissous changeraient les températures de congélation et d'ébullition.

Des carbonates, des matériaux hydratés, peut-être de l'argile détectés sur le site d'atterrissage de Spirit:

Les premières images prises par le mini spectromètre du robot, un instrument infra-rouge capable d'indiquer la composition des sols et roches proches, mettent en évidence des carbonates et les minerais hydratés. Ceux-ci sont habituellement, bien que pas exclusivement, produits dans des eaux liquides superficielles longtemps stables.

Les spectrogrammes pris par Spirit ont été comparés à ceux d'une sonde spatiale sur orbite autour de Mars et des spectrogrammes de référence pris en laboratoires sur terre. "Nous sommes en extase de voir à quel point ceux-ci se corroborent," a dit Phil Christensen, de l'université d'Etat de l'Arizona, qui a conçu de l'instrument.

Parmi les signatures du Mini-TES vues jusqu'ici, il y a des silicates et des carbonates, et les signes d'un certain genre de minerai hydraté, "probablement des minerais d'argile", indique Christensen.

Ces derniers pourraient être "vraiment fantastiques", dit Michael Carr, un expert en géologie martienne de l'US Geological Survey. "Si nous trouvons une roche argileuse, ce serait une preuve absolue" que l'endroit ait réellement été un lieu recouvert par de l'eau liquide durant une longue période.

Spirit mesure les températures au sol:

PASADENA, Californie, 9 janvier 2004. - Le robot Spirit a pris des mesures de la température au sol sur Mars pour la première fois, vendredi, a dit la NASA. Le scientifique Phil Christensen, qui est en charge des lectures de la température, a énoncé:

"Sur le sol, la température la plus chaude est autour de cinq degrés Celsius et la plus froide est de -15 degrés Celsius."

Permettez-moi de rappeler qu'en termes de saisons, nous sommes au début du printemps sur Mars en ce moment, et non au milieu de l'été.

Une image de Spirit montre ce qui ressemble à un sol boueux sous la poussière de Mars:

PASADENA, Californie, 6 janvier 2004. -- le sol de roches éparses du cratère de Gusev sur est apparu dans des photographies nettes avec la publication des images les plus détaillées jamais obtenue à partir de la planète, prise par la caméra panoramique de l'atterrisseur Spirit, donnant un avant-goût alléchant des choses à venir.

Une des images composites principale de l'atterrisseur Spirit montre une substance mystérieuse juste aux pieds du rover, que les scientifiques de la NASA ont décrits comme "un matériel étrangement cohésif comme de l'argile" avec des textures inattendues. Ce matériel du sol a été exposé à la surface quand l'atterrisseur Spirit a traîné ses airbags vides à travers la surface martienne pour les rétracter.

Le scientifique en chef de la mission Spirit Steve Squyres, de l'université de Cornell, qui est le directeur de la mission au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, a indiqué: "la manière dont la surface a répondu est bizarre, je ne la comprends pas. Je ne connais personne dans mon équipe qui la comprend... Cela ressemble à de la boue, mais ce ne peut pas être de la boue."

Le matériel semble avoir été écrasé et groupé en masse compacte, comme une boue moite et visqueuse, et a été cassée en morceaux à certains endroits. Squyres a indiqué qu'un des atterrisseur Viking dans les années 70 pourrait avoir vu quelque chose comme cela ailleurs sur Mars. Le petit robot à roulettes de Pathfinder avait également suscité des commentaires semblables quand les gens ont remarqué qu'il laissait des traces qui avaient eu l'aspect de traces dans du sable humide sous la surface sèche.

Spirit se pose sans problème et transmet de nouvelles images:

A 08:35 heures du Pacifique le samedi 3 janvier 2004, la sonde robotisée Spirit de la NASA a rebondi sur la surface de Mars et s'est immobilisée. Les scientifiques de la NASA ont alors entendu le signal radio de Spirit indiquant qu'il avait survécu à l'atterrissage sur Mars. Rapidement des images en noir et blanc montrant une partie du robot reposant devant un grand rocher au milieu d'une plaine de roches éparses ont été projetées sur les écrans dans la salle de contrôle de mission au laboratoire de propulsion à réaction de la NASA à Pasadena.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 mars 2009