Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

Les dernières nouvelles de Mars Global Surveyor:

Cette page a rassemblé les nouvelles relatives à la sonde spatiale Mars Global Surveyor. Cette sonde a atteint l'orbite martienne en 1997 et a cessé de fonctionner le 2 novembre 2006.

Voir aussi:

Cliquez! La section "Mars" de ce site.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la recherche de la vie sur Mars.
Cette page Les dernières nouvelles de la sonde Mars Global Surveyor (Cette page).
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Odyssey.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Express et du lander Beagle 2.
Cliquez! Les dernières nouvelles des sondes martiennes Spirit et Opportunity.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde martienne Phoenix.


02.11.2006La fin de MGS.
06.12.2006MGS fournit encore des preuves de coulées d'eau liquide sur Mars.
13.11.2003MGS fournit les preuves de coulées d'eau liquide persistantes sur Mars.
02.06.2003Des coulées de boue avec eau liquide observée sur Mars.
02.06.2003Et la France aussi: Lancement réussi pour Mars Express.
14.02.2003Le pôle Sud de Mars est essentiellement de la glace d'eau et non de la glace de CO2.
06.12.2001Mars Global Surveyor repère de possibles changements de climat de Mars.

La fin de MGS:

Mars Global Surveyor a pour la dernière fois communiqué avec la terre le 2 novembre 2006. Dans un délai de 11 heures, les batteries épuisées ont probablement laissé le vaisseau spatial incapable de contrôler son orientation.

Source http://mpfwww.jpl.nasa.gov/mgs/newsroom/20070413a.html

MGS démontre encore des écoulements d'eau liquide sur Mars:

6 décembre 2006

Dwayne Brown/Erica Hupp
Siège social, Washington
202-358-1726/1237

Guy Webster
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Californie.
818-354-6278

COMMUNIQUE: 06-362

DES IMAGES DE LA NASA SUGGERENT QUE L'EAU LIQUIDE COULE TOUJOURS EN BREVES EMISSIONS SUR MARS

WASHINGTON - Des photographies de la NASA ont indiqué de nouveaux dépôts brillants vus dans deux caniveaux sur Mars qui suggèrent que l'eau y a charrié des sédiments à un certain moment lors de ces dernières sept années.

"Ces observations donnent la preuve la plus forte jusqu'ici que l'eau circule toujours de temps en temps sur la surface de Mars," a dit Michael Meyer, scientifique en chef pour le programme d'exploration de Mars de la NASA, à Washington.

L'eau liquide, par opposition à la glace d'eau et à la vapeur d'eau dont on sait qu'elles existent sur Mars, est considérée nécessaire pour la vie. Les nouveaux résultats intensifient le débat au sujet de la capacité de Mars à héberger une vie microbienne. L'appareil photo de la sonde spatiale sur le satellite de la NASA Mars Global Surveyor a fourni de nouvelles preuves de ces dépôts dans des images prises en 2004 et 2005.

"Les formes de ces dépôts sont celles que vous vous attendez à trouver si le matériel étaient portés par de l'eau qui se déverse," a dit Michael Malin du Malin Space Science Center, de San Diego. "Ils ont des branches comme des doigts à l'extrémité au bout de leur pente et ont facilement contourné de petits obstacles." Malin est l'investigateur principal pour l'appareil photo et l'auteur principal d'un rapport au sujet de ces résultats publié dans le journal Science.

L'atmosphère de Mars est tellement ténue et la température si froide que l'eau liquide ne peut pas persister sur la surface. Elle s'évaporerait ou gèlerait rapidement. Les chercheurs proposent que l'eau pourrait rester assez longtemps liquide, après avoir jailli d'une source souterraine, pour porter des débris le long de pentes avant de geler totalement. Les deux dépôts récents sont chacun de plusieurs centaines de mètres de long.

La tonalité claire des dépôts peut provenir du gel de surface continuellement alimenté en glace dans le corps du dépôt. Une autre possibilité est une croûte salée, qui serait un signe des effets de l'eau concentrant les sels. Si les dépôts avaient résulté de poussière sèche glissant en bas de la pente, ils seraient probablement sombres, basés sur les tonalités foncées de la poussière fraîchement remuée par les trace des robots explorant la surface de Mars, sur les traces des "dust devils" et celle des cratères récents sur Mars.

Mars Global Surveyor a découvert des dizaines de milliers de rigoles sur des pentes à l'intérieur des cratères et d'autres dépressions sur Mars. La plupart des caniveaux sont à des latitudes de 30 degrés ou plus haut. Malin et son équipe ont rapporté pour la première fois la découverte de rigoles en 2000. Pour trouver des changements qui pourraient indiquer l'écoulement actuel de l'eau, son équipe appareil photo a repris à plusieurs reprises des photos de mêmes sites. Une paire d'images a montré une rigole qui est apparue après le milieu de l'an 2000. Ce site se trouvait sur une dune de sable, et le processus d'apparition de rigoles a été interprété comme un écoulement de sable sec.

L'annonce d'aujourd'hui est la première à indiquer des matériaux nouvellement déposés apparemment porté par des fluides après que des images antérieures aient été prises des mêmes rigoles. Les deux sites sont à l'intérieur de cratères dans les régions de Terra Sirenum et de Centauri Montes dans le Sud de Mars.

"Ces dépôts récents suggèrent qu'à certains endroits et à certains moments sur Mars actuellement, l'eau liquide émerge de sous la terre et coule brièvement en bas des pentes. Cette possibilité soulève des questions au sujet de la façon dont l'eau resterait liquide au-dessous du sol, sur la façon dont elle pourrait se répandre, et s'il y a un habitat humide souterrain favorable à la vie. Les futures missions pourraient fournir les réponses," a dit Malin.

En plus de la recherche de changements dans les rigoles, l'équipe de l'appareil photo de la sonde spatiale a évalué la vitesse à laquelle de nouveaux cratères d'impact apparaissent. La caméra a photographié approximativement 98 pour cent de Mars en 1999 et approximativement 30 pour cent de la planète a été photographié à nouveau en 2006. Les images plus récentes montrent 20 cratères d'impact récents, s'étendant d'un diamètre de 7 pieds (2 mètres) à 486 pieds (148 mètres) qui n'étaient pas visibles approximativement sept ans plus tôt. Ces résultats ont des implications importantes pour déterminer les âges des caractéristiques de la surface de Mars. Ces résultats correspondent également approximativement aux prévisions et impliquent que les terrains de Mars ayant peu de cratères sont vraiment jeunes.

Mars Global Surveyor a commencé à orbiter autour de Mars en 1997. La sonde spatiale est responsable de beaucoup de découvertes importantes. La NASA n'a plus eu de signaux de la sonde depuis début novembre. Les tentatives pour entrer en contact avec elle continuent. Sa longévité sans précédent permis de surveiller Mars plusieurs années de plus que ce qui avait été initialement prévu.

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena contrôle la mission Mars Global Surveyor depuis la Direction des Missions Scientifiques de la NASA, à Washington.

Pour plus d'informations sur les missions de la NASA sur Mars, visitez:

http://www.nasa.gov/mars

MGS fournit les preuves de coulées d'eau liquide persistantes sur Mars:

Sur http://www.msss.com/mars_images/moc/2003/11/13, le Malin Space Science System a annoncé que Mars Global Surveyor a maintenant fourni la preuve qu'il y avait des écoulements persistant d'eau liquide sur Mars.

L'appareil photo Mars Orbiter Camera (MOC) à bord de Mars Global Surveyor a pris des photos haute résolution de Mars depuis septembre 1997 et a maintenant "seulement couvert aux alentours de 3% de la surface martienne avec son appareil haute résolution (1,5 à 12 5 à 40 pieds de mètres par pixel)." MSSS ajoute, "donc une découverte importante par MOC peut survenir - et survient - à tout moment, même après cinq à six ans de durée de la mission."

Le journal scientifique Science a publié sur l'Internet la découverte la plus récente de MOC: un antique secteur alluvial, érodé, avec une distribution sédimentaire, situé dans un cratère à 24.3°S, 33.5°W.

Les images prouvent qu'il est toujours possible que l'eau liquide coule à travers la surface martienne, des dépôts transportés par des vallées par l'eau ont formé un dépôt en forme d'éventail dans un delta de 64 kilomètres au nord-est du cratère de Holden.

MSSS explique:

"Cela fournit la preuve sans équivoque, que certaines vallées sur Mars ont éprouvé le même type de circulation d'eau liquide persistante, s'écoulant pendant de longues périodes comme les fleuves le font sur la Terre. Deuxièmement, parce que le delta est aujourd'hui un dépôt de roches sédimentaires, il démontre que des roches sédimentaires sur Mars étaient, comme on le suspectait mais sans que cela ait jamais été clairement prouvé, déposées par un liquide (probablement un environnement d'eau liquide). Troisièmement, la forme générale, le pattern de ses canaux, et les basses pentes topographiques fournissent la preuve indirecte que ces caractéristiques sont réellement celles d'un delta - c.-à-d., un dépôt fait quand un fleuve ou une rivière arrive dans une zone d'eaux de surface [en clair, lacs, mers]. En d'autres termes, le paysage découvert par MOC peut être l'indicateur le plus fort que quelques cratères et d'autres dépressions sur Mars ont par le passé contenu des lacs. Bien que des centaines d'autres endroits sur Mars où des vallées entrent dans des cratères et les bassins ont été prises par MOC, c'est la première fois que de tels paysages sont présentés ici."

Des coulées de boues d'eau liquide observées sur Mars:

Des photographies aériennes de dunes de sable gelé sur Mars par la sonde Mars Global Surveyor ont montré que chaque été, la glace fond et fait dévaler des torrents de boues le long des pentes.

Cette découverte déjà controversée est la première fois que l'on annonce la présence d'eau liquide sur la surface de Mars dans les milieux scientifiques. Des traces similaires étaient déjà connues, et faisaient l'objet de controverses scientifiques, certain estimant que c'était la preuve de la présence d'eau liquide sur Mars dans un passé lointain, et d'autres affirmant que les traces dont dues à de la lave, des glissements de terrains ou de la glace sèche, c'est à dire du CO2 gelé.

Se référant au gisement de dunes du cratère de Russell où les écoulements de boue ont été photographiés, Dennis Reiss du centre aérospatial allemand qui a fait la découverte a indiqué: "ce sont de bons futurs emplacements d'atterrissage pour la recherche de la vie."

Le Dr. Reiss a dit qu'il a étudié des images des dunes du cratère Russell sur une année Martienne complète et a constaté que leurs arrangements changent lentement, ce qui exclut des éboulements et l'écoulement de la lave. Il a continué avec une analyse de la réflectivité des dunes et a découvert que le dioxyde de carbonique gelé se vaporise au dégel du printemps, laissant sous lui une couche de glace d'eau alors que les températures de journée s'élèvent environ à 25°C.

Ceci implique que l'eau gelée dans les dunes devient liquide l'après-midi des jours de printemps et d'été. Il a dit que l'eau liquide coule ensuite en bas des côtes en laissant des traces typiques. La nuit, les températures retombent à -60°C, gelant la boue sur place.

Ces découvertes sont publiées dans le numéro actuel de la revue professionnelle Geophysical Research Letters.

Lancement réussi pour Mars Express:

Le CNES informe que la sonde Mars Express a décollé avec succès depuis Baïkonour dans la soirée du 2 juin. L'engin est correctement placé sur sa trajectoire qui le fera atteindre Mars fin décembre 2003. Le CNES rapporte: "La sonde emporte les instruments Omega et Spicam, développés sous maîtrise d'oeuvre française avec le soutien du CNES. Outre la recherche d'eau et d'éventuelles formes de vie, les scientifiques espèrent surtout obtenir une vue globale de Mars: son histoire, sa géologie, son évolution."

Source www.cnes.fr

Mars Global Surveyor voit un possible changement de climat sur Mars:

Annonce de la NASA:

Mary Hardin
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
(Phone: 818/354-0344)

Tim Tawney
Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Md.
(Phone: 301/614-6573)

RELEASE: 01-240

GLOBAL SURVEYOR DE LA NASA VOIT UN CHANGEMENT POSSIBLE DE CLIMAT SUR MARS

La planète Mars que nous connaissons aujourd'hui est froide, sèche, un monde désertique, mais supposez que le climat martien change même maintenant, d'année en année et de décennie en décennie?

Les nouvelles observations par la sonde spatiale Mars Global Surveyor de la NASA augmentent la compréhension du climat martien et peuvent indiquer que le climat change sensiblement même actuellement. Ceci suggère que des changements de climat encore plus importants se soient produits pendant l'histoire récente de la planète et puissent se produire encore dans son futur. Les observations ont été faites pendant une année martienne complète, soit 687 jours terrestres.

S'il en est ainsi, Mars pourrait un jour devenir plus chaude et plus humide, comme quelques scientifiques suggèrent qu'elle l'était pendant le début de son histoire. Des papiers détaillant ces observations sont publiés dans le numéro du 7 décembre 2001 du magazine Science.

"Si l'environnement de Mars a vraiment changé autant et sur une période de temps aussi courte que notre observation l'implique, il devrait y avoir des attributs de Mars reflétant ces changements qui peuvent être mesurables par des atterrisseurs," a dit le Dr. Michael Malin, investigateur principal pour le système de caméras de Mars Global Surveyor au Malin Space Science Systems de San Diego. "Si Mars avait une pression atmosphérique plus élevée dans un passé pas trop éloigné, il est plus probable que l'eau ait été présent en tant que liquide proche de la surface."

L'eau liquide est exigée pour soutenir les formes connues de la vie, et la présence de l'eau liquide sur Mars rendrait plus probable qu'il y ait pu y avoir de la vie.

"Détecter les traces du changement de climat et la variabilité sur Mars en employant des données de Mars Global Surveyor est un aspect important pour nous indiquer où aller sur la surface cette décennie," a dit le Dr. James Garvin, scientifique en chef à la NASA pour l'exploration de Mars, à Washington. "Clairement, les régions polaires sont un bon endroit où nous voudrions rechercher des passages hydrothermiques pour voir s'ils existent sur Mars."

Les images du système de caméras de Mars Global Surveyor prouvent que des puits - souvent désignés sous le nom de terrain "en gruyère" sur la calotte de glace polaire méridionale de Mars ont considérablement augmenté de diamètre, indiquant que le matériel s'est évaporé rapidement comparé à l'année dernière.

"La quantité de changement est beaucoup plus grande que n'importe quel changement précédent que nous ayons vu sur Mars et il est beaucoup plus grand que ce que l'on peut expliquer par l'évaporation de la glace d'eau. Nous avons calculé que le seul matériel qui pourrait avoir changé à ce point est une glace d'anhydride carbonique, ce que nous appelons la glace sèche," a dit Malin. "Ceci signifie que l'environnement de Mars que nous voyons aujourd'hui pourrait ne pas être ce qu'il était il y a quelques cent ans, et peut ne pas être ce qui existera quelques cent ans à l'avenir."

Une observation séparée fournit plus de détail au sujet du comportement de l'anhydride carbonique dans l'atmosphère martienne. L'anhydride carbonique est un gaz "à effet de serre" censé réchauffer le climat quand sa concentration atmosphérique augmente. L'altimètre laser de la sonde spatiale et le système de détection par radio ont fait des mesures précises de la quantité et de la densité de la neige d'anhydride carbonique dans les deux régions polaires. Cette information donne aux scientifiques la première mesure globale de l'échange saisonnier de l'anhydride carbonique entre l'atmosphère et la surface.

En raison de l'inclinaison de la planète, Mars a des saisons tout comme la terre. Les scientifiques savent depuis longtemps su que le changement saisonnier le plus important sur Mars est le passage de l'automne et de l'hiver qui fait "prendre en glace" l'anhydride carbonique de l'atmosphère sous forme de gel et de neige de glace sèche. L'évaporation du gel extérieur au printemps et en été restitue l'anhydride carbonique à l'atmosphère. En une année martienne, pas moins d'un quart de l'atmosphère gèle, mais jusqu'ici les scientifiques ne savaient pas avec précision où et combien de gel et de neige de glace sèche s'empilait sur la surface.

"Nous avons mesuré quelle profondeur de neige de glace sèche a été déposée sur Mars en un an. Nous avons également mesuré le changement minuscule correspondant du champ de pesanteur dû à l'anhydride carbonique transporté d'un pôle à l'autre avec les saisons," a dit le Dr. Maria Zuber, investigateur principal adjoint pour l'altimètre à laser, du Massachusetts Institute of Technology, à Cambridge, et le centre des vols spatiaux Goddard de la NASA, de Greenbelt, Maryland.

"La neige sur Mars est plus dense que la neige sur terre et est vraiment plutôt comme de la glace que comme de la neige. La compréhension du cycle actuel de l'anhydride carbonique est une étape essentielle vers la compréhension des climats martiens dans le passé", a dit Zuber.

Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA à Pasadena, Californie, contrôle la mission Mars Global Surveyor pour le bureau de la NASA des Sciences Spatiales, à Washington. Le JPL est une division de l'Institut de Technologie de Californie, à Pasadena.

12.11.2001 - Volcanisme actif sur Mars:

Les scientifiques ont encore réévalué Mars la semaine dernière pendant la réunion annuelle de la société de géologie Américaine (GSA), qui s'est tenue à Boston, dans le Massachusetts.

De nouvelles données de l'appareil photo de Mars Global Surveyor (MGS), et des données de son altimètre de laser (MOLA) indiquent une activité volcanique continue, avec des formations géologiques causées par des inondations récentes. Ces événements volcaniques et hydrologiques sont jeunes, géologiquement parlant, et pourraient peut-être toujours se produire sur Mars à l'avenir, un argument de plus pour soutenir que la vie est fermement enracinée sur la planète.

Des études ont déjà montré que quelques écoulements volcaniques ont probablement eu lieu au-dessus des sols riches en glaces. Au moins un écoulement provient des longues crevasse de Cerberus Fossae sur Mars. En outre, les inondations récentes proviennent de circuits de remontées à l'air libre, déposant peut-être de l'eau de la sous-surface peu profonde sur laquelle les écoulements volcaniques postérieurs peuvent agir.

Susan Sakimoto, un scientifique du NASA Goddard Earth Science and Technology Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland, avec plusieurs collègues de recherches, a rapporté que les nouvelles données indiquent des éruptions étendues de lave sur Mars. Par ailleurs, ils pensent avoir de forts arguments pour dire que les dispositifs volcaniques et hydrologiques dans ces secteurs sont jeunes et de même origine.

Sakamoto explique:

"De par la gamme apparente des âges des écoulements dans la région, c'est clairement une province volcanique depuis longtemps. De futurs événements hydrologiques et/ou volcaniques sont encore imaginables."

"Ce sont des exemples absolument merveilleux de volcanisme de plaines. Basé sur la convergence des dispositifs fluviaux et volcaniques dans la topographie, les preuves de leur interaction, leurs dépôts communs, les résultats de modélisations d'écoulement des éruption, et la nature épisodique du modèle d'éruption, et de leur jeunesse, il est clair pour nous que le potentiel pour des éruptions continues dans les prochaines quelques dizaines de millions d'années doit exister."

"Je suis l'une parmi le nombre de plus en plus important de scientifiques planétaires qui commencent à penser sérieusement que Mars peut toujours avoir une activité volcanique. La région de bassin de Cerberus Fossae/Elysium a apparemment eu des éruptions assez régulières au moins au cours des cent millions d'années récentes."

"Tandis que nous pourrions devoir attendre plusieurs million d'années (ou plus) pour assister à une autre éruption ou inondation ou coulées de lave, il y a peu de raison de penser que la région se serait récemment arrêtée alors qu'il y a eu 100 million d'années ou plus d'activité sporadique," argumente Sakimoto.

"Ainsi, j'utilise "actif" seulement dans le sens géologique du terme. Je pense qu'il y a une chance raisonnablement décente qu'il y ait de nouveau des éruptions, mais les échelles de temps sont d'ordre plus certainement géologiques qu'humaines," a-t-elle conclu.

Parmi les implications de cette nouvelle découverte, il y a le fait qu'il puisse donc exister des sources thermales continues d'eau qui remonterait à la surface et permettrait de soutenir un environnement favorable la vie. Cet environnement a pu s'être produit dans les temps géologiques récents, et pourrait être toujours là aujourd'hui, selon Sakimoto.

Il ne faut pas oublier que les scientifiques ont récemment appris que la vie bactérienne sur Terre peut soutenir des millions d'années d'inactivité métabolique et chimique complète et rétablir simplement leurs fonctions vitales quand les conditions le permettent.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 26 mai 2008.