Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

Dernières nouvelles de Mars Express et de l'atterrisseur Beagle 2:

Voir aussi:

Cliquez! La section "Mars" de ce site.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la recherche de la vie sur Mars.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Global Surveyor.
Cliquez! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Odyssey.
Cette page Les dernières nouvelles de la sonde Mars Express et de l'atterrisseur Beagle 2 (Cette page).
Cliquez! Les dernières nouvelles des sondes martiennes Spirit et Opportunity.


01.12.2005Le radar d'ESA trouve l'eau au-dessous de la surface de Mars.
30.07.2005Mars Express de l'ESA trouve de la glace d'eau dans un cratère Martien.
12.06.2005L'ESA donne son feu vert pour déployer la seconde antenne Marsis.
27.02.2005Vie sur Mars: les scientifiques disent oui.
02.23.2005New scientist: encore plus de preuves d'eau sur Mars, et plus profondément.
02.22.2005Mars Express: des scientifiques partagent un moment historique.
02.22.2005Des scientifiques suspectent la présence d'un lac gelé sur Mars.
08.15.2004L'ammoniaque détecté/pas détecté retrouvé sur le site web de l'ESA.
27.07.2004Non, pas d'ammoniaque détecté sur Mars.
19.07.2004De l'ammoniaque détecté, une signe de plus de vie présente sur Mars.
24.01.2004Des zones sombres au fond de Valles Marineris.
23.01.2004Les premières données de Mars Express confirme les glaces d'eau eau pôle Sud.
23.01.2004Les premières images de Mars Express confirment l'érosion par l'eau.
15.01.2004Bientôt des bulletins météo pour Mars.
26.12.2003Beagle 2 toujours silencieux lors de la 2eme tentative de communication.
25.12.2003Etat de l'atterrissage de Beagle 2.
19.12.2003Séparation réussie entre Beagle 2 et son vaisseau mère.
27.11.2003Sonde spatiale Européenne sur Mars pour Noël.
02.06.2003Et la France aussi: Lancement réussi pour Mars Express.

Le radar de l'ESA trouve l'eau sous la surface de Mars:

Le magazine Science signale que l'antenne du radar MARSIS à bord du vaisseau spatial Mars Express de l'ESA a sondé sous les dépôts de glace du pôle du nord de Mars et a indiqué qu'ils y a 1,8 kilomètres d'épaisseur de glace dans la région étudiée.

Des indications stupéfiantes d'eau liquide dans un cratère d'impact enterré ont été également trouvées. Une structure circulaire de 250 kilomètres de large qui se trouve entre 1,5 et 2,5 kilomètres au-dessous de la surface de Chryse Planitia est un cratère d'impact qui a été recouvert de cendre volcanique ou débris il y a plusieurs milliard d'années. L'équipe a vu qu'aucune frontières matérielle ne remplit la cuvette du cratère et les signaux de radar perdent peu de force en passant à travers. Cela suggère que ce qui remplit le cratère contenir une grande proportion d'eau, quasi transparente au radar.

Le signal reflété du fond du cratère est si fort et semble si plat que cela devrait être de l'eau liquide. "si vous mettiez de l'eau là, c'est à cela que le signal pourrait ressembler," a dit William Johnson, manager de MARSIS.

Mars Express de l'ESA trouve de la glace d'eau dans un cratère martien:

L'image à gauche a été prise par la caméra stéréo à haute résolution (HRSC) à bord de la sonde spatiale Mars Express de l'ESA. Elle montre une zone de glace d'eau située sur le fond d'un cratère ne portant pas de nome situé près du pôle nord de Mars.

Des images avec une résolution au sol d'approximativement 15 mètres par pixel montrent la glace d'eau résiduelle dans ce cratère qui a 35 kilomètres de large et une profondeur maximum d'approximativement 2 kilomètres au-dessous de son bord.

Cette glace est présente de manière permanente puisque la température et la pression ne permettent pas sa sublimation. Des traces de glace d'eau sont également présentes le long du bord du cratère et sur ses parois.

Source et crédit et meilleures images sue le site internet de l'ESA à http://www.esa.int/SPECIALS/Mars_Express/SEMGKA808BE_1.html

L'ESA donne son feu vert pour le déploiement de la seconde antenne MARSIS:

Après que le déploiement de la première perche d'antenne de MARSIS à bord de la sonde Mars Express, il y avait eu quelques soucis concernant le déploiement de la deuxième perche. Mais l'ESA a maintenant décidé de procéder à ce déploiement, sur une période allant du 13 au 21 juin.

Ceci permettra de mesurer plus de données concernant l'eau sur Mars.

Vie sur Mars, des scientifiques disent oui:

Les scientifiques de l'Agence Européenne de l'Espace (ESA) ont dit qu'ils pensent qu'il y avait et qu'il pourrait toujours y avoir de la vie sur Mars à la fin d'une conférence d'une semaine pendant laquelle les scientifiques de partout dans le monde ont discuté des résultats de la mission de l'ESA sur Mars jusqu'ici.

Après avoir trouvé un mer de glace de 800 par 900 kilomètres et au moins 50 mètres de profondeur près de l'équateur, formée il y a moins de 5 millions d'années, et comme il y a du méthane émergeant du même secteur, aussi bien que du formaldéhyde, Vittorio Formisano a dit: "les indices de la vie sur Mars deviennent plus forts" et la " vie est probablement la seule source qui peut produire tellement de méthane", et "la question n'est plus, y a-t-il eu de la vue sur Mars dans le passé, mais y a-t-il de la vie maintenant sur Mars?"

Everett Gibson, de Centre de l'Espace Johnson de la NASA, a indiqué qu'il avait organisé un scrutin parmi les 250 scientifiques à la conférence. A la question de s'ils pensent qu'il y avait eu la vie sur Mars, 75 pour cent ont répondu par l'affirmative. A la question de sils considèrent qu'il y a de la vie présente actuellement sur Mars, 25 pour cent ont indiqué "oui". A la question sur le genre de vie, Gibson a indiqué "bactérienne."

Les scientifiques de l'ESA veulent une nouvelle mission européenne vers le sol de Mars pour prendre des échantillons.

Encore plus de preuves de l'eau sur Mars, et plus profondément:

Le magazine New Scientist rapporte à www.newscientist.com/article.ns?id=dn7026 les dernières découvertes grâce aux données de la sonde Mars Express de l'ESA.

Ils notent que tandis qu'il y a des preuves abondantes qui indiquent l'activité de l'eau liquide à travers Mars, il y avait jusqu'ici que très peu de signes des minerais que l'interaction de l'eau et de la roche volcanique devrait produire - comme des carbonates et des sulfates, excepté l'hématite, un minerai de fer altéré par l'eau.

Mais maintenant les nouvelles données de l'appareil Omega et du spectromètre infra-rouge de Mars Express ont trouvé une grande région - de 60 kilomètres par 200 kilomètres qui montre la signature spectrale nette des sulfates riches en calcium, probablement du gypse. Ceci signifie qu'au moins une partie de ce domaine "d'océan" nordique a été effectivement recouverte par de l'eau liquide pendant longtemps.

Opportunity a pu confirmer que l'hématite et d'autres minerais altérés par l'eau se trouvent jusqu'à une profondeur d'environ 30 mètres, mais les spectrogrammes d'Omega prouvent maintenant que ces mêmes dépôts se prolongent sur des centaines de mètres plus profondément. Ils sont également situés à divers niveaux dans le nord - le genre de terrain où Opportunity se trouve.

L'équipe de l'ESA a écrit: "nos résultats impliquent que des processus aqueux ont été impliqués dans la formation et/ou le changement des matériaux de terrains sur des distances de centaines de kilomètres et des profondeurs de plusieurs centaines de mètres, et prolongent donc les données prouvant que l'eau a été sur Mars au moins que dix fois plus importante qu'on l'avait précédemment pensé."

Des scientifiques partagent un moment historique:

Comme un grand secteur sur Mars est à la fois le secteur où des paquets de glace au-dessus de sols aqueux gelés, et une zone où du méthane est émis, Jan-Peter Muller de l'université de Londres a indiqué dans un rapport aujourd'hui:

"C'est un moment historique pour l'exploration de Mars, quand une région précédemment négligée révèle ses secrets."

"Les spéculations que ce secteur pourrait contenir de l'eau près de la surface se sont avérées correctes."

Les résultats pourraient être importants pour la biologie, ont indiqué Muller et ses collègues.

"Des niveaux plus élevés de méthane au-dessus de ce même secteur signifie que des micro-organismes primitifs pourraient survivre sur Mars actuellement."

Le co-directeur de l'étude, John Murray à l'Open University du Royaume-Uni dit dans le rapport d'aujourd'hui:

"Le fait qu'il y a eu des endroits chauds et humides sous la surface de Mars depuis qu'avant la vie n'ait commencée sur terre, et que certains sont probablement toujours là, signifie qu'il y a une possibilité que des micro-organismes primitifs survivent sur Mars aujourd'hui."

"Cette mission [Mars Express de l'ESA] a changé plusieurs de mes avis longtemps tenus au sujet de Mars: nous devons maintenant y aller et vérifier."

Des scientifiques suspectent la présence d'un lac gelé sur Mars:

Une équipe scientifique se basant sur des données de la sonde Mars Express de l'ESA ont écrit un papier sur la présence suspectée d'une mer ou d'un lac actuels gelés Le papier est soumis au magasine Nature et sera discuté à la Lunar and Planetary Science Conference du 18 mars 2005.

Le papier est à: http://www.lpi.usra.edu/meetings/lpsc2005/pdf/1741.pdf

L'ammoniaque découvert puis non découvert sur Mars redécouvert sur le site web de l'ESA:

En voilà une bien bonne.

Le Professeur Formisano de l'ESA a trouvé de l'ammoniaque sur Mars, a dit BBC news. Puis, le magazine scientifique Nature a dit que Formisano insiste maintenant de ce qu'il n'a pas découvert d'ammoniaque sur Mars (voir les nouvelles précédentes de cette page).

Sur le site web de l'ESA, le contraire a été publié:

http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=34633

"Un spectre composite du PFS parmi plus de 1600 mesures. Est indiqué le détail des données existantes et les indications de certaines des questions sans réponse. Les espèces gazeuses sont indiquées: CO, CO2, HÒ, HDO, NH3, S est pour la ligne solaire. Le spectre solaire est essentiellement inconnu dans la moitié de la région du PFS - ce sont les premières mesures depuis l'espace à la résolution spectrale moyenne du spectre solaire. Déterminer si une ligne relève du soleil ou est d'origine martienne est une tâche compliquée. Il y a beaucoup de régions avec des détections qui ne sont pas encore identifiées."

L'ammoniaque est pratiquement la preuve qu'il y a la vie actuellement sur Mars (en plus des nombreuses autres évidences, voir le reste de ma section Mars).

Voici le spectre publié par l'ESA montrant l'ammoniaque, provenant de leur page http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=34633

Pas de découverte d'ammoniaque sur Mars:

Après l'annonce par Formisano de l'ESA que son équipe a détecté de l'ammoniaque sur Mars, les journalistes ont voulu en savoir plus: de fait la découverte de l'ammoniaque serait pratiquement une preuve de vie actuelle puisque les conditions sur Mars le dégradent en quelques heures et qu'il n'y a aucun processus géologique qui pourrait constamment en produire.

Cependant, Formisano a maintenant insisté auprès du magazine scientifique Nature: il n'a pas détecté l'ammoniaque. Il a seulement "proposé avec optimisme proposé que son équipe pourrait l'avoir détecté" dans un abstract pour une récente conférence.

Un autre scientifique, Mike Mumma, a dit que son équipe a passé dix ans à rechercher l'ammoniaque et ne l'a jamais trouvé, et que Formisano ne peut pas le détecter parce que l'instrument de Mars Express ne le permet pas.

De l'ammoniaque détecté, un signe de plus de vie présente sur Mars:

La signature spectrale de l'ammoniaque a été détectée près par le senseur du spectromètre de Fourier (PFS) à bord de la sonde Mars Express de l'Agence spatial Européenne (ESA).

Comme le méthane, signe précédemment détecté d'activité biologique, l'ammoniaque ne peut pas survivre davantage que quelques heures dans l'atmosphère martienne. Ceci signifie qu'il doit être constamment produit.

Le méthane et l'ammoniaque sont interprétés par les adversaires de la notion de vie sur Mars comme venant de volcans actifs. Mais aucun volcan actif ni aucun point chaud d'activité volcanique n'a été trouvé sur Mars en dépit de recherches intensive. La seule alternative connue est probablement que l'ammoniaque et le méthane sont des produits de l'activité biologiques, de microbes martiens.

Il est prévu que le professeur Vittorio Formisano, scientifique responsable du spectromètre de Fourier, publie les détails des nouveaux résultats du PFS lors d'une conférence internationale la semaine prochaine à Paris.

La détection de l'ammoniaque survient juste quelques mois après que du méthane ait été trouvé dans l'atmosphère martienne. Le méthane est un autre composé ayant une origine biologique possible.

L'ammoniaque est un composé d'azote et d'hydrogène. L'azote est rare dans l'environnement Martien. Puisqu'aucune forme ordinaire de la vie terrestre ne peut exister sans l'azote, que l'azote ne peut subsister sur Mars, que son origine volcanique possible est exclue par l'absence de volcans actifs, la présence de l'ammoniaque est une indication de plus parmi le nombre sans cesse croissant d'indications qu'il y a toujours une certaine sorte d'activité biologique sur Mars actuellement.

Un scientifique de la NASA a commenté, "il n'y a aucun moyen connu pour que l'ammoniaque soit présent dans l'atmosphère de Mars qui n'impliquerait pas la vie."

(Voir démenti de cette découverte plus haut.)

Des zones sombres au fond de Valles Marineris:

Un scientifique de l'ESA a dit que les données arrivent trop rapidement pour laisser le temps de comprendre certaines taches sombres mystérieuses, comme une tache foncée dans le grand canyon de Mars et le long de certaines vallées. Elles peuvent être des dépôts sédimentaires que l'instrument OMEGA bord de la sonde devrait pouvoir identifier prochainement.

Numéro de l'image: SEMBY9474OD

Légende: Reull Vallis - Image HRSC du 15 janvier 2004

Crédits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

Les premières données de Mars Express confirment les glaces d'eau de la calotte polaire Sud:

L'eau a été directement mesurée par Mars Express sous forme de glace sur la calotte polaire sud. Cette eau de la calotte polaire Sud a été depuis longtemps suspectée, mais ce n'est que l'année dernière qu'elle est devenue plus que plausible, quand les images de Mars Global Surveyor avaient montré des trous de dégivrage dans la couche de plusieurs mètres de CO2 congelé couvrant cette eau suspectée.

Les principaux investigateurs de l'équipe de la sonde spatiale ont présenté leurs résultats à une conférence de presse à Darmstadt, en Allemagne, ce vendredi. L'instrument qui a fait la mesure, OMEGA, recherche la signature indicatrice de molécules telles que l'eau en étudiant les spectres de la lumière du soleil reflété de Mars.

Les mesures précédentes faites par Odyssey avaient indiqué la présence de l'eau près de la surface de Mars en dehors des pôles en comptant les neutrons d'hydrogène. Des sceptiques n'avaient pas été convaincus sous le motif que l'hydrogène n'est qu'un signe indicateur de l'eau, cependant ils n'ont pas désigné un autre composé que l'eau qui pourrait être raisonnablement trouvé dans de telles quantités et dans ces endroits. A propos des nouvelles détections et de leurs aspects quantitatifs, un scientifique de l'équipe a dit, "il est trop tôt pour indiquer si la glace d'eau signifie que le pôle sud est simplement plus froid que prévu ou s'il y a plus d'eau que prévu."

Bibring a indiqué que lui et son équipe publieraient des données sur la quantité d'eau qu'ils ont mesurée, à une date future. La semaine prochaine ils rechercheront également la glace de l'eau sur la calotte polaire nord, où l'on sait déjà qu'elle en est le composant principal sous une couche saisonnière de CO2.

Parmi les autres résultats relatifs à l'eau, il y a une mesure des ions de l'oxygène enlevé à l'air de l'atmosphère de la planète par les particules chargées électriquement qui sont composées par le vent solaire. Les ions de l'oxygène viennent vraisemblablement de la vapeur d'eau atmosphérique, qui est connue pour exister à l'état de traces dans l'atmosphère martienne.

Les premières images de Mars Express confirment l'érosion par l'eau:

Des images spectaculaires et des vidéos tournées à partir de la caméra stéréo de haute résolution (HRSC) de Mars exprès ont été publiées par l'ESA aujourd'hui.

Des canaux sinueux et des puits semblables à ceux érodés par l'eau sur terre ont été photographiés avec des résolutions de quelque mètres, en couleur, et en trois dimensions. "Je pense que nous pouvons dire, oui, il y avait l'eau agissant sur la surface de Mars," a dit Gerhard Neukum, scientifique principal du HRSC à l'ESA.

Bientôt des bulletins météo journaliers de Mars:

L'agence spatiale européenne, l'ESA, qui gère la mission Mars Express et Beagle 2, a indiqué aujourd'hui qu'elle espère pouvoir bientôt délivrer quotidiennement des bulletins météos relatif à Mars. Des données seront fournies par une expérience à bord de la sonde spatiale Mars Express, qui est maintenant sur son orbite stable finale.

Beagle toujours silencieux lors de la 2ème tentative de communication:

Tandis que l'orbiteur de l'ESA n'a aucun problème, son atterrisseur Beagle 2 est demeuré silencieux lors d'une deuxième tentative de contact par le service de radio du télescope britannique de Jodrell Bank à 19:00 et à 22:00 à minuit GMT. La recherche d'un contact continuera dans les prochains jours en utilisant le vaisseau spatial Mars Odyssey et les stations au sol d'exploration de l'espace profond de Jodrell Bank et Stanford.

Mission Beagle, état de l'atterrissage:

L'ESA rapporte (www.esa.int) cela à 03:45 CET, le 25 décembre 2003, que "à 03:45 CET aujourd'hui, l'atterrisseur Beagle 2 devrait être entré dans l'atmosphère de Mars. Le vaisseau Mars Express a commencé sa séquence principale d'allumage de moteur pour commencer la période de 34 minutes de fonctionnement pour réaliser son insertion dans l'orbite de Mars. Actuellement les deux vaisseau spatiaux seront distants de 2700 kilomètres dans l'espace alors qu'ils commencent les étapes les plus cruciales de leurs missions."

Mais à 09:25 GMT, la BBC signale que les scientifiques n'ont pas pu détecter le signal prévu de l'atterrisseur Beagle 2 qui devait leur indiqué qu'il a atterri correctement sur Mars.

L'atterrisseur a échoué lors de sa première tentative d'établir le contact avec les contrôleurs au sol à travers du relais du vaisseau spatial Mars Odyssey de la NASA. Les directeurs de mission, cependant, ont dit que le vaisseau des Etats-Unis ferait une autre tentative pour entrer en contact avec l'atterrisseur plus tard aujourd'hui pendant qu'il passera de nouveau au-dessus du site d'atterrissage de Beagle 2. Un radio télescope près de Londres essayera également.

Michael McKay, l'un des directeurs de vol de l'Agence Spatiale Européenne, a déclaré: "nous savions que ce premier contact était toujours un premier signal très prudent. Nous sommes toujours très optimistes de recevoir un bon signal dans les prochains jours, et d'avoir le même succès que pour Mars Express."

Séparation réussie entre l'atterrisseur Beagle et son vaisseau-mère:

Mike McKay, le directeur des opérations du vol à l'European Space Operations Centre (Esoc) à Darmstadt, Allemagne, a confirmé que juste après 11:10 GMT, Beagle 2 s'est séparé avec succès de son ravitailleur pour la partie finale de son voyage à Mars.

La petite sonde planera maintenant toute seule sur les trois derniers millions de kilomètres vers Mars.

Il est prévu que l'atterrisseur se pose sur Mars le jour de Noël, pour rechercher des signes de la vie, passée ou présente. Il n'a aucun système de propulsion et se base sur le positionnement précisément calculé pour atteindre l'emplacement d'atterrissage désiré, une vaste plaine juste au nord de l'équateur Martien. Il plongera vers le cratère d'Isidis Planitia ralenti par un bouclier anti-calorique et des parachutes, et amortira sa chute finale par des airbags.

La sonde européenne se posera bientôt sur Mars:

Rappel: la sonde de l'ESA Mars Express est programmée pour arriver sur Mars à Noël: il est prévu que l'attereisseur Beagle 2 se pose sur la surface de Mars pendant la nuit du 24 au 25 décembre.

Lancement réussi pour Mars Express:

Le CNES informe que la sonde Mars Express a décollé avec succès depuis Baïkonour dans la soirée du 2 juin. L'engin est correctement placé sur sa trajectoire qui le fera atteindre Mars fin Décembre 2003. Le CNES rapporte: "La sonde emporte les instruments Omega et Spicam, développés sous maîtrise d'oeuvre française avec le soutien du CNES. Outre la recherche d'eau et d'éventuelles formes de vie, les scientifiques espèrent surtout obtenir une vue globale de Mars: son histoire, sa géologie, son évolution."

Source www.cnes.fr

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 décembre 2005.