Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

Cette page rassemble les nouvelles relatives à la sonde spatiale Phoenix de la NASA. Cette sonde s'est posée sur la surface de Mars le 25 mai 2008.

A droite: Un pied de Phoenix sur Mars.
Crédit: NASA/JPL-Caltech/University of Arizona

Phoenix

Voir également:

Click! La section "Mars" de ce site.
Click! Les dernières nouvelles de la recherche de la vie sur Mars.
Click! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Global Surveyor.
Click! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Odyssey.
Click! Les dernières nouvelles de la sonde Mars Express et du lander Beagle 2.
Click! Les dernières nouvelles des sondes martiennes Spirit et Opportunity.

NOUVELLES DE LA SONDE MARTIENNE PHOENIX:

06.07.2009Résultats scientifiques de la mission Phoenix sur Mars publiés.
27.11.2008Phoenix: "mission accomplie."
03.08.2008Un journaliste de "Aviation Week" lance une rumeur d'annonce prochaine d'une découverte sur Mars.
01.08.2008C'est bien de la glace d'eau.
26.06.2008Mars: Phoenix découvre des trésors.
20.06.2008Les affleurements blancs étaient bien de la glace d'eau.
06.14.2008Premiers échantillons dans le four.
13.06.2008Image du sol.
02.06.2008Un substrat dur, probablement de glace, découvert sous le lander.
27.05.2008Phoenix, deuxième jour sur Mars.
26.05.2008Premiers mystères allégués de la mission Phoenix sur Mars.
25.05.2008Phoenix se pose sur Mars.

RESULTATS SICENTIFIQUES DE LA MISSION PHOENIX PUBLIES:

Quatre papiers publié dans le numéro de cette semaine du journal Science, sont les premiers dans un journal scientifique professionnel important à comité de lecture au sujet des interprétations des données récoltées par l'atterrisseur Phoenix de la NASA pendant ses cinq mois d'opérations dans l'Arctique Martien.

Les résultats remarquables sont:

Un chimie favorable et des épisodes avec de minces couches d'eau liquide pendant des cycles continus et à long terme du climat peuvent faire occasionnellement su secteur où Phoenix a atterri l'année dernière un environnement favorable pour des microbes.

Phoenix a non seulement trouvé de la glace d'eau, comme on s'y attendait, mais en plus, la chimie du sol et les minerais observés conduisent les scientifiques à proposer que l'emplacement d'atterrissage ait eu un climat plus humide et plus chaud dans un passé récent, c.-à-d. les derniers million d'années, et pourrait en avoir un encore à l'avenir, a dit l'investigateur principal de Phoenix, Peter Smith, de l'université de l'Arizona à Tucson.

Le papier correspondant portant sue l'études de l'eau par Phoenix, pour lesquelles Peter Smith est l'auteur principal, a 36 co-auteurs de six nations. Le papier conclut que les preuves de l'eau et de nutriments potentiels "implique que cette région pourrait avoir précédemment répondu aux critères pour l'habitabilité" pendant des parties des cycles climatiques continus".

Du perchlorate, un produit chimique aux capacités diverses a été également trouvé dans le sol de Mars. Michael Hecht du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, à Pasadena, Californie, avec 10 co-auteurs, discute des découvertes en chimie de Phoenix. Il a dit: "L'étude de Mars est en transition entre l'étape 'cherchez l'eau' et l'étape 'suivez la chimie'. Avec du perchlorate, par exemple, nous voyons des liens avec l'humidité atmosphérique, l'humidité du sol, une source d'énergie possible pour des microbes, et même une ressource possible pour des humains."

Le perchlorate attire fortement l'eau et composait quelques diyième de pourcentage de la composition de chacun des trois échantillons de sol analysés par le laboratoire de chimie en phase humide de Phoenix. Les perchlorates pourraient capter l'humidité de l'air Martien, et à des concentrations plus élevées, il pourrait se combiner avec de l'eau pour former une saumure qui reste liquide aux températures de surface de Mars. Quelques microbes sur Terre utilisent le perchlorate comme nourriture, et des explorateurs humains pourraient le trouver utile comme carburant de fusée ou pour produire de l'oxygène.

Phoenix a également trouvé des nuages de glace et des pluies qui étaient bien plus comme celle de la Terre que ce à quoi les scientifiques s'attendaient. L'instrument à laser canadien de l'atterrisseur pour étudier l'atmosphère a détecté de la neige tombant des nuages. Un papier par Jim Whiteway de l'Université de York, à Toronto, et 22 co-auteurs, indiquent que plus tard dans l'hiver, alors que Phoenix ne fonctionnair plus, ces précipitations auraient comme conséquence un habillage saisonnier de glace de l'eau sur et dans le sol. Il a dit que "nous ne savions pas que la vapeur d'eau s'est déplacée de l'atmosphère vers la glace sur le sol. Maintenant nous savons qu'il neige, et que cela fait partie du cycle hydrologique sur Mars."

Les preuves que la glace d'eau dans le secteur dégèle parfois assez pour humidifier le sol vient de ce que l'on a trouvé du carbonate de calcium dans le sol chauffé dans les fours analytiques de l'atterrisseur, ou mélangé à de l'acide dans le laboratoire de chimie en phase humide. William Boynton, de l'Université de l'Arizona, et 13 co-auteurs, signalent que la quantité de carbonate de calcium "est tout à fait compatibles à la formation dans le passé par l'interaction de l'anhydride carbonique atmosphérique avec des films d'eau liquides sur des surfaces de particules."

PHOENIX: "MISSION ACCOMPLIE":

27 novembre 2008: Mars, dans son orbite de deux ans, est maintenant lontinaine et passée derrière le soleil, de sorte que les signaux des sondes martiennes sont bloqués jusqu' à mi-décembre. La plupart des sondes Martiennes seront accessibles de nouveau après la mi-décembre, mais pour le lander Phoenix, les opérations scientifique en sirface sont terminées, après 151 "sols", ou jours martiens, soit 90 jours terrestres.

25.000 photos ont été prises, y compris des images au microscope, ainsi que des données météos et géologiques. Vers la fin de la mission, les scientifiques ont vu pour la première fois de l'eau tombant sous forme de neige sur la surface Mars et le gel sur le sol, à leur grande susprise.

Gérer les opérations scientifiques quotidiennes était un travail à temps plein pour l'équipe, de sorte que les scientifiques de la mission n'ont pas eu de temps pour faire le travail ou l'analyse détaillée des données entrantes. Ceci commence maintenant et les papiers scientifiques formels seront dans les prochains journaux scientifiques.

UN JOURNALISTE DE "AVIATION WEEK" LANCE UNE RUMEUR D'UNE ANNONCE PROCHAINE D'UNE DECOUVERTE SUR MARS:

Craig Covault note le 2 août 2008, dans le magazine Aviation Week & Space Technology que la Maison Blanche a été alertée sur une nouvelle découverte concernant le potentiel pour la vie sur Mars venant le l'appareil TEGA de microscopie, électrochimie, et conductivité, de la sonde Phoenix.

Covault a signalé que ses sources parlent de la nouvelle découverte comme d'une "pièce encore plus frappante du puzzle de la vie" sur Mars.

L'annonce de la nouvelle découverte a été retardée jusqu'ici parce qu'elle a du passer par le processus de révision par les pairs de sorte qu'un papier scientifique et un communiqué de presse puisse être publiés, probablement par l'Association Américaine pour l'Avancement de la Science (AAAS) et son magazine Science.

Puisqu'il n'y a aucune expérience de détection de la vie à bord de Phoenix, cela peut en effet être une nouvelle découverte importante concernant les conditions pour la vie présente ou passée sur Mars mais pas une découverte de vie sur Mars elle-même.

C'EST BIEN DE LA GLACE D'EAU:

La sonde Phoenix de la NASA à la surface de Mars a confirmé l'existence de la glace d'eau sur Mars après qu'un échantillon de glace ait été finalement livrée à un des instruments d'analyse de la sonde.

L'existence de la glace de l'eau sur Mars était déjà connue pat imagerie satellite et l'effet de l'érosion de l'eau sur le paysage de Martien, mais c'est la première fois que l'eau est directement détectée par analyse d'un échantillon de sol. Mars a des calottes polaires avec des quantités énormes de glace d'eau, comme la terre.

La mission de Phoenix a été également officiellement prolongée d'un mois de plus que sa mission originale, a annoncé la NASA.

PHOENIX DECOUVRE DES TRESORS:

Phoenix Découvre des Trésors

26.06.08

"Nous sommes inondés de données de chimie," a dit Michael Hecht du Jewt Propulsion Laboratory de la NASA, scientifique en chef pour la microscopie, l'électrochimie et l'analyse de la conductivité, soit l'instrument MECA de Phoenix. "Nous essayons de comprendre ce qu'est la chimie du sol humide sur Mars, ce qui y est dissous, à quel point il est acide ou basique. Par les résultats que nous avons reçus de Phoenix hier, nous pouvons commencer à dire quels aspects du sol pourraient soutenir la vie."

"C'est la première analyse par voie humide jamais faite sur Mars ou toute planète autre que la terre," a dit le co-investigateur de Phoenix Sam Kounaves de l'Université de Tufts, chef scientifique pour la recherche en chimie humide.

Environ 80 pour cent des premières expériences en milieu humide de Phoenix, sur deux jours, sont maintenant achevés. Phoenix a trois cellules supplémentaires de chimie en milieu humide pour usage ultérieur au cours de la mission.

"Ce sol semble être un proche analogue des sols de surface trouvés dans les hautes vallées sèches en Antarctique," a dit Kouvanes. "L'alcalinité du sol à cet endroit est vraiment frappante. A cet endroit spécifique, d'un pouce dans la couche de surface, le sol est très basique, avec un pH entre huit et neuf. Nous avons également trouvé une variété de composants de sels que nous n'avons pas encore eu le temps d'analyser et d'identifier, mais qui incluent du magnésium, du sodium, du potassium et des chlorures."

"C'est encore plus d'indicateurs de l'eau parce que ces sels sont là. Nous avons également trouvé un nombre raisonnable d'aliments, ou produits chimiques nécessaires pour la vie telle que nous la connaissons," a indiqué Kounaves. "Avec le temps, je suis venu à la conclusion que la chose étonnante au sujet de Mars n'est pas que c'est un monde étranger, mais que sur beaucoup de points, comme la minéralogie, elle est vraiment très semblable à la terre. "

Un autre instrument analytique de Phoenix, Thermal and Evolved-Gas Analyzer (TEGA), a fait cuire son premier échantillon de sol au four à 1.000 degrés Celsius (1.800 degrés Fahrenheit). Jamais auparavant un échantillon de sol provenant d'un autre monde n'a été cuit au four à une température aussi élevée.

Les scientifiques de TEGA ont commencé à analyser les gaz libérés à diverses températures pour identifier la facture chimique du sol et de la glace. Cette analyse est un processus compliqué et prenant des semaines.

Mais "les données scientifiques sortant de l'instrument ont été tout simplement spectaculaires," a dit le co-investigateur William Boynton de l'Université de l'Arizona, à Phenix, scientifique responsable de TEGA.

"En ce moment, nous pouvons dire que le sol a clairement inter-agi avec de l'eau dans le passé. Nous ne savons pas si cette interaction s'est produite dans ce secteur particulier dans la région polaire nordique, ou si elle pourrait s'être produite ailleurs et amenée à ce secteur en tant que poussière."

Leslie Tamppari, le scientifique du programme Phoenix au JPL, a fait le bilan que ce que Phoenix a accompli pendant les 30 premiers jours de sa mission Martienne, et a décrit la suite des opérations.

Le Stéréo Surface Imager a accompli environ 55 pour cent de sin panorama en trois couleur, de 360 degrés de l'emplacement d'atterrissage de Phoenix, a dit Tamppari. Phoenix a analysé deux échantillons dans son microscope optique aussi bien que les premiers échantillons dans TEGA et le laboratoire de chimie humide. Phoenix a constitué le journal de l'information sur les nuages, la poussière, les vents, les températures et les pressions atmosphérique, et également pris les premières mesures atmosphériques nocturnes.

Les appareils photo de Lander ont confirmé que les gros morceaux blancs exposés lors du creusement de la tranchée étaient de la glace d'eau parce qu'ils se sont sublimés, ou vaporisés, en quelques jours. Le bras robotique de Phoenix a creusé et a prélevé des échantillons, et continuera à creuser, à la tranchée "blanche de neige" au centre d'un polygone dans le terrain polygonal.

"Nous pensons que c'est le meilleur endroit pour créer un profil de la surface à partir du dessus vers les profondeurs vers la couche glaciale prévue," a dit Tamppari. "C'est le plan que nous voulions exécuter quand nous avons proposé la mission il y a de nombreuses années. Nous voulions un endroit juste comme celui-ci où nous pourrions prélever de sol vers les profondeur vers la possible couche de glace."

La mission Phoenix est menée par Peter Smith de l'Université de l'Arizona avec la gestion de projet au JPL et en association avec Lockheed Martin, à Denver. Les contributions internationales viennent de l'Agence Canadienne de l'Espace; de l'Université de Neuchâtel, Suisse; des universités de Copenhague et d'Aarhus, Danemark; de l'Institut Maxim Planck, Allemagne; et de l'Institut Météorologique Finlandais. Pour plus d'information sur la mission Phoenix, les liens sont http://www.nasa.gov/phoenix et http://phoenix.lpl.arizona.edu. Contacts médias: Guy Webster 818-354-6278

Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
guy.webster@jpl.nasa.gov

Sara Hammond 520-626-1974
University of Arizona, Tucson
shammond@lpl.arizona.edu

J.D. Harrington 202 358-5241
NASA Headquarters
j.d.harrington@nasa.gov

Source: NASA à www.nasa.gov/mission_pages/phoenix/news/phoenix-20080626.html

LES AFFLEUREMENTS BLANCS ETAIENT BIEN DE LA GLACE D'EAU:

Les scientifiques de la mission Phoenix ont rapporté que les taches blanches découvertes par le bras robotique du lander doivent être de la glace d'eau.

Les nouvelles photographies d'une tranchées creusée quatre jours auparavant on révélé que quelques huit petites miettes du matériau clair que l'on suspectait être de la glace d'eau mais peut-être plutôt du sel avaient disparu.

La seule explication est que le matériau clair était effectivement de la glace d'eau qui s'est vaporisée quand le bras robotique l'a exposé à l'air.

Si les fragments avaient été du sel, ils n'auraient pas disparu, si cela avait été de l'anhydride carbonique gelé, ils ne se seraient pas vaporisés.

PREMIERS ECHANTILLONS DANS LE FOUR:

Ces deux derniers jours, deux instruments sur la plate-forme du lander, un microscope et un cuiseur-renifleur, ont commencé à inspecter des échantillons de sol livrés par le godet sur le bras robotique de Phoenix. Le chargement des échantillons a donné quelques sueurs froides aux scientifiques de la mission, parce que le sol est apparu grumeleux et seulement quelques particules ont réussi à passer par la grille qui couvre le four. Mais un mécanisme vibrant a été employé, parfois plusieurs fois par jour, et les fragment de sols ainsi secoués ont fini par passer entre les mailles de la grille.

L'échantillon inclut quelques grandes particules noires, vitreuses, aussi bien que des grains rougeâtres plus petits.

Tom Pike de l'Imperial College de Londres, un investigateur de Phoenix travaillant sur la microscopie, l'électrochimie et l'analyseur de conductivité du lander, a dit: "nous regardons peut-être une histoire du sol. Il semble que les particules originales de verre volcanique ont survécu en plus petits fragments avec une concentration plus élevée de fer."

IMAGE DU SOL:

L'image couleur ci-dessous a été acquise par la caméra stéréo extérieure de Phoenix le 19ème jour de la mission, le 13 juin 2008. L'image montre un fossé creusé en deux fois par le bras robotique de Phoenix. Le fossé est de 22 centimètres de large et de 35 centimètres de long. A son point le plus profond, il a 7 à 8 centimètres de profondeur.

Le matériau blanc, probablement de la glace, est situé seulement à la partie supérieure du fossé, indiquant qu'il n'est pas continu dans tout l'emplacement excavé. Selon les scientifiques, le fossé pourrait exposer un rebord, ou seulement une partie d'une galette du matériel blanc.

UN SUBSTRAT DUR, PROBABLEMENT DE GLACE, DECOUVERT SOUS LE LANDER:

Crédit image: NASA/JPL-Caltech//University of Arizona/Max Planck Institute

Le bras robotique à caméra du Lander martien Phoenix de la NASA a capturé cette image sous le lander le cinquième jour sur Mars, ou sol 5, de la mission. Les éjecteurs de descente sur le dessous du lander sont visible en haut de l'image.

Cette vue du côté du nord du lander vers la jambe méridionale montre des surfaces douces dégagées du sol sous-jacent par l'échappement de fusée pendant l'atterrissage. Un bord exposé de ce matériau fondamental a été vu dans des images à sol 4, mais l'image plus récente en montre plus. L'abondance de surfaces douces et de niveau excavées est une évidence qui s'ajoute à une hypothèse que le matériel fondamental est un plateau de glace couvert par une couverture mince de sol.

La surface d'aspect clair du matériau au centre, où l'image est en partie surexposée, peut ne pas être en soi plus lumineuse que le matériel de premier plan dans l'ombre.

Crédit texte: NASA à www.nasa.gov/mission_pages/phoenix/images/press/UnderLanderRACImageSol005_v3.html

PHOENIX, DEUXIEME JOUR SUR MARS:

L'Orbiteur Relaye Une Deuxième Journée d'Informations De l'Atterrisseur de la NASA
27 mai 2008

L'orbiteur de reconnaissance de la NASA Mars Orbiteur a avec succès reçu l'information de l'atterrisseur Phoenix Mars Lander dans la soirée de mardi et a transmis par relais l'information à la terre. La transmission comprenait des images et d'autres données rassemblées par Phoenix durant le deuxième jour de la mission après l'atterrissage sur Mars.

Le système de radio UHF utilisé par la sonde spatiale pour communiquer avec l'atterrisseur était entré dans un mode 'attente' mardi plus tôt pour une cause encore indéterminée. Ceci a empêché d'envoyer à Phoenix toute nouvelles commandes depuis la terre mardi. Au lieu de cela, le lander a effectué un ensemble d'activité alternatives envoyées lundi.

Il est prévu que la sonde spatiale Odyssée de la NASA transmette par relais des commandes à l'atterrisseur mercredi matin.

Source de ce qui précède: http://www.jpl.nasa.gov/news/phoenix/release.php?ArticleID=1718

PREMIERS MYSTERES ALLEGUES DE LA MISSION PHOENIX:

Des internautes américains et apparemment aussi des scientifiques ont trouvé très étrange deux choses blanchâtres apparemment dans le lointain sur le sol de Mars sur des premières photographies reçues de la sonde Phoenix.

Un bulletin de TV a dit: "Des images envoyées par Phoenix Lander ont dépeint des images de phénomènes étranges, y compris une entité blanche éloignée différente de toute autre chose sur la surface de la planète rouge."

Un scientifique de la NASA indique que l'agence est prête pour tout, que "le nouveau lander de Mars est doté de la capacité de communiquer avec des extraterrestres. Attachés à la sonde, il y a des disques d'ordinateur qui contiennent des messages de la terre, y compris des chansons, des images et des poésies."

L'une des choses mystérieuses est indubitablement le parachute de la sonde.

L'autre serait une trace d'une particule cosmique tombant sur la caméra, ou peut-être une roche particulièrement réfléchissante. Les gens de la NASA vont le vérifier.

Les images brutes provenant de Phoenix sont à: http://fawkes4.lpl.arizona.edu/gallery.php

PHOENIX SE POSE SUR MARS:

La sonde Phoenix de la NASA s'est posée avec succès le 25 mai 2008 dans la région arctique de Mars, pratiquement exactement à l'endroit voulu, Vastitas Borealis, une plaine circumpolaire plate avec peu de rochers. Le responsable de la mission, Barry Goldstein, a déClaré: "Je n'aurais pas pu imaginer que cela se passe aussi parfaitement."

Une minute de transmission de données après l'atterrissage de la sonde sur le sol a déjà été reçue, confirmant le succès de l'atterrissage.

La sonde Phoenix, de 5 mètres de largeur sur 1.50 mètres de longueur, d'un poids de 350 kilos et emportant 55 kilos d'instruments scientifique, a été lancée en août 2007 et a parcouru 679 millions de kilomètres pour atteindre Mars.

La sonde va entamer un programme de sondages du permafrost martien de trois mois pour y trouver de l'eau gelée, chercher notamment des molécules d'hydrogène et de carbone, et déterminer si la vie y serait possible ou a pu être possible.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 juillet 2009