Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Documents

Ufologie française, 2008:

Ce qui suit est mes réponses à trois questions ufologiques posées par le Réseau France Surveillance au début de 2008.

Vous trouverez les réponses aux même questions sur le forum Internet Réseau France Surveillance à:

http://francesurveillance.xooit.com/t1825-UFOLOGIE-EN-FRANCE-petit-tour-d-horizon-en-trois-questions.htm

1. Quels sont vos objectifs pour l'année 2008?

Début 2007, j'ai entrepris de documenter la totalité des cas de rencontres rapprochées du troisième type épars dans la littérature ufologique, et d'en évaluer les causes, ordinaire ou non, autant que possible. En un peu plus d'un an j'ai pu documenter au mieux de mon possible plus de 400 dossiers, je vais doubler ce nombre en 2008. C'est certainement ce travail qui occupera la plus grande partie de mon temps.

J'entends également bien entendu poursuivre mon catalogue portant sur la vague française de 1954 notamment en passant au stade de l'évaluation et de l'étude d'ensemble puisque je pense en avoir maintenant documenté la majeure partie.

Je vais débuter un nouveau travail concernant les témoignages d'observations récemment rendus publics par le CNES, en rapprochant ces rapports de leurs versions antérieurement connues pour certains cas, et en réévaluant le classement donné par le SEPRA s'il y a lieu. Je ne serais pas le premier à l'entreprendre, je pense commencer par l'Est de la France.

Ceci bien entendu en parallèle avec la publication des rapports d'observations que les gens ont la gentillesse de me faire parvenir, la tenue de ma rubrique de nouvelles et la poursuite des publications sur les autres sections de mon site internet.

Hormis cette partie visible, je poursuis également des enquêtes sur le terrain, souvent fort longues, et poursuis la rédaction des rapports qui en découlent ; j'ai noué au fil des ans de nombreux contacts avec des ufologues sur plusieurs continents et poursuis ces échanges de documents et d'idées; je veux également augmenter l'audience de la liste de discussion que je partage avec l'ufologue Jean-Luc Lemaire, qui fonctionne sur des bases sûres.

2. Quels sont vos souhaits pour la recherche ufologique en France pour 2008?

Mon premier souhait serait qu'il y en ait une!

Si je me réfère à 2007, je vois bien des conférences où l'on expose des thèses, des livres de vulgarisation, des articles de magazine etc. Mais concernant les observations elle-mêmes, qui ne manquent pas, je vois bien plus d'interprétations immédiates et souvent caduques que de véritables rapports d'enquêtes largement et gratuitement disponible. Il me semble que la mode en 2007 a été plus à la formation de "vitrines" d'organismes associatifs nouveaux annonçant des objectifs de grande ambition, louables certes, mais absolument aucun contenu ou travail visible n'y est montré.

J'ai vu ou entendu de nombreux "anciens", des enquêteurs de terrains très actifs dans les années 70, devenus découragés par le manque d'intérêt général des années 80 et l'accent mis sur le sensationnel dans les magazines, par la dispersion de trop d'ufologues sur des thèmes qu'ils ne maîtrisent pas et traitent pêle-mêle sans esprit critique, tels que, exemples réels, je n'en invente aucun: "les Américains modifient le climat avec des ondes radio! Les nazis ont sûrement des bases de soucoupes au pôle nord! Nous n'avons pas marché sur la Lune! La comète Shoemaker-Lévi était un essai de bombe à antimatière des américains! Un descendant d'un ministre de Napoléon le confirme, les OVNIS de la vague belge étaient des engins secrets à antigravitation des Américains! C'est vrai, la NASA confirme qu'il y a des villes sur la Lune, c'est dans la Pravda! L'ufologue James McDonald a été assassiné! Le tsunami, c'était les OVNIS! Ce crop circle est un message des extraterrestres annonçant la fin du monde pour 2006! Les sceptiques sont des complices des extraterrestres! Ce site Internet d'ufologie est en panne, c'est que le Gouvernement veut l'empêcher de dire la Vérité!"

Des sites Internet et des magazines francophones sont presque entièrement remplis de telles sornettes. Ils portent une lourde responsabilité en ce qui concerne le discrédit de l'ufologie, ils ne doivent pas s'étonner lorsqu'un humoriste en rit à la radio.

Sans compter, exemples réels provenant d'ufologues dit "renommés": "Cet OVNI qui ressemble à un ballon est créé par une intelligence supérieure qui fait apparaître des OVNIS ressemblant à des ballons pour nous faire croire aux extraterrestres! Si un engin extraterrestre s'est écrasé à Roswell, inutile d'enquêter puisque la force centrifuge de la gravitation terrestre fera tôt où tard remonter les débris enfouis à la surface! Cette tache rose sur cette photo est une sphère métallique venue d'un univers parallèle! Enfin des preuves incontestables, un site web Australien montre 25 vidéos d'OVNIS inédites! Inouï, ces extraterrestres portaient uniforme militaire et demandaient leur chemin au paysan! Les fées aussi étaient télépathes! Ce ne sont pas des torchères puisque les torchères ne volent pas! La vidéo de l'extraterrestre de Roswell est un faux, c'est sûrement une opération de désinformation, en même temps c'est un vrai extraterrestre puisque la cervelle de mouton, c'est trop petit! Cet OVNI n'est pas un ballon car il allait à la vitesse d'une mobylette! Rien ne prouve que cette chose sur cette photo soit une mouche, c'est seulement possible, donc c'est un vrai OVNI mais pas forcément extraterrestre! Cet OVNI était confirmé par le radar puisqu'il a détecté quelque chose ailleurs! Il y a des habitants sur la Lune, les anciens grecs le savaient!"

Et je dois constater que l'activité de base qu'est l'enquête de terrain est pratiquement au point mort tandis que trop d'ufologues s'attardent à monter en épingle des affaires non enquêtées même lorsque les explications ordinaires sont criantes, ballons, traînées d'avions, insectes sur des photos, reflet de flash sur des poussières etc. J'ai vu nos collègues sceptiques à l'échelle européenne déclarer qu'ils n'enquêtent généralement plus puisque "on sait depuis longtemps" que tous les OVNIS seraient "expliqués", entendre, expliqués comme erreurs et confusion. J'ai vu des enquêteurs officiels passer des jours sur des ronds de champignons dans des gazons ou une observation de Vénus tandis que des témoignages bien plus troublants partout en France sont apportés en vain parce qu'il n'y a pas assez d'enquêteurs de terrain désireux et capables de mener une enquête et surtout d'en partager gratuitement le résultat.

En 2008, je souhaiterais que moins d'ufologues se lancent dans la création de leur propre "Centre Intercontinental d'Ufologie" et autres "Groupe des Vrais Experts d'Etudes Super-Scientifiques" restant coquille vide au titre ronflant et dépourvu de la légitimité qui découlerait d'un quelconque travail sérieux, et que plus d'ufologues aillent sur le terrain et en reviennent pour partager des rapports d'enquêtes soigneux, sans prendre des vessies pour des lanternes, et pour ceux qui n'en ont pas les ressources, ce qui n'est pas un crime, qu'au lieu de copier/coller le travail des uns chez les autres sans valeur ajoutée, ou se battre pour savoir si les Gris sont gentils ou méchants, où signaler encore et encore les mêmes "vidéos d'OVNIS" sans même chercher à voir s'il n'y a pas l'explication triviale juste au-dessous, qu'ils explorent la masse énorme de documentation inédite parce que dormante, archives de presse, bulletins ufologiques, pour en indexer, mettre en forme, et partager gratuitement le contenu. Il y a énormément à faire, dans ce domaine, et il y a urgence. Cela peut paraître plus gratifiant de publier des articles de synthèse ou généralistes sur la question des OVNIS, mais les ufologues doivent réaliser que d'innombrables "petites choses" qui sont des matériaux bruts précieux se perdent au fil des ans, et qu'il y a aussi un travail de préservation, de sauvegarde à faire, les ufologues doivent apprendre à travailler pour la postérité, pour les autres, pas seulement à présenter encore une fois telle ou telle thèse qui a déjà été présentée par d'autres avant eux depuis des décennies.

Lorsque je considère par exemple les cas de rencontres rapprochées du troisième type que je documente, couvrant des décennies, je dois constater que les carences ne datent pas d'hier, mais qu'elles ne font qu'empirer avec le temps. Dans presque toutes les affaires, des données de base telles que distance d'observation, taille angulaire des phénomènes vus, âge des témoins, sont restés inconnus. Dans presque toutes les affaires, il est bien facile de trouver des sources de troisième ou quatrième main, des résumés brefs, avec leurs inexactitudes ou insuffisances, alors que les sources de première main dorment dans on ne sait quel grenier ou archive ou bulletin d'association introuvable ou inaccessible. Savez-vous que sur 400 tels dossiers, je n'en ai presque pas vu un seul où la question évidente et basique de l'état de la vue du ou des témoins ait une réponse dans la documentation, ce qui suffira à transformer des cas potentiellement fort intéressants en cas critiquables et donc immédiatement négligeables pour toute personne d'esprit scientifique.

Enfin, et c'est là probablement un voeu pieux, je souhaiterais plus de décence dans les discussions entre ufologues. Entendons-nous bien. Je ne suis pas en train de dire qu'il doit y avoir une pensée unique, je ne suis pas en train de nier que les gens ont droit au rêve, je ne suis pas en train d'exiger que tout ufologue ne se trompe jamais sur rien. Je ne suis pas non plus en train de promouvoir une idée de pseudo "neutralité" dans laquelle il conviendrait de se maintenir en s'abstenant de donner ses opinions. Non, pas du tout.

Ce que je veux dire est qu'il est très important que cesse la mode de l'attaque personnelle et du procès d'intention. Les échanges, les débats, les discussions, les controverses sont bonnes. Mais elles doivent se faire sur des arguments, par à coup de noms d'oiseaux et procès d'intention. Je viens de lire sur un site ufologique que tel défenseur de la thèse que les OVNIS sont des méprises et des canulars serait un "idéologue d'ordre sectaire". Voilà le genre de choses que je ne souhaiterais plus lire. Ni pour un "camp" ni pour un autre. Que l'on confronte les arguments, et que l'on cesse d'abreuver les gens de noms d'oiseaux. Tout cela ridiculise l'ufologie. En 2007, un ufologue écrivait publiquement qu'il souhaitait me mettre son poing dans la figure au "prochain Repas Ufologique." Un autre m'a expliqué que j'étais un agent de sabotage de l'ufologie dont le but était de "nuire au prestige de notre association" - que j'ai vite quittée - que "les sceptiques" sont "des complices des intelligences qui contrôlent les OVNIS". Un autre, faute d'arguments, recourait au vocabulaire scatologique parce que j'osais critiquer - par des faits et arguments - sa démonstration que les OVNIS ne seraient pas extraterrestres mais seraient des créations d'une intelligence dans la Terre pour rendre les gens écologistes. Un autre me présentait comme "avocat vicieux que seuls quelques cancres écoutent encore" parce que je n'ai pas adopté comme certitude que "l'OVNI de Cussac" serait un hélicoptère. Un autre attaquait un texte sur la question OVNIS en prétendant argumenter par "les auteurs se bardent de médailles comme des maréchaux soviétiques". Un autre glose dans les forums sur mes activités professionnelles et écrit sur l'éducation de mes enfants en guise de preuve qu'une tache sur une photo n'est pas un oiseau mais un OVNI. Un autre s'en prenait à un ufologue défendant la thèse socio-psychologique sur les OVNIS en prétendant qu'il voulait faire de l'argent avec son livre, critique qu'il n'a jamais proféré pour son propre "camp", et alors même que ledit livre est gratuit en version électronique. Et ainsi de suite.

Tout cela ne vaut rien de bon. Tout cela étouffe le dialogue courtois et constructif. Les "sceptiques" ne sont ni des saints ni des diables, les "convaincus" ne sont pas plus des "vicieux" ni des adeptes de cultes sectaires, personne n'a toujours tort sur tout ni raison sur tout. Une chose compte énormément dans toutes ces controverses: que cessent les attaques des personnes, que seules les idées soient discutées, vivement s'il y a lieu mais avec courtoisie, par argumentation, et non par procès d'intention ou condamnations de principe.

J'insiste: plus d'attaques personnelles, plus de procès d'intention!

Je ne manque donc pas de souhaits pour 2008, mais je suis encore assez pessimiste quant à leur réalisation, je ne m'attends pas à être entendu sur de telles choses. Je veux donc tenter de faire ce que je peux à ce sujet moi-même, ces souhaits que je partage volontiers, n'amenant pas nécessairement grand chose de bien concret par leur seule formulation.

3. Quelle est votre opinion à la suite des propos tenus au sein du gouvernement japonais au sujet des OVNI?

C'est pour moi une affaire tout à fait symptomatique de la mauvaise situation de l'ufologie.

En réalité, tout ce que je vois là-dedans est qu'un politicien d'opposition au Japon a demandé si son gouvernement étudiait ou non les rapports d'observations d'OVNIS dont il entend souvent parler, et son gouvernement lui a fait la réponse standard d'un gouvernement quelconque sur le sujet: comme nous n'avons pas de preuve que des extraterrestres nous visitent, nous n'étudions pas ces choses. C'est une réponse évidemment scientifiquement stupide, c'est juste la réponse "politiquement correcte" que peut faire un gouvernement quelconque.

Mais lorsqu'un politicien dit "OVNI", les agences de presse se ruent sur la chose. Elles ne relaieront pas les propos des ufologues, parce qu'ils sont la plupart du temps totalement farfelus, parce qu'un ufologue n'est "rien" tandis qu'un politicien est "quelqu'un", et parce qu'au minimum, cela fait de la matière pour leur rubrique "insolite".

Les agences de presses ont cette fois encore montré qu'elles ne savent ni comprendre ni mettre à leur juste place les choses ufologiques. Les unes ont titré que le gouvernement Japonais se prépare à une invasion extraterrestre, les autres ont titré que le Japon a confirmé que les extraterrestres n'existent pas, d'autres encore ont assuré que le Japon confirme officiellement que nous avons des visiteurs extraterrestres. Cela est paru sous l'une ou l'autre forme dans d'innombrables journaux, magazines bulletins TV, informations radiophoniques, et ce, pendant des semaines. Tout cela est parfaitement inepte et ne reflète ni ce qui a été dit, ni la portée que cela a réellement.

Pourtant, ni les agences de presse ni les politiciens japonais ne sont responsables de la situation. La responsabilité en revient aux ufologues, qui eux-mêmes montent en épingle cette sorte de "nouvelles", alors qu'ils devraient aider les média à comprendre qu'il y a d'autres choses à dire que de déformer de simples opinions personnelles de politiciens, "moi j'y crois", "moi j'y crois pas", ou transformer la nième déclaration standard "notre gouvernement n'a pas connaissance de preuves que des extraterrestres nous visitent" en "les Japonais se préparent à une invasion extraterrestre".

Les ufologues, pour beaucoup, doivent d'abord apprendre à vérifier ce que racontent les agences de presse, qui est parfois le contraire de ce qui s'est passé. Ils doivent expliquer aux gens qui les écoutent encore que la question des observations d'OVNIS ne se joue pas sur la conviction personnelle ou le scepticisme personnel d'un quelconque député ou ministre Japonais, Péruvien ou Français, et que les gouvernements ne sont pas des ufologues compétents qui seraient chargés de trancher une controverse à laquelle ils n'accordent aucune réelle attention compétente que l'on pourrait constater. Les ufologues doivent oublier l'idée qu'un beau jour, les gouvernements du monde vont déclarer "c'est vrai, tous ces rapports d'observations d'OVNIS, après tout, montrent que nous avons des visiteurs extraterrestres, nous déclarons donc que nous en avons, c'est officiel" et qu'alors, les ufologues auront "gagné". En réalité, presque tous les gouvernements calquent leur réponse standard sur celle qui a suivi la fin du programme Blue Book de l'US Air Force en fin des années 60, à savoir: "Fichez-nous la paix avec ça, ce n'est pas notre travail".

Les ufologues doivent comprendre que c'est à eux de faire le travail, que ce travail ne consiste pas à sensationnaliser le sensationnel mi-figue mi-raisin des agences de presse, mais commence par l'écoute des témoins et la recherche des causes de leur témoignages, qu'il continue par le rapport d'enquête qui doit extraire correctement les données solides éventuelles de ce qui ne sera autrement qu'une anecdote de plus, qui continue par la mise à disposition publique de leur rapport d'enquête, et alors seulement, par l'approche des média qui auront alors seulement quelque chose de sensé à diffuser.

C'est cela qu'avaient tenté autrefois les grands groupes d'ufologie aux Etats-Unis, tels que l'APRO, le NICAP, le GEPA, et des groupes d'enquêteurs LDLN en France. Ca n'était peut-être pas toujours fait bien brillamment, mais sans ces efforts, il n'y aurait pas d'ufologie du tout de nos jours, ni en France ni ailleurs, et peu de gens pour s'y intéresser.

C'est cela que les ufologues aujourd'hui ne se donnent plus guère la peine de faire, et c'est pour cela que les média cantonnent la question OVNI de l'anecdotique épisodique dans leurs rubriques "insolite" avec des commentaires tantôt rigolards, tantôt sensationnalistes, le plus souvent mal informés voir totalement faux.

L'affaire a été symptomatique de ce qui chagrine par exemple e sociologue Bertrand Méheust, cette sorte de "webufologie", la spéculation à partir de "nouvelles" trouvées sur le web et paraissant sensationnelles par un léger parfum, "d'officiel" et qui suscite des discussions à l'infini sur les "forums OVNI" sur le thème "quand donc les gouvernements diront-ils la vérité sur les OVNIS?" Ces discussions n'amènent rien, la même question est répétée, indéfiniment.

"Quand donc les gouvernements diront-ils la vérité sur les OVNIS?" Depuis combien d'années lit-on cette phrase-là, répétée encore et encore?

Pendant ce temps, des gens voient... des "choses", ne savent pas à qui en parler, et le bilan en est qu'un magazine d'astronomie se demandera "pourquoi les OVNIS ont disparu?"

N'est-ce pas plutôt le travail ufologique sur les observations qui a disparu, où au moins, la mise à disposition publique d'un tel travail qui fait défaut? Comment se fait-il que je puisse trouver des centaines de "sites OVNIS" sur l'Internet, d'associations ou d'indépendants, mais presque aucun compte rendu d'enquête sur les observations récentes? Je pense que c'est là également un pan de l'ufologie, un pan essentiel, sur lequel tout le monde, moi y compris, devra retrousser les manches.

Il me semble donc que c'est seulement si plus d'ufologues se mettent à vraiment et sérieusement travailler que 2008 pourra voir un changement dans le bon sens.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 février 2008.