Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La science et les OVNIS:

PRESENTATION, PAR GEORGE W. EARLY DU NICAP, 1967:


Objets Volants Non Identifiés: Une Perspective Historique

American Society of Mechanical Engineers
Design Engineering Conference
George W. Earley
Americana Hotel, New York City
15-18 Mai 1967

Abstract

Ce papier présente un examen de la scène OVNI globale pendant les 20 dernières années. Plusieurs observations non résolues représentatives rapportées aux Etats-Unis sont récapitulés et la nature globale des rapports d'observations est discutée. Une brève mention est faite d'observations d'avant le 20e siècle. Les activités des farceurs, psychotiques et profiteurs sont décrites. Les attitudes envers les observations et les efforts investigateurs de l'U.S. Air Force sont examinés.
Des explications possibles des causes des observations d'OVNIS sont récapitulées et l'hypothèse qu'un certain nombre d'OVNIS peuvent être des véhicules extraterrestres est avancée.
En conclusion, quelques suggestions générales sont avancées pour des études plus efficaces du phénomène des OVNIS.

En introduction, je voudrais remercier les commanditaires de la conférence d'ingénierie de conception pour m'avoir invité à New York et m'avoir donné l'occasion de vous parler ce soir. Mon sujet est fortement controversé; et la polémique, en particulier quand elle grandit avec des avis directement opposés aux agences gouvernementales - semble être un vilain mot beaucoup trop souvent de nos jours.

Maintenant - les choses que je dois dire, et les choses que vous tous avez lues et entendu à propos des soucoupes en vol soulèveront sans aucun doute des questions dans vos esprits. Très bien. Je serai heureux de répondre à autant de questions que cela m'est possible dans le temps disponible suivant ma présentation.

Mais d'abord - un mot de mon commanditaire. Je suis ici ce soir comme représentant du Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens, le NICAP - une organisation d'étude des OVNIS à soutien privé, non gouvernementale, avec ses sièges sociaux à Washington, D.C. Le NICAP a été formée en 1956 pour fournir un lieu où les gens pourraient rapporter des observations d'OVNIS sans devoir supporter le ridicule ou être harassés. Facilités par ses Sous-Comités et groupes affiliés, les efforts du NICAP, au meilleur de sa capacité, consistent à étudier de manière scientifique les rapports d'OVNIS qui lui sont apportés. Les fonds de fonctionnement viennent des cotisations des membres - $5 annuellement pour lesquels les membres reçoivent six numéros de UFO Investigator, un bulletin de 8 pages avec les événements courants en matière d'OVNIS. En juillet de 1964, le NICAP a édité The UFO Evidence, une étude documentée de plus de 7OO cas d'OVNIS provenant des fichiers du NICAP. Les adhérents du NICAP, plus de dix mille actuellement, dont un échantillon représentatif de notre population. Le conseil supérieur et le groupe de conseillers spéciaux inclut des scientifiques, des ingénieurs et des professionnels dans une variété de domaines. Plusieurs de ces hommes ont un doctorat dans leur spécialité.

Au cours des 20 ans écoulés depuis que le terme existe, les soucoupes volantes sont devenues une polémique scientifique qui arrive en seconde place juste derrière celle des fameux canaux de Mars. Et, comme les canaux de Mars, la soucoupe volante est une erreur de dénomination créée par la presse. Le 24 juin 1947, alors qu'il pilotait son avion privé à proximité des montagnes de Cascade dans l'Etat de Washington, l'homme d'affaires Kenneth Arnold, de l'Idaho, a observé 9 objets voler près du Mont Rainier et du Mont Adams. "Ils volaient," a dit Arnold aux journalistes, "comme une soucoupe que vous feriez ricocher sur un plan d'eau." [1] Les soucoupes d'Arnold n'étaient pas en forme de disque, mais ressemblaient à un croissant de lune. La presse, cependant, les a appelées des soucoupes volantes, et le nom est resté. En plus de la forme de disque ou de soucoupe, d'autres inconnus aériens ont été décrits comme en ayant une forme de cigare, de fusée, ou de fuselage sans ailes. Des pointes de flèche ou des triangles volants ont été également rapportées, avec la forme en croissant d'Arnold et une forme en talon de chaussure qui a été également plus rarement rapportée. Puisqu'on l'a estimé que le terme "soucoupe volante était fallacieux, l'Armée de l'Air et la majorité d'autres groupes investigateurs ont préféré le terme Objets Volants Non Identifiés. L'observation est dite d'un OVNI quand "la description de l'objet et ses manoeuvres ne pouvait pas correspondre aux caractéristiques d'aucun objet ou phénomène connu."

Une fois que l'observation d'Arnold eut atteint les canaux de la Presse, d'autres rapports d'observation ont commencé à apparaître dans les journaux. Il ne fallu pas longtemps avant que les gens voient des soucoupes, des tasses, des saucisses, et toutes sortes d'objets aériens d'aspect particuliers. Aux environs de cette époque, l'U.S. Air Force a commencé à montrer de l'intérêt pour les soucoupes volantes, mais aucune conclusion officielle n'a été publiée jusqu'à début 1949. Naturellement les différents officiers de l'Armée de l'Air avaient exprimé des avis, mais ils ne représentaient aucun groupe investigateur officiel. Le rapport a été publié le 27 Avril 1949, déclarant que 270 observations avaient été étudiées, y compris 30 de pays étrangers et que 40% ne pouvait pas être expliqué. Depuis cette époque, selon les communiqués de presse suivants de l'Armée de l'Air, 11.107 observations ont été étudiées au 31 décembre 1966, avec environ 10% de ce total encore non identifié.

Ceci, naturellement, ne tient pas compte des observations innombrables faites dans les pays étrangers, comme des observations faites dans ce pays et non rapportées à l'U.S. Air Force.

Je pourrais digresser un instant pour noter que les rapports de phénomènes aériens étranges ne sont pas particuliers à la période d'après la Deuxième Guerre Mondiale. Comme les rédacteurs Lore et Deneault du NICAP l'ont montré [2], une masse d'observations non expliquées a été rapportée avant le 20ème siècle par des astronomes et autres observateurs scientifiquement formés. Cependant, revenant au passé récent - qu'est-ce au juste que les gens ont rapporté pendant les dernières deux décennies? A quel point les observateurs sont-ils fiables? Je récapitulerai brièvement certaines des observations exceptionnelles.

En 1951 un avion de transport de l'US Navy Super-Constellation était vol vers l'Ouest à travers l'Atlantique en transportant des équipages aériens revenant du service outre-mer en Europe. Près de 30 hommes étaient à bord - des pilotes, des navigateurs, des ingénieurs de vol. La nuit était claire, la visibilité illimitée. Le Connie volait à vitesse normale à 19.000 pieds. Prochain arrêt, Gander, Terre-Neuve; destination finale, l'aéroport naval de Patuxent, dans le Maryland. Jetant un coup d'oeil vers le bas, le pilote a vu une collection de lumières là où seulement la pleine mer devrait être. L'homme de la radio n'a rapporté aucun signal d'en dessous, et aucun bateau n'avait été prévu être dans le secteur. Curieux, le pilote a mis l'avion en vol circulaire pour mieux examiner les lumières. Pendant qu'ils tournaient, les lumières se sont obscurcies, et ensuite ils ont vu plusieurs anneaux colorés apparaître et commencer à s'étendre. On a alors remarqué qu'un anneau se précipitait vers le haut vers l'avion. Le pilote a rompu son cercle et a commencé à s'élever au loin, mais l'anneau l'a surclassé, il a atteint leur altitude, s'est stabilisé, et a foncé vers eux. Alors ils se sont rendu compte que l'anneau de lumière venait de la jante d'un énorme objet en forme de disque. A ce moment, tous les hommes à bord étaient éveillés et observaient par les hublots. Le disque a foncé vers l'avion, s'est renversé sur le bord, et ait passé près du saumon d'aile gauche; sa course s'est alors ralentie et inversée, et a suivi l'avion au large de son aile gauche. Les observateurs ont convenu que cela avait environ 30 pieds d'épaisseur et 350 - 400 de pieds de diamètre, avec une lueur floue et inégale sur son pourtour. La lueur était suffisante pour montrer la surface courbée du disque. Le pilote a maintenu le cap, tandis que le disque prenait lentement de l'avance, puis s'est incliné vers le haut, a accéléré brusquement, et a été perdu dans le ciel de la nuit. Le pilote a appelé Gander Airbase immédiatement et a demandé s'ils avaient vu n'importe quoi sur le radar. Gander a répondu qu'ils avaient eu quelque chose sur leur écran le long du côté le Connie, mais que l'inconnu n'avait pas répondu aux questions par radio. Le temps qu'il a fallu au disque pour s'élever jusqu'au Connie correspondait à une vitesse de 1600 miles par heure ou plus. La vitesse qu'il a montrée pour disparaître au loin a été estimée comme égale à celle-là ou plus grande.

Après l'atterrissage à Gander, tout le personnel a été sérieusement interrogé par du personnel du renseignement de l'Air Force. "Ils ont posé un bon nombre de questions, mais ne nous ont donné aucune réponse," a maugréé un homme de la Marine plus tard. Quand le Connie a finalement atteint l'aéroport naval de Patuxent, les équipages aériens ont été de nouveau interrogés, et ils ont fourni au renseignement naval des rapports écrits quant à ce qu'ils avaient vu. Plusieurs jours plus tard le pilote a été contacté par un scientifique d'un autre organisme gouvernemental qui souhaitait lui parler au sujet de son observation. Après avoir obtenu les autorisations nécessaires, le pilote a donné son accord. Le scientifique s'est montré, a fait décrire au pilote son observation encore une fois, et puis a ouvert une mallette, en a retiré quelques photographies, et demandée au pilote si l'objet qu'il avait vu ressemblait à l'une quelconque de ces photographies. Le pilote en a sélectionné une comme étant pratiquement identique. Le scientifique l'a remercié, a rangé ses photographies dans sa mallette, a refusé de répondre à des questions et est parti. Le pilote, cela va sans dire, a été - et est toujours - un homme frustré et déconcerté [3].

[Voir ici mon dossier sur ce cas].

Voici un cas qui s'est produit près d'un site de missiles de l'Armée de l'Air. Le 25 août 1966, l'officier responsable d'une équipe de missiles du Dakota du Nord, basé dans une pièce de béton à 60 pieds sous la surface du sol, a soudainement trouvé ses transmissions par radio interrompues par des charges statiques. Pendant qu'ils essayaient de comprendre ce problème, d'autres personnels de l'Air Force à la surface ont rapporté voir un OVNI - décrit comme une lumière rouge brillante - apparemment alternativement montant et descendant. Une installation de radar de l'Air Force en surface a également rapporté dépister l'objet à une altitude de 100.000 pieds. Le rapport du directeur des opérations de la base a énoncé "quand l'OVNI s'élevait, les charges statiques s'arrêtaient. L'OVNI a commencé à virer et a piqué. Il a alors semblé atterrir à dix ou quinze miles au Sud du secteur. Le Commandement du site de missiles a envoyé une équipe d'assaut (des gardes bien armés de l'Armée de l'Air) au contrôle. Quand l'équipe a été à environ dix miles de l'emplacement d'atterrissage, le contact par radio avec eux a été brouillé par des charges statiques. Cinq à huit minutes plus tard la lueur a diminué, et l'OVNI est parti. Un autre OVNI a été visuellement aperçu et confirmé par le radar. Celui qui a été aperçu en premier est passé en dessous du deuxième. Le radar a également confirmé ceci. Le premier a pris de l'altitude vers le Nord, et le second a semblé disparaître avec une lueur rouge." [4] Encore non résolu, le cas a été qualifié par le Dr. J. Allen Hynek comme "typique des cas intrigants" qu'il a étudié en ses 18 années en tant que consultant en matière scientifique de l'Air Force à propos des OVNIS.

[L'officier en question continue à offrir son témoignage].

Une des meilleures observations confirmées par radar - comme l'indique le capitaine Ed Ruppelt, [5] qui dirigeait les enquêtes de l'Air Force sur les soucoupes pendant plusieurs années - s'est produit près de Rapid City, dans le Dakota du Sud, dans la soirée du 12 Août 1953. Les événements de cette nuit ont commencé dehors comme ceci. Peu de temps après la tombée de la nuit, une femme, observatrice du corps des observateurs au sol locaux a donné l'alarme à la station de radar du commandement de la défense aérienne à chez Ellsworth AFB juste à l'est de Rapid City, et a rapporté une lumière extrêmement lumineuse au nord-est. Le radar a balayé le secteur que l'observatrice avait indiqué, et détecté un écho net se déplaçant lentement. Le radar de détection de l'altitude l'a également détecté et a établi que l'OVNI était à 16.000 pieds. L'officier de garantie en service à la station de radar était en communication téléphonique avec l'observatrice, et ils ont comparé leurs observations pendant environ deux minutes. Au milieu d'une phrase, la femme a soudain dit que l'objet commençait à se déplacer vers Rapid City. L'écran du radar a confirmé ceci, et l'officier de garantie a envoyé deux hommes dehors pour un contrôle visuel. Ils ont rapporté une grande lumière bleuâtre-blanche se déplaçant vers Rapid City. Les trois groupes - le personnel du radar, les hommes à l'extérieur, et l'observatrice - ont observé l'OVNI faire un tour rapide autour de la ville et ensuite retourner à sa position originale. L'officier de garantie a alors appelé un avion de chasse à réaction qui était en patrouille et l'a mis sur un cours d'interception. La lumière était toujours à l6.OOO pieds. Le pilote a repéré la lumière visuellement, et s'est déplacé jusqu'à trois miles d'elle, quand la lumière s'est déplacée au Nord vers les Badlands. Le pilote l'a suivie sur 120 miles, avec la lumière restant à quelques miles en avant de lui; et puis, quand il a manqué de carburant, le jet est rentré - avec l'OVNI à sa suite!

L'escadron de chasse au terrain d'aviation a alors déclaré qu'ils envoyaient un autre F-84, avec un vétéran sceptique ayant combattu lors de la deuxième guerre mondiale et de la guerre de Corée aux commandes. Une fois qu'il fut en l'air, le radar l'a dirigé vers l'OVNI. Le pilote a rapidement rapporté le contact visuel, et a manoeuvré pour arriver sur la lumière. La lumière s'est dirigée au Nord-Est léger, avec le F-84 derrière mais à plusieurs milliers de pieds au-dessus de lui. Le pilote, quoiqu'il obtenait les rapports du radar et voyait la lumière, était encore sceptique. Une fois loin de la région de Rapid City, il a arrêté toutes ses lumières pour voir si c'était une réflexion sur sa verrière. La lumière était toujours là. Ensuite il a fait tanguer son avion, pour voir si une certaine lumière inaperçue au sol en était la cause. La position de la lumière n'a pas changé. Après quoi il a vérifié que la lumière était bien en mouvement en la comparant à trois étoiles brillantes - elle se déplaçait par rapport à elle. Il a alors pensé que si la lumière était réelle, son radar de visée devrait la détecter. Il a activé sa caméra de canon, a branché son radar et a obtenu un écho net. A ce moment il a commencé a être effrayé - et, rappelez-vous, c'était un homme qui a combattu les meilleurs avions d'Hitler et s'est battu contre les MiG 15 au-dessus de la Corée. Mais cette grande lumière, brillante, bleuâtre-blanche était plus qu'il ne souhaitait pourchasser plus longtemps. Il a demandé et a reçu la permission d'abandonner la chasse. L'OVNI s'est dirigé au loin vers Fargo, dans le Dakota du Nord, et quelques minutes plus tard un contrôle a prouvé que les postes d'observateurs entre Rapid City et Fargo avaient vu et avaient rapporté une lumière rapide et bleuâtre-blanche. Voilà donc deux visuels en série, un verrouillage par un radar aérien, l'observation par deux radars au sol, de nombreux visuels au sol depuis plusieurs endroits, un film de caméra canon qui, une fois développé, a montré un objet flou. Aucun détails - juste une source lumineuse.

[Voir ici mon dossier sur ce cas].

Le 24 avril 1964, près de Socorro, Nouveau Mexique, peu avant 18:00 heure locale, le policier en patrouille Lonnie Zamora poursuivait une voiture rouant trop vite [6] a vu et entendu ce qu'il a alors pensé être l'explosion d'un hangar de dynamite, Zamora a abandonné le contrevenant et a roulé vers une route défoncée vers le lieu apparent de l'impact. Brièvement, pendant son approche, il a vu un objet brillant à peu près de la taille d'une voiture retournée. Près d'elle se trouvaient deux figures en blanc "humanoïdes" - aucun détail des mains, des pieds ou du visage n'ont été vus. En se basant sur un buisson voisin, les mesures postérieures ont indiqué que les personnages avaient environ 4 pieds et demi - 5 pieds de haut et que le fond de l'objet était à une distance à peu près identique au-dessus du sol. En raison des collines qui gênaient la vue, Zamora a perdu de vue l'objet et quand il l'a de nouveau vu, les personnages n'étaient plus là. Se garant à environ 150 pieds de distance, il a commencé à approcher l'objet à pied quand il a soudainement commencé à répandre des flammes en dessous de lui. Pensant qu'il allait y avoir une explosion, il a couru en arrière. Quand le bruit a cessé, il a regardé à nouveau et l'a vu s'éloigner en volant, manquant de peu un hangar de dynamite voisin. Les investigateurs des installations militaires voisines, de la police locale, des représentants du NICAP, et des investigateurs du Renseignement Technique de l'Armée de l'Air dans l'Ohio et de la Northwestern University ont complètement examiné les lieux. Plusieurs dépressions, apparemment des quatre jambes de l'objet, ont été trouvées, et des buissons et l'herbe voisine ont semblé avoir été desséchés par la chaleur intense. Des échantillons de sol ont été pris mais aucune trace de résidus de carburant n'a été trouvée après des analyses en laboratoire. Le sérieux et l'intégrité de Zamora sont établis et l'Armée de l'Air porte toujours l'observation comme étant celle d'un véhicule non identifié. [7]

[Ici mon dossier sur ce cas].

Naturellement, ce ne sont là que quatre seulement parmi de nombreuses observations d'OVNIS exceptionnelles et semblables en tous les points des Etats-Unis. Mais la soucoupite n'est pas un mal seulement Américain. Des rapports de radar, des rapports visuels de jour et de nuit, et des rapports radar-visuels combinés ont été également reçus de la Grande Bretagne, de la France, de l'Australie; de l'Italie, Belgique, et d'autres sources étrangères. Par exemple, en Novembre 1962, l'ambassade d'Argentine à Washington D.C a fourni au NICAP des rapports officiels d'observations d'OVNIS faites par des pilotes de la Marine Argentine. Le Capitaine Luis Moreno de la Marine Argentine a informé NICAP que la Marine avait été constamment préoccupée par les OVNIS pendant les 10 années précédentes. [8] Des comptes rendus représentatifs d'observations intrigantes à l'étranger peuvent être trouvés dans The UFO Evidence aussi bien que dans les travaux du mathématicien astronome français Jacques Vallee. [9] Et, naturellement, même les Russes sont entrés dans l'action - ils ont dit que les soucoupes étaient toutes un canular capitaliste conçu pour maintenir la production du matériel de guerre. [10]

Comme cela est souvent le cas pour les déclarations à l'emporte-pièce des Russes, il y a un grain de vérité dans celle-ci - il y a eu des canulars de soucoupe. Certains ont été du type de la simple farce - des disques de carton ou d'aluminium bourrés de restes de pièces de radio et illuminé par des fusées éclairantes. Un homme, pour gagner un pari, a acheté, chloroformé, rasé, et écrasé un singe, qui a été alors fait passer pour un habitant de Mars - jusqu'à ce qu'un vétérinaire devine la vérité. De nombreuses personnes qui ont affirmé être en contact avec des gens de l'espace - certains ont même affirmé être monté dans des soucoupes. Je connais un homme près de Pittsfield, dans le Massachusetts, qui affirme qu'il y a une base de soucoupe sous les montagnes du Berkshire. Aucun de ces contactés n'a présenté la moindre preuve vérifiable et les la plupart ont failli aux tests des détecteurs de mensonges. Plusieurs farceurs avaient l'argent comme but et certains ont joliment réussi. Il y a quelques années, TRUE Magazine a enquêté un garçon d'ascenseur du nom de Otis T. Carr, qui a censément acquis plusieurs centaines de milliers de dollars de la part d'âmes confiantes qui ont pensé qu'il disposait d'un moteur et d'un vaisseau spatial qui révolutionneraient les techniques de propulsion courantes. [11] Franchement, je souhaite que cela ait été vrai - je voudrais aller voyager dans l'espace moi-même, mais si l'on s'en réfère aux projets actuels cela ne semble pas possible avant de nombreuses années. Donc, les tricheurs, psychotiques, et menteurs pour le profit sont avec nous, et ont fortement contribué au ternissement de la question OVNIS. Cela, cependant, n'est aucunement une excuse pour ne pas mener les recherches appropriées.

Maintenant - qu'à fait l'Armée de l'Air dans le domaine des enquêtes sur les OVNIS? La réponse est, étonnamment peu. Il y a eu d'innombrables communiqués de presse vantant toutes les études qui ont été entreprises, des enquêtes et ainsi de suite; mais quand vous regardez les dossiers de près, vous voyez que très peu a été vraiment réalisé. Par exemple, même dans les moments forts des observations d'OVNIS, il n'y avait jamais eu plus de trois ou quatre hommes affectés de manière permanente é l'étude des OVNIS. Les investigations ont été généralement menées longtemps après les rapport, et les investigateurs ont souvent semblé plus intéressés à voir comment ils pourraient fournir une explication quelconque pour les observations qu'à obtenir tous les faits des témoins. Des équipages de ligne aérienne ont été accusés - de façon anonyme- d'avoir été ivres en service. Des observations par radar ont été éliminées comme étant le résultat d'inversions de la température, même lorsque les données du bureau de la météo excluaient une telle affirmation. Il y a eu plusieurs exemples d'observations d'OVNIS qui ont apparemment eu comme conséquence une augmentation rapide et substantielle de la radioactivité de fond, mais l'U.S. Air Force n'a pas fait la moindre tentative d'installer de station de détection des rayonnements les secteurs où il y a eu des observations répétées au cours des 14 dernières années. Le NICAP a offert de s'asseoir avec l'Armée de l'Air et de passer en revue les rapports des dossiers du NICAP et de corriger publiquement ceux réfutés par l'Armée de l'Air. [12] L'Armée de l'Air, cependant, a refusé de telles réunions conjointes et a insisté pour que le NICAP fournissent ses données pour qu'ils les revoient dans le secret. Les résultats publiés après de telles revues secrètes n'incluraient aucune base sur laquelle il pourrait être possible d'évaluer la validité des conclusions de l'Armée de l'Air. Ce ne sont là que quelques exemples. Le dossier global est plus mauvais; et, pour paraphraser un ancien officier de l'Air Force, je peux seulement dire que je n'ai aucune confiance dans le programme de recherche sur les OVNIS de l'Armée de l'Air jusqu'ici.

Une critique de la position de l'Armée de l'Air, comme celle de la position tenue par un trop grand nombre de ses collègues scientifiques, est récemment venue du Dr. J. Allen Hynek, le conseiller civil en chef de l'Armée de l'Air en ce qui concerne les OVNIS. Le Dr. Hynek, chef de l'observatoire de la Northwestern University à Dearborn, a déclaré catégoriquement: "aucune véritable recherche scientifique sur les phénomènes d'OVNIS n'a été jamais été entreprise, en dépit du grand volume de données solides... nous devrions faire autant d'efforts sur un de ces cas embarrassants que ce que nous faisons pour un cambriolage ou un kidnapping. [13]

Pour être juste envers l'Armée de l'Air, il convient de noter qu'ils en viennent finalement à se rendre compte que leur attitude a terni leur image auprès du public. Un comité scientifique civil de révision a été assemblé en février 1966, par ordre, non pas du directeur de la recherche aérospatiale, mais du directeur de l'information publique! Ce panel scientifique civil, alors qu'il n'approuvait pas la possibilité de visiteurs extraterrestres, a fait des recommandations fortes pour que l'Armée de l'Air augmente sensiblement ses équipes s'enquête sur les OVNIS et sollicite l'aide de la communauté scientifique pour examiner de manière plus justement proportionnée les rapports d'OVNIS passés et futurs. [14] Le NICAP est entièrement en accord avec de telles recommandations - en effet, une recherche scientifique complète sur une base globale a longtemps été un de nos buts principaux. Pour citer le Dr. Hynek "au lieu d'avoir OVNI comme synonyme pour cinglé et ridicule, rendons-le scientifiquement respectable." [15] Nous savons que de plus en plus de scientifiques sont disposés à discuter le sujet des OVNIS "en privé" mais nous espérons sincèrement qu'ils seront plus nombreux à suivre l'exemple donné par le Dr. Hynek et par le NICAP pour s'assurer de l'aide de conseillers scientifiques. Et, naturellement, nous espérons également que le programme récemment commencé d'étude de 15 mois, financé par l'Armée de l'Air devant être conduit indépendamment par l'Université du Colorado, sera le commencement d'une recherche scientifique complète et impartiale sur les OVNIS. Tout à fait franchement, nous voyons cette étude comme une confirmation de notre position de toujours: le programme d'investigation de l'Armée de l'Air a été insatisfaisant et non scientifique.

Très bien, nous avons regardé quelques rapports d'OVNIS, et quelques attitudes envers ces rapports. Maintenant, les questions inévitables qui se posent sont, que sont au juste ces OVNIS et d'où viennent-ils? On a suggéré qu'ils soient:

  1. Des engins secrets Russes basés sur des engins Allemands récupérés après la Deuxième Guerre Mondiale,
  2. Des engins secrets Américains dans le domaine de l'aéronautique et/ou des missiles,
  3. Des erreurs de perceptions d'objets conventionnels divers comme des étoiles, des planètes, des oiseaux, des ballons météo, des insectes, des météores, des avions, des traînées de vapeur, etc., etc.
  4. Des engins de transport interplanétaire venus d'en dehors de notre système solaire.

Examinons chacune de ces suggestions. Les suggestions d'une origine Russes ou Américaines peuvent être écartées simultanément. Si les OVNIS étaient de fabrication russe, cette réunion serait commanditée par la Société des Ingénieurs Mécaniciens Soviétiques et je serais un Commissaire donnant une conférence sur le Marxisme appliqué. Et si les OVNIS étaient américains - et bien, nous ne serions pas en train de dépenser 13 millions de dollars par jour sur le programme Apollo.

Après tout, la vitesse et la manoeuvrabilité montrée par ces OVNIS exigent des systèmes de propulsion loin en avance par rapport à tout ce que nous avons maintenant. Le véhicule entier représente, en termes de connaissance terrestre actuelle, une percée technologique énorme. Une telle percée serait rapidement reflétée dans des centaines de domaines de recherches alliés, comme dans des domaines de recherche dont on n'a pas encore rêvé. Regardez les applications de l'énergie nucléaire depuis 1945 - même l'auteur le plus imaginatif de la science-fiction n'avait jamais rêvé, avant Hiroshima, de toutes les applications qui seraient trouvées en moins de 20 ans. La percée exigée pour créer un OVNI terrestre aurait des effets de bien plus grande envergure.

Des erreurs d'interprétations? Celles-ci expliquent déjà un grand nombre d'observations d'OVNIS. Peut-être 80% de celles étudiés par l'Armée de l'Air jusqu'ici. Il n'y a pas à nier que beaucoup de gens ont été dupés par des ballons, des météores, des avions volant haut, la planète Vénus, la vapeur de quelque traînée particulière, et semblables - et ont pensé avoir vu un OVNI.

Des nuages lumineux, résultant de produits chimiques libérés à des centaines de miles dans le ciel par des fusées de NASA, ont causé des rapports d'OVNIS. De même les réentrées de satellites depuis l'espace aussi bien que des satellites en orbite vus dans des conditions atmosphériques particulières. Ceux-ci, comme les autres interprétations fausses déjà mentionnées, peuvent être aisément expliquées. Cependant, ils n'expliquent pas les observations dont j'ai parlés plus tôt et n'expliquent pas non plus les centaines de rapports toujours non résolus rédigés pour l'Armée de l'Air, le NICAP, et à d'autres groupes étudiant les OVNIS au cours des 20 dernières années.

Ainsi il nous reste la théorie interplanétaire. Et quand je dis "nous," j'y inclus non seulement moi-même et la majorité du conseil supérieur du NICAP, mais également beaucoup d'officiers de l'U.S. Air Force, d'innombrables pilotes et aviateurs - privés et commerciaux, étrangers et domestiques - de nombreux scientifiques éminents, des experts en matière de missile, et des aussi simplement des personnes quelconques. En ce qui me concerne j'ai accepté cette théorie seulement après avoir examiner la question OVNI pendant plus d'une douzaine années. Ce n'est pas un rapport isolé d'observation d'un OVNI qui m'a mené à mon acceptation de cette hypothèse, mais plutôt l'accumulation toujours croissante des rapports par des observateurs dignes de confiance et qualifiés. Je n'ai jamais vu un OVNI, mais comme le Dr. J. E. McDonald l'a formulé, l'idée des véhicules extraterrestres semble être "l'hypothèse la moins insatisfaisante pour... le choix intrigant de phénomènes OVNIS crédibles qui sont dans les dossiers" [16] - des rapports comme ceux mentionnés plus tôt dans cet entretien.

Maintenant - indépendamment de vos sentiments quant à la validité de l'hypothèse extraterrestre, j'espérerais que nous sommes en général d'accord sur ce que "quelque chose" a été vu et que la répétition de tels rapports par des observateurs dignes de confiance pendant les deux dernières décennies exige une recherche plus étendue que ce qu'il y a eu lieu jusqu'ici.

Avec cette pensée à l'esprit, puis, je veux conclure en décrivant quelques idées sur ce qui est nécessaire dans la manière de mener recherche plus complète. Laissez-moi également dire que ce ces idées ne sont pas simplement les miennes mais sont une synthèse de celles de Hynek, [17] Vallée, [18] LeBlanc, [19], du personnel de NICAP et d'autres sources.

  • 1. Des stations d'observation devraient être établies sur une base globale. Celles-ci pourraient être de nouvelles stations ou des stations existantes, militaire ou scientifique, qui ont seraient équipées d'instructions détaillées et des instruments nécessaires pour gérer des observations. Les photographies, spectrographes, données enregistrables par de larges détecteurs de rayonnement, etc., devraient rassemblés si possible.
  • 2. Les données disponibles, comme de futures données obtenues par des recherches sur le terrain sous forme de rapport formalisés, devraient être informatisées de sorte que de nouveaux rapports puissent être comparés rapidement et exactement avec les rapports plus anciens de sorte que des tendances et des modèles de comportement dans les observations puissent être rapidement identifiés.
  • 3. Des policiers, les pilotes civils et militaires, et d'autres dont les occupations les font être à l'extérieur pendant de longues périodes, devraient être équipés de bons appareils photo et être formés à leur utilisation. Le service ou les clubs civiques pourraient, peut-être, fournir un tel équipement à leur police locale.
  • 4. Les anthropologues, les archéologues et d'autres étudiants du passé devraient soigneusement étudier les légendes des peuples antiques pour déterminer si le contact avec les êtres extraterrestres pourrait s'être déjà produit. Le Dr. Carl Sagan, [20] astronome de Harvard, raconte une légende en rapport avec le développement de la civilisation de Sumérienne (4000 av J.C.) qui suggère un tel contact et mérite certainement davantage d'étude.
  • 5. Les groupes d'amateurs sincères et qualifiés devraient être encouragés à aider en faisant des recherches sur les cas, fouillant dans les archives des journaux et des documents historiques semblables. De telles recherches ont déjà permis de retrouver des données très utiles sur des observations plus anciennes; il n'est guère douteux que beaucoup plus de données restent à retrouver. Une telle recherche, cependant, devrait être coordonnée par le groupe officiel pour empêcher la duplication des efforts. D'autres amateurs qualifiés, tels que du personnel militaire retraité du renseignement, pourraient aider aux enquêtes de terrain sur des rapports d'observations courants. Là encore, la coordination avec le groupe officiel serait nécessaire.

En conclusion, supposant que les efforts décrit ci-dessus obtiennent des résultats, on devrait sérieusement envisager la conception d'un "piège à soucoupe," non pas pour "capturer" physiquement un OVNI mais pour "piéger" l'information par des instruments. Beaucoup de rapports apparemment fiables ont montré ce qui semble être une "curiosité" des OVNIS au sujet des réalisations humaines. Il semblerait possible qu'une grande installation, établie avec un maximum d'activité clairement visible et situé dans un secteur vide par ailleurs, pourrait attirer l'attention des OVNIS. Si une telle installation était équipée de toutes les façons possibles de l'appareillage de détection et d'enregistrement capable de couvrir entièrement le spectre visible, audible et électromagnétique, une richesse d'information valable pourrait être obtenu.

Tout ce qui précède, naturellement, présuppose une vraie volonté de la part de la communauté scientifique dans son ensemble à examiner la question entière des OVNIS avec un esprit ouvert, exempt, autant que possible, de l'émotion qui a fait préjuger que tout ce sujet est "totalement idiot." [21] C'est notre espoir à tous au NICAP que le groupe d'étude de Condon sera le commencement d'un changement important d'attitude vers l'étude des OVNIS par la communauté scientifique.

Bibliographie

  • 1. THE COMMING OF THE SAUCERS by Kenneth Arnold and Ray Palmer; Amherst Press: 1952, p 11.
  • 2. END OF A DELUSION - A HISTORICAL PERSPECTIVE OF UFO'S by Gordon I. R. Lore, Jr., and Harold H. Deneault, Jr.; Prentice-Hall, Inc., (in preparation, scheduled for May, 1967, publication).
  • 3. FLYING SAUCERS: TOP SECRET by Donald E. Keyhoe; Putnam, 1960, pp 15 - 20.
  • 4. "Are Flying Saucers Real?" by Dr. J. Allen Hynek; Saturday Evening Post, December 17, 1966, p 17.
  • 5. THE REPORT ON UNIDENTIFIED FLYING OBJECTS by Edward J. Ruppelt; Doubleday, 1956; pp 303-6.
  • 6. Associated Press, United Press International and local press reports for April 25, 19624, et. seq.
  • 7. Personal communication from Major Maston M. Jacks, USAF Office of Information, The Pentagon, Washington, D.C., dated 29 December 1964.
  • 8. "Argentine Confirms Navy Pilots' Sightings to NICAP" - The UFO Investigator; Vol. II, No. 6, October - November, 1962, NICAP.
  • 9. ANATOMY OF A PHENOMENON (Henry Regnery Co., Chicago, 1965) and CHALLENGE TO SCIENCE (Regnery, 1966) both by Jacques Vallée.
  • 10. Radio Moscow newscast on December 7, 1953.
  • 11. "King of the Non-Flying Saucers" by Richard Gehman; TRUE Magazine, January, 1961.
  • 12. "Air Force Secretary Offered NICAP's UFO Evidence" - The UFO Investigator, Vol. II, No. 3, January - February, 1962, NICAP.
  • 13. "UFO's Merit Scientific Study" by Dr. J. Allen Hynek; letter in SCIENCE, 21 October, 1966, p 329.
  • 14. Unidentified Flying Objects - House of Representatives - Committee on Armed Forces, No. 55, April 5, 1966; p 5995.
  • 15. "UFO's Merit Scientific Study" by Dr. J. Allen Hynek, letter in SCIENCE, 21 October 1966, p 329.
  • 16. "The Problem of the Unidentified Flying Objects", a talk by Dr. James E. McDonald, Senior Physicist, Institute of Atmospheric Physics, and Professor, Dept. of Meteorology, The University of Arizona; to the District of Columbia Chapter of the American Meteorological Society, Washington, D.C., on October 19, 1966.
  • 17. "Are Flying Saucers Real?" by Dr. J. A. Hynek, Saturday Evening Post, December 17, 1966, p 21.
  • 18. CHALLENGE TO SCIENCE, Jacques Vallée, pp 201 - 202.
  • 19. "Saucer Trap", a personal communication from Raymond LeBlanc; December 2, 1966.
  • 20. INTELLIGENT LIFE IN THE UNIVERSE by I. S. Shklovskii and Carl Sagan; HoldenDay, 1966, pp 455 - 461.
  • 21. "Space Flight 'Utter Bilge' Says Astronomer-Royal" TIME, January 16, 1956.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 11 mai 2003