Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Ecrits ufologiques essentiels:

L'article du Dr. J. Allen Hynek dans le Saturday Evening Post, 1966:

Dans cet article du Saturday Evening Post du 17 décembre 1966, le Dr. J. Allen Hynek parle de ses années passées à examiner le phénomène OVNI. A cette époque, il avait commencé à s'exprimer publiquement sur le fait qu'il demeurait des cas d'observations d'OVNIS qui n'avaient pas pu être expliqués de façon conventionnelle. Cela faisait 18 années qu'il étudiait la question en tant que consultant scientifique de l'US Air Force en matière d'OVNIS sans jamais dire publiquement ce genre de choses. Il se retenait encore de critiquer l'Air Force ou de signaler des faits qui n'étaient pas connus du public (comme l'existence d'observations visuelles confirmées par des observations radar d'engins inconnus qui ne pouvaient être des avions conventionnels), car il souhaitait encore rester en bon terme avec l'Air Force pour rester leur consultant et continuer à avoir accès à ses dossiers d'observations. A ce moment, il pensait encore que le Comité Condon qui venait d'être chargé d'une étude scientifique civile du phénomène OVNI par l'US Air Force allait réellement et sérieusement traiter le sujet, ce que la plupart des personnes étudiant les OVNIS croyaient également. Plus tard, il dut constater que ce ne serait pas du tout le cas.

Dr. J. Allen Hynek

Dr. J. Allen Hynek


LES SOUCOUPES VOLANTES SONT-ELLES RELLES?

Par J. Allen Hynek

Pendant des années l'Armée de l'Air les a écartées comme étant des canulars, des hallucinations ou des identifications erronées. Maintenant, le propre consultant scientifique des forces aériennes sur les objets volants non identifiés déclare que plusieurs des observations ne peuvent pas être si facilement expliqués.

Le 25 Août 1966, un officier de l'Armée de l'Air responsable d'une équipe de missile dans le Dakota du Nord a soudainement constaté que ses transmissions radio étaient interrompues par des charges statiques. A ce moment, il était abrité dans un abri bétonné à 60 pieds au-dessous de la terre. Tandis qu'il essayait d'éclaircir le problème, du personnel de l'Armée de l'Air sur la surface a rapporté voir un OVNI - un objet volant non identifié haut dans le ciel. Il avait une lumière rouge brillante et il semblait s'élever et descendre alternativement. Simultanément, un équipage de radar sur la terre a détecté l'OVNI à 100.000 pieds.

C'est ainsi que commence un rapport OVNI vraiment embarrassant - un rapport qui n'est pas explicable comme on le fait maintenant pas des causes familières telles que ballons, avions, satellites ou météores. "Quand l'OVNI s'est élevé, les parasites statiques se sont arrêtés," énonçait le rapport rédigé par le directeur des opérations de la base. "L'OVNI a commencé à se balancer et à piquer. Il a alors semblé atterrir à quinze milles au Sud du secteur. Le commandement du site de missiles a envoyé une équipe d'intervention (des gardes fortement armés de l'Armée de l'Air) pour contrôle. Quand l'équipe était à environ dix miles du site de l'atterrissage, le contact par radio a été rompu avec eux par des parasites statiques. Cinq à huit minutes plus tard la lueur a diminué, et l'OVNI a décollé. Un autre OVNI a été visuellement aperçu et confirmé par le radar. Celui qui a été aperçu la première fois est passé sous le second. Le radar a également confirmé ceci. Le premier est parti à bonne altitude vers le nord, et le seconde a semblé disparaître avec une lueur rouge."

Cet incident, qui n'a pas été rapporté dans la presse, est typique des cas embarrassants que j'ai étudiés pendant les 18 années où j'ai servi de consultant en matière scientifique des forces aériennes sur le problème des OVNIS. Ce qui rend le rapport particulièrement frappant est le fait qu'un autre incident s'est produit près de la base quelques jours plus tôt. Un officier de police - un homme digne de confiance - a vu en plein jour ce qu'il a appelé "un objet sur sa tranche flottant en descendant le flanc d'une colline, vacillant d'un côté sur l'autre à environ dix pieds de la terre. Quand il a atteint le fond de la vallée, il s'est élevé à environ cent pieds, toujours incliné sur son bord, et s'est déplacé à travers la vallée vers un petit réservoir."

L'objet, qui avait environ 30 pieds de diamètre, est ensuite apparu comme étant aplati, et un petit dôme a été visible sur sa partie supérieure. Il a plané au-dessus de l'eau pendant environ une minute, s'est alors déplacée vers un petit champ, où il a semblé se poser. Il n'a pas touché la terre, cependant, mais plané à une hauteur d'environ 10 pieds à environ 250 pieds de loin du témoin, qui se tenait prêt de sa voiture de patrouille garée. L'objet s'est alors incliné vers le haut et a disparu rapidement dans les nuages. Une histoire fantastique, pourtant j'ai moi-même interviewé le témoin dans ce cas-ci et je suis personnellement convaincu qu'il est sans reproche.

Pendant les années où j'ai été son conseiller, l'Armée de l'Air a systématiquement argué du fait que les OVNIS étaient des canulars, des hallucinations ou des interprétations fausses de phénomènes normaux. Pour la plupart je serais d'accord avec l'Armée de l'Air. En tant qu'astronome professionnel - je suis Président du département de l'astronomie à l'université du nord-ouest - je n'ai eu aucun mal à expliquer la grande majorité des observations rapportées.

Mais je ne puis pas les expliquer toutes. Des 15.000 cas qui sont parvenus à mon attention, plusieurs centaines sont embarrassantes, et certains des incidents embarrassants, peut-être un sur 25, sont ahurissants. J'ai ai voulu en apprendre beaucoup plus au sujet de ces cas que ce que j'ai pu obtenir par les rapports ou les témoins.

Ces cas spéciaux ont été rapportés par les personnes fortement respectées et intelligentes qui avaient souvent eu une formation technique, astronomes, opérateurs de tour de contrôle d'aéroports, anthropologues, officiers de l'Armée de l'Air, personnel du FBI, médecins, météorologues, pilotes, opérateurs de radar, pilotes d'essai et professeurs d'université. Pendant des années, dans l'Armée de l'Air j'ai argué du fait que ces cas peu communs nécessitaient beaucoup plus d'étude que ce qui était fait. Maintenant, finalement, l'Armée de l'Air a commencé une recherche scientifique sérieuse sur le phénomène des OVNIS.

Le public, je suis certain, veut savoir ce qu'il doit croire - ce qui peut être cru - au sujet des "histoires de soucoupes volantes" qui semblent devenir de plus en plus sensationnelles. En toute loyauté avec l'Armée de l'Air, et avec une appréciation profonde de ses problèmes, je sens maintenant que c'est mon devoir de parler du mystère OVNI entièrement et franchement. Je parle en tant que scientifique avec une expérience unique. Au mieux de mes connaissances, je suis le seul scientifique qui a passé presque 20 ans à suivre la question des OVNIS dans ce pays et dans tous les autres pays et qui a également lu de milliers de rapports et a personnellement interviewé de nombreux observateurs d'OVNIS.

Découvrir la vérité des "soucoupes volantes" a été extraordinairement difficile parce que le sujet engendre automatiquement tant de réactions immédiates et tant de croyances passionnées. Presque tous mes collègues scientifiques, je regrette de le dire, ont ricané aux rapports d'OVNIS comme étant de pures bêtises, bien que cela ait été une réaction des plus anti-scientifique puisque pratiquement aucun d'eux n'avait jamais étudié les preuves. Jusque récemment mes amis en sciences physiques ne parlaient même pas d'OVNIS avec moi. Le sujet, en fait, a été rarement soulevé. Mes amis étaient de toute évidence éberlués de ce que moi, un scientifique, j'ai pu me mêler à des affaires de "soucoupes volantes." C'était comme si j'avais été un chanteur d'opéra qui s'était soudainement mis en tête de faire des show dans un cabaret. C'était tellement inconvenant qu'on ne saurait même pas l'aborder dans une conversation polie.

Tandis que les scientifiques se riaient des OVNIS sous cape, un certain nombre de groupes de citoyens enthousiastes disaient au public que les "soucoupes volantes" existent vraiment. Les croyants des OVNIS ont accusé l'Armée de l'Air de cacher l'existence des "soucoupes volantes" pour éviter une panique publique. Puisque j'étais le consultant en la matière de l'Air Force, ces groupes m'accusent d'avoir trahi ma qualité de scientifique, parce que je n'ai pas admis que les OVNIS existent. J'étais le faire-valoir de l'Air Force, son astronome docile, un homme davantage concerné par la préservation de ses honoraires de conseiller que par la révélation de la vérité au public.

J'ai reçu beaucoup de lettres m'attaquant moi pour ne pas attaquer l'Armée de l'Air. Un auteur typique a précisé qu'en tant que scientifique ma première allégeance était envers "les faits." Il a continué en énonçant, "toute personne qui a de près suivi l'histoire des OVNIS sait que beaucoup de rapports ont reçu des explications de façons telles que ces explications peuvent seulement être qualifiées de risibles."

Une autre lettre typique déclarait: "malgré le fait que l'Armée de l'Air affirme (ou est chargé d'affirmer) que les OVNIS n'existent pas, je pense que le bon sens dit à la plupart d'entre nous qu'ils existent. Il y a eu trop de personnes responsables au cours des années qui ont eu des expériences terrifiantes impliquer des OVNIS. Je pense que notre gouvernement insulte l'intelligence de nos citoyens en gardant pour eux les informations concernant les OVNIS."

La question des OVNIS est devenue une guerre de croyances. Un côté, fidèle à la position de l'Armée de l'Air et soutenu par "l'establishment scientifique," sait que les OVNIS n'existent pas; l'autre côté sait que les OVNIS représentent quelque chose de complètement nouveau dans l'expérience humaine. Et ensuite nous avons le reste du monde, la grande majorité des gens qui, s'ils s'interrogent au moins un peu à ce propos, ne savent pas quoi penser.

La question de si les OVNIS existent ne devrait pas être une bataille de croyances. Ce doit être un sujet d'analyse calme, raisonnée, scientifique.

En 1948, quand j'ai entendu parler pour la première fois des OVNIS, j'ai pensé qu'ils aient été non-sens total, comme tout scientifique le pensait. La plupart des premiers rapports étaient tout à fait vagues: "je suis entré dans la salle de bains pour boire de l'eau et j'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu une lumière brillante dans le ciel. Elle se déplaçait en haut et en bas et en longueur. Quand j'ai regardé encore, elle était partie."

A cette époque, j'étais le directeur de l'observatoire de l'Université d'Etat de l'Ohio à Columbus. Un jour j'ai eu une visite de plusieurs hommes du centre technique de la base aérienne de Wright-Patterson, qui était à seulement 60 miles de Dayton. Avec un certain embarras visible, ces hommes ont fini par évoquer le sujet des "soucoupes volantes" et m'ont demandé si je voulais bien servir de conseiller de l'Armée de l'Air à ce sujet.

Le travail n'a pas paru être du genre à prendre trop de temps, j'ai donc été d'accord. Quand j'ai commencé à passer en revue des cas, j'ai supposé qu'il y avait une explication naturelle pour toutes les observations - ou du moins il y en aurait une si nous pouvions découvrir assez de données au sujet des incidents plus embarrassants. J'ai généralement souscrit aux vues de l'Armée de l'Air, que les observations étaient les résultats d'identifications erronées, de canulars ou d'hallucinations.

Pendant les années à venir je n'ai eu aucune difficulté à rejeter la plupart des cas qui m'étaient rapporté à moi, mais quelques-uns étaient assez déroutant pour me faire m'interroger - des cas que l'Armée de l'Air classeraient plus tard comme "non identifié." Laisser moi souligner le point que l'Armée de l'Air prononçait son propre avis sur chaque cas; je donnais simplement une opinion. J'ai bientôt constaté que l'Armée de l'Air avait une tendance à améliorer ses explications préliminaires tout en compilant ses résumés annuels; un avion "possible" est souvent devenu un avion "probable." Je me suis rappelé la légende grecque de Procruste, qui a essayé d'adapter tous les hommes à son lit. S'ils étaient trop longs, il les coupait; s'ils étaient trop courts, il les étirait.

Contrairement à ses déclarations publiques, l'Armée de l'Air n'a jamais vraiment consacré assez d'argent ou d'attention au problème des OVNIS pour arriver à traiter à fond les cas embarrassants. Le programme d'évaluation des OVNIS de l'Air Force, connu sous le nom de "Projet Blue Book", est logé dans une seule pièce à Wright-Patterson. Pendant la majeure partie de son histoire, le Projet Blue Book était dirigé par un capitaine. Ce seul fait indiquera à n'importe qui au courant des procédures militaires la position relative du Projet Blue Book dans l'organigramme de l'Air Force. Le personnel, qui se composait habituellement de deux officiers et d'un sergent, a dû tenter de décider, sur la base des rapports peu précis, des causes de toutes les observations OVNIS rapportées à l'Armée de l'Air. De 1947 à 1965, le Projet Blue Book a passé en revue 10.147 cas. En utilisant les critères de l'Air Force, le projet en a identifié 9.501, en laissant plus de 600 qui ont été classés comme non identifiés.

D'ici 1952 mon sentiment que l'Armée de l'Air n'étudiait pas les rapports assez sérieusement m'a mené à écrire un papier suggérant que le sujet ait mérité une étude beaucoup plus approfondie. En 1953 l'Armée de l'Air a donné aux OVNIS plus d'attention, bien que toujours pas assez, à mon avis. Un panneau de certains des meilleurs scientifiques dans le pays a été assemblé sous la direction de Howard P. Robertson, un physicien distingué de Cal Tech. Le Panel Robertson a discuté OVNIS pendant quatre jours. La plupart des cas, par ailleurs, n'étaient pas aussi embarrassant que certains de ceux que nous avons maintenant. De plus, il a été présenté au Panel seulement 15 rapports pour étude détaillée parmi les quelques centaines qui s'étaient accumulés à ce moment, bien que le Panel ait rapidement passé en revue beaucoup d'autres cas. C'était comme demander à Madame Curie d'examiner une petite fraction du pechblende qu'elle a raffiné et s'attendre à ce qu'elle en sorte le radium.

J'ai été listé en tant que membre associé du Panel, mais mon rôle était vraiment plutôt celui d'un observateur. Après exécution de son bref aperçu, le Panel a conclu que "les preuves présentées sur les objets non volant volants non identifiés n'ont montré aucune indication que ces phénomènes constituent une menace physique directe à la sécurité nationale," et que "nous croyons fermement qu'il n'y a là aucun résidu de cas ce qui indiquent des phénomènes qui seraient attribuables à des objets artificiels étrangers capables d'actes hostiles, et qu'il n'y a aucune preuve que les phénomènes demandent un besoin de révision des concepts scientifiques courants." Il est intéressant de noter l'expression "nous croyons fermement," une expression plus appropriée pour une église qu'à la fraternité scientifique.

Le rapport de Robertson est immédiatement devenu la justification principale de la position de l'Air Force - il n'y a rien dont il faille s'inquiéter - et elle est demeurée telle à ce jour. Je n'ai pas été invité à signer le rapport, mais je n'aurais pas signé si cela m'avait été demandé. J'ai estimé que la question était plus compliquée que le Panel le croyait et que l'histoire pourrait un jour juger que le panel avait agi à la hâte. Les hommes ont pris juste quatre jours pour émettre un jugement sur un sujet de perplexité lequel j'avais fait des recherches pendant plus de cinq ans sans pouvoir y trouver une solution qui me satisfasse.

En 1953, l'année du rapport de Robertson, s'est produit un des cas les plus embarrassants que j'ai étudiés. On l'a rapporté d'abord à Black Hawk dans le Dakota du Sud, et puis à Bismarck, Dakota du Nord, pendant la nuit du 5 Août et tôt le matin du 6 Août. Un certain nombre de gens à Black Hawk ont rapporté voir plusieurs objets étranges dans le ciel. Ce qui a rendu ces rapports particulièrement significatifs était le fait que ces gens étaient des observateurs qualifiés - ils faisaient partie du réseau national des civils qui exerçaient une surveillance pour alerter en cas d'intrusion de bombardiers ennemis.

Approximativement au même moment, des blips non identifiés sont apparus sur l'écran radar de la base aérienne d'Ellsworth, qui se trouve près de Black Hawk. Un chasseur F-84 a été dirigé dans le secteur et a rapporté voir l'OVNI. Le pilote a transmis par radio qu'un des objets a semblé être au-dessus de Piedmont dans le Dakota du Sud, et qu'il se déplaçait deux fois plus rapidement que son chasseur à réaction. Il était "plus lumineux que l'étoile la plus brillante" qu'il ait jamais vu. Quand le pilote a donné la chasse, la lumière "a juste disparu." Cinq civils au sol, qui avaient observé le jet pourchasser la lumière, ont confirmé le rapport du pilote.

Plus tard un deuxième F-84 a été envoyé en l'air et orienté sur l'OVNI, qui était toujours visible sur le radar au sol. Après plusieurs minutes, le pilote a rapporté voir un objet avec une lumière d'intensité variable qui a alterné du blanc au vert. Tandis que le pilote poursuivait l'OVNI, il a noté que le voyant de son viseur avait clignoté, indiquant que le radar de son avion avait effectué un verrouillage sur la cible. L'objet était droit en avant de son avion mais à une altitude légèrement plus haute. Il s'est alors élevé très rapidement. Quand le pilote a vu qu'il perdait désespérément du terrain, il a interrompu la chasse. Les opérateurs radar au sol ont suivi le jet revenant de l'interception, tandis que l'OVNI continuait à voler jusqu'à sortir de la portée du radar.

Pendant que l'objet filait au loin vers le Nord, la base aérienne d'Ellsworth a informé le centre de commande des observateurs à Bismarck, à 220 miles au Nord, où un sergent est sorti sur le toit et a vu un OVNI. L'Armée de l'Air n'avait aucun avion à Bismarck qui pourrait être envoyé à la poursuite de l'OVNI, qui finalement a disparu plus tard cette nuit.

J'ai fait une enquête sur cette observation moi-même et je n'ai pas pu trouver une explication satisfaisante. Dans mon rapport, j'ai noté que "tout l'incident, à mon avis, a trop de ressemblance avec Alice au Pays des Merveilles pour être confortable."

C'était à peu près à cette époque que quelques-uns de ceux qui croyaient fermement aux OVNIS ont étés dégoûtés de l'Armée de l'Air et décidés de prendre l'affaire en main, tout comme les Vigilantes du vieil Ouest; ils se sont organisé "pour faire le travail que l'Armée de l'Air ne faisait pas." Ces groupes composés de personnes de milieux divers, étaient souvent les destinataires des rapports intrigants qui ne sont jamais parvenus à l'attention officielle du Projet Blue Book. Le premier groupe de cette sorte aux Etats-Unis a été l'APRO (Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens), fondé en 1952 et se portant toujours très bien, de même que le NICAP (Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens) qui a été organisé plusieurs années après.

Au fur et à mesure que les années passaient, j'ai appris de plus en plus de choses sur la nature globale des observations d'OVNIS. D'abord j'avais supposé que c'était un phénomène purement américain, comme avaler des poissons rouges. Mais les rapports d'observations ont continué à arriver de partout dans le monde jusqu'à ce que 70 pays aient été sur la liste. En tant que scientifique, j'étais naturellement intéressé à corréler toutes les données; un zoologiste étudiant les fourmis rouges en Utah veut par exemple savoir ce qu'il en est d'une nouvelle espèce trouvée le long de l'Amazone. Mais quand j'ai suggéré à l'Armée de l'Air que les attachés de l'Air à l'étranger soient employées pour recueillir des rapports sur des observations à l'étranger, on m'a rembarré. Personne en position d'autorité n'a semblé vouloir prendre le temps des officiers avec un sujet si embarrassant.

Graduellement, j'ai commencé à accumuler les cas que je ne pouvais vraiment pas expliquer, des cas rapportés par des gens dignes de confiance et sincères que j'ai souvent interviewé en personne. J'ai constaté que les personnes rédigeant ces rapports ne savaient souvent pas grand chose à propos des OVNIS avant leur expérience, qui les avait déroutés et complètement effrayé. Craignant le ridicule, ils étaient souvent peu disposés à rapporter leur observation et l'ont seulement fait par un sens du devoir et d'un énorme désir d'obtenir une explication rationnelle pour leur expérience irrationnelle. Une lettre typique qui m'avait été envoyée se concluait avec la phrase: "espérant vous ne penserez pas que je suis fou, mais tant pis si vous le pensez, sincèrement votre."

Nous avons eu beaucoup de rapports de personnes de bonne réputation, pourtant nous n'avons eu aucune preuve scientifiquement incontestable - des films authentifiés, des spectrogrammes des lumières rapportées, des "matériaux" - sur quoi nous aurions pu émettre un jugement. Il n'y a aucune photographie correctement authentifiée pour prouver aucune des descriptions vives et éloquentes des observations visuelles. Certaines des prétendues "photographies" sont des canulars avérés. D'autres montrent peu de détail; elles pourraient être quelque chose. Certains montrent une quantité considérable de détails, mais ne peuvent pas être authentifiées.

Les indices des OVNIS, alors, étaient entièrement sans preuve physique. Mais est-ce que tous ces citoyens responsables qui ont fait des rapports étaient dans la confusions ou victimes d'hallucinations? C'était une question scientifique intrigante, pourtant je ne pouvais trouver aucun scientifiques pour en discuter.

L'opinion générale des scientifiques était que les OVNIS ne pouvaient pas exister, donc ils n'existent pas, donc moquons-nous de l'idée. Ceci, naturellement, est une violation des principes scientifiques, mais l'histoire de la science est remplie de tels exemples. Quelques scientifiques ont refusé de regarder les taches solaires par le télescope de Galilée, expliquant que "puisque le soleil était parfait, il ne pouvait pas avoir des taches, et donc il était inutile de regarder." D'autres scientifiques ont refusé de croire en l'existence des météorites; qui serait assez idiot pour penser qu'une pierre pouvait tomber du ciel?

De temps en temps j'invitais l'Armée de l'Air à effectuer une étude plus complète du phénomène, mais rien n'en est jamais sorti. J'ai commencé à me sentir réellement frustré. Tandis que les années s'écoulaient, j'ai continué à trouver des cas qui m'ont embarrassé tandis que j'examinais des rapports pour le Projet Blue Book. Les gens qui avaient peur que l'Armée de l'Air ricane de leur leurs rapports ont commencé à m'envoyer des lettres qui étaient souvent détaillées et bien écrites au sujet de leurs expériences. L'Armée de l'Air n'a jamais essayé d'influencer mon opinion sur aucun des cas, mais de temps en temps le service négligeait mes évaluations. Et en plus, je n'ai pas été consulté sur quelques cas principaux. (un des plus récente était l'incident très bien publié faisant participer deux policiers à Ravenne, Ohio, le printemps dernier.)

Puis, de 1958 à 1963, les rapports d'OVNI ont commencé à diminuer en qualité comme en quantité, et j'ai estimé que peut-être l'ère des "soucoupes volantes" était enfin sur le déclin et qu'elles disparaîtraient bientôt. Mais depuis 1964 il y a eu une forte augmentation dans le nombre des observations embarrassantes. Les cas plus impressionnants semblent correspondre à un pattern. Les OVNIS avaient eu une lueur rouge brillante. Ils planaient à quelques pieds au-dessus du sol, émettant un gémissement aigu. Des animaux à proximité ont été terrifiés, souvent avant que l'OVNIS ne soit vu par les gens qui ont plus tard rapporté l'incident. Quand les objets se décidaient à disparaître, ils le faisaient en quelques secondes.

Un paradoxe très réel commençait maintenant à se développer. En tant que consultant de l'Air Force en matière d'OVNIS, j'avais acquis dans l'oeil du public une réputation d'être un debunker d'OVNIS. Cependant, en privé, je devenais de plus en plus préoccupé par le fait que des gens avec de solides réputations, qui n'ont eu aucun espoir possible de gagner quelque chose en rapportant un OVNI, ont continué à décrire des incidents "d'outre-monde."

En juillet, 1965, j'ai écrit une lettre à l'Armée de l'Air appelant encore à une étude systématique du phénomène. "Je sens qu'il est de ma responsabilité de préciser," ai-je écrit, "qu'assez d'observations troublantes ont été rapportées par des personnes intelligentes et souvent techniquement compétentes pour justifier une attention plus particulière que celle que le Projet Blue Book pourrait donner au sujet à l'heure actuelle."

Puis, en mars de cette année, sont venus les rapports des observations maintenant célèbres des "gaz des marais" dans le Michigan. Lors de deux nuits différentes, en des endroits séparées par 63 miles, presque 100 personnes ont rapporté voir des lumières rouge, jaune, et vertes incandescentes au-dessus de secteurs marécageux. Quand j'ai reçu les premiers comptes rendus de ces OVNIS, j'ai identifié immédiatement que mes dossiers comportaient des observations bien meilleures, plus logique et plus articulés que ces dernières observations. Néanmoins, l'incident avait suscité une attention tellement grande dans la presse que je me suis rendu dans le Michigan avec l'espoir qu'il y aurait là un cas que je pourrais employer pour attirer l'attention des scientifiques sur le problème des OVNIS. Je voulais que les scientifiques prennent le phénomène en considération.

Mais quand je suis arrivé dans le Michigan, j'ai bientôt découvert que la situation était tellement chargée d'émotions qu'il était impossible que je fasse la moindre recherche vraiment sérieuse. L'Armée de l'Air m'a laissé presque totalement tout seul, ce qui voulait dire que j'ai du parfois me tailler un chemin à travers les foules de journalistes qui encerclaient les témoins principaux que je devais interviewer.

La région entière a été quasiment saisie d'hystérie. Une nuit à minuit je me suis retrouvé dans une voiture de police filant vers le lieu d'une observation rapportée. Nous étions en contact par radio avec d'autres voitures de patrouille dans le secteur. "Je le vois" disait une voiture, "il est là," disait une autre, "il est à l'est du fleuve près de Dexter" une troisième. De temps en temps je pensais même le voir moi-même.

Finalement plusieurs voitures de patrouilles se retrouvées au même carrefour. Les hommes jaillissaient des voitures et montraient le ciel avec excitation. "Regardez, il est là! Il se déplace!"

Mais il ne se déplaçait pas. "Il" était l'étoile Arcturus, indéniablement identifié par sa position par rapport à la poignée de la grande ourse. Une démonstration attristante pour moi.

Au milieu de cette confusion, j'ai reçu un message de l'Armée de l'Air: il y aurait une conférence de presse, et je publierais un rapport au sujet de la cause des observations. Cela ne m'a rien valu de protester, de dire que je n'avais eu jusqu'ici aucune vraie idée ce qui avait causé les observations rapportées dans les marais. Je devais tenir une conférence de presse, prêt ou pas.

En recherchant une explication justifiable des observations, je me suis rappelé un appel téléphonique d'un botaniste de l'Université du Michigan, qui a attiré mon attention sur le phénomène du "gaz de marais" ou feu-follet. Ce gaz, provoqué par le pourrissement de la végétation, était connu pour s'embraser spontanément et pour jeter une lumière clignotante. La lueur est bien connue dans la chanson et dans les contes comme "jack-o-lantern," "feu de renard," et "wil-o'-the-wisp." Après en avoir appris plus au sujet des gaz de marais par d'autres scientifiques du Michigan, j'ai décidé que c'était une explication "possible" que j'offrirais aux journalistes.

La conférence de presse, cependant, s'est avérée n'être aucunement l'endroit pour des discussions savantes: c'était un cirque. Les cameramen de TV me voulaient à un endroit, les hommes de la presse écrite en un autre, et pendant un moment les deux groupes me tiraient réellement par les bras. Chacun exigeait une explication simple et spectaculaire pour les observations. Ils voulaient de petits hommes verts. Quand j'ai distribué un rapport discutant des gaz de marais, plusieurs des hommes ont simplement ignoré le fait que j'ai dit que ce pouvait être une raison "possible." J'ai observé avec horreur pendant qu'un reporter parcourait la page, y trouvait l'expression "gaz de marais," l'a soulignée, et s'est précipité vers un téléphone.

Un trop grand nombre d'articles de journaux du lendemain ont non seulement dit que les gaz de marais étaient certainement la cause des observations dans le Michigan, mais ont aussi impliqué que c'était aussi la cause d'autres observations d'OVNI. Je suis sorti de la ville aussi rapidement et aussi tranquillement que je l'ai pu.

J'ai supposé que l'incident du gaz des marais, qui est devenu le sujet de bandes dessinées qui m'ont beaucoup fait rire, était le point le moins important de mon association avec les OVNIS. L'expérience était une preuve très évidente que l'excitation publique avait atteint un point tel qu'il était ridicule d'attendre d'un professeur, le seul travaillant dans ce domaine, qu'il puisse conduire une recherche savante. Nous avions tout à fait clairement atteint une nouvelle phase dans le problème des OVNIS.

Trois semaines après l'incident du Michigan j'ai comparu dans une audition à propos des OVNIS qui a été conduite par le Comité des Forces Armées de la Chambre. J'ai précisé au comité que j'avais un dossier de "vingt cas en particulier d'OVNIS correctement rapportés que, en dépit du caractère, de la compétence technique et du nombre de témoins, je n'ai pas pu expliquer. Une dizaine de ces rapports ont été rédigés par des scientifiques ou par les individus fortement qualifiés, cinq ont été faits par des membres des forces armées ou de la police, et cinq ont été faits par d'autres personnes dignes de confiance. Le comité a invité l'Armée de l'Air à donner une attention continue à ce sujet et a été assuré que ce serait le cas par le Ministre de l'Air le Dr. Harold Brown.

Une enquête sérieuse dans la nature d'OVNIS serait à mon avis déjà justifiée juste sur la base des cas embarrassants qui ont été rapportés pendant les deux dernières années. Il me semble qu'il y a maintenant quatre explications possibles pour les phénomènes:

Un, ils sont un non-sens total, le résultat de canulars ou d'hallucinations. Ceci, naturellement, est la position qu'un certain nombre de mes collègues scientifiques ont adoptée. Je pense qu'assez d'indices accumulés exigent maintenant que le fardeau de prouver ceci incombe aux critiques qui crient à la fraude. Et si les OVNIS sont simplement des hallucinations, ils méritent toujours un étude intensive; nous devons apprendre comment les esprits de tant d'hommes tellement différents peuvent être ainsi trompé pendant tant d'années.

Deux, les OVNIS sont une certaine sorte d'arme militaire testée secrètement. Cette théorie est facilement éliminée. Les engins secrets sont habituellement testés dans des secteurs géographiques très limités. Pourquoi les Etats-Unis, ou un autre pays, devraient-ils les tester dans une masse de nations? Le problème d'empêcher une brèche dans la sécurité serait impossible.

Troisièmement, les OVNIS viennent vraiment de l'espace. Je suis d'accord avec l'Armée de l'Air. Il n'y a aucune preuve incontestable, dans la mesure où je puisse le voir, pour dire que nous avons des visiteurs extraterrestres. Mais il serait idiot d'éliminer totalement cette possibilité.

Juste pour les besoin de la discussion, laissez-moi énoncer le cas dans sa lumière la plus favorable. Nous tous souffrons du provincialisme cosmique - la notion que nous sur cette terre sommes d'une façon ou d'une autre uniques. Pourquoi notre soleil devrait-il être la seule étoile dans l'univers à soutenir une vie intelligente, quand le nombre d'étoiles est un 1 suivi de vingt zéros?

Des étoiles naissent, vieillissent et meurent, et il semble maintenant que la formation des systèmes planétaires fasse partie de ce processus évolutionnaire. Vous compteriez trouver des planètes autour d'une étoile tout comme vous trouvez des chatons autour d'une chatte ou des glands autour d'un chêne. Supposez que seulement une étoile sur 10 soit entourée par un système planétaire qui abrite la vie, vie; cela signifie que le nombre d'étoiles supportant la vie dans l'univers serait 1 suivi de 19 zéros.

Nous savons également que certaines étoiles sont de beaucoup de millions d'année plus anciens que notre soleil, ce qui signifie que la vie ailleurs dans l'univers a pu avoir évolué beaucoup de millions d'années au-delà de notre état actuel. Cela pourrait signifier que d'autres planètes dans d'autres systèmes solaires ont pu avoir résolu le problème du vieillissement, que nous commençons à attaquer aussi maintenant. Si une durée de vie atteignait 10.000 ans, disons, un voyage de l'espace de 200 à 300 ans serait relativement court. Dans ce temps il serait possible d'atteindre quelques systèmes planétaires éloignés du nôtre.

Une civilisation fortement avancée, telle que celle je postule, garderait naturellement un oeil sur le progrès de la vie ailleurs dans sa galaxie. Tous les signes de progrès scientifique inhabituel pourraient être assez de raison pour envoyer un véhicule de reconnaissance découvrir ce qui se passe. Il s'est bien passé ces dernières années que nous avons fait une avance très importante de cette sorte; le développement de l'utilisation de l'énergie nucléaire.

C'est toujours de la "science-fiction," naturellement, mais laissez moi prolonger l'histoire d'un cran. Certains des sceptiques qui ricanent aux observations d'OVNIS rapportés demandent souvent pourquoi les "soucoupes volantes" n'essayent pas de communiquer avec nous. Une réponse pourrait être; pourquoi le devraient-ils? Nous n'essayerions pas de communiquer avec une nouvelle espèce de kangourou que nous pourrions trouver en Australie; nous observerions simplement ces animaux.

Y a-t-il un raccordement entre les observations rapportés d'OVNI et la probabilité scientifique de la vie ailleurs dans notre galaxie? Je ne sais pas. Je ne trouve aucune preuve absolue que ce soit le cas, mais je ne le rejette pas d'emblée.

La quatrième explication possible des OVNIS est que nous traitons un certain genre de phénomène naturel dont jusqu'ici ne pouvons pas trouver l'explication ni même la concevoir. Réfléchissez à la façon dont notre connaissance de l'univers a changé en 100 ans. En 1866 nous ne savions rien du tout au sujet de l'énergie nucléaire, nous ne savions même pas que l'atome a un noyau. Qui aurait rêvé il y a 100 ans que la télévision serait inventée? Qui peut dire quels faits étonnants nous découvrirons sur notre monde dans les 100 années à venir?

Toutes ces possibilités méritent une considération sérieuse et maintenant, enfin, elles l'obtiendront. En Octobre l'Armée de l'Air a annoncé qu'une recherche complète sur les OVNIS sera menée à l'Université du Colorado par une équipe de scientifiques distingués, dirigée par le Dr. Edward Condon, l'ancien directeur du Bureau National des Normes.

Je ne puis pas m'empêcher de ressentir un petit parfum de triomphe et de revanche personels. La nuit où ceci a été annoncé, mon épouse et moi sommes sortis et avons bu un verre pour le célébrer.

Je suis particulièrement heureux que le comité de Condon aura le temps de travailler sur le problème parce que je ne puis pas imaginer que quiconque de qualifié pour parler avec autorité de tout le phénomène d'OVNI sans avoir au moins lu au moins quelques rapports originaux (et non pas des résumés) parmi les quelques milliers existant, et soit complètement au courant de la nature globale des observations d'OVNIS rapportées. Les cas vraiment embarrassants et les rapports exceptionnels d'OVNI sont peu nombreux comparés à la masse des rapports faibles.

Récemment j'ai dîné avec plusieurs membres du comité de Condon. Quel plaisir c'était que de s'asseoir avec des hommes qui avaient une ouverture d'esprit au sujet d'OVNIS, qui ne m'ont pas regardé comme si j'étais un Martien moi-même. Pour la première fois d'autres scientifiques, qui apparemment s'étaient tous posé la question, ont ouvertement parlé des rapports. Un scientifique majeur m'a écrit l'autre jour: "depuis un certain temps maintenant j'ai été convaincu de la réalité de ce phénomène, me basant sur des rapports dans les médias d'information générales. Il m'a semblé que même avec un grand nombre de rejets, il y a un noyau d'observations fiables que nous ne pouvons pas écarter. Deux fois dans les dernières semaines, j'ai énoncé mes vues sur le sujet dans de petits groupes informels d'amis respectables et savants, et j'ai constaté qu'ils étaient stupéfaits que je prenne ce sujet au sérieux. C'est pourquoi je sais qu'il vous a fallu un certain courage pour en parler."

Je voudrais suggérer deux étapes supplémentaires pour aider à résoudre le problème des OVNIS:

D'abord toutes les données valables que nous avons accumulées - de bons rapports venant de partout dans le monde - doivent être informatisées de sorte que nous puissions rapidement comparer de nouveaux observations aux patterns de comportement d'OVNIS des cas anciens.

En second lieu, nous avons besoin de bonnes photographies d'OVNIS. Bien que l'Armée de l'Air ait probablement fait moins de dépenses consacrées aux OVNIS jusqu'ici qu'elle n'en a fait pour son budget corbeilles à papier. Je me rends compte qu'il est impraticable de s'attendre à ce que le service installe un système coûteux de surveillance des "soucoupe volantes" à travers le pays. Quand un OVNI est repéré, le témoin terrifié prend habituellement immédiatement le téléphone et appelle la police locale, qui a manqué des douzaines d'occasions dans le passé d'enregistrer les phénomènes sur film. Je recommande que chaque chef de la police dans le pays s'assure qu'au moins une de ses voitures de patrouille emporte dans sa boîte à gant un appareil photo chargé avec une pellicule couleur. Les appareils photo, qui pourraient également être employés pour le travail habituel de la police, pourraient être fournis par des groupes civiques ou de service. (Je porte un appareil photo dans ma serviette à tout moment.)

En conclusion, je voudrais souligner mes vues sur ce sujet controversé. Pendant toutes mes années d'association avec l'Armée de l'Air, je n'ai jamais vu n'importe quelle preuve pour l'accusation au sujet des OVNIS la plus souvent formulée contre ce service: celle qu'il y aurait là une dissimulation délibérée de leur connaissance de visiteurs de l'espace pour empêcher le public de paniquer. Toute l'histoire de l'Armée de l'Air et des OVNIS peut être comprise seulement si nous nous rendons compte que le Pentagone n'a jamais cru que les OVNIS pourrait être quelque chose de neuf, et qu'ils ne le croient toujours pas. L'hypothèse de travail de l'Armée de l'Air a été que le stimulus derrière chaque rapport d'OVNI (indépendamment des quelques canulars et de quelques hallucinations) est une identification erronée d'un objet conventionnel ou d'un phénomène naturel. C'est aussi simple que cela.

Maintenant après qu'un retard de 18 ans, l'Armée de l'Air et la science américaine sont sur le point d'essayer pour la première fois, pour de bon, de découvrir ce que nous pouvons croire au sujet des "soucoupes volantes."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 4 octobre 2002